Test : Under Armour, des vêtements de sport qui accompagnent la performance

Temps de lecture : 13 minutes

62

Under Armour est une marque d'équipement sportif très implantée aux USA mais encore méconnue en France. Ayant entendu énormément de bien à son sujet, j'ai décidé de la tester pour voir ce qu'il en était vraiment.

J'avais l'habitude de Nike, Adidas ou encore Asics, mais Under Armour s'avère être une très bonne alternative à ces marques sur-représentées sur le marché du vêtement de sport, qui plus est légèrement moins chère.

Disclaimer : c'est le premier article dédié aux vêtements de sport sur BonneGueule, plus particulièrement pour courir. L'objectif de cet article est de vous présenter une marque encore peu connue en France mais en aucun cas de vous donner des conseils pour mieux courir, etc. Je n'ai ni cette prétention, ni cette légitimité : d'autres blogs le font très bien 🙂

Mais pour être tout à fait honnête avec vous, j'ai aussi voulu tester la marque qui habille les plus grands super-héros ! Under Armour a obtenu une collaboration spéciale pour le dernier Avengers : L'Ère d'Ultron, sorti en 2015, dans lequel Tony Stark porte leurs tee-shirts sous son armure, et Captain American lors d'une scène de running…

under-armour-avengers

La collection dérivée "Transform Yourself", qui propose de vrais tee-shirts de super-héros, est actuellement sold out sur le site. Il vous faudra un peu de patience pour en devenir un 😉

Under Armour, une marque de sport à la pointe de la technologie

À l'origine de la marque : la nécessité d'un tee-shirt léger et respirant

Le fondateur de la marque, Kevin Plank, a joué dans le milieu des années 1990 comme arrière et capitaine de l’équipe de football américain de l’Université du Maryland.

C'est à ce moment là qu'il fait le constat que son tee-shirt et celui de ses coéquipiers, portés sous leurs épaulières, sont très vite trempés de sueur et donc beaucoup plus lourds. À l’époque, les vêtements techniques en polyester n’existaient pas (ou très peu) et / ou étaient très chers.

epaulieres-football-americain

Les fameuses "pads", épaulières en français, emblématiques de l'équipement des joueurs de football américain.

Impossible d'en rester là. Après son diplôme, il décide de commencer des recherches pour concevoir le tee-shirt parfait, capable de rester sec et léger même par temps de grosse chaleur. Il produit ainsi son premier prototype, qu'il fait essayer par ses anciens coéquipiers introduits dans la National Football League (NFL). Rien que ça !

Après plusieurs mois de travail et de recherches, le prototype #0037 voit le jour : un tee-shirt conçu avec des fibres synthétiques anti-humidité qui conserve les athlètes frais, secs et donc légers.

À ce moment-là, Plank travaille dans le sous-sol de sa grand-mère et vend son tee-shirt révolutionnaire sur toute la côte Est des États-Unis, à l'arrière d'une voiture.

L'entreprise naît réellement fin 1996, lorsqu'elle dépose son désormais célèbre tissu performant ColdGear®. Son siège social se trouve aujourd'hui à Baltimore, dans l'état du Maryland.

tee-shirt-coldgear-ua

Tee-shirt de compression Under Armour, ras du cou, en tissu ColdGear®.

Petit à petit, la marque se fait connaître et apprécier aux États-Unis. Elle signe des contrats d'équipement avec de grands noms tels que Warner Brothers pour des films ou encore des universités comme Georgia Tech.

En 2003, Under Armour sort son premier spot TV avec un slogan qui deviendra un vrai cri de ralliement dans le monde sportif : "Protect this house. I will."

Une offre qui s'est élargie : vers des produits de sport connectés

Aujourd'hui, la marque a largement étendu sa gamme de produits, proposant un vestiaire complet de vêtements sportifs et de baskets pour femme, homme et enfant.

Son point fort : le développement de tissus techniques de plus en plus performants. À titre d'exemple, elle dépose en 2011 le Charged Cotton® : un tissu conçu à partir d'un mélange de fibres hydrophiles (qui aiment l'eau) et de fibres hydrophobes (qui la rejettent).

charged-cotton-under-armour

Résultat : la marque produit des maillots à haute performance, qui absorbent la transpiration de la peau et la répartissent à la surface où elle s'évapore le mieux. Tout cela en gardant le confort et la douceur du coton !

Mais Under Armour ne s'arrête pas là et développe toujours plus de tissus ultra performants, venant combler les problèmes rencontrés durant l'effort sportif. Ainsi, elle développe nombre de gammes pour rester au frais, au chaud, en action... Toutes ces technologies sont expliquées sur le site (je reviendrai sur certaines dans la suite de l’article).

À ce jour, l'enseigne se dispute la deuxième place d'entreprise spécialisée dans l'équipement sportif avec Adidas et rêve de détrôner Nike. Elle vient de lancer la Speedform Gemini 2 Record Equipped : des baskets connectées qui mesurent la cadence, la durée et la distance de l'entrainement.

speedform-gemini-2-record-ua

Plus besoin de courir avec votre smartphone, ces baskets connectées enregistrent toutes les données et les retransmettent plus tard à votre portable via une application.

Mais pourquoi arrêter sa course en si bon chemin ?

Le 30 juin 2016 sortira la Health Box : une boîte qui comprend un bracelet connecté mesurant la qualité de votre sommeil et vos efforts quotidiens, une balance qui surveille votre poids et masse graisseuse et, enfin, un cardiofréquencemètre qui vous avertit lorsque vous forcer trop durant l'effort.

Under Armour est alors totalement en phase avec son credo : rendre les athlètes encore plus performants qu'ils ne le sont déjà. Plus qu'une marque d'équipement, Under Armour cherche à se positionner sur le secteur du coaching sportif (un peu comme Nike qui s’insère dans un style de vie).

La marque habille de grands noms du milieu sportif

Under Armour a acquis énormément de légitimité au cours de ces dernières années, lui permettant de sponsoriser de grands noms tels que le golfeur professionnel américain Jordan Spieth, actuellement deuxième du classement mondial.

jordan-spieth-under-armour

Jordan Spieth dans ses vêtements techniques Under Armour, dont on reconnaît très vite le logo.

En 2013, elle obtient également un contrat avec le joueur de NBA Stephen Curry (jusque-là sponsorisé par Nike) et sort deux modèles de baskets, signatures du meneur, qui marcheront très bien : la Curry 1 et la Curry 2.

basket-ua-modele-curry-2

Modèle Curry 2 - Under Armour.

La marque est présente dans tous les milieux sportifs, sans exception. C'est donc logiquement qu'elle équipe aussi des grands noms de la NFL comme Cam Newton et Tom Brady, mais aussi le grand tennisman écossais Andy Murray depuis 2015, ou encore la danseuse classique Misty Copeland.

tenue-under-armour-andy-murray-roland-garros

Voici une des tenues entièrement signées UA, portée par Andy Murray pour l’édition 2016 de Roland-Garros.

Elle fait aussi son bout de chemin en Europe puisqu'elle est l'équipementier de l'équipe du Pays de Galles de rugby et, en France, de l'équipe de l'ASM Clermont Auvergne (jouant dans le Top 14) depuis 2010.

asm-clermont-under-armour

On reconnaît encore ici le logo UA sur les maillots de l'équipe de l'ASM Clermont 😉

Enfin, elle s'introduit également dans le monde du foot en signant un partenariat avec l'équipe anglaise de Tottenham Hotspur.

Aujourd'hui, la marque ne s'arrête plus puisqu'elle vient de signer l'accord d'équipementier le plus cher de l'histoire du sport amateur avec UCLA (un contrat de 280 millions de dollars sur 15 ans).

underarmour_ucla_banner

Une bannière UCLA x Under Armour aux couleurs de la prestigieuse université.

Une marque prometteuse... mais que donne-t-elle en pratique ?

Under Armour, le test dans les conditions du direct

Lorsqu'on m'a proposé de tester la marque, j'ai tout de suite accepté car je n'en avais entendu que du bien, que ce soit sur la toile ou autour de moi. Je voulais vraiment me faire mon propre avis.

Je ne suis pas un grand coureur (je suis littéralement "un coureur du dimanche", car c'est le seul jour de la semaine où j'ai un peu de temps pour cela) mais j'ai quand même eu le temps d'apprécier les vêtements et les running.

Avant d'écrire cet article, je tenais à les tester dans la durée (j'ai dû courir une bonne centaine de kilomètres avec) afin de vous donner un vrai retour d'expérience.

Voyons maintenant si Under Armour est à la hauteur de sa réputation.

Des vêtements de compression pour soutenir les muscles pendant l'effort

Je vous vois déjà froncer les sourcils, qu'est-ce qu'un vêtement de compression ? Eh bien, c'est un vêtement qui va se coller à votre corps et maintenir vos muscles. Son utilité ? Un muscle mieux maintenu pendant l'effort est un muscle plus performant et, en l'occurence, plus endurant.

florian-vetement-compression-ua

Pas de blague sur la musculature, je ne suis pas taillé comme les mannequins Under Armour 😉

Le legging et le haut sont composés de la technologie HeatGear®. Cette matière agit comme une seconde peau ; une fois enfilée, vous l'oubliez complètement et vous vous concentrez sur l'essentiel : l'effort 🙂

Les premières minutes, vous vous sentirez peut-être un peu serrés (comme dans un bon jean selvedge neuf). La matière se détendra cependant très rapidement, pour se faire oublier grâce à son élasticité dans les 4 sens (le "4-Way Stretch"). Rafik pourrait aisément faire le grand écart.

short-2-en1-under-armour

Ce short a la particularité d’être 2 en 1 : un short et un bas de compression jusqu’à mi-cuisses, pour les raisons évoquées précédemment.

J’ai vraiment apprécié ce 2 en 1 car on se sent maintenu du début à la fin. Et côté longueur, elle est idéale ! C’est un choix personnel, mais je ne suis pas fan des shorts de course trop courts et sans maintien qui laissent passer l’air.

poche-arriere-short-under-armour

À l’arrière, vous avez une petite poche pour ranger vos clés, assez pratique et bien située (entre les lombaires et le fessier).

Que ce soit le haut, le legging ou le short, tous les trois sont très légers (sans être transparents). La fibre garantit un très bon transfert de chaleur, qui vous aide à rester au sec. Je l’ai testée dans toutes les conditions (froid, vent, pluie fine, soleil) et j’ai constaté qu'à la fin de mon footing, j’avais transpiré mais mon corps était au sec. Chose qui n’était pas forcément le cas avec des hauts et bas de compression d’entrée de gamme.

Et pour l’anecdote, vous ne jouez pas au contorsionniste au moment de l’enlever pour aller à la douche, car le vêtement est lui aussi (presque) sec : il évacue l’humidité et ne colle donc pas à votre peau. Pratique !

C’est avec cette technologie HeatGear® que Under Armour s’est fait connaître auprès des athlètes : le début de la saga ! À noter que ce ne sont pas des pièces sans coutures, mais celles-ci sont vraiment souples : elles ne grattent pas, on ne les sent pas. Un détail qui mérite d’être souligné, surtout lorsqu’elles sont portées à même la peau.

Au même titre que la ligne HeatGear, UA a également développé la technologie SwitchCool®. On la reconnaît grâce à l’imprimé cristal situé sur l’envers du vêtement. Elle vous garde frais et sec tout au long de l'effort !

technologie-under-armour

Une triple action mais attention, vous ne vous transformerez pas en astronaute pour autant !

Je n’ai pas eu l’occasion de tester des vêtements avec cette technologie mais je compte bien le faire ces prochains mois (notamment pour le plein été). Elle m’a l’air particulièrement adaptée lorsque les températures grimpent !

Le vêtement de deuxième couche utile par temps frais

Le vêtement de deuxième couche est celui qui vous protègera du vent, de la pluie et vous accompagnera par temps frais, comme une veste de mi-saison. J'ai personnellement testé le tee-shirt à manches longues.

florian-tenue-under-armour-running

Il remplit très bien sa fonction de deuxième couche. Au menu : zip pour se protéger du froid, ou au contraire apporter un peu de fraîcheur ; coupe volontairement plus ample, tout en conservant des manches ajustées pour ne pas laisser passer les courants d’air.

Très agréable à porter, doux au toucher, il peut même se transformer en vêtement pour chiller chez soi le dimanche 😉

Quel est l’effet de ces technologies textiles sur l’organisme ? Pendant l’effort, plus votre corps augmente lentement en température, plus il facilite sa bonne oxygénation dans le temps (la déshydratation est son ennemi). Moins d’eau dans le corps, moins d’oxygénation (un peu comme "pas de bras, pas de chocolat"), c’est aussi simple que cela.

Un sportswear qui fait des efforts de design

J’ai toujours eu du mal à saisir pourquoi les marques proposaient des vêtements multicolores, voire flashy. Un symbole de vitalité lié au sport ? Être vu par des éléments dangereux comme les automobilistes ? Peut-être… En tout cas, vouloir se défouler ou se faire plaisir ne doit pas rimer avec ressembler à un agent de la DDE !

De gros progrès ont été faits ces dernières années, sous l’impulsion de Nike, mais aussi de Under Armour. Cela passe par des lignes de vêtements sportswear, notamment de running, avec un design épuré, assez graphique, avec des motifs bien choisis. Et surtout, la marque respecte une certaine association de couleurs : la fameuse "règle" du pas plus de trois  !

florian-tenue-sport-under-armour

Vous voyez, ce n’est pas bariolé, il y a de l'orange qui est calmé par le noir. Et vous n’en faites pas trop car la couleur la plus voyante n’est pas la plus présente sur le vêtement.

tenue-sport-noire-under-armour

Si vous n’êtes pas trop à l’aise avec l'orange ou les couleurs vives, ajoutez simplement un vêtement sobre (de couleur sombre, comme le noir, le bleu marine ou le gris). Ce genre de pièces tempère le reste de la tenue.

Dernière chose, vous pouvez rajouter un short comme je l'ai fait pour obtenir un look plus passe partout 😉 (et si vous n’êtes pas à l’aise à courir en legging dans la rue, j’ai mis un peu de temps à m’y mettre).

Les chaussures de running Under Armour pour homme : une grande satisfaction

À la base, je connaissais Under Armour pour leurs vêtements mais beaucoup moins pour leurs chaussures. C’était pour moi l’occasion de tester un de leurs derniers modèles, la SpeedForm® Gemini 2.

speedform-gemini-2

Pour être honnête, au départ, j’ai eu mal à me faire à l’orange assez présent sur la chaussure (vs mes Nike Pegasus noires et grises) mais finalement, une fois insérées dans la tenue, le rendu est sympa.

Les experts de la course à pied (du moins en France) ne jurent que par Asics, qui fait figure de référent sur le marché (à juste titre), mais je peux vous dire que ces UA ont de l’énergie et du confort à revendre.

Une technologie développée pour le confort et le maintien de vos pieds

La technologie SpeedForm®, avec sa coque talon sans couture, élimine tout risque d’inconfort, voire d’irritation. Le fait que le talon soit réalisé en textile et renforcé par la coque est un compromis intéressant. Il allie :

  • Souplesse au niveau du talon d’Achille, qui peut parfois frotter s’il est en contact avec une partie trop rigide,
  • Et rigidité, avec la coque qui enveloppe bien le talon.

Pour avoir parcouru une centaine de kilomètres avec, c’est un véritable chausson dès le premier port (aucune ampoule à constater).

L’empeigne (toute la partie en textile de la chaussure) est conçue dans une usine fabriquant… des soutiens-gorge ! C’est une des raisons pour lesquelles on s’y sent si bien tout de suite : elle est réalisée avec précision et sans aucune couture à l’intérieur.

couture-ultrason-running-underarmour

La seule couture que vous trouverez est lisse, étant soudée par ultrasons et munie d’un bande Bemis que l’on retrouve dans les soutiens-gorge. On ne la sent pas du tout !

detail-running-under-armour

Et bien sûr, vos pieds restent au sec car le textile est perforé sur sa première couche.

C’est une grande tendance en ce moment, faire des empeignes en textile pour plus de souplesse et de confort. Le maintien est très bon grâce à la coque du talon, et à la languette asymétrique qui se plaque bien contre votre pied.

De plus, dans le cas où vous seriez en foulée descendante, le renfort du bout du pied vous évite des chocs intempestifs avec quelques cailloux.

Et c'est pas fini ! La technologie ArchForm® de la semelle intérieure vous permet de garder vos pieds stables, notamment quand vous allongez la foulée en montée. C’est testé et approuvé, mes jambes s’en souviennent encore 😉

Une semelle bien conçue, adaptée à une foulée universelle

C’est certainement la partie la plus importante d’une paire de running. Elle assure l’amorti des chocs provoqués par la foulée et, par conséquent, le confort global. Si vous voulez vous mettre à courir sérieusement, il va falloir investir : vos genoux vous remercieront.

Alors, chose très importante, cette chaussure ne conviendra pas aux foulées par pronation ou supination, uniquement pour les foulées neutres / universelles.

supination-pronation-universel

Petite explication :

  • Pronation : lorsque vous courez, votre pied s’affaisse vers l’intérieur ;
  • Supination : c’est l’inverse, votre pied part vers l’extérieur ;
  • Universel : votre cheville est alignée avec votre talon, votre pied attaque le sol de manière homogène.

Comment connaître son type de foulée ?

Le moyen le plus simple est de regarder les parties les plus usées de la semelle sur ses chaussures. Exemple : si c’est l’intérieur, vous êtes probablement pronateur. Si vous êtes en universel comme moi, c’est l’avant de la semelle en son milieu qui sera le plus abîmé.

Il n’y a pas de mal à être l’un ou l’autre, l’universel est comme son nom l’indique le plus répandu (45 % des coureurs). Bien choisir ses running en fonction de sa foulée est important, sinon vous allez droit vers des tendinites.

Revenons à nos semelles !

coussinets-running-under-armour

Under Armour a choisi de rajouter des coussinets au niveau de la voûte plantaire et du talon pour offrir davantage de confort (chaque fabricant a sa technique).

En tout cas, sur les différents runs que j’ai pu faire, avec des allures différentes, j’ai toujours senti un vrai confort. Ce qui donne, au final, un drop de 8 (= votre talon est surélevé de 8 mm), mais certains préfèreront courir à plat (sans drop) : c’est une question de goût.

Je cours 10 à 15 km chaque week-end et je n’ai jamais ressenti de douleur aux genoux, chose qui était déjà arrivée avec d’autres paires de running. Très bon point donc !

Des runnings qui suivent la cadence à autre vitesse

Qu’on soit bien clairs, je ne suis ni un performer, ni un marathonien, juste quelqu’un qui aime se défouler en courant (et pour entretenir mon passé de footeux). J’ai l’habitude de tout donner dans les derniers kilomètres et je peux vous dire que la semelle extérieure en caoutchouc-carbone agrippe vraiment bien le sol (que ce soit sur route ou chemin).

Le transfert d’énergie de l’arrière vers l’avant est très bon. D’autant plus que le rebond est excellent.

semelle-running-under-armour

Après une bonne centaine de kilomètres, la semelle est comme neuve, merci au composite caoutchouc / carbone 😉

La semelle de la chaussure n’est pas plate afin de mieux transférer l’énergie de la foulée, de l’arrière vers l’avant (de l’attaque par le talon vers la traction, via la voute plantaire).

Mon bilan sur la marque de sport Under Armour

C'est sans conteste une très bonne surprise, qui confirme la réputation que la marque s'est tissée au pays de l’oncle Sam. Le rapport qualité / prix est au rendez-vous :

  • Legging à 45 €,
  • Short à 45 €,
  • Haut de compression à 30 €,
  • Tee-shirt manches longues à 55 €,
  • Chaussures à 130 €.

Ce sont même des prix en-dessous de ceux pratiqués par Nike ou Adidas, par exemple. En revanche, UA n'est pas comparable à ces deux marques en termes de design et de coloris : leurs chaussures ne sont pas, pour le moment, destinées à un usage citadin.

On retiendra quand même que compte-tenu du prix, des détails et de l’innovation produit, Under Armour se fait une place de choix dans le marché du sportswear. Les produits sont de bonne qualité et accessibles, que vous soyez débutants ou confirmés.

Le produit qui m’a le plus séduit est sans nul doute la paire de running, par sa polyvalence et son dynamisme. Mes Pegasus ont du souci à se faire... 😉

Cette marque au marketing peu visible en France devrait s'imposer rapidement !

Laisser un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.

  • Chikito El Zorro

    Ok merci de votre réponse ! Je n’y avais pas pensé 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Chikito !

    Il faut vraiment que tu poses ces questions là aux services clients des marques, c’est à eux de te renseigner et de t’indexer sur leurs produits (et ils sont plus à même que nous de le faire)

  • Chikito El Zorro

    Salut merci pour ton article !

    Comment taille la marque ? je mesure 1m98 du coup j’ai un doute sur la longueur des jambes :/
    Pouvez vous me renseigner ? habituellement je porte du L en jogging

  • elo

    C’est vrai 😉

  • Euxane – BonneGueule

    Hello elo,

    Je pense que le ressenti varie beaucoup selon les personnes 🙂

  • elo

    Eh bien, moi, je cours, et leggins longs plus short, c’est par des t° sous zéro. Je mets un corsaire qui arrive sous les genoux quand il fait autour de 5°, sinon, je suis en short. On se réchauffe très vite quand on court. De même, jamais de manches longues. Juste au début, mais vite, je retire le maillot. L’erreur du débutant est de partir trop couvert.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello !

    Moi perso je ne cours pas (et donc je suis pas prêt de tester ce genre d’équipement), mais Flo nous a bien confirmé que ça respirait comme il fallait 🙂

  • elo

    tu dois crever de chaud dans cet accoutrement !! ou bien tu ne cours pas ! Et pour les fammes, UA taille beaucoup trop grand. Je ne suis pas convaincue

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci beaucoup pour ton retour Brice 🙂

  • Brice-Linh

    Bonjour, très bon article.
    UA est à mes yeux la meilleure marque proposant des produits techniques pour les sportifs. Cela fait plus de 16 ans que j’utilise des compressions UA, tshirt, jogging, chaussures de foot us, gants..pour tous mes entrainements. J’ai connu la marque quand j’ai commencé le football américain.
    La technologie a évolué depuis leur début, et la qualité reste. J’utilise toujours aujourd’hui mon premier heatgear qui a plus de 16 ans, les produits sont hyper résistant.
    Comparé à la gamme Pro combat de Nike, je préfère la gamme UA, un peu moins chère et plus résistante.

    Le fait de faire connaitre cette marque est très bien, car cela permettra à UA de proposer plus de produits que la gamme qui est pour le moment proposé en France. Car au USA, la gamme est tellement plus importante.

  • Simon

    Je me rabattrais sur du noir pour commencer dans ce cas, merci pour l’info 😉

  • Florian Deveaux

    Hello Michael,

    Content que tu aies apprécié !

    Je te confirme que l’explication est bonne, je pense que c’est le schéma qui porte un peu à confusion.

    Comme tu peux le voir via ce lien, http://www.jogging-plus.com/entrainement-course-a-pied/coureur-debutant/pronateur-neutre-supinateur/
    la pronation est bien vers l’intérieur, tout est en ordre 😉

    A bientôt,

  • Florian Deveaux

    Hello Xavier,

    Merci pour ton retour 🙂

    UA ne se limite pas à la compression, ils ont une gamme très riche comme le tee-shirt manche longue que je présente dans l’article.

    A bientôt,

  • Florian Deveaux

    Tout à fait !

  • Belenjeu

    Bonjour et bravo pour votre article que j’ai apprécié. Il me semble cependant qu’un inversement s’est glissé dans votre définition de supination et pronation. Si le dessin est bon, le texte en dessous semble le contredire. Bien à vous. -Michael-

  • Hervé

    Pour te répondre Simon, quand tu les prends en compression, ça moule vraiment tout, et ne pardonne rien pour les couleurs claires. Là soit c’est jackpot (si tu es musclé, ou à la rigueur mince), soit loupé 😉 Mais bon avec du noir ça passe très bien, ça ne se remarque pas (parole d’utilisateur).

  • Florian Deveaux

    C’est tout à fait normal pour de répondre à vos messages, BonneGueule s’est construit (et continuera) sur sa communauté !

    Tu as bien compris ce qu’on cherche à faire, ici c’était plus annexe mais visiblement c’était trop mis en avant.

    On fera attention pour les prochaines fois 😉

    PS. M’en parle pas pour KFC (et McDo qui sponsorise l’Euro), là c’est complètement antinomique .

    A bientôt,

  • Florian Deveaux

    Merci pour ton retour !

    Effectivement, il faudrait se rendre sur place, l’info locale, il n’y a que ça de vrai 😉

    A bientôt,

  • no_one

    Merci pour ces précisions,

    Pour rappel mes sources viennent d’alternative économique (je leur fait plus confiance que M6, ou BFM..)
    Concernant ta remarque sur les salaires, ils font la différence entre salaire « minimum » et salaire « vital ».
    Après je ne l’ai sans doute pas assez précisé, ils faisaient une étude surtout sur Nike et Adidas et ne parlaient pas d’UA.
    Après je te l’accorde, comment savoir le vrai du faux à moins d’être sur place?

    Comme tu le dis, chacun sa part de rêve, moi cet cet article ne m’a pas fait rêver.
    Et j’attends le prochain article avec impatience 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Suit !

    Ton argument se tient tout à fait pour le coup, et c’est vrai que le marketing des marques marche aussi comme ça, surtout dans le milieu sportif.

    Mais de notre côté j’ai plus l’impression qu’on a fait qu’exposer un fait, du genre »hé, UA sponsorise des grands sportifs et est très présente dans le milieu, point. »

    On parle même de « contrat » dès le début, tu ne peux pas nous plus faire comme si on avait dit « Hé les gars, si Mr X ou Mr Y s’habille chez UA pour le sport, c’est que c’est génial ». 😉

    Je pense que le but de Flo, c’était aussi de montrer comment cette marque est positionnée sur le marché. Ca me paraît important quand même, de préciser si on est en train de parler d’une micro boîte indépendante naissante ou d’un grand acteur en devenir 🙂

  • Suit

    Bonjour à l’équipe !

    Je comprends tes arguments. Je reste quand même circonspect. Àmha, le sponsoring des sportifs par les marques a pour but de mettre dans la tête du consommateur la pensée suivante : « si Curry, la nouvelle superstar du basket US, porte cette marque, c’est qu’elle doit être bien. Sinon, il irait voir ailleurs. » Le corollaire, c’est que le consommateur n’a même pas besoin de s’intéresser à la qualité intrinsèque du produit, car la superstar l’a déjà validé.

    Je m’imaginais que BonneGueule cherchait justement à passer outre les arguments marketing rabâchés à coup de millions par les grosses marques, à remettre le produit, ses qualités, son coût et ses méthodes de fabrication au centre de l’attention. C’est justement cette démarche que j’apprécie depuis… je sais pas trop, au moins 5 ans 🙂

    (Espérons juste que, parallèlement, le téléspectateur ne pense pas que KFC soit de la bonne bouffe parce qu’ils sponsorisent l’équipe de France de foot. Savoir lire entre les lignes, toussa)

    En tout cas, encore une fois, merci de prendre le temps de lire et de répondre à nos messages 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    C’est moi qui ai rajouté la partie Avengers, parce que Tony Stark est mon idole 🙂
    (et franchement, c’est plutôt fun comme info)

  • Florian Deveaux

    Salut,

    Effectivement, je ne l’ai pas mentionné dans l’article car les vêtements et chaussures testés sont fabriqués au Vietnam (tout comme notre jean Kurabo). Les vêtements techniques sont faits la plupart du temps en Asie car il y a un vrai savoir-faire. D’ailleurs les running sont faites dans une atelier où l’on fabrique les soutiens-gorge. Tu as quelques ateliers en Europe également où nous avons fait notre softshell et pantalon technique (mais ce n’est pas le propos ici).

    Il faut savoir que travailler les matières techniques, est plus difficile que du coton par exemple et demande une dextérité supérieure à la moyenne. Et justement les vietnamiens ont une dextérité qui leur est propre : je ne l’invente pas, c’est une connaissance qui est professeur de couture là-bas qui me l’a expliqué 😉

    Certes, ce n’est pas la seule raison qui pousse UA à produire dans ce pays mais attention à ne pas faire des raccourcis / amalgames. Je m’explique :

    – Il faut comparer ce qui est comparable : le salaire d’un cambodgien est dérisoire par rapport au notre mais il faut prendre en compte le coût de la vie dans le pays en question. Tu peux payer très correctement une couturière, la faire travailler dans de bonnes conditions de travail et développer le tissu local (comme le fait Someone Shoes par exemple). Si une marque décide d’aller dans un pays où la main d’œuvre est moins chère, c’est pour proposer un produit plus accessible pour le client au final, tout en rémunérant de manière juste le personnel de l’ensemble de la filière de fabrication. En résumé, Asie ne rime pas avec exploitation ;).

    – Certaines usines sont plus modernes qu’en Europe et en France, les clichés / dérives existent encore mais tu as aussi du très bons ateliers qui travaillent pour des marques haut-de-gamme en faisant les choses bien.
    Ming en parle très bien d’ailleurs : https://www.bonnegueule.fr/la-verite-sur-le-made-in-china-avec-ming-yin-de-three-animals/
    On en parle pas ici du Bangladesh avec les scandales que l’on connaît.

    – Comme je l’expliquais dans d’autres commentaires, j’ai choisi de parler de manière complète des terminologies de la marque car c’est sur son innovation textile que la marque s’est développée. Et puis, c’était l’intérêt de l’article en essayant de le prendre plus accessible possible en partant de ces appellations techniques : Cc’est tout l’intérêt des vêtements de sport, la technicité des produits 🙂 Je pense que si on avait parlé d’une petite marque, cela n’aurait pas posé de problème.

    Concernant les structures de marge d’Adidas, Nike et consort, j’ai aussi vu un article qui en parlait. Toujours difficile de savoir si les chiffres annoncées sont bons mais il est clair que ce sont des business models différents. Mais attention, il n’est pas à blâmer, tout dépend pour quoi tu veux payer quand tu achètes la marque : c’est au consommateur de choisir et chacun a le droit à sa part de rêve.
    > Les uns préfèrent payer pour le côté éthique d’une marque, son côté humain, sa qualité de service etc
    > Et d’autres tout simplement parce que la marque les fait rêver (ex. Leur idole porte ces chaussures).
    Au final, c’est le sentiment d’appartenance qui conditionne ton choix (Maslow, si tu nous lis).

    Depuis que je travaille dans ce secteur, j’ai appris à prendre du recul car une chose est sûre, la réalité n’est pas toujours celle que ce qu’on essaye de te faire croire dans la presse. Il faut se faire son propre jugement, confronter les différents propos 🙂

    A bientôt,
    Ps. Pour notre jean, tu peux dormir sur tes 2 oreilles 🙂

  • Florian Deveaux

    Hello Dominique,

    Il y du vrai dans ce que tu dis, la technicité d’un produit, tu le vois surtout sur les longues distances. Et même chose, pour la durée de vie des produits qui diminuent : quid de l’obsolescence programmée des produits (toutes catégories confondues) ?

    J’ai fait avec mes moyens, je n’ai pas pour but de courir des trails mais peut-être que cela viendra ;). Le but, c’était de vous faire découvrir les produits avec ma petite expérience. Si un sportif de haut niveau / sportif confirmé veut nous faire un retour, ce sera avec plaisir qu’on l’insèrera dans l’article pour l’étayer !

    A bientôt,

  • Florian Deveaux

    Hello Suit,

    Comme je l’ai précisé à Jonathan plus haut, la présentation de UA était assez axée communication car c’est ce que met en avant la marque : on compose avec les infos que l’on trouve (bien que la présentation ne se limite pas aux sponsorings et au côté « marketing » : la marque a aussi une histoire).

    Côté sponsoring, ce n’est en aucun cas un argument de vente attestant de la qualité du produit, je sais que vous savez lire entre les lignes comme on dit 🙂
    Mon but était de créer du partage autour des différents sports pratiqués par les lecteurs afin d’avoir potentiellement des retours d’expériences.

    C’est le test qui vient ensuite qui juge de la qualité du produit et rien d’autres. Le reste, c’est de l’image, ni plus, ni moins.

    Tu l’as compris, on essaye de parler au plus grand nombre tout en essayant d’être le plus complet possible 🙂

    A bientôt,
    Florian

  • Florian Deveaux

    Salut Jonathan,

    Je te remercie pour tes retours.

    Je me suis fait un peu la réflexion à l’écriture de l’article mais j’ai décidé de laissé toutes ces appellations techniques car elle fait partie intégrante de la marque (comme d’autres marques pourraient en avoir). Et puis, c’était l’intérêt de l’article en essayant de le prendre plus accessible possible 🙂

    J’ai tenu à vous présenter en détail la marque avec tous ces supports de communication car c’est l’objet d’un test de marque : la présenter puis la tester. Effectivement, ici il y plus de contenu car la marque est très développée aux US (vidéos, sponsoring de star de la NBA etc).

    Mais après tout, où le problème ? Chaque marque a sa stratégie de communication et marketing, ce qui importe dans ce test : c’est le produit qui a foncièrement un bon rapport qualité / prix (c’est notre obsession chez BonneGueule comme tu sais).

    J’aurais pu faire une introduction sur la marque un peu moins longue, mais je voulais aussi que la marque soit présentée de manière complète en évoquant les différents sports (et un peu de « fun »). Je savais que certains l’utilisaient déjà dans leurs sports favoris. Le but était d’avoir des retours d’expériences, comme certains lecteurs ont pu en faire.

    Pour ce qui est de la nuance, on se pose très souvent la question lors de la relecture. Est-ce que je n’en fais pas un peu trop car au final, il n’y pas de véritables point négatifs ? Mais bon, s’il n’y en a pas, je ne vais pas en inventer pour apporter plus de nuances.

    A mon petit niveau, j’ai été très agréablement surpris par UA par rapport aux produits que j’utilisais avant mais je ne demande qu’aux sportifs les plus aguerris de nous faire un retour en toute transparence car après tout, c’est ça que que tout le monde recherche dans les articles : de l’honnêteté 🙂

    A bientôt,
    Florian

  • Simon

    Bonjour !

    C’est sympa un article comme ca 🙂 Surtout que ca nous fait connaître des marques qui proposent des vêtements de qualité à des prix plus attractifs que le duo Nike/Adidas ! Sur les tshirts de compression de UA, j’aurais une question.

    Est ce qu’ils « collent » à la peau au point où le ventre et la taille sont moulés et ne pardonne (vraiment) aucun écart ? Réservé aux physiques minces ou athlétiques ? Je connais ca sur certaines marques notamment Adidas parfois.

    C’est une bonne chose que UA propose des chaussures avec un drop léger. Depuis 15/20 ans les marques rivalisent de technique avec des amortisseurs en bulle d’air etc… Plus gros est le talon plus on nous vend une running haut de gamme. Pourtant diverses études montrent que ces chaussures n’ont jamais diminuées le niveau et le risque de blessures… De plus un talon fort peut avoir tendance à gêner le rebond en donnant une impulsion vers l’arrière plutot que vers l’avant. Courir avec un drop élevé c’est, un peu, comme porter des talons, ce qui n’a jamais eu d’effets positifs sur le squelette.
    Après il est vrai que courir sans drop voir pieds nus c’est exigeant pour les muscles et il faut y aller doucement au debut le temps que les pieds, genoux, mollets s’habituent 🙂
    Mais à l’origine nous sommes faits pour courir sans surélever notre talon, d’ailleurs les pays ou tribus spécialisés dans la course à pied, on court pieds nus (faute de moyen également sûrement) mais sinon avec une simple protection sous le pied. Sans que cela n’accentue le risque de blessure ou diminue la performance.

    Bref quand Adidas, Nike et dans une moindre mesure Asics se font la course à qui proposera la running à l’amortissement le plus énorme (pour 150/200€), ca rassure de voir que des marques proposent des running au drop raisonnable et mis en avant sur BG pour leur qualité 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci Simon 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour le retour !

  • Simon

    Les chaussures ont l’air vraiment bien mais elles ont surtout l’air inadaptées pour les (trop) nombreux coureurs qui utilisent des semelles orthopédiques. Dommage. :/
    Sinon très bon article comme toujours, en tout cas c’est osé de faire le test d’une marque de vêtements sportifs. J’adhère 🙂

  • no_one

    Un peu dérangeant cet article.

    Ce que j’avais chez bonne gueule c’est le côté éthique dans les marques présentées.
    Des marques amoureuses des matières et du travail bien fait avec des marges raisonnables, et donc un rapport qualité/prix excelent.
    Vous ne manquez généralement pas de parler des matières et du lieu de fabrication.
    Concernant ce dernier point, dans cet article rien…
    Et c’est ce qui me dérange ici plus que la déferlante de termes marketing (Il y en a tellement que l’overdose arrive vite, on est plus dans un test mais dans une campagne de pub, on sentirai presque l’odeur des billets passer sous la table 😉 ).

    Par ailleurs ce mois-ci dans alternative économique on trouve un sujet sur les sponsors pour l’euro.
    Par exemple on apprend que sur une paire de Nike à 140€ les coûts se répartissent ainsi :
    matière première 9,9€
    marketing et sponsoring 5,6€
    Bénéfice Nike 23,4€
    Salaire des ouvriers 2,4€
    Soit 2,3 fois plus pour le marketing que pour le « l’outil de production »

    Par ailleurs le salaire moyen d’un cambodgien est de 1384€ par an – je répété : 1384€ par AN.
    Sachant que le salaire vital (salaire nécessaire à la satisfaction des besoins fondamentaux d’une famille) est de 2751€ par an.
    Donc en gros Nike, Adidas, puma pourraient se permettre de rémunérer ces salariés au minimum vital en engrangeant encore des bénéfices pharaoniques.

    Du coup j’ai du mal à croire qu’ UA puisse se permettre de taper des records de sponsoring (UCLA, 280millions -> soit plus que les 250 millions de nike pour Rory mc Illroy) en rémunérant mieux les ouvriers sachant qu’ils vendent moins et moins cher que Nike…

    Aujourd’hui j’ai acheté le jean gris BG, fabriqué au Portugal, j’espère qu’ils sont mieux rémunérés.

    Au moins cet article à un avantage : je ne connaissais pas cette marque, elle est maintenant sur ma liste noire, au même titre que Nike & co

    Mais bon, il s’agit que d’un article, ça n’enlève rien à la qualité du site et de la qualité de votre travail en général.

    Amicalement,
    noone

  • Alex

    On parle de golf oulààààààààà ! « Moment rare »

  • Célian

    J’utilise depuis plusieurs années under amour pour ma vie de tous les jours (au boulot) comme pour le sport (course à pied, airsoft, kayak) je n’ai jamais eu aucun soucis. Les prix pratiqués sont largement cohérents à la qualité proposé, foncez !!! 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Johann !

    Merci 🙂

    Regarde par ici !

    http://www.underarmour.fr/fr-fr/store-locator

  • Nicolò – BonneGueule

    Et à l’inverse tu as d’autres lecteurs qui nous ont fait remarqués qu’on avait pas assez développé sur Stephen Curry par exemple. 🙂

  • Johann Lorillon

    Super ca donne envie d’être habillé comme Tony stark ! Ou est ce qu’on peut trouver la marque en France?
    Merci!!!

  • Xavier P.

    @ Florian : effectivement tu devrais laisser tomber les pegasus, elles ne sont pas adaptées à ta « routine running » du moment. Ce sont des chaussures destinées à des coureurs lourds et pour de longues distances.
    Avec 10-15 km par semaine et un gabarit fin comme le tien, tu devrais te tourner vers des chaussures plus légères et avec moins d’amorti. Les UA ont l’air pas mal dans l’esprit.

    Voilà pour le conseil Cap du jour 😉

    Sur UA, je n’ai jamais franchi le pas. Je ne suis pas très fan des t-shirts avec compression, j’ai l’impression de perdre en liberté de mouvement et d’être à l’étroit en courant. Je reste sur Nike Dri Fit et de temps en temps North Face ou Gore.

  • Suit

    Bonsoir,

    je ne sais pas si Jonathan « cherche la petite bête », mais je suis aussi très gêné par la forme de l’article (surtout le début ; pour la partie « technologies de l’espaaace » je n’ai pas d’avis), qui fait un peu publi-reportage (à la différence que le publi-reportage est indiqué comme tel, en petits caractères).

    L’élément qui me gêne le plus, c’est de reprendre :
    – autant d’éléments visuels marketings (« The avengers », la vidéo) ;
    – et surtout citer les sportifs sponsorisés, comme si le fait de sponsoriser Spieth, Curry, Tartampion, ou Patincouffin démontrait la qualité du produit ou bien puisse servir d’argument.

    (petit aparté au sujet de Jordan Spieth, car je m’intéresse un peu au golf.
    Il pourrait porter une casquette Carrefour, un polo et un pantalon Kiabi que ça ne changerait pas son fond de jeu. En revanche, ses chaussures sont importantes et il porte effectivement du Under Armour. Mais ses clubs – l’élément le plus important, évidemment – ne sont pas du Under Armour)

    Merci bref !

  • Jonathan

    tout ceci me paraissait un peu too much pour faire 10 bornes par semaine sur les bords de seine (j’ose espérer que les vrais sportifs ne choisissent pas leur équipement via BG ^^), mais après tout pourquoi pas en effet. Chacun fait bien ce qu’il veut comme disait l’autre :p

  • Nicolò – BonneGueule

    Mais là est sur un créneau tout à fait différent ! Il faut comparer ce qui est comparable !

    Moi je comprends qu’on veuille se faire plaisir avec des choix plus décalés / détendus / drôles / fun sur des vêtements de sport quand on soigne déjà son choix de vêtement dans les tenues du quotidien. C’est libérateur !

    D’ailleurs si l’élégance est un état dans lequel on es « coincé », et si ça atteint la rigidité psychologie, ce n’est plus tant de l’élégance qu’une obsession pour son image 😉

    Pour les technologies dont tu parles, oui c’est sûr, les noms sont faits pour impressionner mais elles ont bel et bien des fonctions (qui « fonctionnent » pour de vrai d’ailleurs) et méritent d’être mentionnées.

    Je ne sais pas si tu connais vraiment le secteur, mais je trouve ça un peu facile de lancer, à la volée comme ça, que « ce n’est que du marketing ». Je t’assure qu’il y a bel et bien des gens qui développent ces matières, ces solutions, qu’elles on une vraie plus-value.

    Il faut aussi rester cohérents, le marketing existe et ce n’est pas non plus une bête noire tant qu’on en fait pas n’importe quoi ! Tu voudrais qu’ils remplacent « heatgear » par « trucs qui tiennent un peu chaud » ? :p
    L’intérêt ENTIER de ce genre de produit réside dans les petites plus-values techniques, c’est normal d’en parler du coup, non ?

    Bref, je trouve que tu cherches un peu la petite bête là ^^

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour le retour Trikane 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Charles !

    Merci pour la contribution, tu n’es effectivement pas le seul à l’avoir fait remarquer 🙂

  • Jonathan

    Au contraire, c’est tout à votre honneur de ne pas faire de publicité, je donnais seulement mon point de vue sur le style employé, et l’accumulation de ces pseudo « technologies » si chères aux fabricants de rasoirs devant lesquelles l’auteur de l’article semble s’extasier. « ArchForm », « Speedform », « Heatgear » etc… C’est tout juste si les lacets ne sont pas tissés dans un matériau développé par la NASA. Un peu de sérieux et d’esprit critique devant ces arguments marketing à la noix ne feraient pas de mal. L’homme élégant faisant preuve de discernement ne se laisse pas impressionner par ce genre de poudre aux yeux dont les marques nous abreuvent chaque jour.

    Et puis ces collants ressemblant a des uniformes de super héros… on est bien loin de l’élégance masculine et du bon goût non ?

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Quentin !

    Hahaha, sûrement pas pour tout de suite, on va continuer de faire ce que l’on sait faire dans un premier temps : de beaux basiques :p

    Mais bon, un jour, qui sait, on a le droit de rêver !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Melvyn !

    Merci pour la contribution bien précise 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Je ne comprends pas trop à vrai dire. Si l’on dit du bien d’une marque, c’est parce qu’elle est vraiment chouette à nos yeux et qu’elle mérite d’être reconnue comme telle. Et ça passe aussi sur le fait de s’attarder sur les détails.

    Après je suis désolé si toi tu le vois comme du marketing, mais ce n’est aucunement le cas.

    Si tu veux savoir comment on génère nos revenus, ce n’est pas un secret non plus et c’est aussi écrit sur le lien que je t’ai envoyé : à travers nos propres vêtements, et rien d’autre (une partie très minime vient des livres, rares séances de coaching, abonnés au programme BonneGueule…)

  • Jonathan

    Dans ce cas, peut-être serait-il souhaitable d’introduire quelques nuances dans ces tests, car tourner le moindre détail, aussi insignifiant soit-il sous un angle élogieux confère à l’article un côté marketing assez désagréable

  • Trikane

    Je ne m’attendais pas à ce que BG parle de UA, merci pour ce contenu varié.
    Un petit retour: ça fait maintenant 4 ans que je me fournis chez eux et pas déçu. Shorts, T-shirt, sac de sports tiennent toujours le coup malgré une utilisation régulière (je fais une activité sportive tous les jours).

  • Charles C.

    Salut BonneGueule !
    Entre Nike Pro (les habits « compression ») et UA j’ai fait mon choix! Je trouve les produits Under Armour plus performants notamment les sous-vêtements Heatgear – indispensables pour ramer en hiver.

    Toutefois j’ai une petite remarque sur la rubrique des sportifs UA, ce qui m’interpelle le plus c’est le cas Stephen Curry, vous effleurez à peine le poids de cette signature dans les ventes de UA. La relation Curry/UA aurait mérité une ligne ou deux plutôt qu’un doux euphémisme (« marcheront très bien »), l’impact du joueur sur les ventes de l’entreprise est phénoménal. C’est au-delà de Nike/Jordan, puisque Nike n’était pas une petite firme aussi dépendante du succès du joueur même si il a fortement contribué aux ventes de la marque au swoosh.

    Un article en français pour étayer mes propos (sinon l’analyse du cours UA par Morgan Stanley évoque aussi le cas mais c’est en anglais) : http://www.lesechos.fr/05/03/2016/lesechos.fr/021744833006_stephen-curry-peut-il-sauver-a-lui-seul-under-armour–.htm

    J’ai bien conscience que c’est votre premier article « sportif », ce n’est nullement une critique mais une remarque qui méritait un léger développement, ce à quoi sert les commentaires! 🙂

    En vous remerciant par ailleurs du boulot phénoménal que vous abattez dans la sphère blog « mode masculine »!

    PS : Comme le Blazer est issu du monde de l’aviron, peut-être il y a-t-il matière à faire un article sur les emprunts de la mode au sport.. (comme il y a eu emprunt au monde militaire)

  • Quentin

    Merci pour l’article, un test d’une marque de sport ça change! Personnellement je ne trouve pas ça évident de trouver des marques de sport qui proposent un bon rapport qualité-prix-design, on a l’impression de payer pour les frais marketing et les design affichent souvent beaucoup de logos dans des couleurs flashy.. A quand une ligne Bonne Gueule Sport? 🙂

  • Melvyn Crommar

    Etant un grand fan de NBA, petite précision sur « les grands noms de sportifs » qu’UA habille, et un particulièrement : Stephen Curry, véritable porte drapeau…rectif le mot n’est pas assez fort, aujourd’hui tant la marque « Stephen Curry » est plus forte que UA elle même.

    Pour ceux qui ne connaissent pas au vue du peu de médiatisation de la NBA en Fance hors passionnés, « Baby Face » de son surnom (la petite bouille d’ange qui machouille son protège dent tel un bébé) est depuis deux ans entrain de se faire une place parmi les plus grands noms que la NBA est connue. Double MVP en titre, champion 2015, lui et son équipe viennent de sortir des tablettes Jordan et les Bulls de 96 en finissant la saison régulière avec 73 victoires (contre 72 pour les Bulls), record historique.En gros, à voir sur le long terme si les résultats suivent, mais les Golden State Warriors sont entrain de prétendre au titre de meilleur équipe de l’Histoire et Curry est en passe de gagner son deuxième titre d’affilé face à Lebron James – considéré comme le meilleur joueur de sa génération, et gros vendeur de shoes également –

    Aujourd’hui, Curry, avec sa bouille, sa famille (notamment sa fille Riley qui du haut de ses 4 ans fais craquer les journalistes), son jeu flashy, ses shoots à 3 points – sa spécialité, il est dès lors considéré comme le meilleur shooteur de l’histoire – a fait exploser les ventes de ses baskets :

    350% en un an ! (il vend cette année plus de chaussures que Kobe, Durant ou Lebron, grands noms) et la valorisation d’Under Armour se porterait aujourd’hui, grâce exclusivement à lui, à 14 milliards de dollards.

    Voilà pour la petite précision.

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour le retour Hervé 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton commentaire Charly 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    JA-MAIS.
    Never-ever !

    On ne le rappelle peut-être pas assez souvent, mais on est un média indépendant et c’est même sur cette démarche là qu’on a tout construit 🙂

    CF : « code de conduite »

    https://www.bonnegueule.fr/a-propos/

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour le retour 🙂

  • PhD

    Je porte du UA depuis 2004. Ils ont clairement re-dynamisé le secteur, en innovant massivement. Je continue à acheter régulièrement chez eux, et n’ai jamais été déçu, que ce soit du cold gear, du heat gear, du compression fit, etc.

  • Jonathan

    Bonjour, merci pour ces articles de tests qui sont toujours sympa pour découvrir de nouvelles marques. Est-ce que vous êtes rémunérés d’une manière ou d’une autre par la marque présentée (ici Under Armour) pour ce genre d’article ?

  • Hervé

    Ça me fait plaisir de vous voir parler de cette marque, numéro 2 aux US mais encore peu connue ici. Ça fait 3 bonnes années que je cours en UA et je ne risque pas de passer à une autre marque. Même sans prendre la collection Avengers le style, le maintien, et les fonctionnalités donnent vraiment l’impression d’être un super héros.

  • charly

    Merci pour cet article Florian 👍

  • merci Martin,

    (en effet, petit lapsus de Flo)

  • Martin

    Cool comme article… Je suis ravi de découvrir un peu cette marque que l’on commence à voir un peu partout (Dwayne Johnson dans Fast & Furius, Andy Murray lors de la finale de Roland Garros…)

    Il me semble par contre que vous avez inversé hydrophile et hydrophobe lorsque vous décrivez le « charged cotton »

  • F4DE

    On peut aussi citer le grand nombre de contractors et de membres des forces spéciales US qui portent des t-shirt Under Armour dans des bled genre Afghanistan ou Libye. C’est plutôt signe de qualité