Comment choisir une paire de gants pour homme + sélection

Comment choisir une paire de gants pour homme + sélection

Une fois n’est pas coutume, on va vous parler de gants : accessoire tout sauf accessoire ces derniers temps…

Peut-être que le sujet vous parait très simple et que vous vous dites : « c’est juste une histoire d’essayer des gants pour trouver sa taille et d’en prendre une paire avec un beau cuir » . Pourtant il y a ici aussi plein de petits détails à vérifier, et c’est ce que nous allons voir.

Les gants en maille

Les gants en maille sont en général les moins chers. Mais le problème avec ces gants en laine, c’est qu’ils ne sont pas faits pour encaisser l’usure. Et justement, quel endroit plus soumis à l’usure que le creux de vos mains ? Sachez donc que les gants en maille ne sont pas prioritaires si vous n’avez pas avant cela une bonne paire de gants… en cuir.

Si vous souhaitez tout de même vous en procurer une paire, voici quelques principes à respecter :

  • prenez une maille suffisamment resserrée pour qu’elle n’agrippe pas ce qui passe à portée, genre vos clés ou le scratch de votre parka,
  • ne dépensez pas trop dedans, ça bouloche vite sur des gants,
  • si possible, privilégiez des gants en maille avec des renforts en cuir ou en alcantara côté paume.

Exemple : ces gants en cachemire Galeries Lafayette (40 € c’est encore acceptable pour une ou deux saisons) :

Ou plus quali avec Agnelle (90 €) :

Le cas des mitaines

Les mitaines sont les gants avec les doigts dénudés. Vu que ça protège moins bien du froid, c’est un accessoire peu utile qui n’est vraiment pas prioritaire. A la base c’est un accessoire militaire qui permet de bien adhérer à l’arme ou au guidon, et accessoirement de réchauffer les mains sans perdre en mobilité des doigts : idéal donc pour conduire ou faire feu.

Après c’est vrai qu’on peut avoir des looks assez sympas avec, pour peu qu’on les combine correctement avec la tenue et que ça ne devienne pas l’accessoire de trop qui surcharge la tenue.

Les gants en cuir

Côté pile : le cuir (et son montage)

Tous ceux qui lisent le blog depuis une petite année devraient maintenant savoir comment reconnaître un cuir de bonne facture : pores fins et resserrés, peau homogène, cuir qui froisse peu. C’est bien sûr important de retrouver ces caractéristiques sur les gants. Pour autant cela ne fait pas tout.

Observez le patronage des gants. C’est à dire l’ensemble des pièces qui le composent. Des gants de bonne qualité comprennent un petit empiècement supplémentaire à la base du pouce qui permet de mieux épouser la forme de la main. Les gants les plus fins peuvent en comporter encore d’autres.

Concrètement, quand le cuir est trop frippé comme sur la photo suivante, ce n’est pas très bon signe. Regardez attentivement ces gants (certes les moins chers de la marque Galerie Lafayette) que vous pouvez comparer aux autres photos de l’article.

La page produit n’indique pas l’animal utilisé pour le cuir. Soit c’est un cuir moins noble type porc, soit il s’agit des mauvaises parties d’agneau ou de vachette (les moins coûteuses) et ils ont préféré ne pas le mentionner.

Cela dit sur ce prix là c’est tout à fait normal, mais je vous conseille tout de même d’investir un peu plus pour une paire que vous prendrez plaisir à porter saison après saison.

Il existe différents types de cuirs adaptés à la ganterie. Voici les plus communs :

  • le cuir de porc : c’est un cuir avec un grain très marqué, et en général la présence de pores assez profonds. Il est un peu rêche, donc pas incroyable pour en faire des gants… ->

  • le cuir de cerf : lui aussi très grainé et rêche, mais bien tanné il marque peu les plis. Après c’est une affaire de goûts (perso je préfère l’agneau) ->

  • le cuir de pecari : issue d’un cochon sauvage d’Amérique du Sud. Il est souvent considéré comme le nec plus ultra de la ganterie car il a un toucher très doux ->

  • le cuir d’agneau : c’est un des cuirs les plus souples (sinon le plus souple). Il est donc idéal pour la ganterie. Il a un grain très fin, se prête très bien aux colorations, et vieillit bien ->

  • le cuir de vachette : plus épais, moins souple. On l’utilise surtout pour les accessoires de moto. Il ne permet pas de très beaux rendus en ganterie ->

  • le cuir de chèvre ou chevreau : c’est un cuir plus résistant que l’agneau et tout aussi souple. Avec un grain un peu plus visible ->

  • le cuir de mouton : il n’a pas vraiment d’intérêt sauf pour son association avec la laine quand il est utilisé retourné (fourrure vers l’intérieur). Cela donne des gants très chauds mais pas forcément des plus élégants. Je ne pense pas qu’un hiver français justifie ce type de gants, sauf à habiter en altitude ->

Notez qu’on ne reconnaît pas un cuir à sa couleur, mais à son toucher et à son grain. Dans l’absolu toutes les couleurs sont possibles pour tous les cuirs, si jamais vous vous posez la question.

Et maintenant il est temps de vérifier la confection :

  • les points de couture sont-ils resserrés et réguliers ?
  • les points de couture sont-ils suffisamment proches des bords du cuir ? (rien de plus moche que l’effet collerette le long des doigts)
  • la doublure est-elle bien fixée ? est-elle cousue elle aussi avec soin et régularité ?
  • le gant respecte-il bien la forme de ma main, ou est ce que mes doigts dans le gant sont un peu comme des ronds dans un carré ?

Il y a d’autres détails plus difficiles à déceler comme par exemple les techniques de coutures. Par exemple les coutures en point sellier sont plus solides et ne se décousent pas si le fil rompt car chaque point est un noeud (impossible à faire à la machine, d’où les différences de prix entre marques de gants qui peuvent paraitre exhorbitantes mais sont finalement justifiées par les dizaines d’heures de travail nécessaires).

Certains fils sont également plus solides que d’autres. Et le fil peut être ciré (avec un mélange de cire d’abeille et d’autres solvants gras) pour le rendre imputrescible et ainsi étanchéifier la couture.

Autant de détails pas absolument nécessaires mais que certains seront légitimement prêts à s’offrir (au même tire qu’un écran de télé plus grand ou une meilleure sono).

De l’importance de la doublure

Lisez toujours la petite étiquette de composition de vos vêtements : si vous voyez que la doublure est synthétique, passez votre chemin, à moins d’être fan des poignées de main moites une fois arrivé à destination (eh oui, les matériaux synthétique évacuent très mal la transpiration !).

Choisissez-donc selon vos préférences des doublures en coton (moins chères, mais protection au froid limité), laine, cachemire, ou soie (peu de gens le savent, mais la soie est un matériau qui tient relativement chaud même avec une faible épaisseur).

Vérifiez également que la doublure va bien jusqu’au bout des doigts, quite à retrousser le gant pour le vérifier.

Protection contre le froid

Côté fonctionnel, n’oubliez pas les petits détails qui font la différence, comme une patte de serrage :

Ou un élastique qui vient isoler l’intérieur du gant (ou parfois encore un cordon de serrage).

Enfin, il va sans dire que le gant doit être suffisamment long (et votre manche de manteau aussi : celle-ci pouvant en général être rallongée d’1cm ou 2 en défaisant l’ourlet d’origine et en le refaisant plus bas). Le cas inverse, vous pourrez regarder l’heure, mais vous risquez aussi d’avoir froid :)

Choisir la bonne taille (point central de l’article)

Maintenant que vous avez bien inspecté le gant pour vous assurer de sa qualité, il est temps de choisir votre taille. C’est sans doute le détail le plus important… et celui que tout le monde oublie.

Le cuir est un matériau qui se détend. De la même manière qu’il faut toujours choisir une veste en cuir plus ajustée que le résultat final espéré, prenez vos gants serrés. Je dirai même plus : choisissez la taille la plus petite possible, quite à vraiment galérer quand vous passerez ou enlèverez le gant la première semaine. Désolé pour l’expression, mais ça doit être tendu comme un string tout ça.

C’est à la fois important pour des raisons esthétiques mais aussi pratiques (un gant à la bonne taille est votre assurance anti-courants d’air).

Entretien des gants

Juste un peu de lait hydratant spécial cuir une fois par saison ou après la pluie (idem que pour vos souliers). Ne laissez pas vos gants près de sources de chaleur et évitez de les mettre au contact de la pluie autant que possible.

(Pas si) petite sélection de derrière les fagots

Pour terminer, voici une sélection que j’ai réalisé notamment grace aux connaissances de l’équipe et d’amis autour de moi (merci à tous les contributeurs).

Labels privés des grands magasins

Les marques propres des grands magasins (lignes Printemps et Lafayette Collection) offrent une entrée de gamme intéressante à ceux qui ne veulent pas trop mettre (ou comme moi qui perdent souvent leurs affaires). Ces gants en laine Lafayette Collection font amende honorable. Je crois que c’est du cuir d’agneau, doublé laine. Vendus 50 €.

Dents

Marque anglaise qui propose un bon entrée de gamme. Vendus à partir de 75 €.

Roeckl

Marque allemande ancestrale (1839 !), et bien pratique sur l’entrée de gamme. Dès 75 €, et jusqu’aux étoiles pour certains modèles.

75 € pour un agneau glacé, doublé laine, c’est plutôt pas mal. Dispo ici.

Agnelle

Belle marque française d’un des deux derniers berceaux français du cuir : Saint-Junien, près de Limoges (le second étant Millau à une centaine de kilomètres de Montpellier). Seul bémol, une bonne partie de la production se fait aujourd’hui aux Philippines.

Pour l’anecdote, c’est Agnelle qui réalise en marque blanche les gants de nombre de créateurs (Dior, Lanvin, Balenciaga, Givenchy…). Prix entre 90 € et 150 € (mais l’entrée de gamme est déjà très bien).

Agnelle (agneau plongé et laine, doublé soie), 110 €.

JB Guanti

On franchit les Alples direction l’Italie, avec JB Guanti. C’est une maison plutôt sympa, on y trouve de tout, c’est bien pricé avec un entrée de gamme intéressant. Entre 60 € (chevreau doublé cachemire) et 180 €.

L’Atelier du Gantier

C’est un autre rescapé de la ganterie française (Millau). Ils font de belles choses dans les règles de l’art, c’est sans doute une des meilleures affaires de la sélection. Et il y a une tonne de couleurs disponibles. 85 € doublés cachemire.

A noter : leur guide de la prise de taille est très utile pour ceux qui achèteront leurs gants à distance (mais le mieux ça reste toujours un vrai essayage en live).

Norse Project

Plus originaux, les gants Norse Project (une marque danoise avec un excellent savoir-faire technique dans ses vêtements). Ceux-ci sont en peau de daim (similaire au cerf). Vendus entre 90€ et 100€.

Léon Flam

Dans un style plus brut, Léon Flam (dont on avait déjà parlé) propose aussi de jolis gants avec de discrètes surpiqûres rouges. Ils sont doublés en cachemire, et existent couleur marron fauvette (le brun foncé habituel) ou marron glacé (plus doux). Vendus 115 €.

Marron glacé.

Marron fauvette.

Maison Fabre

C’est vraiment de la très grosse qualité, toujours fabriqué à la main à Millau (contrairement à ce que disent certaines rumeurs du net), mais c’est quand même très cher. Si le made in France ne fait pas toujours sens (dans plusieurs domaines textiles, certains pays font moins cher ET mieux que nous), cela reste un vrai gage de qualité dans la ganterie et le travail du cuir en général.

Par contre la marque développe beaucoup son image luxe depuis quelques temps, investit davantage la presse, et cela se ressent sur les prix. Mais cela reste une belle maison, et qui est très à la pointe sur l’aspect création (nous sommes peu concernés, mais ils font des choses assez impressionantes en créa, hélas essentiellement chez la femme). Entre 145 € et 200 €.

Aperçu de la femme chez Maison Fabre (l’homme est beaucoup plus classique).

La Comédie Humaine

La Comédie Humaine que l’on aime beaucoup propose aussi des gants, notamment un modèle couleur taupe, plutôt original. Ils sont manufacturés chez Causse, donc ça reste cher : 175 €

Causse

Encore un gantier historique de Millau. Même créneau que Maison Fabre, mais qui propose cette fois-ci de la création même pour les hommes. A partir de 160 € pour de l’agneau et plusieurs centaines d’euros quand on tape vers les pécaris ou le python. Hors créa Maison Fabre reste préférable sur ce créneau.

Veau lustré et agneau glacé, doublure en soie.

Python et agneau glacé, doublure en soie.

Crédit de l’image en une : Maison Fabre (les mains chaudes, des moules chauffés qui servent à donner leur forme finale aux gants).

Améliorons cet article ensemble : si vous voyez d’autres marques qui valent la peine d’être mentionnées (bon rapport qualité/prix + se trouve facilement en France ou sur Internet) : je suis à votre écoute dans les commentaires. Merci à tous !

 
Qui est Geoffrey ?

J'ai écrit le Guide de l'Homme Stylé avec Benoît, et on travaille ensemble sur les vêtements, mais c'est moi qui trouve des surnoms idiots aux membres de l'équipe.

J'aime la mode masculine, la boxe, l'art déco, et les petites brunes. C'est moins vrai pour le lundi matin, les discours trop longs, et le curling.


 
  • Filip Orkisz

    Le mieux, ça reste de profiter d’un tour à Limoges (ce qui, je l’avoue, est rare) pour se payer des bonnes paires pas trop cher et dans de petites boutiques sympas. Enfin, il me semble que c’est le mieux ! :)

Recent Posts
BonneGueule chez Luisaviaroma : Firenze4ever (1/2)

BonneGueule chez Luisaviaroma : Firenze4ever (1/2)

25/07/2014 • En Juin, nous avons été invité par la boutique/eshop Luisaviaroma à Florence dans le cadre de leur évènement bi-annuel Firenze4ever. Il s'agissait d'inviter des ...lire la suite

Revue du web du mois de juin - #21

Revue du web du mois de juin – #21

23/07/2014 • C'est entre deux matchs (ou presque) de Coupe du Monde qu'on vous a concocté cette toute nouvelle revue du web riche en mode (mode ...lire la suite

Les chaussettes pour homme Royalties (visite de l'atelier Broussaud + interview)

Les chaussettes pour homme Royalties (visite de l’atelier Broussaud + interview)

19/07/2014 • Les chaussettes sont trop souvent oubliées... Sans doute parce qu'il est franchement difficile de différencier une bonne paire d'une mauvaise. Du coup, nous avons malheureusement ...lire la suite

Comment réussir une campagne de crowdfunding ? + test Léo et Violette

Comment réussir une campagne de crowdfunding ? + test Léo et Violette

17/07/2014 • Léo et Violette, c'est une jeune marque de maroquinerie qui fait des sacs pour le quotidien : là ou le fonctionnel et l'esthétisme ...lire la suite