Revue du web des mois de décembre et janvier – #24

/

Nouveau mois, nouvelle revue du web : on est parti !

De la mode masculine, mais pas que !

On attaque fort avec le premier film publicitaire de notre confrère Hugo de Parisian Gentleman (que vous avez pu voir dans la vidéo du Pitti Uomo 87), sobrement appelé "Ladies".

Avec une réalisation irréprochable et une approche originale et très décalée, il porte surtout un message qui colle parfaitement à l'esprit Parisian Gentleman : "un monde sans gentlemen est un monde sans dames". Disponible sur leur chaîne Youtube.


Alexandre vous l'avait dit dans son test de la marque Aigle : les racines de cette entreprise sont profondément ancrées en France. Ainsi, Aigle reste fidèle à l'Hexagone pour la production de ses bottes.

Pourtant, il est intéressant de noter que la plus grande partie du marché d'Aigle se situe aujourd'hui en Asie, notamment en Chine et en Corée. Mais alors pourquoi investir près de 6.000.000 € dans leur site d'Ingrandes dans le Loir, qui est d'ailleurs l'unique site de production des bottes ? La réponse est ici.

bottes aigle

Nos amis asiatiques sont de plus en plus férus des bottes du Maître Caoutchoutier.

Changement d'ambiance avec la marque Michael Kors, que nous avions abordée dans le guide des marques et maisons de luxe pour homme.

Il y a les enseignes de luxe, les vraies, qui offrent un travail de création et de confection incroyables. Et il y a surtout les autres, qui exploitent surtout l'aura d'une qualité passée. C'est peut-être parmi les seconds que l'on retrouve Michael Kors.

défilé Michael Kors

Défilé Michael Kors.

À force de s'appuyer sur des lignes bis (ligne avec un prix et une qualité inférieurs aux pièces de la ligne principale), d'agrandir sans cesse son réseau de distribution, et de viser la jeunesse dorée (donc "zappeuse"), les recettes de la marque ne cessent de chuter. Cet article de Forbes (en anglais) le dit très bien : tout le monde peut acheter du Michael Kors. Mais le propre du luxe n'est-il pas la qualité, et donc une certaine rareté ?

On reste dans les marques qui périclitent avec celle de Mohamed Dia, Dia Wear (promis, la suite de l'article est plus funky). Les amateurs de streetwear connaîtront sûrement, on s'arrachait littéralement les hoodies Dia il y a une bonne dizaine d'années. Puis, après avoir connu le succès, grâce à ses copains Doc Gynéco et Stomy Bugsy notamment, il a subitement disparu de tout radar...

Mohamed Dia

Mohamed Dia, créateur de la marque Dia Wear (crédit : Michela Cuccagna).

Justement, les journalistes de StreetPress l'ont retrouvé ! Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'un parfum de mystère plane sur son passé. Entre rythme de vie sulfureux, projets avortés ou futurs, et déboires judiciaires, les nostalgiques de "la sape" seront ravis.

Place à un peu de mode féminine ! Vous êtes nombreux à nous demander comment choisir un costume pour un mariage. Je vais vous parler plus spécifiquement des robes de mariées de l'artiste russe Asya Kozina.

robe Asya Kozina

La créatrice mélange plusieurs influences, et s'inspire notamment de l'esthétique chinoise ou mongole.

Certes, peu de femmes se permettraient autant d'audace le jour J, mais la particularité de ces robes est qu'elles sont... en papier. Le travail réalisé est remarquable (je n'ai jamais réussi à faire un simple avion), et c'est Cosmo qui nous en parle.

Réseaux sociaux et socialites

Petite explication pour les moins connectés d'entre nous : Instagram est un des réseaux sociaux les plus populaires, dédié au partage de photos, que l'on peut d'ailleurs modifier avant publication. Il n'en fallait pas plus pour que certains transforment leur flux en book pour du mannequinat.

filtres instagram

Il y a de quoi se prendre pour un maître photoshoppeur.

De manière très intéressante, un journaliste raconte comment il est devenu le "publiciste de sa propre vie", obsédé par le choix du filtre parfait . Plus encore, il dresse une analyse particulièrement pertinente des origines de ce phénomène, et de la théatralisation de notre quotidien. Article paru chez Vogue.com, à lire ici.

Restons dans les réseaux sociaux, avec les cours de selfie (oui, oui...). Info relayée par Cosmopolitan : une fac anglaise - la City Lit - donne à présent des cours pour se prendre en photo soi-même, savoir quels détails soigner, choisir la bonne lumière... Pour ceux qui aiment se prendre la tête.

La minute business et culture

Pendant 20 ans, le photographe Hans Eijkelboom a parcouru le monde pour son projet People of the Twenty-First Century ("personnes du 21ème siècle").

Le concept : se poster dans une grande arcade (la ville diffère à chaque fois) pendant quelques heures, et prendre les passants en photo afin de montrer leur manque cuisant d'originalité.

people of the 21st century - Hans Eijkelboom

Cela donne à réfléchir sur le caractère uniformisant des tendances. (Crédits : Phaidon/Hans Eijkelboom)

Comment créer une culture d'entreprise ? C'est la question à laquelle tente de répondre Andy Dunn, créateur de la marque new-yorkaise Bonobos (à ne pas confondre avec Bonobo). J'ai d'ailleurs eu plusieurs conversations à ce sujet avec Geoffrey ou Florian, qui m'ont toujours dit qu'il s'agissait d'un facteur clef dans la réussite d'une entreprise.

Andy Dunn Bonobos

Andy Dunn, fondateur et CEO de Bonobos.

Il dresse un constat très juste, s'appuyant sur l'importance des ressources humaines, et sur les qualités dont elles disposent, dans la création de cette culture. Pour plus d'infos, c'est par ici !

Toujours sur l'entreprise, le magazine de l'innovation FrenchWeb est parti rencontrer des entrepreneurs de tout horizon. Ils racontent leurs histoires, leurs motivations, leurs galères au quotidien, leurs solutions... Un reportage franchement enrichissant (et qui nous parle beaucoup de bien des manières) :


We Love Entrepreneurs - Le film par We-Love-Entrepreneurs

Poursuivons avec la "valeur partagée", théorie du consultant en stratégie Michael Porter. L'idée, c'est qu'au-delà de la notion de profit, les entreprises doivent penser à faire de leur responsabilité sociétale un véritable levier dans leur stratégie. Interviewé, Michael Porter vous expliquera ça mieux que moi :

Je ne pouvais terminer cette rubrique sans vous parler de l'article de nos confrères du blog BWYW, qui s'intéressent aux blogueurs qui passent du numérique au physique (paraîtrait même qu'on y mentionne Geoffrey et Benoît). Mais surtout, ce billet traite de l'évolution du marché de la mode masculine, et plus encore, de l'impact que vous, lecteurs de blogs et avides de connaissances, avez dessus. 😉

Des destins qui inspirent

Challenging Impossible est un documentaire racontant l'histoire de Sri Chinmoy, moine tibétain, qui s'est mis au culturisme pour changer la face du monde. L'une des meilleures critiques est probablement celle du New-York Times : "un accomplissement physique extrême comme chemin vers la lumière spirituelle".

C'est surtout intéressant de remarquer comment ce moine s'est servi de ce qui intéressait la société moderne (= les records de poids) pour embarquer son message à lui. Un hacker à sa manière.

Le coin de Sylvain

Sylvain est un lecteur BonneGueule, et accessoirement explorateur de la toile, toujours à la recherche d’œuvres intéressantes. Il partage avec nous ses dernières découvertes 😉

Bouquin qui émerveille

Découverte d’un livre ce mois-ci, Leaving Microsoft to Change the World. L’histoire de John Wood qui décide, après un voyage de routard au Népal à la fin des années 90, de quitter la rat race (course effrénée, sans fin, voire inutile, ndlr).

En l’occurrence, il s'agissait de son poste de responsable du développement commercial en Asie chez Microsoft, qu'il abandonne pour monter une association consacrée à la fourniture de livres aux écoles du Népal.

John raconte ses galères logistiques et financières du début, pour finalement créer l'association Room to Read.

Leaving Microsoft to save the world

A ce jour, Room to Read a construit environ 2.000 écoles et 20.000 bibliothèques dans les pays pauvres d’Asie et d’Afrique.

Documentaires

Nous avons regardé deux documentaires qui nous ont marqués ce mois-ci.

Tout d’abord, Le Funambule. Présenté sous la forme d’un thriller, il raconte l’aventure de Philippe Petit qui, de manière clandestine, a marché sur un câble reliant les deux tours du World Trade Center en 1974.

Le funambule

« Si je tombe, je suis mal barré… »

Et puis Grizzly Man, l’histoire du fou furieux Timothy Treadwell, qui partait chaque été vivre au milieu des ours en Alaska, tout en se filmant. Cela a duré une dizaine d’années, jusqu’à sa mort en 2003, dévoré vivant. Le docu révèle notamment les derniers instants filmés de Treadwell.

grizzly man

Un sacré personnage ce Tim…

Découverte

Restons en Alaska avec ce podcast de Joe Rogan (web US), qui interview Sue Aikens, une femme de 50 ans vivant en solo tout au nord de cette merveilleuse région, dans des conditions extrêmes... la route la plus proche se situant à plus de 100 km.

Sue est témoin de scènes extraordinaires ; elle raconte notamment comment elle a aperçu du haut de son toit, en pleine nuit, l'attaque sur 3 km d'une meute de loups contre un grizzly.

Si vous voulez écouter des anecdotes fascinantes comme celle-là, c’est en anglais, et c’est ici que ça se passe. Elle a également été filmée dans une série-doc intitulée Life Below Zero, dispo sur la chaîne National Geographic aux USA.

Sue Aikens - Life below zero

« Je me balade toujours avec mon gun au cas où un ours me prenne pour un snack ».

WTF ?

Le Père Noël, tel qu'on se le représente aujourd'hui avec sa tenue rouge et ses boots noires, est un pur produit du marketing Coca-Cola. Après avoir lu les articles du blog Freshness Mag, il a décidé de se payer un petit relooking. Et c'est qu'il a des goûts de luxe, un vrai PIMP ce Santa :

cartes Père Noel
Partons à présent au Japon chez le chef Yasuda, expert en sushis. Pour nos amis nippons, il s'agit d'un véritable art ; aussi bien en termes de préparation que de dégustations. Que ceux qui sont aussi nuls que moi avec des baguettes se réjouissent, certains sushis sont mêmes faits pour être mangés avec les doigts.

Autre vidéo, autre ambiance, avec le clip du groupe OK Go, qui s'offre un sacré placement de produits avec Honda et son nouveau "véhicule" : le UNI-CUB. Ne sachant trop comment décrire cet appareil qui a l'air de procurer beaucoup de bonheurs aux chanteurs, et que je conduirais bien en attendant de m'inscrire au code, je vous invite à regarder la vidéo pour découvrir la bête :

On termine cette rubrique avec Liam Neeson, acteur habitué des personnages à la gâchette facile. Tellement d'ailleurs, que le magazine de cinéma Première a dressé les pires manières de se faire tuer par Liam Neeson. Si vous voulez mon avis, le coup des griffes pour se battre avec des loups, c'est ce qu'il y a de plus stylé.

Liam Neeson action

31 adversaires tués dans le premier opus de Taken, ça promet pour le 3ème...

Et du côté de BonneGueule ?

Rappel non exhaustif de ce qu’il s’est passé de notre côté, des fois que vous ayez manqué le coche !

Edito

Tests de marques :

Articles conseils :

Interviews :

Collabs et Ligne BonneGueule

On a eu le plaisir de collaborer avec la belle marque Drapeau Noir sur la BGDN-01, une chemise en flanelle avec un joli tartan. On est également dans les starting blocks pour la Japan Line, à propos de laquelle je ne peux encore rien vous dire (les infos arrivent très prochainement, promis !).

Nous fêtons aussi l'arrivée de Paul aux partenariats, et de Jérémy (du blog Le Sociologue) pour dynamiser la newsletter et en faire un vrai rendez-vous avec de l'actu, des savoirs et de l'humour (laissez-nous 2 ou 3 semaines, même si on a déjà totalement repensé le premier mois de contenus mails exclusifs).

Et bien évidemment, on vous remercie tous énormément pour la confiance et la fidélité que vous nous témoignez au quotidien !

A propos Rafik

Je suis fasciné par l'expression des contre-cultures et les mouvements underground. Tombé amoureux de la mode à 5 ans, je pense qu'elle doit rester un moyen d'expression, et non une course aux tendances. Et que ça reste entre nous, mais je suis un brin bling sur les bords.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Romain R

    Michael Kors est une marque un peu plus schyzo qu’il n’y parait. Sacs, chaussures, et pap masculin sont effectivement accessibles, et d’une qualité médiocre… La seule exception, c’est la première ligne femme (pas abordée dans le guide des marques) proposant de superbes pièces, réalisées en Italie pour permettre de confectionner des pièces très travaillées. Mais bon, c’est juste pour l’image… Donc même si la marque disparait, elle ne nous manquera certainement pas !

  • Alexis Huyghe

    Les robes de mariages sont absolument magnifiques, ça me fait beaucoup penser à certains mangas!

  • Nicolas

    Si vous êtes dingues de sushis, matez le doc Jiro Dreams of Sushi. Le sushi élevé au rang d’art.

  • Abdelhamid Niati

    un bon récapitulatif avec des docs vidéos excellents. Merci la Team BG !