Test : Les chaussures Monge fabriquées à Majorque

14

J’ai toujours eu le plus grand mal à choisir mes chaussures. Pas mes sneakers, ni mes boots, tout ça a déjà été largement abordé sur BonneGueule.

Je vous parle de la chaussure en cuir. Celle qui est chaussée pour aller à un mariage, un évènement au Buckingham Palace, ou même un mariage au Buckingham Palace. Mais aussi pour ceux qui ne sont pas invités au mariage, pour aller au travail. Enfin, vous m’avez compris. 🙂

Perdu entre le marketing monopolistique des grandes Maisons de luxe, l’omniprésence des marques de prêt-à-porter et, parmi elles, l'offre plus discrète des ateliers de fabrication ; il n’est pas facile de s’y retrouver. Quand j’arrive à me fixer un budget, mon angoisse devient « Vais-je regretter mon argent dans 6 mois ? Dans 1 an ? »

Alors certes, vous connaissez la chaussure anglaise avec Church's, Crockett & Jones et bien d’autres. Vous connaissez également bien la chaussure italienne (pas celle des puces de St Ouen). Mais qu’en est-il de la chaussure espagnole ? Les Espagnols sont-ils éternellement condamnés à être représentés par Zara ou… Desigual ? Surtout pas.

Heureusement pour eux, d'ailleurs.

Faisons les présentations

Monge. Non, pas la place Parisienne. C’est bien le nom de cette marque espagnole (son créateur s'appelle Pedro Monge), qui représente une solide alternative dans l'univers des chaussures pour homme.

Monge revisite des modèles classiques avec un œil contemporain : les formes sont plus travaillées et un poil moins classiques que celles de marques institutionnelles.

Monge

Un « twist » moderne, bienvenu, qui rafraîchit les modèles
parfois très cérémoniels et pimpants de la chaussure masculine.

On sent que le créateur a la motivation de créer un design que lui-même ou ses amis pourraient porter : c'est avec ce souci que le créateur conçoit ses collections, une philosophie qui pour nous est essentielle. On comprend alors facilement d'où viennent les noms des chaussures. Chuck, Antoine et Fernando, les amis fidèles de M. Monge ont tous eu une chaussure créée en référence à leurs goûts propres !

Ajoutez à ça une confection de qualité, s’appuyant sur un savoir-faire espagnol ancestral, et vous oublierez vite le reste.

Après plusieurs années dans la conception de chaussures, M. Monge a décidé de relever le challenge et de produire ses propres chaussures, en créant sa marque en 2012.

Basée à Majorque - où le travail du cuir est une véritable tradition depuis le Moyen Âge - ce savoir-faire très local, allié à un design contemporain, donne aux chaussures Monge une personnalité forte. 

Logo Monge

Ces détails de fabrication qui font la différence

J’ai eu une discussion passionnante avec M. Monge au sujet de la sélection des matériaux, qui représentent le critère essentiel de qualité d’une chaussure. En couplant les meilleurs matériaux à une vision internationale du style, on donne une liberté d'interprétation qui ne cantonne pas le design à un style représentatif.

Ce que je reproche parfois aux chaussures anglaises, qui donnent un style très… anglais.

La totalité de la production est faite à la main sur Majorque, par plusieurs familles qui se passent le flambeau depuis des générations. On est loin des machines de production en séries, des centaines de mètres carrés d’atelier et de l’ambiance de productivité à tout prix.

C’est le souci du détail, et le temps passé sur chaque chaussure, qui font bien souvent la différence : en laissant, par exemple, le moule en bois placé à l'intérieur de la chaussure le temps qu'il faut pour que le cuir prenne sa forme (note de Geoffrey : cette pièce en bois s'appelle justement... la "forme") .

Le simple fait de prendre le temps apporte une expérience différente, le cuir pouvant prendre tranquillement sa forme finale. Ainsi, malgré les contraintes du quotidien, il va tenir plus longtemps. C'est un exemple de ce que les artisans appellent parfois le respect du cuir.

Aujourd’hui, on utilise davantage des matériaux synthétiques qui vont tenir tout seuls, du moins sur l’étagère du magasin, et n’ont pas besoin de temps pour se faire. Mais passé quelques heures avec vos souliers aux pieds, de nombreux plis vont apparaître.

Il y a plus de 200 opérations différentes dans la construction d'une paire de chaussures comme celles de Monge. Ce n'est pas seulement la qualité des matières, ni l'attention aux détails, qui permet à Monge de se différencier des autres fabricants, c’est aussi les artisans qui sont placés au cœur même du processus de fabrication. Ils sont capables de mener des opérations très spécifiques, là où d'autres ateliers plus industriels n'auront pas l'avantage d'ouvriers bien formés (une denrée rare).

Et le prix de ces chaussures ?

La gamme de prix est située aux alentours de 300 - 400 euros, suivant les modèles. Plutôt commun dès qu'on se penche sur cette gamme de qualité. Mais quelle différence ? Cette marque s’adresse à un public qui souhaite évidemment une garantie de qualité. Mais pour aller plus loin, j’ai posé la question à M. Monge : « Qu’est ce qui justifie le prix de vos chaussures ? »

Je retranscris sa réponse ici : « Ce qui fait le prix des chaussures, c’est d’abord le process de fabrication traditionnel et professionnel. Mais aussi certains détails, comme l’utilisation des meilleurs cuirs, et des choses cachées, comme les pièces de cuir entre la semelle et la tige, là où d’autres marques y mettent du carton. Ou le talon, qui est fait chez nous avec du vrai cuir, contrairement à la plupart des marques de chaussures »

Alors, vous l’aurez compris, il attache beaucoup d’importance à ne pas prendre ses clients pour des pigeons. Et puis, mettre des morceaux de cartons dans des chaussures de ce prix, voire plus cher, c’est carrément du vol. C’est pourtant une réalité peu dénoncée, puisque c’est un procédé utilisé chez des marques qui appartiennent à de grands groupes de luxe, et qui continuent de vanter l’authenticité des produits en augmentant leur marge sur des détails cachés.

Bien souvent, le client qui sort son portefeuille pour se faire plaisir va acheter une paire qui aura été faite avec l’impératif d’économiser sur les coûts de fabrication. Le prix n’étant qu’un positionnement de la marque sur le créneau du haut de gamme, c’est donc avec des bouts de carton et du cuir qui n'a rien d'exceptionnel que le client va marcher. Impact immédiat : la longévité de la chaussure et le confort. Le talon va s'affaisser de l'intérieur et tout l'amorti sera perdu en l'espace de quelques mois. Bel investissement, non ?

Brogue Monge

Chaussures Brogue cuir Cognac - Modèle Ernesto - 380 euros.

J’ai déjà observé une pratique très intéressante sur un forum de passionnés. Il s’agit d’acheter, en commun, une paire de chaussure par un de leurs membres qui travaille dans un atelier de fabrication de souliers. Ce membre va réceptionner la paire, et désassembler pièce par pièce la chaussure, pour mettre à nu les « ingrédients » qui la composent. Il poste ensuite toutes les photos sur le forum.

Note de Benoit : en France, ce sont les forums De Pied en Cap et En Grande Pompe qui démontent des souliers. 

L’avantage de cette technique est qu’il est possible de savoir lorsque ces détails cachés sont présents, et renseigne les membres sur la crédibilité de la marque. Chaque membre aura investi une trentaine d’euros, pour s’éviter le risque d’en investir davantage dans une paire mal fabriquée. Et croyez-moi (et vous pouvez vérifier), ce sont des marques qui vendent leurs modèles à 300 euros minimum. Ça fait réfléchir.

Nous sommes face à un rapport qualité/prix honnête de la part de Monge, même si je n’ai pas eu le cœur de démonter ma paire de chaussure pour vérifier les dires du Monsieur…

Test des derby en cuir grainé Monge

C'est le modèle de derby Scott (eh oui, derby ne prend pas de S au pluriel).

 

Paire de Monge

A peine déballées, je constate que les reflets de la lumière embrassent le cuir et révèlent toute sa qualité.

Quand Pedro a communiqué avec moi, il m'a prévenu d'un certain délai pour avoir mes chaussures. J'ai reçu ma paire après 2 mois. À notre époque de livraison en 24h, c'était un plaisir de redécouvrir l'attente pour un produit. Un peu comme attendre la date de Noël !

Bien sûr, il ne faut pas être pressé lorsque ça arrive, mais nous avons affaire à un service "made to order" : chaque paire sera créée uniquement sur commande du client. Cela a pour avantage de diminuer les risques d'invendus, et permet également de faire quelques adaptations suivant la demande du client 😉

Pour le choix de la taille, j'ai choisi une paire en 10 1/2, moi qui fait du 45-46 en moyenne. J'aurais certainement dû prendre une demi-taille en moins, mais je réglerai le souci avec une semelle supplémentaire. Pourquoi j'ai choisi ce modèle ? Le cuir grainé. Je n'avais pas envie d'entretenir les chaussures trop souvent, et cela se voit un peu moins quand le cuir n'est pas lisse mais grainé ;). La paire fait également moins précieuse ainsi, ce qui la rend plus versatile.

La couleur : marron. Le cuir adopte différentes teintes suivant l'éclairage : c'est la même couleur que sur les photos du site. Il existe d'autres coloris mais le noir amène trop de formalisme et le marron est plus polyvalent. Associez des chaussures en cuir marron avec des tenues plus casual, mais attention, le noir reste incontournable pour des occasions plus formelles.

Monge Paire

La courbe respecte l'harmonie et l'équilibre de la chaussure.

Une fois mon colis arrivé, j'ai ouvert la boîte immédiatement. La première chose que j'ai notée, c'est la qualité du cuir. Il est "au dessus du soleil" comme dirait Gill. J'ai déjà quelques paires de marques de qualité vendues au dessus de 400 euros la paire : Dries Van Noten, Common Projects, Heschung, etc., et à titre de comparaison, on est sur la même gamme de cuir. C'est à ça qu'on reconnait le sérieux de la marque. Le cuir grainé est si doux et riche, c'est un plaisir de le toucher.

Face à un produit en cuir, faites fonctionner vos sens.

Faites confiance à votre odorat, votre toucher et votre vue pour vous dire la vérité sur le cuir. Avec l'habitude, un rapide coup d’œil vous fera immédiatement reconnaitre un cuir de qualité d'un cuir cheap, ou d'un faux cuir.

C'est facile : poussez les portes des créateurs, des maisons de luxe ou d'un atelier pour vous familiariser à cette matière. On voit encore beaucoup trop de chaussures visuellement trop cheap alors que leur prix est à 3 chiffres, dont les magasins sont à tous les coins de rue et ne désemplissent pas. Comme Hugo B. ou Paul S. pour ne pas les citer. Certainement familiers avec les bouts de carton.

Talon

Le raffinement du cuir, la production manuelle,
l'épaisseur rassurante du talon.

L'intérieur de la chaussure est signé à la main de la taille, du nom du modèle et du numéro de série. Une attention particulière, qui ancre la prestation dans une production artisanale et de qualité.

Vous observerez le talon qui est solidement fixé et composé de plusieurs couches de cuir compactes.

Les bords de la chaussure ne sont pas coupants et épousent la forme du pied, sans appuyer contre la peau.

La chaussure pèse un certain poids, c'est vrai. C'est même rassurant en fait, ça n'est pas une croûte de cuir légère et fragile, avec une semelle en composite.

 Semelle

Une semelle solidement scellée. On voit les clous dans le talon,
lui-même composé de plusieurs couches.
Note de Benoit : la photo n'est pas top au niveau de l'éclairage,
mais on distingue bien les finitions très propres.

La talon est cloué, la semelle solidement attachée au reste de la chaussure, et voilà que nous avons fait le tour ! Les chaussures sont très élégantes et équilibrées. Le modèle a été travaillé dans ce sens, afin d’être la touche finale du look auquel elles sont intégrées. Car, comme vous le savez déjà, les chaussures ne sont pas un accessoire mais la clé de voûte de votre tenue.

Pour vous en convaincre, imaginez une paire de brogues en cuir plissé et luisant qui complète une tenue formelle, composée d'un blazer de qualité et de très belle facture. Le résultat serait douloureux pour les yeux, n'est ce pas ? Alors si vous n’êtes pas prêts à dépenser 300 euros, sautez sur les "petites annonces" des forums, les ventes privées, ou les marques moins chères mais qui proposent une qualité honnête. Nous proposons beaucoup d'alternatives pour les budgets restreints chez BonneGueule, mais n'oubliez pas que les miracles n'existent pas, et qu'il faudra investir une bonne fois pour toute lorsque vous pourrez vous le permettre.

Par ailleurs, n'hésitez pas à contacter Pedro par e-mail. Il saura vous conseiller ou, pourquoi pas, vous proposer des adaptations à ses modèles, qui ne sont pas forcément disponibles en ligne 😉

De mon propre aveu, je suis moins sensible aux mocassins, mais il faut reconnaître que je n'ai jamais vu (jamais, jamais) un mocassin comme ça. Une marque qui arrive à me faire aimer les mocassins est une marque qui mérite que je m'y arrête.

De même que Les modèles de boots montantes (pour la saison Automne/Hiver) sont racés et présentent un design vraiment caractéristique, qui donne du cachet aux chaussures et ne se retrouve pas en modèle copié/massacré au Zara du coin. C'est certainement mon prochain achat chez Monge !

Chuck Mong

Un mélange de matières audacieux et facilement portable, peu importe la tenue. Le modèle Chuck est disponible avec de nombreuses variantes chaque automne ! Note de Benoit : les reflets du cuir sont très beaux.

Finalement, Monge a une gamme plutôt réduite, sur laquelle elle a choisi de se concentrer pour proposer des modèles étudiés et maîtrisés.

Ainsi, elle évite de multiplier les tâches et de se disperser en investissements coûteux. Si vous cherchez une paire de chaussures fiable et avec du cachet, vous trouverez de bons choix chez Monge, à condition d'aimer la touche créative lorsqu'on sort des quelques modèles sobres.

Pedro m'a confié l'arrivée d'une paire de boots absolument sublimes (les Robert) pour l'hiver prochain. Si vous avez prévu l'achat de combat boots raffinées pour cet Automne (avec un certain budget), peut-être que vous aimeriez voir celles qui arrivent.

Vous pouvez demander le lookbook à Pedro si le suspense vous tue, les contacts sont sur son site.

Alors ? Vous êtes sûrs que ça vaut toujours le coup d'acheter une paire chez une marque qui possède 500 boutiques en France et qui rogne sur la qualité ? On vous l'a prouvé avec Markowski, on le confirme avec Monge : vive les vrais ateliers de fabrication !

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Benoit – BonneGueule

    Super retour, merci !

  • Ca sent le luxe par ici!!c est tres jolie

  • Choléra

    Patin + fer encastré A L’AVANT me semblent indispensables oui.
    Pour les talons, j’ai le même ennuis. Sache qu’il n’y a pas grand chose à faire…

    1/ poser un fer au talon: bruit infernal et mauvais pour le dos.
    2/ enfoncer 2 punaises metalliques dans le talon externe: je n’ai pas testé, si ça tient en place sans se voir pourquoi pas essayer.
    3/ faire changer ses talonette avant que l’usure n’atteigne le talon « dur » (cher à réparer). Je le fais facilement 2x par an par paire… Un peu usant (si j’ose dire) mais pour env 7€ le resultat est niquel.

    Bonne chance!

  • hello,
    je te conseille de contacter directement la marque pour savoir comment elle fonctionne dans les détails 🙂
    bonne journée,
    Geoffrey

  • phl75

    Bonjour,
    Le principe du « sur commande » peut m’intéresse car faisant une petite pointure il y a certains types de chaussures qui sont introuvables pour moi.
    Mais justement pour la taille y a t’il une prise de mesure (à distance j’imagine), car si ce n’est pas du « sur mesure » c’est du « sur commande » donc comment cela se passe t’il si la taille ne convient pas ?
    Merci.

  • hello,

    Je n’avais jamais vu ce terme (sauf à l’oral peut-être sans m’en rendre compte). Mais je vais me renseigner…

    Des maîgres sources que je trouve, ils décrivent le « grené » comme un cuir ayant été travaillé via des pièces de liège.
    http://www.dandy-magazine.com/tags/cuir-gren%C3%A9-vernis-frapp%C3%A9-impression-m%C3%A9tallis%C3%A9-laser-croco-peaux

    De ce que j’ai pu voir un tannerie, le processus de « grainage » se fait avec un pressage à chaud grâce à de grandes plaques de cuivre. S’agirait-il donc de deux choses différentes ?

    Si tu as des sources, je suis preneur.

    Merci et très bon week-end,
    Geoffrey

  • doff

    Bonjour
    Marque intéressante 🙂
    Il me semble que le cuir grainé est une confusion et qu’il s’agit de cuir grené.
    Bonne continuation

  • Diidjy

    Moi quand on me dit que j’ai un bon produit dans 2 mois, ça ne me dérange pas d’attendre. Chacun a son avis après, mais je maintiens que l’attente pour un produit peut etre un plaisir. Si 2 mois c’est trop, bon courage pour trouver un rapport qualité/prix équivalent disponible immédiatement en boutique ou sous 2 semaines.

  • ouai j’avoue ahahaha
    après c’est Rémi, c’est un cas à part ahahah
    (tellement à part qu’il va faire son alternance chez nous)

  • Nazax

    Pour le délai de 2 mois, je cite: « c’était un plaisir de redécouvrir l’attente pour un produit » < faut pas pousser.. lol

    Merci pour cet article intéressant, on voit pas vraiment sur les photos mais les talons en arrondi de ces chaussures sont assez originaux 🙂

  • Ersatz

    En fait pour la manière de poser son pied et de se tenir, il est possible de voir un médecin spécialisé là dedans (j’en ai vu un plus jeune) qui peut proposer des exercices si il juge que la posture peut nuire à la santé. Notamment des exercices d’équilibre. Il faut évidemment en parler à son médecin traitant avant (ne serais-ce que pour être mieux rembourser).

  • stefy81fashion

    beautiful shoes

  • RafikBG

    Hello Olivier,

    Bienvenue par ici ! Et merci de ton retour, on est ravi s’il t’a plu !

    Si tu as la possibilité de poser des patins sur tes chaussures, je ne peux que t’y encourager ! Cela t’évitera de glisser, et te permettra de garder tes chaussures plus longtemps, mais je ne t’apprends visiblement rien ;).

    Pour ce qui est de l’usure de ton talon, si c’est quelque chose qui se vérifie sur plusieurs de tes paires, c’est probablement dû à la façon que tu as de poser le pied en marchant. Malheureusement, il n’y aurait pas de technique particulière pour le coup, désolé.

    J’espère avoir répondu à tes questions. N’hésite pas si besoin est !

  • Olivier

    Bonjour et merci pour ce test hyper intéressant.
    Je me posais une question en rapport avec ces chaussures, ne faut-il pas passer par la case cordonnier pour mettre une semelle, évitant de glisser ou même d’abimer le cuir sous la chaussure? J’ai une deuxième question, j’use souvent le talon de mes chaussures sur la partie externe, est ce qu’il y a quelque chose à faire ou bien je suis condamné à me rendre régulièrement chez le cordonnier pour changer le talon? Merci !

    Olivier