Une montre, un test – Quand la G-Shock voit rouge

Temps de lecture : 13 minutes

Publié par le 6 décembre 2021

Cela fait trois ans que j’écris pour BonneGueule et malgré plusieurs sélections sur les plongeuses, les montres militaires, les modèles habillés… je n’ai jamais dédié un article sur une montre à quartz.

Vous le savez, j’ai la passion des tocantes traditionnelles, je suis même très engagé dans ce retour vers les montres mécaniques : pour leur histoire, pour leur charme, pour l’idée de garder pendant des décennies de beaux objets faits pour vivre avec nous et être transmises à leur tour, je l’espère, aux générations futures.

Si j’assume entièrement une nette préférence pour les montres mécaniques, savez-vous aussi que je possède aussi une collection de montres électriques et aussi à quartz d’époque ? Certes un peu plus modeste en comparaison. Toutefois, je recherche souvent des modèles vintage qui datent des premiers âges des montres fonctionnant à l’aide d’une pile.

Qu’est-ce qu’une montre à quartz ?

Le principe de la montre à quartz repose sur le recours à un circuit électronique, alimenté par une pile, qui produit un signal. L’énergie de la pile alimente ce circuit ainsi qu’un résonateur en quartz .

Le résonateur en quartz permet de « filtrer » en quelque sorte les fréquences pour en restituer une seule : celle qui va permettre de fournir une excellente stabilité et précision propre à la chronométrie. Le résonateur en quartz divise en quelque sorte le temps.

Le signal, autrement dit des impulsions, va alimenter un moteur Lavet qui lui-même va faire fonctionner des rouages qui vont faire mouvoir les aiguilles de la montre.

Il existe deux types de montres à quartz : la montre analogique – trois aiguilles classiques par exemple – et la montre à affichage LCD : cette dernière ne recourt pas à des aiguilles et un cadran traditionnel, l’affichage de l’heure se faisant à travers le recours à des cristaux liquides.

Contrairement à une grande partie des mouvements à quartz contemporains , certains représentent un intérêt, tant dans le mouvement que dans la recherche de solutions techniques pour les rendre plus résistants face aux chocs. Il est vrai, dans le très vaste marché de la montre à quartz, il faut savoir distinguer le bon grain de l’ivraie mais quelques références valent la peine de s’y intéresser et c’est le cas de la G-Shock.

Le point G-Shock

Il serait facile de recopier une énième fois le storytelling sur la naissance de la G-Shock au début des années 80 et du travail de Kikuo Ibe et de sa « team tough » chargée de créer une montre étanche à 100 mètres, résistante à une chute de 10 mètres et d’une autonomie de 10 ans. Mais vous me connaissez, je vais aller bien au-delà et remettre la G-Shock dans le contexte qui a déterminé cette naissance.

Au début des années 80, les montres mécaniques ont été (très) mises à mal par l’arrivée en masse des montres à quartz durant la décennie précédente. Mon propre père a vécu cette époque dans laquelle il devenait has been de porter une montre mécanique et que LA tendance était d’avoir une montre à quartz.

Les Seiko et Citizen se répandent sur les poignets et même les marques traditionnelles héritières d’un savoir-faire centenaire en horlogerie mécanique sont obligées de rediriger d’urgence leur production vers des modèles à quartz pour espérer survivre à cette déferlante . Le quartz alors domine le marché incontestablement.

Comment lui résister ? Les prix sont cassés, la demande se réoriente brusquement en faveur de ces montres. Sauf qu’il y a un hic. Les montres à quartz ne sont pas si solides que cela. Un mouvement à quartz en lui-même présente une fragilité structurelle par rapport aux chocs alors que les montres mécaniques traditionnelles sont déjà dotées de systèmes antichocs .

Du coup, vous comprendrez qu’il y a eu une légère résistance au niveau de certains militaires notamment pour adopter immédiatement la montre à quartz en remplacement de leurs solides et éprouvées montres mécaniques comme je le rappelle dans cet article sur les montres militaires.

Avouez que l’idée d’une pocket ball pour lire l’heure aurait été sympathique à défaut d’être esthétique mais dans cette image il y a l’idée maîtresse qui va permettre aux montres à quartz de résister enfin aux chocs – Source : G-Shock

Les montres à quartz se répandant, les incidents commencent à arriver également. Le mouvement à quartz ne fait pas très bon ménage avec les chocs, expérience vécue par les hommes de terrain et les travailleurs manuels comme les techniciens par exemple. C’est dans ce contexte que la G-Shock est née.

Casio est spécialisée dans les instruments électroniques et le défi a été relevé. Mais qu’est-ce qui fait la spécificité du G-Shock ?

G-Shock : un système antichoc avant d’être une gamme de montres

La spécificité des montres G-Shock c’est avant tout le système antichoc qui permet au mouvement quartz d’encaisser les chocs violents. Pour reprendre une image, imaginez que vous laissez tomber une céramique sur un sol en marbre, les deux matières sont réputées pour leur dureté mais cette dureté implique aussi un grand inconvénient : si elle ne se déforme pas, la céramique peut casser.

La dureté d’un objet n’implique pas nécessairement sa résistance face à tous les aléas et le cas échéant face aux chocs violents. Alors dans ce cas, comment permettre à une montre à quartz de résister à une chute sur une surface dure ? Le mouvement à quartz étant assez fragile par rapport au choc, Kikuo Ibe a repris le concept d’une balle en caoutchouc. Au milieu d’une membrane souple, le mouvement à l’intérieur de la montre « flotte » en quelque sorte dans un coussin protecteur qui absorbe les chocs. Voilà la solution qui permet aux G-Shock d’être réputées pour leur résistance.

J’ai demandé à G-Shock la structure de la GM2100 avec chacun de ses composants majeurs. La seconde pièce en partant du bas est un élément du système antichoc : il s’agit d’une membrane souple qui absorbe les chocs et qui s’interpose entre le fond de boîte en acier et le mouvement (ainsi que la pile). Source : G-Shock

Mais est-ce que la résistance et un prix abordable représentent tout pour une montre ? Je pense qu’il existe d’autres paramètres et le design en fait partie. Porter un objet fonctionnel est une chose, avoir du plaisir à le regarder en l’utilisant est entièrement différent.

1. Le ressenti au poignet

La GM2100 est ici portée avec une surchemise en coton de la marque NN07. Malgré ses dimensions généreuses sur le papier, vous pouvez constater que le boîtier ne dépasse pas mon poignet.

Je vais vous faire une confidence : Benoît et David ont été surpris de me voir arriver avec une G-Shock au poignet dans les bureaux de BonneGueule. Il est vrai que je n’en avais jamais porté auparavant pour aller à la rédaction. Mais qu’est-ce qui m’est passé par la tête ?

Et bien tout simplement je trouve que cette G-Shock est différente par rapport à celles qui m’avaient été données de voir et de manipuler précédemment. Quand on me parlait de G-Shock, j’avais quelques appréhensions car c’est un style traditionnellement assez marqué . Oui, G-Shock permet d’acquérir une montre-outil pour un budget très abordable MAIS j’avoue en toute honnêteté que je n’étais pas très fan d’une partie des designs proposés. Et puis j’ai découvert la GM2100.

La GM2100 est l’héritière d’un autre modèle qui m’avait interpellé précédemment par son design : la GA-2100 et notamment les modèles en métal, j’y voyais les prémices d’une petite rupture stylistique. Mais avec la GM2100, j’ai été séduit par son design. Ce dernier allie modernisme certes – avec G-Shock on est traditionnellement très éloigné des montres du style classique que j’affectionne – mais aussi une forme et des codes couleurs qui m’ont interpellé.

Ici, la GM2100 est portée avec un pull en laine rouge de la marque NN07. Le rappel de couleur est facile mais j’aime bien les associer et contrebalancer l’ensemble avec une veste ou un manteau d’une couleur plus sage.

La forme de la lunette est octogonale. D’autres montres du passé ont adopté cette forme : certains vont systématiquement évoquer la Royal Oak d’Audermars Piguet dans une toute autre gamme de prix mais cette dernière n’avait pas non plus le monopole de cette forme. Un modèle de Zenith du tout début des années 70 – surnommé le boulon – adoptait non pas une lunette mais un boîtier de forme octogonale. Ceci étant dit, la forme de la GM2100 me plaît, elle donne l’impression de solidité propre aux G-Shock et elle a un twist particulier.

Comment ne pas remarquer tout d’abord ce cadran rouge ? Le cadran attire le regard d’autant plus qu’il ressort par rapport au reste de la montre : le boîtier est en acier – renforcé avec de la fibre de carbone qui apporte d’ailleurs de la légèreté à l’ensemble – avec un revêtement PVD noir qui lui donne une touche plus sobre .

Quand il fait plus froid, la montre passe bien également avec un Barbour matelassée

Et d’ailleurs, si on s’attarde sur le cadran, on peut voir une autre spécificité : un affichage analogique ET digital. Alors d’autres montres le proposent évidemment comme les Breitling Emergency ou Aerospace . C'est plutôt intéressant car vous disposez d’un cadran analogique classique pour lire l’heure ET un guichet spécial entre 3h et 6h pour naviguer et utiliser les différentes fonctionnalités et aussi pour consulter la date ou l’heure de manière digitale avec une option d’éclairage en appuyant sur le bouton en haut à droite.

Tous les éléments du cadran sont d’ailleurs de la même teinte rouge, comme les aiguilles mais ces dernières reçoivent une application de Neobrite . Après avoir fait un petit test, par rapport au SuperLuminova, je peux constater que le Neobrite se « recharge » plus rapidement que le SuperLuminova à la lumière mais la luminescence semble durer moins longtemps. Toutefois, vous disposez de l’éclairage d’une partie du cadran grâce à une LED.

Le verre est minéral et plat et, pour cette gamme de prix, cela ne m’étonne pas. G-Shock propose des verres saphir sur leurs gammes premium et les prix sont alors supérieurs par rapport à celui de la GM2100.

2. De bonnes dimensions, une bonne étanchéité, une grande légèreté

La GM2100 n’est pas un modèle professionnel en soi, je dirais qu’elle allie des éléments de lifestyle avec certaines caractéristiques professionnelles, mais avec 200 mètres d’étanchéité, vous pouvez évidemment nager et plonger en toute quiétude sans problème sans pour autant en faire un instrument de plongée professionnelle .

Comme vous pouvez le voir, après avoir enlevé le bracelet, la montre n’est certes pas de petite dimension mais les cornes sont très courtes

Les dimensions de la G-Shock sont généreuses sur le papier : avec 44,4mm de diamètre, je vois venir les remarques pour dire « c’est bien trop grand pour mon poignet » : mais attention, les cornes sont très très courtes et la dimension de la lunette par rapport au cadran donne une impression différente au porter par rapport à d’autres montres de 44mm de diamètre.

La montre ne fait pas non plus menue au poignet certes mais par rapport à mon poignet de 17-17,5mm, la montre ne dépasse pas. Donc, à moins d’avoir un poignet en-dessous de 16mm, je ne pense pas que cela représente un problème. Le style G-Shock tend davantage vers un peu d’oversize par rapport aux montres plus traditionnelles.

Je vous conseillerais comme toujours d’en essayer en boutique et je recommanderais notamment la boutique du 5 Rue Sainte-Croix de la Bretonnerie à Paris qui dispose d’un personnel passionné de la marque et très compétent et notamment au niveau technique et cela vous permettrait de vous familiariser avec les (très) différents modèles de G-Shock.

Avec 11,8mm d’épaisseur, nous restons dans les standards des montres techniques comme par exemple de nombreuses plongeuses pour donner une comparaison. C’est plutôt la forme du boîtier qui donne une impression plus épaisse. Vous pouvez remarquer également sur la photo la forme du verre minéral qui est plat

Malgré ces dimensions, la montre n’est pas exagérément épaisse avec 11,8mm d’épaisseur et surtout elle reste très légère avec 75g à la pesée. Comme dit précédemment, le fait qu’elle allie, en dessous de la partie en métal, de la fibre de carbone permet de réduire de beaucoup le poids de la montre par rapport à un modèle complètement en métal.

Aparté sur la GM2100 mais en 40,4mm

Comme je l’avais fait pour la Captain Cook de Rado dans la sélection des plongeuses pour l’été, en évoquant un autre modèle de diamètre plus réduit lors d’une revue, pour le cas où le modèle rouge de 44,4mm de la GM2100 ne convient décidément pas à votre poignet, j’ai demandé à la marque de fournir également – à titre de comparaison – le modèle en 40,4mm. Il n’est pas disponible avec un cadran rouge comme sa grande sœur mais en noir . Verdict ?

La GM2100 dans un plus petit format et en noir

Comme on le voit sur la photo, ce modèle fait à mon sens beaucoup plus petit par rapport au modèle rouge. Il y a quelques légères différences au niveau du cadran à 9 heures mais pour l’essentiel, cette montre présente les mêmes caractéristiques si ce n’est dans un format plus réduit.

Par rapport à mon poignet, si je la trouve plus sobre, je garde une préférence pour le modèle rouge de 44,4mm : question de présence mais aussi pour le twist avec une couleur plus osée. Je constate aussi une différence entre les deux modèles au niveau du bracelet : si les deux sont en résine, celui du modèle en 40,4mm me semble un peu plus souple par rapport à celui du « grand » modèle. Je le présente néanmoins comme une option pour ceux qui à l’essai préféreraient ce diamètre plus réduit.

Et pour comparaison : les deux modèles côte à côte : elles sont toutes les deux réglées mais l’une est à l’heure de Paris (UTC + 2) et l’autre à l’heure de Londres (UTC + 1) : il suffit de sélectionner la ville désirée et la montre se règle automatiquement sans avoir besoin de le faire avec une couronne

3. Une montre avec de nombreuses fonctionnalités

Pour ceux qui ont déjà eu une G-Shock, ils seront en terrain connu. La GM2100 ne fait pas exception et propose de nombreuses fonctionnalités et entre autres :

  • Un Chronomètre sur 24h avec une précision au centième de seconde : fonction classique et utilisée de mon côté pour certains entraînements
  • Un compte à rebours que vous pouvez programmer à l’avance si vous avez par exemple besoin d’une notification sonore pour vous rappeler un élément important de votre planning.
  • Possibilité de programmer 5 alarmes quotidiennes si votre planning de la journée est minuté ou si vous avez besoin de plusieurs alarmes pour vous lever le matin
  • Le calendrier et l’heure automatique : évidemment, contrairement à une montre mécanique qui a besoin d’être réglée manuellement , il suffit de suivre le manuel d’utilisation pour pouvoir programmer sa montre pour qu’elle se règle automatiquement à la bonne date et à l’heure du fuseau horaire de votre choix. À ce titre, il existe une fonction d’heure universelle pour afficher l’heure avec 29 fuseaux horaires différents correspondant à 29 grandes villes.

 

Pourquoi 29 fuseaux horaires et pas 24 ?

S’il existe en effet traditionnellement 24 fuseaux horaires, il existe aussi des pays qui ont adopté des fuseaux horaires particuliers comme l’Inde (UTC + 4h30) ou le Népal (UTC + 5h45). Pour l’histoire du GMT/UTC je vous conseille la lecture de l’article sur une montre GMT.

4. Et le bracelet ? Le choix de la résine

Je ne suis pas habitué à porter des bracelets en résine pendant une longue période. Aussi, je me demandais quel ressenti j’allais avoir avec un bracelet de ce genre au poignet pendant 2 semaines. Je suis plutôt positivement surpris par celui de la GM2100. Il est moins souple qu’un bracelet en caoutchouc mais il n’est pas non plus excessivement rigide.

g-shock rouge et noir pull rouge

Le bracelet de la GM2100 ressort bien sur cette photo : il est de couleur noire avec un très léger motif. Je le trouve pour ma part correct mais j’aimerais avoir la possibilité de disposer d’autres bracelets de la marque pour varier les combinaisons

Les bracelets en résine

Il s’agit d’un type de bracelet que je n’ai pas inclus dans l’article sur les bracelets techniques . La résine fait partie de la famille des polymères.  La résine peut être synthétique ou naturelle.

Dans le cas de la G-Shock, il s’agit d’un polymère d’origine synthétique. Le terme résine couvrant un très large spectre, il convient de rappeler que ce terme générique est utilisé par les marques souvent pour désigner une matière plastique qui elle peut avoir une connotation plus négative auprès de la clientèle.

In fine, en termes de bracelets techniques, je préfère personnellement les bracelets en toile de voile et apparentés, en caoutchouc ou en nylon (de type premium) mais le bracelet de la G-Shock n’est pas non plus désagréable au poignet. Il est fonctionnel et sobre, sans plus.

J’aime twister les montres avec leurs bracelets et là je suis un peu triste car je ne peux pas véritablement le faire avec la GM2100 : ce n’est pas un problème de changer le bracelet car G-Shock a inclus récemment des pompes rapides faciles à enlever pour changer de bracelet. La difficulté vient du fait qu’il faut exclusivement des bracelets de la marque pour les adapter à la montre .

Autre point, hélas, la boutique en ligne G-Shock ne propose pas dans son offre de vendre séparément ses bracelets. Il existe des bracelets différents chez G-Shock : des bracelets en caoutchouc, quelques-uns en textile aussi ou même en métal mais, hélas, il faut acheter alors le bracelet avec le modèle correspondant puis faire le switch.

Aussi, j’aimerais recommander à la marque de proposer à la vente ses bracelets un jour pour ses clients. L’importance du bracelet n’a fait que de croître ces dernières années, les clients ne se contentent plus des bracelets d’origine mais souhaitent personnaliser leurs tocantes. Ce constat est valable pour une montre de plusieurs milliers ou dizaines de milliers d’euros mais aussi pour une montre de quelques centaines d’euros.

On reste néanmoins sur un produit proposé à un prix très abordable aussi je ne m’attends pas non plus à disposer d’office de bracelets premium, il existe d’autres gammes chez G-Shock pour cela. Par contre, il y a un élément sur lequel je vais me montrer encore plus intransigeant : je vais réellement tester la résistance de la montre pour voir ce qu’elle a dans le ventre.

L’heure du vrai test : jusqu’au bout de nos limites

g-shock noir et rouge sport de combat

G-Shock GM2100 portée sur un top de sport manche longue Nike, gants de training RDX, paré pour l’entrainement de choc !

Après avoir décrit les caractéristiques de la GM2100 Red, il est temps de passer à l’étape supérieure. Au lieu de faire uniquement une revue traditionnelle, autant prendre au mot G-Shock sur l’efficacité de leur système antichoc et de réellement lui faire passer un test avec de réels et nombreux chocs violents pendant une période de 15 jours. Et cela tombe bien, j’ai un test spécial à lui faire passer. Et pour cela il faut que vous confie quelque chose de personnel.

1. HIIT, Cross Training, Combat et Tabata

Je suis un adepte des entraînements intensifs : entre cinq et six entraînements par semaine dont trois  entraînements de type HIIT minimum, les autres étant constitués de renforcement musculaire effectué avec le poids du corps comme avec le TRX, de la course et des entraînements au Close Combat militaire. L’entraînement fractionné de haute intensité présuppose une bonne condition physique et un excellent cardio pour pouvoir le pratiquer et surtout à un niveau élevé. Plus exactement, je pratique les entraînements de type Tabata.

Le Tabata est en fait une variante du HIIT en provenance du Japon : il s’agit d’effectuer 20 secondes d’exercices intensifs comme des burpees, des pompes, des squats sautés ou des fentes plios par exemple suivi d’une courte pause de 10 secondes pour la récupération et pour se mettre en place pour le prochain exercice. Et cela 8 fois pour effectuer 1 Tabata soit 4min.

Ensuite, il suffit de rajouter le nombre de Tabata que vous êtes capables d’encaisser : généralement les entraînements durent en tout entre 20 et 30 minutes. Un peu moins comme débutant, davantage pour les vétérans. Pour être encore plus précis, je pratique le Tabata en incluant du Combat en mêlant – selon les directives du coach – speed jabs, coups de pieds ou free fight face au sac .

Traditionnellement, le Tabata se fait en 20 secondes - 10 secondes mais de nombreuses variantes sont disponibles et il est possible de faire du 30-10, du 50-10 voir éliminer totalement le temps de récupération.

Attention, je ne vais pas commencer par inciter les personnes à se jeter la tête la première dans ce genre d’entraînements : cela requiert une sérieuse préparation physique au préalable et pour ma part j’effectue les entraînements Tabata suivi par un coach – Fred que je remercie au passage – qui fut également un ancien instructeur militaire.

Apprendre à dépasser ses limites est excellent. Être méthodique et progressif dans ce genre d’entraînements est un impératif aussi je tiens à saluer les trois coachs qui me suivent : Fred mais aussi (le très sage) Philippe et Jeanna, grands sportifs professionnels, diplômés et grands spécialistes dans leurs domaines.

g-shock rouge et noir homme sport de combat

Petit échauffement avant l’entraînement. Généralement, il est recommandé d’utiliser les bandes ou les sous-gants en dessous des gants pour limiter les frottements avec la peau. Ici, j’utilise de simples gants de training – simple préférence personnelle. La montre pour le test avec les gants est portée davantage à l’avant-bras et n’a jamais gêné mes mouvements.

Alors oui, la G-Shock GM2100 va subir en même temps que mon corps ces entraînements intensifs soit six entraînements Tabata Combat en deux semaines sans parler de six autres entraînements qui comportent néanmoins de la course, du TRX, quelques exercices de musculation et de technique pour le combat. Le but est évidemment d’éprouver la capacité de la montre à encaisser les chocs répétés, rapides et violents.

2. Deux semaines d’entraînement plus tard : le verdict

Alors, est-ce que la GM2100, qui n'est pas un modèle prévu spécialement pour le sport, a survécu ?

La montre m’a accompagné sans problème au cours de mes entraînements intensifs. Malgré le nombre de chocs, des enchaînements d’exercices rapides et violents, la montre n’a eu aucun dommage, la tenue de l’heure est irréprochable, toutes les fonctionnalités de la montre sont opérationnelles.

Bien que non typée sport, cette GM2100 reste une G-Shock et elle tient parfaitement la route dans toutes les situations auxquelles elle a été confrontée. C’est une montre qui m’a surpris car j’observe clairement la volonté de G-Shock de développer ses gammes en dehors de la sphère traditionnelle des montres sportives ou professionnelles pour arriver à une montre équilibrée en mêlant lifestyle et technicité.

Sans faire mine de découvrir les G-Shock pour la première fois, je suis agréablement surpris par ce modèle qui m’étonne par son mélange de modernisme et polyvalence au niveau de son utilisation. Et pour un budget très contenu.

g-shock noir et rouge sport de combat

La montre est légère et durant l’entraînement, honnêtement j’ai rapidement oublié que je l’avais au poignet pour me concentrer sur les exercices.

Au niveau du style, je vois plusieurs options pour cette montre. Comme adopter les codes de la street culture dans le choix de sa tenue, mais pour ma part je ne vais pas hésiter à faire des twists et tout y passe : le workwear, un mélange workwear type veste de travail combinée avec une cravate et une chemise plus classique aussi. Bien sûr, je ne pense pas que la montre soit adaptée à une tenue totalement formelle mais en dehors de cela, au sport, pour faire son running ou prendre un verre avec les amis, cette G-Shock rouge met sa dose d'originalité dans une tenue avec son cadran rouge. Et à un prix très modeste.

À bientôt pour un prochain test, je cours retourner à mes entraînements 😉

On aime :

  • Un grand diamètre sur le papier mais – franchement – en intégrant tous les paramètres (ouverture du cadran, dimension réelle du boîtier en intégrant les cornes), la montre s’avère adaptée à un poignet de 17-17,5mm. Encore une illustration de la différence entre le ressenti réel au porter et le diamètre de la montre sur le papier
  • Originalité de ce cadran rouge que j’aime beaucoup : un rouge pas du tout agressif et qui donne pourtant un twist à la montre
  • Le boîtier en métal est étonnamment léger car il mêle la fibre de carbone : la montre s’avère légère (72g), aidée en cela avec un bracelet en résine
  • Une montre très lifestyle avec cette polyvalence en pouvant l’utiliser aussi bien pour sortir que pour faire un entraînement intensif – si vous aimez un style tout de même assez moderne au niveau du design de la montre
  • Le mélange d’affichage digital et analogique pour la lecture de l’heure
  • D'autres couleurs de cadran sont disponibles : bleu navy, acier et vert

On aime moins :

  • La matière luminescente Neobrite s'avère à mon sens un poil faiblard dans la durée
  • Un regret au niveau des bracelets : la marque ne propose pas d’autres bracelets à acquérir séparément pour personnaliser encore davantage sa G-Shock en adoptant d’autres bracelets que celui fourni avec le modèle acheté.

 

cadran g-shock rouge et noir

Caractéristiques techniques :

Le modèle rouge :

  • Référence : GM-2100B-4AER
  • 44,4mm de diamètre
  • 11,8mm d’épaisseur
  • Boîtier en acier et fibre de carbone
  • Verre minéral
  • Mouvement quartz
  • Pile trois ans
  • Étanchéité 200m
  • Prix : 219 euros
  • Disponible sur la boutique en ligne

Le modèle noir :

  • Référence : GM-S2100B-8AER
  • 40,4mm de diamètre
  • 11mm d’épaisseur
  • Boîtier en acier et fibre de carbone
  • Verre minéral
  • Mouvement quartz
  • Pile trois ans
  • Étanchéité 200m
  • Prix : 199 euros
  • Disponible sur la boutique en ligne

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.