Test : gilet et veste Hollington, le workwear des architectes

Temps de lecture : 12 minutes

29

Lorsque je suis arrivé chez BonneGueule, mon intérêt aux vêtements se résumait à m’habiller avec ce qui me plaisait, sans trop réfléchir à développer mon propre style. Maintenant, je prends plaisir à essayer des pièces que je n’aurais jamais mises auparavant. Le gilet est un de ces items que j’appréciais, sans franchir le pas de l’achat pour autant.

Une pièce à l'histoire riche : le gilet

L’ancêtre du gilet s’appelle « le pourpoint », c’était une veste que l’on mettait en-dessous des armures pour se tenir chaud. Au XVIIIème siècle, lorsque le port de l’armure n'est plus nécessaire, « l’habit à la Française » fait son apparition. Il est constitué d’un pardessus, d’une veste et d’une culotte. C’est un peu l’ancêtre du costume trois-pièces.

pourpoint matelasse

Exemple de pourpoint matelassé.

costume francais 18eme siecle

Ici, on voit très bien les trois vêtements qui constituent «l’habit à la Française », porté dès 1717.

À la moitié du XVIIIème siècle, la veste perd ses manches par souci de confort et gagne en ornements. Les gilets sont décorés de motifs brodés, l'avant étant souvent réalisé dans une étoffe plus précieuse que l'arrière. Aujourd’hui encore, beaucoup de gilets ont gardé cette "tradition".

gilets-XVIII

Deux gilets typiques du XVIIIème siècle. On peut voir que les cols sont à ras du cou.

Sous le Premier Empire, les pantalons deviennent très haut et les gilets se raccourcissent. C’est en 1830 que le gilet devient beaucoup plus cintré, pour mettre en valeur la taille de l’homme et l'aider à se tenir droit, à l’instar d’un corset pour les dames. Le col change pour devenir moins haut et plus évasé : c’est l’apparition du col châle.

gilets-XIXeme siecle

Les tissus deviennent pus sobres et plus sombres.

Vers la fin XIXème siècle, le gilet s’élargit en fonction des ventres de la bourgeoisie, qui ne cesse de manger des Big-Mac. On raconte même que le roi Édouard VII avait tellement mangé qu’il est apparu un soir sans avoir boutonné son dernier bouton ; l’habitude est restée et continue encore.

Mais le gilet, sous ses airs de pièce habillée, prend aussi racine dans l’univers workwear. En effet, dans les métiers artisanaux, il permet d’avoir des poches supplémentaires pour y mettre ses outils. Il peut aussi protéger du froid, tout en laissant une mobilité adéquate pour travailler. Un peu plus large que son homologue formel, il est souvent dans une matière plus solide.

gilet peche armee

Ici, des gilets de l’armée réinterprétés en gilets de pêche.

Vous l’aurez compris : le gilet - tout comme la chemise - est une pièce qui, selon sa coupe, sa matière et ses détails, peut être un vêtement formel ou workwear.

Comment porter un gilet homme sans ressembler à un bourgeois ni à un menuisier ?

De manière générale, le gilet peut :

  • Soit servir de lien entre les différentes pièces,
  • Soit être la pièce centrale.

Dans une tenue formelle, choisissez toujours un modèle près du corps, il n'y a rien de plus désagréable qu’un gilet flottant sous une veste. En ce qui concerne les matières, il est préférable de se tourner vers une étoffe très proche du vêtement venant se placer au-dessus. Une veste en lin s’associera difficilement avec un gilet en laine épaisse, par exemple.

En revanche, si le gilet est la pièce centrale de votre tenue, et qu’il ne vas pas être couvert, lâchez-vous au niveau des matières.

La meilleure façon de choisir un gilet formel est de l’acheter directement avec le costume, il se combinera parfaitement avec votre veste. Vous pourrez ainsi jouer sur le col du gilet pour que celui-ci contraste avec le blazer.

louis-purple-demi-mesure

Ici, Luca fait le choix d’un costume trois-pièces Louis Purple. Son gilet est à col châle, l’encolure est plongeante et son boutonnage est croisé. C’est un gilet élégant qu'il vaut mieux porter avec une cravate.

Si vous souhaitez dépareiller le gilet, choisissez-le dans une couleur simple comme le bleu, le gris ou encore le beige et, si possible, avec un dos uni pour aussi le porter sans blazer.

idee look chemise grise blazer bleu homme

Florian opte pour un gilet en denim à col châle. Le blazer en laine légère s’accorde parfaitement avec son gilet. Notez qu'en enlevant le blazer, le look fonctionnerait quand même.

look blazer en flanelle BonneGueule 4

Plus classique, le haut de la tenue est très formel mais le jean brut vient décontracter l’ensemble.

Mes nombreux reportages sur le Pitti m’on fait découvrir comment Alessandro Squarzi le portait. C’est une des personnes qui portent le mieux le gilet, que ce soit dans des looks habillés ou casual.

Il adore le vintage et le gilet fait justement partie de ces vêtements qui ont traversé l’histoire. Ce n’est pas un hasard si sa marque Fortela en propose une large gamme. Entre autres, lui m’a mis en confiance dans le port de cette pièce.

alessandro squarzi look americana

La pièce centrale du look est le cardigan mais, sans le gilet, le contraste entre le cardigan et la chemise serait trop fort. Ici, il vient donc faire le lien entre la chemise formelle et le reste de la tenue.

Max Poglia est aussi un grand amateur du gilet. Il n’hésite pas à le porter avec un tee-shirt blanc pour le désacraliser.

look homme gilet tee shirt blanc

Le look est très simple : un jean brut, un tee-shirt blanc et le gilet qui se place comme pièce forte. Pour enrichir le tout, il accessoirise son look avec un sac, une ceinture et des boots à l'ADN très masculin. Un look estival parfaitement exécuté.

look homme gilet tee shirt

Pièce à cheval sur plusieurs styles, on retrouve le même gilet avec un pantalon et des souliers habillés. Il contraste cet aspect de façon très marquée, grâce au tee-shirt et son col boutonné ouvert.

Après avoir longuement étudié la prise de risques, je me suis donc lancé. Il faut bien retenir que le gilet n’est pas une pièce difficile en soi, mais il faut prendre le temps de développer une base solide à laquelle il viendra apporter son twist. Quand on décide de franchir le pas et d’essayer une pièce qui sort de sa zone de confort, il peut être utile de s’inspirer d’autres personnes pour se l’approprier à son tour !

J’avais vraiment une idée précise de ce que que je voulais : il fallait que ce soit un gilet en denim. Je trouve que cela se rapproche d’une veste en jean, donc sans doute plus facile à maitriser. N'ayant pas l’habitude de m’habiller en costume ni en chemise formelle, je voulais un modèle qui puisse étoffer mes tenues en leur donnant du relief.

Mais avant ça, il me fallait trouver une marque qui maîtrise cette pièce... et Luca m’a parlé d’Hollington.

Hollington : du tailoring, de l'architecture et des vêtements costauds

Anciennement, la marque s’appelait « Schreiber Hollington », car née de la rencontre entre Michel Schreiber et Patric Hollington dans les années 60.

Michel Schreiber est un couturier qui a fait ses armes chez un tailleur, c’est par cette formation qu’il commence à se faire un nom. En parallèle, il intègre une école d’architecture d’intérieur, ce qui va beaucoup l’influencer dans le design de ses vêtements.

D'origines irlandaises, Patric Hollington passe une partie de sa jeunesse en France dans une famille du Pays-Basque où il apprend le Français. Il fait des études de journalisme et commence une carrière à Chypre. De retour en France, il travaille dans un bureau d’achats : sa connaissance du Français et de l’Anglais permet aux acheteurs des Grands Magasins américains de nouer contact avec les fournisseurs de l'Hexagone.

hollington-et-schreiber

À gauche, Patric Hollington, et Michel Schreiber à droite.

Forts de leurs expériences et de leurs influences, ils décident de créer une marque qui s'inspire des vêtements de travail, en les rendant plus légers, plus agréables à porter, tout en soignant les finitions. Ils retravaillent la coupe avec comme mot d’ordre "le confort", sans oublier l’aspect fonctionnel de ce type de vestiaire. Ils décident de déstructurer toutes leurs vestes en enlevant les entoilages et les épaulettes, pour augmenter la mobilité du porteur. Garder une ligne simple et épurée, c’est tout le travail de Michel Schreiber et Patric Hollington.

Pour ce qui est des finitions, ils ajoutent des boutons et des zips aux poches et, sur certaines vestes, des boutonnières en biais pour faciliter l’attache. Ils ont aussi désacralisé la chemise en lui enlevant volontairement le col, pour empêcher les hommes de porter la cravate. Ils voulaient s’affranchir des codes de l’élégance classique, croyant qu'on pouvait être élégant sans pour autant porter le costume.

Durant les années 70, ils sont considérés comme les créateurs qui ont réinventé le dressing masculin en lui apportant des vêtements déstructurés, avec des lignes simples que l’on qualifie même « d’architecturales ». Ils commencent à habiller les designers, les peintres, les architectes, les acteurs et même des politiciens, qui trouvent chez eux une élégance fonctionnelle en accord avec leurs métiers. On parle même de "snobisme Schreiber-Hollington".

mitterrand la force tranquille

Mitterrand était un grand adepte. Sur la célèbre affiche électorale "La force tranquille.", le Président porte un costume taillé sur-mesure par Schreiber.

Ce préjugé pèse encore sur l’image de la marque, qui a pourtant su garder son identité en proposant, des les années 70 à aujourd’hui, des pièces emblématiques qui ont traversé les décennies et restent très actuelles.

Le revers de la médaille : la clientèle. En effet, les personnes s'habillant chez Hollington sont relativement âgées et continuent toujours de s’y habiller. Souvent de forte corpulence, elles y cherchent le confort et l'élégance qu’elles ne trouvent pas ailleurs.

chemise col mao homme

Sur toutes les chemises Hollington, le boutonnage s’arrête au plexus pour qu’il n’y ait pas de plis de tension au niveau du ventre de Monsieur. Le col Mao aussi est présent sur toutes les chemises.

C’est tout le travail actuel de la marque que de se rajeunir pour viser une autre clientèle. Pour cela, ils proposent maintenant deux coupes : une, ajustée et l’autre, regular

Je suis donc allé voir la boutique qui se trouve au 7, rue Racine à Paris (6ème), pour découvrir leurs collections ainsi que leurs pièces emblématiques. J’étais curieux de voir les produits de mes yeux et impatient de pouvoir m'approprier leur style.

Les pièces emblématiques du vestiaire Hollington

Toutes les pièces emblématiques de chez Hollington sont proposées dans un choix de tissus très large, qui va du lin à la laine, en passant par la soie et autres mélanges. Ils accordent beaucoup d’importance aux matières qui proviennent souvent d’Angleterre, d’Italie, de France et d’Inde. Il y a des finitions que l’on retrouve sur la plupart des pièces à manches et qui font la "signature Hollington", j’y reviendrai plus tard.

La veste-chemise Hollington

veste-chemise

En version laine et lin...

La veste-chemise est une veste taillée ample, avec des emmanchures de chemise et des poignets boutonnées. Elle est souvent destinée aux hommes un peu corpulents, qui ont besoin de beaucoup bouger.

look veste en jean col mao homme

Luca porte ici la version jean avec les manches retroussées, lors de notre shooting à Menton.

La veste col charpentier

workwear veste col charpentier

La veste col charpentier est directement inspirée des vêtements de travail de la fin du XIXème siècle. Celle de gauche, en coton, a gardé toutes les poches plaquées sans rabat qui accentuent son origine. Celle de droite, en seersucker, s'allège et garde juste le col.

Le gilet "20 poches"

gilet multipoches workwear homme

Le gilet "20 poches" est une pièce qui sort vraiment de l’imaginaire de Patric Hollington. Il était en train de déjeuner à la terrasse d’un café et s’est inspiré du gilet d’un des serveurs, qui avait une poche pour chacun de ses outils. Il s’est alors dit qu’un gilet avec beaucoup de poches serait très utile pour un architecte et a donc conçu cette pièce, où chaque poche a son utilité. Les professionnels pouvaient y mettre leurs plans, leurs stylos etc.

J’ai donc voulu tester deux des pièces emblématiques de chez Hollington, le gilet "20 poches" et la veste à col charpentier.

Test du gilet "20 poches" en denim Hollington (185 €)

J’ai voulu tester ce gilet car il convient à mon style vestimentaire. Petit à petit, j’ai su développer mon goût pour les vêtements qui ont un héritage workwear et ce modèle, par son histoire mais aussi sa matière, me convenait parfaitement.

gilet 20 poches hollington

Je l’ai choisi dans sa version denim. Au fil des ports, le gilet va se délaver et je trouve que cela correspond bien à l’esprit de la pièce.

Comme son nom l’indique, ce gilet a bel et bien vingt poches (je les ai comptées, rassurez-vous). Ce qui m’a tout de suite frappé, c’est sa coupe. De prime abord, il parait large et très carré mais dès qu’on l’enfile, il vient parfaitement épouser la taille.

idee look homme gilet jean

Pour éviter le côté « carré » du bas du gilet, je n’hésite pas à ouvrir le premier et le dernier bouton pour donner de l’angle à la silhouette.

La matière vient d’Italie. Il y a un peu d’élasthanne (2%) dans la composition du denim pour renforcer le confort de la pièce. Les fournitures sont de bonne facture, en témoignent les boutons qui sont parfaitement plaqués et droits : il n’y a pas de jeu avec le tissu.

bouton metal hollington

Tous les boutons sont personnalisés avec le logo de la marque. Personnellement, j’aurais préféré qu’un seul des cinq le soit, car je trouve que cela alourdit l’aspect global de la pièce. (Je ne savais pas que Steeve Bourdieu, a.k.a Le Sociologue, faisait des vêtements.)

bouton pression jean

On retrouve des boutons-pression sur les poches arrières pour bien les plaquer, car elles sont plus larges que celles de l'avant

À l’intérieur, on retrouve deux poches :

  • Une poche pression pour un accès rapide, tout en maintenant des objets à l’intérieur ;
  • Une poche zippée pour les objets plus précieux, qui ne doivent surtout pas sortir.
poche interieur jean

Les sacs de poches sont cousus et découpés dans la même matière que le gilet.

bouton pression gilet jean

Les fournitures sont de très bonne facture.

emmanchure veste Hollington

Dans l’ensemble, la confection est soignée. Seul petit bémol : j’aurais aimé que l’emmanchure soit gansée.

Au-delà de leur utilité qui n’est plus à prouver, les poches dessinent et structurent l’ensemble du gilet. D'un point de vue esthétique, elles apportent du cachet à la pièce, presque comme un motif.

Gilet Hollington poches remplies

Les poches sont bien compartimentées et toutes faciles d’accès. On peut y mettre du simple stylo jusqu’au journal roulotté, et plein d’autres choses...

On ressent vraiment le soin apporté à l’ensemble de la pièce, chaque détail est là pour augmenter sa fonctionnalité. Le gilet reste très confortable tout en gardant un cintrage optimal pour le port d’un pardessus.

street style gilet jean homme

Premier cas de figure : le gilet est la pièce centrale de la tenue. Il ressort dans un premier temps par sa couleur, profonde et relativement foncée au milieu d'une palette pâle. Sa matière, plus rugueuse, et les multiples poches apportent du relief à l'ensemble. Voulant rester dans une approche workwear, je le complète d'un tee-shirt avec un grain assez gros, que je laisse ouvert pour la nonchalance. (Tee-shirt Merz B. Schwanen, chino COS, derby d'un bottier florentin achetées à Florence)

street style gilet jean homme

Ici en revanche, son but est de faire la liaison entre les différents éléments de la tenue (dont, une fois n'est pas coutume, une chemise formelle !). Visuellement, le denim reste suffisamment proche de la matière de la veste pour que le contraste ne soit pas trop marqué, ce qui me permet de facilement associer les deux pièces. L'inspiration "saharienne" de la veste fait écho à l'héritage workwear du gilet, là où le rapport des coupes entre elles n'est pas sans rappeler celui d'un blazer et son veston. N'ayez pas peur des pantalons clairs, qui se prêtent particulièrement aux nuances de bleu ! (Chemise Ralph Lauren, veste Inis Meain, pantalon Uniqlo, chaussures Sanders)

Test de la veste "Lyon" rayée à col charpentier (260 €)

Lorsque je suis arrivé dans la boutique Hollington, Alban - qui gère la maison aux côtés de Patric - portait cette veste. Je suis immédiatement tombé sous son charme. Cela faisait longtemps que je voulais une veste de travail dans ce style, sans jamais trouver mon bonheur.

Alban nous a raconté les origines de la pièce et nous a dit qu’elle possédait toutes les finitions « signature » de la maison. C’est ce qu’on va voir ensemble.

veste jean homme

J’ai décidé de prendre cette veste en toile de denim pour qu’elle puisse être en accord avec mon gilet. Les rayures apportent l’originalité que je ne trouvais pas sur ce genre de modèle, qui est souvent d’un simple bleu.

La première chose qui saute aux yeux, c’est les poches plaquées qui ne sont pas droites. Le haut des poches est en biais, ce qui souligne vraiment les influences architecturales de Hollington.

denim rayure tennis

La couture double-aiguille accentue encore plus l’architecture du vêtement. Alban m’a dit que ce genre de couture était propre aux vêtements de travail. D’ailleurs, toutes les vestes sont confectionnées dans une usine spécialisée dans ce domaine.

Ici encore, la coupe est très bien dosée entre confort et cintrage. Sans padding, la veste épouse parfaitement les épaules. On a l’impression de ne rien porter, on ressent l’importance accordée à la liberté de mouvement. Cela vient de la matière provenant d’Italie qui, comme le gilet, contient de l’élasthanne (1%). Le pli d’aisance, qui fait partie de la signature de Hollington, renforce également le confort de la pièce.

pli d'aisance veste homme

Le pli d’aisance permet, que l’on soit corpulent ou non, d’éviter que cela tire sur les aisselles et dans le dos lorsque l’on fait un câlin à sa maman chérie. Hollington en a fait sa signature en le faisant imposant et en lui dessinant une jolie courbe.

Il y a un soin apporté au travail des poches de devant : aucun surjet de fil, tout est bien rabattu et cousu avec un double-piquage.

poche veste jean Hollington

Si les pièces se veulent fonctionnelles, la propreté des poches doit être irréprochable pour subir les entrées / sorties des mains.

Lorsqu’on ouvre la veste, on découvre quatre poches intérieurs zippées, autre élément de la signature de Hollington. La plupart des vestes en est équipée. C’est vraiment pratique pour ne rien perdre lorsque l’on est amené à poser sa veste un peu n’importe comment dans le vestiaire du Titi Twister. De plus, elles sont coupées dans la parementure, d’ailleurs très large sur cette veste.

poches interieures veste jean hollington

Les poches sont passepoilées et zippées.

parmenture veste jean hollington

La parementure large renforce et améliore la tenue de la veste.

La confection générale est très bonne ; ce qui m’avait chagriné dans le gilet est ici corrigé...

couture emmanchure gansée

La couture de l’emmanchure est gansée !

Cette veste est vraiment un coup de coeur, grâce à son confort et sa coupe. Nombreux penseront que les rayures sont difficiles à inclure dans une tenue mais comme elles sont de couleur blanche et bleue, elles se marient avec la plupart des pièces de ma garde-robe.

Look workwear homme veste en jean

Rendant hommage à la patte Hollington, je complète ma veste d'une chemise blanche à col Mao, soit une base laissant peu de place à l'erreur ! J'opte ensuite pour un jean bleached à la couleur recherchée et au délavage bien mené. La veste en denim se porte sans problème avec un jean ! Et pour finir par une touche de confort, j'enfile une paire de sneakers basses rappelant la chemise. (Chemise Uniqlo, jean A.P.C., sneakers Nike)

veste en jean style bleu de travail homme

Même fermée, et malgré l'épaisseur de la matière, la veste dessine un léger cintrage sans cartonner.

street style workwear denim homme

Comme je vous le disais, j'ai choisi la veste dans sa version denim pour l'associer facilement au gilet. Pour trancher avec l'abondance de bleu, je me tourne vers un chino kaki qui s'accorde logiquement aux influences workwear de mon look. Le haut de la tenue étant suffisamment chargé, il est important d'éviter les accessoires qui alourdiraient la silhouette. Pour la même raison, je garde mes sneakers, suffisamment sobres et légères pour ne pas polariser le look. (Chino Knowledge Cotton Apparel)

Mon avis sur la marque Hollington

Avec ces deux pièces, Hollington réussit le pari d’actualiser des vêtements conçus dans les années 70. En gardant des partis-pris forts de confection, la marque a su créer sa propre signature, tout en y ancrant ses valeurs. Le rapport qualité / prix est excellent pour le niveau de finition et l’attention portée aux matières.

Son objectif est maintenant de toucher une clientèle plus jeune, pour lui transmettre son histoire et ses savoir-faire. Si vous cherchez une veste de travail, avec une alternative plus créative et une identité plus marquée, Hollington saura vous convaincre par son énorme choix de tissus et de motifs.

Cerise sur le gâteau, la marque propose un service de retouches sur place, prêtes le jour-même de votre achat.

Long Bui Thaï Long Bui Thaï

Je m'occupe des vidéos de BonneGueule. J'aime la précision d'une mise en scène de Spielberg, la magie d'un Hayao Miyazaki, la scène du bowling dans "There will be blood" et les orgies de bouffe.

Laisser un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.

  • Gwen

    Merci !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Gwen !

    C’est un gilet qui est sûrement en lin ou en coton lin.

    Pas de nom particulier à cette coupe (je pourrais te dire qu’il est « à boutonnage droit » pour faire une distinction avec le croisé, mais c’est surtout le second qui se distingue du premier, qui est le plus standard)

    Tu peux trouver ce genre de choses chez Suitsupply, Boggi, Louis Purple…

    On le fera peut-être, car c’est effectivement assez simple de se planter complètement en tentant le port du gilet hors du costume.

    Pour moi c’est crème / beige / blanc cassé / sable à la limite.

  • Gwen

    Salut ! Une petite idée de ce que peut être le gilet de M. Poglia ? J’aime beaucoup. Sinon quelle peut être sa matière a-priori ? (les boutons ont l’air top). Les gilets ont-ils des noms de coupe en particulier (quelle serait celle-ci) ? L’article me donne envie d’en savoir plus sur le gilet, j’espère qu’un jour vous en ferez tout un dossier comme pour d’autres vêtements (même si j’ai cru lire sur un forum que chez Bonne Gueule le gilet connotait parfois un côté vieillot ou garçon de café et que ça ne faisait pas partie de vos préférences). Enfin, je suis daltonien, comment nommeriez vous la couleur de ce gilet porté par M. Poglia ? Merci, Vos articles sont tops !

  • Angelo Da Silva

    Super merci !

  • Nicolò – BonneGueule

    Ahhh de la workshirt ?

    Tu devrais faire un tour chez des marques comme Olow, Homecore, Bleu de Paname, et sur le shop de Jinji 🙂

    Orslow, si tu as un gros budget, c’est top…

  • Angelo Da Silva

    Non pas le gilet mais dans le même genre que les vestes Hollington 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Angelo !

    Spécialisée dans ce genre de gilets ? Non, pas vraiment je t’avoue :/

  • Angelo Da Silva

    Bonjour,
    Je souhaitais de base une veste Anrys mais le prix est hors de ma portée, j’ai donc découvert cette marque, Hollington, que je trouve formidable, et avec un super rapport qualité prix. Connaissez vous d’autres marques dans le même genre ?

  • Nicolò – BonneGueule

    Hi Jan !

    The gilet, unless chosen in it’s casual variation (such as the one in the article) is meant to be worn with a suit, or a the very least with a suit’s jacket. (The colour doesn’t have that much of an impact actually, because it’s absolutely possible to wear it mismatched with the jacket and pants)

    However if you DO have a jacket to go with it, even if you don’t wear it 100% of the time, then it’s totally okay.But I think you should take a mismatched (probably patterned) gilet , because it might indeed be boring otherwise, if you rarely have the jacket on.

  • Jan

    Hi how do you think about being in a work environment (i am a presentation trainer) and wearing 80 % of the time the gilet without the jacket of the costume. So the gilet has the same colour as the pants, because it s part of the costume. Wouldnt it be to boring?

  • Nicolò – BonneGueule

    C’est une pièce vachement originale, je sais pas trop où tu peux trouver ça honnêtement.

    Dans cet esprit il pourrait y avoir Visvim mais les prix sont complètement dingues.

    Comme on l’explique sous la photo, sans le gilet qui ferait « liant » le contraste stylistique (et de couleur) entre la chemise et le cardi serait trop brutal. Sans gilet j’aurais plutôt opté pour une chemise button down un peu workwear, dans des tons neutres et pas trop clairs.

  • Alexaur

    Bonsoir,
    Tres bien merci quand même.
    Dans ce cas là auriez vous des références de marques pour ce type de cardigans ?
    Et pour l’association avec une chemise, auriez vous aussi quelques conseils ?
    Merci.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Alexaur !

    Malheureusement on ne lui a pas demandé les marques de ce qu’il portait ce jour là :/

  • Alexaur

    Bonsoir BonneGueule,
    J’ai regardé les différents commentaires sur cet article mais je ne pense pas avoir vu une question concernant la marque du cardigan de monsieur Alessandro Squarzi, donc s’il vous plaît connaîtriez vous le nom de la marque du cardigan.
    Merci d’avance et excusez moi si la question vous à déjà été posé.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Quentin !

    Merci pour ton commentaire !

    Il y en a chez Suitsupply, Boggi et Louis Purple 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Pierre !

    Pas cet été ! On estime avoir suffisamment fait le Pitti pour un certain temps 🙂

  • Pierre

    Bonjour! Je sais que cela ne fait pas parti de l’article, mais je me demandais si vous avez fait un tour au Pitti 90 cette année. Merci d’avance et super article Long!

  • Quentin Hecquet

    Bonsoir,
    Merci pour l’article. Le détour historique et les inspirations permettent vraiment de s’intéresser à des pièces sur lesquelles on pourrait glisser à tort. C’est vraiment une bonne façon d’amener la présentation d’une marque et le test des produits. Bravo.
    Vers quelles maisons peut-on se tourner pour des gilets de costumes portables sans blazer comme Poglia, avec un choix de différentes matières ?
    Merci,

  • Long Bui-Thai

    Merci pour ton retour Yves 🙂

  • Long Bui-Thai

    Merci Farid pour ton retour ! Pour le Tee-shirt c’est un Merz B Schawnen 😉

    À bientôt !

  • Long Bui-Thai

    Salut Hervé,

    Merci pour ton retour ! En effet, Hollington, habille souvent les hommes ayant de l’embonpoint du coup cela se ressent dans leurs répartitions des tailles. Ils développent maintenant des vêtements plus ajustés, mais je pense qu’avec les soldes, les petites tailles ont du partir très vite.

  • Long Bui-Thai

    Merci Abdelhamid ! Tu as très bien résumé l’importance du gilet qui depuis, est devenu une des pièces que j’affectionne beaucoup. J’espère que mon prochain article te plaira autant que celui là 🙂

    À bientôt !

  • Long Bui-Thai

    Merci Thomas pour ton retour, j’ai vraiment pris plaisir à écrire cet article et je suis content qu’il te plaise ! 😉

  • Thomas

    Merci pour la découverte,
    Ce qui est super dans cet article, c’est de voir à quel point Long a fait évolué son style chez BG et au fil de ses rencontres.
    Ca sent bon l’authenticité et la vrai démarche personnelle!
    Le dernier look est vraiment top, on voit clairement les inspirations, mais ça ne fait pas « copie de… »
    C’est la différence entre une démarche pour ressembler à… et une autre pour se trouver soi.
    Les 2 peuvent nous aider à avancer, mais la 2ème est souvent plus inspirante!

    Merci pour le partage Long, très bon article avec plein de bonnes idées!

  • merci pour ton retour Hervé !

  • Yves

    Pas con le pli d’aisance, ça donne bien. La veste aussi a un bon style

  • Abdelhamid Niati

    Hello Long. Pour un premier article, tu peux être fier de toi car c’est un sans fautes. Le fait de retracer l’histoire du gilet en le contextualisant permet de comprendre l’importance de cette pièce dans le vestiaire masculin. Une pièce que l’on pense accessoire mais qui peut être un véritable atout voire une piece maîtresse. Un véritable paradoxe à en juger par la structure même d’un gilet sans manches par exemple. Je ne connaissais pas holligton et pourtant je passe souvent par cette fameuse rue du 6ème. Je dois avouer que je suis impressionné d’une part par la construction des vêtements fabriquées, d’autres part par la polyvalence esthétique et technique de ceux ci et enfin, par la richesse de l’ADN de la marque. Tu as parfaitement mis en valeur ton test avec tes tenues et ta passion pour l’élégance ne fait aucun doute. Pour ce moment de lecture délicieux, je tiens à te remercier Long.

  • Hervé

    Merci pour cet article.

    J’y suis justement passé la semaine dernière, afin de le faire avant le rush que je prévoyais à la sortie de l’article. Ils ont des pièces intéressantes, et plein de pantalons très soldés. Les gens avec des jambes plus fines/normales que les miennes trouveront sans doute leur bonheur à bas prix.

    Pour tout ce qui est vestes et gilets en revanche ils ne restent presque plus que des grandes et très grandes tailles (jusqu’au 60 quand même, sachant que de base même leur 48, ma taille habituelle, est bien lâche). J’ai l’impression qu’ils se sont longtemps adressés à une clientèle âgée et, dirons-nous, « bon vivant ». Pour des clients plus jeunes, il faudrait plus de petites tailles. Mais bon c’est peut-être aussi l’effet soldes, et le fait que les plus courantes sont déjà parties.

  • Farid

    Superbe article! Une pièce que trop peu étudiée et portée ! 😀

    Puis-je savoir la marque et réf’ du t-shirt henley de Long svp? Il est juste top!!