Toutes les marques

La marque londonienne a été créée en 1989 et concerne l'homme uniquement. Il s'agit d'une marque de prêt-à-porter, de demi-mesure et de grande mesure.

Fondateur : Timothy Everest

Offre : Une garde-robe restreinte en prêt-à-porter composées de pulls, costumes, vestes, manteaux et pantalons.

Distribution : elle dispose d'un e-shop actif et bien présenté pour le prêt-à-porter ; est aussi présente sur The Rake. Pour l'offre en mesure, il faudra se rendre dans les boutiques, situées toutes deux à Londres.

Le site de la marque

Timothy Everest

Notre avis sur la marque Timothy Everest

Il faut savoir une chose :

Timothy Everest est un tailleur qui a appris le métier auprès de Tommy Nutter, figure légendaire du Savile Row des années 1970 et qui était perçu comme un excentrique tant il cassait les codes vestimentaires de l’époque. Et surtout dans cette Mecque conservatrice du costume qu’est Savile Row.

Bref, ça laisse une bonne idée de ce qu’il est possible de faire en grande-mesure et demi-mesure, probablement, chez Timothy Everest. Les tarifs ne sont pas indiqués sur le site mais en 2012,

il fallait compter 950£ minimum pour la demi-mesure et 2700£ pour la grande mesure.

On s’intéresse aujourd’hui surtout en prêt-à-porter de la marque.

Concernant le style, on sent bien sûr le socle sartorial sur lequel repose Timothy Everest. Mais il semble que le tailleur ait travaillé sa collection de PAP en assouplissant les épaules, les angles. Il s’agit là d’un soft tailoring de bon goût.

Les revers des vestes sont raisonnables dans leurs proportions et iront à la plupart des hommes. Et ainsi de suite. On trouve des détails classiques mais pas datés.

S’habiller chez Timothy Everest assure un vestiaire contemporain, qui ne déguise pas et met en valeur être ennuyeux.

Oui sans ennuyer car on y trouve

des matières japonaises, de manière assez étonnante pour une marque londonienne fondée sur l’amour de Savile Row, du Made in Japan et aussi, ce qui nous séduit beaucoup, des couleurs bien dosées qu’on trouve difficilement ailleurs.

Nous pensons particulièrement à de l’orange associé à un marron profond, ce qui donne une élégance très années 1970. Ou des rouges. Des violets. Des verts.

On déplore en revanche le manque de transparence sur le pays de fabrication des produits hors Made in Japan. À l’époque où Parisian Gentleman écrivait son article sur la marque, Timothy Everest se tournait vers le Portugal pour faire fabriquer ses pièces en PAP. Aujourd’hui qu’en est-il ? C’est peut-être toujours la même chose, juste une ligne à rajouter sur la page de vente.

Mais on doit dire que nous sommes assez en confiance concernant ce point-là.

Nous pensons que rapport qualité/prix est honnête. Bien sûr, quand la marque solde, alors cela devient vraiment intéressant.

À noter que l’e-shop est doté d’une partie éditoriale charmante où des articles sur le style au cinéma en côtoient d’autres, des billets par exemple, sur le sublime de la cravate et autres sujets.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.