Noël en famille : entre le plat et le dessert, le jugement vestimentaire

7 min

Noël en famille : entre le plat et le dessert, le jugement vestimentaire

7 min
Publié le : 20 décembre 2022Mis à jour le : 20 décembre 2022
noel romain loan antoine

“Tu vas couper du bois ?”, “T’en fais pas un peu trop ?”, “Ah ouais on peut pas te rater là”... On sait, c’est dur. Mais ne laissez pas votre famille vous gâcher le plaisir de bien vous habiller : c’est le meilleur cadeau de Noël que vous pouvez vous faire. Nos équipes témoignent pour vous guider face aux remarques passives-agressives de vos proches.

A chaque réunion familiale, c'est la même histoire. Vous avez habilement évité les sujets politiques, économiques et sociaux. Vous vous êtes extirpé en un rien de temps des questions qui fâchent (“alors, toujours célibataire ?”, “et ce permis, ça avance ?”, “c’est pour quand le deuxième?”). Vous pensiez donc, un peu naïvement, que le reste du repas se déroulerait sans anicroche. C’était sans compter… les remarques sur vos vêtements.

Votre chemise à carreaux ne mérite pas qu’on vous demande, l'air goguenard, si vous partez couper du bois. Et votre pull Fair Isle favori ne devrait en aucun cas subir le regard accusateur de ce grand-oncle que vous voyez une fois par an. Encore moins lors du réveillon, au milieu de personnes dont vous allez devoir faire semblant d'apprécier le cadeau de Noël. C'est déjà trop d'effort. Alors vos choix stylistiques, bas les pattes.

Pourtant, c'en est presque devenu une tradition : votre look alimente systématiquement les discussions entre la dinde et la bûche glacée. Fatalement, la question se pose : ne vaudrait-il pas mieux estomper, voire taire votre style, pour éviter les moqueries ? Chez BonneGueule, on vous répond de manière catégorique. Non. Non, vous entendez ? Au contraire, on vous invite à l'assumer pleinement et plus encore s'il peut faire réagir votre entourage. On pense même que ce serait bête de s'en priver.

J'en ai discuté avec quelques collègues aux tenues affirmées (et parfois incomprises) afin de connaître leur manière de défendre leurs goûts vestimentaires lors des fêtes de fin d'année. A vous qui lisez ces lignes, soyez rassurés : vous n'êtes pas seuls.

1 - Antoine : "quand j'arrive, c'est toujours un petit événement"

Antoine, notre visual merchandiser, va passer les fêtes en famille vers Poitiers. Son style, influencé par le streetsyle japonais mais aussi la mode scandinave, se définit par des pièces assez larges et des matières épaisses. “J’ai un style… volumineux”, résume-t-il avec humour.

“Mes parents, ils rigolent pas mal - surtout depuis que j'ai quitté le domicile familial et que je vais beaucoup moins les voir. Quand j'arrive, c'est toujours un petit événement", raconte-t-il. "J’ai toujours droit à une petite remarque. C'est vrai que parfois, j'y vais un peu fort : je mets des chemises oversize avec du patchwork, je mets des couleurs vives, je fais des mélanges de matières et motifs…”

“Une fois, j’y suis allé et j’avais un sweat jaune fluo. J’ai eu droit à : "au moins, on peut pas te rater à la gare" - bon en même temps, c’était pas faux. Quand j'ai mis ma parka militaire, ils m'ont demandé si j'avais fait l'armée. Quand je suis arrivé en Birkenstock, c'était : "t'as des sabots, tu vas à la ferme ?”."

antoine article noel

Antoine

Antoine précise que ces réflexions sont toujours conduites par l’humour, et jamais la malveillance. Il les prend donc avec beaucoup de second degré. “C’est pas fait pour me dénigrer et je le sens. L’idée, c’est vraiment d’en rire ensemble.” Alors, plutôt que de chercher à les éviter en atténuant son style, il les saisit comme une bonne occasion de se marrer.

Son conseil numéro un ? “En cas de réflexions qui fusent, mieux vaut avoir de l'auto-dérision et travailler sa répartie. Il faut apprendre à défendre son style et ne pas s'excuser de s'habiller comme on le fait. C’est important”. 

“Quand j’étais plus jeune et que je savais que j’allais me retrouver avec de la famille éloignée, j’anticipais mes tenues pour pas me prendre de réflexions. Je calmais le jeu parce que j'avais pas envie de m’expliquer", se souvient-il. "Aujourd’hui, je m’en moque. En grandissant, quand tu prends confiance en ton style, ça finit par passer. Quand t’es ado, tu le prends forcément personnellement. Une fois adulte, ça te passe au-dessus."

Sa tenue de Noël ? Une chemise blanche de chez Yoji Yamamoto ("oversize évidemment !"), un pantalon du même créateur, notre cardigan vert Vincenza pour rester bien au chaud et une paire de Dr Martens basses.

2 - Romain A. : "il faut juste rester soi-même"

Le style de Romain, notre assistant shooting, est un mélange équilibré de streetwear et de pièces classiques qu'il chine en friperie. Ce Noël, il va le fêter en petit comité avec ses parents et ses soeurs à Montpellier. Et il se prépare déjà à recevoir "quelques réflexions rigolotes" sur ses accessoires.

"Ca concerne plutôt la manière dont je porte certaines choses. Mes bonnets par exemple, je les porte très haut, pas très enfoncés sur mon crâne. J'ai aussi une grosse bague en perles que j'ai fabriqué moi-même, ainsi qu'un collier vintage en perles. Je trouve ça stylé, mais mon père ne comprend pas trop, alors il aime bien me vanner dessus, il me demande si je suis une grand-mère, ce genre de choses".

Et même s'il est tentant de renoncer à ses couvre-chefs et bijoux, Romain tient avant tout à rester lui-même. "J'aime ces pièces, je les trouve belles et je me sens bien quand je les porte. On a tendance à faire trop attention à ce que les autres pensent alors qu'il faut juste rester soi-même", souligne-t-il.

romain acier article noel

Romain A.

"Certaines familles manquent de tolérance et c'est là que ça peut devenir trop difficile de défendre son style", reconnaît Romain. "On va préférer éviter la confrontation, d'autant plus à un repas de Noël. Dans ce cas-là, je pense que chacun doit y aller à son rythme en fonction de son contexte familial : en osant petit à petit, jusqu'à s'assumer complètement".

Cette année, il a prévu de porter un pull vert, un bonnet rouge et sa fameuse bague en perles.

3 - Loan : "bon alors, comment il va débarquer cette année ?"

Loan, notre analyste financier dont les looks mêlent soft tailoring et inspirations militaires, a un style en constante évolution. De quoi créer un petit événement au sein de sa famille à Grenoble, où il va fêter Noël avec une vingtaine de personnes.

"Mon style évolue au fil des mois de manière assez naturelle et ça me paraît normal. Mais comme j'habite désormais à Paris, je vois beaucoup moins mes proches : mes parents, d'une année sur l'autre, ça leur fait un sacré écart à chaque fois, parce qu'ils n'ont pas vu le cheminement entre les deux", explique-t-il. "Une fois, ils m'ont vu arriver avec un pantalon gris en laine avec des pinces et un col roulé vert. Ils m'ont demandé : "mais pourquoi t'es hyper bien habillé? C'est ça la mode à Paris ?", alors que pour moi, c'était vraiment très basique parce que ça faisait déjà des mois que je portais ce genre de tenue".

"Chaque année, mon entourage se demande : "bon alors, comment il va débarquer cette année ? Quel truc bizarre il a encore fait ?". C'est plus de la curiosité que de la critique. Ils sont intrigués", ajoute-t-il.

loan article noel

Loan

Pour les réunions familiales, Loan a pris l'habitude de débarquer avec ses vêtements favoris du moment. Ceux dans lesquels il se sent bien - sans forcément chercher à pousser le style plus que de raison. "C'est pas avec ma famille que je vais expérimenter des choses avec mes pièces les plus fortes, mais je mise sur la tenue qui me représente le plus à ce moment précis."

Et pour cette année, justement, Loan a déjà trouvé ce qu'il portera : un col roulé confortable, une surchemise, un pantalon taille haute un poil large et des mocassins. Sans oublier un bonnet rouge. Parce que c'est Noël, quand même.

4 - Raphaël : "pour mes proches, j'en fais un peu trop"

Raphaël, notre conseiller de vente que vous avez peut-être déjà croisé dans notre boutique rue Commines à Paris, va fêter Noël en deux temps. En famille, puis avec sa belle-famille. Une trentaine de personnes au programme. De quoi mettre à l’épreuve le style polyvalent de Raphaël, qui aime autant les costumes et boutons de manchettes que le motif camouflage

“Pour mes proches, l’élégance se résume à porter une chemise ou un polo, tandis que moi, j’adore le combo costume-cravate-gilet. Alors forcément, dès qu'on se réunit tous ensemble, je détonne. Mon entourage a tendance à dire que j'ai un style de dandy et ce qui ressort le plus dans les remarques, c'est que que j'en fais un peu trop”.

Mais Raphaël n’a jamais eu envie d'en faire un peu moins. Au contraire, il aime se différencier par ses vêtements et les matières qu'il porte, et voit sa démarche comme une manière de meubler la conversation lors des dîners un peu trop longs. "Je me souviens du grand étonnement quand j'étais venu avec notre cuir de cerf Deer, ou encore quand j'ai porté le cardigan merinos/chameau Steven avec l'écharpe assortie. Avait ensuite suivi un exposé sur le sourcing des matières et le respect du bien-être animal", raconte-t-il.

noel manteau 1 raphael
noel manteau raphael zoom

“Mon style vestimentaire est une grosse partie de mon identité", souligne le conseiller. "J'aurais presque l'impression de me mentir à moi-même si je changeais juste pour plaire. Si on ne peut pas s'habiller comme on veut en famille...c'est triste ! Il peut être difficile d'assumer un certain style, mais il faut se rappeler que l'on s'habille d'abord pour soi-même avant de s'habiller pour les autres."

Ce qu’il portera cette année ? Une pièce forte qui le représente à merveille : un long manteau gris à motif pied de poule et camouflage violet.

Peau Shaun marron
1 150,00 €
Echarpe Camille beige
Rupture de stock

5 - Romain G. : "même sans être très extravagant, tu passes pour quelqu’un de marginal”

Notre comptable Romain va passer les fêtes en famille dans l’Ain. Pour ce Parisien d’adoption, chaque retour au bercail met en exergue le décalage entre son style citadin et le mode de vie campagnard de son entourage. “Ils ne vont qu’une fois par an dans une grande ville, ils ne sont pas très réseaux sociaux", explique-t-il. "Ils n’ont pas de vision sur ce qui est tendance ou encore du style général des gens. Je pense que s’ils passaient une journée à Paris, ils n’en croiraient pas leur yeux”.

Il se rappelle encore du jour où il a débarqué en costume-cravate pour le repas de Noël. “D’un coup, tu te fais assaillir par plein de réflexions de la part de tes oncles et tantes, de ta grand-mère… C’est pas méchant. C’est des : ‘Ohhhh mais qu’il est beau celui-là”, “On dirait un homme d'affaires, comme dans les films”, “Hé, mais tu reviens de Wall Street ou quoi ?”, et j’en passe”.

C’est que pour ses proches, un costume, ça ne se porte que lors des mariages, enterrements et entretiens embauche. “Même sans être très extravagant, tu passes vite pour quelqu’un de marginal”, analyse Romain. Et plutôt que de se voir comme le vilain petit canard, il a décidé d'en faire une force à la sauce hollywoodienne :

"J'ai décidé de me voir comme le personnage principal de mon propre film. Les personnes qui acceptent mon style (et donc qui je suis) sont des personnages secondaires (qui peuvent avoir une grande place dans ma vie). Quant aux autres… ce ne sont que des figurants”.

romain article noel

Romain G.

“Votre style, c’est un reflet de votre personnalité", ajoute-t-il. "Si des personnes de votre famille ne l’acceptent pas, c’est qu’ils n’acceptent pas une partie de vous. Ne les écoutez pas et restez vous-même. Si vous êtes bien bien dans ce que vous portez, pourquoi changer pour quelques remarques ?"

Cette année, Romain compte revêtir un costume BonneGueule, qu’il a acheté cette année mais n’a pas encore eu l’occasion de porter. Il compte l’associer avec une chemise blanche ouverte et une paire de mocassins.

Le mot de la fin

Pour résumer, votre style est une extension de votre personnalité et rien ni personne ne devrait vous interdire de vous éclater avec vos vêtements. Encore moins votre famille, et encore moins durant les fêtes de fin d'année. Soyez le héros ET le costumier de votre propre film de Noël. Plutôt Die Hard qu'un mauvais téléfilm sur M6, d'ailleurs.

Nos dernierslooks

Laissez nous un commentaire

Questions de styles, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures