Test : JM Legazel, pourquoi porter des souliers patinés ?

Temps de lecture : 7 minutes

De temps à autre, je rends visite à un ami dans sa boutique. Nous aimons parler de beaux objets et les chaussures en font partie. Ces temps-ci, lui comme moi cherchons des paires vraiment “sharp”, capables de sublimer un costume en accentuant le côté vraiment formel, ou d'ajouter un certain contraste stylistique.

Après quelques réticences, dont je vous parlerai juste en-dessous, j'ai finalement succombé à la patine avec un modèle patiné par JM LeGazel.

Note de Benoit : je rappelle que notre Laurent national est un passionné d'art sartorial (grand fan de Husbands notamment) et un véritable amoureux du beau soulier. Ajoutez à cela une approche minutieuse et nuancée, et vous obtenez un point de vue très instructif et plaisant à lire 🙂

Les souliers patinés, quand la chaussure vit sa vie

Dans un monde où l’argent ne serait pas un problème, une belle paire de chaussures sur-mesure japonaise aurait été parfaite. Ces derniers sont d’ailleurs de plus en plus connus dans le monde, en particulier pour leur bespoke (sur-mesure).

Souliers homme Yohei Fukuda

Bespoke par Yohei Fukuda. Du pur shoe porn, à la limite de l’indécence.

Cependant, à moins d’avoir trois ou quatre SMIC à dépenser et la possibilité de faire deux aller-retours au Japon, ce rêve est inatteignable.

Cela ne m’empêche pas d’apprécier le monde de la chaussure, qui me fascine. J'aime voir mes chaussures vieillir, observer la patine naturelle se former au fur et à mesure du temps.

L’une de mes premières paires provient de Markowski. Celles-ci datent de 2011 et, malgré les quelques rides, j’en reste toujours aussi satisfait.

C’est drôle à dire mais le fait de les avoir portées tout ce temps, et de les voir vieillir, me donne l’impression qu’elles font partie intégrante de ma vie. C’est cette facette que j’aime dans le monde des souliers.

Ce ne sont pas uniquement des consommables, mais des objets qui vous suivront plusieurs années voire, pour certaines paires, jusqu’à la fin de vos jours. La patine formée naturellement en devient forcément plus précieuse : elle témoigne des jours passés.

Mais alors, qu’en est-il de la patine artificielle ?

Il fut un temps où je n’y trouvais aucun réel intérêt, à moins de vouloir faire l'intéressant ou de chercher l'originalité à tout prix.

Tout récemment, je discutais avec un collègue qui avait acheté des Richelieu à patiner chez Septième Largeur. Pour la patine, il était parti chez Paulus Bolten afin de réaliser une teinture rappelant l’automne.

Sur le moment, mon avis était plutôt réservé. Mais au fur et à mesure que je l’écoutais, je comprenais davantage ce qui l’intéressait dans la patine artificielle.

Ce n’était pas de posséder une belle paire un peu originale qui le passionnait, loin de là, mais l'idée d'apporter un peu de sa personnalité aux chaussures, en sélectionnant l’effet et les couleurs composant la patine. Il cherchait aussi à s'amuser en trouvant ce qui collerait à sa personnalité.

JM LeGazel, des Beaux-Arts aux souliers pour homme

Cela m'avait intéressé sur le coup, et j'en ai tiré les mêmes conclusions en parlant à JM LeGazel.

J’ai trouvé en JM un passionné de souliers, mais aussi un amateur d'art. Il s'était adonné au dessin dès son plus jeune âge, continuant ses études dans cette voie jusqu’à son diplôme des Beaux-Arts.

Féru d’art urbain, il s'était d’abord tourné vers le graffiti, arpentant les routes d’Europe pour exprimer sa passion dans des lieux divers.

Gravure souliers homme cuir

On voit ici la patte d’un passionné de dessin. Je dois avouer que, techniquement, ça arrache. Pour ce qui est de la porter, je crois en revanche qu’on n’est pas loin de "Pimp my shoes".

Pour passer de l’art de rue aux souliers, il y eut d'abord une histoire de famille. En Provence, son arrière-grand-père fabriquait des sabots qu’il vendait au marché.

Sa passion pour les souliers patinés apparut lorsqu'il était vendeur dans un stand de chaussures, par curiosité. Petit à petit, il eut la possibilité d’exposer ses créations sur la vitrine d’une teinturerie.

De fil en aiguille et à travers les forums, JM a rencontré un certain succès, si bien qu'il a transformé son appartement en atelier. Il y accueillait les clients pour discuter de leurs projets de patine.

Il ouvre sa première boutique au Palais des Congrès après avoir rencontré l’agent de son actuel fournisseur, Carlos Santos, qui lui commande 180 paires de chaussures.

Pour être franc, j’admire le travail réalisé par les professionnels et même, parfois, par des amateurs dont les créations sont visibles sur les forums tels que EnGrandePompe ou StyleForum.

Hormis les créations originales - reproduction de la vague de Hokusai, le samouraï - j’ai vraiment apprécié le travail sur la couleur qui est un point important pour JM. Je considère personnellement qu’une patine est bien réussie, non pas lorsque la couleur est originale, mais si le dosage est bien équilibré.

Parine marbré souliers homme

Voici une patine très sobre, avec du marron foncé et un marbré du plus bel effet ! Cela rappelle d’ailleurs beaucoup le fameux « museum calf », inventé par la maison John Lobb.

Bottine orange maron homme

Je trouve cela réussi techniquement, en particulier l’effet moucheté. Les couleurs se marient bien ensemble, mais encore faut-il assumer l’orange.

Richelieu rubis cuir tissu homme

La couleur est déjà plus sobre, avec un rouge tendant vers le rubis sans être flashy. La petite originalité de cette paire est le mélange de matière entre cuir et tissu.

Richelieu bleues homme

Enfin, on finit sur une touche de sobriété, avec un magnifique bleu sur des Richelieu.

Test du spécialiste de la patine : JM LeGazel

Pour le test, je souhaitais quelque chose d’équilibré. Aimant le style anglais, j’opte naturellement pour une forme plus ronde et un cousu plus massif, préférant sacrifier un peu de confort et de souplesse au profil de la robustesse. On évitera donc la forme pointue et le cousu blake.

Je ne suis pas très à l’aise avec les couleurs trop fortes et préfère quelque chose de plus discret, avec un travail sur la matière ou les détails. J’aurais pu choisir une patine classique marron avec effet bois, mais ça n’aurait pas eu grand intérêt.

Mon choix s’est donc porté vers des Richelieu « Adélaïde » avec une base marron et une petite touche de rouge.

Richelieu Adélaïde homme

Ce type de modèle est appelé Richelieu « Adélaïde ». Elle est reconnaissable à la forme de l’empeigne (partie supérieure). D’après la légende, cette forme aurait été inventée par le célèbre bottier Terry Moore de chez Foster & Son.

Richelieu homme Adelaïde

On voit mieux la profondeur de la patine avec cette photo. Sur une base marron, on y retrouve une once de rouge faisant toute la différence.

Ne voyant aucun intérêt à l’unboxing, je ne vais pas vous montrer tout l'emballage. Néanmoins, la paire est livrée avec des dustbags, un chausse-pied et un pommadier saphir.

Pour ce qui est de la fabrication des souliers, JM LeGazel est fourni par Carlos Santos qui fait ses souliers au Portugal. En terme d’image, c’est forcément moins luxueux qu’un Made in England ou Made in Italy, mais cela ne veut toutefois pas dire qu'il n'y a pas de savoir-faire. Comme pour le Made in China, il s'agit avant tout d'une histoire de cahier des charges.

Le cuir provient de la fameuse tannerie du Puy, il est réputé pour sa qualité. Donc, quid des finitions ? Les coutures sont serrées et régulières, la doublure est de qualité, mais j’avoue que ces finitions ne sont pas ce qu'il y a de plus déterminant pour moi.

En effet, je préfère vous montrer le rendu concret. Ce qui revient, quand on parle de souliers, à les mettre un peu à l'épreuve :

  • Un à deux ports par semaine, soit plus d'une trentaine de ports à ce jour,
  • Sous un ciel bleu comme sous la pluie,
  • Dans le métro parisien, avec une bonne dizaine de minutes de marche.
  • Entretien tous les 3-4 ports à la crème Saphir,
  • Soin en profondeur au bout des 24 premiers ports à la crème universelle.

Je m'y suis tenu pendant les trois premiers mois, quitte à arpenter quelques trottoirs en travaux parfois. Voici le résultat.

JM Legazel test homme

Entretien à la crème couleur acajou, la couleur garde son intensité...

pli d'aisance JM Legazel

… ce qui n’empêche pas la patine d'être atténuée au niveau des plis d’aisance, rien d’anormal. Si vous en prenez une, attendez-vous à ce qu'elle évolue au fil des ports.

Petit aparté : les plis d’aisance sur des souliers homme

Récemment, j’ai lu certains commentaires sur la corrélation entre la qualité du cuir et l’apparition de plis d’aisance. Il faudrait d'abord arrêter de se leurrer, le cuir, ça plisse, c’est un fait, tout simplement. Après, ça plisse plus ou moins fort et plus ou moins discrètement.

Un cuir de qualité aura, bien évidemment, tendance à mieux tenir sur le long terme. D'autres facteurs sont néanmoins à prendre en compte, comme que le montage, la forme, le fait que le pied remplit plus ou moins la chaussure, l’entretien, mais aussi le type de cuir.

Par exemple, le cuir Venezia, utilisé notamment par Berluti, possède des qualités indéniables telles que sa souplesse. Cependant, cette souplesse a aussi tendance à renforcer l’apparition de plis.

De même, moins vous remplissez vos souliers, plus il y a de risques d’apparition de plis. C’est le même problème pour les modèles, les wholecut ont tendance à plus marquer les plis.

JM Legazel pli d'aisance

Petit zoom sur les plis d’aisance, qui sont plus qu’acceptables, et très peu visibles quand on ne se rapproche pas à cette distance.

J’ai pour habitude d’y poser des patins, mais je voulais avoir les conditions réelles pour tester la qualité de la paire. Si vous faites attention, vous pourrez d’ailleurs voir que la couture est « mangée » au niveau du bout. Ce n’est pas bon et c’est pourquoi il est conseillé, à minima, de poser un fer à l’avant.

Semelle Legazel

Vous pouvez ne pas aimer les patins, mais mettez-y au moins un fer !

Zoom pli Legazel

Un autre zoom sur les plis, bien plus disgracieux ici. Cependant, ayant le syndrôme du pied plat, ce genre de plis est visible sur toutes mes paires. Mais bon, ce n’est pas comme si vous regardiez souvent vos chaussures sous cet angle ! Note de Benoit : effectivement, ce pli est plus lié à la forme du pied qu'à la qualité du cuir et du montage.

Tenue The Beatles Vincent

Une petite photo de la tenue en mode The Beatles, par notre ami Vincent !

Legazel Markowski

Pour faire la différence et vous donner un ordre d'idée, voici mes Markoswki au centre, après 4 ans de ports et une patine naturelle.

Pour ce qui est du prix (parce qu'il faut bien en parler ! ) JM LeGazel propose deux gammes de chez Carlos Santos : Santos et l’Handcrafted.

La première se situe en milieu de gamme, de 340 € à 360 € selon le cousu, la patine étant incluse dans ce prix. La seconde culmine à environ 800 € avec un degré de finition bien plus important.

Sur le coup, c’est plutôt compétitif quand on sait que Septième Largeur est quasiment dans les mêmes prix, avec 245 € ou 275€ la paire selon la forme et 75 € pour la patine.

Pour ce qui est de la comparaison, j’aurais du mal à dire si la gamme Santos surpasse ou non Septième Largeur, n’ayant qu’une paire de veau velours chez eux. Je considère néanmoins que vous en avez pour votre argent si vous aimez les patines, et qu’elles dureront… à condition d'en prendre soin, bien entendu !

Alors, faut-il se mettre à la patine ? Cela dépend évidemment de vos préférences, mais c'est un excellent moyen de convoyer ses influences. Si vous cherchez à vous exprimer par vos chaussures, je vous dirais de ne pas hésiter !

Laurent

Passionné de jeux vidéo, d'histoires épiques et des belles choses, j'aime à la fois la mode formelle et excentrique. Je suis toujours partant pour une part de lasagnes, une petite tasse de thé et un carré de chocolat raffiné. Mais attention, on ne mélange surtout pas le tout!

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.