Projet StarShip – Présentation de la ligne BonneGueule (2/4)

Temps de lecture : 5 minutes

À mon tour de vous en dire un peu plus sur cette ligne BonneGueule. Encore une fois, tout se passe dans la vidéo :

C'est dingue de voir la participation qu'il y a eu dans les deux premiers articles et sur les réseaux sociaux ! Plusieurs centaines de commentaires ! Certes, on s'attend toujours à un minimum d'engouement (sinon on ne se lancerait pas dans des choses aussi risquées), mais à chaque fois, vous continuez de nous surprendre.

Du coup, j'espère qu'on aura assez de stock. Et pourtant, je vous promets qu'on a réellement vu les choses en grand, genre vraiment grand, style panoramique 16:9 (no bullshit !). Mais on ne pouvait simplement pas acheter plus avec notre trésorerie, pourtant acceptable.

En tout cas, si tout part très vite, on fera quoiqu'il arrive des réassorts (j'ai vu que c'est un sujet qui revenait souvent dans les commentaires de ces dernières 24 heures). Bref, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles (même si dans les faits, personne se rend compte que c'est pas possible). Mais j'avoue que si Alexandre part en tournée planétaire avec Jay-Z, on sera dans le pétrin.

Et en parlant de questions de lecteurs, on nous en a posé de très pertinentes (oui, plus que mes blagues), auxquelles je répond ici :

Quelle est la grande innovation économique de la ligne BonneGueule ?

Hier matin, un lecteur (David) m'a posé une question très intéressante, à laquelle je ne réponds pas entièrement dans la vidéo : "en quoi serez-vous mieux placés que les marques que vous recommandez d'habitude ?"

Voici ma réponse !

Eh bien, avec les collaborations, on demandait aux créateurs partenaires de nous vendre les vêtements pour moins chers que le prix habituel appliqué à leurs distributeurs (= les boutiques et les eshops). Et on répercutait cette baisse de prix à l'achat, sur le prix final, pour un prix encore meilleur (ouaaaiiih).

Mais ça, tous ceux qui nous suivent de manière un peu assidue l'ont compris, depuis un moment.

benjamin carpentier marchand drapier

Benoît Carpentier, de Marchand Drapier, qui nous apprend énormément de choses.

Arrive la ligne BonneGueule. Avec ce modèle économique additionnel, on réalise ce qu'on appelle une intégration verticale (ouai, c'est le mot savant), ce qui veut dire en gros : on fait le maximum de choses en interne (sourcing, création, suivi de production, distribution, expédition).

Cela nous permet de conserver plus de ressources (aucun intermédiaire à payer), ce qui nous donne une vraie latitude pour baisser encore les prix (à un moment on va se foutre des gens à dos dans la mode, mais les invitera boire un pastis à la place).

atelier chemise

Stylisme, sourcing, suivi de production, distribution :
on concentre un maximum d'étapes.

Mais ce n'est pas tout : 

  • On a des coûts de développement de collection réduits au minimum, car on développe des pièces qui perdurent d'une saison à l'autre : inutile de dépenser des sous pour tout redessiner tous les 6 mois !
  • On produit moins cher qu'une marque classique car on concentre les volumes de commandes sur un nombre restreint de pièces. Cela dégage des économies d'échelles, qu'on répercute également sur les prix.
  • On a eu accès aux meilleures usines, grâce à nos contacts du milieu. Mais il ne s'agit pas que d'une adresse sur un bout de papier, on nous a mis en relation de manière personnelle. Cela change beaucoup de choses : les ateliers comprennent ainsi le sérieux de notre projet, et nous appliquent de meilleurs prix car elles comprennent que nous sommes dans une logique de long terme.
  • On a su directement où aller : pas d'erreurs coûteuses.
  • Et comme toujours : pas de frais marketing, pas de pub, pas de distributeurs, etc. (juste un peu de pastis pour que l'équipe soit heureuse, et ne se révolte pas quand Benoît passe du Rihanna).

Et c'est grâce à ça qu'on baisse nos prix, jusqu'à compresser nos marges entre 20 et 30% sous la moyenne du secteur.

On a un peu résumé ce qu'est BonneGueule dans un dessin :

infographie principale light

Cliquez sur la photo pour pouvoir tout lire confortablement.

Et vos relations avec les marques partenaires, elles s'arrêtent ?

Surtout pas, malheureux !

Les collections des marques, et les collaborations réalisées avec ces dernières, restent hyper importantes pour nous !

En effet, les marques avec qui nous travaillons possèdent des inspirations stylistiques fortes (Melinda Gloss, La Comédie Humaine, Marchand Drapier, etc.) que nous n'avons pas.

D'autres maîtrisent des savoir-faire uniques sur la maille, la chaussure, le cuir, qu'il serait trop coûteux et risqué pour nous de développer (National Standard, Meilleur Ami, Six & Sept, etc.).

Avec la ligne BonneGueule, nous proposons donc un complémentaire : on s'occupe des basiques, et les marques partenaires de tout le reste. Et on continuera notre travail avec elles, bien entendu. Car comme vous l'avez compris, elles sont indispensables pour avoir un style complet et abouti.

Et puis, on est les plus grands admirateurs de leur travail (qu'on continuera à soutenir), tout simplement.

mathieu de ménonville et rémi de la quintaine melinda gloss

Le bruit court qu'on serait à nouveau en train de préparer quelque chose avec Mathieu et Rémi, de Melinda Gloss. Et avec plein d'autres nouveaux venus également...

Je résume tout ici avec des dessins et des suites de lettres non-aléatoires :

infographie collaborations

Cliquez sur la photo pour pouvoir tout lire confortablement.

Okay, t'es marrant avec tes petits dessins, mais il devient quoi le blog dans tout ça ?

Eh bien, rien ne change, à part qu'on va mettre encore plus de contenu, faire encore plus de reportages, rencontrer encore plus d'experts. Tout ça pour creuser plus encore nos sujets, et augmenter progressivement la fréquence des articles (mais jamais aux dépens de la qualité des textes).

Au final, chaque brique du modèle économique alimente les autres, et le tout s'améliore. Le concept dont nous rêvions est maintenant en place : l'année à venir sera dédiée à tout améliorer, mais les bases sont là, et ne bougeront pas.

Et bien entendu, on continue à tracer une frontière bien nette entre nos conseils, et les vêtements. On ne va pas se mettre à recommander nos propres vêtements au milieu de contenus pédagogiques par exemple. Et tous les vêtements seront d'ailleurs hébergés sur un nouveau site, qu'on va dévoiler mardi.

Avec encore plus de gribouilles, ça donne ça :

infographie contenu light

Cliquez sur la photo pour pouvoir tout lire confortablement.

Et maintenant ?

Eh bien, je vous donne un nouveau rendez-vous ce soir à 21h pour une présentation en détail de la chemise en chambray.

Et demain matin à 11h, Alexandre "Kanye" Franza, lui-même, avec son style tout caractéristique, vous expliquera en vidéo qu'il ne faut pas s'assoir sur une télé tout son travail de brand manager. Vous allez voir, c'est super intéressant.

button down chambray

À ce soir pour la suite !

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.