Les pépites (pour des vacances à la mer) de la rédaction #67 – Jordan

Temps de lecture : 4 minutes

42

Pour moi, être en vacances c’est voir la mer. Sinon c’est pas les vacances. La mer ou l’océan, je ne veux pas discriminer.

J’imagine que c’est pour beaucoup pareil.

Le début des vacances, ce n’est pas quand on s’assoit dans le train, l’avion ou le bus, ce n’est pas quand on tourne la clé ni même qu’on enclenche la première. Et ce n’est surtout pas quand on mord dans son sandwich en bordure d’autoroute.

Le début des vacances, c’est quand me saisit ce petit vertige juste avant de voir la mer. La même route, les mêmes arbres, la même saveur de jour et soudain quelque chose a changé dans l’air. Les feuilles bougent différemment. Le temps ne coule plus pareil. C’est comme une ombre qui plane sur tout. Un roulement de tambours en coulisses.

On comprend. Elle est là juste derrière. C’est la dernière colline. C’est la dernière côte. C’est le dernier virage.

On peut avoir dix ans, on peut en avoir soixante-dix, je parie qu’on ressent le même petit vertige.

C’est ce vertige qui sonne le début des vacances.

Puis vient le package habituel, le sable dans les cheveux, le chant des vagues, la peau rougie. On connaît.

Vous vous en doutez, les pépites que je vous présente maintenant sont pour ces moments-là. Parce que j’ai besoin de vacances et sûrement que vous aussi et j’ai besoin de voir la mer.

Pull marin - Le Minor

Homme en pull et jean

Ça fait longtemps que j’ai envie d’un pull marin. Dans une laine peu raffinée, qui gratte un peu. Comme ça, on se sent la peau dure, on pourrait embarquer sur un bateau, lutter contre le vent. Cette laine, c’est une deuxième peau, la peau de l’aventure.

Le Minor fait ça bien et depuis des lustres. 100 ans pour être précis. Le modèle n’a apparemment pas varié depuis. Quand un design est beau et pratique, il passe les épreuves du temps.

La maille est tricotée dans un atelier du Morbihan, en Bretagne donc. Et le fil de laine a été filé en Europe.

160€. Ça les vaut.

La coupe qu’on appelle “chaussette” est proche de corps et longue. Ça s’explique par le fait que c’est un pull dont l’usage est marin : manœuvrer son bateau et se protéger des vents assassins.

pull marin avec boutons

A titre personnel, je trouve que ce pull dont la confection est à la fois rustique, solide et sans compromis confère une certaine dignité. C’est le pull que l’on porte quand la mer est démontée ou quand, pour les marins d’eau douce comme moi, on a besoin de chaleur en bord de mer pour une balade houleuse ou un plateau de fruits de mer en hiver.

C’est le pull qu’on rapporte de la mer pour le porter en ville. On le sort de son usage originel pour en faire un classique de sa propre garde-robe. Avec un jean brut et des sneakers. Avec un chino ample et des brogues. Avec un jean bleach ou blanc et des mocs.

Serviette de plage en lin - Seagale

serviette de plage bleue

Je me trimballe une espèce de serviette petit bateau qui commence à me sortir par les yeux. Serviette bleue assortie à celle, rose, de ma copine. C’est pas mon genre d’assortir les choses avec ma copine. Ça me hérisse le poil à peu près autant que les types qui se trimballent torse nu en pleine ville juste parce que la mer n’est pas loin.

Faut avoir des combats dans la vie.

Bref. Je projette de me séparer de cette serviette. Et un jour que nous étions en Italie pour assister au salon du Pitti Uomo avec Ben (ainsi que Julien et Nicolo), j’ai remarqué qu’il possédait une de ces serviettes en lin de Seagale et il en était particulièrement content.

Ça me suffit. Si Ben affirme que ça fait le taff, ça fait le taff. Je ne vais pas chercher plus loin.

Du coup, au moment de changer de serviette de plage, j’ai forcément celle-ci qui me vient en tête. Pour la couleur, j’hésite entre la herringbone light blue, chic green et la night blue.

Serviettes en lin coloré

Si certains d’entre vous la possèdent peut-être pouvez-vous m’en dire plus. Cependant, je crois bien que je suis déjà conquis, pour toutes les propriétés que l’on connaît au lin.

Vareuse en velours - Outland

vareuse bleue à manches courtes

Je flânais pépère sur l'eshop de Bien Bien Habillés. Je n’avais pas de but précis que l’envie d’être interpellé. Et je l’ai été, par une vareuse sans rien d’exceptionnel en fait.

C’est surtout la photo de la pièce portée qui m’a convaincue : la coupe ample et droite et ces manches courtes mais longues.

homme sur une plage portant une vareuse bleue et un short blanc

Ce que j’aime dans cette vareuse :

  • Les proportions de la pièce desquelles se dégage une belle harmonie
  • La couleur un peu lavée, parfaite dans un contexte maritime
  • Ce col généreux qui tombe sans structure
  • Cette espèce de plastron sur lequel est cousue cette grande poche excentrée
  • Cette grande poche excentrée
  • La forme de la vareuse mais à manches courtes
  • Le velours fin pour l’été

Vous savez tout. C’est fait par Outland et au Portugal. Jetez un œil à la marque, c’est honnête est très bien pour un vestiaire estival.

Si vous me croisez cet été au bord de la mer, voilà un avant-goût de comment je serai habillé.

Jordan Maurin Jordan Maurin

Adepte des romans d’Ellroy et de Vian, j’essaie de vivre ma vie le plus artistiquement possible (comme le disait Glenn O’Brien). Fervent défenseur du pantalon blanc (Squarzi président !), j’aime le vêtement quand il donne confiance et ne déguise pas. Pour moi, s’habiller différemment, ça veut dire se donner le droit de penser différemment.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.