Conseils : comment choisir un tatouage pour homme ?

Temps de lecture : 13 minutes

44

Non, le tatouage nʼest pas exclusivement réservé aux quinquagénaires désirant sʼacheter une Harley, aux gros rappeurs américains et aux footballeurs dans la hype, trop souvent exemples de mauvais goût mais adulés de milliers de fans aveugles.

Lʼimage du tatouage a fortement évolué de nos jours et cʼest tant mieux. On l'a trop souvent vu comme lʼapanage des communautés marginales... ou, à lʼopposé, du beauf. Désormais, cʼest une manière de dévoiler sa personnalité et son histoire, quand ce nʼest pas une pure œuvre dʼart.

tatouage japonais corps complet

Que l'on soit sensible à ce style ou non, force est de reconnaître la maîtrise et la technique exigées.

Les idées reçues sur les tatouages : entre croyances et mythes ?

Il ne faut pas pour autant se cacher derrière lʼexcuse de la signification. Cʼest un long débat quʼon retrouve un peu partout, et à chaque fois cʼest la même chose. On sʼattend à une histoire digne dʼun film US et là, cʼest le drame.

Vous voyez de qui je parle ? Ce fameux mec tatoué en soirée. Mais si, vous savez, celui qui porte un tee manches courtes pour bien montrer son nouveau tattoo, ou un col V super plongeant pour montrer son nouveau chicano sur les pecs. Ce mec qui est obligé de se justifier, qui veut se créer du charisme et qui décrédibilise son acte.

lorsque vous cherchez une idée de tatouage, voici les réflexions que vous ne devriez PAS avoir:

  •  «Ah, ça fait pas trop hipster ça ? » ;
  • «Ah, mais ce mannequin / chanteur / sportif mondialement connu a quelque chose de ressemblant : je suis dans le vrai » ;
  • «Ça me rendra plus viril » ;
  • « Je pourrais aller à la plage sans soucis maintenant" ;
  • Je suis trop maigre / trop gros pour me faire tatouer ».

Que de mauvaises pensées dans votre tête...

lil wayne tatouage visage

Si vous êtes fans de Lil Wayne, piquez-lui l'idée du bandana mais laissez-lui les tatouages en forme de larmes.

Vous vous faites vraiment tatouer pour plaire ? Vous voulez vraiment un tatouage pour quʼune femme vous complimente ? Vous pensez vraiment donner lʼimage dʼun vrai dur ? Vous croyez quʼêtre tatoué changera votre silhouette ?

Désolé de vous décevoir, le tatouage nʼest pas un remède miracle ! Dʼailleurs, ce nʼest pas un remède du tout. Cʼest un acte dʼexpression (de goûts, philosophies, messages, passions ou pensées), et ça ne devrait être rien dʼautre.

Trouver des inspirations pour son tatouage

Trouver des inspirations pour son tatouage est beaucoup plus facile quʼon ne le pense. La réelle difficulté, cʼest de donner du sens à lʼensemble de vos inspirations.

Au début, on a une accumulation dʼimages, de sens, de mots qui nʼont pas de lien réel les uns avec les autres. Cela peut être un mur tagué, une couleur, une figure géométrique, une œuvre dʼart, des textures aperçues dans la nature. Il faut savoir faire le lien entre ce que vous voulez et ce que vous pourrez faire. Cʼest la clé.

Gare do oriente lisbonne

L'architecture est souvent une source d'inspiration également. Ici, les lignes des voûtes de la Gare Do Oriente à Lisbonne pourrait servir de base à un tatouage grâce à ses lignes particulières.

Le tatouage retranscrit un « bout » de ce que vous êtes. Votre tatouage racontera quelque chose. Le tatouage simplement « esthétique » nʼa pas le même objectif que ce dont nous parlons ; il ne nécessite pas une réflexion approfondie dès lors que vous cherchez avant tout à « décorer » une partie de votre corps selon vos goûts. Faites une manchette avec des fleurs, des étoiles ou des petits symboles, les idées sont plus faciles à trouver.

Il nʼy a pas de temps minimum ou maximum pour être prêt à se faire tatouer. Une bonne méthodologie consiste à stocker des images dans un dossier « inspirations tatoo » et à le mettre à jour le plus souvent possible, en supprimant et rajoutant autant que vous voulez. Au fil du temps, si vous êtes dans le « vrai », quelque chose dʼintéressant se formera et vous pourrez partir sur un projet.

inspirations tatouages style marin

Des tatouages différents, desquels se dégage clairement une forte influence marine. Au fil de son processus de recherche, on pourrait ensuite déterminer si l'on souhaite représenter une nature morte, utiliser de la couleur...

Si vous connaissez quelquʼun qui peut vous aider à lier ces éléments, nʼhésitez pas à passer du temps avec lui. Un artiste, un écrivain, quelquʼun qui a des réflexes dʼassimilation et dʼassemblage. Cela peut aussi être un architecte ou un musicien.

Différents sites se sont également créés ces dernières années.

Donnez-vous les moyens de créer une identité unique à ce tatouage en apportant la sensibilité et lʼœil de quelquʼun qui correspond à lʼesprit que vous voulez donner.

Comment choisir son tatoueur ?

Où se faire tatouer ?

Officiellement, dans le monde entier, il y a partout des endroits pour se faire encrer. Officieusement, ça nʼest pas si évident.

Par exemple, il est hors de question de poser un pied dans des salons de tatouages qui ne respectent pas les mesures dʼhygiène. Fuyez également impérativement ces nouveaux « tattoo concept store  » avec des murs rouges, des têtes de cerfs sur le mur et des catalogues de tatouages. Ou le genre dʼéchoppe de stations balnéaires et quartiers touristiques qui encre du tribal à la chaîne.

materiel tatouage sterile

Les normes d'hygiènes sont absolument primordiales. Le matériel doit être neuf et stérilisé, le tatoueur l'ouvre généralement devant vous pour vous le prouver.

Pour une première pièce, mis à part si cʼest un gros projet, évitez aussi impérativement les tatoueurs tout-artistes, qui vous répondraient via mail par message automatique :

Pas de discussion avant, pas de rendez-vous, vous verrez votre dessin le jour même. Regardez notre agenda pour fixer une session.

Vous risquez de vous braquer et de subir les goûts du tatoueur plus quʼautre chose.

Tout est donc une question de dosage, il faut que vous vous sentiez inclus dans la création mais pas au point de ne pas laisser une partie du champ libre à votre tatoueur. Rappelez-vous que ce sont de vrais artistes avant tout. Ils doivent pouvoir sʼexprimer dans leur art, vous les insulteriez en leur demandant un copié-collé.

Le prix d'un tatouage

Avant toute chose, il faut être prêt à devoir débourser une certaine somme dʼargent pour avoir un tatouage de qualité. Se faire tatouer nʼest pas une action anodine (au début du moins). Plus la surface est difficile à encrer et plus vous voulez des détails, plus le prix grimpe.

Les tatoueurs étant majoritairement payés à lʼheure, une estimation globale du coût de votre projet est possible. Les prix varient en fonction de lʼexpérience, de la renommée et de la demande dʼun tatoueur. Pour environ 150 € de lʼheure, vous trouverez beaucoup de tatoueurs très compétents, sachant quʼil faut compter jusquʼà plusieurs dizaines dʼheures pour des « grosses » pièces.

tatouage manchette complete homme

Les grosses pièces prennent du temps et se font sur plusieurs séances.

En dessous de 80 €, vous risquez dʼêtre déçu : la technique de piquage, lʼencre utilisée et le matériel seront sans doute moins performants. Vous regretterez quelques années plus tard, quand vous verrez lʼencre prendre une teinte étrange et les contours du tatouage devenir moins précis, s'élargissant un peu.

On ne le répètera jamais assez : vous garderez un tatouage à vie. Le prix nʼest donc pas le critère prioritaire. Sʼil lʼest pour vous, alors ne vous faites pas tatouer : vous avez sans doute mieux à faire avec votre argent.

Quel tatoueur choisir ?

Il faut choisir obligatoirement un tatoueur qui sait piquer : cʼest-à-dire avec de vrais traits sans bavures, bien uniformes et sans cette impression de pâtés dʼencre.

Généralement, chaque tatoueur a un style bien précis. Choisissez votre tatoueur en fonction de son style. Vous nʼaurez pas lʼidée de demander à un mécano de vous aider à choisir votre tenue du 31. Ici, cʼest pareil, vous nʼirez pas chez un tatoueur spécialiste de la manchette japonaise pour faire un tatouage de style biomécanique.

tattoo shop

Observez les murs du salon et discutez avec le tatoueur. Certains salons ont aussi une page Instagram, ce qui peut vous aider à avoir un bel aperçu de leur oeuvre.

Ensuite, vous avez les vrais artistes. Des mecs pour qui on est prêt à attendre un an au minimum, voire des années, et surtout à économiser énormément. Vous êtes sûr dʼavoir une pièce exceptionnelle et unique. Il vaut mieux réserver ce genre de choses pour un projet dʼenvergure. Je vous rassure, ils nʼacceptent pas tout le monde et ne prennent que les projets qui les motivent et qui leur rapportent : une manchette ou un dos totalement recouvert, par exemple.

Après une discussion avec un tatoueur de renom durant un salon, sa femme disait quʼil ne pouvait même pas tomber malade durant lʼannée car son emploi du temps était fixé sur plusieurs années.

Une fois que vous avez trouvé votre tatoueur, vous pouvez y aller !

Les différents styles de tatouage pour homme

Les tatouages japonais et asiatiques

Un style majeur et des plus populaires en Occident : inspirations dʼimages traditionnelles de cette région ; dragons de Chine ; poissons ; fleurs ; lettrages...

Il y a des règles fondamentales dans ce style-là, énormément de signification présentes. Certaines personnes mettent des années pour faire un tatouage japonais intégral (sur tout le corps).

tatouage style japonais

L'influence old school / new school

La majeure partie des inspirations viennent des années 50 et 60 avec, par exemple, les dessins de pin-up (oui !) ; des bateaux ; des bandelettes ; des symboles marins ; des roses ; la fameuse toile dʼaraignée... On les reconnaît tout de suite grâce au fameux coup de trait.

Liés majoritairement à la culture rock, on en voit beaucoup avec lʼinfluence anglaise récurrente qui relance le style. Il y a aussi quelques tatoueurs old school qui sʼorientent vers le cartoon. Cʼest le genre de tatouage quʼil faut vraiment assumer.

tatouage style old school

L'esthétique biomécanique

Elle se compose dʼéléments mécaniques, organiques et biologiques. Cʼest un style de tatouage assez présent dans certaines communautés, qui sʼinspire beaucoup de lʼunivers de la science-fiction.

Il y a souvent une partie robotique recouverte par des tissus humains ou le mélange tissus humains / extraterrestres. Il y a un vrai effet avec la peau et les motifs qui donnent lʼimpression dʼune transformation.

tatouage style biomecanique

Les lettrages

Voilà un style parfait pour un premier tatouage, un lettrage avec une typo bien choisie sur un flanc peut être parfait en plus dʼêtre peu onéreux. Par contre, on peut vite tomber dans le cliché chanteur de R'n'B has been.

L'influence tribale / polynésienne

À lʼorigine une tradition avec de vraies significations, parfois très dures, à ne surtout pas sous-estimer en fonction des pays où vous allez.

Malheureusement, notre époque a tué ce style : les manchettes traditionnelles sont parfois sublimes mais sont maintenant tournées en dérision, à moins dʼavoir des origines correspondantes. Sinon, ça ne passera pas.

tatouage polynesien homme

Le tatouage (hyper) réaliste, les portraits et reproductions

À base de portraits originaux ou de créations originales, certaines inspirations sont basées sur une multitude de références culturelles, que ce soit sur la Renaissance, les religions, les arts de vivre, la décoration ou encore la géographie.

Il y a aussi un sous-style orienté hyper réalisme, reconnaissable à des traits bien particuliers qui transcrivent le plus fidèlement possible la réalité.

On joue énormément sur les nuances grises, les ombres, les détails. On joue aussi sur lʼexagération, de simples portraits anodins se transforment en chefs-dʼœuvre.

tatouage realiste homme

Les tatouages graphiques (dot work, dessins, motifs géométriques,créations originales, graphisme)

Dans la majorité des cas, vous partirez sur une pièce « unique ». Les meilleurs tatoueurs de ce genre sont généralement très bons en graphisme. Cʼest très difficile dʼimaginer quelque chose de concis et clair dans ce style, ce sont de vraies créations originales.

tatouage graphique homme

Comment bien préparer son tatouage ?

Beaucoup de repos avant. Pas de drogue, pas dʼalcool.

Ne surtout pas penser à la douleur comme si cʼétait insurmontable. Il faut accepter la douleur et ne pas se battre contre.

Bien respirer suivant la méthode de l'artiste

Certains tatoueurs ne sʼarrêteront que très peu pendant la session, dʼautres feront lʼinverse. Jetez des coups dʼœil pendant la session pour surmonter votre angoisse et comprendre comment cela fonctionne.

Nous avons tous des limites, nʼoubliez pas que certaines zones sont très douloureuses et vous devez être prêt à le sentir. Lʼintérieur des doigts, par exemple.

Nʼhésitez pas à amener votre PC portable ou smartphone pour regarder un film, sans pour autant que vos réactions face à celui-ci gênent le tatoueur. Attention cependant, ce n'est pas de l'avis de tout le monde, comme le fait remarquer Erwan, un lecteur tatoué :

Certains tatoueurs (y compris certains tatoués comme moi) le prendrons mal que tu passes toute ta séance sur ton bouquin ou ton téléphone. C’est un manque de respect que de ne pas t’intéresser à la façon dont est réalisé ton tatouage. C’est également un moment d’échange (que le tatoueur discute ou non, tu lui échanges de l’argent contre de l’encre). Dans un sens, une séance permet de prendre son temps et de profiter du temps qui passe.

chez le tatoueur

Apporter de quoi se distraire chez le tatoueur peut vous aider à affronter la douleur.

Le tatouage vieillira différemment en fonction de sa couleur, sa zone, votre style de vie et le savoir-faire du tatoueur.

Quelles zones choisir pour un tatouage homme ?

La zone, parlons-en. En tant quʼhomme ou en passe de le devenir, il y a certaines zones à favoriser et dʼautres à particulièrement éviter.

Les endroits à éviter

On déconseille fortement le cou et le visage, rien que par rapport à votre recherche dʼemploi : cela peut être handicapant. Sʼil est gros, ça fait faux gangster. Sʼil est petit, on se demande encore pourquoi vous avez voulu vous faire tatouer si cʼest pour inscrire un mot anglais ou un prénom. Pas subtil et un peu « kéké ».

tatouage panthere

Oui, la panthère noire dans le cou est déconseillée.

Trop souvent attribuées à la gent féminine, nous imaginons également mal quel tatouage serait vraiment intéressant sur le bas du dos, le poignet et la cheville.

Peu de place pour vraiment exploiter les possibilités dʼun tatouage. Encore une fois, si vous envisagez cet emplacement, demandez-vous si vous êtes prêt à en faire un.

Les zones à favoriser

Manchette (bras complet), avant-bras, haut du bras, dos, flancs : les zones clés de lʼanatomie masculine. Les possibilités sont nombreuses, intéressantes et vous serez tout à fait dans lʼesprit dʼun tatoué.

Ne cherchez pas la demi-mesure. Vous voulez exprimer votre personnalité, raconter une histoire. Alors pas besoin des petits symboles derrière lʼoreille : faites une manchette japonaise, une poitrine réaliste ou un lettrage sur le haut du dos. Le tatouage sur un homme nʼest pas un jeu, cʼest un art.

Les zones délicates

Mollets, mains et poitrine à envisager en cas de vrai projet artistique. Elles sont trop souvent choisies pour coller un gros mahori / tribal, un lettrage arabe, etc. Vous aurez surtout lʼair dʼun chanteur en mal de reconnaissance.

Intégrez ces zones dans un tatouage plus grand ou si vous avez déjà une bonne partie du corps tatoué.

tatouage homme main fleurs

Ici, le tatouage sur la main est dans la continuité de celui sur le bras.

Comment entretenir son tatouage ?

Très important, cʼest ce qui donnera son premier souffle à votre tatouage. La période de cicatrisation peut sʼavérer catastrophique chez certaines personnes. Il est donc primordial de ne pas faire nʼimporte quoi.

Un tatouage sʼentretient un minimum, cʼest un acte qui fait plus de mal que de bien à la peau. Après vous êtes fait encrer, vous aurez la sensation dʼêtre un peu irrité et gonflé. Cʼest tout à fait normal, la peau va peler un petit peu par la suite. Après deux à trois heures, il faudra laver et nettoyer toute la zone tatouée, en tamponnant et non pas en frottant (surtout pas).

Appliquez de la pommade, de la vaseline ou de lʼhuile dʼolive en cataplasme et mettez votre film médical (attention, pas de film alimentaire). Répétez lʼopération 3 fois par jour, nʼoubliez surtout pas ça avant de vous coucher.

Même chose le lendemain. Dans la majeure partie des cas, vous nʼaurez plus besoin de pansement après 48h (parfois même après 12h voire 24h). Maintenant, il est possible dʼêtre encore gêné : dans ce cas, faites comme les deux jours précédents.

Nʼexposez JAMAIS votre tatouage au soleil les premières semaines.

soleil

Éloignez votre tatouage du soleil les premiers temps, il retardera la cicatrisation.

Ne grattez pas les croûtes, sinon certaines retouches ne seront malheureusement pas possibles, et vous pouvez même avoir des trous dans votre tatouage. Pas de baignade durant la première dizaine de jours. Une hydratation au maximum durant les 10 premiers jours.

Globalement, après 7-10 jours, votre peau aura repris presque totalement son aspect initial et vous nʼaurez plus que quelques petites rougeurs qui sʼestomperont très vite.

Nʼoubliez jamais que plus votre tatoueur est bon et sait piquer, mieux votre tatouage vieillira et sʼembellira.

Une bonne idée serait donc de travailler le fond du dessin dans son ensemble - par exemple avec un graphiste - mais de laisser le champ libre à votre tatoueur sur une majorité de la forme, qui y ajoutera quelque chose de « racé » et de caractéristique.

Les tatouages ratés

Les erreurs sont fréquentes, pas besoin de chercher bien longtemps. Il suffit de jeter un œil en se baladant dans la rue. Le signe chinois sur les poignets, lʼénorme tribal choisi sur catalogue sur le biceps, le lettrage dans un anglais douteux sur le haut du torse, le dragon « cheap » qui remonte jusquʼaux mollets.

tatouage rate

Attention à ne pas arborer un tatouage de dyslexique sur tout le bras...

Vous lʼaurez compris, même sʼil nʼest pas nécessaire dʼavoir une « réflexion » intense et dʼy aller progressivement, essayez de partir sur du solide et de ne pas vous faire tatouer juste pour la hype.

Les tatouages humoristiques sont dʼun goût douteux et ne feront rire que vos amis (dédicace aux tatouages Homer Simpson). Libre à vous de lʼassumer ensuite à la plage.

Comment intégrer un tatouage à un look homme ?

Un tatouage est un véritable plus quand il est totalement assumé, il faut être conscient quʼil deviendra votre peau à part entière.

Partant du principe que votre tatouage est une extension de vous, une partie  et un reflet de vous, au même titre que votre style... vous comprenez donc rapidement que les deux conjugués font un cocktail unique. Si vous êtes raccord, vous allez vraiment dégager un charisme étonnant. Pour peu que votre tatouage soit visible.

nick wooster tatouage street style

Les manches retroussées laissent voir les tatouages, de couleurs vives dans une tenue aux nuances sombres. Ils viennent clairement rehausser l'ensemble et font même partie intégrante du look.

Vous pourrez porter un tank Monoprix, un jean délavé avec des bottines noires un peu abîmées. Si votre tatouage est une manchette qui « vous » ressemble, votre style sera sublimé. Votre tatouage sera la pièce forte de votre tenue.

lookbook tagliatore 2

Un tatouage peut ajouter un peu de folie dans vos tenues formelles par exemple. Évitez quand même de retrousser vos manches en comité de direction, sauf si le contexte et les codes du bureau vous le permettent. (Photo de Ricky Hall pour Tagliatore).

Laisser un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci Florian ton commentaire, ainsi que pour ta contribution ! 🙂

  • Yaya

    Merci d’avoir pris le temps de me répondre. Il y a et il y aura toujours des différences de points de vu. 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Yaya !

    Merci d’avoir partagé ton avis !

    Je ne peux pas me permettre de te répondre très en profondeur, d’une part parce que ton retour est très (très long), et d’une autre parce que je n’ai simplement pas l’expérience nécessaire sur le sujet pour le pousser aussi loin.

    Pour ma part je n’ai pas de tatouage et je ne suis pas particulièrement cultivé sur le sujet. Prends note également que cet article dates d’il y a quelques années (la date de publication se met à jour en cas de correction d’une faute ou de modification par exemple, et que Vianney l’a écrit en tant que contributeur, c’est à dire avec sa propre approche, sans forcément qu’il y ait une conformation à notre ligne éditoriale. (Chose que nous faisons pour diversifier les points de vue)

    Mais je vais tâcher de le faire point par point :

    1) C’est vrai, mais il faut être prêt à l’assumer je pense. Et ça n’est pas donné à n’importe qui de se dire « j’ai Bob l’éponge sur le mollet, parce que j’aime bien Bob l’éponge, et que je m’en fous »

    2) Je crois que t’attardes trop sur l’exemple choisi, et pas assez sur le principe : ne pas se tatouer quelque chose qui n’a absolument aucun sens pour soi-même, juste parce que c’est « cool ». Et tu dis toi même que tu es le premier à critiquer. Tu décides de le garder pour toi, mais il nous paraissait important de mettre en garde les gens là dessus 🙂

    3) Je suis d’accord avec ce que tu dis sur le fait de se sentir à l’aise, mais on s’écarte du propos : essayer de chercher à être quelqu’un d’autre que qui l’on est un tatouage, c’est une mauvaise idée.

    Pour l’autre partie, je pense que c’est toi qui saisis mal le mot : par « esthétique », on parle de recherche artistique, visuelle, créative. Il ne faut pas amalgamer esthétisme et frivolité. J’ai aussi l’impression que tu es persuadé que parce que cet article a été publié sur un site de mode masculine il encourage forcément à suivre les tendances… Ce qui n’est pas le cas. C’est d’ailleurs une approche que tu ne retrouveras pas dans nos contenus sur le vêtement non plus.

    4) Oui, je ne vois rien à redire à ça ! (Mais l’article non plus il me semble)

    5) C’est peut-être quand même mieux que de venir en ne disant « je n’ai aucune idée de ce que je veux », non ? L’ami graphiste aura peut-être au moins l’avantage de pouvoir t’aider à concrétiser une pensée, pour peu que tu n’aies pas les qualités d’illustrateur pour le faire (Moi par exemple, je serais bien embêté si je devais me baser uniquement sur mes dessins du niveau d’un enfant de douze ans, ou sur ce que je peux voir sur le web.)

    6) Merci pour l’info ! Mais mets toi dans la peau d’un débutant, imagine qu’il ne soit pas capable de dire non ? Moi je peux comprendre le conseil de Vianney, pour un premier tatouage du moins.

    7) Je pense que tu prêtes des intentions à l’article qui ne sont pas là : il n’y a pas de critique dans cette phrase, et on est d’accord avec toi, un tatoueur talentueux avec beaucoup d’expérience a le droit de faire ses choix, et c’est normal si c’est aussi vis à vis du gain financier.

    8) D’accord !

    9) Il y a l’ouverture d’esprit, et la réalité des perceptions de la société (dont tu es libre de te ficher complètement, mais c’est bien d’être au courant). Même si les temps changent, il reste toujours certaines zones qui seront considérées comme « trop ». Et Vianney le dit bien comme une mise en garde (quoi qu’avec une petite pique, je te l’accorde).

    10) Oui je suis assez d’accord (même si encore une fois, tu as l’air vraiment de prêter de fausses intentions à l’article)

    11) Merci pour la contribution, là je ne commente pas car c’est purement technique / médical, et je n’ai pas de réponse à apporter 🙂 Si ce que tu dis est vrai, alors merci pour la mise en garde !

    12) Non. Et là pour le coup je peux me permettre de te dire que tu as tort, et que c’est toi qui est dans le jugement ^^

  • Yaya

    Je cherchais des articles sur la mode masculine, je suis tombé sur votre site et cet article a attiré ma curiosité. Clairement chacun son domaine, je pense que vous auriez mieux fait de ne pas aborder le tatouage. On voit ici clairement une absence de culture et de connaissance sur le tatouage et son environnement. Un tatouage permanent n’est pas et ne sera jamais un accessoire de mode c’est pourquoi votre article est très dangereux.
    On parle d’un tatouage PERMANENT pouvant être onéreux et douloureux. Donc Vianney qui apporte une réponse c’est un peu comme si je demandais à un vendeur IKEA comment fabriquer un meuble en chêne.
    Donc la réponse à « comment choisir un tatouage » est plus complexe. Déjà il faut avoir une vague idée de ce qu’on veut, et surtout ne pas se dire « je veux me tatouer mais je sais pas quoi faire ». Puis pour construire votre projet plus précisément renseignez vous auprès des professionnels et des gens tatoués et passionnés. Pour ne serait ce que regarder vous avez les réseaux sociaux ensuite pour en discuter allez dans un shop ou mieux aux conventions de tatouage.

    Pour revenir sur l’article il y a des choses vraies mais je trouve qu’il y a énormément d’absurdités :

    1. On a le droit de se faire un tatouage qui a une histoire « ridicule » derrière. Beaucoup de très bons tatoueurs ont des petits tatouages en référence à des anecdotes farfelues. Ou même, c’est un cas bien particulier, se faire un tatouage par un artiste qu’on adule comme on achèterait la toile d’un grand artiste. C’est une histoire aussi, qui sommes nous pour la juger.

    2. Je ne vois pas en quoi un tatouage chicano est ridicule, ce qui est ridicule c’est d’écrire un article en parlant d’un art aussi ouvert et profond que le tatouage avec une ouverture d’esprit aussi mince. Un tatouage est difficilement jugeable sans connaître l’histoire derrière même si j’admet être le premier à critiquer les tatouages tribal autour du biceps, les diamants sur les doigts, les signes infinis, etc. Mais je le garde pour moi.

    3. Bien-sûr qu’il ne faut pas faire un tatouage car ça rend plus viril ou pour aller à la plage ou pour être regardé. Mais un tatouage qui a été fait pour exprimer quelque chose peut aussi aider une personne à se sentir plus à l’aise avec son corps.
    Il y a toute fois une contradiction dans les propos tenus lorsque Vianney dit qu’on ne fait pas un tatouage pour l’apparence et qu’il dit « Le tatouage simplement « esthétique » nʼa pas le même objectif que ce dont nous parlons ; il ne nécessite pas une réflexion approfondie dès lors que vous cherchez avant tout à « décorer » une partie de votre corps selon vos goûts. ». Le tatouage esthétique est à proscrire car dans ce cas cela veut dire qu’on fait ça pour répondre à une mode et on finit toujours par s’en lasser. Combien de personnes qui ont des étoiles et des tribals font des covers parce qu’ils ne les trouvent plus à leur goût.

    4. Pour l’inspiration il n’y a aucune limite. C’est votre imagination. Il ne faut surtout pas forcer les choses, à regarder tout autour de soit en se disant « ça je peux le tatouer, ça aussi, ça aussi ». Après dans la pratique la limite du tatouage sera imposée par le tatoueur qui vous dira ce qui est faisable et ce qui ne l’est pas. Si un tatoueur vous dit non ce n’est pas par sadisme c’est dans votre intérêt et le sien d’avoir un résultat esthétiquement beau.

    5. La pire chose à faire est bien de venir chez un tatoueur avec un dessin en disant « un pote graphiste m’a fait un croquis c’est ça que je veux ». Déjà le pote graphiste ne connaît rien aux tatouages et les contraintes techniques que ça implique. Et puis les tatoueurs sont des artistes qui expriment leur style et leur technique quand ils tatouent. Donc le mieux est d’aller au shop que vous avez repéré avec des illustrations de ce que vous voulez et d’en discuter avec le tatoueur pour construire un projet cohérent qui vous plait à vous mais également au tatoueur, le résultat n’en sera que meilleur.

    6. Beaucoup de tatoueurs présentent le dessin le jour du tatouage ou alors font payer le dessin car un dessin demande pas mal de travail. Certains font même sans dessin, ils dessinent au feutre à main levé sur votre corps, ça fait parti de la construction du projet, vous aurez le droit de dire que vous n’aimez pas. Je peux comprendre que ça fasse peur mais n’hésitez pas à en parler au tatoueur et si il ne veut pas faire d’effort changez de shop, à ne pas oublier que sans laisser de libertés au tatoueur vous aurez un résultat esthétiquement moins bon qu’un tatouage où l’artiste s’est fait plaisir et y a mis sa touche.

    7. Dire que les tatoueurs les plus prisés ne prennent que les projets qui leur rapportent est faux. Et c’est pas hyper sympa non plus. Mais des tatoueurs qui ont 20-30ans de métier ont envie de nouveauté dans leur travail alors ils sélectionnent les tatouages car justement ils veulent faire des nouvelles choses et des choses qui leur plaisent. Pour ce qui est du prix des fois cela revient au même prix qu’un tatoueur lambda car ils tatouent assez vite. Après certains demandent 1000€ de l’heure, c’est un choix, si il y a des clients pourquoi s’en priver…

    8. Pour les styles de tatouages mieux vaut inviter les personnes à ouvrir des bouquins spécialisés. Et Vianney je vous invite à faire de même car vous tombez vite dans les raccourcis et les clichés.

    9. Les seules zones du corps à éviter de tatouer sont l’intérieur des mains, les dessous de pied et les muqueuses mais c’est toutefois faisable, à vos risques et périls. Après le reste c’est une question de goûts et d’envies. Vianney encore une fois ferme son esprit, c’est dans sa vision des choses que les tatouages au bas du dos, au poignet et à la cheville sont attribués aux femmes, des hommes peuvent aussi en avoir. Le tout et d’aimer et d’assumer le tatouage qu’on fait.

    10. « Les zones à favoriser » « Les zones délicates » : là Vianney met les deux pieds dans le cliché et le jugement. Certaines personnes n’aiment pas les grosses pièces comme d’autres n’aiment pas la couleur. Chacun ses goûts, le tatouage est une expression de ses envies et de sa personnalité. Il aurait été plus pertinent de parler des zones plus simples à tatouer autant pour le tatoué que pour les tatoueur et de celles plus délicates et sensibles. Car cela influence la douleur, le prix et le choix.

    11. La sensation d’après tatouage va dépendre de chacun, de la taille du tatouage, de la durée de la session. Pour la cuisse par exemple, on peut se retrouver avec un membre qui a doublé de volume en réaction à cette agression cutanée. Il va aussi falloir adapter l’entretien en fonction de cela. Car la peau qui pèle « un petit peu » peut être une mue pour d’autres. le mieux est encore une fois de ne pas écouter Vianney mais votre tatoueur qui verra comment vous réagissez. Surtout ne mettez pas d’huile d’olive!!! Là je suis vulgaire mais c’est de l’idiotie. Les produits sont : pommade hydratante des plus simple possible (bepanthen ou produit spécialisé tattoo/pas de vaseline qui empêche la peau de suinter et respirer), savon pH neutre sans parfum, film plastique (jamais entendu parlé de film médical et toujours vu du film alimentaire dans les shop).

    12. Associer un tatouage à une tenue. C’est absurde, il n’y a rien d’autre à dire. Encore une fois c’est en contradiction avec les propos de Vianney. Ce chapitre incite le tatouage pour le style, pour le look et le pseudo charisme que cela apporte.

    En tout cas je partagerai de bon cœur cet article pour en rire. Internet permet à tout le monde de s’exprimer mais parfois il est préférable de s’abstenir.

  • Luca – BonneGueule.fr

    Malheureusement pas dans l’équipe. Peut-être qu’un lecteur pourra te conseiller 🙂

  • Anthony Scheydecker

    Bonjour, j’aimerai savoir si vous connaissez des bonnes adresses de tatoueurs dans la région grenobloise.
    Merci d’avance

  • Seb

    Merci ! 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Geoffrey me dit « Florence Amblard » 🙂

  • Seb

    Merci 😉 il y aurait moyen de savoir de quel salon il s’agit ? Pour avoir une bonne adresse et que je sois sûr que la tatoueur gère

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Seb !

    Je dirais qu’il est plutôt dans un genre géométrique / graphique le sien 🙂

  • Seb

    Salut,
    j’aimerais savoir comment s’appelle le style du tatouage que Geoffrey a sur l’avant bras droit svp ?
    Je n’arrive pas a trouver de quel genre il s’agit.
    Merci d’avance

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Max !

    A vrai dire non, c’est une image que nous avons trouvée sur le web et que nous avons prise comme illustration 🙂

  • Max

    Bonjour,

    Merci pour cet article très intéressant. Pouvez-vous me dire quel tatoueur a réalisé le tatouage « réaliste » qui représente le portrait d’une jeune femme bonde ?

    Merci beaucoup

  • BastienBarlier

    Bah généralement ça se voit vite de toute façon, les personnes méprisant leur style méprisent aussi l’apparence de leur tatouage, c’est presque toujours des trucs vus et revus ou carrément kitschs comme un dragon dans le dos, le signe infini, des phrases ridicules avec une morale philosophique à deux balles en anglais…

    Bien évidemment ça ne regarde qu’eux et c’est avant tout mon avis bien sûr mais je trouve ça dommage de succomber à un effet de mode en se faisant un seul petit tatouage discret et sans intérêt, sans signification.

    Je n’estime pas que ma vision des tatouages est superficielle par contre, la preuve je n’en fais pas et je ne compte pas en faire, j’apprécie cet art mais je me connais trop, j’ai tendance à être très impulsif quand il s’agit de m’exprimer artistiquement du coup je m’abstiens.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Philippe !

    Merci beaucoup pour ton retour 🙂

  • merci Philippe ! un peu de mesure ça fait du bien 😉

  • Philippe

    Merci pour cet article. Pas évident de balayer ce sujet en quelques lignes, alors je pense qu’il ne faut pas reprocher grand chose à la rigueur du post : c’est de la vulgarisation et ça a le mérite que certains, sans connaissance aucune sur le sujet, puissent y puiser quelques infos et inspirations et en profiter. J’ai connu ça il y’a 1 an : des sessions sur le web interminables avant de tomber sur supakitch, un style qui m’a immédiatement fait stopper mes recherches. Si vous voulez quelques idées dans le style assez minimal et très précis. Philippe

  • Robin A.

    Je comprends ce que tu dis, mais je ne trouve pas ça pertinent pour autant. Je ne vois pas en quoi la pratique du tatouage doit être lié à une « dégaine convaincante », pas plus qu’en quoi une personne charismatique ou un artiste renforcera sa « position » en étant tatoué.

    Avant d’être un accessoire de mode, le tatouage est un art associé à des cultures riches et diverses (et ne pas être un « natif » de l’une de ces cultures n’empêche pas de s’y intéresser ou d’y être sensible). Après si certains voient le tatouage comme un « gimmick » pour renforcer leurs personnages et agrémenter leurs tenues, ma foi ça ne regarde qu’eux, mais c’est un peu dommage de ne pas s’impregner un peu plus de la culture entourant cette pratique.

    Donc non, malgré tes explications, je trouve que ta vision du tatouage est tronquée et superficielle.

  • BastienBarlier

    Pas de snobisme à l’horizon, juste un peu de logique haha :).

    Il faut vivre avec sa culture avant tout et ne pas devenir un cliché ambulant même si c’est vrai que mon commentaire peut prêter à confusion selon son interprétation et peut laisser croire que je suis un type qui colle des barrières à tout.

    Ensuite pour les personnes portant le tatouage, j’entends par là qu’un type sans passions artistiques et avec une dégaine peu convaincante donnera l’impression d’être déguisé alors qu’un artiste ou un leader né renforceront encore plus leur position, tu me comprends 😉 ?

  • BastienBarlier

    Oui voilà je ne voulais surtout pas créer un élitisme à propos des tatouages Sam 🙂 !

    Mais juste dire qu’à mon sens les tatouages ont plus de significations sur des artistes créatifs et sur des types charismatiques que sur un type insipide qui fera tâche avec son encre sur tout le bras.

    En plus je trouve que compléter son style avec des tatouages est certes sublime mais c’est un exercice complexe.

  • Damien

    On ne saurait mieux dire!

  • Robin A.

    J’ai bien compris la visée de l’article, et ce n’est pas cet article qui m’a un peu hérissé, mais le commentaire de Bastien.

    Cet article présente des points de vues que je partage, d’autres non, mais n’est jamais « véhément ». En revanche, j’ai trouvé le commentaire très abrupt, catégorique, c’est pourquoi j’ai souhaité y répondre.

  • Benoit – BonneGueule

    C’est fort possible !

  • Benoit – BonneGueule

    Je pense que Vianney voulait dire par là qu’il respecte beaucoup les tatouages maori et qu’il veut que chacun qui réfléchit à ce type de tatouage le fasse en sachant vraiment ce qu’il se fait tatouer, et pas uniquement « parce que ça fait beau ».
    Mais encore une fois, c’est UN point de vue qui est exprimé ici, et je n’ai aucun problème avec le fait que certains ont des points de vue différents 🙂

    Pour le premier paragraphe, j’en ai déjà parlé dans d’autres commentaires :
     » Vianney dit aussi ça : « Cʼest un acte dʼexpression (de goûts, philosophies, messages, passions ou pensées), et ça ne devrait être rien dʼautre. »
    Ce que Vianney veut dire, c’est que le tatouage est réservé à ceux qui ont une vraie envie de créer quelque chose, pas à ceux qui en veulent un par un effet de mode, peu importe le dessins 😉 »

  • Benoit – BonneGueule

    Comme je l’ai répondu dans un précédent commentaire :
     » Vianney dit aussi ça : « Cʼest un acte dʼexpression (de goûts, philosophies, messages, passions ou pensées), et ça ne devrait être rien dʼautre. »
    Ce que Vianney veut dire, c’est que le tatouage est réservé à ceux qui ont une vraie envie de créer quelque chose, pas à ceux qui en veulent un par un effet de mode, peu importe le dessins 😉 « 

  • Benoit – BonneGueule

    Comme je l’avais répondu dans un précédent commentaire :
     » Vianney dit aussi ça : « Cʼest un acte dʼexpression (de goûts, philosophies, messages, passions ou pensées), et ça ne devrait être rien dʼautre. »
    Ce que Vianney veut dire, c’est que le tatouage est réservé à ceux qui ont une vraie envie de créer quelque chose, pas à ceux qui en veulent un par un effet de mode, peu importe le dessins 😉 »

  • Benoit – BonneGueule

    Encore une fois, l’article exprime UN point de vue qui déconseille quelque chose, mais on n’est pas des ayatollahs, on n’interdit rien à personne 😉

  • Benoit – BonneGueule

    Merci pour la remarque ! J’ai édité l’article dans ton sens 😉

  • Benoit – BonneGueule

    Super commentaire, merci beaucoup ! Le tatouage polynésien est, comme tu dis, assez méconnu, et ton commentaire apporte un éclairage très intéressant 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Ahah tape « rolex tatoo » dans google images, tu vas bien rigoler ! Mais je pense que Vianney voulait dire qu’un tatouage doit avoir un vrai sens, et pas juste être là par effet de mode 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Oui, tout à fait !

  • Benoit – BonneGueule

    Vianney dit aussi ça : « Cʼest un acte dʼexpression (de goûts, philosophies, messages, passions ou pensées), et ça ne devrait être rien dʼautre. »
    Ce que Vianney veut dire, c’est que le tatouage est réservé à ceux qui ont une vraie envie de créer quelque chose, pas à ceux qui en veulent un par un effet de mode, peu importe le dessins 😉

  • Sam M.

    « Les tatouages sont réservés aux personnes charismatiques/artistes/créatifs », oui oui bien sûr et c’est à leurs tatouages qu’on les reconnait … Je crois qu’une une seconde lecture de l’article s’impose pour toi.

  • Tom

    Pour ce qui est des tatouages intégrés à des looks, j’ai bien aimé ce qu’a fait Berluti pour son dernier défilé avec les tatouages temporaires des mannequins en accord avec les inspirations de la collection. C’est vraiment un plus pour aller plus long que le vêtement et entrer dans un monde, une dimension particulière.

  • Moscow Mule

    Je découvre et j’épluche les billets ce blog avec de plus en plus d’intérêt jour après jour. Le pire c’est que je n’en ai rien à cirer au fond de moi, étant une fille XD
    Est-ce que Vianney est prévu de passer en interview streetstyle?! (groupie)

  • Lucie Chen

    C’est dommage de réserver un moyen d’expression qu’à ceux qui sauront le sublimer au biais du talent artistique 🙁 C’est un peu comme si on ne réservait l’écriture qu’aux poètes ou la parole qu’aux grands orateurs. (surtout que les tatouages « ratés »: on se tape de ces barres… XD)

  • Boisgerault François

    Je pense au contraire qu’une personne charismatique n’aura pas besoin de faire un tatouage.
    C’est dans la même veine que les hipsters voulant prouver leur virilité avec de la barbe alors qu’ils sont incapable d’aborder une fille en soirée.

  • rlmrouge

    Bonjour Vianney,

    je vis en Polynésie depuis quelques années et je pense que tu sous estime l’art polynésien du tatouage. Ici se faire tatouer en tant que polynésien c’est une part intégrante de leur culture, avec des pièces généralement assez larges et recouvrant une grande surface.

    Néanmoins les artistes tatoueurs polynésiens réalisent également des dessins plus petits et plus « décoratifs ». Bien souvent les motifs sont basés sur un élément de la culture polynésienne (un tiki, une raie manta, un hameçon, une rame de pirogue,…) puis le tatoueur brode autour de ce motif en ajoutant des frises ou d’autres symboles qui sont souvent associés a des valeurs que le client a souhaité représenter.

    Ces tatouages varient du simple et discret au magnifique et sont vraiment incontournables pour quiconque passe en Polynésie. Je sais qu’il existe des tatoueur polynésiens en métropole eu je ne saurai que trop conseiller a tous ceux qui envisagent de se faire tatouer d’aller voir ce qu’ils proposent sans crainte de tomber dans le tribal ou le Maori.

  • Erwan

    Oui ! Un article Bonne Gueule où je me sens à l’aise pour commenter ! Malheureusement ce n’est pas que pour dire du bien :

    Premier truc : Erreur !! Ne mettez jamais AU GRAND JAMAIS de film alimentaire sur le tattoo ! Ça ne respire pas. Il faut plutôt privilégier du simple sopalin que du film (pour info dans les émissions de tatouage c’est du film médical qu’ils utilisent, et non alimentaire) ou alors si possible laisser le tatouage à l’air libre. Mais ça pendant deux semaines c’est tendu.

    Sinon, il y a un truc avec lequel je ne suis pas totalement d’accord. Certains tatoueurs (y compris certains tatoués comme moi) le prendrons mal que tu passes toute ta séance sur ton bouquin ou ton téléphone. C’est un manque de respect que de ne pas t’intéresser à la façon dont est réalisé ton tatouage. C’est également un moment d’échange (que le tatoueur discute ou non, tu lui échanges de l’argent contre de l’encre). Dans un sens, une séance permet de prendre son temps et de profiter du temps qui passe

    Et puis, la faible douleur ne fait-elle pas partie de la démarche ?

  • Corriel

    C’est cocasse parce que tu réponds un peu au profil que Vianney décrie en remarquant que c’est réservé aux personnes charismatiques ou artistes. Non ce n’est pas que pour eux, et oui tu peux mûrir une sensibilité au tatouage quelle que soit ton origine.
    Agir sous l’impulsion je suis pas fan non plus, mais un tatouage qui colle à une personnalité, ça ajoutera toujours du positif.

  • Leopold

    « On déconseille fortement le cou et le visage »
    C’est sûr !

    Et pourtant, ça va si bien à certains ! Ici Matthew McNulty, dans Misfits.

  • Robin A.

    Prétendre qu’un tatouage maori est réservé aux océaniens est aussi idiot que de considérer que le style japonais ne doit être porté que par des japonais, ou que le old school américain par des américains. Les différents mouvements dans le tatouage ont tous leur style, leur histoire et leurs significations particulières, et chacun est libre de s’intéresser ou d’être attiré par un type de tatouage en particulier.

    Quant au premier paragraphe, veux-tu dire par là qu’une personne pas spécialement « charismatique » (terme à définir, au demeurant) et qui n’est pas artiste-peinte-plasticien, mais qui est passionné par le tatouage devrait s’abstenir de se faire tatouer ?

    Bref, je trouve ce commentaire assez snob, et ne reflétant pas une grande connaissance des cultures du tatouage.

  • Gui le poulpe

    j’admets que le coté complément de tenu ne m’étaie jamais venu a l’esprit.

    Cela me fera un point a creuser en plus de tout ce qui me reste a lire sur le site.

    Overthink je te sens approcher ^^

  • BastienBarlier

    Article très intéressant Vianney 🙂 !

    Pour ma part j’estime que les tatouages sont réservés aux personnes charismatiques ou aux artistes créatifs, j’entends par là que je trouve ridicule de se faire un seul et unique tatouage insipide sur une impulsion quand on a pas particulièrement de sensibilité artistique et de passions artistiques…

    En tout cas je pense exactement la même chose que toi pour les tatouages maoris haha, toujours ridicule au possible de voir ça sur des types tout pâles et aux traits purement caucasiens alors que ça ne colle qu’aux océaniens et que c’est lié à une culture.