Test : Septième Largeur, marque française de belles chaussures

/

Disclaimer - Romain, l'auteur de cet article, est un de nos amis proches. Il est depuis longtemps client de Septième Largeur, chez qui il a effectué un passage de 6 mois dans la boutique de Saint-Lazare, dans laquelle il ne travaille plus. Il est donc le mieux placé pour réaliser ce test, place à Romain ! 

souliers septieme largeur geoffrey

Pour ma part, j'ai également opté pour de jolis souliers Septième Largeur, patinés sur-mesure couleur cerise. Elles réhaussent tout de suite le moindre costume.

Cela fait bien longtemps que Septième Largeur se retrouve citée dans certains de nos articles. Marque française de qualité, la maison fait beaucoup parler d’elle dans le petit monde du soulier de luxe.

Présente sur le haut de gamme depuis 2009 avec son service de patines sur-mesure, Septième Largeur – ou 7L pour les intimes – ne pouvait que faire l’objet d’un petit compte rendu après quelques mois, voire années de port, pour les 4 paires que mes pieds sont ravis de posséder.

Marcos Fernandez, un bonhomme dans la chaussure

N’y allons pas par quatre chemins. Marcos est une pointure dans la chaussure. Dès 1973, il importe des Etats-Unis, Sebago, une marque alors inconnue en France et dont un des modèles fait fureur, le fameux Penny Loafer, mais aussi le Dockside.

Marcos ne s’arrête pas là et contribue largement à la démocratisation du cousu Goodyear alors que les maisons italiennes proposent des semelles collées à des prix effarants.

De ce constat, il crée alors Bowen en 1979. Un succès incontestable. En 1995, il crée Emling, qui connaîtra également un grand succès avant de finalement créer une marque plus ancrée dans notre jeune inconscient collectif, Markowski, qu’il finit par revendre pour se consacrer à 7L avec son neveu, Mathieu Preiss.

Ils proposent alors leurs premiers modèles ainsi que les patines qui connaissent rapidement le succès.

L’identité de la maison Septième Largeur

Le point fort de la marque est de ne pas être marquée par un parti-pris stylistique. Les modèles sont des classiques intemporels, il n’y a donc pas d’excentricité sauf sur certains modèles comme la triple boucle.

septieme largeur bottine

Je suis personnellement peu conquis par ce modèle, mais je salue le travail de création et la prise de risques de Marcos.

septieme largeur patine couleur

Clairement l’une des plus belles patines de Septième Largeur. Et bien plus simple à porter qu’on ne le croit ! Un costume navy voire plus clair passe très bien avec ce genre de pièce, et calme la tenue.

septieme largeur paco-chocolat

Beaucoup plus workwear dans l’esprit, un beau selvedge échangera tous les honneurs avec ce modèle.

Commencer par se chausser, c’est aller vers les classiques. Savoir bien se chausser, c’est arriver à y rester. Car peu de marques créatives proposent des modèles de qualité.

De la richelieu one-cut à la bottine cuir grainé semelle commando, on sera sûr de rester dans un style qui conviendra aux débutants comme aux confirmés. Pas d’extravagance donc, pour un produit qui va surtout se concentrer sur deux aspects : le choix des peaux et la fabrication.

Une production en Espagne avec des cuirs français

C’est donc en Espagne, patrie de Marcos, que tous les souliers sont fabriqués. Ils sont montés sur forme, garantissant donc un patronage respecté pour chaque forme. La découpe du cuir est réalisée à la demi-pointure, ce qui garantit également l’esthétique du modèle. Si l’on découpe à la pointure, certains rapports ne sont pas respectés et on pourrait se retrouver avec des proportions inesthétiques.

septieme largeur patine

Un très bel exemple de patine que Septième Largeur propose. Une telle beauté justifie amplement un mois de délai, ce n’est pas Geoffrey qui vous dira le contraire !

Septième Largeur propose trois formes sur les chaussures basses. La forme « 199 », effilée, en chaussant D. Elle convient aux pieds fins, elle est donc plus adaptée aux Richelieus en terme de style que sur la forme « 206 », chaussant E, beaucoup plus confortable (veillez à prendre une demi-taille en dessous) et qui, elle, convient parfaitement aux derbies, plus « sportives » dans l’esprit (ne courez pas avec quand même…) et au bout plus rond.

Si l’on souhaite un modèle fin, mais un chaussant large, la troisième forme (la « 224 ») fera bien l’affaire ; elle combine les deux forces, la finesse et le chaussant E pour les pieds plus larges. Les Richelieus dans cette forme sont de véritables petites pépites aux lignes très travaillées, grâce à ses volumes plus développés sur le chaussant et qui vont venir creuser l’intérieur du pied. Encore une fois, si vous recherchez de la finesse, la forme « 199 » conviendra mieux.

Tous les modèles sont montés en Goodyear, Septième Largeur propose également des cousus norvégiens (à semelle gomme) sur les collections hiver. Il est arrivé que Marcos et Mathieu proposent un cousu Blake pour des raisons de style et de confort, car tous les clients ne sont pas prêts à souffrir quelques ports. Il faut en effet assouplir le cuir et la semelle ; ce qui me donne une transition toute trouvée pour vous parler du choix des peaux.

Le choix des peaux chez Septième Largeur

Il y a peu de tanneries en France. C’est pourquoi la marque a choisi de travailler avec certaines des plus qualitatives.

  • La tannerie Roux et la tannerie du Puy pour le box calf, qui est une des meilleures qualités de cuir.
  • La tannerie du Puy fournit aussi à 7L son veau grainé.
  • La tannerie d’Annonay pour le Vocalou (qui sera utilisé pour les couleurs marron et prune chez 7L). C'est un cuir plus souple que le box calf (qui est extrêmement cartonneux aux premiers ports).
  • La tannerie Degermann pour les cuirs gras, cuirs très robustes qui conviennent parfaitement pour l’hiver et la pluie. Il prend une patine brillante magnifique avec l’âge et son aspect rustique est parfaitement indiqué à tous les adeptes de workwear.
  • Enfin, le veau velours nous vient de la tannerie Stead, outre-manche. Septième Largeur ne propose pas que du marron sur les modèles permanents (en collection, on retrouvera du bleu, du sable et du rouille).

Mon test des souliers Septième Largeur

Les modèles étant des classiques du genre, vous ne pouvez pas vous tromper en faisant l’achat d’une paire de double boucles, d’une richelieu et d’une chukka veau velours.

Il s’agit de la même peau de veau mais tout simplement retournée. Le nubuck est différent du veau velours car la peau n’est pas retournée, elle est simplement poncée. L’abrasion fait alors disparaître la fleur du cuir et se rapproche visuellement du veau velours mais le toucher est très sec, à l’inverse du veau velours, plus « gras ».

Le modèle Richelieu Joffre

Le modèle Joffre est l’un des plus grands succès de la maison. Simple à porter dans les trois formes disponibles, il est assez versatile (surtout en marron). C’est le genre de modèle que je porte très souvent avec un costume même si l’association avec un chino me plaît également beaucoup.

Un classique qui se porte très facilement, que ce soit de manière très habillée ou bien plus simplement avec un jean semi-slim. Veste Zara, cardigan Suitsupply, chemise De Fursac, cravate Michelson’s et pantalon BonneGueule.

Un classique qui se porte très facilement, que ce soit de manière très habillée ou bien plus simplement avec un jean semi-slim. Veste Zara, cardigan Suitsupply, chemise De Fursac, cravate Michelson’s et pantalon en flanelle BonneGueule.

joffrecloseup

Les lignes sont effilées tout en restant viriles. Les garants (là où on lace) affichent un léger triangle, ce qui indique que la chaussure est à la bonne taille.

En revanche, je veille à ce que le pantalon soit bien ajusté. La chaussure est très effilée, si l’on ajoute un pantalon avec une grande ouverture de jambe, on risque d’avoir un effet « petits pieds, grosses jambes » ; ce qui ne serait pas franchement élégant.

Le soulier double monk modèle Rennan

Le cuir est du vocalou, très agréable en raison de sa souplesse, il demandera quand même quelques ports pour bien se détendre (une bonne dizaine) et appuyer sur le liège sous la première de propreté.

Le liège sert d’une part à amortir le choc du pied sur le sol, mais aussi à garantir un confort de marche. En marchant avec, on va littéralement former le liège à son pied et donc ressentir plus de confort à chaque port.

En vocalou toujours, les proportions de la double boucle sont à mon sens parfaitement bien maîtrisées, le bout est rond juste comme il faut, mais surtout, quel cuir !

Tannage végétal, marbrures irrégulières, on croirait un soulier porté depuis des années, comme une patine naturelle.

Le modèle Rennan, la sprezzatura dans le Sentier. Veste Suitsupply, chemise Paul & Joe, pantalon AMI.

Le modèle Rennan, la sprezzatura dans le Sentier. Veste Suitsupply, chemise Paul & Joe, pantalon AMI.

Portez-les débouclées pour plus de sprezzatura encore. Encore un classique qu’on pourra porter que ce soit avec un jean, un chino ou bien évidemment un costume.

IMG_6681

On peut voir que le travail est très propre, la trépointe est parfaitement bien finie, les coutures sont droites, régulières et doublées sur le bout. Les finitions sont simples, épurées et élégantes. Vraiment, mon modèle préféré sur les souliers bas.

IMG_6669

On peut bien observer les marbrures du cuir. Peu de plis apparaissent, signe d’une bonne qualité. Et surtout grâce aux embauchoirs, à acheter systématiquement !

L'entretien du cuir vocalou

Comme le luxe appelle le luxe, il convient de bichonner ce cuir plus qu’à l’accoutumée, car il risque de déteindre s’il n’est pas ciré régulièrement.

On mettra donc moins de crème pour éviter de faire décolorer le cuir et on prend, idéalement, de la lotion Saphir Huile de Vison, c’est ce qu’il y a de mieux pour l’entretien de ces paires.

Évitez à tout prix la crème surfine qui est faite pour recolorer un cuir parce qu’elle va boucher les pores et sera difficile à enlever par la suite.

N’hésitez pas à cirer souvent vos paires. Le mieux est de le mettre après le port car le cuir est ouvert, le cirage pénètrera mieux dans les pores.

Petit conseil, un sèche-cheveux puissance maximale permet d’ouvrir les pores. Ne visez pas une zone trop longtemps, dès que le cuir se met à briller un peu, passez à une autre zone. Appliquez le cirage directement en appuyant un peu.

Bien évidemment, vos souliers seront déjà sous embauchoirs.

Les chukkas Septième Largeur

Pour terminer ce test, j’ai également souhaité présenter ma paire de chukkas, qui a facilement une bonne centaine de ports. J’aime les porter quand je n’ai pas envie de réfléchir à ce que je vais me mettre sur le dos.

On ne fait pas mieux qu’un chukka quand on ne sait pas trop quoi porter ou qu’on est peu inspiré. C’est un modèle très décontracté que j’aime porter décoloré.

Je n’ai pas plus de cheveux qu’avant mais mes chukkas compensent. La semelle en cuir brut ajoute encore plus de contrastes à la tenue et rend celle-ci plus estivale. Chino Levi’s et lunettes Saint Laurent Paris.

Je n’ai pas plus de cheveux qu’avant mais mes chukkas compensent. La semelle en cuir brut ajoute encore plus de contrastes à la tenue et rend celle-ci plus estivale. Chino Levi’s et lunettes Saint Laurent Paris.

Le veau velours est extrêmement confortable, d’autant que la forme est à la base étudiée pour. Le bleu est assez clair, ce qui rend la paire plus ou moins difficile à porter. Je recommande plutôt le camel, le vert ou encore une fois, un brut.

Simplicité et confort sont mes deux critères pour les chaussures d’été. Septième Largeur tape dans le mille en particulier avec ses modèles de chukkas.

Simplicité et confort sont mes deux critères pour les chaussures d’été. Septième Largeur tape dans le mille en particulier avec ses modèles de chukkas.

L'entretien du veau velours

En termes d’entretien, tout le monde a dans l’idée que le veau velours est difficile à entretenir. Bonne nouvelle ! C’est faux ! Il ne nécessite qu’une brosse en laiton – la crêpe n’enlève pas la poussière – avec laquelle on frottera sans appuyer.

On viendra ensuite brûler les petits « poils » qui dépassent et le cuir paraîtra comme neuf. Si tâche il y a, de la terre de Sommières pendant 24h sur la tâche, ou encore de l’Omnidaim acheté chez n’importe quel (bon) cordonnier fera l’affaire.

Dans le doute, Septième Largeur saura vous conseiller ou mieux encore, vous les remettre à net.

Conclusion du test des souliers Septième Largeur

Septième Largeur propose un modèle économique proche de celui de BonneGueule : des produits qualitatifs, bien expliqués, honnêtes, à des prix se situant clairement dans la moyenne basse du marché grâce à la distribution directe.

Dans cette gamme de prix, à savoir 245 € pour les basses et à partir de 295 € pour les bottines, 7L est clairement imbattable.

Selon moi, la qualité est la même que celle proposée chez Crockett & Jones ou encore Carmina. Pas de marketing, pas de pub, pas de fioritures autour du produit, Septième Largeur a un ADN de commerçant/artisan que l’on retrouve dans un produit proposé à sa juste valeur. J’ai eu beau chercher longtemps, je n’ai pas encore trouvé un meilleur rapport qualité / prix.

C’est une maison de passionnés, avec qui vous pouvez parler chaussures pendant des heures (vous verrez que Marcos est très volubile à ce sujet !). Allez faire un tour en boutique !

Essayez, trouvez la forme qui vous convient le mieux, prenez conseil auprès de l’équipe. Ils sont très transparents et ne proposent jamais un produit qui ne convient pas.

Si c’est trop grand ou trop petit, ils vous le diront, c’est un grand point fort que je n’ai pas souvent rencontré dans d’autres boutiques.

L’avenir leur est déjà pavé de succès et j’espère qu’ils s’agrandiront très prochainement. C’est tout le mal que je leur souhaite !

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Franck !

    Le bleu n’est pas le plus facile à assortir, vu qu’on porte souvent des pièces bleues justement (et ça manque un peu de contraste). Le gris est assez étrange sur des chaussures habillées, ça se retrouve beaucoup dans les esthétiques rock ou dark (ça donne un côté « mort » au cuir). Le plus simple à porter sera le dégradé bordeaux je pense, c’est une couleur chaude et pas très compliqué à assortir. 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Youyou !

    Luca ne vit pas à Florence non plus hein haha :p

    Si tu as vraiment du budget tu peux regarder chez Mannina, autrement tout se fait un peu sur le mode « artisannal » avec des bottiers qui ne sont pas des marques à proprement parler. Faut fouiner et savoir reconnaître un beau cuir, une belle forme, et un montage propre 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Benoît !

    Tu me poses un peu une colle je t’avoue, surtout concernant la largeur du chaussant :/

    Essaye de regarder sur les forums de De Pied En Cap, il y a beaucoup d’amateurs qui partagent leurs bons plans !

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton retour Laurent 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    C’est très curieux comme retour, parce que je connais plusieurs porteurs de 7L et je n’ai pas entendu parler de ce genre de défauts. Tu as pu contacter la marque à ce sujet ?

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Sylvester !

    Merci pour ton retour.
    C’est drôle ce que tu dis sur Finsburry, parce que c’est justement une marque dont la qualité des cuirs est encore plus variable que chez 7L ! Donc coup de chance pour toi… Et manque de bol sur les 7L (même si c’est effectivement un problème qui n’est pas rare non plus chez eux.)

    Mais en effet, le désavantage de ces gammes de prix de souliers, c’est effectivement que tu ne peux pas avoir de garantie à 100% que ton cuir sera parfait, notamment parce que le contrôle qualité est bien moins poussé sur ce point ! Après c’est pire chez certaines marques que d’autres effectivement.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Victor !

    Merci pour ton retour, content que tu aies trouvé satisfaction 😉

  • Benoit – BonneGueule

    Merci pour ce retour très intéressant 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    J’ai pas dit qu’on allait faire un test par contre :p

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Philippe !

    On a pas testé Orban’s, donc je te dirais 7L parce que pour le coup, on est certains que c’est une valeur sûre 🙂

    Je crois savoir qu’Orban’s a été crée par le monsieur derrière Markowski, 7L etc… Mais ça n’est probablement pas le même positionnement de gamme non plus 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Hoang Anh !

    7L fait bien des modèles pour femme aussi 🙂

    http://www.septiemelargeur.fr/fr/

    Par contre on ne s’y connaît pas plus que ça sur le marché féminin donc je ne saurais pas te conseiller d’autres marques :/

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Antoine !

    C’est marron VS marron, et les deux sont casual… A toi de voir 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Jo !

    Contacte leur service client directement si tu as des doutes pour les tailles, ils sont là pour ça 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Manu !

    Merci beaucoup pour ton retour, j’espère qu’elles t’apporteront satisfaction 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Laurent !

    Prends un 42 dans ce cas 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Non, je dis « bien-sûr que ça vaut le coup de commander en ligne » 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Laurent !

    Bien-sûr ! C’est d’ailleurs encore plus vrai pour des chaussures où faut juste que tu connaisses simplement ta taille. 😉

  • tout à fait d’accord avec toi Haddi

  • Nicolo BG

    Hello Matt !

    N’hésite surtout pas à nous faire un retour sur les paires que tu as commandées ! 🙂

  • OnurBG

    Oui, on peut considérer cela comme ça !

  • OnurBG

    Tu ne le regretteras pas ;))

  • Olivier Arnauld

    Ok merci, je pense que je vais me laisser tenter !

  • OnurBG

    Salut Olivier !

    Ce sont bien des chukka en forme 198 !

    Il y a toujours une différence de rendu entre une photo et la réalité ;))

    http://www.septiemelargeur.fr/fr/bottines/226-chukka-vvmarine-forme-198.html#/uk_homme-75

  • 7L est au-dessus !

  • « P.S a un cuir superieur a 7L » ?

    alors là j’aimerai bien avoir des explications 🙂

  • OnurBG

    Si ton banquier veut commander des pièces chez nous, ça sera avec plaisir ;))

  • OnurBG

    C’est normal ! :))

  • フランスの兵士

    merci !

  • OnurBG

    Salut Jim !

    La veste de Romain est un modèle Havana ;))

    Tu peux le retrouver ici :
    http://eu.suitsupply.com/fr/jackets/havana-bleu-unicolore/C831.html?start=4&q=havana

  • OnurBG

    Salut Vincent !

    C’est une Paco Chocolat Forme 230 ;))

    http://www.septiemelargeur.fr/fr/bottines/107-paco-chocolat-forme-230.html

  • Guillaume BG

    Hello Romain, effectivement pas la même chose.
    Un Goodyear a ce tarif , c’est une tres bonne affaire.

    Cela dit , un cousu Blake de qualite suffit largement pour une utilisation citadine avec les regles basiques d’entretien , par contre la qualité du cuir , c’est autre chose et plus important que le montage a mes yeux. Pour avoir tate le matos et d’apres quelques retours , les plis d’aisance peuvent etre tres marqués , qualite du cuir aleatoire selon le modele.

    Pour moins de 300 , ca reste un tres bon rapport qualité / prix et sûrement plus intéressant que P.S ou il faut sortir minimum 100 billets supplémentaires.

    C’est la ou je veux en venir , P.S a un cuir superieur a 7L , mais pour un Blake qui sera forcément moins solide q’un Goodyear.
    C’est une question de choix.

    Bref , je maintiens que dans un style a l’Italienne , Sprezzatura , les P.S sont plus interessantes. Pour le savoir faire Made in Italie , c’est un autre debat.

    Bonne journée.
    ++

  • Romain Korst

    Hello Guillaume,
    Sans parler de style car les deux écoles sont différentes et 7L défend un style classique, PS n’a rien de plus qualitatif qu’un 7L. Déjà, on ne peut pas comparer un cousu blake à un cousu goodyear. Ensuite, j’ai toujours trouvé extrêmement douteux qu’on puisse vendre un cousu blake au dessus de 200€ alors que le principe du Blake est qu’il ne requiert aucun savoir faire précis. Savoir faire justement qui ne s’est jamais trouvé en Italie (il y en a, je ne dis pas le contraire mais l’Italie, c’est le tailoring et le PAP, pas le soulier) mais en Angleterre, en France, en Espagne et au Portugal principalement.
    Je sors en avançant tout ça du débat 7L. En effet P.S a plus de style mais clairement au termes de qualité, on est bien en dessous.

  • He.meurice

    Si vous avez l’occasion de passer dans le 6ème, 7L y a sa deuxième boutique avec un vendeur des plus sympathiques. Toujours à l’écoute, de bonne humeur. Pour ne rien gacher au plaisir, la rue est vraiment belle et les chemises Office Artist sont juste à côté.

  • Guillaume BG

    Je me serais plutot oriente vers Pete Sorensen.
    La qualite est meilleure que 7L , et leur ligne est plus travaille avec un design singulier et en ce sens aurait plus correspondu a la nouvelle ligne BG aux influences Italienne.
    7L est trop formel , trop gentil , trop lisse … Bref , a mon sens manque de relief / caractere pour etre Sprezzatura , cette nonchalance , ce détachement cynique tout en gardant cette élégance.

  • BenoitBG

    Merci pour l’éclaircissement, je suis totalement d’accord avec toi sur l’effet très pervers des soldes, les consommateurs perdent totalement confiance en le produit quand il a un prix normal…

  • Romain Korst

    Ce sont des H&M 🙂

  • Romain Korst

    Bonjour Aloxe,
    Il faut en effet plusieurs ports pour détendre le cuir. Ca fait toujours un peu mal au début. Si la douleur persiste après une dizaine de ports, ramène les souliers en boutique, 7L les fera élargir !

  • BenoitBG

    Eh bien non, on ne reçoit jamais le moindre centime pour écrire un article 🙂

    Pour savoir comment on fait pour vivre, Geoffrey l’explique très bien ici : http://www.maddyness.com/prospective/2013/04/04/monetisation-blog-bonnegueule/

  • Romain Korst

    Bonjour Michel,
    C’est bien celui-ci que j’utilise et que 7L utilise également.
    Encore une fois, une petite noisette par zone suffit amplement. Le secret, c’est l’huile de coude !

  • Philippe

    Sur la photo du modèle sprezzatura quelle est la marque des chaussettes SVP ? Très belles !

  • BenoitBG

    Non David, toutes les paires que tu vois dans l’article, c’est Romain qui les a achetées. Nous n’avons pas eu de cadeau encore une fois.
    Du coup, pour quelqu’un qui a environ ce budget, à Paris, qui veut une forme avec un minimum de cachet, tu conseilles quoi dans cette gamme de prix ? Et pas le droit de citer Meermin 😉

  • OnurBG
  • Romain Korst

    J’assumerai ce que j’ai dit jusqu’au bout. A mon sens la seule différence entre CJ Carmina et 7L, qui produisent avec les mêmes cuirs et possèdent le même savoir faire est le style. On peut préférer Carmina à 7L et 7L à CJ ou l’inverse, qu’importe. Mais dans la finition, dans le montage et dans les peaux, c’est la même chose à peu de chose près.
    L’attention envers les détails est la même. Les cuirs creux existent partout, chez CJ comme chez Carmina, j’en veux pour preuve les nombreux topics qui remettent en question la qualité des cuirs de ces maisons. Il est un moment où le niveau de qualité est induit par le prix, chose que 7L est fière de ne PAS défendre. Le prix est juste, la qualité est la même. Malheureusement il reste possible dans ces trois maisons là de tomber sur un mauvais cuir ou sur un montage moins précis, c’est comme ça, ça arrive. Il faut penser à mon sens à l’image que le produit véhicule. C’est à mon sens le plus gros défaut de 7L, j’en ai parlé à Marcos et à Mathieu, je ne les prends pas en traître sachant qu’ils liront tous les commentaires. Mais ils ne veulent pas communiquer une image luxe et très honnêtement, grand bien leur fasse.
    J’ai travaillé pour 7L, j’en suis très fier et heureux mais jamais je ne ferai la publicité d’un produit qui ne vaut pas le coup. Ma plus grande fierté pour moi qui travaille depuis longtemps dans les boutiques que ce soit en souliers ou en PAP, c’est h’abiller et de chausser les gens à leur goût et à leur taille. Si une marque ne défend pas ce service là (et j’ai travaillé pour beaucoup d’autres marque dont je ne parle pas, comme quoi…) et ce niveau de qualité là, je ne souhaite pas en parler.
    C’est dit en toute amitié 😉

  • Romain Korst

    Salut Sébastien,
    Le pantalon est de la dernière collection, je ne pense pas qu’il soit encore disponible malheureusement.

  • Steph
  • BenoitBG

    Je te trouve sévère quand tu dis « article publicitaire », on n’a pas touché le moindre centime (ou la moindre paire) pour l’écrire. Romain a peut-être été maladroit dans sa comparaison, mais tu ne peux pas nier que le reste de l’article est fouillé et varié, jusqu’à préciser le sourcing du cuir.
    Que tu ne sois pas d’accord, je veux bien, mais plutôt que d’être négatif sur l’article, pourquoi ne développerais-tu pas ton point de vue qui apprendrait des choses à tout le monde, moi le premier ?

  • Jérémie

    Bonsoir Patrice,

    Merci de ta réponse, je vais attendre un peu! 🙂

    Jérémie

  • ConstanceBG

    Bonjour Florian,
    Un grand merci pour ce retour positif et tes encouragements. En effet, leur tumblr donne vraiment envie, et les bottines de Geoffrey sont (en effet) superbes !
    Bien à toi

  • OnurBG

    Romain avait écrit qu’il fallait éviter la crème, ce que tu as fait, pour éviter de décolorer le cuir. Au mieux, il faut prendre la lotion Saphir Huile de Vison, c’est ce qui est le plus adapté pour l’entretien de ces paires.

    Après, il faut pas trop abuser des produits d’entretien (crème surfine) pour éviter de décolorer le cuir.

  • ConstanceBG

    Il s’agit de bottines Septième Largeur bien sûr 🙂 C’est marqué en légende de la photo.
    Bon aprem

  • Patrice B.

    Avant de poser un patin, il faut « casser » la semelle sinon cela la rigidifie, et dans ce cas tu risques d’accentuer les plis d’aisances disgracieux.

    Donc je te conseille au moins une douzaine de ports avant ; voire beaucoup plus si, en pratique, tu restes assis toute la journée devant un ordi (et donc marche assez peu)…

    Patrice

  • Antonio Barbone

    Quel est le modèle des souliers de Geoffrey? J’adore aussi la couleur !

  • David

    Je rejoins l’avis général.
    CJ et Carmina ; rien à voir sur les peaux et montage.
    On ne compare pas la même chose avec Septième Largeur.
    Surtout que CJ a une ligne handgrade avec un cahier des charges poussé. Enfin historiquement ces maisons de Northampton ont assuré notre élégance. Tout n’est pas forcément affaire que de prix ni de RQP. Il est parfois bon de se le rappeler.
    L’histoire anglaise de la chaussure existe et les coûts sont différents en Espagne. Même si j’adore Carmina et peut apprécier l’offre de Septième Largeur, une paire d’EG ou CJ a une autre saveur ;
    Pour Vass je suis d’accord avec le commentaire dessous mais vu qu’il faut faire un aller retour à Budapest 🙂 la comparaison reste floue.
    En tout cas comme première paire de chaussures de qualité ; Septième Largeur en impose… Jusqu’à ce que Mr Fernandez parte (markowski bowen.. RIP).
    Merci pour l’article pour les calceophiles

  • Lucas

    Je posède deux modèles de chez 7L.

    J’ai quelques remarques sur votre article :

    – il est intéressant de noter que la qualité (et le style d’ailleurs) baisse généralement lorsque M.Fernandez revend une marque. Le meilleur exemple étant l’évolution récente de Markowski (nouveau nom Prince Jorge WTF, modèles laids…)

    – je ne parlerais pas de haut de gamme pour 7L mais de moyenne gamme,

    – concernant le style, ils sont largement au-dessus de tous leurs concurrents, modèles plus
    fins, épurés…

    Concernant la qualité je suis plus mitigé. J’ai l’impression que ma paire de double boucle (Rennan, a priori j’étais très satisfait par l’apparence du cuir) est en cuir creux en partie.

    Concernant ce modèle d’ailleurs, vous conseillez de l’entretenir avec ce produit : https://www.valmour.fr/produits-entretien/cirage-lotion-saphir-medaille-dor,516 ? Pourquoi la crème surfine traditionnelle boucherait les pores d’un tel cuir et pas d’un cuir traditionnel ?

    Carmina et CJ sont largement au-dessus niveau qualité.

    Enfin je trouve que les modèles que je possède venant de la concurrence sont plus
    résistants sur le long terme (Loding 2010 et Markowski 2011)

    Petite question en rab : Romain tu achètes du Suit and supply online sans essayer
    en boutique ?

    Merci

  • Romain Korst

    Merci !

  • Romain Korst

    Hello Martin,
    Selon moi les finitions sont bien meilleures chez 7L. La couture de la semelle est très souvent bien trop proche de la lisse (la « tranche » de la semelle) et ça manque de propreté en règle générale.

  • Romain Korst

    Hello Bap,
    Le modèle Eugene, simple, pas trop de décoration.
    Ne te pose pas la question de la morphologie, va en boutique et essaye la forme qui te conviendra le mieux. Repère le modèle qui te plaît le plus sur la forme 206 qui est plus ronde, comme celle de mes double boucles. Ca évitera l’effet palmes 🙂

  • Romain Korst

    Bonjour Gouhouf,
    Il y a en effet beaucoup d’avis différents, c’est comme n’importe quel débat.
    A mon sens, le cirage n’est que décoratif. Il bouche les pores, il faut donc savoir ce qu’on veut faire sur le chaussure avant d’en mettre. Si l’on veut recolorer à la surfine, il faudra donc avoir enlevé le cirage au préalable. 7L considère le cirage comme accessoire, ça n’est jamais de l’entretien, c’est de la « déco ». En revanche la crème est vraiment nécessaire, et sur certains cuirs il faudra être parcimonieux car elle déteint au fil du temps (surtout sur le vocalou)
    A ta dispo pour d’autres éclaircissements !

  • PY

    J’ai 3 paires 7L (richelieu, derby simple boucle et mocassins) depuis plusieurs années et j’en suis ravi ! Je trouve par contre que les bottines, comme souvent sont assez larges à la chevilles contrairement à Carmina par exemple qui arrive à les effiler davantage.

  • Abdelhamid Niati

    Enfin, un article sur 7ème largeur !!!!!!!!!!!!!!!! Je l’attendais vu la qualité des chaussures proposées; Un article d’une grande qualité à la hauteur de la qualité de la maison. Merci Romain pour cet article riche et instructif. Un conseil : allez y !