Revue des marques #6 : des souliers, un couvre-chef et du linge de lit

10

De la côte d'Azur aux littoraux armoricains, des plages de la mer du Nord au Pays basque, des rives de l'Isère aux quais de Seine... j'imagine que vous me lisez les pieds dans l'eau.

Du coup, l'équipe vous a concocté une petite sélection qui fleure bon l'été et la crème solaire, pour ensoleiller encore un peu plus vos vacances... ou votre milieu de semaine.

Pour ce sixième épisode de la revue des marques, je vous propose de découvrir les pépites qu'ont sectionnées pour vous :

  • Céline : vous l'avez sûrement croisée du côté de la boutique de Lyon, et vous pourrez très bientôt la voir dans celle de Paris,
  • Jason : notre directeur artistique maison, toujours de bon conseil,
  • Rafik : inutile de présenter notre super rédacteur en chef dont vous lisez les oeuvres semaine après semaine,
  • Simon : qui a dit qu'on ne pouvait pas être geek et aimer la mode ?

On est partis pour un nouveau voyage au coeur de la jungle du style, qui promet d'être très "Sea, six and sun"...

Sommaire de la Revue des marques

    • Céline se met dans de beaux draps
    • Confort ou élégance ? Jason ne choisit pas
    • Rafik, gladiateur du bitume
    • Simon : singing in the rain
    • Des nudes de Céline...
    • Jason puissance 20
    • Casquettes et rêves de skate pour Raf
    • Simon les bons tuyaux
    • Céline sauve les meubles
    • Jason et son eldorado
    • Raf pris la main dans le sac
    • Simon : workwear pépère

Dans le radar de...

Vous connaissez le principe : nos quatre fantastiques vous parlent ici de pièces sur lesquelles ils ont craqué, sans pour autant sortir le porte-monnaie.

Coups de coeur et coups de foudre seront immanquablement au rendez-vous de cette rubrique : de quoi vous en mettre plein les mirettes...

Céline se met dans de beaux draps

J'ai repéré dernièrement du linge de lit chez la marque LAB, et j'y repense souvent depuis...

C'est une enseigne créatrice de linge en lin qui a la particularité d'être lavés avec des coloris exclusifs pour leur apporter la douceur du coton tout en gardant cet aspect brut. De plus, la teinture au fil permet de conserver toute la profondeur des couleurs, pour un résultat impeccable et durable.

Honnêtement, toutes les couleurs me font envie mais je pense que je commencerai par celle-ci si je franchis le pas dans les jours à venir. En plus, c'est de la fabrication française...

Dans le radar de Céline, ce linge de lit indigo en lin.

Confort ou élégance ? Jason ne choisit pas

Personnellement, je louche de plus en plus intensément sur ce pantalon Paolo de la marque Harmony. À la fois élégant et confortable, il lie l'utile à l'agréable au coeur d'un design atypique que j'apprécie particulièrement.

La coupe est celle d'un pantalon de ville mais la ceinture élastique ramène la pièce dans le giron du casual, ce qui donne un résultat déroutant vraiment plaisant.

Ca pantalon Harmony fait de l'oeil à Jason depuis quelques jours...

Niveau matière, cette crêpe de laine tissée en Italie affiche une belle texture et permet de porter ce pant en été comme en hiver.

Très polyvalent, comptez sur lui pour s'accommoder de vos chemises les plus élégantes comme de vos tee-shirts les plus simples.

Raf, gladiateur du bitume

Creepers, combat boots, tassel loafers avec maxi semelles : je passe l'année dans de grosses chaussures en cuir. Du coup, chaque été, c'est le même dilemme : style ou confort ?

Je me retrouve donc à choisir des substituts juste le temps de l'été, souvent des espadrilles noires. Cela passe, sans plus... J'ai toujours l'impression de sacrifier une partie de mon ADN. Un peu comme si, en comparaison, ces chaussures étaient trop "sages".

Espadrilles vs. creepers : vous comprenez ma frustration ?

Cette année, j'ai décidé de prendre le problème à bras le corps. J'écume la section "chaussures" de bon nombre d'eshops depuis un moment maintenant... et je crois enfin toucher au but.

Dr Martens propose un hybride plutôt bien mené, à mi-chemin entre la sandale et la boot. De quoi en surprendre plus d'un, je vous l'accorde, mais je trouve le résultat équilibré.

Les orteils et le talon sont couverts, là où de grandes ouvertures dénudent le reste du pied. Esthétiquement, j'aime beaucoup cette forme avec son côté gladiateur. C'est le genre d'influence un peu bizarre qui me parle;

Je les porterai avec un jean retroussé à la cheville et un tee-shirt avec une coupe oversized. Raf : 1 - Été : 0.

Simon : singing in the rain

C’est l’été. Il fait beau et ch… non. Clairement pas.

On est à Paris, on a eu droit à nos 2 semaines de soleil annuel et maintenant c’est terminé : retour de la pluie et des jours qui ressemblent à des nuits. La fin de la récréation a sonné.

Du coup, point de short de bain ni de lunettes ; pour moi, ce sera un K-way, une parka ou n’importe quelle pièce waterproof à capuche permettant d'affronter mère Nature le poing levé, le ciré vissé sur les épaules et le drapeau Breton fièrement dressé sous le vent.

Bon, pour ne rien vous cacher je ne suis ni Breton, ni adepte du k-way. Pourquoi ? Parce que ma pilosité faciale fournie transforme toute parka en étuvoir à jambon...

Du coup, je me suis donc mis en quête d’un vêtement de pluie à la fois respirant et étanche. Et une fois de plus, Uniqlo m'a fait de l'oeil avec sa parka BlockTech.

Simon lorgne sur une parka légère couleur kaki.

À un prix raisonnable je n’ai pas trouvé une seule parka aux propriétés équivalentes : elle coupe le vent, stoppe la pluie et est suffisamment respirante pour que je ne sue pas dedans comme un oignon revenu à la poêle.

Certains disent même qu’elle arrête la faim dans le monde et qu’elle sauve les bébés Ours, mais si vous voulez mon avis c’est possiblement une fake-news.

Les achats de l'équipe

Le titre est relativement explicite, non ?

Ici, je vous introduis dans l'intimité du vestiaire de la team BonneGueule... alors suivez le guide !

Des nudes de Céline...

Je confesse : j'ai récemment craqué sur une paire de sneakers dont je rêvais depuis un bon moment. Les heureuses élus ? Des Common Project coloris Nude, dont le design et la couleur m'ont totalement conquise.

Oui, oui, oui : si je pouvais être habillée en nude tous les jours de la semaine, je le ferais !

Les nouveaux joujoux de Céline...

Quand je les ai vues, je me suis dit qu'elles avaient forcément été pensées pour moi et que je ne pouvais pas passer à côté... Elles sont discrètes, simples et élégantes. En un mot ? Parfaites.

Jason puissance 20

Dernièrement, j'ai fait un achat quelque peu atypique : j'ai fait l'acquisition d'un lot de 20 tee-shirts blancs Stanley/Stella.

Vous le savez si vous suivez le blog depuis plus de 20 minutes : le tee blanc est le basique par excellence du vestiaire masculin. Élégant porté seul, efficace en layering et pertinent même sous un blazer, c'est un es-sen-tiel.

Le problème, c'est qu'il est très compliqué d'en trouver qui répondent à tous les critères incontournables.

J'ai trouvé mon bonheur chez Stanley/Stella et j'ai donc acheté ce pack afin d'avoir une réserve suffisante pour les étés à venir.

Jason a sorti le chéquier pour obtenir 20 exemplaires de ce tee..

C'est un modèle vintage à col rond, travaillé dans un jersey de coton bio peigné ring-spun. Il est assez épais (155 g/m²) mais reste léger, idéal en période estivale.

Si vous ne voulez pas acheter vos vêtements par paquet de 20, ce que je comprends aisément, vous pouvez vous faire la main sur une première pièce : vous ne serez pas déçu.

Casquettes et rêves de skate pour Raf

Je vais vous faire une confidence.

Je suis obnubilé par les accessoires. Bijoux, sacs, couvre-chefs... À chaque jour, une nouvelle obsession. Ces derniers temps, ce sont les casquettes qui me font de l'oeil.

Tout a commencé il y a quelques mois, quand Luca m'a offert un modèle Deus Ex Machina que j'adore. Je vous jure, on pourrait me soupçonner d'être chauve tant je la porte.

Mêlant plusieurs influences, Deus Ex Machina propose une large gamme de casquettes et bonnets.

Du coup, j'ai pensé qu'un peu de diversité serait la bienvenue. Je vous donne le brief :

  • noir pour la couleur,
  • une construction "5 pièces", plus authentique que la forme baseball,
  • au format "snapback", c'est-à-dire avec une languette réglable à l'arrière.

C'est finalement chez Carhartt que j'ai trouvé mon bonheur, soldé à 20,49€ sur Asos.

Petit détail que j'apprécie : la présence d'oeillets d'aération sur le côté. On retrouve souvent ce genre de finitions chez des marques avec un héritage workwear.

Le travail effectué sur la languette arrière a achevé de me convaincre, simple mais bien pensé.

Elle coche tous les points de ma checklist et nous avons déjà commencé à nous connaître, mon crâne et elle. Blague à part, je la porte avec n'importe quelle tenue : elle ajoute toujours de la spontanéité, une forme de nonchalance. Et si vous voulez savoir, en ce qui me concerne, c'est casquette à l'envers !

Simon les bons tuyaux

Personnellement, je n'ai pas fait de folies côté derniers achats. Après un an chez BonneGueule, je comprends et j’apprécie la valeur d’un tissu japonais d’exception, mais j’ai encore des réflexes compulsifs et j’achète avant tout des vêtements qui me plaisent sans forcément penser à leur durée de vie.

Du coup, mon dernier achat a été cette chemise en chambray bleu de chez Monoprix.

Simon est passé en caisse avec cette chemise Monoprix !

Je l’ai prise pour 3 raisons :

  • Je voulais un chambray dans un bleu assez sombre. On dirait presque une chemise en jean, mais elle reste très légère. Après 5-6 lavages, la couleur tient vraiment bien. Je suis agréablement surpris pour un modèle à 30 euros.
  • Elle tombait bien sur moi. Je suis relativement enveloppé et il s’avère que les coupes regular de Monoprix sont toujours bien adaptées à ma corpulence.
  • Elle a une poche avant et, peu importe l’ire de la foule, j’aime les poches avant. J’aime pouvoir ranger mes stylos bic pour asseoir pleinement mon statut de mec qui fait des trucs sur les ordinateurs. Ou plus réalistiquement pour stocker mon porte carte en soirée.

Non, ce n'est pas Simon sur la photo ! Crédits photo : Monoprix.fr

Pour 30 euros, par contre, ne vous attendez pas à un miracle : pas d’hirondelles de renfort, des boutons en plastique et des surplus de matière un peu partout, sans parler du fait qu'elle ne durera probablement pas 10 ans. Cela dit, si on la rapporte à son prix, j’en suis très content.

Le grain de folie

La mode est un univers fantastique qui nécessite parfois d'abandonner sa raison au vestiaire pour laisser parler son coeur. La difficulté ? La réalité du compte en banque.

Dans cette partie, on s'affranchit de cette contrainte et on s'autorise une frénésie stylistique avec un budget illimité. Voyons tout de suite ce que ça donne...

Céline sauve les meubles

Pour mon grain de folie, je quitte l'univers de la mode (quoique ?) et me tourne vers celui de l'art-deco.

J'adore cette enfilade en teck réalisée par l'éditeur A Younger Ltd. J'aime particulièrement le mobilier des années 50/60 et ce meuble est tout simplement sublime ! En plus, il irait parfaitement dans mon nouvel appartement parisien...

Fonctionnel et subtilement travaillé : c'est le coup de folie de Céline.

Jason et son eldorado

Aucune hésitation pour mon coup de folie : une paire de Yuketen Blucher.

J'en rêve depuis des mois, sinon des années, et ce sont vraiment des souliers dont je suis un fan absolu. La Blucher est un modèle iconique de la marque américaine et j'adore les inspirations amérindiennes, particulièrement prégnantes sur cette paire.

La paire de Yuketen qui trouble le sommeil de Jason.

Travaillées dans un cuir suédé et montées à la main aux États-Unis, je trouve qu'elles dégagent un charme fou et que les détails sont véritablement magnifiques.

Les lacets en cuir marron contrastent subtilement avec le cuir fauve de la chaussure.

Raf pris la main dans le sac

Je n'aime pas m'encombrer d'un gros sac et suis vite dérangé par la sangle d'une bandoulière. Idem pour les sacs à dos. Du coup, parmi tous les types, ce sont les pochettes qui ont ma préférence.

Je lorgne souvent chez les marques créateurs, où de vrais partis-pris stylistiques sont proposés. Ma dernière découverte ? La marque Perrin, qui se distingue par son travail sur les attaches. Bien qu'il soit pour femme, ce modèle m'a clairement tapé dans l'oeil.

Regardez ce niveau de finition, avec des empiècements en cuir parfaitement intégrés ("à ce prix-là, il vaut mieux", me direz-vous). À ce propos, notez le jeu de matières, mêlant cuir lisse et cuir façon poulain.

Concrètement, je ne sais pas si je pourrai y ranger mon briquet après y avoir mis mes clopes, mon portefeuille et mes clefs. Cela dit, je ne suis pas du tout rationnel à l'heure où je vous écris. Je trouve le design splendide, cela me suffit. Un coup de coeur comme on n'en fait plus...

Simon : workwear pépère

À force de côtoyer des passionnés de mode au quotidien, je me découvre un intérêt marqué pour le workwear.

En conséquence, je me mets à regarder des vêtements dont j’ignorais même l’existence il y’a un an : gilets, salopettes, blouses et consorts.

Dernièrement, mon œil s’est arrêté sur ce jean rayé de la gamme Lybro, que l'on doit à Nigel Cabourn. C’est, je cite, "a range of hardwearing vintage inspired work wear clothes, which are manufactured using the best British and Japanese fabrics and trims."

Du workwear haut de gamme pour Simon.

Pour les non-anglophones, le monsieur dit que c’est des vêtements workwear alliant matières et savoir-faire anglais et japonais... ce qui est plutôt bon signe. Cela dit, nous n'avons jamais testé les produits en question donc il est difficile de vous parler de la qualité réelle de la pièce.

Par ailleurs, les prix assez élevés hors soldes... mais on peut tout se permettre dans cette rubrique.

Il y a largement la place pour le PC de Simon dans cette poche arrière.

Alors, pourquoi ce pantalon ? Tout simplement parce que c’est clairement le style vers lequel je m’oriente.

Le workwear est LA tendance qui m’attire le plus en matière de mode masculine. En plus :

  • Long dit que c’est très bien, et il a toute ma confiance.
  • Les matières ont l’air bonnes et le combo Japon/Angleterre a déjà fait ses preuves par le passé.
  • Il est distribué par des shops de confiance donc ça limite encore une fois mon / notre inquiétude.
  • Soldé à - 50%, comme c’est le cas actuellement, c’est plutôt intéressant.

Mais pour être honnête, la véritable raison est que je veux faire plaisir à la #teampantalonblanc qui fait du lobbying actif en interne.

Le mot de la fin...

Un peu de workwear, quelques accessoires, pas mal de chaussures et même de l'ameublement : nous arrivons au terme d'une revue des marques plutôt riche, comme à son habitude.

Pour ce 6ème épisode comme pour les précédents, je compte sur vous pour me parler de vos achats respectifs, des pièces que vous zieutez et de vos trips stylistiques les plus fous.

On se retrouve juste en dessous dans les commentaires... et à la prochaine !

Lucas Marquiand A propos Lucas Marquiand

Quand Rafik m’a demandé d’écrire ma fiche-auteur, j’avais à peu près autant d’inspiration que Jul lorsqu’il a rédigé les lyrics de Tchikita. Du coup, j’ai demandé à une copine comment me présenter en quelques mots. Je vous livre sa réponse, lapidaire mais finalement assez fidèle : « Lucas Marquiand, 21 ans, j’aime CR7, le gin et mon chien. ». Sauf son respect, je me permettrais d’ajouter que j’ai également beaucoup d’affection pour ma petite soeur, ma maman et le quinoa.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Pierre – BonneGueule

    Hello David !

    En fait, Stanley Stella fonctionne généralement en « marque blanche », c’est à dire qu’ils produisent des tee-shirts qu’ils revendent à des marques qui vont ensuite poser leur griffe dessus. Généralement, ces marques les font imprimer et vendent donc des tees graphiques premiums.

    Je ne peux pas vraiment te dire où trouver des revendeurs, c’est toujours un peu compliqué avec ce genre de marques. Tu peux peut-être réussir à en trouver en demandant à leur service client, mais je ne garantis rien. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Gouhouf !

    Merci de partager tes pépites avec nous. C’est vrai que le Cucinelli est magnifique, mais ça tabasse dur. Tu as des pièces un peu similaires chez Camoshita, Editions MR et Boggi, sinon. 😉

  • Gouhouf

    Coucou,

    J’avoue que la période des soldes d’été est celle où je me lâche pas mal… Je me suis trouvé un pantalon bleu rayé blanc en seersucker, vraiment chouette, que je porte d’ailleurs aujourd’hui (ici : https://www.canali.com/en_fr/clothing/casual-pants/navy-blue-seersucker-pants-with-white-micro-check-91525pw00260302.html). Et un polo avec fil de trame en blanc, fil de chaîne rouge (ou l’inverse), avec de légers points rouges (ici : https://www.canali.com/en_fr/clothing/polo-shirts/red-cotton-pin-dot-polo-shirt-t0370mj00356900.html).

    Je vous rassure, je ne porte pas les deux en même temps… Mais le premier avec une chemise blanche, et le second avec un jean, ça rend super bien.

    Sinon, en ce moment, je m’intéresse de près aux manteaux, pour préparer l’hiver. Un manteau assez clair, super chaud. Celui-là me plaisait bien : http://shop.brunellocucinelli.com/en-fr/man/fall-winter/collection/outerwear/coat-172MT4979014.html?dwvar_172MT4979014_color=C192&cgid=man-fw17-collection-outerwear, mais j’ai peur de dépasser mon budget ! (Sauf peut-être en solde à -80%).

    Merci pour l’article ! J’aime beaucoup cette rubrique un peu hétéroclite.

    Gouhouf

  • Pierre – BonneGueule

    Malheureusement, non, ils ne vendent qu’aux professionnels sur leur site web.

  • Vince

    donc aucune chance de pouvoir acheter des produits sur le site Stanley/Stella si on est un particulier ? Merci pour votre réponse.

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Steven !

    Il est passé par un ami à lui qui est professionnel, justement. 😉

  • Steven

    Bonjour,
    J’aimerais savoir ou Jason a acheté ses t-shirts Stanley /
    Stella car leur site est réservé aux professionnels… Merci

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Nicolas !

    Merci pour ton soutien ! 🙂

    Franchement, on a pu y jeter un oeil et elles sont cools pour le prix. Après, ça reste difficile de se prononcer sans savoir comment ça vieillit sur la durée. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Gaspard !

    Merci de ton soutien ! Malheureusement, je ne connais pas tellement de marques de bonne qualité qui assument des influences amérindiennes aussi bien que Yuketen.

    Et oui, leur site aurait bien besoin d’une petite refonte, mais ça a du cachet aussi, ce côté kitsch. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Les grands esprits se rencontrent, on dirait ! 😉