Test : Misericordia (et le pull Geometrico)

Temps de lecture : 7 minutes

23

Note de Benoît : on accueille le premier article de Paul ! Il a intégré l'équipe fin 2014 pour s'occuper de la partie "Trafic et Partenariats" de BonneGueule.

Plutôt novice au départ, il a intégré au fil des mois nombre de connaissances en matière de vêtements (ben oui, il est au quotidien avec nous en train de nous voir commenter et essayer des pièces de folie !).

Et il a donc tenu à se lancer en écrivant son tout premier test de vêtement. Ne vous inquiétez pas, j'ai personnellement validé l'article et son contenu 😉

Comme vous allez vous en rendre compte très rapidement, Misericordia, c’est d’abord une très belle histoire entrepreneuriale (rares sont les marques qui arrivent à construire un atelier sur plusieurs années, en partant totalement de zéro !).

Mais avant de vous présenter la marque, son histoire, et de décortiquer ce pull en coton pima, je dois avouer une chose : de tous ceux que j’ai portés, ce pull est celui qui a le plus intrigué mon entourage.

Naissance de Misericordia il y a plus de dix ans

Il y a maintenant douze ans, Aurelyen, alors artiste et jeune diplômé des Beaux-Arts, s’installe au Pérou. Accompagné de son ami Mathieu Reumau, il fait vite des rencontres avec des couturiers.

Très rapidement, le duo s’engage dans une aventure entrepreneuriale (en montant un projet aussi créatif que social), avec pour devise : "Manos, Espiritu y Corazon" (à savoir "Les Mains, l'Esprit et le Coeur", merci mes cours d'espagnol).

porte boutique Misericordia

Un atelier créé de toute part

Le nom de la marque vient de celui d'un couvent de bonnes sœurs, où ont été formés les premiers ouvriers : "NUESTRA SENORA DE LA MISERICORDIA". Par la suite, Misericordia naît dans un premier atelier à Zapallal, puis se déplace au centre de Lima et devient La Cabana de Alta Costura Misericordia.

Dans ce couvent, environ 45 personnes de tous âges apprennent chaque saison de nouvelles techniques et savoir-faire, puis produisent les collections dessinées entièrement par Aurelyen. Le terme Alta Costura est utilisé, car l’organisation de l’atelier reste artisanale et typique des maisons de Haute Couture. Ces personnes utilisent des matières sourcées localement. Ainsi, les cotons Tanguïs et Pima, le Modal, le baby-Alpaga ou le coton biologique sont les matières phares de la marque.

Que trouve-t-on aujourd'hui chez Misericordia ?

Le vestiaire Misericordia, quant à lui, est composé de pièces permanentes, ainsi que de pièces de saison ou de collaborations. Lors de ma visite à la boutique située au 7-9 rue de Charonne (dans le 11e arrondissement de Paris), j’ai tout de suite remarqué le design et les matières utilisées.

Cependant, après avoir fait le tour du magasin, il m’a semblé évident qu’un déséquilibre existait entre les pièces de saison et les pièces emblématiques.

Si les premières proposent des coupes et couleurs intéressantes, comme le pull Geometrico en coton pima (130 euros) et certains pantalons ou des chemises col mao, d’autres pièces telles que le pull à capuche Trineo m’ont moins plu, car je suis moins fan de pièces purement streetwear.

Boutique Misericordia de la rue Charonne Paris 75011

La boutique Misericordia rue de Charonne, avec son confessionnal retapé en cabine d’essayage.

En dehors du vestiaire lui-même, Antoine Leneuf, Chargé du Développement Commercial de la marque, m’a montré de nombreuses photos présentes dans sa petite mais très jolie boutique.

Elles sont aussi l’âme de la marque, très bien représentée dans cette petite vidéo, dont l’univers graphique est vraiment chargé (comme toujours lorsqu’il y a une vraie histoire à raconter) !

Le coton pima, la soie de l’Amérique du Sud

Comme vous l’aurez compris, le coton Pima provient du Pérou, où il pousse depuis plus de quatre mille ans. Les Incas l’utilisaient pour en faire des couvertures sacrées.

Cette « soie de l’Amérique du Sud » est récoltée à la main, dans les vallées du nord du Pérou, où le climat équatorial offre un sol riche et une qualité de tissu quasi-inégalable. Par ailleurs, la récolte à la main permet de minimiser la quantité d’impuretés accumulées, beaucoup plus élevée lors de récoltes à la machine.

Fleur de coton pima

De belles fleurs de coton pima, tout doux !

Ce coton a de nombreuses qualités :

  • il est antiallergique du fait qu’il ne reçoit aucun traitement chimique.
  • Sa fibre est très longue et en fait un tissu souple et résistant au lavage.
  • Il possède un vrai pouvoir absorbant et isolant, puisqu’en pouvant contenir jusqu’à 8,5% de son poids en eau, il permet à la peau de bien respirer, tout en gardant sa chaleur.
  • Enfin, et c’est une des qualités qui m’a tout de suite frappé, le coton pima est très doux et le devient de plus en plus avec le temps.

Test du pull Geometrico en coton Pima

Comme mentionné plus haut, plusieurs pièces m’ont sauté aux yeux lorsque je suis entré dans la boutique.

Après quelques minutes de réflexion, le pull Geometrico m’est apparu être la pièce parfaite pour faire un test de Misericordia. Il me paraît intéressant de vous présenter une pièce polyvalente, tant recherchée en termes de design qu’au niveau technique, d'où mon choix.

Couleurs et autres effets

D’abord, l’effet psychédélique, rendu possible grâce à un ensemble de lignes bleu et blanc positionnées de manière parallèle et sous différents angles. Le motif est franchement intriguant !

Du fait du contraste, on croit d’abord que les lignes sont bleues et blanches (comme sur une marinière), un second regard plus attentif révèle des degrés de mélanges de couleurs bien plus fins, obtenus grâce au tissage artisanal.

pull en coton pima bleu et blanc

Attention à la crise d’épilepsie (ou hallucinations possibles).

La pièce, presque électrique, est entourée de bord-côtes contrastés d’un bleu-marine uni, qui permet une transition visuelle nette au niveau du cou, des mains et du pantalon.

bord-cotes contraste

Des finissions très correctes et une coupe confortable

D’abord, en ce qui concerne les finitions, le pull Geometrico fait plutôt dans le haut de gamme.

On observe que les bord-côtes au niveau des manches et de la base du pull sont cousus dans la continuité du pull, et non pas ajoutés ultérieurement (c'est à dire "coupées cousues").

bord-cote du poignet

Le bord-côte serre juste comme il le faut.

Les coutures sont presque toutes propres, sauf peut-être un ou deux fils qui dépassent par-ci par-là sur la partie interne du bord-côte du bas du pull.

Ensuite, concernant la coupe, on se situe sur un fit pas trop serré, assez standard. Je suis plutôt mince, mais visuellement, je trouve pas que le rendu soit trop large.

pull geometrico confortable

Ajusté au niveau du col et des épaules, avec un peu d’amplitude le long des bras.

La mission d’associer design et confort est selon moi complètement réussie sur cette pièce dans laquelle on se sent bien, surtout à la mi-saison où les températures varient le plus entre le matin et le soir.

Avec le pull Geometrico, la douceur coton pima est réellement un plus, il m'arrive d'ailleurs de le porter à même la peau. Et enfin, le gros point fort par rapport à un pull en laine : il passe sans problème en machine !

Une pièce polyvalente

Après avoir porté ce pull de toutes les manières possibles, je peux dire qu’il s’intègre facilement à (presque) toutes les tenues.

Allié à un jean gris bien ajusté, il vient donner une touche un peu plus graphique à la tenue (et compenser cet effet longiligne que l’on retrouve trop souvent), sans parler du confort quand il est porté à même le corps.

pull geometrico jean gris bonnegueule

Une combinaison à la fois simple et colorée (avec le jean de la ligne BG III), parfait pour la mi-saison ! Note de Benoit : c'est l'exemple type d'une tenue quotidienne sympa et facile pour un étudiant, même si comme d'habitude, je me bats au quotidien pour leur enlever les revers sur leurs jeans !

S’il se marie très bien avec un jean et porté à même le corps, il peut également s’assembler avec une chemise en chambray et un chino d’été. L’ensemble joue sur différents tons de bleus, couleur de la mi-saison 2015 !

pull geometrico chemise chambray

Ne vous y trompez pas, la photogénie de Luca est le fruit d'un intense entraînement quotidien !

Conclusion sur la marque Misericordia

Mon avis personnel

Sans trop m'avancer sur l'ensemble des produits quelle propose, selon moi et comme elle le prétend, Misericordia est une marque haut de gamme qui propose des vêtements très bien finis avec des matières nobles et très agréables à porter.

Je conseille le pull Geometrico aussi bien aux connaisseurs qu'aux personnes qui, comme moi, découvrent leur style et souhaitent porter des pièces un peu plus décalées qu'un simple pull uni (je ne faisais que ça jusque là).

Allez donc faire un tour à la boutique, ne serait-ce que pour l'intriguant confessionnal ou l'histoire de la marque incrustée dans le parquet.

Remarques complémentaires de Benoît

J'ai pu passer à la boutique hier voir la collection bien en détail, car je connaissais finalement assez mal la marque.

Ils sont très compétitifs sur le coton pima (leur coton piqué sur le polo est top) et l'alpaga. Leur chemise Oxford a un toucher très doux et agréable grâce à ce fameux coton.

J'ai été plutôt surpris par le travail graphique sur certains vêtements, il y a une vraie volonté de proposer des pièces bien distinctes de ce qui se fait ailleurs. Les prix sont très corrects car ils possèdent leur propre outil de production (la marque peut optimiser ses coûts).

Bref, entre l'aventure humaine assez atypique, et les produits d'un excellent rapport qualité/prix, je vous encourage à vous pencher sur Misericordia !

Paul Schmitt Paul Schmitt

Normand d'origine, fan de Rone et de plein d'autres artistes, filmovore, ninja du webmarketing selon les dires de Geoffrey et Benoît, si tu veux parler trafic (internet), c'est à moi qu'il faut s'adressser !

Laisser un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.

  • Euxane – BonneGueule

    Hello Théo,

    C’est vrai, le cachemire demande un peu plus d’attention. Merci pour ton retour 🙂

  • Théo

    Hello Nicolò !

    Je te remercie pour ta réponse 🙂
    Si l’alpaga est comparable au cachemire, alors très peu pour moi !
    J’ai pu découvrir le mérinos grâce au blog, est difficile de s’en passer. Outre ses propriéte thermorégulante, le gros avantage du mérinos est pour moi son entretien: Nul besoin de laver tout les 5 ou 6 ports contrairement au cachemire, alpaga et autre.
    Je porte le cardi BG 2(voir 3) par semaines, aéré 3:nuits au grands et lavage tout les au bout 2 mois, cela me convient très bien !

    Pour le cachemire, je n’en possède pas. Je faisais plus référence à ce que j’ai pu lire sur internet: quelques soit la qualité du pull, il peluche au début.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Théo !

    C’est plus fragile, assez comparable au cachemire en fait. 🙂

    Par contre si ton cachemire bouloche sans arrêt c’est que c’est une « cochonade » comme le dit Geoffrey dans cet article :

    https://www.bonnegueule.fr/conseils-usure-vieillissement-vetements-vivants-morts/

    (Il t’expliquera aussi comment doit se comporter un bon cachemire dans le temps)

  • Théo

    Salut l’équipe !

    j’ai découvert cette marque il y a quelques heures en cherchant un pull sur l’exception. Cela semble être une superbe marque, assez peu mis en avant !

    J’ai repéré un pull de leur collection actuelle qui me plait: 100% alpaga. J’aimerais savoir comment se comporte cette matière au fur et à mesure, et en savoir plus sur son entretien.

    Je suis habitué aux mailles 6&7 en 100% mérinos que j’adore: une matière qui ne pelluche, un entretien facile, de superbes propriété techniques.
    A l’inverse, je suis vraiment des cachemires qui bouloche naturellement et qui nécessite entretien régulier (lavage tout les cinq ports) assez contraignant comparé à un mérinos.

    bref, j’attends votre avis 🙂

  • RafikBG

    Hello François,

    C’est plutôt consensuel, effectivement ! Mais il y a aussi une forte dimension stylistique dans l’ourlet, qui apporte une touche intéressante de nonchalance. En fin de compte, c’est surtout une question de goûts 🙂

  • François

    Salut Geoffrey,

    Pour le sujet du revers qui fait débat au sein de l’équipe, que pense l’équipe de cette idée :
    – la marque a « ornementé » les coutures => je peux faire un revers et faire admirer
    – la marque n’a pas ornementé les coutures => je ne fais pas de revers et j’ajuste mon pantalon à ma longueur de jambe (via retoucheur ou maman ^^) s’il est trop long
    C’est assez consensuel, non ? 🙂

  • Luca – BonneGueule.fr

    Merci pour retour. Le style ne sera pas le même mais tu peux en trouver chez A.P.C., Six & Sept, Mont Saint Michel.

  • Pierre-M

    Cela tombe à point nommé !
    Ca faisait quelques jours que je me disais manquer de pull (ou d’une 2d couche) pour la mi-saison ou l’été.
    J’ai pu passer l’hiver avec 4/5 pulls, mais mon vide-dressing de l’été dernier a été drastique de côté-là … Cette marque peut donc m’intéresser. Merci pour l’article et son timing. Perso, j’aime bien le pull choisi pour le test. J’ai l’impression qu’il peut se porter très facilement, malgré un design quelque peu osé.
    Y a-t-il d’autres marques à regarder pour ce type de produit ?
    PS : y a deux « Pierre M » dans un même fil de discussion c’est rare 🙂

  • Luca – BonneGueule.fr

    Hello Paul,

    Je porte une chemise et cardigan BonneGueule, une cravate Dagobear et un caban Monoprix.

  • Luca – BonneGueule.fr

    Ciao Pierre ! Di Monoprix 😉

  • Pierre M

    Merci pour ce bel article.
    Une question me taraude les méninges : di dove viene il magnifico cappoto di Maestro Luca?
    Grazie!

  • Johnito

    Bah, le deuxième polo montré est un peu preppy mais il y a moyen d’en faire quelquechose si on l’accompagne bien.

  • BenoitBG

    Précision super intéressante, merci !

  • Johnito

    Je suis sous le charme. Mais on dirait qu’ils sont en rupture ou que d’une façon on d’une autre il n’est plus proposé en ce moment.

  • Paul

    Article très sympathique, je ne connaissais pas du tout la marque d’ailleurs, et je pense allez faire un tour la bas sous peu !
    J’en profite pour demande si il est possible de savoir ce que porte Luca ?
    Merci 🙂

  • tout à fait, je corrige, merci !

    pour la taille, je pense que Paul à la bonne, mais il y a une marge de subjectivité propre à chacun sur le sujet 🙂

    idem pour le revers, le sujet fait débat au sein de l’équipe 😉

  • oops je corrige, merssi !

  • merci d’encourager Paul, il s’est beaucoup donné !

  • Ali

    jolie marque, mais pas de XS malheureusement 🙁

  • gianffranco

    Félicitation pour ton premier article, c’est du bon boulot !

  • Gouhouf

    Merci beaucoup pour cet article sur Misericordia. J’en ai entendu beaucoup de bien par ci par là. Après, je ne suis pas super fan de leurs motifs, je regarde régulièrement sur leur site les nouveautés, voir si l’une d’elles me tape à l’oeil.
    Concernant le coton pima, j’ai un exemplaire de pull de chez 6&7. C’est vraiment chouette, je trouve. Assez chaud (même si moins chaud je trouve que la laine d’agneau par exemple), mais surtout super agréable au toucher. Contrairement à la laine qui me gratte toujours un peu (surtout au niveau du cou), là aucun souci. Vraiment une alternative très intéressante aux pull qui grattent et cachemires qui s’usent trop vite. A priori, c’est très résistant. (Et en plus, pour les vegans pur jus, pas de produits animaux dedans 🙂 )
    J’ai cru comprendre que, en plus de très bien se laver, le laver souvent lui permet de s’user moins vite (ce qui me semble étonnant, mais j’essaye de suivre ce conseil). Du coup, tous les 2-3 ports, je le passe au lavage. Pour le moment, ça bouloche un petit peu (rien de grave, je suis un peu maniaque), je vais voir si ça se stabilise.

  • Abdelhamid Niati

    Pour un premier article c’est réussi. Je n’ai qu’une seule pièce de cette marque; qui est une veste sportswear et dont la texture est plutôt lourde. Cet article me donne envie d’en savoir un peu plus. Félicitations Paul.

  • Tada

    Bonjour,
    J’ai bien du mal à comprendre ce que vous vous voulez dire par l’adjectif « ambivalent », répété deux fois dans cet article, surtout pour qualifier un pull. Ça ne veut rien dire. Il faudrait remplacer par « polyvalent », surtout que c’est c’est ce qu’on comprend en lisant l’article.
    Deuxièmement, sauf si la taille portée est déjà la plus petite, prendre la taille en-dessous était possible pour avoir quelque chose de plus ajusté, je pense.
    Enfin pourquoi dites-vous qu’il ne faut pas faire de revers sur son jean alors qu’on peut lire dans d’autres articles du site que faire apparaître son cousu selvedge est de bon goût ?

    Voilà merci pour l’article.