Marque BonneGueule : le nouveau jean brut en toile selvedge Candiani

Temps de lecture : 8 minutes

Update : le jean brut selvedge est à présent disponible sur notre e-shop et en boutiques.

Un peu d'histoire...

Mon arrivée chez BonneGueule remonte à décembre 2013, soit 3 mois avant le lancement de la marque.

Dès le début, j'ai assisté à cette effervescence et je me suis laissé prendre par une vague d'indigo.

Notre toute première pièce - "le BG 1.1", comme on l'appelait -, fut logiquement un jean brut, pilier central du vestiaire masculin.

Pour beaucoup d'entre vous, il s'agit même de votre premier vêtement BonneGueule ! Et à ce jour, c'est toujours un des vêtements les plus commandés .

J'ai donc assisté aux débuts...

C'est là que tout a commencé !

L'atelier portugais qui nous a fait confiance a fait des prouesses dès le démarrage.

poche doublee jean selvedge

Gros check-up de qualité à réception des jeans... et gros soulagement !

Depuis, je vous ai vu essayer ce jean en boutique , et je l'ai vu se délaver mois après mois sur les membres de l'équipe, les lecteurs de passage, et sur mes propres jambes.

Ce jean, j'ai un peu l'impression de l'avoir toujours connu !

Et pourtant...

Trois ans plus tard, nous décidons de réinventer notre jean brut phare

Mais pourquoi ?

Je me suis posé la même question que vous quand j'ai vu Benoît se gratter le crâne en se demandant :

C'est notre pièce phare, mais j'aimerais qu'il soit VRAIMENT parfait. Sur tous les plans ! Alors qu'est-ce qu'on pourrait changer pour l'améliorer encore ?

Et si je vous disais que pour cela, Benoît a choisi de ne pas utiliser de denim japonais ?

Qu'il est passé du côté transalpin de la force ?

Que le résultat est plus beau, moins cher, plus propre ?

Notre jean brut fait peau neuve, je vous raconte tout...

Le nouveau jean brut BonneGueule, en toile italienne de chez Candiani.

Or bleu et constat environnemental

Avec ses 2.000.000.000 d'unités vendues chaque année dans le monde , le jean est le vêtement le plus porté de la planète.

Ce chiffre cache son lot de dérives, de la pollution des cours d'eaux aux maladies pulmonaires du sablage industriel.

Aussi gourmande en eau qu'en énergie, la mode est la deuxième industrie la plus polluante au monde , juste derrière le pétrole...

Acheter un jean, c'est donc un acte qui n'est pas anodin.

Ici, des eaux polluées par la teinture en Chine. (Image extraite du documentaire RiverBlue)

La soif d'une plus grande traçabilité...

Et nous, où est-ce que l'on se situe ?

Jusqu'à présent, notre jean était coupé dans une toile venant du Japon.

Mais d'où vient le coton la composant ? Qui transforme la fibre en fil, et les fils en toile ? Quel indigo est utilisé ? Comment les eaux usées sont-elles traitées ? Et vu qu'on achetait ce denim là via un broker pour réaliser des économies, quelle garantie avait-on... qu'il vienne réellement du Japon ?

Eh bien les amis, on ne le sait pas vraiment...

Benoît est bien perplexe.

On pourrait s'en tenir aux infos qu'on a et s'endormir tranquillement en se disant qu'on ne va pas remettre en cause un "best-seller".

Mais ça a commencé à profondément nous déranger. Car on ne se reconnaît pas là-dedans...

Nous voulons plus de traçabilité, des ballots de coton à la toile finale. Nous avons donc décidé de changer de fournisseur : de nouveau, en montant directement à la filature. Celle de Candiani.

Note importante sur notre politique environnementale : nous choisissons depuis le début des fournisseurs respectant des cahiers des charges RSE bien précis : BlueSign, Oekotex, Master of Linen, Viscose FSC, etc.

Et nous visitons chacun de nos ateliers.

De plus, plusieurs projets sont en cours en interne par rapport aux matières, à la façon, aux fournitures, à la logistique, et bien sûr au packaging. On fera bientôt un gros article pour tout vous présenter (et il y a plus d'infos ici).

Notre manque de traçabilité sur ce produit phare était un de nos chantiers prioritaires, et on trouvait important de vous en parler 🙂

Candiani : le denim made in Italy

Une approche éthique du denim

Nous vous avions présenté Candiani en avril dernier, lors du lancement de notre jean selvedge gris.

Filature italienne et familiale, elle est vieille de cinq générations. À ce propos, la famiglia ne se retrouve pas uniquement chez les dirigeants : plus de 10% des salariés employés aujourd'hui ont suivi les pas de leurs parents, voire grands-parents.

 

 

Candiani s'est spécialisée dans la production de toiles denim haut de gamme, dans le respect de l'environnement.

Nous avions d'ailleurs pu rencontrer Gianluigi et Alberto, aujourd'hui à la tête de l'entreprise. Ils nous expliquent leur vision en vidéo.

N'oubliez pas d'activer les sous-titres directement dans la vidéo !

Candiani diffère de toutes les autres usines de denim sur un point au moins : elle est située en plein coeur d'un parc naturel, le Valle del Ticino.

Cette localisation unique a façonné sa façon de travailler. La filature est soumise à une législation stricte - plus que pour toute autre manufacture du genre - afin que son travail respecte l'environnement dans lequel elle se trouve.

Située dans un parc naturel, la filature Candiani doit respecter des normes environnementales draconiennes. Aucune autre fabrique de denim n'évolue dans ces conditions !

Vers le jean le plus vert possible

L'industrie textile, compte tenu de la généralisation croissante de la mondialisation [...] a une tâche difficile à accomplir. C'est notre travail d'établir la norme pour un produit excellent et durable. - Gianluigi Candiani

La R&D fait partie intégrante de l'ADN de l'entreprise, qui continue de se creuser la tête pour laisser la plus petite empreinte écologique possible.

L'eau, l'énergie, les déchets... tout est recyclé et réutilisé. Et ce n'est que la partie visible de leurs efforts !

Grâce à deux procédés brevetés, le Kitotex et l'Indigo Juice  , elle est parvenue à accomplir de véritables prouesses.

75% d'eau économisée et 65% de produits chimiques en moins.

Objectif de la filature d'ici deux ans : créer le premier denim 100% biodégradable. Affaire à suivre !

Le jean selvedge : un savoir-faire exclusivement nippon ?

Le jean selvedge est tellement assimilé au Japon qu'on a fini par le définir comme "toile japonaise".

Bien qu'il s'agisse d'une invention américaine, les habitants de l'archipel nippon ont effectivement su se l'approprier et l'ennoblir.

Ce tissage, obtenu grâce à des métiers à navette, offre une toile plus solide et une construction plus durable, en contrepartie d'un rendement moindre pour l'atelier.

On pourrait alors se dire que les Italiens ne peuvent rivaliser... mais c'était sans compter sur le savoir-faire de Candiani, qui produit du workwear depuis 1938, donc bien avant l'essor du denim japonais !

Un métier à tisser selvedge, le genre de vieilles mécaniques que Candiani continue à utiliser.

On peut se rendre compte visuellement de la différence entre un rouleau de toile selvedge (moins large mais plus dense) et un rouleau de toile classique.

Contrairement au slack denim , les bords d'une toile selvedge ne sont pas coupés, d'où ce liseré caractéristique .

Notre toute nouvelle toile Candiani et son cher liseré rouge et blanc.

Le délavage du jean sera d'autant plus beau que la toile est solide .

Il va se patiner sur les zones d'usure, là où une toile lambda aurait peut-être déjà cédé à l'abrasion.

Une maîtrise de toutes les étapes de production

Candiani possède un contrôle total sur sa chaîne de production : on dit que l'entreprise est verticalement intégrée.

Voici les grandes étapes en image :

Tout commence par l'arrivée des ballots de coton...

Le coton bien nettoyé qui sera bientôt tissé...

C'est l'heure du tissage.

Passage par le service teinture. Vous pouvez voir les fils en attente d'être teints à droite.

Une fois les fils de chaîne teints, on les tisse. Et c'est là que la magie opère.

D'ailleurs, Candiani n'hésite pas à modifier ses métiers à tisser afin d'améliorer encore leur fiabilité et leurs performances. Hélas on ne peut pas vous en dire plus, secret professionnel oblige...

En définitive, Candiani est autant capable de produire une belle toile selvedge que les Japonais.

La différence se fait surtout dans l'approche : les japonais privilégient généralement la tradition, là où Candiani s'applique à la conjuguer avec modernité.

À travers la création de sa Candiani Denim Bluniversity, la filature prêche la bonne parole à travers le monde pour un jean à la fois propre, beau et solide.

Présentation de notre nouveau jean brut selvedge

Une toile la plus authentique possible

Comme la toile du jean gris selvedge vous a beaucoup plu, nous sommes restés sur le même tissu. Il s'agit d'un 100% coton, comportant 40% de coton BCI issu du commerce équitable.

Pour les puristes, c'est une toile 3 x 1 : pour chaque fil de trame (horizontaux), il y a 3 fils de chaîne (verticaux). Donc niveau robustesse et solidité, aucun souci à se faire !

Et avec son grammage de 13 oz, on peut le considérer comme un jean quatre-saisons.

Un jean à porter toute l'année.

Le tissage est réalisé selon la méthode 72 WARP, une autre innovation Candiani qui a fêté ses 25 ans. Les fils de chaîne forment une sorte d'anneau, ce qui apporte un vrai grain et du relief à la matière.

Vous voyez la main très particulière de la toile, pourtant si caractéristique du selvedge ? Ce relief est obtenu grâce au 72 Warp, tissage propre à Candiani.

Un jean optimisé pour un très beau délavage

Après avoir déniché la toile parfaite, il restait encore à déterminer la bonne nuance de bleu.

Suite à une séquestration volontaire de 72h dans une pièce sans nourriture, nous y sommes parvenus !

Trouver le bon bleu n'aura pas été une mince affaire.

Les fils ont été plongés deux fois dans la teinture pour un bleu très profond. Des touches de gris ont également été ajoutées, pour une toile nuancée et qui prend bien la lumière.

Le genre de détails qui donne du caractère à votre selvedge...

Une dernière chose : Candiani utilise de l'indigo "pré-réduit" qui diminue considérablement l'usage de produits chimiques .

Une toile pleine de nuance, qui promet un très beau délavage.

Le véritable plaisir d'un jean brut est de voir sa toile se délaver, se patiner avec le temps.

Vous mettez les mains dans les poches ? Cela se verra. Celle où vous rangez votre téléphone, aussi, de même que votre démarche. Ce phénomène rend votre pièce absolument unique : c'est ce que nous recherchions avec ce jean.

Une coupe qui allonge votre silhouette

Niveau coupe, pas de surprise : on reste sur notre semi-slim habituel.

Ni trop large, ni trop serré, c'est le bon entre-deux qui flatte la silhouette tout en restant confortable.

Une coupe qui ne vous fera pas défaut.

Une confection poussée, comme d'hab !

La toile est ensuite montée dans notre atelier habituel, situé au Portugal, non loin de Porto.

Nous n'avons pas oublié les détails haut de gamme habituels : poches arrières semi-doublées, point de chaînette, passants de ceintures renforcés... Tout y est.

Le point de chaînette, cher aux puristes.

Un jean au prix doux...

Si nous avons changé de fournisseur, c'est avant tout pour satisfaire un besoin éthique de traçabilité et de transparence.

Mais une toile italienne nous permet aussi de payer moins de taxes d'importation et de frais de transport .

Et puisque le jean brut est un de nos best-sellers, nous pouvons réaliser des économies de volume.

Nous serons donc en mesure de vous proposer ce jean à un prix nettement inférieur à l'ancienne version japonaise, tout en montant en gamme sur la toile.

Mais tout ce que je peux vous dire pour le moment, c'est qu'à notre connaissance, il n'y a pas de jean moins cher sur le marché avec ce type de toile.

Pour les détails, rendez-vous ce week-end... et inscrivez-vous à la newsletter.

Comment porter un jean brut ?

Place à quelques suggestions de looks.

Portez ce jean comme vous le voulez ! Workwear, casual chic, streetwear ou encore preppy... un jean brut trouve toujours sa place.

S'il y a bien une pièce polyvalente qui se glisse dans tous les styles, c'est celle-ci. On regarde quelques inspirations ensemble.

On commence par l'éternel combo jean brut / tee-shirt blanc. Bien que simple, cette association fonctionne car elle renvoie à un imaginaire assez fort (qui a dit "James Dean" ?). Pour le coup, vous connaissez déjà la règle : sur un look entièrement composé de basiques, les coupes doivent être parfaites. Libre à vous ensuite d'insérer de petits gimmicks pour personnaliser votre tenue, qu'il s'agisse de roulotter vos manches ou d'habiller vos poignets de bracelets. Sur une base neutre, vous avez le choix ! (Tee-shirt Muji, sneakers National Standard)

Pour une décontraction moins appuyée, troquez le tee-shirt blanc contre une petite chemise en oxford. Entièrement composée dans des nuances de bleues, les pièces contrastent suffisamment pour éviter un rendu trop uniforme. Sur ce type de look, les chaussures donneront l'impulsion finale. On aurait tout autant pu imaginer des mocassins par exemple, pour une note plus habillée. (Chemise De Fursac, sneakers Nike)

Grand classique du casual chic : chemise blanche / blazer / jean brut. Pour donner du relief à une tenue se voulant très sobre, appuyez-vous sur les textures, comme ici avec le donegal du blazer. Niveau chaussures, des brogues sont à propos : elles gardent une ligne élégante, sans être trop formelles grâce aux perforations. (Blazer BonneGueule, chemise BonneGueule, chaussures Loake chez British Shoes)

Grosse maille en laine, denim, boots : l'air de rien, des influences workwear se dégagent de ce look, modernisé par la coupe ajustée du jean. En outre, un brut vous permet également de porter facilement des pièces plus fortes : sa dimension neutre "apaise" le pull de couleur vive. Pour mettre en valeur une paire de bottines, n'hésitez pas à roulotter le bas de votre jean. Dans un tout autre registre, on pourrait imaginer l'ensemble fini par une paire de sneakers pour un résultat plus détendu. (Maille Hircus, bottines British Shoes)

Comment choisir votre taille ?

Le sizing de nos jeans ne change pas, prenez simplement votre taille habituelle.

La matière a été lavée en usine pour la stabiliser : pas d'inquiétudes, votre jean ne rétrécira pas.

Comment se procurer le nouveau jean brut de la marque BonneGueule ?

Le jean brut selvedge est à présent disponible sur notre e-shop et en boutiques.

One last thing : un concours de délavage

Benoît et Geoffrey viennent d'avoir une petite idée pour vous faire gagner votre jean.

Nous vous mettons au défi pour un concours du plus beau délavage !

Dans 5 mois, nous aimerions avoir une belle galerie de délavages sur la page de présentation de notre jean.

Alors envoyez-nous de belles photos en lumière naturelle de votre jean délavé avant le 31 janvier sur [email protected] avec [CONCOURS DELAVAGE] dans l'objet du mail.

Et nous rembourserons les jeans des 3 gagnants !

Il n'y a donc que 2 conditions pour jouer :

  • Il faut avoir commandé ce jean selvedge brut entre le 26 août et le 30 septembre 2017
  • Et nous avoir envoyé une photo de votre jean posé à plat, en lumière naturelle, avant le 31 janvier 2018

Nous publierons alors les photos des jeans des 3 gagnants, et nous leur rembourserons leurs jeans, ou leur offrirons un vêtement équivalent, au choix.

À très vite !

Rafik

Je suis fasciné par l'expression des contre-cultures et les mouvements underground. Tombé amoureux de la mode à 5 ans, je pense qu'elle doit rester un moyen d'expression, et non une course aux tendances. Et que ça reste entre nous, mais je suis un brin bling sur les bords.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.