Dossier : Le marché des lunettes en France, un oligopole controversé

Maison Bonnet
/

Dans cet article, nous allons épousseter un peu le paysage de l'optique et des solaires. Myopes ou non, vous trouverez de quoi satisfaire votre curiosité. Vous pouvez aussi revenir sur le Guide des lunettes pour vous rafraîchir la mémoire et vous aider à choisir vos lunettes. Bonne lecture !

Jamy C'est Pas Sorcier
"Et oui Fred, l'optique c'est surtout une question de point de vue" 

Mise en situation : les prix obscurs des lunettes

L'instituteur pose le problème suivant à résoudre :

"Sachant que le coût d'un verre correcteur varie de 25 euros à plus de 350 euros, que les traitements anti-reflets et anti-salissures font gonfler la note. Sachant également qu'une monture de marque coûte en moyenne entre 150 et 250 euros et que ma mutuelle ne rembourse pas assez.

  • a) De combien sera mon budget optique pour cette année ? Faites le même calcul en rajoutant une paire de lunettes solaires en sachant que la mutuelle ne pourra pas rembourser cette paire.
  • b) Bob doit-il utiliser son Plan d'Épargne Logement pour pouvoir s'offrir deux paires de lunettes à sa vue ?
  • c) Question bonus : calculez le ratio qualité/prix d'une paire de créateur à 300e.
  • d) la réponse "D".

Amphi

"Haaaan je crois qu'on aura pas de pause à 10h"

Passons cet énoncé. Vous aurez compris qu'il y a quelques abus dans ce monde de l'optique.

Des lunettes majoritairement sous licences

L'offre de lunettes est une activité qui est majoritairement sous licence, au même titre que bon nombre de marques de parfums ou de montres qui ne développent pas elles-mêmes leurs produits.

Le principe d'une licence de marque est de céder les droits de la marque sur un produit donné, distribué ainsi par le licencié. Une alternative intéressante pour une entreprise qui ne souhaite pas investir dans la maitrise de la fabrication ou la distribution d'un produit, ou qui n'a tout simplement pas le savoir-faire.

Ce sera souvent une marque de vêtements qui décide d'élargir son catalogue en proposant des montres ou des lunettes (vous vous doutez bien qu'Armani n'a pas son propre atelier d'horlogerie !).

Les exemples ne manquent pas, en visitant les pages des entreprises qui dominent le marché : Luxottica, Marcolin et Safilo (toutes les trois Italiennes). vous constaterez l'ampleur du phénomène.

Et c'est tout à fait normal ! Les marques élaborent le design à grand coup de budget et laisse l'aspect technique à ces fabricants qui sont capables de maitriser des aspects complexes de la fabrication de lunettes.

Luxottica

L'Empire Luxottica domine le marché de la distribution et les marques elles-mêmes. Ils gèrent par exemple de A à Z les marque Prada ou Burberry, mais uniquement en ce qui concerne les lunettes.

Les ficelles d'un oligopole

Nous sommes en fait en présence d'un oligopole (un faible nombre d'entreprises pour un nombre important de clients), comme une toile d'araignée où tous les fils convergent en un seul endroit : Luxottica. La plus grosse entreprise du Monde dans le domaine de l'optique (7,1 millards d'euros de C.A.).

Mais surtout, en plus de la fabrication, Luxottica possède une énorme part de la distribution des marques d'optique, et ça représente des centaines de points de ventes et références.

Cela signifie que Luxoticca fabrique les lunettes et est ensuite capable de les distribuer au prix qu'elle souhaite. Et ce sont 500 millions de personnes qui, aujourd'hui, portent des lunettes sous licence de Luxottica.

Bien sûr, les grandes marques ont leur mot à dire... en apparence essentiellement.

Puisque si des désaccords apparaissent, Luxottica à tout pouvoir pour déréférencer une marque de ses magasins, passant ses ventes à un niveau extrêmement réduit.

Ce fut le cas de Oakley qui a fini par faire faillite, faute de pouvoir être distribuée. Elle a ensuite été rachetée par Luxottica. RayBan a également été victime de rachat et est désormais passée sous le contrôle total de l'empire Luxottica. Certains dénoncent la baisse de qualité de RayBan qui est survenue depuis ce rachat.

Des informations que vous retrouvez dans le reportage ci-dessous consacré à l'entreprise la plus puissante du marché de l'optique.

Une situation que certains n'hésitent pas à dénoncer comme le fondateur de Sensee dans une interview au Figaro, un distributeur en ligne indépendant qui a pour objectif de casser les prix du marché. Il se heurte à une barrière de la part d'Essilor, le plus gros fabricant de verres optiques. Celui-ci refuse de travailler avec les distributeurs en ligne, plus à même de baisser leurs prix et de casser la dynamique du marché.

Le juste prix

Enfin, il ne faut pas oublier que pour des raisons de positionnement marketing, la marque de luxe va tirer ses prix vers le haut. Dans une stratégie d'image de marque, une paire de lunettes "Tom Fiat" (oui, c'est une fausse marque que j'ai inventé) vendue moins de 200 euros porterait atteinte à l'image de toute la marque et pourrait même se répercuter sur les ventes de celle-ci ; même si la fabrication coûte 30 $.

En soi, ce n'est pas un mal que les marques utilisent une licence pour distribuer leurs lunettes. D'ailleurs comme le dit si bien le CEO de Luxottica : "si il y a des gens pour acheter ce n'est pas immoral de vendre à ce prix".

Mais c'est un problème lorsque l'oligopole devient un outil de contrôle de la concurrence et une manière d'asservir tout un marché jusqu'à en contrôler les prix. Sur ce schéma, le consommateur n'est pas gagnant.

Le prix final n'est plus qu'un élément marketing, il ne représente en rien le labeur d'un ouvrier, une matière de qualité ou une technique de production particulière. Il s'agit bel et bien d'un ensemble de facteur qui viennent gonfler artificiellement le prix des montures.

On a donc l'addition suivante qui compose votre paire de lunettes de grande marque :

  • une monture avec des marges élevées, variables selon la marque et l'opticien,
  • des verres avec des marges de 6 à 50 fois le coût de fabrication,
  • le coût de la licence à amortir (très onéreux pour certaines marques de luxe),
  • les marges du distributeur pour couvrir les salaires et les frais de gestion.

Les alternatives à connaître

S'offrent à vous deux solutions :

  • Fort de ce constat, vous préférez arrêter de dépenser autant et vous vous rabattez sur les montures pour 1 euro de plus, au moins vous avez la même chose pour moins cher. Allez page 140 de ce livre dont vous êtes le héros (la page 140 n'existe pas, c'est une blague pour introduire le deuxième point),
  • Vous décidez de vous informer sur ce que vous achetez et de vous tourner vers des marques qui ont adopté une stratégie différente, restez sur cette page.

Vous êtes toujours là ? Alors vous n'avez pas succombé au côté obscur. Découvrons ensemble les vraies alternatives.

Si votre budget optique ne vous permet de changer de lunettes que tous les 4 ans, pas de panique. Nous avons parlé de Sensee plus haut. Mais il en existe d'autres.

Jimmy Fairly

Une start-up Toulousaine, Jimmy Fairly, a renversé la tendance et propose des lunettes très convaincantes en supprimant les intermédiaires (générateur de marges) pour une qualité au rendez-vous et un prix fixe de 99 euros pour une monture et les verres à sa vue. À noter qu'une collaboration avec des artisans du Jura est disponible pour 149 euros avec des matériaux plus haut de gamme.

Le programme humanitaire "Buy One, Give One" est un engagement de la marque à envoyer une paire de lunettes aux plus défavorisés pour chaque achat de monture. C'est exemplaire et c'est en soutenant ce genre d'initiatives que des programmes d'aide vont voir le jour.

Il existe déjà 3 magasins en France : Toulouse, Lyon et Paris. Une boutique va voir le jour à Montorgueil dans 10 jours sur le concept café & lunettes.

Mais vous pouvez aussi recevoir des modèles chez vous pour les essayer si vous n'avez pas de magasin à proximité ! Le concept est basé sur un business model qui a déjà fait ses preuves aux Etats-Unis (Warby Parker).

Jimmy Fairly

Les modèles sont d'actualité et disponibles en quelques coloris. Plus la peine d'essayer 50 montures en étant indécis.

Du côté des modèles proposés, nous avons un choix du trentaine de paires chez les hommes. J'ai retrouvé beaucoup de design aperçus un peu partout, l'offre de J.F peut toucher beaucoup de monde, et ses modèles solaires sont aussi variés sur le choix des formes et des couleurs. L'inspiration est vintage, c'est tout à fait dans la tendance actuelle sans avoir toujours une impression de déjà vu.

Pour les solaires, laissez-vous aller !

Solaires JF

 

Pas besoin d'en dire plus, passez quelques minutes sur le site ou en boutique. L'atmosphère est bien différente de n'importe quel magasin d'optique et les vendeurs ont une approche plus stylistique des lunettes, ce qui change de votre opticien classique et ses 4.000 références de lunettes.

Du côté des lunettes de soleil, J.F donne une vraie leçon de style sur le même principe que les lunettes de vue.

Et bonus : c'est un bon plan que vous pouvez partagez avec vos copines pour une fois 😉 (elles qui nous écrivent pour chercher un BonneGueule au féminin : coucou les filles !).

Lunettes pour tous

Une deuxième grosse surprise (et pavé dans la mare) dans le monde de l'optique : Lunettes pour tous.

Honnêtement, j'ai pensé à une arnaque avant de voir la boutique en vrai.

Quel est leur secret pour vendre des lunettes entre 4,99e et 19,99e ? Des verres fabriqués en Corée du Sud et des montures fabriquées en Chine. Mais sans refaire le sourcing des gros fabricants, je suis prêt à parier que certaines paires vendues plus de 100 euros sont produites dans ces mêmes usines...

Pas de surprise cependant, le montage sur place et la quantité de demandes font que ce n'est pas chose facile! Une alternative réellement intéressante si vous voyez plus votre banquier que votre femme. Ou que vous êtes sans mutuelle, mais pas nécessairement une alternative fiable sur le long terme si j'en crois les nombreux retours sur les forums.

Et la marque fait en fait sa marge sur les options (qui additionnées, peuvent vite monter cela dit).

Et pour les lunettes haut de gamme ?

Si vous avez un budget conséquent pour l'achat de vos montures, c'est une bonne nouvelle, mais il va falloir être malin ! Les marques de créateurs sont passées par là et proposent des modèles à 300 euros qui atteignent difficilement les standards de qualité que l'on retrouve chez certains lunetiers et leur travail d'artisan. L'acétate japonais va remplacer le simple plastique et des designs et couleurs plus travaillés vous surprendront.

Swagg Man

Promis, on ne parle pas des lunettes de luxe des rappeurs

Pour les Parisiens, une adresse incontournable reste l'opticien Marc Le Bihan. Un magasin tout en étagères où trônent Garrett Leight, Moscot, Dita et Lesca. Un endroit où vous pourrez essayer et découvrir de nombreuses marques internationales avec de beaux designs et un vrai professionnalisme. Il faut cependant savoir dénicher la paire qui vous correspond, avec tout ce choix il va falloir prévoir une petite heure avant de vous décider.

D'autres références se vendent à travers la France, il vous suffit d'ouvrir l’œil. Au hasard, j'ai découvert Beausoleil (de Nantes), Francois Pinton, Anne&Valentin ou Lunor (de très beaux modèles). Savez-vous qu'on peut même se faire faire des lunettes sur-mesure ? Le prix est astronomique, n'en doutez pas...

Pour le mot de la fin, je vous suggère de regarder autour de vous, au-delà des enseignes tape-à-l'oeil. Vous verrez que vous passez certainement tous les jours devant une boutique qui pourrait changer ... votre vision des choses.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Celine !

    Aucune idée 🙁

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Julpiegues.

    Pour Prada ça ne m’étonne pas trop…

    Par contre peux tu nous en dire plus sur pourquoi tu éviterais Jimmy Fairly ?

  • François

    Maintenant que je suis de retour de 3 semaines en Asie (où Disqus est censuré), je peux enfin vous montrer fièrement mes nouvelles binocles 🙂 https://instagram.com/p/0vp7iMS6cy/

  • RemiBG
  • François

    Aujourd’hui, je suis parti chercher mes lunettes en acétate chez Maison Bonnet trois mois après ma commande. Comme toujours, j’ai été agréablement accueilli.
    Avant que je sois l’heureux propriétaire de ces binocles, Franck Bonnet lui-même a passé près d’une heure pour ajuster la monture à mes oreilles ET à mon nez afin qu’elles soient confortables et qu’elles ne tombent pas (problème récurrent chez les asiatiques en raison du nez bas).
    Cependant, je récupérerai demain parce que je leur ai fait remarquer qu’ils se sont trompés sur mes verres. D’ailleurs, j’étais ravi que mes verres soient des Seiko car je me souviens d’avoir fait une paire de Lindberg avec des Seiko et que je n’ai pas eu de temps d’adaptation. Or, j’ai entre temps eu des lunettes Oliver Peoples avec des verres Essilor où il m’a fallu près d’une semaine pour bien les supporter. Aussi, je remarque que Seiko a une logistique mieux huilée qu’Essilor car même vers 18:15, il leur était possible de m’obtenir les verres pour demain (est-ce que je me trompe ?).

    Si quelqu’un de la rédaction veut les voir en action demain, sachez que mon rendez-vous est fixé à 17:00 ! 😉 (cc @RemiBG:disqus)

  • BenoitBG

    Merci pour ce retour très précieux !

  • RemiBG

    Je ne connais pas, mais ça m’a l’air sympa 🙂 Si c’est un bon prix en plus …

  • RemiBG

    Je ne comprends pas tout à fait ta question, tu parles de verres fumés adaptés à ta vue ? C’est possible chez Jimmy Fairly 🙂

  • titietrominet

    Salut Alex, merci pour ta réponse honnête. Aucun dénigrement de ma part envers Zeiss ou Hoya mais on va dire qu’Essilor est un choix facile, je comparerai pour ma prochaine paire de lunettes de vue ce que ces 3 verriers proposent pour des verres anti fatigue quand on passe beaucoup de temps devant un écran d’ordi ou iPad. Exact, j’ai la chance d’avoir l’embarras du choix à Paris (à croire qu’il y a plus d’opticiens que de boulangeries lol) après il faut séparer le bon grain de l’ivraie! Expérience vécue, Il n’y a rien de pire repoussoir selon moi que de me demander ma carte mutuelle et ma carte vitale et vouloir appeler ma mutuelle alors que je ne demandais qu’un devis. Les opticiens qui sont trop « rentrent-dedans » je les évite. On reconnait vite le sérieux de certaines boutiques, reste ensuite à voir s’ils ont les modèles de monture que j’ai repéré sur le net en expo. Merci en tout cas pour les conseils ! Dommage j’aurais été ton client ^^

  • titietrominet

    Hello Alex, j’en profite puisque tu es opticien ^^ ! J’ai l’habitude de prendre Essilor pour ma myopie (-7) puisqu’apparemment c’est ce qui se fait de mieux. Quel marque de verre conseillerais-tu qui soit de qualité ? Es-tu à Paris ? Merci !

  • RemiBG

    Réaction tout à fait normal cela dit, je suis le premier à être exigent sur l’experience client.

  • RemiBG

    Je t’avoue que je ne connais pas, peut être qu’un lecteur saura te répondre 🙂

  • RafikBG

    Merci pour ton témoignage Timothée, ça donne envie jeter un oeil à tout ça ! 😉

  • Timothée Parent

    Bonjour,
    Si je me souviens bien de l’historique, il me semble que Mykita a été fondée par des anciens de chez IC! Berlin. D’ailleurs, on voit bien (chez les deux) la touche allemande sur le travail des charnières (charnières sans vis, avec des sytèmes de ressort, chaque marque a sa propre technologie pour les charnières, on ne peut parler de copie mais plutôt d’inspiration commune). Perso je préfère également Mykita mais les dernières collections IC! Berlin (avec notamment une nouvelle technique de colorisation du métal permettant d’obtenir des couleurs très chaudes et très vives) sont vraiment pas mal.

  • Arnaud Vuillet

    Je suis allé à la boutique de Lyon il y a quelques jours et je n’ai pas du tout eu le même ressenti que toi.
    Le vendeur était vraiment à mon écoute et plutôt de bons conseils par rapport au style des lunettes vis à vis de mon visage. En ce qui concerne la qualité en elle-même des montures je trouve que leur acétate vraiment beau avec de très beaux reflets, notamment leur couleur écaille vert-gris.
    De plus, ils proposent des services assez sympa comme le fait de prendre une monture et de pouvoir venir en changer si on se rend compte que le style n’est pas le bon (gratuit, valable 1 mois). La même chose concernant les finitions des verres.

    En revanche, pas de tiers payant, c’est pour le moment le seul « reproche » que je verrais.

  • RemiBG

    Excellent, merci Tarek !

  • JulienB

    et pourtant il arrive à Stark ne travailler gratos sur certains projets…
    il se peut que des marques en profitent pour sur-marger juste parce qu’ils ont mis un logo « designed by Stark »

    Aussi bizarre que ça puisse paraître, cet homme un est un gauchiste (vrai, pas gauche kaviar)… comme quoi il y a de tout dans ce monde 😀

  • RemiBG

    Hello Mickael, à l’avenir tu peux peut être en dire plus sur les conditions d’utilisation de ton équipement optique pour comprendre d’où vient l’usure prématurée. Ce serait un peu plus objectif. Pour ma part je les porte tous les jours depuis 1 an et elles n’ont pas bougées. J’ai également des solaires qui m’ont toujours satisfait. Je suis bien curieux d’en savoir plus.

  • Raph

    Rue du Bac, vous avez aussi Les Opticiens du Bac qui vend une marque qui s’appelle « La Brigitte » (du nom de la créatrice également propriétaire du magasin). Tout est fabriqué à la main dans le Jura, et vendu autour des 200 euros. Alors oui, il se trouve que c’est ma mère 🙂 Mais à en juger par ses nombreux allers-retours dans le Jura, je pense qu’elle prend plutôt soin de la qualité!
    http://www.opticiensdubac.com/collection-la-brigitte?category=Optiques

  • Vincent

    Il est bien gentil le mec de SENSEE, mais des lunettes ça ne se vends pas par internet, c’est un produit de haute technologie qui demande une expertise avisée et une prise de mesure ultra précise.

    Essilor est effectivement un peu plus cher que la concurrence, et c’est pour cela qu’un grand nombre d’opticiens ne proposent aucun verre Essilor lorsque vous irez chez eux (parce qu’il se font moins de marge qu’avec les autres marques) mais il ne peuvent pas vous le refuser si vous leur demander.

    Mais il faut savoir que la qualité est vraiment supérieure (si jamais vous avez un soucis, des maux de tête, n’hésitez pas à les renvoyer ils vous en referons d’autres à leur charge, et ce même si c’est votre ophtalmo où l’opticien qui s’est trompé dans les mesures !) et qu’ils sont bien en avance dans la recherche & développement, avec notamment le Crizal Prevencia pour la dernière d’entre elles, qui protège les yeux des écrans LED.

  • RemiBG

    Et pourtant, et pourtant… la catégorie reste large !

  • RemiBG

    Hahah mon pauvre Jérome, effectivement tu es plutôt cramé sur les dépenses là ! Je te dirais davantage Mykita pour le coup 🙂 attends l’année prochaine le temps que ça se calme (ou après la St Valentin, si tu lui sors le grand jeu elle n’osera pas te reprocher une belle paire de lunettes !)

  • Jerome WANG

    Je viens de voir qu’une boutique Mykita avait ouverte dans le marais !
    Franchement entre IC!Berlin et Mykita, je ne sais pas qui est le premier et qui est le copieur mais pour moi c’est le coup de coeur depuis pas mal de temps.
    J’ai bien envie de craquer mais ma femme commence a surveiller mes dépenses depuis qu’on est allés chez wooyoungmi…

  • RemiBG

    Du régal tes interventions

  • Abdelhamid Niati

    chez persol j’ai la PO 714, la fameuse qui est sublime et une autre qui le fait moins. Je conserve mes vuarnet pour la montagne (verres cat4). Jimmy Fairly est la bonne surprise.

  • Aucun problème Alex, et tu as tout à fait raison d’avoir souligné que nous pouvons toujours faire preuve de plus de mesure, ou dire de manière plus contrôlée, certaines choses. Et tu l’as dit de manière très correcte. Je te remercie pour tes participations ! à bientôt

  • RemiBG

    Oui tout à fait, j’ai encore souvenir de mon vieil Optic2000 où j’amenais ma paire de lunettes plus à ma vue 🙁 mais je parlais bien d’une initiative d’une marque qui va transformer CHAQUE commande par un don d’une paire de lunettes. Là où les boites des enseignes n’en captent qu’une partie (et des modèles usagés).

  • RemiBG

    D’accord pour RayBan, beaucoup moins avec Persol où j’ai toujours eu de l’excellente qualité. Peut être le hasard ? En tout cas aujourd’hui je suis chez Jimmy Fairly et ravi également ! Lunettes pour tous je me méfie en effet mais il fallait quand même souligner l’existence de ce type d’offres qui peut en dépanner certains !

  • RemiBG

    Mykita toujours un gros travail sur les montures, c’est impressionnant 🙂

  • RemiBG

    Excellent retour, c’est intéressant d’avoir une vision de l’offre de sur-mesure de lunettes 😉 Je serais très curieux d’avoir une photo du modèle final =)

  • Romain R

    En même temps, même si les Tom Ford sont chères, une paire Dita en vaut presque le double… D’ailleurs, pour les premières, je dirai qu’elles sont effectivement fragiles, mais quand même de bonne qualité. La paire de Cole que j’ai en métal et acétate est vraiment très agréable à porter, le design est assez raffiné je trouve, et je n’ai pour l’instant pas de signe apparent d’un mauvaise qualité de fabrication.

  • BenoitBG

    Intéressant retour Romain, parce que en ce qui me concerne, entre ma paire de Tom Ford et mes Dita, il y a vraiment un gouffre !

  • BenoitBG

    Super retour Laurent, merci d’avoir pris le temps de le rédiger !

  • RemiBG

    Bonjour et merci pour ton retour complet et passionné. C’est très positif de recevoir ce genre de retours qui nous permettent de calibrer aux mieux nos articles.

    Hélas je n’ai pas l’envergure de zone interdite, ni son équipe de rédaction mais je m’efforce de fournir des articles de qualité et très renseignés. Visiblement je n’ai pas réussi ce pari sur celui-ci.

    Pour reprendre tes remarques, j’ai immédiatement adhéré à celle concernant les marges abusives des montures, c’est effectivement un chiffre qui concernait des exceptions dans la profession et je ne retrouve pas la source d’où j’ai tiré ce chiffre (et pour le coup ça m’embête bien de ne pas prouver ce que j’avance). J’ai modifié l’article en conséquence. Je te prie de croire que je ne veux jeter aucun discrédit sur la profession.

    Ce qui m’amène au deuxième point que tu défends qui concerne le prix de l’équipement optique que « j’analyse comme le prix d’un vêtement ». Ce n’est pas tout à fait le cas, j’explique d’ailleurs dans le détail du prix qu’une partie est dédiée aux salaires et aux frais de gestion : ce qui englobe tout le travail fait par l’opticien à savoir le conseil client, la prise de mesure, … qui font partie de ses missions et donc englobé dans son salaire ! Je reconnais que je n’ai peut être pas été assez descriptif à ce sujet, mais l’objectif n’était pas de dénoncer les marges du distributeur (qui sont légitimes), mais plutôt l’abus des fabricants sur les prix (cela me semblait plutôt explicite).

    Enfin, au sujet d’Essilor, je n’ai nullement sous entendu que les opticiens Français étaient pris à la gorge par le célèbre fabriquant, mais plutôt que ce fabriquant mettait en place des barrières à l’entrée importantes pour empêcher l’émergence de solutions alternatives comme celle que propose « M.Sensee ».

    En résumé, je n’ai pas voulu salir toute une profession mais éclaircir le marché de l’optique à travers une méthode analytique, pas forcément au point sur un sujet assez complexe. Cependant, des commentaires comme le tien me permette d’affiner la qualité de l’article et d’acquérir davantage de connaissances pour éviter les raccourcis si énormes que tu dénonçais. Je ne suis ni un journalisme en quête de sensationnalisme, ni un pigiste payé à l’article, mais un vrai curieux et passionné toujours prêt à apprendre et à discuter. 

    Je serais ravi de continuer cette discussion si tu le souhaites, n’hésite pas à m’écrire : remi(at)bonnegueule.fr

  • RemiBG

    Excellent retour, merci beaucoup Laurent c’est véritablement intéressant

  • LpL

    Opticien diplomé

    C’est un sujet que je connais très bien, et même presque à fond. Je ne vous parlerai ici que des verres. Si vous êtes jeune (en fait très jeune) votre capacité d’accommodation est énorme (6 dioptries a 16 ans). Donc les verres progressifs ne vous concernent pas. Mais ça se gâte vite, même très vite. Et après 50 ans c’est la cata absolue. Il faut alors se préoccuper de la vision de loin (pour ça l’ophtalmo vous dira ce dont vous avez besoin) mais aussi de la vision de près, ce qui implique des verres progressifs ou bien des verres de proximité. L’addition nécessaire pour la vision de près est rarement mesurée. Or votre oeil et vos lunettes constituent un système optique assez compliqué, les additions standards suivant l’age ne marchent pas (ça dépend de la vision, de la distance des lunettes par rapport à l’oeil etc). IL FAUT LA MESURER. C’est la raison pour laquelle il ne faut jamais acheter des lunettes internet et lorsque vous allez chez un opticien, il faut qu’il soit diplômé (et compétent). Les opticiens mutualistes sont très mauvais de ce point de vue. Ensuite, un traitement anti-reflet est incontournable. Ce dernier vous durera 3 mois pour un verre « made in china ». Ensuite suivant les marques et la qualité ça varie entre 2 et 4 ans.
    Pour ceux qui travaille derrière un écran d’ordinateur ou discutent de part et d’autre d’une table, les verres de proximité sont une bonne solution. Par rapport aux progressifs, ils ont une largeur de champ beaucoup plus grande. Avec des écrans 16/9 c’est un élément important.
    Mon conseil: les verres coutent chers et il y a de bonnes raisons à cela (les ententes entre fabriquants jouent mais pas que). Toute tentative de trouver une alternative « cheap » aboutira a des maux de tête, puis un retour à la case départ.
    Le seul endroit ou vous pouvez gagner un peu, c’est en prenant les séries de l’année précédente (insister chez l’opticien). Il y a peu de différence et ça fait économiser une cinquantaine d’euros par verres.
    Pour vous donner une idée, mes verres progressifs (indice 1.67) m’ont couté dans les 260 euros le verre et mes verres de proximité 170 le verre. La seule option pour avoir des verres de qualité moins cher c’est l’unifocal, d’où l’avantage d’être jeune.
    Dernier points: pour des verres progressifs, il faut des montures assez haute verticalement, car la focale varie de haut (vision de loin) en bas (vision de pres). Si vous êtes très myope, prenez des calibres (largeur du verre) pas trop grand. Il y a des programmes sur internet qui vous permettent de calculer l’épaisseur du verre en fonction du calibre, de la dioptrie.
    Si vous voulez d’autres conseil, contactez moi. Je ne travaille pas dans la profession, mais je m’y connais.

  • Romain R

    C’est clair que la qualité de Ray Ban est à pleurer, mais bon en même temps quand on voit des ruptures de stocks sur des modèles carrément moins qualitatifs que des lunettes 3D de cinéma, franchement… Par contre, il y’a peut être certaines disparités selon les marques quant à leur marge de manoeuvre auprès des groupes comme Luxottica. D’abord, la notoriété que certaines Maisons ont acquis dans le secteur du PAP, et étendue à tous les produits portants leur logo, vient apporter de la crédibilité au fabricant. Ensuite, à côté de Luxottica il y a aussi Safilo (Dior, Gucci…) ou Marcolin, qui ne demandent qu’à étayer leurs portefeuilles de marques. Et plus concrètement, je dis cela parce que j’ai eu l’occasion de longuement échanger avec un vendeur très pro là dessus (et oui, j’ai la chance de dégotter souvent les rares vendeurs vraiment experts) : on a regardé vite fait les ray ban en plastique, et on est passé après à Prada et Miu Miu. J’ai été très étonné d’avoir entre les mains une paire dont la monture a été gansée de velours à certains endroits : la fabrication était splendide, les matériaux très techniques (une histoire d’injection sous pression) étaient apparemment de très haute qualité, et il y avait de très nombreux détails en métal. Alors même que cette paire était fabriquée par la même entreprise que les Ray Ban, on avait une qualité foncièrement différente. Idem pour Chanel, qui impose à luxo un cahier des charges très exigeant pour les solaires avec, au final, une très belle qualité et de très nombreux détails (camélias de perles brodées, matelassage en cuir…) malgré un distribution assez large.

    Maintenant, c’est vrai que y’a eu globalement, comme dans beaucoup de domaine, une indéniable baisse de la qualité des produits optiques fabriqués par ces grands groupes… alors que les prix ont, eux, bien augmenté !

  • Le truc c’est que les vendeurs font tout pour que la mutuelle rembourse un max, vu que ça augmente leurs marges en séparant le consommateur et le payeur. Exactement comme dans la pharmaceutique. Il y a bien entendu du lobbying derrière. Heureusement l’Etat serre quand même davantage les vis depuis quelques années.

  • RemiBG

    Hello Sam, j’ai effectivement fait une petite coquille, il s’agit bien sûr d’un « quasi-monopole- que je voulais écrire. Mais au final, cela revient à dire « oligopole », donc j’ai corrigé avec « oligopole » 🙂
    On avait effectivement parlé de l’usine à lunettes dans un premier article sur les lunettes.

  • RemiBG

    Ha oui ? C’est étrange, j’ai vraiment eu une expérience bien différente et j’ai visité plusieurs magasins (sans parler de BonneGueule), et j’ai toujours eu de supers vendeurs pour me guider sur la forme du visage, le style vestimentaire,… Mais effectivement j’imagine que le genre d’expérience que tu as vécu peut refroidir.

  • RafikBG

    Philippe Stark c’est un designer très très renommé. Le moindre produit qui sort de ses mains coûte plus cher que la moyenne, ce n’est donc plus vraiment un objet qu’on achète, mais davantage une « oeuvre ». C’est un peu le concept avec tous les produits brandés « Starck. Aucune idée sur la fabrication, mais cela peut cependant être un produit fiable et de qualité, je n’en sais pas plus

  • RafikBG

    Merci Jack 😉 Il était plus ou moins en gestation mais on suis pas mal les recommandations de nos lecteurs !

  • Nazax

    « C’est exemplaire et aucun grand groupe d’optique ne propose une action similaire. »

    Dans certaines enseignes (de grande distribution), il est pas rare de voir des boites pour déposer des lunettes inutilisées qui sont aussi envoyées à pays défavorisés. C’est probablement à l’initiative du franchisé.

    Sinon je porte des lentilles, mais merci pour l’article 🙂

  • Abdelhamid Niati

    Encore un bon article qui permet d’y voir plus clair (sans jeu de mots). La qualité chez rayban et persol par exemple, a vraiment ua point qu’on se demande si des lunettes cheap ne valent pas mieux. J’ai découvert Jimmy Fairly sur une collab avec menlook et les lunettes de la maison sont une réussite. Je ne porte pas de lunettes de vue mais lunettes pour tous n’a pas l’air de faire l’unanimité selon les avis postés sur divers forums.

  • Pierre M

    Super! Enfin un sujet sur les lunettes, ça va faire plaisir aux bigleux comme moi 🙂
    Personnellement je porte une paire de matttew, créateur belge. Il propose de très belles lunettes aux couleurs et matières vraiment intéressantes! Bien sûr pour juger d’une paire de lunettes il faut les essayer pour voir comment elle reflète la lumière et si elles vous correspondent.
    Voici le lien des miennes: http://www.matttew.com/fr/lunettes/dances/tango/Bordeaumetallisesatine
    Les moscot couleur tortoise de Johny Depp sont super aussi: http://luxe.lunigal.fr/lunettes-de-vue/moscot-originals-lemtosh-t46-tortoise–3097-4829.html
    Et comme boutique dans la périphérie de Lille, M et L à Marcq-en-Baroeul est très bien, notamment la sélection qui est très interressantes.