Marque BonneGueule : notre jean selvedge en toile Kurabo coton / lin

Temps de lecture : 5 minutes

Mise à jour

Les nouvelles pièces sont à présent disponibles sur l'e-shop et en boutique :

--

Attention, je m'apprête à vous présenter l'un de mes jeans préférés !

Deux constats nous ont amenés à le développer :

  • nous avions envie d'apporter de la variété à cette pièce ;
  • la Japan Line ne comportait qu'un seul jean jusqu'à aujourd'hui, notre premier Kurabo. Un comble pour une ligne censée mettre en avant les savoir-faire japonais !

De nos jours, on déniche des jeans dans toutes les coupes. Dans plusieurs couleurs, même. Cela dit, dès qu'on se penche sur la matière, il est rare de trouver autre chose que du 100% coton. Sur un vêtement autant porté, il est quand même dommage d'avoir peu de choix possibles.

Etant donné la longue histoire du lin - une fibre utilisé depuis des millénaires - on pourrait s'attendre à la voir plus présente dans nos vêtements du quotidien... dont le jean. Pourtant, on a tendance à toujours la cantonner aux mêmes éléments.

Vous imaginez donc toute mon excitation quand je suis tombé sur un denim en coton / lin...

Le nouveau jean de la Japan Line, dans une toile coton / lin de chez Kurabo.

Une toile selvedge 8,5 oz. en coton / lin de chez Kurabo

Un denim bien particulier...

Ce nouveau jean se compose de 74 % de coton pour 26 % de lin.

Les fibres de lin proviennent de France ainsi que de Belgique, pays réputé pour ses filatures haut de gamme de lin . La fibre y est transformée en fil, que l'on envoie ensuite au Japon pour le tissage. C'est là que toute la magie de Kurabo s'opère...

Seuls les fils de coton ont été teints à l'indigo . Le résultat ? Cet aspect que j'adore, où la couleur tend vers un bleu acier. Si vous regardez l'envers, vous verrez que le fil de trame n'est pas tout à fait blanc, mais écru. C'est ce qui donne à l'étoffe son côté "vintage", patiné, qui s'assemble parfaitement avec la nuance des fils de chaîne.

Seuls les fils de coton ont été teints dans l'indigo. Mêlés aux fils de lin écrus, c'est ce contraste qui donne son authenticité à la toile.

Il est encore un peu tôt pour dire comment la toile va se délaver mais a priori, elle suivra le même chemin qu'un denim classique : les frottements vont l'éclaircir petit à petit.

Une main authentique

Le lin apporte quelque chose d'unique à la toile. Le "grain" est plus petit, plus fin, mais avec cette "belle irrégularité" qu'on aime tant retrouver.

La main est différente d'un 100 % coton. Pour vous donner une idée, on se situe à mi-chemin entre un jean classique et une chemise épaisse en lin.

L'alliance du coton et du lin permet l'obtention d'une toile au grain fin, avec une très belle irrégularité.

Lors de l'essayage, il risque de vous paraître un tout petit peu rêche . Pas d'inquiétudes : après quelques heures de port, avec les frottements qui vont "lisser" les petites aspérités sur l'envers de la pièce, il deviendra tout aussi confortable qu'un jean classique.

D'ailleurs, plus vous le porterez, plus il deviendra doux !

Laissez votre jean vivre, c'est le meilleur moyen de l'adoucir !

Une coupe que vous connaissez bien

Niveau coupe, il s'agit de la même que notre premier Kurabo.

Elle suit votre silhouette et met vos jambes en valeur, sans jamais vous engoncer.

Des jambes mises en valeur juste ce qu'il faut.

Et au niveau de la détente alors ? Il ne fait pas exception, vous devez le prendre légèrement serré à l'essayage (mais pas au point d'être incapable de fermer le dernier bouton), et tout se passera bien !

Un jean à porter toute l'année

Plus personnellement, je pense qu'une toile avec du lin serait nettement moins confortable si elle était plus épaisse.

Je sais, une toile de 8,5 oz. peut paraître légère comparée à celles de 13 ou 14 oz., qui sont plutôt la norme dans le marché du selvedge. En réalité, cela correspond à un poids de 288g par mètres carrés, soit le poids d'un chino assez lourd.

Évidemment, si les températures sont régulièrement en-dessous de zéro pendant vos hivers, vous aurez sûrement froid aux jambes . Cela dit, pour un hiver relativement tempéré comme à Paris, il n'y aura aucun problème. Et vous l'apprécierez d'autant plus dès que les températures remonteront.

Les finitions haut de gamme

Japan Line oblige, notre atelier viêtnamien a poussé les finitions très loin :

  • la poche ticket est selvedge,
  • les passants de ceinture sont doublés,

La doublure évite l'usure prématurée des passants de ceinture, zone souvent sollicitée.

  • le liseré selvedge remonte tout en haut, jusque sous la ceinture à l'intérieur du jean (ma finition préférée),
  • il y a des rivets cachés sous les poches arrières,
  • poches arrières qui sont d'ailleurs semi-doublées

Vous pouvez glisser vos objets sans crainte, elles ne craqueront pas.

  • les coutures non selvedge sont gansées,

Les coutures sont gansées pour un rendu plus net.

  • les boutonnières sont d'une très grande propreté,
  • il y a un point de chaînette en bas des jambes.

Bref, tout y est ! Ce sont les mêmes finitions que sur notre premier Kurabo, que j'ai longuement détaillées lors de sa présentation.

Que vous aimiez les délavages prononcés, ou les toiles ayant l'air neuves le plus longtemps possible, Nicoló vous donne toutes ses astuces pour entretenir votre jean brut.

Comment porter un jean en coton / lin ?

La couleur presque bleu acier ajoutera une pointe d'originalité, changeant du bleu très profond que l'on voit la plupart du temps. Du reste, portez-le comme n'importe quel autre jean : sans vous poser de question !

On regarde quelques idées ensemble.

Sans prise de tête, vous pouvez simplement porter votre jean avec une chemise casual, d’autant plus si elle présente un effet de texture. Sur ce genre de looks, ce sont les souliers qui donneront l’impulsion finale : on pourrait tout autant imaginer une paire de sneakers pour un rendu plus décontracté. C’est à vous de voir pour le coup ! Grâce à sa sobriété, c’est aussi le genre de look qui se prête bien aux accessoires : sac en bandoulière, chaîne accrochée au jean, bandana autour du cou… Vous avez le choix. (Chemise mouchetée BonneGueule, boots achetées en friperie, sac Paul Marius)

Blouson en laine, denim, boots en cuir : pas de doute, c’est bien du workwear ! Aucun souci niveau couleurs : le bleu se prête autant au kaki de la veste que le gris du tee-shirt. Ce dernier sert de liant entre toutes les pièces du look. Pour le sens du détail, n’hésitez pas à le choisir dans un coton légèrement travaillé (chiné, flammé…). Autrement RAS, il n’y a aucune difficulté ici. (Blouson top secret, tee-shirt Maison Cornichon, boots achetées en friperie)

Pour un look plus urbain, remplacez simplement le blouson en laine par un bomber.

La tenue est construite autour de l’association chemise / jean. Entre le mouchetage du coton d’un côté, et le mélange coton / lin de l’autre, les textures se répondent joliment. Le pull bordeaux contraste avec les tons assez doux des autres pièces, amenant automatiquement une forme de chaleur au look. Il s’agit de couleurs piliers de notre vestiaire, qui s’associent donc facilement entre elles. Les petits bracelets au poignet personnalisent subtilement l’ensemble. (Pull en laine BonneGueule, chemise mouchetée BonneGueule, sneakers Common Projects)

Attention, pas de réassort possible...

C'est la mauvaise nouvelle : Kurabo arrête de produire cette toile ! Nous sommes vraisemblablement l'un de ses derniers clients sur cette référence.

Sa production demande une installation particulière des métiers à tisser, que Kurabo ne souhaite pas reproduire. Cela rend ainsi le réassort impossible...

L'agent de Kurabo a été clair : il est possible d'avoir d'autres mélanges coton / lin chez d'autres fabricants si nous le souhaitons, mais ils seront plus chers.

On a donc commandé toute la toile encore disponible, suffisamment pour confectionner 500 jeans. Cela paraît beaucoup mais historiquement, notre premier jean Kurabo est parti très vite les premiers jours de lancement. Prenez-le en compte...

Comment se procurer les nouveautés BonneGueule ?

Les nouvelles pièces sont à présent disponibles sur l'e-shop et en boutique :

Benoît Wojtenka Benoît Wojtenka

J'ai fondé BonneGueule.fr en 2007. Depuis, j'aide les hommes à construire leur style en leur prodiguant des conseils clairs et pratiques, mais aussi des réflexions plus avancées.
Et j'ai quelques lubies : le sport en salle, le techwear… Et j'adore le thé sous toutes ses formes, que je bois à raison de plus de trois litres par jour.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.