Japan Line : notre jean (très) haut de gamme en toile Kurabo

Temps de lecture : 10 minutes

Qu'est-ce que la Japan Line de BonneGueule ?

On a eu l'idée de réinterpréter deux de nos vêtements phares de la ligne BonneGueule avec des matières japonaises uniques. Tout simplement.

Nous avons passé beaucoup de temps à vous expliquer notre amour des matières japonaises (à travers la collaboration avec Hast et Benjamin Jezequel, ou encore notre jean BonneGueule par exemple) et il était donc logique qu'un jour, nous venions à vous proposer des vêtements avec ce que le Japon a de meilleur à offrir.

Est-ce que nous allons sortir d'autres vêtements de la Japan Line dans les saisons à venir ? Très sincèrement, nous n'en savons rien, car tout dépendra de votre accueil.

En effet, nous avons avant tout fait cette "Japan Line" par passion des belles matières japonaises, de manière un peu naïve finalement.

Ce n'est pas le nombre de jeans écoulés qui nous motive, mais plus l'envie de vous faire découvrir des matières très particulières en dehors de la ligne BonneGueule classique. On verra donc la suite... Il est donc temps de vous présenter le premier des deux vêtements de cette Japan Line, un jean avec une matière de folie !

Une toile (des étoiles) du mythique fabricant Kurabo

Jean japan line perfecto

Nous sommes extrêmement fiers de vous proposer ce jean avec une toile 13,5 oz de chez Kurabo, teinte avec de l’indigo naturel. Ça a l’air simple dit comme ça, mais vous allez voir, il y a une longue histoire derrière…

Kurabo est un fabricant de toile denim un peu particulier. C’est avant tout l’un des plus anciens fabricants de textiles japonais, puisque l’entreprise est largement centenaire. Mais c’est surtout le premier fournisseur historique de toile selvedge japonaise. Sans Kurabo, le paysage des toiles selvedge japonaises ne serait sans doute pas le même : il n'existerait pas !

En effet, dans les années 70, les marques de jean japonaises se fournissaient encore chez Cone Mills, fabricant historique de toile selvedge d’origine américaine (c’était l’un des deux piliers du denim selvedge américain, avec la défunte Amoskeag Manufacturing Company).

Mais les Japonais, ayant un savoir-faire textile, ne pouvaient plus se contenter d’utiliser du denim américain. Il leur fallait leur propre toile selvedge japonaise, surtout dans cette période où la culture américaine et la portée symbolique du jean (la rébellion, James Dean, tout ça) les fascinaient !

Ajoutez à cela une avancée technologique avec la mise au point du métier à tisser « model D » de Toyoda (oui, oui, avec un "D"), le goût des Japonais pour le perfectionnisme et l’artisanat, et vous obtenez un beau creuset pour la mise au point de ce tissu qui cristallisait tant de fantasmes.

métier Toyoda

Un métier Toyoda, ça ressemble un peu à ça.

C’est en 1972, après 8 essais, que Kurabo met enfin au point la toute première toile selvedge japonaise pour la marque Big John (qui n’utilisait que du Cone Mills). Ces 8 essais donneront le nom de cette toile mythique : la KD-8 (pour Kurabo Denim 8). Le premier jean 100 % Made in Japan est né !

Aujourd’hui, quantité de fabricants japonais de selvedge doivent beaucoup au travail acharné, et aux multiples inventions, de Kurabo pour créer une toile selvedge japonaise ; car ils ont inventé nombre de bonnes pratiques pour créer les meilleures toiles selvedge au monde. C’est un fabricant avec un vrai héritage.

En plus de la fabrication sur des métiers à tisser très spécifiques, Kurabo a été pionnier dans un autre domaine qui a fait le succès des jeans japonais : l’utilisation de l’indigo naturel.

indigo_poudre

Voici de la poudre d'indigo, dont l'odeur reste très désagréable lorsqu'elle est appliquée au tissu.

L’intérêt de l’indigo naturel ? La manière dont la toile vieillit, incontestablement.

Les nuances de couleurs sont beaucoup plus riches et variées, et les délavages sont plus contrastés, qu'avec toute autre toile (même japonaise).

C’est-à-dire que les parties sur les plis s’éclaircissent franchement, tandis que les parties sombres gardent joliment leur couleur. Quand le jean est neuf, vous verrez que le bleu est plus profond, toujours grâce à ce fameux indigo naturel. Mais encore une fois, la différence entre l’indigo naturel et l’indigo de synthèse se révèle au délavage naturel, semaines après semaines.

Japan Line jean délavage

Après 4 mois de port, on aperçoit déjà les moustaches sur le haut des cuisses. Des reflets turquoises apparaîtront d'ici quelques mois.

L’indigo naturel a aussi un avantage : il est bien plus écologique que l’indigo synthétique, car l’eau utilisée pour sa fabrication ne contient que des résidus complètement naturels, et sans danger pour l’environnement. Il est cependant plus compliqué à faire et plus coûteux, car pour obtenir un denim de plus en plus sombre, il faut tremper plusieurs fois le fil de coton dans l’indigo naturel (en général, entre 15 et 20 fois).

Mais la fibre est vraiment teinte en son cœur, contrairement à l’indigo synthétique qui pénètre moins la fibre, et qui n’accroche que la surface de la toile (on parle de deep core dyeing).

C’est pour cette raison qu’un jean en indigo naturel vieillit plus joliment, car des nuances apparaissent petit à petit, avec une palette de teintes très subtile, en raison des nombreux bains dans la teinture.

Pour aller plus loin, n’oubliez pas que Milone a écrit un dossier très complet sur l’indigo et sur les difficultés passées à en fabriquer. La première partie sur le pigment indigo est ici, et l’autre est .

Vu que c’est un indigo naturel et que le jean est sombre, il est normal qu’il déteigne un peu les premiers jours, mais c’est indissociable d'un magnifique délavage au fil des mois, tout en nuances. N’hésitez pas à le laisser tremper une première fois avec de la lessive pour textiles sombres pendant 40 minutes : pour le faire un peu dégorger au début, c’est très efficace.

Ensuite, n’hésitez pas à faire un revers à votre jean, c’est l’envers du tissu (la partie claire) qui sera en contact avec votre chaussure, et non la partie indigo. Vous le porterez sans revers plus tard...

Aussi, évitez dans un premier temps les chaussures claires en daim et autres matières qui « accrochent » la teinture. Mais sur des chaussures noires, bleues, marrons, ou de couleurs foncées en cuir lisse, vous ne craignez rien !

Jean japan line bottes bordeaux

Pas de soucis à vous faire avec ce type de chaussures (boots Zign).

Enfin, faites preuve de recul : en plus d'être stylé d’avoir des chaussures patinées à l’indigo naturel, ça ne se voit absolument pas quand vous portez un jean par-dessus. Ça tombe bien, je ne comptais pas porter ces bottines avec un short 😉

Comment notre toile va-t-elle vieillir ?

Dans un premier temps, elle va très légèrement s’éclaircir uniformément et avoir une couleur plus bleutée (pour rappel, elle est très sombre au début). Et ensuite, des nuances turquoises vont apparaître sur les plis.

La qualité du coton fait que la toile va vraiment s’adoucir port après port, elle va très rapidement quitter son côté rigide et rêche, inhérent à une toile selvedge neuve. À noter également que la détente de la toile est très rapide, ce qui le rend sans plus attendre bien confortable (je vais revenir sur ce point).

Japan line jean

Vous observer le gros grain du jean neuf. Des reflets turquoises apparaitront en quelques mois de port.

C’est donc une toile très, très haut de gamme que vous avez sur ce jean, et bien rares sont les marques ayant accès à Kurabo. Car fournisseur japonais oblige, les contacts sont difficiles à avoir (par exemple, ils n’ont pas de bureau en Europe), et la rareté de la toile n’arrange pas les choses.

Aussi, la largeur du rouleau de tissu (que l’on appelle laize) est seulement de 80 cm, contre 150 cm chez les autres marques. Il faut donc plus de toile pour faire un jean.

Remercions Alexandre, notre chef de produit, qui a fait un travail remarquable pour accéder au summum de la toile selvegde. Il a vraiment fait appel à tout son réseau.

Alexandre bureau

Prêt à tout pour trouver cette fameuse toile, Alexandre a même loupé quelques matchs de l'A.S Monaco... rien que pour vous !

Des finitions aussi luxueuses ? Vous ne les trouverez tout simplement nulle part sur le marché français

J'ai vraiment fait un caprice à Alexandre pour ce jean : « fais-moi les meilleures finitions possibles ! ». Et vous allez voir, on est allé à un niveau bien au-delà de ce que j’imaginais…

Commençons par le bas, on y trouve le traditionnel point de chaînette que les puristes aiment tant.

Point de chainette bleu

Le point de chaînette ton sur ton, pour que l'intérieur du jean soit le plus pur possible.

Si vous retournez le jean, il y a plusieurs points à noter. La braguette est gansée, et, chose que j’ai rarement vu ailleurs, la couture des poches au niveau de la jambe est elle aussi gansée, ce qui donne un intérieur très propre, avec aucun risque de voir le moindre fil s’effilocher.

Boutonnière gansée Japan Line

Quant au sac de poche (=le tissu de la poche), je suis atteint d’une étrange malédiction qui fait que je troue souvent mes poches de jean, alors que je n'y mets pas de clés. J’ai donc lourdement insisté auprès d’Alexandre pour un avoir un tissu 100% coton, bien épais et résistant.

Toujours à propos des poches, vous verrez que le sac de poche est cousu bien proprement à la toile denim, toujours afin d’éviter le moindre effilochage.

comparatif poche japan line jean

On a comparé avec une jean vendu 20 euros plus cher que le nôtre, jugez par vous-même la différence de finitions. Vos clés les plus tranchantes ne troueront pas la poche (évitez les lames quand même, on ne sait jamais).

Enfin, dernier détail unique, toujours à l’intérieur de la jambe : le liseré rouge remonte tout en haut au niveau de la ceinture, alors que sur un jean selvedge classique, vous pouvez voir que le liseré est absent sur les derniers centimètres. La toile est tellement belle qu'il était très important pour nous de mettre en valeur ce liseré rouge jusqu’au bout.

liseré ceinture Japan Line

D’ailleurs, la poche ticket est selvedge également, mais avec une petite particularité : si l'on trouve la traditionnelle couture orange à l'extérieur, quand vous regardez l’intérieur (donc là où il y a le liseré rouge), ce n’est non pas une couture orange que vous trouverez, mais une couture ton sur ton pour mettre en valeur ce liseré.

Poche ticket jean japan line
Quand on vous dit que le diable se cache dans les détails !

Passons aux passants de ceinture. Il y a un système de double passants qui permet de passer une ceinture fine comme une ceinture bien large, sans que le passant ne bouge.

Petit détail qui tue (et introuvable ailleurs), les passants sont doublés très proprement. Aucun risque d’avoir le moindre fil qui craque à force d’enlever ou de remettre votre ceinture.

Doubles passants Japan Line

On a même mis deux passants centraux, pour que le jean ne bâille pas lorsque que vous vous asseyez.

Finissons avec les poches arrières. Elles sont semi-doublées, pour éviter la formation d’un pli extérieur avec le vieillissement. Mais plus encore, la doublure de la poche est cousue avec une couture dite « invisible », pour éviter le moindre accrochage avec vos clés, vos pièces ou vos ongles, quand vous vous servez des poches arrières.

Japan Line couture invisible poche

Enfin, le rivet caché des poches arrières aura demandé beaucoup de travail à Alexandre, autant pour le mettre au point que pour le rendre "industrialisable". C’est une « feature » plus compliquée à ajouter qu’il n’y paraît , car elle vient interrompre la chaîne de production.

C’est assez technique, mais Alexandre a dû rajouter un peu de tissu noir (le même que celui utilisé pour doubler les passants), afin d’obtenir une très légère épaisseur pour que le rivet soit solidement fixé. Et le tout est enrobé d’un beau point d’arrêt 😉

Voilà pour l’ensemble des finitions, et à ma connaissance, il n’y a aucun équivalent sur le marché français, surtout à ce prix-là. Je n’ai vu aucun autre jean qui cumulait autant de finitions exclusives, et avec une toile aussi prestigieuse.

 

comparatif finitions jean japan line

On a comparé l'intérieur de notre Japan Line et un jean vendu pourtant 20 euros plus cher que le nôtre chez une marque référente sur les toiles japonaises !!! À vous de juger 😉

comparaison jean japan line

La même photo en plan plus large.

Si jamais vous avez vu un jean comparable vendu en France, je vous encourage vivement à le poster dans les commentaires, car Alexandre et moi avons beaucoup cherché pour avoir un point de comparaison.

Toile exceptionnelle + finitions exceptionnelles = jean exceptionnel

Le lieu de fabrication : vive la transparence

Dans cette vidéo, Alexandre vous fait revivre toutes les étapes de fabrication du jean.

Pour atteindre ce niveau de finition et de confection - tout en tenant un prix de moins de 200 € - nous ne pouvions nous diriger vers un jeaner classique (professionnel du délavage chimique). Il a fallu trouver un spécialiste, un façonnier qui maîtrise à la fois la fabrication de vêtements techniques / workwear, et la dimension mode du produit.

Alexandre s’est donc tourné vers une entreprise française, spécialisée dans plusieurs domaines :

  • du workwear, le vrai. Ils font vraiment des habits de travail pour de grandes entreprises françaises, et sont donc habitués à faire des vêtements robustes et costauds,
  • du vêtement technique,
  • autrefois du vêtement militaire (notamment pour l'Armée de l'Air),
  • du prêt-à-porter pour des maisons de luxe.

Cette entreprise française a une filiale en Tunisie, habituée à travailler sur du jean haut de gamme (et quand je dis haut de gamme, il s'agit de modèles à plus de 300 €).

Tout comme pour la toile, Alexandre s'est débrouillé comme un aventurier pour trouver cette usine mêlant tous ces savoir-faire.

La coupe : vous ne serez pas dépaysés

Nous avons donné comme instruction à l’atelier de refaire exactement la même coupe que notre jean BG 1.1 habituel. Mais, la matière étant différente, le ressenti n’est pas le même à l'essayage.

Vu que la taille est légèrement plus haute à l’arrière, il est rapidement très confortable, vous n’avez pas besoin de le « faire » pendant des semaines (ce qu'on appelle "effet cartonné"). Toujours dans cette optique de confort, nous avons relâché un peu la ceinture à l’arrière, ce qui peut surprendre au premier essayage.

Mais ne vous inquiétez pas, dès que vous mettrez une ceinture, et au fur et à mesure des ports, l’arrière va venir se plaquer correctement (et confortablement) contre votre dos. Magique !

jean japan line t shirt patron

T-shirt Patrons, boots Heschung.

Pour le reste, c’est comme d’habitude : nous sommes sur la même coupe semi-slim que notre premier jean, à l’ouverture de jambe de 18,5 cm. N’oubliez pas d’user et d’abuser de notre tableau de mesures, d’autant plus que nous l’avons enrichi d’une vidéo 😉

Mais sans aucune prise de tête, il suffit simplement de prendre votre taille habituelle, il taille tout à fait normalement.

Comment il tombe ?

Jean japan line chemise

Voici le jean après 4 mois de port (le délavage a déjà bien commencé). Vous pouvez sans problème le porter avec une chemise casual et une paire de bottines.

Jean japan line parka

Alexandre a choisi de le porter avec une parka, une chemise workwear et une paire de sneakers blanches. Vous noterez qu'Alexandre accentue le côté loose en portant le jean une taille au dessus.

Comment se procurer le jean de la Japan Line ?

La chemise en chambray est disponible ici dès maintenant, et le jean selvedge est juste là.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.