Reportage : Naples, ville historique du savoir-faire italien #1

/

Si je vous dis : "Naples", cela vous évoque la pizza, la mozzarella, Maradona même (pour les connaisseurs).

L’ancienne ville royale a su maintenir en vie son artisanat et détient un savoir-faire historique dans les vêtements et la maroquinerie. Les ateliers sont faciles à trouver dans les rues touristiques, comme pour exposer cette fierté. Il n'y a pas un immeuble dans lequel on ne couse pas !

D’après Hugo Jacomet de Parisian Gentleman, Naples ferait partie des trois capitales mondiales de l’élégance masculine, avec Paris et Londres. Une belle reconnaissance !

Quand on connait le style napolitain, cela ne saurait être injustifié : la liberté et la légèreté dans les tenues est plus un savoir-vivre qui se véhicule au quotidien, un manifeste vivant par le langage du vêtement. Son héritage vestimentaire, Naples le tient d’une longue histoire avec ses artisans tailleurs. Dès le XIXe siècle, les tailleurs y sont très présents : on en dénombre déjà près de 2 400 en l'an 1810 puis 3 040 en 1845.

À cette époque, la noblesse napolitaine raffolait de ce qui se faisait à l’étranger, notamment à Paris et à Londres, en matière de mode. Progressivement, Naples développe sa propre conception de l’élégance : la coupe, les textures et les couleurs (l’emblématique bleu cobalt) forment un ensemble qui laisse place à la nonchalance maîtrisée, la fameuse "sprezzatura".

La Maison Rubinacci

Maison Rubinacci Naples

L'incroyable boutique Rubinacci à Naples.

Je tenais à vous parler de cette Maison, qui représente l’une des plus grandes figures de l’excellence du savoir-faire napolitain, depuis qu’un certain Gennaro Rubinacci, adepte des cours royales, a inventé la fameuse veste napolitaine au début du XXe siècle.

Luca Rubinacci

Luca Rubinacci, dernier descendant de la famille, portait une veste totalement déstructurée durant le Pitti Uomo 88.

Sa légèreté, sa grande liberté de mouvement et ses finitions traditionnelles ont fait de cette pièce un grand succès. Ce fût l’une des premières vestes légères parfaitement adaptée pour un usage estival (oui, à Naples, il fait chaud !). Comme le dit Luca Rubinacci, descendant de la famille : « un tailleur est avant tout un psychologue ».

Une veste napolitaine comprend généralement un montage d’épaule particulier, et elle est très peu rembourrée aux épaules (le "padding"). Une épaule est dite « naturelle » lorsqu’elle épouse parfaitement les lignes du porteur. La coupe de la veste est ajustée ou cintrée, et elle contient une poche barchetta (en forme de petit bateau) sur la poitrine, côté cœur.

À ce sujet, nous avons d'ailleurs interviewé Luca Rubinacci, durant le Pitti Uomo 88.

Passons maintenant au vif du sujet !

Interview de Sadri et Julien, fondateurs de Zampa di Gallina

Avant de passer au reportage chez ces artisans qui ont eu la gentillesse de nous recevoir et de nous expliquer leurs produits, nous allons (re)présenter Zampa di Gallina, grâce à une petite interview réalisée dans les rues de Naples. Oui, car pour découvrir ces artisans, il nous fallait des guides, et qui de mieux que deux passionnés : Sadri et Julien, pour nous conduire directement au savoir-faire napolitain ?

Dans cette vidéo, ils expliquent pourquoi ils ont choisi Naples et le savoir-faire que la ville renferme.

Interview de Roberto et Enzo Ciardi, de la Sartoria Ciardi

Renato Ciardi

Sadri de Zampa di Gallina et Il Maestro Renato Ciardi, fondateur de la Sartoria Ciardi (qui a conservé une élégance ultime).

Renato Ciardi, fondateur de cette Sartoria emblématique, est un homme très respecté à Naples. Tout le monde le surnomme « O’Mast » (le maître) parce qu’il est considéré comme l'un des plus grands tailleurs napolitains. Angelo Blasi, son maître et grand tailleur napolitain, a dit de Renato qu’il le considérait comme son digne héritier et son fils spirituel. Rien que ça !

La famille Ciardi cultive habilement l’esprit napolitain jusque dans ses moindres détails. Leurs vestes sont tellement bien coupées que les Napolitains disent d’elles « non me la sento addosso », ce que l'on pourrait traduire par « je ne la sens même pas sur mon dos ». Une seconde peau qui souligne les formes naturelles, et épouse les moindres mouvements du propriétaire.

Même d'aussi près, on peut voir la souplesse de l'épaule napolitaine d'une veste Ciardi.

Même d'aussi près, on peut voir la souplesse de l'épaule napolitaine d'une veste Ciardi. Crédits : Zampa Di Gallina

Pour rappel, les vestes déstructurées sont monnaie courante à Naples, afin de rester élégant même sous un soleil de plomb. On allie le pratique à l'esthétique !

Les manches des veste Ciardi sont généralement inachevées, pour laisser le soin au porteur de les retoucher s’il en éprouve l’envie. La légèreté de la pièce, l’épaule naturelle, son montage spalla camicia (manche montée comme une chemise pour laisser apparaître des fronces) : tout a été conçu pour épouser l’âme napolitaine dans sa fluidité naturelle, son confort et sa nonchalance.

Enzo et Roberto Ciardi, les deux fils de Renato, sont prêts à poursuivre l’héritage que leur père leur a transmis dans l’artisanat des vestes et costumes napolitains. Ils vous racontent l'histoire de la Sartoria dans cette vidéo, et expliquent comment reconnaître une veste napolitaine.

Retrouvez la sélection de vestes de la Sartoria Ciardi.

Interview de Fracesco Noviello, co-fondateur de Fratelli Noviello

Sacs fratelli noviello

Si l’influence anglaise sur le style italien est plutôt un secret de Polichinelle, sa rencontre avec le style napolitain n’en est pas moins dépourvue d’élégance. C’est en tout cas ce qu’a tenté de démontrer la famille Noviello.

Les frères Francesco et Giuseppe Noviello, spécialisés dans la bagagerie masculine, proposent des produits élégants en utilisant les meilleurs matériaux possibles, tout en profitant des nombreux savoir-faire de leur région (Naples détient un savoir-faire historique dans le travail du cuir).

On ressent bien l’intérêt des deux frères pour l’art sartorial. On retrouve des matières utilisées habituellement sur des costumes comme la laine ou le cachemire. Ils vont chercher le tissu là où il se fait le mieux, c’est à dire à Biella (en Italie) ou bien en Angleterre. En ce qui concerne le cuir, ils ont choisi des peausseries toscanes, mondialement réputées pour la qualité de leurs peaux.

Dans cette interview, Francesco Noviello vous raconte l'histoire de la marque, et nous explique comment reconnaître un sac de qualité. Nous ferons également un petit saut dans leur atelier typiquement napolitain.

Retrouvez également le test complet du sac Barbone de Fratelli Noviello et retrouvez la sélection de sacs Fratelli Noviello juste ici.

Dans la seconde partie du reportage à Naples, nous vous emmènerons chez l'un des plus anciens maître gantier de Naples, qui vous expliquera les étapes de fabrication d'un gant.

Et bien entendu, nous ne pouvions pas quitter Naples sans passer chez une fabricante de chemises haut de gamme. Je ne vous en dis pas plus 😉

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Chris.

    Merci pour ton retour très agréable !

    Si tu veux une astuce de fourbe (ou de « sociable », selon la vision des choses que tu as), sympathise un peu avec un bon tailleur et demande lui au bout d’un moment s’il pourrait te prendre tes mesures précises.
    Dis lui que c’est pour acheter un cuir parfaitement à ta taille (comme ça pas de jalousie.)

    Note-les et conserve les précieusement, et hop, tu as tes mesures.

  • Chris

    Merci pour ce bel article, les vidéos sont géniales.

    Ca fait quelques mois que je visite ZdG, et la veste croisée à chevrons de la Sartoria Ciardi me fait vraiment de l’oeil. Cependant, le budget (quoiqu’en soldes, ça devient « abordable ») et surtout l’impossibilité de prendre des mesures précises font que je n’ai pas sauté le pas.

    Les pochettes de Calabrese sont magnifiques aussi, à un prix très raisonnable. J’espère que les reassort se feront rapidement.

    Hâte de voir la 2nde partie de l’article ! 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Baboochka !

    Merci pour ton retour enthousiaste ! Je suis d’accord, ces artisans sont des gens fascinants, leur aura de savoir faire ancestral m’impressionne aussi !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Xavier !

    On ne peut rien dire pour la LBG4 ! Tu verras bien 😉

  • Luca – BonneGueule.fr

    Merci Xavier ! Oui je te conseille d’y aller c’est une ville magnifique.

  • Luca – BonneGueule.fr

    Merci Abdelhamid pour ce beau retour, ça fait vraiment plaisir. En effet, à Naples, les mains des artisans sont magiques comme tu le dis. J’espère pouvoir y partir de nouveau pour découvrir encore d’autres savoir-faire.

  • Luca – BonneGueule.fr

    Merci Romain pour ton retour. Comme tu le dis, il y a encore tant d’ateliers et savoir-faire à découvrir à Naples. En ce qui concerne les boutiques, il y a dans chaque rue de Naples une petite boutique dans laquelle chaque amoureux du vêtement a envie de s’arrêter, un vrai régal.

  • Luca – BonneGueule.fr

    Ah suspens !

  • Luca – BonneGueule.fr

    Merci beaucoup Xav pour ton retour, ça fait plaisir !

  • Xavier P.

    Bon, faut que j’aille à Naples maintenant ! Très beau reportage ! Hate de lire/voir la suite…

    Ma que bellissimo !

  • Abdelhamid Niati

    Hello la team. Ce voyage à Naples m’a laissé sans voix en totale
    admiration devant ses mains magiques, ces pièces magnifiques et ces
    endroits vraiment à part que sont les ateliers. Le couple texte/vidéo
    m’a totalement enrichi et j’ai eu l’impression d’être aux côtés de Luca.
    Les vestes sont à tomber et toutes les étapes détaillées constituent un
    véritable enrichissement culturel et intellectuel car on apprend
    beaucoup de choses. Luca je te remercie pour ce magnifique article cousu
    de main de maitre. J’attends mes articles commandés sur Zampa di
    Gallina mais je pense que rien ne vaut un voyage à Naples.

  • Romain R

    Hyper, hyper intéressant. Même quand on aime beaucoup la conception italienne de la mode et de la fabrication, on a pas toujours facilement accès à des contenus aussi clairs et instructifs sur le sujet. C’est toujours super enrichissant de voir des artisans travailler, notamment le cuir, même s’il a l’air de faire très chaud dans l’atelier ! Les découpes à la main sont le propre des meilleurs façonniers du monde, et tout cela donne bien envie d’aller flâner du côté des boutiques napolitaines… Merci !