🏠 Notre boutique à Lille : on vous emmène en coulisses !

15 min

🏠 Notre boutique à Lille : on vous emmène en coulisses !

15 min
Publié le : 16 juin 2021Mis à jour le : 17 juin 2021

C'est une très grand nouvelle pour nous : notre boutique BonneGueule de Lille vient (enfin) d'ouvrir ses portes !

Au numéro 16 de la rue Lepelletier, à quelques pas de l'opéra et de la Grand'Place, collée à deux institutions de la mode lilloise : Série Noire et La Botte Chantilly.

Cette boutique, dont nous sommes hyper fiers, c'est aussi une de nos plus grosses galères, qu'on partage avec vous ici !

Vous voulez voir du tombé de cheminée, du remplacement d'IPN et du toit éventré ? Vous allez être servis.

Votre truc, c'est plutôt les Entreprises du Patrimoine Vivant locales, les fleurons du design d'intérieur et la belle étoffe ? On saura également vous sustenter.

Alors BonneGueule à Lille, c'est parti !

Un projet de boutique qui démarrait si bien...

Lille et nous : une histoire d'amour (longtemps) impossible

Les Lillois et nous, c'est une vieille histoire d'amour où on se cherche...

Tout a commencé le 29 novembre 2015. C'était l'hiver, il faisait froid dans nos petits cœurs et nos âmes étaient grises. Parce qu'on s'était complètement plantés sur nos premiers costumes. BonneGueule vivait sa tout première crise.

Pour la faire courte, on en avait commandé beaucoup, mais alors vraiment beaucoup, et les ventes n'avaient pas du tout suivi. On n'avait pas anticipé que c'était davantage une pièce qui se vendait lors de la saison des mariages (mai) et plutôt en physique. Qui plus est après une longue réflexion, donc pas forcément pile au moment du lancement.

Et ces stocks de costume, il fallait bien les régler au fabricant, alors on a fait un tour de France à la rencontre de nos lecteurs. En louant un appartement pour leur présenter nos vêtements.

Et là, c'est le drame...

Une heure avant l'arrivée des premiers visiteurs, un gros coup de vent fait claquer une fenêtre, et ses vitres explosent en mille morceaux.

La température de l'appartement, ainsi que notre enthousiasme, chutent très vite à un niveau proche du 0°C.

L'humeur glaciale, on envoie un email expliquant aux nombreux inscrits que le showroom n'aura pas lieu. On s'excuse platement, et on est vraiment dépités !

Mais c'était sans compter le miracle lillois : soudain, une quinzaine de Lillois nous répondent et nous proposent de faire ce showroom... chez eux. Sans même nous connaître personnellement ! La légendaire gentillesse des gens du Nord n'est donc pas un mythe !

Et en plus de nous donner un énorme coup de main ?que l'on n'oubliera jamais !, dans le pire des moments, cet incroyable acte de bonté ouvrira la voie aux ambassadeurs BonneGueule, qui pendant 3 ans ont tenu chaque mois des showrooms dans leurs salons ! ?Pensée émue pour les ambassadeurs lillois, Rémi et Grégory, et tous les autres gars extras qui ont rendu l'aventure possible partout en France ! Ben et moi, on continue de penser à vous très fort !

Les showrooms ambassadeurs de BonneGueule : c'était déjà une chouette époque 🙂

Vous vous en doutez : quand on a ensuite commencé à ouvrir nos premières boutiques en région, à Lyon et Bordeaux, on a aussi cherché comme des forcenés un espace permanent à Lille.

Mais il n'y avait vraiment rien dans notre budget... ce n'est pas faute d'avoir cherché pendant plusieurs années.

Et puis...

La boutique de nos rêves

Début 2020, nous avons trouvé la perle rare ?Bien joué Marie-Clarisse !.

La rue Lepelletier, un peu avant. La boutique était le lieu de déstockage de nos amis de Série Noire, juste à côté.

La rue Lepelletier, trop loooongtemps après.

Une boutique vraiment parfaite, située dans le Triangle d'Or lillois, à 5 min de la gare et 2 min de la Grand'Place, et aux côtés de voisins parfaitement complémentaires :

  • Série Noire : une des boutiques de mode les plus pointues de France. Fondée par Olivier et Emmanuelle Axer, un couple pionnier de la mode créative, c'est une des toutes premières boutiques a avoir distribué des créateurs comme Rick Owens ou les Six d'Anvers. C'est aujourd'hui leur fille Prune et son équipe qui prennent le relève. Et c'est un honneur autant qu'un plaisir pour nous d'être leurs voisins ! ?Olivier, Prune, promis, plus jamais de plâtre et de poussière de travaux dans votre boutique ! Juré sur la tête de notre jean Kurabo !
  • La Botte Chantilly : sans doute une des plus vieilles boutiques de chaussures de France, car fondée en 1890. C'est toujours une véritable institution, avec une sélection large, dont certains bottiers très pointus ?<a href='https://www.bonnegueule.fr/marque/clarks/' target='_blank' rel='noopener'>Clarks</a>, <a href='https://www.bonnegueule.fr/marque/churchs/' target='_blank' rel='noopener'>Church's</a>, <a href='https://www.bonnegueule.fr/marque/crockett-jones/' target='_blank' rel='noopener'>Crockett & Jones</a>, <a href='https://www.bonnegueule.fr/marque/heschung/' target='_blank' rel='noopener'>Heschung</a>, Paraboot
  • Et à quelques pas, de nombreuses autres jolies enseignes comme l'horloger japonais Seiko, la marque de workwear Carhartt, les cosmétiques Rituals, nos amis bottiers alsaciens Heschung, et la marque de prêt-à-porter belge Bellerose
  • Et à 1 minute des gaufres Meert... je vous jure que c'était pas fait exprès !

Les spécificités de Lille et sa région

Quand on arrive dans une ville à l'identité aussi forte que Lille, et dans une région toute aussi incroyable, on a envie de s'en inspirer et même d'honorer cette culture.

Et je ne parle pas que des pauses gastronomiques ?Gaufres Meert, carbonade, bière trappiste, moules-frites, et autres flamiches ont été dûment dégustées... mais aussi du passé textile, minier, industriel et commerçant de la région, qui a laissé ses traces architecturales partout dans la ville. Il y a une vraie architecture lilloise à part entière, mélange harmonieux d'influences françaises et flamandes.

Ses principales caractéristiques sont l'alliance de grès gris, craie blanche et brique rouge, et de riches ornements - parfois baroques- sur des immeubles aux lignes simples et élégantes.

Mais on trouve aussi de beaux bâtiments industriels ou ouvriers, qui ne manquent pas de cachet. Ici la Grand'Place et au fond le beffroi de la Chambre de Commerce de Lille.

D'ailleurs, le quartier de notre boutique est classé "Patrimoine Remarquable" par la Mairie et les Bâtiments de France, ce qui implique des règles d'urbanisme et de construction strictes, et des codes graphiques précis pour les façades.

Moi qui adore les sujets d'identité graphique, j'ai d'ailleurs trouvé le document de la Mairie très bien réalisé, sans être inutilement contraignant :

Enfin, le Nord héberge toujours de belles Entreprises du Patrimoine Vivant, riches en savoir-faire ancestraux. Vous verrez qu'on ne s'est pas privé pour y faire appel !

Une assemblée de personnes au top

Un projet de boutique, c'est aussi une histoire de femmes et d'hommes. Et tout partait vraiment au mieux !

  • Les anciens locataires : Prune, Olivier et Emmanuelle de Série Noire, qu'on a déjà présenté et qui nous ont rendu plein de services

  • Le propriétaire : Jean-Yves. J'ai rarement rencontré quelqu'un d'aussi sympa, compréhensif, et réglo que lui. Quand bien même on a l'habitude d'être très bien entourés. Jean-Yves a été solidaire de notre infortune quand nos travaux ont stoppé, mais aussi quand il a fallu soudainement engager des opérations lourdes et coûteuses pour que cette boutique ne s'écroule pas ! Il nous a même offert un énorme bouquet lors de l'inauguration. Vraiment trop classe !
  • Les architectes : RoWin, alias Frédéric ROchette et Hervé WINkler. Des amoureux de savoir-faire et de patrimoine, comme nous. Le talent architectural en plus !

Fred à gauche, Hervé à droite. Et si on tend l'oreille, on entend sans doute leur chien Toulouse qui aboie à tue-tête !

  • Et bien sûr notre équipe de collaborateurs qui nous rend toujours aussi fiers !

Un projet wabi-sabi à la sauce lilloise

Fred et Hervé de chez Rowin nous ont préparé un projet d'architecture intérieure aux petits oignons, mêlant esprit wabi-sabi, savoir-faire locaux et upcycling.

Cette philosophie japonaise se décompose en 2 parties :

  • Celle du « Wabi »; simplicité, nature, dissymétrie et qui fait référence à la plénitude et la modestie que l’on peut éprouver face aux phénomènes naturels.
  • Puis « Sabi » dans l’altération par le temps, la patine des objets, le goût pour les choses vieillies avec une sensation prégnante face aux choses dans lesquelles on peut déceler le travail du temps ou celui des hommes.

Elle est une des composantes majeures du projet par le choix de matériaux simples, bruts, naturels ou recyclés. La conception du lieu repose donc sur un certain minimalisme et une vérité de la matière.

Extrait des planches d'intentions créatives de Rowin.

Rowin Atelier

Rowin Atelier est un duo d'architectes DPLG ?C'est-à-dire Diplômés Par Le Gouvernement, donc habilités par la Loi à la conduite de travaux, aux calculs de résistance, connaissant les normes de sécurité, d'accès du public... toujours utile, vous en conviendrez :), évoluant dans le design de boutiques, de restaurants, d'appartements, mais aussi le design d'objet. Ce sont des passionnés de belles matières, alors on s'est tout de suite entendus.

C'était assez cool d'observer ce duo composé de Fred le super-créatif, et Hervé l'homme de projet, évoluant en harmonie pour imaginer et faire naître notre nouvelle boutique BonneGueule.

Voici les planches d'intentions de la boutique, créées par l'atelier Rowin :

La matériauthèque proposée pour la boutique : peintures effet craie, acier martelé, bois brûlé, chêne clair laissé brut, ardoise, laine mouchetée, moquette moirée, mélis-mélos de tissu.

Le plan de coupe (en haut), et en survol (en bas), avec l'entrée située à droite.

Vue de la boutique, tout de suite en entrant (entrée dans votre dos).

Vue de l'arrière de la boutique, en marchant tout au fond (entrée toujours dans votre dos).

Nous, ça nous a tout de suite donné envie !

Mais alors vous vous dites sans doute, qu'est ce qui a pu si mal se passer avec cette boutique ? Qu'est ce qui fait qu'un projet de 3 mois en a pris 18 ? Je vais vous raconter l'histoire d'un naufrage... et d'un sauvetage.

Un chantier sans fin

Les fans de Forrest Gump savent que "La vie, c'est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber."

Eh bien quand on récupère les clefs d'une nouvelle boutique et qu'on met les premiers coups de masse pour faire sauter les 5 épaisseurs de plâtre des précédents locataires, c'est exactement ça.

Et autant vous dire qu'à Lille, c'est l'immonde chocolat à la liqueur de cerise industrielle au gout de débouche-évier sur lequel on est tombé !

Une boutique qui a pris l'eau 🚿

À Bordeaux, c'est de la magnifique pierre de taille en calcaire qu'on a découvert.

À Lille, c'est un marécage qui est apparu.

Les murs de brique lilloise étaient totalement imbibés, à tel point que le mortier s'enlevait avec le doigt. On aurait pu s'en faire des tartines...

On voit bien l'humidité sur les murs, à droite !

On est alors parti à la chasse aux infiltrations. Premier suspect, la cave. Nous l'avons assainie et ventilée. Mais l'humidité n'a pas disparu.

Les murs, une fois grattés. Et la cave humide qui se trouve sous l'escalier.

Quand soudain, le Covid-19

C'est là que la crise nous a frappé.

Le chantier s'est arrêté, avec de grosses difficultés d'approvisionnement en matériaux, et un planning totalement bouleversé.

Il faut savoir qu'un chantier fait intervenir un grand nombre de corps d'état extrêmement spécialisés : maçons ?Pour démolir, couler des chapes, poser des briques, vitriers ?pour les devantures, couvreurs ?pour le toit, électriciens, frigoristes ?pour la climatisation, platriers, décorateurs ?pour les peintures, les enduits, les patines, et même cette fois-ci un poseur de moquette ?C'est très technique de poser une moquette traditionnelle avec des motifs qui doivent parfaitement se rejoindre, et une sous-moquette en-dessous

Et dès qu'un corps d'état est bloqué ou prend du retard, c'est toute la chaîne qui est bouleversée, car l'intervenant suivant a programmé précisément son créneau d'intervention, et est en général indisponible la semaine qui suit, étant déjà engagé sur un autre chantier. Il faut alors attendre qu'il se rende à nouveau disponible ?S'il ne vous plante pas tout simplement, ce qui serait tout à fait légitime puisqu'il a bloqué un créneau pour rien.

En gros, plus vous prenez du retard, plus vous prenez du retard.

Ces stop-and-go incessant nous ont suivi pendant l'intégralité du chantier. Avec à la clef une année entière de loyers payés inutilement, et ce qu'on appelle un "coût d'opportunité" vis-à-vis des ventes qui ne peuvent pas être réalisées sur la période. Tout bonnement catastrophique, alors même que la crise du Covid nous impacte lourdement.

Le Titanic continue de couler

Le premier confinement passé, on est repassé à la chasse aux fuites. Si l'humidité ne remonte pas de la cave, c'est donc qu'elle ruisselle d'en haut.

Second suspect, les cheminées. On a fait détruire et rebouché deux cheminées, reposé du zinc là où l'eau tape contre le mur, et fait au passage une énorme frayeur aux équipes de Série Noire quand une cheminée s'est écrasée dans la cour depuis le 6ème étage, suite à une erreur du couvreur. Et ça n'a pas suffi à résoudre les fuites !

Alors on a démoli... le toit. Oui, le toit, celui de la cour intérieure qui surplombe notre boutique. En attendant qu'il ne pleuve pas trop, histoire de ne pas ré-imbiber la cave et les murs.

Et quand on a détruit ce vieux toit en acier, en ayant au passage déposé tout le système de climatisation qu'on avait déjà installé, on est tombé sur ça.

Ça, c'est une poutrelle en acier type chemin de fer, alias IPN de son petit nom. Qui repose elle-même sur une autre IPN en s'appuyant sur cet espèce de pilier bizarre. Sachant que l'ensemble est complètement rongé par la rouille, mais qu'il soutient tant bien que mal toute la façade avant de l'immeuble.

Les gaines d'aération et le faux plafond qu'il a fallu détruire à peine posé... À droite du tuyau métallique, on voit un petit poteau vertical mais légèrement incliné, posé sur la poutre IPN. C'est sur ce poteau que reposait la façade avant de l'immeuble... #entoutedétente

"Hey, on sait que ça fuit, et que ça va fuir pendant 20 ans... et si on mettait juste une bassine ?" Mais oui, idée de génie ! Comme est-ce que ça pourrait mal se passer ?

Vous croyez que j'exagère, et que ce genre de choses ne peuvent pas exister ? J'ai eu la même réaction que vous.

Et encore, je vous épargne les autres détails complètement fous ou absurdes ?Des bouteilles d'urine vieilles de quelques décennies cachées dans les cloisons. Plaisir d'offrir, joie de recevoir..

Dépose de l'ancienne IPN, pose d'une nouvelle. Et ce n'est pas fini, sinon c'est pas drôle !

Et deux confinements plus loin, on a quand même réussi à faire enfin sortir cette boutique de terre, ou plutôt la sortir de son marécage.

Isolation en cours, et chape de béton coulée pour poser les briques par dessus. Plutôt que de faire courir une longue rampe peu harmonieuse afin de répondre aux obligations d'accueil des personnes en situation de handicap, Rowin a eu l'idée de faire un chemin qui slalome jusqu'au fond, amenant le visiteur de découverte en découverte, jusqu'à un confortable petit salon au fond. Oui je sais, pas très confortable pour le moment.

De la bonne brique du Nord, de chez Lamour.

Ça pose, ça pose.

Pose des cloisons, puis des enduits. Empoussiérage de tout l'immeuble et de nos voisins au passage : check. #pardonpardonpardon

Antoine qui range le stock, quelques heures avant l'ouverture.

Derniers détails de menuiserie la veille ! Je remercie à ce titre nos partenaires BTP, et notamment AEC, dont les équipes se sont relayées nuit et jour sur la fin du chantier. Un énorme BRAVO.

Découverte du résultat 🙌

Et boum ! C'était encore un gros chantier quelques heures avant ouverture, et puis soudainement on a eu un énorme sourire qui n'est plus parti de nos visages pendant quelques jours !

Rien de plus gratifiant que le travail d'équipe.

La devanture presque terminée, qui doit encore accueillir l'enseigne-drapeau. Et sans doute une petite sonnette, pour les personnes à mobilité réduite souhaitant entrer (une petite rampe amovible est alors déployée).

Une architecture d’intérieur mêlant patrimoine local et créativité

À présent, petit tour des propriétaires... mais faites comme chez vous, hein !

On rentre et tout de suite, on a une belle perspective. La boutique est toute en longueur, mais on a une vraie sensation d'espace grâce à la hauteur sous plafond et aux très grands miroirs de plein pied sur les côtés.

On remarque immédiatement les inspirations de la région avec la brique du Nord de chez Lamour, le béton ciré, le bois brut, les peintures qui rappellent les falaises de craie de la côte d’Opale, et le rendu industriel du luminaire Flos.

De grandes plantes trouveront bientôt leur place dans des pots en washi (papier mâché japonais), pour donner de la chaleur au lieu !

Tous les modules et les portants ont été réalisés sur la base des dessins de Fred et Hervé, par notre partenaire AEC, au Mans.

AEC Réalisations

AEC Réalisations est notre entreprise TCE ?Tout Corps d'État. Ce sont des multi-spécialistes, qui interviennent sur les sols, les murs, les plafonds, et qui construisent tout le mobilier sur-mesure.

Pour nous, ils ont même réalisé les grillages en ferronnerie qui forment l'armature de nos cabines d'essayage.

C'est une société à taille humaine basée au Mans, en Sarthe, ce qui les a rendu très réactifs à chaque fois qu'un gros souci est venu réduire en miette notre magnifique planning taillé au scalpel.

Ils ont fait un super travail à tous les niveaux, et j'aime beaucoup leur sens du détail, notamment cette petite feature des bandeaux LED sous les étagères, pour que les vêtements soient parfaitement éclairés.

Au dessus des structures métalliques, vous pouvez observer des petits blocs de bois noirci, clin d’œil au yakisugi ?Technique traditionnelle de bois brûle japonais. ou à l'héritage des mines de charbon (c'est vous qui choisissez).

Et cette jolie petite lampe, cadeau de Fred ?Merci pour la surprise !, le dirigeant de l'éditeur de luminaire DCW.

Et les fleurs de Jean-Yves, le super propriétaire.

L'entrée est dans votre dos. Et au fond, vous voyez une cloison coupant la boutique en deux, que nous avons abattu.

En s'avançant sur le sol en brique, la sensation est vraiment chouette sous les pieds. On voulait du wabi-sabi, et bien on est servis !

Vraiment un très gros kiffe ces briques !

Briqueterie Lamour

Le travail de la briqueterie Lamour, illustre entreprise locale, recouvre une partie de nos sols de ses véritables briques du Nord.

Depuis 1929, ils perpétuent le savoir-faire des briques faites à la main dans le respect de la nature et de la tradition, avec une cuisson artisanale dans un vieux four Hoffman.

Ils travaillent beaucoup pour des chantiers de patrimoine, et c'est l’une des trois dernières entreprises de la région à avoir conservé ce savoir-faire ancestral.

Et pour la petite histoire, c'est l'entreprise Devestele & Fils qui a posé les briques, des membres de la famille de Charlotte, une de nos chefs de produit issue du Nord.

Après être tombé en admiration devant les briques de chez Lamour, on commence le slalom ?En architecture, on appelle ça un parcours architectural., et on remarque le système de luminaire de chez Flos.

Ce sont des lampes LED basse-consommation, mais aussi de vraies petites œuvres d'art à part entière, qui éclairent toutes les directions, y compris le plafond, pour un rendu à la fois très doux et une restitution fidèle des couleurs de nos vêtements.

C'est bien la même perspective, mais avec une cloison en moins ! Et des rampes à la place des escaliers.

Flos

Flos est un éditeur incontournable dans le domaine des luminaires. Beaucoup de ses créations sont exposées au MoMa de New-York, ou dans d'autres grands musées d'art.

Ils collaborent notamment avec Philippe Starck ou dernièrement encore avec les frères Bouroullec, dans l'immense chantier monument historique de la Bourse du Commerce de Paris (à présent fondation Pinault).

Cette entreprise italienne créée en 1960 a toujours eu une patte particulière, et c'est une des pionnières de l'éclairage LED haut-de-gamme.

D'ailleurs, j'aime beaucoup la manière qu'ils ont d'exprimer leurs valeurs dans leur manifeste :

"Aujourd’hui plus que jamais, il nous faut trouver une parfaite synthèse entre émotions, technologie, poésie, besoins, messages, valeurs esthétiques et politiques. Nous ne devons pas seulement changer de technique mais aussi changer la société elle-même ainsi que nos comportements, tant publics que privés. Nous devons transcender nos capacités et notre imagination pour améliorer la vie des gens… avec la même poésie que la lumière des flammes ancestrales d’un feu de camp brillant sous le ciel étoilé."

Concernant notre boutique, nous avons déployé le système de luminaire "Infra-Structure", création du designer Vincent Van Duysen. Il consiste en un ensemble de modules qui se clipsent par aimants sur des rails.

C'était pas prévu, mais ils sont marrants ces charbons qui font une tête au bonhomme, quand on habille la structure métallique avec nos créations.

Jeanne Goutelle, pour mêler artisanat et upcyling de nos déchets textiles

On poursuit la visite et on arrive alors au niveau des cabines d'essayage.

Cela faisait très très longtemps qu'on stockait nos déchets textiles (vêtements défectueux en trop mauvais état pour être donnés à l'équipe ou des associations, chutes de production, fins de tirelles de tissus), sans savoir quoi en faire. Mais on savait bien qu'il se passerait quelque chose de chouette un jour.

C'est là qu'on a croisé le chemin de Jeanne...

Jeanne Goutelle

Jeanne Goutelle est une artiste engagée, spécialisée dans le tissage de matières textiles à l’échelle de l’architecture.

Elle utilise des déchets textiles pour créer ses œuvres, afin de sensibiliser le public et tous les acteurs de la filière textile à leur valeur, et à la quantité de déchets que l'industrie génère.

C'est son art qui habille nos 3 cabines d’essayage. Jeanne s'est appuyée sur une démarche d’upcycling caractéristique de ses œuvres, en nouant sur une armature métallique des chutes de tissu de nos vêtements BonneGueule.

Ça m'a d'ailleurs beaucoup amusé de deviner à quel vêtement BonneGueule correspond chaque bandelette de tissu. Avec le talent de Jeanne et la qualité de nos filatures, le rendu est vraiment canon. Bravo Jeanne !

 

Jeanne Goutelle, et son travail pour BonneGueule en arrière plan.

Après avoir dépassé les cabines, on arrive au fond de la boutique.

Et dans toutes nos boutiques, on prévoit toujours un coin confortable et intimiste pour réaliser au calme les essayages, ou les RDVs de conseils personnalisés.

Celui de Lille est relevé avec une jolie moquette de chez Catry.

Les Manufactures Catry

Les Manufactures Catry fournissent les moquettes 100% laine qui habillent la partie salon de l’arrière-boutique.

Cette Entreprise du Patrimoine Vivant est spécialisée dans les moquettes et tapis haut-de-gamme. La société fournit par exemple le château de Fontainebleau ou encore le Palais de l'Élysée.

Ses locaux sont situés à Roncq, dans la métropole lilloise. Depuis 1912, les Manufactures Catry entretiennent le savoir-faire très particulier du tissage Wilton, un procédé mis au point au 17e siècle dans les Flandres, et permettant la fabrication de moquettes de haute densité, mais avec des motifs très fins, alliant élégance et extrême durabilité ?Évitez quand même de venir chaussés avec des crampons d'alpinisme ^^ Mais vous voyez l'idée !.

Ici, nous avons fait réaliser un motif moiré sur-mesure, qui rappelle les tissus moirés ?C'est-à-dire avec des effets d'ondulation, à l'éclat changeant selon l'angle de la lumière., ici encore un clin d'oeil à la riche histoire textile du Nord.

Une équipe de passionnés

Enfin, on ne le dira jamais assez, mais une belle boutique, c'est avant tout une histoire de femmes et d'hommes passionnés par les relations humaines et les beaux vêtements.

Cela nous a d'ailleurs pris beaucoup de temps pour trouver les bonnes personnes, mais on est heureux d'accueillir dans l'équipe trois gars du Nord et de Belgique : Thibaut, Jorel et Guillaume.

Et comme je le dis souvent : ils ne sont pas là pour vous vendre des vêtements. Mais plutôt tout vous dire et vous expliquer pour que vous ayez envie de les adopter, si vous en avez besoin.

Et vous pouvez tout leur demander : conseils de couleurs, coupe, taille, qualité, ou encore entretien. Et bien sûr l'histoire de chacun de nos vêtements (ils sont en train de se mettre à jour pour prendre le train en marche !).

Maintenant, cette boutique c'est leur bateau. Et j'espère qu'ils vous feront vivre de belles aventures vestimentaires !

De gauche à droite : Jorel (conseiller), Guillaume (responsable de la boutique), et Thibault (conseiller)

Et comme d'habitude, vous retrouverez tous les services des boutiques BonneGueule :

icone paiement en trois ou quatre fois bonnegueule

Paiement en 3 ou 4 fois

3x à partir de 100 € d'achat

4x à partir de 150 € d'achat

icone web to store bonnegueule

Web to store

Payez en ligne

Retirez instantanément votre commande en boutique

Testez votre taille sur place

icone retouches gratuites bonnegueule

Retouches à moitié prix

Nous vous offrons 50% du prix des retouches dans notre boutique.

Les retouches habituelles, comme les ourlets ou les bas de manches, sont offertes pour le costume.

icone interaction en boutique bonnegueule

Conseils en style sur rendez-vous

Gratuit et sur RDV : 1h de conseils en style (taille, coupes, couleurs, matières)

En savoir plus >

Le lieu, les horaires

La boutique est ouverte depuis déjà 3 semaines.

Eh oui, on a un peu attendu avant de communiquer, le temps de bien se roder ?Il manque toujours quelques trucs, comme ici un tapis dans les cabines d'essayage, ou là un dernier petit coup de peinture à passer....

Mais nous vous attendons à présent nombreux, pour vous partager notre passion du vêtement, ou simplement boire un café ?Voire un whiskey japonais, quand le Covid sera derrière nous :) avec l'équipe qui répondra à toutes vos questions !

Adresse

  • 16 rue Lepelletier, à Lille

Horaires

  • Lundi au Samedi : 10h à 19h30
  • Dimanche : fermé

Contact

  • Téléphone : 03 28 14 19 52
  • Email : boutique.lille@bonnegueule.fr

Et maintenant ?

Eh bien on vous attend !

De gauche à droite : Jorel (conseiller à Lille), Guillaume (responsable de la boutique lilloise), Laurent (directeur des boutiques), Kilian (responsable opérationnel des boutiques), Jade (responsable de l'animation et des RH des boutiques), Thibaut (conseiller à Lille) et Antoine (conseiller à Paris et respo des vitrines)

Nos dernierslooks

Laissez nous un commentaire

Questions de styles, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures