Pourquoi porte-t-on des couleurs claires en été ?

Temps de lecture : 9 minutes

15

Allez, je suis sûr que vous vous êtes déjà posés cette question : d'où nous vient notre habitude de sortir les chemises colorées du placard dès les premiers rayons de soleil ?

Si l'origine de cette coutume n'est pas simple à déterminer, je peux quand même vous emmener faire le tour des quelques raisons qui, combinées ensemble, nous en donnent une explication globale.

Dans cet article, on va jouer avec un prisme en verre, feuilleter quelques pages d'histoire, et entrer dans votre tête. Vous êtes prêts ?

Raison #1 : Parce que les couleurs claires donnent souvent moins chaud

C'est une première raison souvent évoquée, qui se traduit par un schéma de pensée systématique :

"Couleur claire = moins chaud en été"

t-shirt blanc sunspel

Avec un champion en la matière (sauf si cette dernière est synthétique, pardi !) le t-shirt blanc.

Notre bon sens nous a donc toujours instinctivement mené vers le port de vêtements clairs quand il fait chaud en été. Le tout, en gardant en tête la réciproque tout aussi automatique pour nous :

"Couleur foncée = donne chaud en été"

t-shirt noir homme

Avec au sommet du podium des ennemis publics en période estivale : le t-shirt noir (photo : blanc essentials).

A grande échelle, il est donc assez logique que cette idée, aussi tenace qu'une tâche de vin sur votre chemise blanche, ait joué son rôle dans l'invasion des couleurs claires en été.

Mais d'où vient donc cette information ? Est-elle systématiquement vraie ?

Eh bien elle nous vient des lois de la physique. Mais nous allons voir que le schéma n'est pas si simple, et que rien n'est tout noir, ni tout blanc.

Couleurs et chaleur : pourquoi c'est lié ?

Une couleur, c'est quoi ?

Pour répondre à cette question, il faut d'abord définir ce qu'est la lumière.

La lumière, et notamment celle du soleil, est un rayonnement électromagnétique qui se décompose en un spectre de couleurs.

Sur l'ensemble du spectre, une partie centrale est appelée "spectre visible". Une parcelle de ce dernier se reflète sur les objets pour nous permettre de distinguer leur couleur.

Le reste du spectre non visible à l'oeil nu est composé de rayons infrarouges et ultraviolets. Ces derniers peuvent aussi se refléter sur un objet, mais sans influer ce que nous voyons.

décomposition spectre lumière

Voilà comment se décompose la lumière du soleil. (Crédit photo : expertoptic.com).

Bien sûr, vous ne voyez pas littéralement un arc-en-ciel partir du soleil. Mais si vous décomposez la lumière à travers un prisme de verre, c'est bien cette partie "visible" que vous distinguerez.

pink floyd dark side of the moon

Cette pochette mythique du groupe Pink Floyd saura mieux vous l'expliquer que moi : dirigez un rayon de lumière blanche sur un prisme de verre, et il se "dispersera" en plusieurs couleurs qui la composent. (Album : Dark side of the moon).

Ces couleurs correspondent à différentes longueurs d'ondes, comme vous pouvez le voir ici :

segment longueur d'onde couleur lumière

Chaque couleur qui compose la lumière est une onde qui aura une certaine longueur, mesurée en nanomètres.

Un objet éclairé à la lumière recevra donc l'ensemble de ce spectre et :

  • En absorbera une certaine partie
  • En reflètera le reste

La partie reflétée est donc celle que notre oeil percevra. Les ondes, et donc les couleurs reflétées par l'objet, donneront lieu ensemble à la couleur que notre oeil percevra sur cet objet.

Par exemple, si un t-shirt reflète une partie rouge et verte du spectre visible, il sera jaune à nos yeux.

Et si nous le voyons jaune, c'est parce que les capteurs situés au niveau de nos rétines l'interpréteront ainsi :

  1. Notre oeil perçois les ondes de différentes longueurs ,
  2. Nos capteurs, basés sur les trois couleurs primaires, interprètent ces ondes,
  3. Les informations sont envoyées à notre cerveau, qui interprétera en quelque sorte la rencontre de ces couleurs primaires.

Quand on voit un vêtement blanc, c'est en fait parce qu'il nous renvoi l'intégralité du spectre visible .

A l'inverse, un objet noir décide d'absorber tout le spectre visible, ne laissant percevoir rien d'autre qu'une absence de couleur.

En principe, plus une couleur est claire, plus elle reflète donc une grande partie du spectre visible. A l'inverse, plus une couleur sera foncée, plus elle en absorbera.

D'accord. Mais comment un corps choisira-t-il les longueurs d'ondes à refléter ou absorber ?

Il aurait pu jouer ça à pile ou face, mais il préfère se fier à ses propriétés atomiques et moléculaires, à la structure de sa surface, ainsi qu'aux angles avec lesquels la lumière le touche.

photo tunnel sombre

Voilà pourquoi vous distinguez peu la couleur des objets en milieu sombre : ces derniers n'ont pas assez de spectre visible à refléter. Les rails au fond n'ont que la partie rouge du spectre à nous renvoyer. (Crédit photo : Andre Benz - Unsplash).

Raison bonus : un vêtement de couleur vive, c'est donc plus beau en été

La définition d'une couleur étant posée, on peut maintenant déduire ensemble une autre raison pour laquelle on préférera un vêtement haut en couleur l'été : il sera plus beau à nos yeux en cette saison.

Pourquoi ? Tout simplement parce qu'en plus grande présence de soleil, votre belle veste orangée aura à sa disposition un spectre plus large et plus complet à refléter vers nos yeux, exploitant donc pleinement son potentiel esthétique.

Maintenant que vous en savez plus sur la lumière et sur ce qu'est une couleur, penchons-nous sur leur rapport à la chaleur.

La chaleur, c'est quoi ?

La chaleur correspond au mouvement des molécules qui constituent un corps : plus elles auront la bougeotte, plus le corps en question sera chaud.

Et cette chaleur peut se transférer d'un corps à l'autre de trois façons :

  • Par conduction, via le frottement des molécules. Les atomes se déplaceront d'une région froide vers une région plus chaude lors d'un contact entre les deux corps. Exemple : quand vous laissez un objet sur une plaque chaude, il chauffera à son tour.
  • Par convection, quand au sein d'un fluide en contact avec un solide, les molécules se déplacent des régions chaudes vers les régions froides. Exemple : on y reviendra plus tard.
  • Par rayonnement, lorsque le corps émet un rayonnement d'énergie plus ou moins intense suivant sa température. Cette énergie pouvant être la lumière. Exemple : le soleil.

C'est ce troisième cas qui nous intéressera ici.

transfert chaleur

Parce qu'une image vaut mille mots : voici une situation qui représente bien les trois modes de transfert de chaleur. (crédit photo : jeretiens.net).

Quel est le rapport entre couleur et chaleur ?

Quand un objet absorbe une partie du spectre qui constitue la lumière, il ne se contente pas uniquement d'absorber les ondes. Il absorbe aussi l'énergie qui y est liée.

On est donc en plein dans un processus de transfert par rayonnement : les ondes électromagnétiques du spectre absorbé agitent les molécules et génère de la chaleur.

Plus un objet absorbera d'ondes, plus il emmagasinera d'énergie et chauffera. Hors, comme on l'a vu, les couleurs foncées sont assez égoïstes, puisqu'elles gardent une plus grande partie de ces ondes pour elles.

A titre d'exemple, un objet noir absorbera environ 90% de l'énergie qui lui arrivera depuis le soleil.

Et une fois cette énergie absorbée, c'est par conduction que votre vêtement sombre libérera cette chaleur en partie sur vous.

Selon ces principes, un vêtement de couleur sombre est effectivement sensé vous tenir plus chaud l'été via son absorption de la lumière. Avec une différence qui peut dépasser les 6 degrés à la surface. .

panneaux solaires

Voici ce que voit le soleil quand vous sortez de chez vous en t-shirt noir. (Photo : Pixabay).

Mais comme je l'ai dit juste avant, la vérité n'est pas si simple.

Une règle loin d'être absolue

En fait, tout dépendra des conditions climatiques.

Premièrement, notre corps émet aussi de la chaleur par rayonnement, une chaleur qui sera :

  • Absorbée par un t-shirt noir
  • Renvoyée vers nous-mêmes par un t-shirt blanc

De quoi modérer la différence de température expliquée plus haut.

Face aux chaleurs estivales, ce qui déterminera donc le vrai gagnant entre clair et foncé, ce sera principalement le vent.

Si il est assez fort, la chaleur absorbée par votre vêtement noir auprès de votre corps et de la lumière extérieure sera correctement évacuée. Rendant le vêtement sombre plus efficace que son homologue clair.

A l'inverse, sans vent, la chaleur que votre vêtement foncé propagera par rayonnement ou par conduction ne sera pas évacuée : elle restera sur vous. Vous serez donc chauffés par ce dernier, et un vêtement blanc ou clair aurait été plus efficace dans ce cas. Ce dernier reflétant les ondes au lieu de les absorber. C'est donc la règle de base qui s'appliquera ici.

Du coup, pour m'habiller en été, je vérifie la vitesse du vent le matin et j'avise en fonction ?
anénomètre

J'en vois déjà certains venir de loin avec leur anénomètre. (Crédit photo : Météoshopping).

Non.

Bien entendu, ces comparaisons se font à vêtement égal. Et surtout, la couleur du vêtement a nettement moins d'influence que les autres facteurs :

  • la nature de la fibre
  • le tissage
  • la coupe du vêtement

Si vous cherchez à savoir quel vêtement porter quand il fait chaud, ça se passe plutôt par là.

Les bédouins : l'exception qui confirme la règle

image bédouin

Une robe noire sous plus de 30 degrés, ou comment remettre en question tout un raisonnement scientifique en une seule photo (crédit photo : Getty).

Le cas des bédouins en robe noire est un excellent contre-exemple pour nuancer le raccourci de pensée "couleur foncé = chaleur". Il a d'ailleurs suscité la curiosité de bien des chercheurs qui se sont penchés dessus. L'étude la plus connue étant celle menée par les chercheurs israéliens Amiram Shkolnik, C. Richard Taylor, Virginia Finch et Arieh Borut.

On y compare, à conditions climatiques égales, les températures constatées dans le cas du port d'une robe blanche et d'une robe noire.

Bien que la température de la robe noire soit montée à 47 degrés contre 41 pour la robe blanche, celle du corps est restée à 33 degrés dans les deux cas. Quel est donc leur secret ?

Souvenez-vous : je vous ai dit plus haut que je reviendrai sur un exemple de transfert de chaleur par convection. Nous y sommes.

En fait, l'air chauffé entre la robe noire et la couche de vêtement inférieure devient moins dense que l'air ambiant et s'évacue par le haut, créant un appel d'air sous la robe. Ce dernier fera entrer de l'air plus frais, et assurera donc une ventilation naturelle avant que la chaleur n'atteigne le corps.

 

Sous la lumière du soleil, le gain en énergie (et donc de chaleur) de la robe noire a été supérieur d'environ 200 watt par rapport à celui de la robe blanche ("radiation gain"). Pourtant, la perte d'énergie via convection ("convection loss") est deux fois plus efficace pour la robe noire.

tente bédouine

Ce phénomène de convection est aussi à l'origine de l'efficacité des tentes noires bédouines. (crédit photo : wikipédia).

Raison #2 : l'histoire entre en jeu

Le blanc : roi de l'été en Amérique

La préférence générale pour des couleurs claires en été trouve aussi quelques origines historiques. Plus particulièrement dans le cas du vêtement blanc. Et pour faire dans l'originalité : on retrouve ces origines aux Etats-Unis.

Au début du 20ème siècle, les vêtements blancs n'étaient pas les plus pratiques à porter en ville.

Et pour vous donner un ordre d'idée du pourquoi, je vous laisse imaginer l'état de propreté d'une ville en pleine industrialisation, où le cheval est encore utilisé comme moyen de locomotion :

  • utilisation abondante de charbon,
  • crottins de cheval à chaque croisement de route,
  • poussières et saletés en tout genre,

En hiver et mi-saison, saupoudrez le tout avec un peu de pluie et de vent. Vous comprendrez vite le manque de motivation des habitants à prendre soin de vêtements clairs, sur lesquels toute tache se verrait aisément. Le blanc en étant un cas extrême, il fut rapidement banni en cours d'année.

Comme le dit Charlie Scheips, auteur du livre American Fashion, dans cet article du time, c'était par exemple le cas pour les journalistes. Sources d'influence non-négligeable à l'époque, ces derniers mettaient de côté leurs tenues blanches dès l'automne.

route principale à Goulcester, Massachusetts - 1900, Wikipédia

J'imagine que vous n'iriez pas faire un tour sur cette route boueuse avec un pantalon blanc ? (Photo : route principale à Goulcester, Massachusetts - 1900, Wikipédia).

Du coup, la grande occasion de vous faire plaisir en mettant un vêtement blanc, c'était quand vous quittiez la ville en été pour rejoindre votre maison de campagne, si propre et bien entretenue. Bien entendu, c'était le cas pour les populations les plus aisées, disposant des moyens nécessaires pour pouvoir cesser de travailler l'été, partir en vacances, et disposer d'une résidence secondaire.

Puis, une fois le Labor Day passé, on remettait nos vêtements sombres pour attaquer la formalité du monde du travail.

C'est ainsi que le vêtement blanc est devenu un symbole d'été, de détente, mais aussi d'une relative richesse.

famille riche vêtement blanc été

Si l'on voit autant de blanc en été aujourd'hui, c'est en partie dû à ces messieurs dames. (Photo : Tysto.com).

Bien que la propreté des villes fit un grand progrès par la suite, cette symbolique du vêtement blanc a perduré. Il est même devenu un facteur de démarcation sociale, les classes aisées s'appuyant sur cette tradition pour défendre leur position dans la société.

Ce genre de règle vestimentaire leur permettait d'assoir leur légitimité face aux "nouveaux riches" de l'époque. Faisant de cette coutume une véritable barrière à l'entrée comme le précise Valerie Steele, directrice au musée du Fashion Institute of Technology, dans l'article du Time.

Pour Coco Chanel, le blanc, c'est tout le temps

Dès les années 20, la créatrice va à l'encontre des codes en portant du blanc en cours d'année. Elle en fera une tendance qui ne tardera pas à modérer la "dictature" du vêtement sombre en hiver. Non sans résistance de la part des populations aisées.

photo coco chanel Getty

Pour la grande couturière, le vêtement blanc n'avait pas de calendrier. (Photo : Horst P. Horst/Condé Nast via Getty Images)

Néanmoins, on peut encore constater les traces de l'ancrage social du blanc en été. Accompagnée de la pensée générale sur le rapport des couleurs à la chaleur, cette origine historique est donc loin d'être négligeable.

Raison #03 : notre perception psychologique des couleurs

Une couleur, c'est aussi un langage : elle représente un symbole qui intrigue aussi bien l'historien que le sociologue, le psychologue... ou le créateur de mode.

Chaque civilisation a construit sa propre culture autour des couleurs, en accumulant un ensemble de notions auxquelles ces dernières renvoient.

symbolique couleurs publicité

La signification des couleurs est d'ailleurs beaucoup exploitée dans les domaines de la communication et de la publicité : les marques ne choisissent pas leur logo au hasard. (Crédit photo : creanico.fr).

Prenons l'exemple du noir.

Le noir était la couleur portée par les ecclésiastiques au cours de la réforme protestante. Pendant le 19ème siècle, les personnes représentantes de l'autorité portaient aussi du noir : pompier, clergé, etc...

Résultat ? Aux yeux des populations occidentales, le noir était donc lié au respect, à la formalité, et à l'austérité. On retrouve donc ici le formalisme accordé aux couleurs sombres.

Plus tard, notamment avec l'arrivée de Coco Chanel , le vêtement noir sera associé au luxe, à l'élégance et au chic.

Audrey hepburn

Vous voyez l'idée ? (Audrey Hepburn en robe Givenchy, Breakfast at Tiffany’s - 1961).

La palette des couleurs vives qu'on peut être amené à porter en saison chaude ne sont donc pas sans connotation non plus :

  • Après avoir renvoyé aux notions de jeu, de chance, et de superstition négative , le vert a été associé à la nature, et à la vie.
  • Le jaune est lié aux fleurs et la renaissance printanière
  • L'orange peut faire penser à l'émotion, à l'optimisme ou encore au soleil
  • Le bleu est identifié au ciel, à l'océan, et à l'évasion

Nature, fleurs, soleil, océan, évasion, optimisme... autant de notions qu'on associera facilement à l'été ou aux vacances.

chemise à fleurs drapeau noir

Petit exercice : à quoi vous fait penser cette chemise ? Avez-vous souvent croisé ce genre de couleurs et motifs en plein hiver ? (Photo : Drapeau Noir).

Dans la culture occidentale, c'est donc souvent par cohérence avec l'univers sémiologique des couleurs claires ou vives qu'on porte ces dernières dans un cadre estival.

défilé dior costume jaune

Un exemple extrême, issu des excentricités de la haute couture, où l'on retrouve la totale : la verdure, les fleurs et le soleil. (Photo : toujours le défilé printemps/été de Dior).

Maintenant, vous savez pourquoi vos chemises roses pâles se fondent mieux dans le décor quand elles sont au soleil .

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.