Test : La Spoutnic de Pyrenex, une doudoune en flanelle et duvet

/

Parce que l'hiver commence sérieusement à se faire sentir, le temps est venu de vous présenter le test d'un article fabriqué par le leader français de la doudoune.

Mais avant de décortiquer la Spoutnic, un petit bijou en flanelle de laine proposé par Pyrenex, un rappel de l'histoire de la marque, et de ce qui fait l'intérêt de la doudoune, s'impose.

L’histoire de Pyrenex

L’histoire de l’entreprise trouve sa source dans le massif des Pyrénées, où caquettent les oies et les canards élevés dans les fermes locales. Les volatiles, confrontés au climat froid et humide de la montagne, sont vêtus d’un plumage aux propriétés thermiques isolantes exceptionnelles.

C’est la raison pour laquelle M. Abel Crabos, l’ancêtre du président actuel de Pyrenex, décide en 1859 d’écumer les marchés, pour acheter aux éleveurs les plus belles plumes et les plus beaux duvets.

fondateurs pyrenex

Les Crabos en action - et en sépia

Cent ans plus tard, la saga familiale connaît un nouveau tournant lorsque le petit-fils d’Abel reprend la société familiale dans les années 60, et décide de développer de nouvelles techniques de tri, afin de proposer au marché international des duvets de qualité supérieure.

En 1970, un autre membre de la famille, Jean-Pierre Crabos, crée la première doudoune technique. Il se base sur l’expérience de Louis Audoubert, un alpiniste chevronné qui devient conseiller de la marque.

pub pyrenex

Véritable égérie de Pyrenex, Louis Audoubert part en expédition vêtu de vêtements spécialement conçus pour les conditions extrêmes.

Quelques années plus tard, la mode s’empare de la doudoune que l’on se met à porter en ville, loin des massifs montagneux et des contraintes sportives.

pub pyrenex

Dans les années 1980, Pyrenex s’impose dans le vestiaire urbain avec ses doudounes aux couleurs vives (en canard) laquées comme les modèles Authentic, Mythic et Spoutnic.

Icone phare du catalogue de la marque, le modèle Oisans se distingue particulièrement du fait de son empiècement contrasté en cuir.

Oisans pyrenex

Ce modèle n’est pas sans rappeler la célèbre Togs Unlimited de Chevignon, qui sortira en 1984. On est mesure de se demander qui, de l’oeuf ou du canard, est arrivé le premier.

La cinquième et actuelle génération de dirigeants de Pyrenex est représentée par Edouard Crabos. Cultivant l’intégration verticale de l’entreprise, qui lui permet de maîtriser la qualité du produit, celui-ci donne l’impulsion qui permet à la marque d’entrer dans l’univers du haut-de-gamme en 2009 avec sa ligne Heritage.

11_pyrenex

Ces clichés sont tirés du lookbook de la ligne Heritage, dont est issue le modèle de ce test.

Avec sa ligne Premium, pour laquelle des grands noms de la couture comme Alexis Mabille contribuent à orienter la direction artistique, Edouard Crabos entend cultiver « un esprit couture, une inimitable french touch », tout en poursuivant l’innovation technique.

12_pyrenex

On peut dire que ça swag sévère du côté de la ligne Premium et de ses doudounes de luxe.

Le rembourrage d'une doudoune : quelles sont les différences entre les plumes et le duvet ?

A l’origine, le terme « duvet » désigne une catégorie de plumes aux barbes fines et cotonneuses.

duvet pyrenex

Contrairement aux plumes classiques dont les barbes sont raides et accrochées les unes aux autres, les plumes duveteuses sont souples et se développent en 3 dimensions.

Cette spécificité du duvet est la source de son pouvoir isolant : les couches de duvet créent un maillage de fibres qui emprisonnent l’air dans de toutes petites cavités.

C’est la combinaison de la taille minuscule de ces poches d’air, avec leur grand nombre par unité de volume, qui confère au duvet un pouvoir très isolant.

Dans le langage commun, un duvet est le résultat de l’association d’une multitude de ces petites plumes isolantes, encapsulées entre deux couches de tissus. Le duvet peut ensuite être transformé pour la fabrication d’une couette ou, dans le cas qui nous intéresse, la conception d’une doudoune.

Duvet naturel ou synthétique pour une doudoune ?

Pour concevoir des doudounes, la tentation d’utiliser des matières synthétiques bon marché issues de l’industrie pétrochimique est grande.

Rappelons-nous cependant qu’il n’existe pas encore de chimiste plus compétent que la nature : le duvet de palmipède est environ 3 fois plus chaud qu’un duvet issu de la transformation d’une matière plastique, et il n’a pas tendance à s’affaisser avec le temps.

duvet synthétique

Pour vérifier la présence de rembourrage synthétique comme celui-là, vérifiez les étiquettes qui indiquent l’origine des matériaux utilisés.

La construction du vêtement : point clé de la doudoune

Il ne suffit pas d’avoir un duvet d’oie, ou de canard, de qualité pour obtenir une bonne doudoune. Le savoir-faire de l’artisan est essentiel sur de nombreux aspects.

Tout d’abord, le duvet doit être mélangé à des plumes plus rigides, dans de justes proportions, afin d’associer le pouvoir isolant du duvet au caractère structurant de la plume. Ceci permet d’éviter que la doudoune ne s’affaisse sur elle-même, emprisonne moins d’air et conduise davantage le froid.

duvets et plumes

Le duvet forme l’essentiel du garnissage des doudounes de bonne qualité comme ci-dessus (près de 90% de duvet). Attention aux modèles bas de gamme, reconnaissables à la grande proportion de plumes traditionnelles, qui sont beaucoup plus lourdes et rigides.

La méthode de piquage et de cloisonnement appliquée en manufacture est une étape fondamentale : piquer la poche de duvet en ligne, ou en carreau, permet d’homogénéiser la répartition du duvet au sein du vêtement. Cela étant, la résistance thermique au niveau des coutures en est affaiblie.

Pour contourner ce problème, plusieurs techniques existent, comme la superposition de multiples couches de duvet piquées dans des directions différentes, ou encore le cloisonnement par entretoise.

couette pyrenex

Exemple de couette de chez Pyrenex, piquée en carreaux (pour améliorer l’homogénéité de l’ensemble), et dont le point est régulièrement interrompu (pour réduire les déperditions thermiques linéiques).

Découverte de la doudoune Spoutnic de Pyrenex

Afin de me rendre compte de ce que notre marque de doudoune française a dans le duvet, mon choix s’est portée sur le modèle Pyrenex Spoutnic en flanelle de laine bleu marine disponible sur Menlook.

doudoune pyrenex

Pour être précis, le revêtement extérieur est composé à 60% de flanelle de laine, 38% de polyester et 2% d’élasthanne. Une tri-matière associant les propriétés thermiques et esthétiques de la laine, à l’imperméabilité du polyester et la souplesse de l’élasthanne.

Pour ce qui est du garnissage, le rapport duvet / plume de canard est de 90% / 10%. Soyons clair : il s’agit d’un ratio luxueux pour un vêtement, qui se positionne de fait dans le haut-de-gamme.

En guise de premier test, je décide de porter le manteau par-dessus un simple t-shirt, et d’aller faire un tour en vélo par une froide journée de décembre.

Au moment de l’enfiler, la sensation de douceur et la légèreté du duvet se ressentent instantanément. Les bras se retrouvent enveloppés dans un cocon moelleux, sans que cela ne nuise à la liberté de mouvement.

Pour ce qui est de la capuche, le contact avec les fils de serrage révèle instantanément la qualité des finitions.

6_pyrenex

Les fils élastiques glissent de manière fluide. La matière métallique du bouton poussoir contribue au sentiment de robustesse, l’ensemble permettant d’ajuster précisément la forme de la capuche.

La sensation de confort de la capuche est exceptionnelle : le duvet épouse à merveille la forme du crâne - je n’avais jamais ressenti quelque chose d’équivalent avec aucun manteau, mais je précise que je n’ai pas l’habitude de porter des doudounes.

Même constat au niveau des hanches : le système de serrage du vêtement est d’excellente facture.

Une fois à l’extérieur, je ne ressens pas le changement de température. Malgré le vent froid et l’humidité ambiante, la sensation de confort reste la même à l’intérieur du manteau.

18_pyrenex

Le duvet de la manche recouvrant totalement les poignets, les bords côtes parfaitement plaqués sur la peau ne laissent aucune chance au vent et au froid de s’infiltrer.

Même les bruits du chaos de la ville me semblent plus lointains que d’habitude, ce qui ne manque pas de me rappeler que l’acoustique et la thermique sont régies par des lois de propagation analogues.

En rentrant chez moi, je constate néanmoins que ce qui est gagné en pouvoir isolant peut être perdu dans la capacité du vêtement à évacuer l’humidité de la sudation.

Je n’ai certes pas ressenti le froid un seul instant, alors que je ne portais qu’un simple t-shirt. Mais je me rends compte, en enlevant la doudoune, que l’effort physique dû à la pratique du vélo m’a fait légèrement transpirer.

Une doudoune Pyrenex faite pour la ville

Passée le test du vélo, il est temps d’éprouver le manteau dans des conditions urbaines plus classiques.

13_pyrenex

Tout d’abord, j’accomplis la première épreuve, dite de la « pointe Geoffrey », pour la propension du personnage à faire une pointe avec la jambe opposée à l’appui. On peut dire que le contre-poids du sac Bleu de Chauffe contribue au succès de cette posture éclatante.

L’autre défi à relever pour une doudoune, c’est de garantir une silhouette cintrée malgré l’effet « bibendum » - voir le personnage du même nom.

14_pyrenex

Le résultat du cintrage est équivoque : en dépit de son côté gonflant, une doudoune peut malgré tout avoir une courbure vraiment bien travaillée, comme on peut le voir ici au niveau des hanches. Note de Rafik : c'est bien le cintrage de la doudoune que Romain souhaite vous montrer, et non son fessier de cycliste.

Pour ce qui est de la polyvalence dans le vestiaire, l’assortiment de la plupart des pièces masculines avec une doudoune est garantie, pour peu que la taille et la couleur de celle-ci soient adaptées.

15_pyrenex

En tant que manteau court, la doudoune s’accommode très bien de bottines, comme ce modèle Fred de chez Grenson.

Au vu du niveau de confort ressenti, et des nombreux compliments que j’ai reçus au sujet de cette petite merveille, je suis vraiment conquis.

16_pyrenex

Le mode capuche et mains dans les poches permet de se raconter qu’on est à plus de 4000 mètres d’altitude, alors que l’esplanade du Louvre n’est qu’à 30,5 mètres au-dessus du niveau de la mer.

17_pyrenex

Cerise sur le manteau, la fermeture éclair qui permet de mettre ou retirer la capuche est vraiment de bonne qualité.

Si je devais vraiment lui trouver un défaut, je dirais que j’aurais aimé avoir une seconde poche intérieure. Ceci étant dit, je préfère que Pyrenex ait mis le paquet sur la qualité du duvet et des matières, plutôt que sur le travail des poches intérieures.

Cette doudoune Spoutnic en flanelle navy est une vraie bonne affaire à ce niveau de prix (419 €). Cela explique que Menlook nous ait avertis que les stocks fondraient plus vite que la neige des Pyrénées.

En tout cas, vous pouvez foncer les yeux fermés sur les produits équivalents proposés par Pyrenex, une entreprise qui nous donne raison d’être fiers de nos doudounes françaises.

Une chose est sûre : Pyrenex est devenu un massif français incontournable sur le territoire de la doudoune.

Merci à David de Menlook pour ce test.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • BenoitBG

    Ca taille très normalement, prends du M ici.

  • RemiBG

    Héhé, on essaye de faire nos shootings au plus pratique pour tout le monde, on ne peux pas se déplacer beaucoup pour un shooting et changer d’endroit tout le temps. Merci pour ton retour, on travaille à repérer de nouveaux lieux pour changer un peu

  • Lark

    Un réflex, oui. Un gros zoom, pas nécessairement.

    Dommage que ça soit pris à l’iPhone, mais l’arrière plan et la lumière de fin de journée sont bien plus sympa que la rue en bas de chez BG !

  • RemiBG

    Hello ! Ecoute, cela me semble très compliqué de trouver quelque chose avec ce budget. Il va falloir que tu investisses dans des « couches » de vêtements pour t’isoler du froid, parce que là, c’est pas possible 🙂

  • Florian

    C’est grâce à cet article que j’ai compris que le cloisonnement permettait une bonne répartition du duvet… Comme quoi ;). Merci Romain !
    PS : Bravo pour ce pantalon fabriqué toi même…

  • C’est un pantalon que j’ai fabriqué moi-même.

    Si ça t’intéresse, tu peux retrouver à la fin des deux articles sur le blazer une présentation succincte de ce travail : https://www.bonnegueule.fr/le-guide-ultime-des-vestes/

  • Il y a un système de serrage au niveau de la taille identique à celui de la capuche – serrage au niveau des hanches que j’évoque dans la partie vélo justement. Sur la photo en question, le système est totalement desserré, d’où le jeu, mais une fois activé, plus rien ne passe.

  • Abdelhamid Niati

    test très intéressant. je suis abonné à north face depuis 5 ans (la même doudoune) et c’est du « kevlar ».

  • RemiBG

    Hello Martin, ce n’est pas un sujet qu’on a énormément creusé hélas. A part Penfield, Chevignon ou The North Face, pas de références particulières. 🙂

  • RemiBG

    Je valide le commentaire pour que Romain puisse te répondre. Je te réponds sur la partie technique (la qualité des photos) : il n’est pas possible de tout le temps faire un shooting avec notre matériel tout simplement parce que les rédacteurs ne sont pas sur Paris et ne bénéficient pas d’un équipement comme le notre 🙂

  • Rémi Vercamer

    Votre test est très bien fait, ayant une doudoune pyrenex depuis 2 ans je ne suis vraiment pas déçu. J’aimerais par contre répondre à certains commentaires. Les differentes parties des doudounes sont faites en France mais ensuite assemblées au Maroc pour ce qui est des lignes classiques, pour les lignes premium elles sont entièrement fabriqués en France.
    Et pour ce qui est du duvet il provient vraiment exclusivement de canard gris des landes, habitant dans les Pyrénées je suis allé aux ventes d’usine, et l’usine de pyrenex est collé à une des usines d’abattage et de préparation des canards qui leur fourni le duvet. 😉

  • RemiBG

    Il est vrai que c’est la provenance du duvet qui est Française et pas la fabrication. Par contre, il est aussi à préciser que la fabrication Française ne garantit pas forcément une qualité supérieure, les savoir-faire qu’offrent l’Europe dépassent les frontières. Et ça serait bête de ne pas en profiter 😉

  • RemiBG

    Napapijri c’est pas vraiment la meilleure alternative ! Il y a vraiment plus sympa et plus qualitatif 😉

  • Théo

    Elle a l’air sympa je connaissais la marque mais je ne savais pas qu’il existait les lignes heritage et premium plus qualitative que la ligne sport et auriez-vous un avis sur napapijri au niveau de la qualité ?

  • Jérémie

    Winter is coming.
    Christmas is coming.
    It’s a magical time. <3 <3 <3

  • aucune certitude de notre côté à ce niveau hélas

  • tu es un peu dur, elle n’est pas si outdoor non plus, si ?

  • Hello,

    Comme d’habitude, nous n’avons pas touché un centime.

    Menlook nous a simplement laissé une pièce à tester, là où ça trainait un peu du côté de la marque. La moindre des choses étant de les citer 🙂

    Bon week-end,
    Geoffrey

    PS. notre charte éthique ici :
    https://www.bonnegueule.fr/a-propos/

    extrait :
    Les pièces testées sont tantôt laissées par les marques, rendues, ou achetées par nos soins. Il nous arrive surtout de refuser régulièrement (=tous les jours) des tests, même sur la base de pièces qu’on nous laisse, car elles ne répondent pas à nos standards de qualité. Au-delà, on est très équipés en vêtements, un jean de plus n’est pas une source de motivation : c’est pourquoi on ne se prive pas pour critiquer de manière constructive, et on offre régulièrement les pièces qu’on nous laisse autour de nous après le test.

  • cardi et chemise, oui (j’avais même pas remarqué, concentré sur la doudoune)

  • tout à fait exact !

  • ahahah je comprends pas 😀

  • pas vraiment sur sur ce point-là, je pense pas que tout soit fait en France…

  • Arnaud

    c’est vraiment entierement fabriqué en France ? car le prix semble vraiment concurentiel !
    si c’est le cas, le rapport qualité prix est alors imbattable

  • GGGG
  • Nicolas Boulle

    A noter que les isolants synthétiques ne perdent pas leur propriété isolante quand ils sont mouillés à la différence des duvets (d’oie, de canard ou autres). D’où l’importance d’avoir un tissu à la fois résistant à l’eau (en général contre les pluies légères, imperméabilité 1000mm mini) mais aussi respirant (contre la transpi!) 😉

  • Jerome WANG

    Pas mal effectivement, la ligne est simpa.
    C’est le cardigan BG en dessous ?