Sélection : les CINQ sweatshirts coups de cœur de nos rédacteurs

Temps de lecture : 5 minutes

33

Chez BonneGueule, nous voyons des vêtements en permanence dans des boutiques, dans la rue, sur internet, Instagram… partout donc et presque tout le temps. Nous en sélectionnons dans nos pépites chaque semaine, certains figureront dans nos tests à venir très bientôt… Benoît avait envie d'un format dans lequel chaque rédacteur du pôle édito proposerait une pièce sur une thématique donnée. Première sélection de ce nouveau rendez-vous mensuel : le sweatshirt.

Si vous êtes en quête d'idées sur le port du sweatshirt, gris en l'occurence, cet épisode de Panache est fait pour vous. Et pour connaître l'histoire du sweatshirt, c'est ici.

N'hésitez pas à nous partager vos découvertes dans les commentaires.

Bonne lecture. Christophe.

Jordan - Plain sweatshirt oat - Buzz Rickson's

sweatshirt Peggs and son

« Ce sweatshirt est fabriqué au Japon, sur des machines d’autrefois et imite, à tous les niveaux de sa confection, un modèle original de la United States Navy (l'U.S.N., la marine américaine). Y’a pas à dire, il en jette.

La marque Buzz Rickson’s n’est distribuée que depuis peu en Europe, grâce à American Classics ou Peggs and Son notamment, et c’est une réjouissance car la marque japonaise s’est spécialisée dans la fabrication de répliques du vestiaire de l’U.S.N. en général, pas seulement les sweatshirts.

Bien qu’il soit neuf, ce sweat serait la pépite à trouver dans le désordre secret d’une friperie, avec sa matière en loopback 100% coton, sa modestie (le V du col) et sa coupe boxy. Je ne sais pas vous, mais de mon côté, ça m’enthousiasme.

De plus, il n’est pas aussi cher que d’autres en provenance du Japon, affiché à 140 euros. Il existe dans d’autres couleurs, dont un orange assez désirable, mais je le choisirais dans cette couleur avoine (oat) typique de ce genre de pièce.

À porter avec un jean brut un peu large, type 501, des mocassins bordeaux et une veste harrington. Ah oui, un peu comme dans cette vidéo de mon nouveau format intitulé “Panache”. »

Michel - Sweatshirt heavy Merz B. Schwanen

sweatshirt molleton

« En ce qui me concerne, mon coeur bat pour ce sweat deutsche qualität de chez Merz B. Schwanen. Déjà, rien que pour l’histoire de la marque, celle d'un entrepreneur qui a relancé une vieille usine allemande avec ses artisans, dans laquelle opéraient des machines traditionnelles des années 20 à 60.

La particularité de ces machines ? Elles sont tubulaires, ce sweat-shirt n’a donc pas de coutures sur les côtés. C’est plus joli, et couplé à l’héritage de la pièce, je trouve que ça donne un certain charme.

Cet héritage et le savoir-faire qu’il transmet, on le perçoit clairement à la vue de la pièce. Son jersey est juste magnifique, et son col à l’aspect vintage ne manque pas de caractère. D’ailleurs, mention spéciale au petit triangle côtelé, qui donne un brin de singularité.

Si je ne devais avoir qu’une couleur de sweat-shirt, ce serait celle-ci : un écru chiné qui tend presque vers le gris, et qui rend hommage aux origines de ce vêtement.

Dans mes rêves, je me vois le porter avec un chino camel ample et roulotté, des Converses blanches bien usées, et des Ray-Ban Wayfarer. Même si il fait nuit. Le style ne dort jamais. »

David - Sweatshirt Ketel contrast Norse Projects

 

sweatshirt gris

« Des sweatshirts unis, dans des molletons basiques, qui font le travail, ça se trouve assez facilement. C'est pourquoi je vous ai déniché ce modèle Norse Projects qui sort un peu du lot. On remarque immédiatement le contraste de couleur, fort bien exécuté d'ailleurs : une belle harmonie se dégage de ce sweat.

Il est ingénieux d'avoir laissé le col, la couture en V et le bord-côte inférieur en gris, alors que le reste du buste est écru. A ce propos, en regardant les photos zoomées, on s'aperçoit que cet écru est en fait parsemé d'un fil gris apportant un chiné et de la richesse visuelle à cette matière.

J'ai été conquis par les sweats de la marque, que j'ai eu l'occasion d'essayer : le jersey est dense et les couleurs sont belles, lumineuses. La coupe plutôt droite et l'épaule raglan participent à la décontraction de ce vêtement.

Un tel sweat trouve parfaitement sa place dans une tenue aux influences casual, streetwear ou workwear. Pour le porter de manière un peu plus habillée, je verrais bien un pantalon en flanelle bleu ou vert sapin ainsi qu'une paire de sneakers au look épuré. »

Benoît - Sweatshirt Steve vert Hooker Village Paris

sweatshirt vert

« Village Paris est une marque française, très confidentielle, à la communication très minimale, mais qui fabrique ses pièces au Japon (matières + confection). Vous imaginez bien qu'il ne m'en fallait pas plus pour sélectionner cette marque !

Ici, c'est un sweat vert que j'ai sélectionné car c'est une couleur qui va avec beaucoup d'autres teintes, tout en restant suffisamment originale. A noter qu'ils proposent quand même six coloris, dont un très beau bleu pâle.

Parmi les autres pièces qui m'ont plu, ils ont également un super hoodie, très simple mais parfaitement exécuté. Et si vous aimez les prints, ils ont également toute une série de sweats avec encore plus de coloris, tous made in Japan encore une fois.

J'ai pu voir les produits en vrai : les finitions sont vraiment impeccables, très propres, on sent bien la méticulosité des produits fabriqués au Japon.

On est vraiment sur une micro marque, mais que je surveille de près, car le rapport qualité/prix est très intéressant. A noter qu'ils sont une petite boutique à Paris pour les plus curieux.

Je porterais ce sweatshirt avec une chemise oxford à col boutonné et un jean délavé, accompagnés d'une paire de sneakers en toile !»

Nicolò - Loopwheeler crew sweatshirt Velva Sheen

sweatshirt beige clair

« Velva Sheen est une marque réputée pour la qualité de ses molletons et jerseys, du sweat à tricot vintage, au tee-shirt "tubulaire" sans coutures. Ce sweat provient d'une de leurs séries entièrement faites au Japon (contre les Etats-Unis habituellement), plus premium, mais aussi un peu plus chère.

Eh bien mettons une chose au clair : ça n'est pas spécialement cher pour un sweat en molleton japonais loopwheeler, entièrement monté au Japon, surtout en prix d'import final français. Il n'est pas rare que de tels sweats soient plutôt au dessus des 200 euros.

Mais pourquoi celui-ci plutôt qu'un autre ?

Côté détails, j'apprécie deux choses :

  • D'abord, ces bords-côte ton sur ton à l'aspect très subtilement côtelé (il faut zoomer pour le voir)
    Dans cette couleur, ils ont un rendu visuel si moelleux qu'ils m'évoquent une brioche sortie du four.
  • Ensuite, c'est évidemment cette poche qui a retenu mon attention. Ses angles sont arrondis avec douceur, et elle est elle aussi dotée de ce bord côte agréable à l'oeil.

Les petits points de couture rouge sont la cerise sur le gâteau, donnant de l'allure à cette pièce qui serait peut-être, sinon, trop minimaliste. D'ailleurs, les détails contrastants, c'est quitte ou double : c'est vilain quand ce n'est pas bien fait, mais quand ça fait mouche, ça fait mouche. C'est le cas ici.

Enfin, la couleur : ce genre de couleur me fait souvent hésiter, parce que ce n'est pas ce qui me va le mieux naturellement, mais en même temps je trouve ça super beau.

Parce qu'un beige clair et rosé, (presque "nude", en fait), sur une aussi grosse pièce près du visage, ce n'est pas une couleur simple à porter quand on a le teint clair et les cheveux foncés.

Mais c'est aussi pour ça que j'ai des foulards, qui m'aident à rétablir le bon contraste dans ces cas là. Et cette hésitation sur la couleur me pousse plutôt à la curiosité qu'à la prudence.

Pour le porter, je miserais sur un pantalon en laine gris anthracite avec du relief (carreau ? matière texturée ?), une paire de sneakers minimaliste (probablement des blanc-cassé ou un nubuck fauve), et mon foulard bleu récurrent pour ne pas noyer mon teint dans ce sweat clair. »

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.