Comment choisir et porter des bijoux quand on est un homme ?

Temps de lecture : 21 minutes

18

Ne vous est-il jamais arrivé de vous arrêter devant la vitrine d’une bijouterie et d’en admirer le contenu ? Le travail d’orfèvre, la créativité, l’imaginaire que certaines pièces dégagent…

Pourtant, porter des bijoux, très peu pour vous !

Eh bien, cet article vise à vous faire changer d’avis. Vaste projet j’en conviens, mais je ferai de mon mieux.

Et pour les initiés, vous trouverez sûrement dans ces quelques lignes, de l'inspiration ou des informations qui pourront vous servir dans votre recherche du parfait accessoire.

NB : Je n’évoquerai pas les montres ici car de précédents articles y sont dédiés.

Karl Lagerfeld porte un bracelet et un gant gris

C'est beau, ça va avec tout et ça peut sauver votre style. Bon n'est pas Karl qui veut, c'est vrai !

Je vais vous faire une confidence : je suis moi-même un récent converti. Amateur d’expérimentations vestimentaires, je l’étais moins s’agissant des accessoires. Dernièrement, et grâce à la gentillesse de mes fabuleux camarades de chez BonneGueule (merci encore à vous), j’ai fait l’acquisition d’un premier bracelet en argent. Frileux au début, j’ai commencé à le porter, à m’y habituer, à me laisser séduire…

J’ai dès lors acheté de nouveaux bijoux : bracelets, bagues (bientôt collier ?), en me passionnant pour leur design, les techniques de création, la symbolique qu’ils expriment. Car en effet, je crois que, plus encore que les vêtements, les bijoux véhiculent une aura tout à fait unique à celui qui les porte.

Des bijoux et des hommes

Les bijoux pour hommes n’ont pas toujours été tabous. L’histoire témoigne d’un engouement certain du sexe masculin pour les ornements et les parures, parfois même plus démonstratives que chez les femmes.

Partout et de longue date, de l’Antiquité à la Renaissance, en passant par le Moyen-Âge, les hommes portaient des bijoux - parfois très voyants - pour affirmer leur statut social auprès de leurs pairs.

Exemple de pectoral masculin en or porté en Égypte durant l'Antiquité.

Dans l’Égypte antique, tous les hommes portaient des bijoux. Les plus modestes se contentaient de petites amulettes tandis que les plus riches arboraient des parures volumineuses sur la poitrine, des bagues (parfois plusieurs à chaque doigt) ou des manchettes en or et pierreries diverses (des turquoises du Sinaï, du lapis lazuli provenant d’Afghanistan).

Les romains, moins extravagants, avaient toutefois pour habitude de porter anneaux, plastrons et colliers précieux. Certains bijoux pouvaient signifier d’une appartenance militaire.

Exemple de fermail du Moyen-Âge : véritable oeuvre d'orfèvre, cette épingle améliorée était d'usage fréquent à cette époque.

Du Moyen-Âge à la Renaissance, chaque période fut marquée par une pratique particulière de l’ornement, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. L’influence byzantine eut pour effet de populariser les parures les plus somptueuses pour ceux qui en avaient les moyens. On avait cependant coutume de porter les bijoux sur les vêtements plutôt que sur soi. Cette période voit la démocratisation de l’agrafe, aussi appelée fermail, sorte de broche servant à maintenir les deux pans de la cape ou du manteau.

Suivant les époques, elles représentaient des fleurs, des animaux ou encore des devises ou armoiries. Si les castes ecclésiastiques les plus puissantes eurent toujours pour habitude de porter des bijoux (grosses croix en or, divers anneaux hiérarchiques), les laïques quant à eux suivaient la mode de l’époque, souvent dictée par la royauté.

Certains souverains comme Louis IX (très pieux, aussi connu sous le nom de Saint Louis) étaient assez réticents à toutes formes de fastes, tandis que d’autres rois, comme Charles VI furent beaucoup plus friands de ce genre de frivolités.

Ornement de nez provenant d'Inde occidentale porté par un prince Indien, entre 1925 et 1950 : or, diamants, perles et émeraudes. Alors, où situer la frontière entre féminin et masculin ? Photo provenant de l'exposition "Des Grands Moghols aux Maharajahs" au Grand Palais.

L’Inde est un autre exemple frappant de culture ayant mis en avant le port de bijoux chez les hommes. En effet, le secteur de la joaillerie y sera florissant dès le XIVème siècle, à l’époque des Grands Moghols qui financent personnellement cette économie. Ces créations sont parmi les plus abouties à l’époque, l’Inde jouissant d’un savoir-faire particulier en la matière ainsi que de gisements propices à la production de bijoux luxueux.

Les empereurs et la noblesse locale se parent de décorations de turban, de bracelets, de colliers, de bagues et autre ornements en or et pierres précieuses. Le XIXème et l’avènement du Raj Britannique (la mise en place du régime colonial britannique) sera une seconde époque de grand faste de la haute-joaillerie indienne.

Les princes indiens, dépouillés de tout pouvoir, continueront d’affirmer leur influence à travers des ornements toujours plus somptueux, mixant tradition indienne et influence occidentale.

Extrait du film "La Parure" tiré de la nouvelle éponyme de Maupassant, racontant l'histoire d'un couple s'endettant à vie après avoir perdu une rivière de diamant empruntée à l'occasion d'une soirée mondaine.

Au temps de la révolution industrielle, les bijoux disparaîtront progressivement des attributs masculins. Comble du machisme, on préfère offrir à sa femme de luxueuses pièces de joaillerie pour exposer alors sa réussite et sa fortune en société.

Synonymes de richesse et donc de pouvoir, les bijoux ont toujours eu une valeur sociale forte. Plus encore, ils étaient considérés comme des objets mystiques, associés pour la plupart à des pouvoirs magiques ou à de supposées propriétés ésotériques. Qu’il s’agisse de culture du symbole ou de pouvoir des pierres, les croyances liées aux bijoux sont nombreuses…

Le bijou pour tous

Curieux de vraiment comprendre pourquoi les hommes portaient si peu de bijoux, j’ai entrepris une petite enquête dans mon entourage. Bien sûr, celle-ci n’a pas valeur d’échantillon représentatif de la population mais peut tout de même apporter quelques éléments de réponses.

À la question « pourquoi ne portes-tu pas de bijoux ? » on me rétorquait souvent : trop connotés, trop féminins, tape-à-l’œil ou pire, « pas pour moi ». Simple mais lapidaire comme réponse. Cela voudrait-il dire que certains hommes sont nés pour porter des bijoux et d’autres non ?

Finalement, et comme toujours, le bijou est associé à des considérations sociales bien ancrées dans nos têtes, à une imagerie aussi vieille que dépassée.

Symbole de pouvoir et de richesse, le bijou est excluant. Presque banni du vestiaire des hommes pendant plus de deux siècles (et réservé aux femmes), il est féminin et donc sexuellement connoté.

Port du bijou ne veut pas forcément dire perte de votre virilité, à l'exemple ici de Johnny Depp.

Pourtant aujourd’hui, ces barrières psychologiques tendent à disparaître. Un regain d’intérêt croissant des hommes pour les bijoux s’opère et, tandis que les considérations liées au genre s’effondrent, de nombreux créateurs se lancent sur le marché florissant de la bijouterie/joaillerie pour homme. Et croyez moi, cette tendance n’en est qu’à ses débuts !

Les différents bijoux pour homme

"Mais alors, me direz-vous, comment porter des bijoux quand on est un homme ?" J’y viens !

Sachez tout d’abord que, s’agissant des bijoux, l’unique règle c’est en fait qu’il n’y en a pas… ou presque !

Non... ça n'est définitivement pas le résultat que l'on recherche ici.

Bien sûr, certaines indications seront éventuellement à respecter pour éviter de se transformer en véritable sapin de Noël ou en triste réplique de Puff Daddy…

Les bijoux sont des accessoires d'aucune utilité pratique. Leur seul intérêt réside donc dans ce qu’ils disent de vous, de votre personnalité. Porter des bijoux, c’est choisir d’exprimer quelque chose de particulier, de profond.

Il n’existe d’ailleurs pas vraiment de mode du bijou. Quand il y a quelques courants, le plus souvent, ils s’épuisent pour devenir rapidement anachroniques voire ringards.

Comme ici, les bijoux habillent certaines parties du corps. Ils attirent le regard vers ces zones, les subliment.

Voici quelques questions de base auxquelles je réponds pour vous permettre de sereinement faire vos premiers pas dans le monde merveilleux du bijou. C'est parti !

Peut-on porter plusieurs bijoux à la fois ?

Too much ? Question de point de vue.

Bien sûr que oui ! Une bague, un bracelet, un collier… pourquoi ne pas tout mixer ? Tout dépend de votre style. Un homme amateur de bijoux, au style assumé aura plus de facilités à empiler les bracelets à son poignet ou à porter plusieurs bagues à chaque main. Faites seulement attention à ne jamais trop en faire, au risque que l’on ne distingue plus aucun de vos beaux accessoires tant ceux-ci seraient nombreux.

Or ou argent ?

Selon la croyance populaire, l’or irait davantage aux peaux halées et l’argent aux peaux pâles. Oui et non. Là encore, faites attention à ne pas vous restreindre, il faut surtout que le bijou vous plaise. S’il est vrai que l’or a une connotation plus « bling bling », tout dépend de la façon de le porter. Croyez-moi, si votre accessoire est de mauvais goût, votre entourage vous le fera sûrement savoir.

Comment reconnaître un vrai bijou en or ou en argent ?

En bijouterie et joaillerie, nombreux sont les faussaires qui proposent des pièces en supposé  "or" ou "argent". Combien se sont retrouvés déçus de voir leur superbe bague en "argent massif" commencer à rouiller en seulement quelques semaines...

S'il reste difficile pour un profane de distinguer le vrai du faux, voici quelques conseils qui pourraient vous être utiles pour éviter ce genre de déconvenue.

Pour l'argent...

Mais qu'entend-t-on par argent massif ? Il s'agit en fait d'un matériau constitué d'au moins 80% d'argent pur. On y rajoute souvent un autre métal, généralement du cuivre, afin de garantir la solidité de la pièce, car l'argent seul serait trop souple et risquerait de vite s'abîmer.

Les types d'argent les plus connus sont le 800 (selon la proportion d'argent contenue, ici 80%), le 950 (95%) et, le plus courant, l'argent 925 (92,5%) ou argent sterling. Les pièces en argent comportent le plus souvent un poinçon attestant de leur authenticité (caché dans un recoin invisible du bijou comme l'intérieur d'une bague ou le fermoir d'un bracelet ou d'un collier).

Sachez également qu'à taille égale, un bijou en argent sera plus lourd qu'un autre alliage. Méfiez-vous aussi des bijoux trop brillants. Habituellement l'argent à un aspect gris légèrement terne qui, avec le temps aura tendance à s'assombrir en s'oxydant. C'est plutôt bon signe.

Démonstration du test de l'aimant pour l'argent. En effet, et comme pour l'or, il ne s'agit pas d'un métal magnétique. Il n'est donc pas censé bouger.

Pour les plus méfiants, d'autres vérifications peuvent être effectuées. Munissez-vous d'un aimant et testez-le sur votre pièce. L'argent ne devrait pas bouger tandis que d'autres alliages composés en majorité de fer ou d'acier par exemple viendront tout de suite s'y coller.

Vous pouvez aussi tenter la méthode de l'acide. Il faut frotter le bijou avec une pierre dite de touche puis y déposer une goutte d'une solution acide. Si celle-ci devient grisâtre ou blanche, il s'agit bien d'argent. Si elle noircit ou prend une couleur verdâtre, c'est qu'il s'agit d'un alliage pauvre. Au risque de voir votre joli bijou devenir importable si il est en toc.

Pour l'or...

L'or est un métal précieux, dont le grammage est défini par les carats. On considère qu'une pièce est en or si celle-ci affiche un grammage égal ou supérieur à 10 carats (et pouvant aller jusqu'à 24, à hauteur de 99,9% d'or pur). Le 18 carats est le meilleur compromis.

Là encore, il est très difficile de reconnaître un vrai bijou en or. Mais comme pour l'argent, les pièces authentiques comportent un poinçon et, n'étant pas magnétique, ne sera pas attiré si vous le collez à un aimant. De même, l'or véritable ne se décolore pas avec le temps (contrairement au simple plaqué or).

Bien sûr, et parce que nous n'avons pas tous chez nous l'attirail du parfait petit chimiste, privilégiez les achats sûrs en allant vous fournir directement dans de vraies bijouteries ou chez des créateurs.

Vous saurez tout de suite ce que vous achetez, le pourcentage d'or, d'argent et autre métal présent dans la composition de l'alliage. Et souvent, vous en ressortirez avec une attestation d'authenticité, vous garantissant une sécurité supplémentaire.

Voici le tableau récapitulatif des différents poinçons officiels usités en France, garantissant qu'il s'agit bien de métaux précieux (source : douanes françaises)

Pierre ou pas pierre ?

« Diamonds are a girl’s best friend » chantait Marilyn. Ne pourrait-il pas en être de même pour les hommes ? Alors bien sûr, je ne vous enjoins pas à vous ramener dès demain, rivière de diamants pendue au cou. Cependant, quelques pierres précieuses ou semi-précieuses peuvent considérablement augmenter le cachet de votre bijou.

Les bijoux d'inspiration amérindienne peuvent parfaitement convenir à qui cherche à mixer originalité et masculinité comme Alois Bruno sur cette photo. Crédits : Alois Bruno.

On distingue quatre types de pierres utilisées en joaillerie ou bijouterie.

  • Les pierres précieuses : nous parlons ici des minéraux les plus rares et les plus purs. Il s'agit du diamant, du saphir, du rubis et de l'émeraude.
  • Les pierres fines : il s'agit de toutes les autres pierres ornementales moins nobles utilisées en bijouterie. Parmi les dizaines d'exemples, on retient la turquoise, la malachite, la tanzanite, la mélanite, la microcline, la morganite, l’œil de tigre, l’olioclase, l’onyx, l’opale, l’agate ou l'aigue-marine.
  • Les gemmes organiques : il ne s'agit pas de minéraux à proprement parler mais de matériaux organiques résistants pouvant être utilisés dans la création de bijoux. Il s'agit notamment de l'ambre, du corail, de l'ormeau, de la perle ou du jais.

Vu la profusion de pierres existantes, chacun choisira simplement la pierre qui lui plaît le plus. Certaines d'entres elles, comme la labradorite ont la caractéristique de légèrement changer de couleur après une exposition au soleil. Comme expliqué plus haut, certaines pierres seraient aussi susceptibles de porter chance, protection ou bonne santé.

À titre d'exemple, voici les gemmes que je préfère :

La labradorite

Histoire ?

Nom dérivé de la région du Labrador au Canada où les missionnaires venus évangéliser les Inuits en trouvèrent pour la première fois au XVIIIème siècle. Les légendes Inuits voudraient que cette pierre soit en fait une aurore boréale qui aurait gelé avec le froid. Une autre version raconte qu'au contraire, un guerrier aurait frappé une énorme labradorite de sa lance et que s'en serait échappé les aurores boréales.

Où la trouve-t-on ?

On trouve des gisements dans les régions nordiques au Canada, en Finlande, Norvège, Russie, Ukraine mais aussi quelques gisements en France.

Vertus supposées ? 

On lui prête des vertus médicinales, s'agissant notamment des problèmes de circulation sanguine et de digestion. Elle aurait également des pouvoirs de purification et de régénération de l'âme.

Comment je la porte ? 

Afin d'avoir un rendu vraiment beau et de souligner toute la personnalité d'une vraie labradorite, je pense plutôt la porter sertie sur une chevalière en argent assez simple. De cette façon, elle est mise en avant et partie intégrante d'un bijou très personnel que je me verrais bien porter tous les jours.

Deux modèles de la marque Tant d'Avenir que vous découvrirez plus en détails en bas d'article.

La turquoise

Histoire ?

Utilisée il y a plus de 2000 ans par les peuples antiques d'Égypte et de Perse, la turquoise était extraite de gisements en Iran ou dans la région du Sinaï. Elle était souvent considérée comme une pierre représentative des dieux, symbolisant les cieux et servant de protection.

On l'utilisait aussi bien pour créer de petites amulettes que de grandes parures, voire même en architecture pour réaliser des marqueteries dans les plus grands palais perses. De l'autre côté du monde, les cultures précolombiennes l'utilisèrent notamment dans la création d'objets rituels.

Où la trouve-t-on ?

On trouve de nombreux gisements de turquoises au Moyen-Orient (Turquie, Iran, Israël) mais aussi au Mexique et aux État-Unis.

Vertus supposées ?

Elle apaiserait les douleurs musculaires diverses et aurait un effet non négligeable sur l'état de santé général du porteur.

Comment je la porte ?

Je la porterai davantage sur un bracelet type manchette en complément d'autre pierres avec lesquelles elle se marierait bien telle que le corail rouge.

Un exemple de bracelet avec turquoises de chez Harpo.

L'ambre

Histoire ?

Contrairement aux deux précédentes, l'ambre n'est pas un minéral mais une gemme organique provenant de la fossilisation de résine d'arbre, datant de plusieurs millions d'années. Certains morceaux d'ambre comportent des inclusions de végétaux, d'insectes ou d'animaux emprisonnés. L'ambre est utilisé dans la plupart des cultures antiques nordiques, grecques et romaines.

Où le trouve-t-on ?

L'ambre est assez répandu. On en trouve en France, dans les pays bordant la mer baltique mais aussi au Canada, en République dominicaine ou au Mexique.

Vertus supposées ?

Symbole de jeunesse, de beauté et d'amour, l'ambre est une gemme plutôt féminine. Elle est aussi considérée dans plusieurs cultures comme symbole de larmes solidifiée d'un dieu ou d'une déesse. C'est une gemme qui aurait donc un effet sur le vieillissement.

Comment je le porte ?

Je n'ai pas encore trouvé la pièce parfaite que j'ai en tête. Idéalement je voudrais trouver un collier de type sautoir avec un pendentif en ambre dans lequel serait piégé une petite bestiole quelconque âgée de quelques centaines voire milliers d'années. J'ai une peur bleue des insectes, du coup ça serait pour moi une véritable thérapie ! Sinon porté sous forme de petites perles sur un bracelet très simple.

Se balader avec scolopendre fossilisé au cou ? Quoi de plus cool ?

Gros ou pas gros ?

Qu’on se le dise, quand on est un mec, on a tendance à toujours penser « gros ». Entendez par là : voyant, visible, signifiant quoi ! Eh bien en matière de bijoux ça n’est pas un bon réflexe.

Évitez de choisir des modèles vraiment trop massifs qui, en plus de ne pas forcément être très distingués, pourraient alourdir votre silhouette. Pour ce qui est des bagues, les personnes ayant des doigts fins éviteront les grosses montures et autres énormes cailloux.

Se pose la question des allergies, rares malgré tout. L'or, l'argent le cuivre, l'acier, le laiton sont considérés comme hypoallergéniques. Dans des cas très rares, l'or et l'argent peuvent provoquer des allergies et vous obligeront à éviter de porter des bijoux. Le véritable problème provient souvent du nickel. Présent dans de nombreux alliages, c'est ce matériau qui peut provoquer. Il est d'autant plus important de redoubler de vigilance lors de votre achat car beaucoup de bijoux peu chers contiennent en réalité un pourcentage non négligeable de nickel.

 

Voyons maintenant les spécificités de chaque type de bijou que vous pourriez être amené à porter.

Les bracelets

Le bracelet est souvent le premier type de bijou vers lequel les hommes se tournent lorsqu'ils décident de franchir le pas. Moins connoté que le collier, moins symbolique que la bague et plus usuel que les boutons de manchette, il sera plus simple pour un novice de se l’approprier. D’autant qu’un bracelet se cachera aisément sous une manche de veste ou de chemise, si vous voulez le faire discret.

  • Commencez par des bracelets tissés ou en cuir avec des fermoirs discrets et un design sobre.
  • Explorez progressivement les différents styles que vous appréciez en évitant les modèles trop massifs.
  • Préférez une multitudes de bracelets différents qui habilleront votre poignet plutôt qu’un seul modèle trop gros.
  • Dans le cas où vous portez plusieurs bracelets, essayez d’équilibrer sur les deux bras.
  • Ne portez pas de bracelets avec une montre au risque de ne pas la mettre en valeur.

A quel prix ?

Pour des bracelets simples, en corde ou en cuir, avec quelques perles ou certaines breloques vous trouverez de beaux modèles à partir de 15 ou 20 euros. Pour des modèles plus travaillés, en cuir noble ou en métal, avec la présence d'un fermoir, les prix monteront à 40 ou 60 euros. Pour des modèles tout en argent, les prix débuteront le plus souvent à 70 euros.

Les colliers

Comme pour les bracelets, les colliers sont faciles à dissimuler sous un haut, devenant alors un bijou plus personnel que destiné à être vu. Rien de vous empêche pour autant de l’arborer fièrement à votre cou et de l’exhiber au monde.

Il est possible de porter des colliers de tailles fines à moyennes, plus ou moins voyants. Les inspirations baroudeur et hippie ajoute une touche d'inattendu à une tenue très simple de prime abord.

  • Comme pour les bracelets, choisissez des modèles de taille raisonnable. Pas la peine de porter une enclume autour du cou, ça n’est pas flatteur. Et en plus ça pourrait être dangereux.
  • À l’inverse des bracelets, on évite d’empiler ses dizaines de colliers. Le résultat risquerait vraiment de faire trop lourd. On peut se poser la limite de trois pièces maximum.
  • Pour un style bohème privilégiez les colliers bi-matières avec un fil de cuir et un médaillon en métal, une pièce par exemple ou un grigri quelconque. Les chaînes peuvent être du meilleur effet pour un rendu plus brut, plus rock.

A quel prix ?

Les premiers modèles, comme pour les bracelets, seront disponibles à des prix raisonnables, à partir de 30 euros. Selon la composition, la présence d'un médaillon, le design et la marque, les prix peuvent s'envoler. Mais vous pourrez trouver de très belles pièces à partir de 60 ou 70 euros.

Les bagues

De tous les bijoux, la bague est probablement, sous bien des sens, le plus engageant… Fantasmée, présente dans les plus grandes fictions (du Seigneur des Anneaux aux comics Green Lantern), la bague représente du pouvoir, de l’amour, de la tradition.

D’après moi, et contrairement à ce que l’on pourrait croire, la bague est surement le bijou le plus difficile à assumer. Toujours très connotée, elle renvoie à un imaginaire soit plutôt féminin, soit très particulier, comme le milieu du rock, le bling bling ou les fans de SF…

Du simple anneau texturé à la monture en tête de samouraï, vous trouverez nombreuses déclinaisons de bagues existantes. Ici deux modèles de la marque Marc Deloche.

  • Équilibrez le nombre de bagues sur chaque main.
  • Évitez de mixer or et argent surtout une même main.
  • Faites attention aux proportions en évitant les bagues trop grosses pour les doigts trop fins et inversement.
  • Allez-y progressivement, ne passez pas d’un simple anneau à une énorme monture à tête de loup.
  • Évitez de porter trop de bagues sur la main dont vous vous servez le plus. Aussi solide soit-elle, une bague s’abîme - lentement mais sûrement - avec les frottements.
  • Niveau style, mixez quelques bagues en argent avec une veste en denim brut ou un perfecto pour vous donner l’allure d’un rockeur. Pour un style plus roots, choisissez des modèles sertis de gemmes comme la turquoise, la labradorite, le corail, l’opale ou l’oeil de tigre.

A quel prix  ?

Encore une fois, les gammes de prix peuvent être très différentes selon les modèles. L'argent bien sûr, reste moins cher que l'or ou le platine. Vous trouverez des modèles simples à partir de 50 euros. Pour les modèles plus travaillés les prix peuvent facilement atteindre 200 ou 300 euros. Bien sûr, s'agissant de l'or ou du platine, comptez quelques centaines d'euros.

Choisir sa bonne taille de bague

Comme pour le vêtement, connaître sa taille de bague est primordial. La première solution : demander conseil à un bijoutier professionnel. C'est rapide et tu seras sûr de ne pas faire d'erreur.

Autrement il faut que tu mesures toi-même la circonférence de ton doigt. Pour les moins matheux d'entre vous, pas de panique, aucune équation à double inconnue à l'horizon. Munis-toi seulement d'un mètre ruban et enroule le autour de ton doigt.

La valeur trouvée correspond tout simplement à ta taille de bague. 50 millimètres équivaut par exemple à une taille 50. Un jeu d'enfant... en France et en Europe du moins. Car cette règle n'est pas valable partout. Alors pour ceux qui jetteront leur dévolu sur une pièce provenant des États-Unis, du Royaume-Uni ou du Japon, vous n'avez qu'à vous référer au tableau suivant.

Parmi les différents types de bagues, deux se distinguent de part leur symbolique et leur histoire.

L’alliance

Ah le mariage ! Cette journée chargée d’émotion dont vous vous rappellerez toute votre vie. De cette blague lourde qu’a fait votre oncle après avoir abusé du champagne, de cet horrible chapeau couleur pêche que portait votre futur belle-mère (que vous vous devrez de complimenter), du regard de tueur que votre beau père vous a lancé lorsqu’il vous a donné la main de sa fille/de son fils, la lecture des voeux que vous espérez à la hauteur et enfin du moment clé de l’échange des alliances, qui scelle votre engagement pour la vie. Oui, mieux vaut ne pas se tromper sur la marchandise.

Les mariages sont plus que jamais à la mode ces temps-ci. Ici Harry et Meghan, qui se sont dit oui le 19 mai 2018.

Pour commencer, sachez qu’une alliance se choisie avec son ou sa promis(e). En effet, lors de la préparation du mariage, c’est à deux que l’on détermine les anneaux que l’on échangera lors du consentement des époux. Et c’est bien normal ! Quitte à arborer un bijou pour le restant de votre vie (enfin à ce qu’on raconte…) autant que celui-ci vous plaise non ?

Comme toujours, c’est en fonction de votre degré d’appétence pour les bijoux que vous choisirez votre alliance. Il n’en demeure pas moins que, s’agissant d’une bague que vous porterez au quotidien, mieux vaut que celle-ci reste relativement sobre et classique, qui plus est si vous souhaitez l’accorder à d’autres bijoux.

L'exemple d'une parfaite alliance : le modèle Love de chez Cartier en or gris.

Pour ce qui est de la matière, là encore tout est affaire de goût. Pour un bijou aussi important que celui-ci, il est nécessaire de s’orienter vers des métaux résistants et nobles, que le temps n’érodera pas. À l’image de votre amour hum ! Je pense donc à l’or et ses différentes variantes (jaune plus classique, blanc plus passe-partout ou rose plus décalé), au platine résistant et précieux voire même à l’argent.

Les tailles pour les alliances restent les mêmes que pour les bagues classiques. Mais pour ce qui est de la largeur, faites simple ! Pas plus de 4 millimètres pour les doigts les plus épais. En moyenne, misez plutôt sur une alliance faisant 2,5/3 millimètres.

La chevalière

Depuis la Rome Antique, la chevalière est un bijou sur lequel sont gravées les armoiries de famille. Elle est synonyme d’appartenance et de noblesse.

Pour les plus traditionalistes d’entre vous, sachez que le port de la chevalière répond à certains usages. L’ainé de la famille portera la chevalière à l’annulaire gauche avec leur alliance. Pour les plus english d’entre vous, l’usage veut que la chevalière se porte sur l’auriculaire gauche…

Le Prince Charles et son sens incontesté de l'élégance, portant sa chevalière à l'auriculaire gauche.

De même, à moins d’avoir hérité d’un bijou de famille, choisissez une chevalière en métal précieux ou simplement recouvert de métal précieux comme l’or ou le platine. Et profitez-en pour choisir ou faire graver une armoirie qui vous inspire. Peut-être celle de votre futur dynastie ?

Les boucles d’oreilles et les piercings

Il s’agit là d’une catégorie toute particulière, nécessitant un engagement physique non négligeable. Il existe des modèles très intéressants de boucles d’oreilles ou de piercings (parfois de vraies oeuvres).

À gauche l'exemple d'un anneau simple accroché au nez et d'une discrète pierre portée à l'oreille. À droite, un anneau métallique et simple porté à chaque oreille.

  • Adaptez le port de vos piercings à votre environnement professionnel.
  • Choisissez des modèles en argent ou argent brossé pour un rendu plus masculin.
  • Évitez certains endroits moins distingués : arcade, nombril, philtrum (la partie entre votre nez et votre bouche).
  • Si l'on choisit de porter des boucles d'oreilles, je trouve plus élégant d'en porter au deux oreilles.
  • Étant plus difficile à assumer privilégiez les modèles simples si vous n’êtes pas sûrs de votre choix : le simple anneau métallique sera suffisamment voyant.

Où dénicher la perle rare ?

Pour ceux qui seraient prêts, après lecture de cet article, à dégainer leur carte de crédit, voici une petite sélection de marques intéressantes ou aller piocher :

Orner : Des pièces de qualité au design bien pensé. Les prix affichés restent raisonnables.

Marc Deloche : Une marque née à Toulouse, qui propose finesse et qualité pour des prix cohérents.

Harpo : La référence en matière de bijoux d'inspiration amérindienne.

Philippe Audibert : Bonne marque pour un premier achat. Attention toutefois, les modèles ne sont pas en argent.

Double U frenk : Une bonne marque d'entrée de gamme pour qui veut s'essayer à des bijoux un peu plus street et bruts.

MadlordsUn multimarque de référence proposant des bijoux de créateurs.

UrsulUne marque dont les jonc sont réussis et originaux.

Casteld : Ici, on trouve de tout. Malgré tout un peu cher pour le rendu.

Corpus Christi : Des modèles travaillés dans un style rock et pour des prix rarement en dessous des 150 €.

Louis Abel : Un design minimaliste pour des prix raisonnables sur des bijoux en argent de qualité. Les modèles en or sont quant à eux, plus chers.

Gas bijoux, l’Homme solaireUne collection de modèles variés et d'entrée de gamme de qualité.

Bleu nomade : Une marque d'accessoires proposant quelques modèles de bijoux en argent assez simples.

René Talmon L’armée : Maison berlinoise, spécialiste du sur-mesure avec intégration de pierres précieuses. Les design sont très contemporains. Les prix en conséquence.

Brut Clothing : Une petite selection de bijoux vintage.

HensonMarque de créateur assez haut-de-gamme intégrant souvent des diamants noirs à ses modèles.

Anonyme ParisUne marque d'accessoires haut-de-gamme faisant des bijoux mixtes. On aime particulièrement les bracelets de force en cuirs exotiques.

Le GrammeUn précédent article avait été rédigé par Benoît. Vous y trouverez un avis détaillé sur la marque. Le Gramme est un label émergent proposant des bijoux au design épuré, avec un véritable sens du détail. Les prix sont, en revanche, assez élevés avec des modèles de bracelets à partir de 250 €.

Cette liste n'est évidemment pas exhaustive. Vous pouvez également aller faire un tour sur les plateformes telles que Etsy où de nombreuses boutiques en ligne propose quelques pièces très intéressantes. Ceci étant, il faudra vous armer de patience.

Le mot de la fin…

En définitive les règles pour porter un bijou quand on est un homme ne sont pas nombreuses. Comme je vous l'ai expliqué tout au long de l'article, si vous voulez effectuer un achat intelligent, concentrez-vous sur la qualité du produit et à son design afin de ne pas vous en lasser trop vite.

Vous ferez attention à choisir la bonne taille et à respecter les proportions.

Enfin, pour ceux qui seraient encore réticents à porter des bijoux, je vous conseille de tenter d’aller en magasin accompagné d’une personne franche et directe pour essayer colliers, bracelets, bagues et autre accessoires. Vous vous rendrez compte qu’on s’habitue vite et qu’on prend rapidement plaisir à chercher, à imaginer des compositions. Et si vraiment ça n’est toujours pas « pour vous » eh bien votre chaperon sera là pour votre le dire… Alors sautez le pas et faites vous plaisir !

Rencontre avec Quentin Pontonnier, bijoutier-créateur

Je vous le disais plus haut, depuis quelque temps je suis obsédé par la recherche de bijoux à ajouter à ma - maigre - collection. Je cherchais notamment une bague surmontée d’une tête de Médusa (la femme serpent qui, selon le mythe, pétrifiait tous ceux qui croisait son regard).

Dans ce cadre, j’ai découvert la marque de bijoux Tant d’Avenir. En parcourant le e-shop, je découvrais des modèles de bagues et de colliers assez captivants, aux inspirations variées - du rock à la Grèce antique - et au design sobre mais travaillé. Et tandis que je cherchais des informations pour mon article, je décidais de contacter Quentin Pontonnier pour lui demander de me parler création, technique et passion pour le bijou.

Quentin, en train de travailler sur l'une de ces pièces uniques.

On a donc convenu d’un rendez-vous chez lui dans le 20ème arrondissement de Paris. Chaussette (son chat) et lui, m’accueillent dans l'appartement. Quentin c’est un surfeur, un rockeur (au moins dans l’âme), un baroudeur, un artiste (il peint, dessine, fait des collages, un peu de photo). Mais ce qu’il fait de mieux c’est définitivement des bijoux !

Retranscription d’une discussion inspirante :

Raconte-moi un peu ton histoire, comment à seulement 24 ans, tu as fait pour être déjà un créateur de bijoux connu à Paris avec une première boutique qui vient d’ouvrir ?

C’est une histoire assez marrante. En fait, ça a commencé sur un coup de chance ! Au collège je préférais le skate et le dessin aux cours. Du coup après la 3e je me suis plutôt dirigé vers une formation en arts appliqués. L’école Boule proposait une formation spécialisée dans le bijou sur concours. J’ai fini sur liste d’attente. Mais, le jour de la rentrée, la directrice m’a appelé en me disant que je pouvais intégrer l'école en raison d'un désistement.

Quentin devant sa boutique au 46 Rue Godefroy Cavaignac dans le 11ème arrondissement de Paris.

Après ma formation, je suis allé voir la mairie de mon arrondissement, dans le 13ème, en expliquant que, du haut de mes dix-huit ans, en sortant de l’École Boule, je voulais monter ma boîte. Une conseillère m’a renvoyée vers un organisme, la BGE ADIL qui propose aux jeunes de moins de vingt-six ans d’être suivis par un conseiller, qui nous explique comment faire un business plan, de quelles aides bénéficier.

Suite à cette formation j’ai obtenu un micro-crédit à la banque qui m’a permis d’acheter mon premier établi et c’était parti. C’était il y a quatre ans. Et aujourd’hui je viens d’ouvrir ma boutique, au 46 Rue Godefroy Cavaignac, dans le 11ème arrondissement de Paris.

Tu sais que nous on aime conseiller un public large, des mecs les plus novices en matière de mode aux plus pointus. Tu conseillerais quoi aux hommes qui sont un peu réticents en matière de bijoux ?

D’essayer tout simplement. Quand on commence à porter des bijoux, on se rend vite compte que ça change complètement l'esthétique de ta tenue. Moi j'appelle ça le détail qui tue. Regarde, à Paris, tout le monde s'habille en noir. Ajoute une ou deux bagues et quelques bracelets voire une chaîne ou un collier et ça fonctionne !

J’ai beaucoup de mecs qui viennent me voir en m’expliquant qu’ils ne sont pas habitués. Alors je les oriente vers des modèles discrets et plus sobres avec des motifs élégants, comme une Marianne. Au final, beaucoup d’entre eux finissent pas revenir, acheter un deuxième puis un troisième bijou. C’est assez marrant ! Vraiment il faut avoir la démarche de venir essayer en boutique.

L'intérieur de la boutique Tant d'Avenir.

Quelle est ta relation avec tes clients, en boutique notamment ?
Je prends le temps ! J’adore me poser avec des gens qui viennent, qui veulent connaitre l’histoire d’un bijou, qui posent plein de questions. C’est quelque chose d’important pour un créateur de partager, d’expliquer sa démarche ! Des mecs peuvent parfois rester une heure en boutique. D’ailleurs j’ai aménager l’endroit pour qu’il soit accueillant, qu’on s’y sente bien. C’est un endroit qui me ressemble, comme un cabinet de curiosité. On est loin des boutiques froides de l’avenue Montaigne dans lesquelles on ose tout juste rentrer.

Ton esthétique et les symboles que tu utilises sont originaux. Ce qui m’a le plus intrigué c’est les bijoux pièces de monnaie. D’où te viens ton inspiration ?

À gauche, le fameux modèle inspiré de la Médusa grecque. À droite, deux chevalières serties d'une pierre semi-précieuse. Marque Tant d'Avenir.

Je me suis approprié certains symboles de la Grèce Antique comme la méduse ou les colonnes. Je trouve ça très cool de les réinventer, les proposer selon mon propre design. Les pièces, c’est une pratique qui date de la Rome Antique. On faisait déjà des bijoux à base de pièces de monnaie.

Ce que j'aime beaucoup ce sont les voyages ! L'une de mes plus belles expériences ça a été un road trip à moto dans les sommets de l'Himalaya en Inde. En altitude, dans cette région du monde, il y a de grandes quantité de différentes pierres utilisées en bijouterie. C'est là-bas que j'ai constaté leur vraie influence, presque magnétique. Alors certes à échelle d'une bague c'est très peu, du placebo, mais ça reste une réalité.

Et puis, quand je crée je pense d’abord à ce que j’aimerais porter, puis j’élargis l’offre bien sûr, pour que tout le monde trouve quelque chose qui lui plait. En revanche, je ne pense pas business ! Tu vois, je ne me dis jamais que parce que les têtes de mort se vendent bien je vais faire plein de têtes de mort. La seule que j’ai c’est une vanité double face du 17ème siècle que j’ai fait à partir d’un tableau que j’ai fait.

Quelle est la suite de Tant d'Avenir ?
J’exclue de faire de la grosse série. Je préfère rester sur des productions raisonnables et travaillées pour conserver mon niveau d’exigence et de qualité. Éventuellement je pourrais délocaliser la production dans un plus grand atelier et prendre une équipe de cinq ou six personnes.

Et surtout je continuerai de produire en France et localement, c’est quelque chose d’important pour moi. Là je vais prendre un apprenti pour m’aider, mais pour le moment je me concentre sur ma première boutique. C’est déjà un gros challenge.

Comment t’es-tu finalement fait connaitre ? C’est super difficile au milieu de plein d’autres marques non ?
Eh bien, par Instagram et surtout en allant à la rencontre des gens. Bien sûr, j’ai fait des salons, des marchés dédiés au bijou mais c’est en sortant, en vivant au rythme des soirées que la marque a vraiment pris de l’ampleur.

Aujourd’hui certains grands magazine comme Vogue ou d'autres publications plus petites mais très éclectiques me demandent des bijoux pour les intégrer à leur shooting photo. C'est incroyable car ces magazines emploient souvent des photographes de renommée mondiale.

Axel Yvon Axel Yvon

Grand enfant rêveur, un peu bohème, je considère le vêtement comme un mode d’expression du quotidien, qui amuse, qui rassure, qui passionne. Oiseau de nuit, mondain du dimanche, j’adore les chemises de pyjama, les blockbusters Marvel, les nuits d’orage et les pâtes à la carbonara (seulement celles de ma mère). Liste non exhaustive.

Laisser un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.

  • David – BonneGueule

    Hello Olivier,

    On ne porte pas beaucoup de colliers dans l’équipe, et ce n’est pas un sujet sur lequel on pourra bien te conseiller malheureusement !

    À moins que tu n’aies un style et/ou une personnalité très marquée, reste sur quelque chose de sobre si tu veux te diriger vers un collier 🙂

  • David – BonneGueule

    Hello Paul,

    Malheureusement, on n’est pas qualifiés pour te conseiller à ce sujet (ce n’est pas vraiment le créneau de BonneGueule donc on n’a pas envie de te dire des bêtises)

  • David – BonneGueule

    Hello Gregory,

    J’en ai entendu parler mais je n’ai pas pu avoir leurs produits en main. Au vu de leur e-shop, les produits ont l’air sympa, pour peu que tu apprécies les bracelets un peu imposants !

  • Nicolò – BonneGueule

    Oui mais tu pourras toujours dire ça aux passants qui vont t’insulter dans la rue ^^

    Par ailleurs il me semble que la savstika indienne est dans l’autre sens !

  • Paul

    Après je sais qu’en Asie et selon les croyances ça n’a pas la même signification qu’en Occident.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Paul !

    Ah oui quand même… (pour la croix)

    Sinon oui les designs n’ont pas l’air mal.

  • Nico

    Evidemment ! mais j’ai pas prévu d’y aller avant un certain temps, j’habite dans le Sud c’est pas la porte à côté haha

  • David – BonneGueule

    Hello Nico, n’hésite pas à nous faire un retour si tu as l’occasion d’aller voir 🙂

  • David – BonneGueule

    Hello Nihad,

    Merci pour ton commentaire 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    *Sourit, les dents pleines de diamants*
    Merffi beaucoup four ton commenfaire Fimon 😀

  • Christophe – BonneGueule

    bien vu Jean-Baptiste, merci

  • Nicolò – BonneGueule

    On y réfléchit pour les podcasts 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Lazzeeee !

    Merci 🙂
    Miansai pour moi c’est pas tout à fait entrée de gamme, c’est plus cher que ça.

    Et pour les bracelets ancre, à ma connaissance c’est bel et bien eux qui ont lancé le truc 🙂

  • El handa

    Excellent article ! Très instructif.

  • Christophe – BonneGueule

    Matthieu, j’ai changé la 1ere photo mais voici le lien vers le site qui vend le bracelet : https://mrsfc.com… a bientôt sur BonneGueule…

  • Christophe – BonneGueule

    Hello Matthieu, je pose la question au rédacteur, Axel…

  • Christophe – BonneGueule

    Hello Arthur, merci pour ton retour, je suis ravi de savoir qu’il t’a intéressé… je vais corriger la partie qui « tombe comme cheveu sur la soupe… »

  • Matthieu Lv

    Avez-vous une reference pour les bracelets dorés sur la 1ere photo ?