Revue des marques #5 : des accessoires, du cuir et du jaune canari

7

Vous l'attendiez plus que la prochaine saison de Game of Thrones alors le voici : le cinquième épisode de la Revue des marques.

Chose promise chose due, Luca vous parlera aujourd'hui de ses coups de coeur, de ses derniers achats et même de ses délires vestimentaires les plus fous.

Pour l'accompagner, j'accueille trois autres membres de la team :

  • Jean-Vincent : notre chef de projet Web, qui a rejoint le pôle croissance de l'équipe il y a quelques semaines.

En compagnie de ce quatuor, je vous invite à embarquer pour un voyage stylistique... qui fera plusieurs escales avant son terminus.

Sommaire de la Revue des marques

    • Marie-Clarisse : arrivée en grande pompe
    • Les bottes secrètes d'Alexis
    • Jean-Vincent, blanc comme neige
    • Luca : l'homme de la chemise... et du polo
    • Marie-Clarisse : un, deux, trois... soleil
    • Alexis, Fairly enough
    • Un petit bordeaux pour Jean-Vincent...
    • Luca : man in black
    • À table avec Marie-Clarisse
    • Alexis passe l'été en suède
    • Jean-Vincent : cuir... mais pas moustache
    • Luca l'indécis

Dans le radar de...

Pour celles et ceux qui découvrent la Revue des marques, je vous rappelle l'objectif de cette rubrique : les membres de l'équipe vous décrivent tour-à-tour une pièce sur laquelle ils ont flashé sans pour autant l'avoir achetée.

En surfant sur le net, en flânant dans les rues ou en feuilletant un magazine : personne n'est à l'abri d'un coup de coeur... pas même nos 4 fantastiques du jour.

La parole est à eux !

Marie-Clarisse : arrivée en grande pompe

Je suis une passionnée de sneakers ! C'est bien simple : je ne porte que ça, même lors des mariages...

Je vous jure, les chaussures occupent une place non négligeable dans mon appartement. Mais ce n'est pas ma faute, il y a tellement de choix aujourd’hui...

La sneaker est devenue un incontournable du vestiaire. On peut trouver une infinité de combinaisons différentes en fonction des formes, matières, semelles, designs...

Dernièrement, j'ai flashé sur des sneakers de la marque JUCH, coloris "marron brulé", en cuir italien. Le même modèle est proposé aux hommes comme aux femmes, avec une petite différence sur la semelle.

Un veau velours d'une couleur très originale. Crédits photos : JUCH.

Je les trouve raffinées. La couleur s’assemble avec beaucoup de tenues (et change des sneakers blanches), là où le bi-matière cuir/velours est un super combo. Je trouve que la combinaison apporte un côté élégant à la paire.

Les empiècements en cuir lisse, accueillant les oeillets, contrastent avec la couleur fauve du daim.

Enfin, les semelles blanches rehaussent la couleur camel. Si vous n'aimez pas, sachez qu'il existe beaucoup d'autres déclinaisons de couleurs. À vous de jucher !

Alexis et ses bottes secrètes

C'était un après-midi de shopping comme un autre : j'arpentais les avenues lyonnaises dans l'optique de repérer des pièces pour les soldes.

Au détour d'une rue, j'ai découvert une boutique intéressante. En plus de proposer de belles boots, je me suis rapidement aperçu qu'elle référençait la marque Pete Sorensen. Ni une ni deux, j'en ai essayé une paire avec un plaisir non dissimulé !

Ces bottines étaient confortables et épurées. Cela dit, le coloris ne m'emballait pas et je suis sorti bredouille...

Ce n'est qu'en rentrant chez moi que j'ai pu admirer leur sélection sur leur site. J'ai rapidement jeté mon dévolu sur le modèle Philip.

Le coup de foudre d'Alexis...

Il s'agit d'une paire de jodhpurs en nubuck, couleur taupe.

J'ambitionne (secrètement) d'en devenir propriétaire un jour ou l'autre, pour la marier avec un jean gris, un simple tee-shirt blanc et un perfecto qui accentuera leur côté rock.

Crédits photo : Pete Sorensen.

Un cuir de veau pleine fleur, une construction blake et une semelle à la juste épaisseur : autant de paramètres qui permettent à cette pièce d'allier solidité et style. Personnellement, il n'en faut pas plus pour me séduire.

Jean-Vincent, blanc comme neige

Amateur de sneakers blanches, je ne cesse de lorgner sur ce modèle "low" de chez Lanvin. Sans fioritures, elles définissent parfaitement l'idée que je me fais de la basket fonctionnelle et minimaliste.

Malgré une matière principale qui manque de folie, elles demeurent agréables à porter grâce à une doublure entièrement en cuir de veau.

Ces lignes de coutures renforcent un design déjà plaisant, avec un petit côté symétrique « jardin à la française ».

LA sneakers blanche ultime, selon JV.

Sa belle forme arrondie est couplée à un bombage peu élevé, ce qui évite l’effet « chaussures de clown ». On voit également des oeillets de renfort qui apportent une touche stylistique supplémentaire.

Quant à la semelle en caoutchouc, je la trouve plutôt réussie, en cohérence avec la partie supérieure de la chaussure.

Crédit photo : Lanvin.

Pour conclure, je dirais qu'elles sont le « must have » que je compte bien ajouter à ma garde-robe... surtout en cette période estivale.

Luca : l'homme de la chemise... et du polo

J'ai longtemps attendu avant de me décider à acheter un polo.

Je ne trouvais mon bonheur nulle part... jusqu'à ce que je découvre la polo-shirt.  C'est un parfait équilibre entre l'allure d'une chemise et le confort d'un polo. Malheureusement, cette pièce hybride ne pointe pas souvent le bout de son nez en France... et c'est bien dommage.

Très vite, j'ai cherché d'autres modèles pour alterner avec celui de notre ligne EssentielsZampa di Gallina a décidé de démocratiser ce vêtement en le proposant dans 3 coloris, coupés dans un tissu Tessilmaglia, et entièrement confectionnées à Naples.

Un beau col italien pour des tenues élégantes.

J'aime leur col italien bien généreux et surtout leur coupe parfaite, à porter à l'intérieur ou à l'extérieur du pantalon !

Quand Luca a une pièce dans le radar... elle finit bien souvent dans sa penderie.

Les achats de l'équipe

Dans un précédent Le Bon Look, Luca vous expliquait comment réussir votre shopping.

Justement, nos amis nous racontent le leur... Place aux derniers achats de notre carré magique.

Marie-Clarisse : un, deux, trois... soleil

L’été, le soleil, le style ! Lors d’un voyage en Italie, je me suis autorisée une petite folie et j'ai acheté cette jolie paire de lunettes de soleil.

Le dernier achat de Marie-Clarisse : des lunettes Persol.

Il s'agit du modèle "Calligrapher Edition" de la marque Persol. Je suis très sensible à sa monture fine, ses verres bleus et sa couleur en écailles. Depuis le retour des beaux jours, elles ne quittent mon nez qu'après le coucher du soleil...

Crédits photo : Persol.

Alexis, Fairly enough

Lorsqu'on a des problèmes de vue, comme moi, le budget pour des lunettes de soleil peut très vite atteindre des sommes astronomiques.

Eh oui, un verre aminci + un anti-reflet + un traitement du verre + un anti-crevaison + une direction assistée... ça coûte !

Cette année, je me suis lancé un pari fou : ne pas dépasser les 200 euros. Comme il me faut toujours le beurre et l'argent du beurre, je souhaitais également qu'elles soient robustes, avec un design travaillé.

La tâche était loin d'être gagnée mais j'ai trouvé mon bonheur chez Jimmy Fairly, marque qui se distingue par son rapport qualité/prix.

Le modèle qui a tapé dans l'oeil d'Alexis. Il vous plaît ?

Ces lunettes sont fabriquées à la main et arborent des verres made in France à des prix très concurrentiels. C'est ainsi que j'ai fait l'acquisition du modèle Rochdale S.

Cette paire m'a tout de suite interpellé car ses lignes rappellent l'iconique Ray-Ban Round, qui a fait un retour remarqué cet été.

Crédits photo : Jimmy Fairly.

Sa monture en acétate doré et ses dimensions bien plus réduites que le modèle Ray-Ban trouvent parfaitement leur place sur mon nez. J'ai l'air d'un baroudeur... même en espadrilles !

Un petit bordeaux pour Jean-Vincent...

Je suis du genre chill  et j’aime avoir des pièces efficaces, n’étant pas un grand fan du layering.

À la recherche d’un pull fiable, technique, facile à nettoyer et capable de durer dans le temps, mes yeux se sont tournés vers le projet Asphalte et son « pull parfait ».

Une belle nuance bordeaux, avec des contrastes bien menés sur les bords-côtes..

Honnêtement, le résultat m’a bluffé. 100% pure laine mérinos, respirant et chaud, c'est LE pull parfait pour la demi-saison. J'ai choisir le bordeaux pour varier par rapport aux couleurs que l'on voit habituellement.

Ce pull est issu d'une campagne de crowdfunding victorieuse, dont la vidéo de présentation illustre toutes les caractéristiques de cette pièce. Celle-ci prouve à elle seule que rien n'est impossible...

Luca, man in black

Je n'ai pas fait de folies ce mois-ci mais j'ai récemment acheté des pièces entrée de gamme, dont je suis agréablement surpris.

Tout a commencé par un constat tout bête : je n'avais pas de souliers noirs.

Avant que de me jeter dans le grand bain, j'ai préféré tester une paire de chez Rudy's et je peux vous dire que je ne regrette absolument pas.

Même si tous les designs des modèles présents en boutique ne m'ont pas touchés, certains sont réussis. Pour 99 euros, vous avez une paire de derby qui s'assemble aussi bien avec un jean qu'avec un costume.

Niveau qualité, le cuir vieillit plutôt bien et le montage blake rend le soulier confortable dès le premier port.

Luca aime particulièrement la trépointe apparente, "elle leur donne du chien !".

Si vous n'avez pas un gros budget et que vous voulez goûter à du soulier de bonne confection, je vous conseille d'aller faire un tour en boutique.

Toujours dans l'optique de ne pas trop dépenser, je me suis mis à chercher un sac en cuir à moins de 200 euros. Ainsi, j'ai réalisé un retour aux sources en me tournant vers une marque de coeur : Eastpak.

Qu'en dites-vous ?

La marque propose un sac en cuir rouge et je dois dire qu'il répond à mes attentes. Je peux y loger mon ordinateur, il se place bien dans le dos et surtout... il tient le coup.

Bien entendu, vous n'aurez pas les meilleures finitions à ce prix, mais vous en aurez pour votre argent.

Le grain de folie

De Platon à Michel Houellebecq, beaucoup de penseurs ont écrit au sujet du bonheur. Et si pour être heureux, il suffisait de pouvoir choisir LA pièce de ses rêves sans se soucier de son prix ?

C'est en tout cas ce que j'ai proposé à mes camarades... et ils se sont pris au jeu. Je vous laisse découvrir leurs "coups de folie".

À table avec Marie-Clarisse

Petite histoire : en arrivant à Paris, j’ai longtemps utilisé ma valise en tant que table basse (et une autre comme meuble télé) !

Au bout de 6 ans dans la capitale, j’ai décidé d'investir petit à petit pour donner un côté cocoon à mon appartement (plantes, tapis, cadres...).

Aujourd’hui, ma valise a laissé sa place à la typique table Ikea carré (que nous connaissons tous).

Du coup, si j’avais un budget illimité, je me permettrais la folie d'acquérir un meuble de designer...

Suspense...

Dernièrement, je me suis intéressé au travail de Tom - jeune créateur franco-albanais de 30 ans - qui vit et travaille à Paris. J'ai totalement flashé sur une de ses créations : la table Adam en métal, verre et marbre.

Une belle création de l'atelier Comète.

N’hésitez pas si vous voulez me créer une cagnotte pour Noël 😉

Alexis passe l'été en suède

"Quand je serai grand, j'aurai une moto !". Voilà le projet que je portais quand j'avais 4 ans...

Un rêve qui me trotte toujours en tête aujourd'hui, sans l'avoir encore réalisé. Qu'à cela ne tienne... en attendant de passer mon permis et de trouver la bécane de mes rêves, je lorgne sur ce magnifique perfecto All Saints.

Le perfecto d'Alexis, futur biker.

Ce qui me plait chez cette marque, c'est qu'elle revisite des modèles historiques de blousons (notamment le perfecto), avec une dimension urbaine plus appuyée.

Envisageant pendant longtemps l'achat d'une version noire, j'ai finalement jeté mon dévolu sur une pièce beige/taupe. Conçu pour l'été, ce perfecto rehaussera facilement une tenue composée de basiques en véhiculant des influences qui me sont chères.

Le cuir suédé de ce perfecto All Saints offre de beaux reflets.

Le cuir d'agneau en fait une pièce solide et durable dans le temps. Sa couleur se glissera dans tous vos looks, contrastera avec vos pièces sombres et conviendra aussi à des styles plus classiques.

Je le conseille aux personnes ayant un budget moyen pour leur garde-robe.

Précision et souci du détail sur cette pièce.

Vous l'avez compris : nul besoin d'avoir des dizaines de vestes différentes, celle-ci suffira ! Dommage que j'ai d'autres achats à faire en priorité...

Jean-Vincent : Cuir... mais pas moustache

Si je n'avais aucune contrainte de budget, je prendrais directement le chemin de la marque The Real McCoy’s pour y acheter la Steinbeck Sport Jacket.

J’ai toujours voulu me payer un « cuir » mais je n’ai jamais pu / su me décider à franchir le pas. Et puis je suis tombé sur cette pièce...

Crédit photo : Real McCoy’s London

L’arme lourde, puissante, qui casse tout sur son passage. Un vrai fantasme ! Je la choisirais dans son coloris marron, afin d'éviter la connotation trop « biker » du noir.

Nul doute que notre JV aurait de la gueule dans une telle pièce.

Voilà, je n’ai pas grand-chose à ajouter : cette pièce m’impressionne par sa réalisation, la robustesse de son cuir et la qualité de ses finitions. L’amour en somme, pour environ 2.000€ tout de même...

Luca l'indécis

Il faut bien rêver un peu... C'est un bracelet que je ne pourrais surement jamais m'offrir, mais cet objet rempli d'histoire me fait vibrer à chaque fois que je rentre dans la boutique Harpo.

Libérez votre côté Navarro !

Cette magnifique turquoise, venant tout droit des États-Unis, est montée sur un bracelet en argent massif. Un jour, je serai un Indien d'Amérique...

Dernier délire, un sac Poglia en cuir végétal plongé dans un bain d'indigo naturel. Je suis très curieux de savoir comment il peut vieillir.

En tout cas, je trouve ses volumes parfaits. J'espère un jour pouvoir me balader avec, tout en tachant mon pantalon blanc à l'indigo.

Magnifique !

Pour l'été, j'aimerais me fendre d'un sweat jaune pétard. J'en ai trouvé un chez Holiday, marque du célèbre magazine américain du même nom. J'aime beaucoup les épaules raglan et surtout les couleurs osées. Oui, il faut oser un peu.

Pas si difficile à porter.

Le mot de la fin...

Que ce soit en termes d'inspirations, de couleurs, de pièces ou de styles, il y a en a pour tous les goûts.

Je remercie Marie-Clarisse, Alexis, Jean-Vincent et Luca pour leurs contributions, et je vous retrouve au mois d'août pour une nouvelle Revue des marques.

D'ici là, pensez à vous hydrater et à rester stylés (oui, même sur la plage).

À très vite !

PS : J'ai hâte de découvrir vos coups de coeur et coups de folie juste en dessous, dans les commentaires... alors racontez-moi !

Lucas Marquiand A propos Lucas Marquiand

Quand Rafik m’a demandé d’écrire ma fiche-auteur, j’avais à peu près autant d’inspiration que Jul lorsqu’il a rédigé les lyrics de Tchikita. Du coup, j’ai demandé à une copine comment me présenter en quelques mots. Je vous livre sa réponse, lapidaire mais finalement assez fidèle : « Lucas Marquiand, 21 ans, j’aime CR7, le gin et mon chien. ». Sauf son respect, je me permettrais d’ajouter que j’ai également beaucoup d’affection pour ma petite soeur, ma maman et le quinoa.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Julien !

    Je t’avoue que j’ai jamais pu me pencher en détail sur la marque. Perso, le tee que j’avais vu sur Luca m’avait paru assez banal sur la matière mais je n’en sais pas plus que ça, et je ne l’ai pas non plus inspecté de super près ^^

    Mais la matière ce sweat a l’air d’avoir une belle densité, une jolie couleur, et les finitions sont propres, alors… why not 🙂

  • Pierre – BonneGueule

    Merci de l’info, Flo ! 🙂

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Thomas !

    Il me semble que Luca a pris un S, le polo taille assez grand. Je te conseille de vérifier le guide des tailles et comparer avec une pièce que tu as, voire carrément d’envoyer un email à Zampa.

    Luca ne peut la porter que rentrée, mais il est plus petit que toi. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Corentin !

    Franchement, après avoir vu quelques photos sur le site de Seaside, mon pressenti est confirmé. Ca ne coûte vraiment pas cher, mais c’est littéralement du jetable. Le cuir est de mauvaise qualité (on aperçoit des nervures et des plis un peu partout), il est aussi bookbindé (il est recouvert de plastique, quoi), la semelle est collée…

    Tu comprends bien que je ne peux pas vraiment recommander ça. N’hésite pas à (re)lire notre guide du soulier pour te faire l’oeil et remarquer les petites choses qui mettent la puce à l’oreille. 😉
    https://www.bonnegueule.fr/le-guide-ultime-pour-bien-choisir-ses-souliers-12/

  • Nicolò – BonneGueule

    En effet :/

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Rico !

    Alors là, je pense que le mieux c’est de demander à la page parce que je me souviens plus et moi même hier j’ai trouvé ça confus 🙂

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Rico !

    Asphalte fonctionne via un concept de financement participatif pour lancer ses productions. C’est aussi une jeune marque, et du coup ils en sont seulement à leur 4ème pièce. Pour commander, il suffit d’aller sur l’eshop, mais c’est encore de la précommande pour leurs sneakers, pour le moment. 😉