BonneGueule x Le Mont Saint Michel : les pulls 100% laine vierge en maille gaufrée

65

Pour nous redonner foi dans le pull

Vous le savez, chez BonneGueule, on aime la grosse maille et on en porte intensivement.

Après avoir exploré le gros cardigan, il était donc logique qu'on s'attaque au pull à grosse maille : son col peut parfois le rendre plus facile à porter avec un manteau ou au-dessous d'un blazer. Et cela reste également une pièce très simple à associer, le tout est de proposer une texture ou un relief particulier !

Sauf que la plupart du temps, les pulls qu'on voit sur le marché sont souvent très neutres et n'apportent pas beaucoup à une tenue, à part de la chaleur. Ce n'était pas ce que nous voulions.

Après Six & Sept, nous avons donc recherché une marque française ayant une véritable expertise dans la maille, et c'est là que nous avons rencontré Le Mont Saint Michel.

pull bleu marine grosse maille

Le premier pull texturé : du bleu marine facile à porter.

pull bordeaux grosse maille

Le deuxième pull : un bordeaux pour apporter de la variété dans les couleurs.

On a assez peu parlé de cette marque sur BonneGueule, on va donc vous la présenter avant de parler de notre collaboration.

Cette partie est plus longue que d'habitude, mais l'histoire de la marque et d'Alexandre Milan (le créateur derrière Le Mont Saint Michel) méritent le détour…

Une histoire de Mont Saint Michel qui commence en 1918

Cela fait bientôt un siècle que la famille d'Alexandre produit des pulls. Né en Bretagne, issu d'une famille normande, il était donc totalement légitime pour diriger la marque Le Mont Saint Michel.

Avant d'aborder la marque en détail, voyageons dans le temps, car Alexandre nous a donné un point de vue assez unique sur l'histoire de la maille en France…

Un siècle d'histoire familiale

Après la première Guerre Mondiale, l'arrière grand-mère d'Alexandre fonde un atelier de tricotage de sous-vêtements, donnant un travail et une occupation aux veuves de guerre.

Elles produisaient des tricots de peau en laine, des chaussettes...

sous-vetements-homme-debut-20eme

Sur cette vieille réclame de la marque Docteur Rasurel, vous voyez clairement à quoi ressemblait les sous-vêtements de l'époque. Il faisait visiblement très froid !

Les années passent et la société de consommation s'implante dans la France des Trente Glorieuses. L'industrie est florissante : on dénombre alors près de 600 entreprises de tricotage, car c'est toute la population française qu'il faut habiller.

On avait besoin de machines efficaces, de productivité, de performance. C'est difficile à croire, mais à l'époque, l'intégralité de la consommation française était fabriquée en France !

usine-francaise-milieu-20eme-siecle

On est encore à des dizaines d'années de la mondialisation : ce qui était consommé en France était quasi exclusivement produit dans l'Hexagone.

C'est son grand-père qui importe les premières machines à tricoter des pulls depuis les USA. L'atelier de la famille Milan est à la pointe de l'innovation technologique dans les années 1960-70.

De 60 personnes, l'effectif passe à près de 300 employés produisant 3.500 pulls par jour dans l'entreprise, ce qui était considérable à l'époque !

En parallèle, Alexandre passe son enfance dans un atelier, mais pas n'importe lequel.

chateau monthorin

Avis aux amoureux du patrimoine, il s'agit du Château Monthorin.

En effet, ses frères et lui ont grandi dans un château retapé par leurs parents afin d'y installer leur atelier de tricot. Pour avoir visité le lieu, c'est vraiment atypique, l'atelier tranche radicalement avec les bâtiments industriels de l'époque.

De ce fait, son enfance est marquée par le souvenir des machines, leur bruit, l'activité des employés, par l'odeur de l'huile, de la laine et du coton, un peu comme "un mécano géant", nous dit-il.

L'entreprise est donc intimement liée à la famille et éveille rapidement sa curiosité, son envie de découvrir le métier. Jeune homme, son père lui met le pied à l'étrier, mais il ne se contente pas de lui remettre les clés de l'atelier sans le laisser faire ses preuves !

Son apprentissage de la maille

Avant de lui remettre les rênes, le père d'Alexandre père lui demande d'apprendre lui-même le métier pour être légitime. Il se met donc au tricot, à la couture, à utiliser les machines... et découvre comment fonctionne le montage d'un pull.

machines mont saint michel

Se former aux pratiques de base permettra aussi à Alexandre de bénéficier d'une meilleure compréhension de sa marque.

Après cet apprentissage, il part en Suisse où les meilleures machines à tricoter au monde l'attendent. Il se fait alors la main sur la programmation des métiers à tisser, les mailles complexes, toutes ces opérations permettant d'exprimer ses idées sur une machine ; tel un véritable artiste de la maille.

Pourtant, les choses vont commencer à se gâter dans le textile français…

La suprématie de la quantité : vers la fin d'un modèle

Les années 1980 marquent le début du règne de la grande distribution Carrefour, Monoprix, Prisunic... Ces mastodontes modifient considérablement la donne. Avec leur apparition, le rapport entre production et consommation est chamboulé. Pourquoi cela ?

Avec leur volonté d'acheter des quantités gigantesques au plus bas prix, on se met à produire plus de vêtements pour moins cher. Le but n'est plus de produire des vêtements durables et de bonne qualité, car qui dit vêtement à petit prix dit plusieurs achats par la saison. C'est la naissance de la fast fashion.

La quantité triomphe sur la qualité et, petit à petit, les consommateurs préfèrent avoir plus de choix, plus de vêtements moins chers qu'un seul de qualité durant toute une vie.

ouverture carrefour en france

En changeant notre mode de consommation, c'est toute l'industrie textile qui s'est progressivement bouleversée.

Avec l'ouverture du marché économique en Europe, la France se retrouve en concurrence avec des pays européens moins avancés technologiquement mais à la main d'oeuvre bien moins chère, de l'Italie au Portugal.

L'arrivée de ces nouveaux entrants a clairement déformé la filière du textile français, à tel point que celles qui étaient les meilleures filatures d'Europe ferment les unes après les autres.

Et malheureusement, le textile français s'effondre complètement, avec les conséquences que l'on connaît bien. L'atelier de la famille Milan en fait également les frais, tout est vidé. Cela n'enlève pas à Alexandre ce goût de la maille, et l'idée d'avoir sa propre marque fait peu à peu son chemin.

La résurrection de la marque Le Mont Saint Michel

La marque avant le rachat

Alexandre Milan n'a pas fondé la marque Le Mont Saint Michel, cette marque existait déjà depuis bien longtemps. Il l'a revivifiée et lui a donné une autre dimension.

Historiquement, Le Mont Saint Michel était une très belle marque de vêtements de travail fondée en 1913. Leur publicités de l'époque étaient visibles sur les murs, dans les campagnes. Chaque enfant connaissait le logo, qui faisait réellement partie du paysage visuel de l'époque.

mont-saint-michel-reclame-vetements

"3 fois plus d'usage", l'origine workwear de la marque saute aux yeux !

Plus qu'un logo, la marque produisait des vêtements absolument increvables, d'une solidité à toute épreuve. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, ils n'habillaient pas les métiers de la mer mais de la terre : artisans, agriculteurs, charpentiers.

pull marin port

Bon, c'est vrai que Mont Saint Michel est à la base une marque pour les métiers de la terre, mais vous pouvez porter le pull dans un port, ça marche très bien aussi !

La rencontre entre l'atelier familial d'Alexandre et la vieille marque se fait dans les années 1980. À ce moment, Alexandre veut passer au stade supérieur : fonder sa marque en propre pour distribuer la production de l'atelier.

Sans une marque à lui, il se trouve obligé d'assurer la sous-traitance pour distribuer ses mailles, une situation dont il aimerait bien se sortir !

La redécouverte d'une marque en sommeil

Il redécouvre Le Mont Saint Michel et se rend compte que la griffe est admirée dans le monde entier : Japon, Scandinavie, Suisse... Ces vêtements de travail ont un statut quasi culte par leur qualité et l'image à laquelle ils sont associés.

On se les arrache d'occasion et en surplus, mais la marque ne produit plus rien.

Alexandre fait donc une offre et rachète la marque, associant son histoire et sa visibilité internationale à l'histoire de sa propre famille. Les deux ADN étaient totalement compatibles : la simplicité et la sobriété propre à une marque d'héritage workwear, ajoutées au savoir-faire d'Alexandre dans la maille, et plus généralement la confection.

Depuis la marque exporte ses mailles à l'étranger, dans le monde entier, grâce au logo graphique reconnaissable entre mille.

logo le mont saint michel

Ça, c'est du logo qui en impose !

Mais depuis les débuts de la marque, le paysage du textile a bien changé dans le monde.. Et si Mont Saint Michel ne fabrique plus en France depuis plusieurs décennies, Alexandre, en grand technicien du vêtement, source régulièrement des ateliers aux quatre coins du globe.

Comme tout expert dans son domaine, il a également un point de vue parfois à contre-courant de ce qu'on peut lire ailleurs : il est extrêmement admiratif du savoir-faire récent des Chinois dans la maille et de leurs ateliers flambants neufs, équipés de machines dernier cri. Il se montre aussi beaucoup plus nuancé que nous sur l'utilisation du synthétique dans une maille, en mettant en avant la praticité et la facilité d'entretien qui en découle.

C'est donc ce mélange intéressant, à la croisée entre une marque française âgée d'un siècle et le savoir-faire pointu d'Alexandre, qu'on a voulu mettre en avant à travers ces deux pulls en laine.

Deux pulls en laine vierge

L'objectif de cette collaboration était de vous fournir un pull en laine vierge, en grosse maille, à la coupe ajustée et avec une texture bien particulière, afin de vous offrir une pièce chaude efficace et polyvalente, tant au niveau de la fonctionnalité (vous protéger du froid ! ) que celui du style (pouvoir le porter sous un blazer ou en étant très décontracté).

Une texture unique

La première chose que l'on remarque, c'est évidemment cette texture, qu'on pourrait qualifier de "gaufrée" ou de nid d'abeille. En fait, on appelle ça une maille retournée, car on utilise les deux côtés de la machine pour créer ce relief.

Étant donnée la forme de la texture, cela permet d'obtenir un pull visuellement intéressant, sans être trop épais ou inconfortable.

maille retournee

Avec une lumière légèrement plongeante, pleine de romantisme, la texture du pull se révèle progressivement.

Comme d'habitude, le choix des couleurs est toujours un grand sujet chez nous. Si le pull bleu est un incontournable, avec ici un "twist" visuel grâce à la texture retournée, il fallait également une couleur plus inhabituelle.

On a donc choisi le bordeaux, car on estime que c'est une couleur très facile à porter et qui apporte de la variété.

pull bordeaux maille retourne

Le col du pull, également compatible avec celui d'une chemise ! (voir la photo plus bas).

Une laine vierge qui tient chaud

C'est un pull 100 % laine vierge, une matière qu'on n'avait jamais explorée pour le moment chez BonneGueule : la laine vient d'Australie et est filée en Autriche.

Puis le pull est tricoté, coupé et cousu en Roumanie, dans un petit atelier familial qui maîtrise bien cette matière. C'est ainsi qu'il obtient ce tombé très "net" et près du corps.

pull bordeaux

Le bordeaux de cette laine vierge prend magnifiquement la lumière.

La laine vierge (d'une épaisseur de 27 microns) a l'avantage d'avoir une main plus "nerveuse", plus casual, et de présenter une très bonne robustesse dans le temps. On note d'ailleurs peu de boulochage par rapport à une laine plus fine.

Pour rappel, la laine vierge provient de la première tonte des moutons, et c'est une laine à laquelle on ne peut pas rajouter plus de 7% de fibres extérieures (souvent pour apporter de la tenue et de la robustesse)..

col pull bleu

C'est la laine vierge qui donne sa main assez casual à ce pull.

Et surtout, vu l'épaisseur de la maille, c'est un pull qui tient bien chaud ! Luca et Flo lors de leur journée de shooting venteuse, et Elie au ski, peuvent en témoigner. La texture alvéolée, l'épaisseur de la maille et la qualité de la laine vierge, font que le pull emprisonne pas mal d'air : cela lui donne une capacité d'isolation thermique remarquable.

Pour peu que vous n'habitiez pas au fin fond d'une montagne balayée par des vents sibériens, il suffira juste de rajouter une couche légère et coupe-vent - comme une softshell ou un trench - pour être paré à tous les aléas climatiques.

Dans le cas d'un froid rude (en-dessous de 5°C), mettez votre manteau habituel et je vous garantis que le mercure ne sera plus qu'un mauvais souvenir.

impermeable et pull

Ajoutez une couche déperlante ou imperméable à votre pull, et vous ne craindrez plus la météo !

Une coupe ajustée mais confortable

Vous le savez, sur de la maille épaisse, tout l'enjeu est d'avoir une coupe ajustée. C'est là que la laine vierge est très pratique, puisque son élasticité naturelle maintient bien le pull sur votre buste, tout en le rendant très confortable. Vous aurez une vraie liberté de mouvement, sans vous sentir serrés dedans.

Et comme d'habitude, quitte à avoir une matière élastique, autant qu'elle galbe correctement les bras et dessine les épaules.

Luca apprécie la longueur de la manche, qu'on peut soit porter normalement, soit en la tirant légèrement pour qu'elle couvre plus la main.

manche pull

Même si c'est une grosse maille, la manche reste bien ajustée.

Enfin, on a pris garde à ne pas avoir un bord côte trop serré, pour éviter que ne se forment des "bourrelets" trop prononcés. Comme je le disais, avec le "strech" naturel de la matière et du tricotage, il aurait été inutile de faire le contraire.

Chose que j'ignorais, le type de finition joue aussi sur la tenue de la coupe, notamment sur le sujet épineux du coupé cousu…

La question du coupé cousu vs le "fully fashioned"

Si vous lisez BonneGueule depuis un moment, vous savez que nous avons toujours recommandé d'avoir une finition "fully fashioned" par rapport à un coupé / cousu. Sauf que sur ce pull, c'est un coupé/cousu ! Pourquoi ce choix de notre part ?

Au début, je voulais effectivement du fully fashioned, mais Alexandre m'a mis en garde. Il m'a expliqué que sur une maille retournée, pour avoir une coupe bien nette et structurée, le coupé / cousu était préférable. Sans compter les techniques de diminutions / augmentations, à la mise au point longue et souvent incertaine. C'est son expérience qui a parlé !

pull coupe ajustee

Le fit du pull est bien visible ici, avec très peu de plis, mais en gardant un vêtement près du corps, bien utile pour aller pêcher la crevette le dimanche après-midi.

Comment porter un pull en maille gaufrée ?

look costume bleu et pull bordeaux homme bonnegueule

On commence avec Florian, fidèle à son élégance habituelle. Sans surprise, le bordeaux du pull se prête parfaitement au bleu marine du costume : on reste sur des "combinaisons valeurs-sûres". Assurez-vous simplement que votre blazer vous laisse suffisamment d'espace pour passer le pull au-dessous, au risque d'avoir l'air engoncé autrement. Le col de la chemise blanche crée un point de lumière et encadre la tenue en rappelant les sneakers. (Chemise BonneGueule, costume navy BonneGueule, sneakers Adidas)

look costume bleu et pull bordeaux homme bonnegueule

Le col du pull ne tombe ni trop haut, ni trop bas : vous n'aurez aucun problème à l'assortir avec une chemise.

look costume depareille florian

Dans le même esprit, le pull peut aussi se porter dans un costume dépareillé : l'essentiel est de veiller à ce que les couleurs restent harmonieuses. La marge d'erreur est très faible sur une combinaison bordeaux / bleu / gris. Florian opte pour des derby afin d'appuyer la dimension habillée de sa tenue, mais les sneakers du look précédent seraient tout aussi envisageables. Notez enfin la pochette bleu-gris et bordeaux, faisant le pont entre les différentes pièces du look. (Chemise BonneGueule, blazer Gant Rugger, pochette Hast, pantalon BonneGueule, derby Septième Largeur)

idee-tenue-homme-manteau-camel-pull-bordeaux

Luca vous en parlait dans son reportage sur le Pitti 89, le manteau camel est une pièce avec beaucoup d'allure tout en étant facile à porter. Regardez comme il s'intègre aisément aux autres couleurs, c'est un item particulièrement polyvalent. Sur cette tenue 100 % laine, la variation des textures est primordiale : aucune des pièces n'a le même aspect, bien qu'étant dans la même matière. L'écharpe simplement posée sur les épaules crée des lignes de verticalité et contribue à allonger visuellement la silhouette : astuce à retenir pour les plus petits d'entre nous ! (Écharpe Monsieur London, manteau Gutteridge, pantalon Crémieux, chaussures Scarosso)

 

street style macintosh et pull homme bonnegueule

Jean brut, pull en maille, macintosh en coton ciré... preuve qu'on peut faire du workwear autrement ! Le coton ciré fait subtilement écho aux influences marines du pull, là où le jean remplit le rôle de toile neutre autour de laquelle se greffent les autres éléments de la tenue. Notez comment le col de la chemise se pose avec celui du pull. Niveau couleurs, vous le savez, le combo bleu / beige est un pilier de la mode masculine : n'hésitez pas à en user ! (Chemise en oxford BonneGueule, jean BonneGueule, macintosh Gant)

luca pull le mont saint michel

Un pull et un pantalon peuvent également suffire à construire un look - sur ce type de configuration, soignez évidemment les coupes / proportions -. Avec une base aussi sobre, vous pouvez vous permettre une paire de chaussures plus audacieuse, ici des mocassins à glands bi-matière. Il en va de même pour le sac et les accessoires, c'est l'occasion de laisser parler vos envies. (Pantalon SuitSupply, mocassins Crémieux, sac Almaré)

street style pantalon tartan homme bonnegueule

La pièce forte de ce look est clairement le pantalon tartan bleu et vert, que le pull vient justement "apaiser" sans être ennuyeux, grâce au travail réalisé sur la maille. (Pantalon Zins, bottines Crémieux)

detail-tartan-et-pull-mont-saint-michel-700x467

On obtient ainsi un riche mélange de textures et de couleurs, sans pour autant en faire trop.

street style pantalon tartan homme bonnegueule

Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi troquer la paire de chelsea boots pour la spontanéité et le confort d'une paire de sneakers. 😉

look jean gris et veste en jean bleue homme bonnegueule

Si vous couplez un pull navy à une veste en jean, choisissez-en une à la nuance plus claire. Autrement, il n'y a aucune difficulté dans ce look : le haut est construit en camaïeu, le jean gris permet le lier les pièces entre elles et les beach boots desert boots s'inscrivent dans la même veine casual, tout en ajoutant une touche de couleur plus chaleureuse. (Veste APC, jean BonneGueule, desert boots Bobbies)

look jean gris et veste en jean bleue homme bonnegueule

Regardez de plus près, vous verrez que Luca a enroulé un bandana autour de son cou avant d'en rentrer les pans dans le pull (le nouer pourrait vite donner un air de "boy scout"). Maintenant que de plus en plus d'entre vous maîtrisent déjà bien les basiques et sont sur le chemin de leur propre style, je vous invite à vous pencher sur ce type d'accessoire pour développer votre curiosité. Moins courant, il permet facilement de véhiculer des influences ou des traits de sa personnalité. Autrement, une écharpe / foulard plus classique peut tout autant faire l'affaire : c'est une histoire de goûts. (Bandana Levi's)

look workwear marin homme bonnegueule

On ne pouvait décemment pas passer par Honfleur sans rendre comme il se doit hommage aux origines littorales de la marque ! Blague à part, le look est évidemment très connoté et peut sembler difficilement transposable. De manière générale, c'est en l'associant à des pièces plus habillées que vous pourrez porter un ciré  jaune dans un contexte citadin. (Bonnet Six&Sept, ciré et jean blanc De Fursac, desert boots Bobbies)

look workwear marin homme bonnegueule

Pour un rendu plus sobre et plus urbain, il suffit de retirer le ciré (ou de le choisir dans une couleur plus facile). Fondement du style italien, l'harmonie du pantalon blanc et du pull navy est totale. C'est d'ailleurs l'assemblage le plus simple avec un jean de cette couleur.

look workwear marin homme bonnegueule

Un pantalon blanc se suffit à lui-même. Mis à part quelques bijoux, il est inutile de surcharger la tenue en accessoires.

Comment choisir sa taille ?

Le sizing est très classique, prenez simplement votre taille habituelle !

Je sais que je dis ça à chaque lancement, mais c'est aussi simple que ça !

Comment se procurer les pulls BonneGueule x Le Mont Saint Michel ?

Les pulls sont disponibles ici dès ce dimanche à 14h, mais en quantité limitée !

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Benoit – BonneGueule

    C’est une Jaeger très vintage (je sais on dirait pas 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Je crois que c’est sa Lip Himalaya, ou sa Seiko (j’ai pas le nom du modèle par contre)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Ludovic !

    Ce sont des Minelli qu’on lui a offertes (mais on ne te recommande pas forcément la marque pour sa qualité :p)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Tibo !

    Merci beaucoup pour ton achat, et pour ton retour 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Yankee !

    Merci beaucoup pour ton retour, on est ravis que tu en soies aussi satisfait 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Merci pour ton retour !

  • Lio

    Bonne prise en compte. Ca fonctionne parfaitement maintenant 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Ah oui les cols roulés ! Si si on en a déjà parlé sur l’article de Beige Habilleur 😉 https://www.bonnegueule.fr/test-beige-habilleur-leshop-qui-amene-le-pitti-en-france/

  • Benoit – BonneGueule

    Je crois que c’est une collection de l’an passée…

  • Benoit – BonneGueule

    Lavage à la main, mais n’oublie pas que toute grosse maille, ça se lave très peu, car ça se retient pas du tout les odeurs, tu pourrais le laver une à deux fois par trimestre, ça suffirait largement !

  • JB

    Et quid du lavage ? 🙂

  • JB

    Hello l’équipe. Je n’arrive pas à trouver le ciré jaune de Fursac de Luca. Où pouvoir le prendre/l’essayer ? Merci !

  • Hello Alexis,

    Non, on rajoute toujours quelques % de matière synthétique aux mailles et aux draps (pas forcément 7%, mais toujours 2 ou 3), afin d’en faciliter l’entretien moderne (machines à laver) et augmenter la durabilité, sans altérer les propriétés thermiques.

    Simplement, en-dessous de 7% la loi n’oblige pas de le mentionner, mais c’est une norme et – dans le cas précis des mailles – une bonne chose d’avoir ces pouillèmes de fibres synthétiques.

  • Salut Sonor, de quelle pièces d’entrée de gamme parles-tu ?

  • Castro

    Dans ce cas d’accord, c’est juste que comme vous n’êtes pas habitués à sortir des pulls, et que les seuls que vous ayez sortis sont en coton, je m’imaginais un prix bien inférieur 🙂
    Maintenant, quand je vois le prix de votre cardigan, son poids, et sa capacité à tenir chaud et sa polyvalence, je ne me pose presque aucune question sur le prix, or là on reste sur un pull, certes pas un pull en laine mérinos de 150grammes, mais dont le prix flirte avec celui du cardigan, d’où mon étonnement 🙂

  • Sonor

    Salut les gars,
    Encore du joli travail, la texture de ce pull me plait beaucoup.
    Une question: vous ne parlez jamais (sauf erreur de ma part) des pull cols montants bien qu’on les retrouve dans de nombreuses collection de prêt à porter d’entrée de gamme, avez vous un avis sur cette pièce?
    Continuez comme ça!

  • Laurent Breillat

    Ok, merci pour ta réponse 🙂 J’ai commandé ma grosse tentation, on verra à la réception.
    Cela dit, ils ont quand même des pantalons en 53% polyester à 290€, là je trouve qu’ils abusent clairement ^^ (et ne pas offrir les frais de ports à ce pricing, c’est mesquin) Je leur pardonnerai si ma commande est aussi magnifique que sur la photo 😉

  • charly

    Haha oui super ☺
    Ce n’est pas vraiment secret alors les nouveautés…
    merci ?

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Laurent !

    C’est justifié ! Ils poussent le travail très loin, ils ont des matières au top (qui coûtent cher, aussi).

    Et surtout, il faut se dire que toutes les marques ne peuvent pas survivre avec un modèle comme le notre 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Charly !

    Si tu regardes dans la colonne à droite du site, sur les « News » il y a écrit les sorties à venir 😉

    En l’occurrence là c’est

    « Une veste légère et le pantalon en flanelle dans une toute nouvelle couleur – 17 avril

    Un pantalon bien particulier et la softshell ultime – mai »

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Scandaliche

    Merci quand même pour ton commentaire 🙂

  • charly

    Salut les gars,
    Encore et comme toujours du super boulot.
    j’ai un peu de mal en général à porter des pulls je préfère plutôt les cardigans.
    Mais pour le coup le bleu me plait énormément!
    J’hésite à être au rdv dimanche, car « malheureusement » c’est une collaboration et donc en quantité limitée…
    D’un autre côté le printemps fait son retour, et comme pour de nombreuses personnes mon budget n’est pas illimité et je me serais plutôt tourné sur des pièces « estivales ».
    De nouvelles pièces sont-elles prévues pour le mois prochain?
    Et si oui, des pièces plus printanières??
    merci

  • Scandaliche

    Comme d’hab, c’est super beau et comme d’hab, ce sera way above my budget :(-

  • Catteau Alexandre

    Super, merci Benoit pour cette réponse détaillée. Va pour le S 😉

  • Benoit – BonneGueule

    Non, un peu plus, on est bien proche ce que ferait SNS qu’un pull fin lambda sans texture.

  • Benoit – BonneGueule

    Très sincèrement, les deux tailles peuvent t’aller du fait de l’élasticité de la maille, mais le S devrait t’aller. Alex qui est EXACTEMENT dans le même sizing que toi, prends du M parce que le confort prime avant tout 🙂 Mais lui-même reconnait qu’il pourrait mettre du S !

  • Benoit – BonneGueule

    Attention, là tu essayes de faire rentrer des carrés dans des cercles ^^
    C’est une grosse maille en laine vierge, et non un pull en mérinos extrafine, les coûts n’ont rien à voir avec celui d’un sweatshirt ou d’un pull fin, là on est plus proche de ce que ferait SNS Herning.
    Par contre, je me refuse à la mettre dans la case « mi saison », parce qu’au printemps, avec simplement un trench par dessus, ou en hiver, avec un manteau par-dessus, ça passe crème ! Y a que en été qu’on ne peut pas le porter 🙂
    (et encore, je suis sûr que lors d’une soirée un peu fraîche dehors, typiquement celle où on sait pas trop quoi mettre, il pourrait aussi avoir toute son utilité !)

  • Benoit – BonneGueule

    J’ai transmis à l’équipe ! C’est vrai que toute l’équipe est sous Chrome.

  • Benoit – BonneGueule

    Luca prend du M et Flo du S. Le S devrait t’aller, mais je pense que le XS te conviendra mieux vu que tu as l’air d’être très méticuleux sur la longueur d’un pull 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    M ici aussi !
    Ben étant donné qu’avec les cardigans, on avait déjà sorti de la grosse maille avec un col volumineux, ici on a voulu faire plus simple 🙂

  • Xavier P.

    Je m’attendais à des pulls plus fins (genre merinos ou cachemire) et avec un petit twist (qui a dit col roulé ?). Mais finalement, il sont pas mal du tout ces pulls, le bleu me fait grave de l’oeil !
    Du coup, petite question taille : j’ai le cardigan grosse maille en M, je prends quoi pour celui-ci ?
    @+ la team

    PS : Luca, le Alessandro Squarzi français 😉

  • Lucas

    1,74 m pour 64kg, je prends quelle taille ?
    En fonction des marques je navigue entre le XS (APC), le S (COS) et le M (Pull galeries lafayette)
    Je pensais prendre du S mais comme vous avez indiqué à ReziiaK qui mesure 1,80m de prendre du S le doute m’habite…Combien mesure Luca et Florian et en quelle taille portent-ils le produit ?

  • Lio

    Bonsoir,
    Pour une compatibilité totale avec tous les navigateurs web (dans mon cas OS X El Capitan version 10.11.3 et Safari donc), on n’utilise JAMAIS d’accent dans le titre des photos, ou autres caractères non passe-partout. C’est une règle immuable en conception web et les photos illisibles avec accents et autre caractères sont très courantes sur votre site… JAMAIS d’accents…
    La conséquence est que de nombreuses photos ne peuvent être lues sur votre blog… et ce n’est pas récent, vraiment dommage… et pourtant souvent répété sur le blog.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Laurent !

    Certains sont un poil plus chers que ça mais oui, à peu près 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Robert !

    Merci pour lui 😉 (je suis d’accord, il se donne à fond pour trouver de belles tenues !)

    Je pense que c’est par « timidité stylistique », tout comme on voit toujours beaucoup d’hommes ne pas oser s’aventurer plus loin que les couleurs très sombres / le noir :/

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Audry !

    Je n’ai pas les mesures mais n’hésite pas à nous écrire à [email protected] pour ça 🙂

    (Même si honnêtement sur la maille il n’y vraiment pas besoin de faire d’overthink là dessus.)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Franck !

    C’est un toucher un peu plus nerveux que le Mérinos mais la plupart des gens arrivent tout à fait à le porter par dessus un simple tee manche courtes 🙂

  • Franck Burlaud

    Par contre je pensais que ce serait plutôt du merinos. La laine vierge je risque de ne pas supporter. Domage

  • Audry

    encore une petit question concernant la longueur des manches de la taille S ?

  • Benoit – BonneGueule

    Environ 600 g !

  • Benoit – BonneGueule

    Gutteridge n’est pas distribué online, si tu en veux un, il faut aller à la boutique de Florence 🙁
    Pour Daniel Cremieux, leur site est en cours de construction !

  • Benoit – BonneGueule

    Merci pour ce retour ! On va voir comment ce pull va être réceptionné et accueilli, et effectivement, pourquoi pas en faire un permanent… tout va dépendre de votre accueil 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    C’est difficile à comparer avec un le sizing de Benjamin Jezequel, car on est sur deux sizings de deux marques, et surtout, un sweatshirt en coton n’est pas pareil qu’un pull en laine vierge ! Mais étant parfois entre le M et le L, tu peux prendre le M sans problème, du fait de l’élasticité de la matière.

  • Benoit – BonneGueule

    Prends du S sans hésiter ! Mais alors sans l’ombre d’un doute !

  • Benoit – BonneGueule

    C’est-à-dire ? 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Ben justement, on se pose la question sur ce point, et je te remercie de faire un retour là dessus. Le truc, c’est que faire poser juste Luca et Flo ça a de sacrés avantages, ils sont bien rôdés, ça va très vite, et les autres, moins à l’aise devant l’objectif, n’ont pas besoin de bloquer une demi-journée pour poser. Mais je transmets ton retour !

  • Sébastien

    Rooohhhh ! L’insert du pot de moutarde dans la vidéo 😀

    Beaux produits en tout cas, et la nouvelle identité visuelle des vidéos (insert texte) est bien sympa. Mais du coup, vous ne faites plus poser tous les membres de l’équipe ? Nan parce que sortir vos deux top modèles de référence (!!!), c’est bien, mais voir les produits sur des physiques plus « conventionnels » et variés permet aussi de se donner une idée de la pièce ! (C’est pas une critique hein ! juste un avis personnel)

  • Castro

    À ce point là ??

  • ReziiaK

    Bonjour. Serait-il possible d’avoir les mensurations de Lucas et Florian? (Je crois que vous disiez que Florian était la taille S parfaite) Je m’interroge entre prendre le pull en taille S ou M. Faisant 1m80 pour 65kg, j’ai la taille fine (je porte le APC petit standard en taille 27) mais des épaules correctes et je ne voudrais pas que le pull soit trop lâche au niveau de la taille sans pour autant paraître étriqué.

  • Benoit – BonneGueule

    😉

  • Benoit – BonneGueule

    S aussi !

  • Benoit – BonneGueule

    Oui tu peux !

  • Benoit – BonneGueule

    Si c’est très sympa, mais ça reste un budget pour un pull ! Et SNS, parfois, les designs sont un peu trop barrés, trop « mode » je trouve.

  • Benoit – BonneGueule

    C’est une collaboration, donc elle est en édition limitée et ne sera pas réassortie !

  • Foucault Jérémy

    Beau produits. Finalement avec tous les vêtements que vous sortez, je vais pouvoir uniquement m’habillé chez vous, bon goût assuré. Il manque plus que vous sortiez un magnifique blouson en cuir ! J’ai une question. Le pull est juste un collaboration, ou il fait partit de la collection permanente?

  • Brice

    Sans vouloir être hors sujet d’ailleurs, tu dis dans la vidéo que tu voulais faire le pull que tu aurais aimé trouver et porter… Ca veut dire que tu n’aimes pas les pièces de SNS ? (le rapport q/p est peut être pas terrible, par exemple ?)

  • Audry

    Bonjour,

    est-ce que l’on peut faire comme avec le cardigan ? Prendre une taille en dessous pour être plus serré au niveau de la taille mais toujours avoir une bonne épaule. ( pour les personnes étroites de taille)

  • ludo

    Bonsoir je prends vos chemises en s du coup en quelle taille je dois prendre les deux pulls ? Merci

  • Chirstophe

    210 ou 220 euros je dirai

  • Hello Louis, je te conseille un S dans ce cas-là 🙂

  • comme d’hab, pas trop, vu que c’est toujours super dur à prévoir !

  • Chirstophe

    Bravo encore une fois.
    Avez vous prévu large au niveau des quantités ?

  • Benoit – BonneGueule

    Le notre est plus aéré justement, je suis en train de bêta tester ce pull intensivement depuis un mois et niveau température, il est hyper polyvalent, c’est ça que j’apprécie beaucoup, la régulation thermique est très sympa !

  • Benoit – BonneGueule

    On sera moins cher qu’un pull SNS par exemple !

  • Ibrahim

    Toujours de belles pièces 😉
    Une idée du prix ….