Dossier : C’est quoi un bureau de tendances ? Interview chez Nelly Rodi

16

Comme beaucoup d'entre nous, vous essayez tant bien que mal de vous y retrouver au milieu de toutes les tendances du moment... Mais vous êtes-vous déjà demandé comment elles sont définies ? Qui en est à l'origine ?

Si oui, vous êtes au bon endroit, nous allons tout vous révéler ici et maintenant !

rédactrice en chef Vogue Anna Wintour américain mode lunettes de soleil

Car non, ce n'est pas Anna Wintour qui décide de tout, malgré son statut d'indétrônable "papesse de la mode" !

Les agences de prospective, ou bureaux de tendances

Ce sont à des agences spécialisées que cette lourde tâche est dévolue. On les appelle agences de prospective, ou encore bureaux de tendances. Tout ce petit monde est chargé de définir les tendances que vous allez retrouver partout : sur le net, dans les magazines, et surtout dans les magasins !

Leur job est d'analyser les tendances actuelles afin d'anticiper et de déterminer les prochaines ; dans différents secteurs toujours liés au design : mode évidemment mais aussi décoration intérieure, art-de-vivre, beauté...

De façon plus imagée, ils jouent le rôle de "prophètes" pour leurs clients. En effet, lorsque vous découvrez les "nouvelles tendances", elles ont été captées, pensées et conceptualisées par ces agences 2 à 3 ans auparavant.

Ceux qui y travaillent sont de véritables « chasseurs d'idées », des visionnaires toujours à l'affût au quotidien. Ils font preuve d'une réelle expertise dans leurs domaines : création, communication, marketing... Des profils très diversifiés existent au sein de ces agences, ce qui fait la richesse et légitimité de celles-ci.

Pour illustrer ce sujet, Rafik et moi, nous avons eu la chance de nous rendre dans les jolis bureaux de chez Nelly Rodi, afin d'interviewer Alexandra et Nolwenn.

Interview Vidéo Alexandra Jubé - Responsable Insight & Digital

Dans cette vidéo, vous allez comprendre :

  • ce qu'est une agence de prospective, un bureau de tendances,
  • en quoi consiste l'activité de conseil stratégique,
  • qui est l'agence Nelly Rodi et quelle a été son évolution.

Le conseil stratégique et les cahiers de tendances

Concrètement, lorsque les créateurs sont dans les starting-blocks de leurs collections, ils contactent ces cabinets de style afin de savoir vers quoi s'orienter : cela consiste, pour les agences, à une activité dite de« conseil stratégique ».

Pour ce faire, les bureaux de tendances élaborent des cahiers de tendances.

Véritables guides stylistiques et d'inspirations, ils orientent les professionnels dans leurs décisions en leur apportant des pistes créatives. Ces documents de plusieurs pages sont élaborés de façon très pointue et détaillée, rien n'est laissé au hasard : ils décryptent les couleurs, matières, mouvements, motifs...

Le coût d'un cahier de tendances est d'environ de 2000€ ; ce sont donc essentiellement les grandes Maisons ou grands groupes qui peuvent se permettre de faire appel aux services de tels bureaux de style.

Nelly Rodi ne peut communiquer sur ses clients pour des raisons de confidentialité, mais nous savons qu'ils sont très prestigieux !

Interview Vidéo Nolwenn Le Haguez - Responsable Style & Mode (Homme et Femme) 

Dans cette vidéo, vous allez découvrir :

  • les grandes tendances du moment en mode masculine,
  • quelles sont les pièces emblématiques à porter,
  • quels sont les motifs et les couleurs de cet hiver.

Note de Benoit : si vous lisez BonneGueule depuis un moment, vous ne serez pas dépaysé avec certains concepts... 😉

Encore merci à l'agence Nelly Rodi d'avoir accepté de nous recevoir, et à Alexandra et Nolwenn pour leur gentillesse et le temps qu'elles nous ont accordé !

nelly rodi intérieur bureaux tendances office

Pour en savoir plus, retrouvez toute l'actualité de l'agence sur leur blog.

Constance Epaillard A propos Constance Epaillard

J'ai appris la mode masculine grâce à mes diverses expériences en Communication, Retail et E-Commerce.
Passionnée de street food, je vois ma vie différemment depuis que j'ai visité Rome.
Sinon, je suis mannequin cheveux lors de mon temps libre. Oui, ça existe.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Louis

    Très bon article. Cependant je me pose la question de leur influence sur la création elle même. Pour moi leur rôle est plus en aval de la création pure et fait le lien avec les enseignes qui doivent mettre à disposition de leur clients la mode dans une interprétation plus abordable niveau portabilité et prix. Le problème c’est que leur prescriptions vont inonder les ateliers, les rayonnages et laisser peu de choix au consommateur à la recherche d’un style plus personnel et moins suiviste. Point qui me fait sourire, ce sont les références aux modes passées. Les jeans délavés et troués qui fleurissent un peu partout en ce moment et les « gros carreaux bûcherons » on les voyait déjà en 1991 quand le grunge a débarqué. On tourne un peu en rond en fait. La tendance est plus un fait de business (il faut inciter au renouvellement) plus que de création.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Chris !

    Merci pour ton commentaire 🙂

  • baboochka

    Oui c’est vrai j’étais peut être un peu trop incisif dans ma réponse merci de cet éclairage 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Baboochka !

    En fait il faudrait plutôt le voir comme un « conseil éclairé » pour lequel les marques payent que comme une demande d’instructions littérales.

    Recevoir de l’aide sur le décryptage des tendances n’empêche pas les créateurs d’avoir leur propre patte (ou même pourquoi pas d’aller volontairement à contre courant !). Ca permet juste de mieux savoir où et comment se situer vis à vis de ce qui se fait au moment du processus d’élaboration d’une collection 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Tada !

    Je comprends ta remarque sur la langue mais il faut savoir que certains concepts sont plus fréquemment exprimés dans une langue plutôt qu’une autre, et qu’il est du coup plus naturel d’en faire de même ! (Et puis tu vois, tu as pu écrire les concepts employés, c’est donc que tu les comprends 😉 )

    Pour les marques, il y en a qui ont leur propres employés pour s’en occuper, mais aujourd’hui c’est de plus en plus fréquent pour les entreprises de confier ce travail là à des experts externes plutôt que de devoir réunir un maximum de compétences (et d’employés, du coup) chez eux 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Gouhouf !

    Content que ça t’aie plu, et merci pour ce retour.

  • Gouhouf

    Coucou,

    Moi, j’aime beaucoup les petits reportages comme ça. J’encourage. C’est vrai que c’est court, mais c’est efficace, ça fait rencontrer des gens, voir des métiers. Accessoirement, c’est très bien monté, très propre. Et Alexandra Jubé joue parfaitement le jeu, je suppose qu’elle est parfaitement préparée à ce genre d’exercice. Après, certes, ça ne va pas au fond des choses, mais ça peut être le sujet d’un autre reportage, voire d’une mini-série, avec des interviews de marques qui travaillent avec ce type d’entreprise.

    Gouhouf

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Matthieu !

    On recommandait beaucoup Bexley par le passé, mais la qualité a baissé et on est plus sûrs de pouvoir le conseiller, même en entrée de gamme. :/

  • Benoit – BonneGueule

    Merci pour ce retour, on explore d’autres formats ! Mais quand on fait long, on nous dit que c’est trop long, et quand on fait plus court, on dit que c’est trop court. Pas évident de plaire à tous, mais on essaie 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Bonne question ! Mais finalement, je crois que justement le talent d’un créateur, c’est la manière dont il va jouer avec ces codes, en se les réappropriant ou non…

  • Benoit – BonneGueule

    Merci Abdelhamid pour ces mots chaleureux ! Effectivement, on a été contents de voir que l’analyse des tendances de Nelly Rodi pour cet hiver avait pas mal de choses en commun que certains de nos articles 😉
    Prescripteur de tendances, c’est un bien grand mot, comme tu le dis, on essaye juste d’apprendre de tout le monde pour en apprendre aux autres…

  • Abdelhamid Niati

    Excellent
    article qui s’inscrit parfaitement dans la mission « pédagogique » et
    « partage » propre à Bonne Gueule. Cet article s’inscrit également dans
    le made how ou devrais je dire le « think how » à savoir comment sont
    pensés nos tenues et nos vêtements. Le Kaki est un incontournable et j’en ai
    fait la remarque à propos du trench BG. Il en va de même pour le denim et
    l’outerwear (parka BG). Je me demande si Bonne Gueule ne serait pas
    prescripteur de tendances. Je suis certain d’un chose : vous maitrisez parfaitement
    votre sujet et apprenez de tout le monde. J’arrête les éloges pour
    « folder » l’oversize et vous félicite pour cet excellent article digne
    d’un joyau (je ne suis pas trop flatteur mais juste sincère).

  • Romain R

    Article très intéressant d’autant plus que les bureaux de style font partie de « l’envers du décor » plus que du devant de la scène mode. On voit que les choses semblent presque s’inverser : les créateurs imposaient par le podium un style, un tendance, une mode qui infiltrait par la suite les grandes chaines de prêt à porter, et la mode descendait dans la rue. Maintenant, il semble que les créateurs souhaitent davantage anticiper les envies du consommateur plus que de leur imposer une vision créative. Et en même temps, avec les dizaines de collections qu’on les oblige à pondre chaque année et la pression commerciale qu’on leur met, on imagine bien que les « fashion designers » ont plutôt intérêt à demander un peu d’aide et à brosser les consommateurs dans le sens du poil que de les bousculer. Et du coup, les bureaux de styles jouent un rôle d’influenceurs absolument crucial.
    Minute geek : Plus encore que Wintour, qui elle est avant tout une business womane, c’est à mon sens Suzy Menkes, véritable légende et mémoire de la mode depuis 50 ans qui est la vraie référence en ce qui concerne le style. Ses critiques ont un véritable impact et sont d’une qualité incroyable. Elle est d’ailleurs assez perplexe concernant les récentes mutations de la mode et en particulier de la fast fashion, et d’un luxe qui essaie de l’imiter à en perdre son âme. Mais ça, c’est une autre histoire 🙂

  • Benjamin Locher

    Très très intéressant !! Merci !

  • Benoit – BonneGueule

    Oui, c’est effectivement ce qu’elle préfère !

  • LpL

    Superbe article et interview. Les nouvelles tendances esquissées me plaisent beaucoup. Delaisser les chinos boudinés pour le pantalon de laine qui tombe impeccablement bien (le flanelle de BG par exemple !), j’attends ce moment depuis si longtemps. La texture plutot que l’impression, c’est le retour de la matière, la source intemporelle du vetement. Par contre l’oversize sous quelque forme qu’elle soit, je passe.
    Constance, aurais-tu un faible pour le champagne ?
    Laurent