BonneGueule x Coldsmoke : le bomber coupe-vent et déperlant

44

Tout commence avec Randy Breitenbach - fondateur de la marque et entrepreneur californien - qui possède une station d'héliski en Colombie Britannique sur la bien-nommée "Powder Moutain".

Si vous ne savez pas ce qu'est l'héliski, expliquons-le en quelques mots : vous vous faites héliporter au sommet d'une montagne, sur un versant ne comportant aucune piste déjà tracée, afin de profiter au maximum d'une poudreuse la plus pure et dense possible.

L'héliski, le sport à l'origine de Coldsmoke.

C'est une activité de glisse que l'on peut considérer comme "de luxe", ou bien réservée aux passionnés. Et parmi toutes les contraintes qu'elle implique, il y a notamment l'accompagnement permanent des héliskieurs par des "guides de montagne".

Ces derniers, généralement originaires de la région où ils opèrent, sont autant des skieurs à un niveau de compétition internationale, que des explorateurs du quotidien. Ils sont régulièrement confrontés à des conditions climatiques qui exigent une préparation rigoureuse.

Une des étapes les plus importantes reste certainement celle du matériel : on ne fait pas d'héliski avec des doudounes de ville, un jean stretch et un bonnet rigolo en forme de dreadlocks.

Voilà le genre d’environnement pour lesquels les premiers produits Coldsmoke sont crées. Autant vous dire qu'ils ont intérêt à protéger le porteur du vent, de l'humidité, et ne pas craindre les accrocs.

Justement, les guides qui travaillent pour Randy ont besoin d'équipement technique, fiable, robuste, et adaptable à toutes les conditions climatiques qu'ils peuvent rencontrer.

C'est ce besoin qui le pousse à créer sa propre ligne de vêtements techniques en petites productions exclusives, destinées à ses guides et son staff. Souhaitant les équiper avec ce qui se fait de mieux, il s'assure que ses pièces soient réalisées dans les matières techniques les plus innovantes.

 

La "Tantalus Guide Jacket" de Coldsmoke, la "Rolls Royce" du vêtement d'hiver et de montagne, digne héritière des vestes conçues pour les guides de Powder Moutain.

Une marque de techwear urbain et racé

En 2012, Randy décèle une opportunité dans son projet. Puisqu'il a lancé une production de vêtements de haute performance, à la pointe de ce qui se fait sur le marché, pourquoi ne pas l'agrandir en amenant son produit au grand public ?

Tandis qu'il prend une pause au milieu d'une descente de sa station, il entend un de ses guides dire :

Lorsque la neige est parfaite, que le soleil brille haut dans le ciel et qu'il y a juste ce qu'il faut de vent, la poudreuse devient comme une "cold smoke" - une fumée froide.

À cet instant-là, le nom de la marque lui apparaît comme une évidence.

Le nom de la marque vient de cet état que peut prendre la poudreuse lorsque les bonnes conditions climatiques sont réunies, où elle ressemble presque à une "fumée froide".

Mais Coldsmoke, fraîchement baptisée, ne va pas s'en tenir à la poudreuse et aux montagnes.

Des vêtements Made in California

Conjuguer technicité et esthétique

Dans une volonté de refléter la diversité du panorama californien - où cohabitent le vent, la neige, les montagnes, le désert, le soleil, la mer et la pluie - Randy engage Liam McAuliffe en tant que directeur artistique. Il le rejoint dans l'année suivant la création de la marque, pour opérer un changement radical dans la direction qu'elle prend.

L'idée ? Continuer à faire des produits à base de ripstop, de membranes coupe-vents et imperméables, d'isolation thermique de pointe, de zips étanches... mais en les adaptant à un look et à des usages du quotidien. Et toujours "made in USA".

Aujourd'hui, l'objectif de la marque est de proposer un vestiaire pratique et technique, mais aussi urbain, sur lequel vous pouvez compter où que vous soyez. Des pièces portables qu'il fasse beau ou qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige (littéralement), sans jamais avoir l'air déguisé en paramilitaire ou de se préparer à une session de randonnée.

Pour faire simple, Coldsmoke souhaite réconcilier la haute technicité du vêtement avec l'esthétique d'un beau basique racé et bien pensé.

Derrière son apparence de parka "fishtail" tout à fait classique, sobre et bien coupée, cette pièce cache en fait une membrane waterproof Schoeller à la pointe de la technologie textile, dont les pores se rétractent ou s'ouvrent en fonction de la température ambiante.

Des matières de performance

Nombre d'entre vous sont déjà familiers des marques dites "sans intermédiaires", dont la structure de coûts permet souvent de proposer des produits de qualité, plus abordables que le reste du marché.

Coldsmoke est sur un modèle assez similaire. En vendant sa production à travers son propre réseau de distribution, sans devoir couvrir les frais marketing d'une grande marque, elle parvient à proposer des produits plus accessibles que les autres noms habituels de l'urban techwear.

C'est d'autant plus vrai lorsqu'on sait que la marque ne travaille vraiment qu'avec les meilleures matières et technologies, souvent choisies chez Schoeller, eVent, ou encore Polartech.

Et le mieux dans tout ça, c'est qu'elle parvient malgré tout à proposer une confection 100% "Made in California".

Le coût d'une fabrication californienne est certes élevé mais, pour Coldsmoke, il vaut largement la qualité obtenue. Sans oublier le respect éthique et environnemental qui en découlent.

Pourquoi miser sur une fabrication californienne ?

Lorsque nous avons demandé à Liam pourquoi Coldsmoke persistait à tout produire en Californie malgré le coût très élevé de la main d'oeuvre, il nous a exposé un argumentaire bien fourni...

Bien sûr, cela part avant tout d'une envie de soutenir une production locale, ce qui est d'ailleurs une démarche qui touche un public de plus en plus grand. Mais en dehors de cet aspect patriotique, la marque y trouve aussi de nombreux avantages pratiques.

Une affaire de savoir-faire...

Tout d'abord, cette main d'oeuvre est certes chère, mais elle est surtout très qualifiée. Historiquement, la Californie est un des berceaux des sports de glisse (qu'ils soient d'hiver, nautiques ou de ville). Il est donc naturel d'y trouver des savoir-faire propres à la confection de vêtements pour ces sports.

La polyvalence chez une marque de techwear, c'est d'être capable de faire des vêtements également portables lorsqu'il fait plus chaud... Comme en été, dans le Sud de la Californie, en dévalant des pentes de bitume. (Au passage, quand on se ramasse en skate, le ripstop prend tout son intérêt.)

Une démarche éthique

En tant qu'amoureux de la nature et des grands espaces, l'équipe menant la barque de Coldsmoke souhaite collaborer avec un fabricant dont ils peuvent s'assurer des exigences écologiques et humaines. Et quoi de mieux pour ça qu'un petit atelier à 20 minutes de leurs bureaux ?

Cette proximité offre aussi une certaine "agilité" dans la production. Puisque la marque produit de faibles quantités et s'appuie aussi sur du crowdfunding, il est très important de réduire au maximum les délais de transport, ainsi que le manque de coordination entre ceux qui conçoivent et ceux qui confectionnent.

Des pièces testées en conditions réelles

Ils ne plaisantent pas avec la fiabilité de leurs pièces.

Liam m'a assuré que le staff de la marque, épris de la culture des grands espaces et des sports de glisse, mettait un point d'honneur à tester les pièces en conditions réelles.

Ils organisent ainsi de "petites expéditions", qui vont du week-end d'escalade en Californie jusqu'aux excursions en Islande, en passant par une semaine de camping sauvage et de ski dans les contrées enneigées du Japon.

Liam, le directeur artistique de la marque, mettant lui-même à l'épreuve son short Coldsmoke durant une session d'escalade par temps chaud.

En lisant ces lignes, vous vous doutez donc qu'entre l'histoire de la marque, ses designs toujours bien menés et sa démarche éthique, il fallait que nous collaborions avec eux !

Pourquoi un bomber ?

C'est une pièce que j'apprécie de plus en plus : elle est décontractée, sans faire trop sportswear pour autant.

Et j'aime la "polyvalence extrême" de cette pièce : on peut la voir porter avec des looks très streetwear (un jean très fitté, déchiré aux genoux, et des sneakers bien hype) ou dans des looks beaucoup plus classiques, comme une chemise en oxford, un jean brut et une paire de bottines. Peu de pièces peuvent faire un tel grand écart entre les styles.

Mais la plupart du temps, les bombers que l'on trouve sont en nylon assez basique, qui n'a pas grand chose à raconter. La coupe n'est également pas très flatteuse, la faute à une interprétation au premier degré des origines de ce blouson.

Il y avait donc beaucoup de choses à faire !

Une pièce à la fois décontractée et intemporelle, avec la possibilité d'y ajouter une dimension technique... C'était vraiment le vêtement à explorer avec Coldsmoke !

Une matière japonaise ripstop, respirante et déperlante

Une autre approche du nylon

Ce bomber est monté dans un très beau nylon japonais, avec un motif ripstop très discret, qui apporte un joli relief quand on regarde de près.

Pour rappel, le ripstop est un motif en forme de quadrillage, plus ou moins grand et épais, qui tire son origine du vêtement militaire. Il était censé empêcher les déchirures, rip stop en anglais.

Le tissu présente un motif ripstop, qui se caractérise par son petit quadrillage.

Pour le coup, le fournisseur japonais a abordé ce nylon comme un coton. Il n'a pas du tout la brillance que l'on retrouve habituellement sur un bomber, donnant cet aspect synthétique. C'est ce qui m'a plu dans cette matière.

Des couleurs "à la nipponne"

Le bomber se décline en deux couleurs, un kaki et un bleu outremer.

Je suis un très grand fan des couleurs kaki / olive quand ce sont les Japonais qui les traitent. Il y a toujours une subtilité que j'ai du mal à retrouver ailleurs ; les autres font des verts trop foncés à mon goût. Ici, on retrouve cette teinte légèrement vintage qui va si bien avec toutes les couleurs.

Je trouve que les Japonais interprètent le kaki comme personne d'autre, toujours avec ce côté "vintage".

Quant au bleu outremer, il aurait pu paraître "plat" mais là aussi, le micro ripstop lui donne tout son charme. À noter qu'il est assez foncé : c'est une couleur qui ravira ceux qui aiment composer avec des palettes de couleurs sombres. Pour le coup, il ira très bien avec un jean noir !

Grâce à sa nuance, le bomber bleu ira autant avec un jean brut que noir.

Mais l'intérêt de cette matière n'est pas seulement sa confection japonaise, c'est aussi la membrane qui la compose. Elle s'appelle l'eVent...

De l'eVent monté sur un nylon japonais

À la base, vient le besoin de se protéger de la pluie.

On invente donc les cirés, mais ils ont un gros problème : ils ne sont absolument pas respirants. S'ils empêchent la pluie d'entrer sur le porteur, ils empêchent aussi la transpiration de sortir. Bonjour, l'effet sauna.

C'est là qu'interviennent les membranes imperméables ET respirantes...

Anatomie d'une membrane

Tout commence avec la première couche ; ici, notre nylon japonais ripstop. C'est le tissu extérieur que vous voyez, tout simplement.

En-dessous, vous avez cette fameuse membrane. Là aussi, le principe est tout simple : les pores sont suffisamment grands pour évacuer la sueur mais trop petits pour laisser une goutte de pluie rentrer. Exactement comme sur la peau humaine. Le Gore-Tex, l'eVent, mais aussi le Neoshell et le Pertex fonctionnent sur ce principe. Il s'agit de la deuxième couche.

Puis vient enfin la troisième couche. Elle protège la membrane des frottements en tout genre, mais aussi du sébum, de la crème solaire... Elle ressemble à une résille, avec des mailles si fines et si petites qu'on ne dirait justement pas une résille ! Parfaitement collée à la membrane, il est impossible de s'en saisir.

Voilà pourquoi on parle de vestes imperméables 2 couches ou 3 couches, où une doublure n'est pas nécessaire. Je vous rassure : quand on prend ce type de tissu en main, il est difficile de se douter qu'il correspond à trois couches différentes, empilées et "collées" entre elles.

Voilà, un 3 couches de base.

L'eVent est considéré comme le grand rival du Gore-Tex. Les deux matières sont imperméables, mais eVent affirme que sa membrane est plus respirante...

eVent contre Gore-Tex : le match des membranes

Zoom sur Gore-Tex

Parmi les éléments susceptibles de "contaminer" la membrane Gore-Tex, on compte la graisse, la crème solaire, les insecticides... Et si la membrane est contaminée, ce n'est pas compliqué : elle fuit et n'assure plus d'imperméabilité.

Pour protéger la membrane, Gore-Tex applique alors une fine couche de polyuréthane (le "PU" qu'on peut lire partout).

Les multiples couches du Gore-Tex en action !

Vous voyez le paradoxe ? On applique une matière finalement peu respirante (le PU) à la membrane sensée être respirante ! Le tout, à l'intérieur de la matière, et non à l'extérieur.

Qu'advient-il alors de la sueur ? Gore-Tex a trouvé une parade en rendant le PU hydrophile. Il va attirer votre transpiration pour la rejeter le plus vite possible vers la membrane respirante, qui elle-même va la rejeter vers l'extérieur. C'est pour cette raison que la respirabilité d'une veste est mesurée par sa capacité d'évaporation (pour faire simple).

Le problème, c'est que le PU constitue une barrière physique supplémentaire entre votre peau qui transpire et l'air extérieur. Et pour que le processus d'évacuation s'active, il faut commencer à transpirer un minimum, sinon l'humidité de votre corps reste entre votre peau et le PU.

C'est la différence fondamentale entre le Gore Tex et l'eVent : l'eVent n'a pas de PU. La membrane est protégée sans y avoir recours, on tombe directement sur la membrane très respirante.

On voit bien ici la différence, où les images 1 et 2 composent un tissu en Gore-Tex tandis que l'image 3 montre une membrane eVent plus aérée.

Un secret bien gardé...

Si vous avez bien suivi, vous devez vous demander comment la membrane eVent est protégée des "contaminants" sans PU.

La réponse va vous décevoir... ou vous intriguer !

En fait, c'est un secret industriel.

Un ingénieur textile a parlé d'un revêtement oléophobique appliqué grâce à un processus de fluide supercritique. Le secret consiste à appliquer ce fameux revêtement entre chaque pore, sans en compromettre la circulation de l'air et de l'humidité. Bref, sans toucher à l'ouverture pores. On n'en saura pas plus...

Pour faire simple, l'eVent, c'est ça.

Pour cette raison, on dit que l'eVent "ventile" directement la transpiration. Il a d'ailleurs acquis la réputation de matière la plus respirante sur le marché.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur les avantages et inconvénients de chacun, les tests utilisés ou encore le traitement déperlant, mais je pense qu'on serait un peu hors sujet.

Oui, la mesure de la respirabilité est un sujet très sérieux, avec un protocole très précis.

Pour les plus curieux, il existe pléthore de vidéos comparatives. Celle-ci est particulièrement drôle...

Le bomber est-il imperméable ?

Je sais que quelques marques jouent beaucoup sur l'ambivalence de certains termes comme "waterproof".

Ici, je vais être très clair : la matière de ce bomber est complètement imperméable mais, étant donné que les coutures ne sont pas thermosoudées, ce n'est pas une pièce que je qualifierais de waterproof.

En revanche, dans le cas d'une petite averse, elle fera parfaitement le job ! Je préfère donc dire qu'elle est déperlante et "water resistant".

Une matière déperlante et coupe-vent qui vous protégera des petites pluies.

Encore une fois, le but n'était pas de faire une pièce totalement imperméable, mais d'avoir une matière à la fois belle, respirante et coupe vent. Si elle est imperméable en prime, tant mieux, c'est le bonus !

Si jamais vous voulez vraiment porter cette pièce en cas de grosses pluies et que vous cherchez un moyen de protéger votre tête, plusieurs possibilités s'offrent à vous :

Le test de la jungle urbaine

Pour avoir beaucoup porté ce bomber, je tiens à vous livrer mon ressenti.

Au départ, je craignais que la doublure ne diminue la respirabilité de la matière extérieure mais, puisqu'elle reste très fine, l'air circule bien.

Je suis allé à un salon professionnel hier. Je portais la version kaki,  juste une chemise en-dessous, et notre jean coton / lin pour voir comment il se délave. Quand je suis sorti de chez moi pour aller au métro, j'avais peur d'avoir froid, mais pas de problème finalement.

Il y a eu un incident sur la ligne 9, la rame s'est rapidement trouvée bondée. Là, j'ai vraiment pu apprécier la respirabilité de la pièce...

Tout le monde était serré, il faisait évidemment chaud, mais j'étais surpris de voir combien c'était vivable. Bien plus que si je portais un autre blouson en fait. Je signe et persiste : c'est une matière plus respirante que le Gore-Tex Pro, que j'ai pu tester en long et en large avec ma veste J1A-GT Acronym. Mais à la décharge du Gore-Tex Pro, il répond aussi à des besoins différents.

Bougez, votre bomber respire.

En sortant, j'ai pris quelques gouttes d'eau mais vu l'étanchéité de la matière, j'étais bien au sec. Mais ça, je m'en doutais.

Je suis enfin arrivé au salon. D'habitude, c'est le genre d'endroit où je finis toujours par porter mon blouson à la main car j'ai trop chaud, ce que je déteste. Vous voyez cette chaleur assommante qu'on retrouve dans ces lieux immenses et bondés ? Eh bien là, j'ai pu rester toute la journée en bomber : la respirabilité tient ses promesses.

C'est une pièce qui conviendra à ceux qui doivent gérer la chaleur au quotidien, dans les transport en commun ou dans la journée. Ou ceux qui ont souvent le sentiment d'étouffer dans leurs vêtements, même quand ils pensent avoir choisi la bonne tenue.

Du côté des finitions

Le bord-côte des poignets et du col vient aussi de Californie. Il a été tricoté exprès pour la pièce et teint à la main, afin d'avoir le coloris le plus juste possible.

Des bords-côtes teints à la main, made in California...

... Pour une couleur la plus juste possible.

Au niveau des poches extérieures, elles sont fermées par un bouton-pression personnalisé. Regardez de près ! Vous trouverez aussi une petite poche intérieure zippée, pour mettre vos effets personnels en sécurité.

Quant au dos, il y a un jeu de découpes en clin d'oeil au blouson Harrington.

Le jeu de découpe à l'arrière rappelle les blousons Harrington.

La doublure est elle aussi dans un ripstop de nylon très fin, venant du Japon, avec un camouflage suisse réinterprété à la sauce Coldsmoke. On y aperçoit de petits sapins qui reflètent leur amour de la montagne.

Liam nous a également confié qu'il s'agissait d'un clin d'oeil à leur passion pour le pop art.

Une véritable collaboration

Je tiens à remercier Coldsmoke car, de toutes les marques avec lesquelles nous avons collaboré, c'est l'une de celles qui nous a laissés le plus de liberté pour modifier des détails et la coupe. Habituellement, les marques n'aiment pas trop qu'on touche à leur patronage (qu'on "l'altère") mais avec Liam, c'est très simple : il a pris toutes nos demandes en compte. On a changé pas mal de choses au fur et à mesure des protos...

  • La coupe est bien plus ajustée sur notre collaboration. Non pas qu'elle était trop grande avant, mais disons qu'on sentait l'origine américaine et l'héritage sportswear de la marque. On retrouvait une certaine ampleur qui n'avait plus lieu d'être pour une utilisation urbaine. Eh oui, c'est donc une coupe exclusive pour nous !

Une coupe confortable et moderne, exclusivement développée pour nous. Et si jamais Coldsmoke voulait la réutiliser pour de prochaines pièces, on serait très fiers de leur avoir laissé une empreinte.

  • La tirette de zip initiale était un peu trop "logotée" pour nous. Du coup, ils l'ont remplacée par un joli gros-grain à leurs couleurs.
  • Nous avons ajouté des oeillets d'aération aux aisselles, et on a voulu que le zip de la poche intérieure soit plus discret.
  • On a complètement revu la taille du rabat des poches, toujours dans cette idée d'affiner la silhouette.

Pour nous, Coldsmoke a rajouté des oeillets d'aération aux aisselles. Nous avons aussi retravaillé la forme de la poche.

Vraiment, un grand merci à eux. C'est la collaboration pour laquelle nous avons eu le plus de prototypes ; je vous assure que peu de marques auraient accepté autant de modifications.

Quid de l'entretien ?

Pour profiter de votre bomber le plus longtemps possible, il n'y a rien de bien compliqué !

Lavez-le en machine à 30°, puis faites-le sécher sur cintre. Ni sèche-linge, ni nettoyage à sec ! 

Comment choisir sa taille ?

Le sizing est standard : prenez simplement votre taille habituelle !

Comment porter ce bomber ?

Ici, François opte pour le bomber version kaki et un tee-shirt gris taupe. Automatiquement, les couleurs renvoient aux origines militaires de la pièce. Une palette de couleurs peut jouer sur "l'accent" final d'un look, au même titre que les chaussures ! (Tee-shirt Maison Cornichon, jean Kurabo coton lin BonneGueule, boots achetées en friperie)

Le bomber est devenu une pièce-phare du streetwear, aucune chance de vous tromper en l'associant avec un tee et un chino. Les sneakers blanches viennent renforcer ce côté urbain. On aurait tout autant pu imaginer une paire plus audacieuse vu la sobriété de la tenue, c'est à vous de voir ! (Tee-shirt Maison Cornichon, chino navy BonneGueule, sneakers Common Projects)

Bomber fermé, cela fonctionne aussi !

L'association bomber / chemise casual fonctionne quasiment à tous les coups. Les deux cols se positionnent d'ailleurs très bien l'un par rapport à l'autre. Avec une pièce en nylon, n'hésitez pas à ajouter de la texture pour créer du relief, comme ici avec la chemise mouchetée ou la toile particulière du jean. (Chemise mouchetée BonneGueule, jean Kurabo coton / lin BonneGueule, boots achetées en friperie)

Un grand merci à François, lecteur de longue date, de nous avoir rejoints sur ce shooting !

Comment se procurer les bombers BonneGueule x Coldsmoke ?

Le lancement officiel a lieu ce dimanche 24 septembre à 14h00. N’oubliez pas de vérifier votre boîte mail : on vous enverra directement les liens pour pouvoir accéder aux pages produits.

Vous pourrez aussi trouver les bombers dans nos boutiques à Paris, Lyon et Bordeaux dès le samedi samedi 23 septembre.

Et pour les autres, inscrivez-vous sans plus tarder :

A propos Benoît Wojtenka

J’ai fondé BonneGueule.fr en 2007. Depuis, j’aide les hommes à construire leur style en leur prodiguant des conseils clairs et pratiques, mais aussi des réflexions plus avancées.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Théo !

    Excellent rapport Q/P, si le design te plaît tu peux y aller les yeux fermés.

    Pour le sizing il est différent du notre donc direction leur service client 😉

  • Benoit – BonneGueule

    Non, ça peut dépasser en longueur, ce n’est pas un problème 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci Christophe 🙂
    Content qu’il te plaise !
    Tu verras qu’il est aussi suffisamment frais pour être porté quand il fait chaud. C’est la magie des matières techniques !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Fred !

    Après c’est pas censé non plus mourir au bout de deux ou trois fois ou tu les remontes pour faire la vaisselle, mais ils finiront tous tôt ou tard par trop se détendre si tu le fais trop souvent… 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Stephane !

    Oui, sauf si tu as vraiment une carrure large pour un M et que tu passes tout juste dans ton manteau, reste sur la même taille 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Ah en voilà un très beau retour ! Merci beaucoup !

  • Benoit – BonneGueule

    Merci pour le compliment ! Pour Maison Cornichon, je ne sais pas, le mieux est de leur envoyer la photo et de leur demander 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Ah oui, moi en tout cas je me suis beaucoup attaché à cette pièce 🙂

  • Fred

    Haem… je ne me demande quand même si je ne vais pas me laisser tenter par ce bomber dans sa robe kaki. A y regarder de plus près, la bête me semble avancer des solides arguments stylistique pour tous les jours habillés cool, et la gestion facilitée des chaud/froid qu’elle permet est un plus à considérer. A voir.

  • Benoit – BonneGueule

    Prends le en M sans hésiter 🙂

  • Ibrahim

    Salut les gars,
    Encore une superbe pièce avec une matière exclusive.
    Concernant la taille j’ai le blouson gris en taille 48, le cardigan grège M et la chemise à poids bleu en L. Quelle taille dois-je prendre ?
    Merci.

  • Benoit – BonneGueule

    XL ça devrait très bien t’aller !

  • Benoit – BonneGueule

    S ici aussi 🙂

  • Alain

    Bonjour,
    Le produit a l’air parfait 🙂
    En termes de taille, je suis sur du S pour la chemise poids bleu Kuwamura et sur du 46 sur le blouson en laine bleu. Vous me conseilleriez quelle taille ?

  • Mathieu

    Merci Nicolò et Benoit pour vos avis éclairés !
    Bon je vais en prendre note pour les prochaines fois alors 😀 (j’ai un peu étiré mon bomber Maison Standards qui ne méritait pas un tel affront…).
    Je pensais pouvoir faire enlever de la matière au niveau de la couture mais ça semble compliqué, bien noté ! (d’un autre côté, dès le départ je trouvais le bord-côte assez lâche, c’est ma seule déception sur ce bomber).
    Note pour plus tard : ne jamais remonter les manches !

  • Nicolò – BonneGueule

    Ah oui sacré méthode dis-moi, tu ne laisses rien au hasard hahaha. 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Moins de 350 euros

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Bachir !

    Non, il est fermé, ce n’est pas fait pour aérer.

    Historiquement c’est une découpe présente sur les vestes de type « Harington Jacket », pour repousser la pluie loin du corps du porteur (à la manière d’un petit parapluie dans ton dos). C’était notamment populaire chez les golfeurs 🙂

    Après c’est vrai que sur une matière pareille c’est avant tout un clin d’oeil esthétique parce qu’elle n’a pas vraiment besoin de ça pour repousser l’eau ^^

  • Benoit – BonneGueule

    Mathieu, comme l’a dit Nicolo, je te conseille d’arrêter de remonter tes manches sur tes pièces d’extérieur. Je ne le fais jamais (et je le ferai jamais) et tout est nickel de mon côté 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Effectivement, il faut assumer le choix jusqu’au bout dans ce cas ^^

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Olivier !

    Alors, le marine ce sera le choix plus safe.
    Cependant il n’est pas impossible de prendre le kaki pour t’amuser à faire un camaïeux de nuances de kaki (vu que celui de la flanelle est bien plus sombre et comporte une part de « gris »)

    Ca peut être très intéressant si tu sais ce que tu fais et que tu as beaucoup de pièces dans ta garde robe.
    (Par exemple, j’ai une idée très précise en tête avec un tee entre le jaune ocre et l’orange rouille, sur un coloris chiné de noir… Ca serait au top)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Kévin !

    Le modèle qu’on vend en boutique et sur internet EST la collaboration 🙂

    La comparaison se fait par rapport à ce que propose la marque sur son propre shop.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Matthieu !

    C’est voulu. 🙂
    Logique pour une marque dont l’origine c’est quand même de te protéger de la neige et du froid !

    Alors effectivement c’est une très fâcheuse tendance sur les pièces à bord côte – pulls, blousons, sweats…- et tu devrais arrêter si tu ne veux pas toutes les tuer :p

    Réserve ça aux chemises (et fais le correctement sans mettre une pression de dingue sur les boutons des manches, en les ouvrant et en roulant la chemise)

    Mais sur celle-ci ça va te prendre un sacré bout de temps avant d’en venir à bout j’ai l’impression.

    Et non les bords côtes ne se refont pas ! Ca ne s’ouvre pas en plein milieu, et pour le refaire il faudrait soit t’en poser des nouveaux.. et là bonne chance pour trouver un truc pas trop dégueu sur le marché du particulier, sans commander un stock de 500 bords-côtes.

    (Donc je te conseille quand même d’arrêter. Ca coûte un peu cher si c’est juste pour l’attitude haha)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Philippe !

    XL aussi je pense 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Romain !

    Prends un L sans hésiter si tu fais un 50 en manteau camel !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello MarcD86

    Oui il y en a un. Et je ne peux rien dire de plus en effet 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Slyrx !

    Il est quand même bien fitté ce bomber, surtout à la taille car les bords côtes sont très ajustés (ça protège mieux du climat) , donc tu devrais pouvoir partir sur un M je pense, si tu fais un « grand S » habituellement.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Tsubasa !

    Hmm c’est pas idéal quand même, sauf si tu recherches volontairement le look basé sur le monochrome. Mais sur des pièces techniques, avec le même genre de matières, j’ai peur que ça fasse vite un peu « ninja » :p

    Par contre la kaki avec le maharishi ça a déjà plus de sens (car tu crées un contraste de matières et de style plus intéressant)

    Le délavé aussi pourquoi pas !

  • Benoit – BonneGueule

    Oui il y a un petit air de famille 🙂 Par rapport à Hédus, il est plus respirant !

  • Nicolò – BonneGueule

    En plus tu le sais très bien vu qu’on en a déjà parlé hahahaha. :p

    Et même remarque que la dernière fois quand tu parlais de workwear : qualifier ça de « streetwear »… Oui, d’une certaine façon, mais enfin il y a « streetwear » et « streetwear », j’imagine pas l’effet que doivent te faire les looks à la Highsnobiety (un média spécialisé dans ce registre et la culture qui l’entoure) du coup…

    Je sais que tu as déjà tes préférences, mais moi je te conseille de t’intéresser, juste par curiosité, aux autres registres. 🙂

    C’est toujours une richesse, ne serais-ce que de connaître sans forcément porter, et ça t’ouvrira bien des horizons.

    Et par effet de « relief » des connaissances, ça t’aidera même à mieux comprendre ce qu’est le tailoring ou non, ce qu’est vraiment le casual-chic…

  • Benoit – BonneGueule

    Ne t’inquiète pas, du tailoring, tu vas en avoir 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Oui, pas de réassorts prévus.

  • Benoit – BonneGueule

    Je t’en prie !

  • Benoit – BonneGueule

    Ah oui, pas de réassort prévu pour le coup.

  • Benoit – BonneGueule

    Pour François, yes il porte du M !
    Je sais pas si le stock sera arrivé vendredi, le mieux est que tu appelles la boutique et que tu leur expliques ton cas et il ne devrait pas y avoir de problème 🙂
    Merci pour ta confiance en tout cas !

  • Hervé

    Très beau, je pense craquer pour les deux. J’apprécie particulièrement la doublure, ça accentue le côté Harrington tout en différenciant la pièce des Baracuta (et leur intemporel tartan).

    Deux petites questions :

    François porte du M ?

    Si je passe vendredi en fin de journée, possibilité de les essayer à la boutique de Paris ? Quitte à ne les acheter que samedi, mais je n’aurai pas l’occasion de passer après.

    Merci !

  • Morgan Keita

    Les modèle seront ils limités ?

  • Thomas

    Génial ! Merci vous gérez !

  • Morgan Keita

    Il y aura t-il une limite de modèle ?

  • Fred

    Hello la team,

    Bon… alors après le workwear… le streetwear. Il y a des jours où on a envie de se jeter ^^.

    Wanted : tayloring clothes !

    Je l’avoue, c’est typiquement le genre de commentaire qui ne sert à rien mais je n’ai pas pu m’en empêcher 😛

  • Hello,

    Merci pour ton message.
    On sera un peu au-dessus, mais sachant que la pièce est beaucoup plus technique (double membrane).

    Très bonne soirée,
    Geoffrey

  • Tsubasa Ohzora

    Hello,

    Concernant le prix, on se rapproche plus de la collaboration avec Hédus (- ou +)?

    Une question par rapport à la déperlance: que conseillez-vous pour réactiver la déperlance pour un vêtement technique en général ?

    Tsubasa

  • Benoit – BonneGueule

    Alors j’ai pas d’information précise à ce sujet, mais Scotty Vine, un pro snowboarder spécialisé en freestyle a été impressionné par la durabilité de la matière. Etant donné que c’est à la base une matière pour l’outdoor, je pense qu’elle est prévue pour…

    Pour le techwear en abordable, y a pas grand chose à part… Uniqlo ! Sinon Outlier, Pashko, Formal Friday, Parker Dusseau, etc.

  • Thomas

    Matière très intéressante ! Est-elle sensible aux frottements externes (je pense par exemple à des bretelles de sac à dos) ?

    A associer avec vos articles : https://www.bonnegueule.fr/le-techwear-12-types-de-pieces-styles-et-marques/ et https://www.bonnegueule.fr/le-techwear-22-principes-et-matieres-techniques/

    D’ailleurs si vous avez de nouvelles marques de basiques techwear je suis preneur, ce bomber avec une petite chemise respirante rendrait jaloux les autres voyageurs 😉

    Bravo et à dimanche !