Dossier : Salon Capsule Paris + Nouvelle collection MG & Mr Lacenaire

12

Dé-Capsule

Je suis allé faire un tour l'autre jour au Capsule, un salon à tendance scandinave/workwear qui se tient une fois l'an à l'occasion de la Fashion Week. Avec une sélection d'environ 70 marques, pour la plupart vraiment cools et que vous commencez à connaître : on y retrouve Melinda Gloss, Mr Lacenaire, Bleu de Chauffe, Commune de Paris, Brooklyn We Go Hard et un tas d'autres.

J'y ai découvert notamment la nouvelle collection MG et la nouvelle de Mr Lacenaire, dont je suis tombé totalement amoureux, mais aussi d'autres marques comme Assembly NY. Il y avait "Crazy jean" Brandon de Naked & Famous, venu présenter ses dernières excentricités en matière de denim : le jean le plus lourd du monde (32 oz, sachant que le grammage d'un denim brut courant est de 12-13) qui tient debout tout seul, le jean avec un goût de framboise, un jean qui réagit à la chaleur en laissant des traces blanches (en gros, il suffit que vous frottiez avec votre main sur la toile pour faire un délavage perso qui durera deux minutes), et un autre qui réagit aux UV (histoire d'avoir des jambes fluorescentes en boîte).

Dans une lignée un peu moins classique, Assembly NY est une marque qui propose des vêtements entre le workwear et le post-apocalyptique qu'on peut croiser chez un certain nombre de créateurs asiatiques, notamment un costume gris anthracite en lin et fibre de coton qui m'a beaucoup frappé : veste croisée à un seul bouton sans revers (comme un samue traditionnel, voir photo de droite) et pantalon en coupe jodhpur avec une lanière pour ceindre la taille. Un parfait costume d'été, décontracté, décalé et élégant.

Pour le printemps MG, ne vous attendez pas à de grandes nouveautés (les classiques de la marque sont posés et réinventés depuis deux trois saisons maintenant). La chemise à patte de col et poche fait son retour dans des déclinaisons différentes, ainsi que la chemise blanche/bleue formelle à col anglais. J'ai cependant vu un blouson en jean à manches contrastées en daim extrêmement réussi (en deux couleurs, bleu marine et gris/camel) ainsi qu'une maille/veste sable légère.

Monsieur Lacenaire se dote d'une nouvelle identité visuelle très réussie, et chez eux le printemps-été 2013 rime (joie) avec le retour du teddy en maille, notamment dans un vert-de-gris/bleu ciel absolument parfait. La créatrice, Garance Broca, se diversifie également avec des chinos (à poche contrastante ou ceinture en maille, restons tout de même dans l'esprit de la maison) et des hoodies qui peuvent se replier dans une poche arrière pour faire un baluchon de voyage.

Enfin, j'ai pu découvrir la nouvelle ligne de Vincent Schoepfer (que vous connaissez maintenant, puisqu'on vient d'en parler dans le dernier article), qui promet d'être extrêmement intéressante. Back to basics pour le créateur qui lance une ligne exclusivement composée de chinos, en cinq coupes et dans toutes les couleurs que vous pouvez imaginer : Patrons.

Un slim, une coupe droite, une coupe carrott (cuisses évasées et mollets fittés) et un jodhpur à plates (fourche basse et coutures pincées sur le devant du chino - une très très belle coupe). Plus de nouvelles (probablement) d'ici trois-quatre mois.

MG FW12-13 + Mr Lacenaire SS13-14

Le soir, j'y suis retourné pour aller à une soirée au Wanderlust, le nouveau club qui vient d'ouvrir au sommet de la Cité de la Mode et du Design, et entre deux verres, je me suis fait la réflexion qu'on restait tout de même BonneGueule, conseils pratiques since 2007, et que tout ça ne servait à rien sans quelques looks à décortiquer.

J'ai donc passé deux-trois coups de fil à des copains, j'ai pu profiter du studio photo de l'Exception (que je tiens à remercier pour leur disponibilité) et en avant mamie.

Look 1 : Classique avec MG

Pièces : Veste bleu nuit en serge de laine à poche plaquée (Melinda Gloss)
Cardigan vert bouteille merino/mohair (Melinda Gloss)
Chemise à petits carreaux rouge/vert/bleu en coton (Melinda Gloss)
Jean rouille en velours côtelé (Melinda Gloss)
Ceinture tressée (Urban Outfitters)
Bottines Arsène (Philippe Zorzetto)

Melinda Gloss relance son superbe chino cognac de l'année dernière dans une version rouille légèrement plus fittée. Un contre-exemple parfait ici de la complètement surestimée règle des trois couleurs (= pas plus de trois couleurs dans une tenue) avec des couleurs qui s'équilibrent à merveille sans qu'une pièce n'envahisse trop l'autre.

La couleur intense du chino est calmée par celle du cardigan, et de la veste, plus discrète. Mais ce qu'on peut remarquer ici, c'est encore une fois le traitement sans commune mesure des pièces de grande qualité dans ce type d'assemblage qui se serait cassé la figure avec des pièces de PAP type H&M.

La matière rugueuse de la veste, les bottines, les poignets de la chemise laissés ouverts cassent le côté trop précieux qu'aurait pu avoir le même look avec une veste de matière plus satinée ou des derbies. Il ne manque plus qu'un foulard de gitan négligemment noué autour du cou, malheureusement on n'en avait pas sous la main. Observez notamment les contrastes de matière (entre la rugosité de la veste, et les côtes du jean), le pont visuel de couleurs formé par la chemise (qui reprend les trois couleurs des autres pièces dans des tons plus discrets), et le tombé du jean sur l'intérieur des cuisses.

Look 2 : Toujours MG, une touche de rock'n'roll

Blouson col châle en laine (Melinda Gloss)
Jean rouille en velours côtelé (Melinda Gloss)
Chemise bleu nuit en flanelle de coton (Melinda Gloss)
Ceinture tressée (Urban Outfitters)
Boots Ormond 1465 déglinguées (Doc Martens)

Un look un peu plus rock'n'roll, parfait pour une demi-saison, printemps ou automne, une chemise de texture assez lourde et chaude, un jean et une paire de combat boots, simple et efficace. C'est typiquement le genre de chemises qui se porte largement ouverte, manches retroussées et pans sortis, comme les chemises à carreaux Uniqlo que j'ai déjà pu vous conseiller ou le modèle bûcheron W1910 essayé par Valéry dans un article précédent). Le stack du jean + les combat boots renforcent cette impression de "je-me-suis-habillé-à-l'arrache-ce-matin-mais-je-le-vaux-bien" (d'autant plus que c'est ma paire de Doc que j'ai trimballé à peu près partout sans forcément la cirer de manière aussi régulière).

Le retour du magnifique blouson de l'année dernière, dans une version un peu plus fittée (celui de l'année dernière avait tendance à s'affaisser sur les hanches, créant un effet bouteille d'Orangina du plus mauvais... effet) qui ajoute une touche de décontraction chic à la tenue (et il vous protégera contre l'hiver, s'il s'annonce aussi pourri que notre été, et que les aliens n'ont pas débarqué avant). Observez les petits détails sympas (notamment les côtes du blouson et le très beau tombé de la manche de chemise roulée - question de matière encore une fois).

Look 3 : MG/Mr Lacenaire, je veux revoir ma Scandinavie ♫ (concept advanced)

Cardigan gris chiné en laine (Les Chats Perchés)
Chemise à petits carreaux rouge/vert/bleu en coton (Melinda Gloss)
Chino à ceinture contrastée (Mr Lacenaire)
Derbies Tribeca (Florian Denicourt)

On a ici un look vraiment intéressant à plusieurs points de vue : c'est un look plus-classique-tu-meurs et qui serait profondément ennuyeux sans les particularités de chaque pièce. La ceinture en maille du chino tout d'abord, qui le sort complètement de son aspect de chino ordinaire. La matière rêche et la tenue presque militaire du cardigan qui "durcissent" le look. Enfin, au delà de la matière, c'est surtout une tenue intéressante d'un point de vue visuel comme je l'ai détaillé ci-dessus. On a ici un rendu très graphique assez unique, qui tient à la fois des couleurs et des tombés de matière différents de la tenue.

Les verticales sont très marquées, grâce au motif de la chemise, des pans droits et de la coupe au cordeau, très minimaliste, presque austère, du cardigan. Une verticale qui se continue parfaitement grâce à la couture de braguette du chino, et l'axe général du corps. Les horizontales ne sont pas en reste, avec un pont visuel très flagrant formé par la ceinture en maille, qui entame une sorte de dialogue avec la ligne des épaules, une ligne qui aurait été brisée si on avait laissé le col ouvert, et non noué comme ici en air-tie, à la scandinave (figure 1). La chemise à carreaux est ainsi un pont visuel parfait entre ces verticales et horizontales, rassemblant le motif pour en faire un point d'équilibre stable.

Les renvois de couleurs sont également importants ici, entre la chemise et la ceinture qui reprennent à peu près les mêmes tons de couleurs (figure 2) et les manchettes qu'on a fait légèrement dépasser (figure 3). Les derbies enfin, reprennent une des couleurs de base de la tenue (vert) en nettement plus intense, finissant le dialogue chromatique, en y apposant une sorte de point final ferme, qu'on n'aurait pas pu atteindre avec une simple paire marron. Notez qu'on aurait pu probablement atteindre un aussi bon résultat avec une paire bleue.

On a donc ici une tenue qui illustre parfaitement l'anatomie et les proportions du corps, parfaitement découpée en deux en verticales (dialogue jambes/buste) et en trois en horizontales (dialogue côtés du buste/zone verticale "d'harmonie" allant du plexus au nombril).

Look 4 : Rock'n'roll baby (Mr Lacenaire)

Teddy bleu/vert en maille de coton (Monsieur Lacenaire)
T-shirt gris chiné Anis (Zadig & Voltaire)
Ceinture tressée (Urban Outfitters)
Bracelet et pendentif home-made
Jean slim gris (Surface 2 Air)
Boots Ormond 1465 déglinguées (Doc Martens)

Un dernier look assez différent, plus dans le style de ce que j'aime porter en général. Simple et sans fioriture, où la seule touche de couleur est apportée par le teddy Mr Lacenaire. Le tee est sans doute le seul potable de chez Z&V, chopé pour une misère et taillé dans un jersey extrêmement léger, ce qui en fait une pièce très agréable à porter en été. Comme en plus la totalité de la collection, il a vite vieilli (détendu et sans aucune forme), mais c'est également pour ça que je l'ai acheté, en cherchant des looks moins structurés.

La tenue lâche du tee est rattrapée par le semi-slim S2A et la paire de Doc qui "redressent" le look. Le teddy égaie l'ensemble pour ne pas faire croque-mort : le tombé très fluide et le côté brut complètement décontracté de la maille (renforcé par les boutons en bois) relâchent un peu la silhouette. Ce n'est qu'un exemple de tenue où on peut le porter, étant donné que c'est une pièce assez versatile.

Paradoxalement, des tenues full grey, black ou dans des tons terres (les tons les plus adaptés à un rendu très abrupt et viril) sont beaucoup plus compliquées à assortir : aucune pièce ne tolère le moindre ratage et il faut jouer sur les camaïeus de tons, ou des astuces visuelles, comme ici le pendentif qui sert de fameux pont visuel, et attire le regard sur la poitrine.

Merci à Régis (L'Exception) pour nous avoir gentiment prêté son studio photo à un moment pas forcément pratique, Thérouane pour l'après midi passé derrière la caméra, Valentin pour s'être prêté au jeu de mannequin, Garance (Mr Lacenaire) et Perlin (Melinda Gloss) pour leur réactivité et disponibilité !

Et pour apprendre les bases du style...

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Corduroyman

    Les jeans en velours côtelé pour jeunes hommes sont dans des couleurs magnifiques cet automne : rouille, moutarde, bordeaux.  Excellent choix pour remplacer ces denims dont seule la coupe est extraordinaire et dont le tissu à l’indigo empoisonne l’humanité. Il n’y a rien de plus confortable qu’un jeans velours et de plus beau avec ces couleurs joyeuses qui manifestent le bon goût.

  • Nico

    Hey, juste une petite question.

    Le Blouson col châle en laine (Melinda Gloss) est vraiment terrible, mais je sais pas lequel prendre entre le bleu marine ou le marron (camel en vrai?). C’est surtout avec mes jeans noirs que ça pourrait pas trop passer.

    Sinon est ce qu’il tient bien chaud pour l’hiver?

  • il faut attendre un peu et revérifier. Ou alors contacter directement la marque, ils sont les mieux informés 😉

  • haricot violet

    Le blouson col châle en laine de Melinda Gloss, quelqu’un sait ou se la procurer ? 
    Nouvelle collection d’apres l’article ? Mais il n’y est pas sur le e shop de MG 🙁

  • palette de 3 couleurs + blanc cassé, avec la chemise en liant. Franchement il y a plus compliqué 🙂 

    La « règle des 3 couleurs », c’est plus un truc pour éloigner les débutants des icebergs qu’une table de la loi !

  • Sandro c’est de la cochonnerie à part 2 ou 3 pièces par collection, fais bien gaffe à ce que tu achètes.

  • Edouard

    Pas d’accord, j’aime aussi beaucoup la première avec la veste et celle avec le blouson. 

  • Jean-Kévin Du Ponche

    Et l’aspect  » velours  » du blouson n’arrange rien.
    C’est encore trouvable des Doc Martens Ormond 1465 ?

  • Yann on BG

    Je dois dire que je suis assez d’accord. Pour moi le look n°1 mélange trop de couleurs, et le look n°3 est trop monochrome et « gentil garçon ».

  • Jimmy

    A part la dernière image où le style est bien, le reste fait très garçonnet. On va voir ce que les autres marques proposent cette saison en tout cas Sandro reste dans le côté aviateur je trouve ça bien même si ils se répètent chaque saison

  • C’est normal, c’est une vieille paire. Malheureusement la qualité des Doc aujourd’hui, même si elle reste excellente, est à 1000 lieues de ce qui se produisait il y a vingt ans, et donc tu as devant toi le résultat du travail de coeur d’un ouvrier thaïlandais, porté pendant un an et demi non-stop au point que le talon en gomme est devenu quasiment inexistant et qu’il y a des trous dans la semelle.

    Ca ne serait pas inquiétant pour n’importe quelle autre marque, mais… c’est Doc Martens, et je t’avoue que je l’ai un peu mauvaise.

  • Corriel

    J’adore le teddy que porte Vianney, il apporte une réelle touche d’originalité.
    En revanche, moins fan des boots, je les trouve un peu pataudes (surtout la semelle).