Pourquoi BonneGueule fait de la pub dans le métro parisien ?

Temps de lecture : 7 minutes

123

Salut à tous,

On a une grande nouvelle à vous annoncer : dès demain et jusqu'au 30 octobre, vous allez voir pour la première fois des affiches BonneGueule dans le métro parisien.

Et Benoît et moi, on est bien conscients que cela pourra en étonner certains. D'autant qu'on a toujours exprimé des opinions fortes contre les marques qui misent tout sur la pub et sous-investissent dans la qualité de leurs vêtements. Pas de ça chez nous !

Alors comme à chaque nouvelle étape de l'aventure BonneGueule, on partage avec vous nos réflexions : on vous explique pourquoi c'est positif et on écoute ce que vous avez à nous dire !

J'espère d'ailleurs répondre à plein de questions dans les commentaires. Donnez-nous votre avis, ou juste un petit mot d'encouragement. Parce que franchement, dans les moments d'activité intenses comme en ce moment, ça compte !

Pourquoi une campagne de métro ?

Pour bien clarifier ce qu'est BonneGueule aujourd'hui

Tout a commencé l’an dernier quand on vous a demandé si vous connaissiez l’existence de notre marque de vêtements et de nos boutiques...

Et à notre grande surprise, vous étiez plus de la moitié à ignorer que BonneGueule est plus qu'un blog de mode. J'en avais d'ailleurs pas mal parlé en juillet dernier.

En effet, BonneGueule n'est pas évident à cerner au premier abord... à mi-chemin entre le média indépendant, la marque de vêtements, les boutiques, la communauté, l'entrepreneuriat engagé, et l'aventure de copains.

Et puis on bouge vite, c'est normal que la compréhension du public soit toujours en léger décalage avec le moment présent.

Alors quoi de mieux qu'une campagne de métro pour bien clarifier ce qu'est BonneGueule aujourd’hui ?

On a choisi de ne parler que de la marque de vêtement car le temps d'attention des usagers dans le métro est réputé pour être bref. Et qu'on veut vraiment dire de manière très nette : "nous sommes une marque de vêtements". Tout en laissant aux utilisateurs la bonne surprise de découvrir le média quand ils arriveront dessus... Rien ne change à ce propos !

Pour activer le bouche à oreille

Ce qu'on espère aussi, c'est amplifier ce bouche à oreille.

Je m'explique...

Plusieurs millions de personnes connaissent BonneGueule, et le bouche à oreille a toujours été l'un des deux premiers canaux de découverte de notre univers (ça, et puis les moteurs de recherche).

Du coup, on espère que ce projet va créer des discussions. Et on considérera cette campagne réussie si vous tous, qui connaissez bien BonneGueule, en parlez à vos potes et à vos collègues quand vous prendrez demain le métro.

Car chaque recommandation de BonneGueule compte

Parce que BonneGueule a toujours été un bon tuyau qui s'échange entre potes.

Mais aussi une aventure qui a changé le rapport à l'image de beaucoup d'hommes.

Alors on compte sur vous : chaque bribe de bouche à oreille, chaque petite conversation, chaque mention dans une phrase ou un email, nous fait avancer dans la bonne direction.

L'avis de Benoit

Des affiches BonneGueule dans le métro…

Lorsque Geoffrey m'a présenté cette idée, la première émotion qui m'est venue, ça n'était pas de l'enthousiasme.

Après toutes ces années en tant qu'entrepreneur, je commence à me connaître, notamment sur mes faiblesses. En l'occurrence, en plus d'être frileux face au risque, j'ai une aversion pour les changements trop brutaux, et globalement, tout ce qui peut rompre un équilibre patiemment construit.

Et cette campagne de métro fait partie des choses qui activent dans tous les sens mon radar "Risque de changement trop brutal ! Alerte ! Risque, risque, risque !"

Dans ce cas-là, ça ne sert à rien d'étouffer cette anxiété. Au contraire, il faut la laisser s'exprimer pour mieux s'en détacher. C'était la minute méditation.

Parce que des prétextes pour ne pas faire cette campagne, j'aurais pu en trouver beaucoup pour Geoffrey :

  • on va dire qu'on devient trop commercial
  • ça coûte une fortune sans garantie d'efficacité
  • c'est un projet qui va prendre beaucoup de temps en interne
  • notre message risque d'être dénaturé
  • etc.

Mais on ne devient pas un bon entrepreneur en refusant d'essayer de nouvelles choses.

En d'autres termes plus bruts : on ne devient pas un bon entrepreneur en laissant ses peurs et ses angoisses personnelles guider ses choix.

Et, au fond de moi, je suis sincèrement très curieux de l'accueil que notre communauté va réserver à cette campagne et des dialogues qu'elle va susciter. J'ai envie de sortir BonneGueule de sa zone de confort, pour en faire une entreprise plus évoluée et… plus forte !

Geoffrey fait ses devoirs le soir

Et puis, après presque 8 ans de collaboration avec Geoffrey, je commence à bien le connaître : c'est une personne très… data & ROI driven, comme on dit dans le langage start-up.

C'est-à-dire que Geoffrey veut pouvoir mesurer l'impact de chaque action marketing.

Chez les web marketeux, on a coutume de dire "if you’re not measuring, you’re not marketing" et Geoffrey est, sans aucun doute, l'un des plus grands défenseurs de cet adage.

Justement, sur une campagne métro, c'est difficile de savoir concrètement ce que ça va rapporter.

Geoffrey a donc bien fait ses devoirs : il a appelé tous nos copains entrepreneurs ayant déjà franchi le pas de la campagne métro pour leur poser plein de questions.

Et la réponse a été claire : oui, une campagne de métro, c'est rentable. Mais évidemment à condition que ça soit bien fait.

Le courage de faire confiance ?

Geoffrey est le premier à vouloir faire une campagne avec de vraies retombées et si, après ses recherches, il estime que ce sera probablement le cas, c'est OK pour moi.

Plus que de passer des heures dans des débats interminables du type "on le fait/on le fait pas", il y a un moment où il faut faire confiance aux personnes avec qui on travaille si étroitement depuis tant d'années.

Et je ne sais pas pourquoi, quel que soit le résultat, mon instinct me dit que des semaines et des mois plus tard, on sera contents de l'avoir fait.

Se préparer au pire et espérer le meilleur…

Pour me rassurer — et par prudence — dans nos projections financières pour la fin d'année, on est partis du principe que la campagne de métro était juste une dépense. Et qu'elle n'allait pas rapporter de ventes.

On a donc structuré la trésorerie pour les mois à venir dans ce sens, pour faire face au pire scénario possible.

Ne pas fermer les yeux : voir le monde tel qu'il est vraiment

Le sondage de juillet a aussi été une véritable claque pour moi. Plus de la moitié de nos lecteurs ignorent l'existence de notre marque de vêtements !

Et d'un côté, quand je me suis remémoré mes dernières discussions "professionnelles" de personnes que je rencontrais pour la première fois, je devais, 9 fois sur 10, leur expliquer qu'on avait une marque de vêtements, en plus du média.

C'était ça le problème : on était très bien identifiés sur nos contenus et sur notre différence éditoriale mais, même dans notre cercle professionnel, la partie marque de vêtements était, au mieux, floue et, au pire, totalement inconnue dans les esprits.

J'ai dû me rendre à l'évidence : je m'étais mis des oeillères et, par un jeu de biais cognitifs, je n'avais pas perçu l'ampleur de la chose.

Désormais, il est temps de "réparer" ça et de donner à notre marque de vêtements toute la place qu'elle mérite.

Gratitude et culture du test

Et je suis reconnaissant qu'on ait installé une culture en interne où on peut tester ce genre de choses.

Être à l'aise avec le fait que si nous ne sommes pas contents du résultat, ça s'arrêtera là.

Et je suis encore plus reconnaissant d'avoir la possibilité d'en faire un article entier, de prendre le temps d'expliquer les choses, et de savoir que vous allez le lire, car vous aussi avez envie de tout comprendre.

Croyez-moi, bien peu de marques ont ce luxe d'avoir des lecteurs aussi attentifs que vous.

Alors promis, on vous donnera les résultats de cette campagne dans notre traditionnel article bilan de fin d'année.

Je repasse le micro à Geoffrey !
Benoit

Pourquoi faire cette campagne métro maintenant ?

Il y a toute une partie d’hommes qui ne viennent pas à nous si on ne vient pas à eux.

Eh oui, tout le monde n'a pas le réflexe de taper "mode homme" dans Google, ou un cercle social de potes qui s'intéressent aux vêtements...

Du coup, si on ne communique pas, ils ne nous trouvent pas.

La bonne nouvelle, c'est qu'il y a des outils de communication, comme le métro ou les Facebook Ads, que nous n’avons jamais (ou très peu) utilisés, et qui complètent parfaitement nos autres actions.

En effet, depuis 2007, on a construit un modèle économique de conseils, de marque de vêtements et de boutiques physiques, qui fonctionne très bien. Quand des lecteurs nous découvrent, et deviennent des clients, ils restent longtemps sur BonneGueule et s'habillent chez nous dans la durée. En langage start-up, on dit que "le taux d'attrition est très faible".

Du coup, à chaque fois qu'on investit un euro en communication, c'est immédiatement rentable pour l'entreprise. Et encore plus dans la durée puisque les gens restent.

On peut ainsi diffuser plus largement nos conseils et faire en sorte que plus d'hommes consomment moins mais mieux. Ceux-là même qui n'auraient jamais cherché "comment choisir jean homme" sur Google ou imaginé devenir de fidèles lecteurs d'un blog de mode.

Mais n'est-ce pas hors de prix ?

Alors oui, le métro, c'est pas donné, mais ça dépend...

Je n'ai pas le droit légalement de vous donner un montant exact, mais une campagne d'affiches 4 x 3 mètres sur 300 quais représente un certain budget.

Toutefois, il existe différentes manières de réduire ce montant :

  • Travailler avec une agence créative à taille humaine qui partage les mêmes valeurs que nous. Pour la petite histoire, j'ai présenté Euxane, ancienne alternante BonneGueule à Retrofutur parce que j'estime beaucoup toutes ces personnes, et elle a participé aux idées créatives de leur côté : on est donc resté en famille (merci Dino, Julien, Euxane, et Lucas de Retrofutur Paris, vous avez assuré).
  • Être souple sur les périodes de communication souhaitées permet de saisir des opportunités, quand une grande marque se désiste (affiches pas prêtes, décalage d'un lancement de produit, etc.). Il existe aussi des tarifs réservés aux startups. C'est ce qui nous est arrivé (merci MyMedia/roik, et vous George).
  • Réaliser les visuels en interne. Tout est fait maison par Jason, Antoine, Oana et Louis. Même la guitare est celle de Jordan, qui écrit sur le média. Et la jolie voiture bleue est celle de Christophe, notre rédacteur en chef (merci la team !).

Au final, oui ça coûte cher, mais on s'en sort bien et on met beaucoup d'espoir dans cette première campagne. Pour autant, hors de question de faire n'importe quoi avec notre trésorerie.

Mercredi 24 octobre au matin, station Kléber, collage de nos affiches...

Cette campagne représente moins de 1% de notre chiffre d'affaires, et l'ensemble de nos dépenses marketing (métro, Facebook, YouTube) ne dépassera pas les 3% en 2018 !

Pourquoi ne pas investir cet argent dans des vêtements ?

Maintenant, certains vont se demander "pourquoi on a décidé d’investir cet argent dans une campagne plutôt que dans la qualité de nos vêtements".

Tout simplement parce que chez nous, ces deux budgets ne sont pas des vases communicants :

  • le coût de production d'un vêtement, c'est un coût que l'on "paye" pour chaque vêtement. Et on dépense déjà beaucoup en développement et en contrôle qualité. C'est un budget sacro-saint qu'on augmente d'année en année. Hors de question de le réduire pour financer quoi que ce soit d'autre, car la qualité est un des moteurs de BonneGueule.
  • le coût d'une dépense marketing doit s'auto-financer chez BonneGueule. Chaque action que nous mettons en place doit être rapidement rentable: c'est un autre principe de fonctionnement gravé dans la roche. Et justement, on se rend compte que pour la majorité de nos dépenses marketing, on les récupère en une trentaine de jours. Et presque toujours en moins d'un an.

Et votre stratégie derrière tout ça ?

C'est là que je vais vous parler du second effet kiss kool.

Plus BonneGueule grandit, plus on bénéficie de nouvelles économies d’échelle, plus on pourra baisser les prix de nouveaux vêtements.

D’ailleurs, cela fait déjà deux fois, en novembre 2017 et en octobre 2018 que l'on baisse de manière durable les prix de nos vêtements les plus commandés. Et on espère bien refaire ça l'an prochain !.

Au final, communiquer sur des canaux de communication élargis, c'est ce qui nous permet de grandir et de trouver une "zone de confort" où tout est plus simple pour nous : baisse des coûts, amortissement des dépenses, meilleurs outils internes, collaborateurs experts, etc.

Et cela se concrétise par un meilleur rapport qualité/prix, une gamme plus large, des stocks plus profonds, un meilleur service et encore plus de contenus sur le média pour vous.

Y en aura-t-il d'autres ?

Cette première campagne de métro, c’est un test.

On veut voir si on peut détourner ce canal où on ne nous attend pas, en l'utilisant à notre manière.

Benoit et moi, on a grandi avec des valeurs simples et on s'est toujours toujours senti en décalage par rapport au secteur de la mode à Paris. Pour nous, BonneGueule ne doit jamais devenir un truc de happy few.

Parce que les entreprises qui laissent une trace positive et améliorent leurs secteurs sont celles qui se forcent à se réinventer de l'intérieur. Pas celles qui restent en opposition totale, en ciblant une micro-élite, qui ne leur permettra jamais de se développer.

La mission de BonneGueule, ce n’est pas de rester dans un entre-soi, mais d’aller vers les gens. Ce n'est pas autrement qu’on pourra changer les choses.

En attendant, on fait tout pour que ce test fonctionne. On travaille, on mesure et ensuite on décidera.

BonneGueule ne risque pas de se perdre ?

L'ADN des débuts est toujours bien vivace

Quoi qu’il arrive, l’ADN de BonneGueule ne change pas. Et il n'a jamais changé depuis cet aprem de 2007 où ces 11 lettres ont été griffonnées sur un coin de table.

Notamment sur la qualité. Depuis le début, on est des geeks de la mode ; on continue à proposer des vêtements dont le rapport qualité-prix s’améliore.

Idem pour la proximité : onze ans après la création de BonneGueule, Benoit et moi on continue à écrire des articles, à intervenir sur le forum et à répondre publiquement à tous les messages qui nous sont adressés. Et on n'a jamais pris un seul euro à une marque pour du contenu sponsorisé ou un lien d'affiliation.

Sur la transparence aussi, on continue à tout vous dire sur l’origine des matières, les lieux de fabrication. Même quand on nous demande nos salaires, on répond.

À mesure qu'on a pris confiance en tant que jeunes entrepreneurs et qu'on s'est mis à rêver plus grand, on a simplement rajouté des briques au modèle économique pour le rendre plus efficace.

Une nouvelle étape, tout simplement

Et maintenant, il est temps pour nous de sortir du bois et de parler à un nouveau cercle de personnes. Vous n'allez pas nous voir dans les pubs de l'Amour est dans le pré, afficher des liseré selvedge à l'arrière des bus ou faire du placement de produit sur l'Instagram de DJ Khaled.

Mais il est temps de franchir une nouvelle étape, car les intérêts des lecteurs, des clients, des collaborateurs, de ceux qui ne connaissent pas (encore) BonneGueule et nos convictions sont alignées.

On compte sur vous, plus que jamais

Si ces dernières années on vous a fait voir la vie, l'entrepreneuriat ou la mode masculine un peu différemment, Benoit et moi espérons que vous répondrez à l'appel.

Démarrez des conversations avec vos amis si vous passez devant ces affiches...

Expliquez ce qu'est la communauté BonneGueule selon vous, avec vos mots à vous...

Racontez ce que vous avez appris avec nous...

Parce que de notre côté, on lâche rien !

À très vite de l'autre côté,
Benoit et Geoffrey

LET'S MAKE SOME NOISE.

Geoffrey Bruyère Geoffrey Bruyère

Je suis un des deux fondateurs de BonneGueule. Je crois aux contenus de qualité, au digital qui n'oublie pas l'humain, et aux marques positives ✊ Et c'est moi qui trouve les surnoms dans l'équipe !

Laisser un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.

  • Salut Florent,

    Merci pour ton ton retour 🙂

    C’est un avis qu’on entendait beaucoup au début, mais de moins en moins aujourd’hui. De mon côté, je pense qu’un bon nom, c’est un nom qu’on retient et qui communique des choses fortes, qui a de l’aspérité, quitte à polariser parfois. Et de ce point de vue, ça marche. Parfois on me remonte des avis comme le tien, et parfois d’autres personnes me disent que le nom est génial. Et je me dis qu’il y en a bien qui s’appellent Cuisse de Grenouille, Bonobos ou Acne. Alors pourquoi pas BonneGueule. Je préfère ça que des noms qui sonnent tout plat et ne convoient rien.

    Pour nous, BonneGueule, c’est le fait de pas se prendre la tête, de désacraliser la qualité haut de gamme, d’avoir un rapport de proximité entre nous, avec nos visiteurs, nos lecteurs, etc comme une bande de potes (les 3/4 de mes amis sont des gens que j’ai rencontré via BonneGueule). Du coup je trouve que c’est vraiment un nom cohérence avec ce qu’on est, et qui on est.

    À l’inverse, quelques personnes peuvent aussi avoir ton ressenti à toi. Et tu as tout à fait le droit, c’est au final quelque chose de très subjectif un nom.

    Voilà, j’espère t’avoir donné mon ressenti 🙂

    À très bientôt,
    Geoffrey

  • Benoît va encore me gronder quand je dévoile tout, je prends pas le risque !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hahaha Geoffrey s’est trompé :p

    Ca ne compte pas!

  • Benoit – BonneGueule

    Oui, bien sûr ! Je te conseille de surveiller le traditionnel article bilan de fin d’année 🙂

  • David – BonneGueule

    Hello Baptiste,

    En friperies sur Paris, tu peux aller voir chez Episode ou Kiliwatch rue Tiquetonne, sinon il y en a pas mal dans le quartier du Marais sans que je ne puisse toutes te les citer !

    On a aussi écrit un sujet sur les friperies, mais en ligne, qui est ici : https://www.bonnegueule.fr/friperies-en-ligne-chiner-meilleur-vintage/

  • Merci Florent !
    C’est aussi notre point de vue, même si on reste encore tous petits comparés à 90% des marques !
    Mais on avance 🙂
    À très bientôt,
    Geoffrey

  • Hello Romain,

    Effectivement il y a un petit quiproquo.

    Mon propos ce n’est pas « on est le meilleur rapport qualité/prix au monde » (même si je pense personnellement qu’on est très souvent en tête si tu prends du jean japonais, du manteau en pure laine cardée ou du costume full entoilé par exemple, en intégrant bien les livraisons et les retours offerts quand tu compares).

    Ce que je dis, c’est plutôt : « c’est quasi impossible de vous proposer un produit d’une autre marque à un prix plus compétitif que notre marque en propre dans nos boutiques ».

    Ce n’est pas quelque chose que je décrète. Ça part simplement d’un constat sur les structures de marges et les coûts liés à la distribution.

    Si on prend un vêtement qui coûte 100 € HT sorti d’atelier, en prenant en compte tous nos coûts de transport, packaging, taxes, tous les coûts fixes, les salaires, les loyers, etc, il sort en gros à 300 € TTC, et c’est impossible de faire en-dessous tout en pérenisant l’entreprise (la plupart des marques font entre x5 et x8 plutôt que ce x3).

    Si on prend ce même vêtement qui coûte 100 € HT produit par une marque, elle va le vendre entre 250 € et 280 € TTC à ses distributeurs. Sauf que ces distributeurs (BonneGueule en l’occurence) doivent faire face à des coûts de distribution (que ce soit en e-commerce ou en physique). Et les 50 € de différence ne permettent pas de couvrir ces coûts; Du coup on devrait acheter des produits qui coûtent moins chers à la base (70 ou 80 € HT en sortie d’atelier) pour vous les proposer à prix équivalent. Et ils s’en retrouveraient donc de moins bonne qualité, pas de miracle en atelier…

    Je ne sais pas si je suis hyper clair. Si ce n’est pas le cas, dis-moi !

    À très vite,
    Geoffrey

    PS. les collabs c’est autre chose, on arrive à faire des choses très compétitives car la marque en face sacrifie en partie ses marges temporairement pour qu’on puisse vous faire découvrir ses vêtements. Pour nous c’est de la sélection. Pour la marque partenaire, c’est presque une sorte de dépense marketing payée sous forme de baisse du coût d’achat pour BonneGueule. Baisse qu’on vous répercute ensuite sur le prix final.

  • Merci beaucoup Alexandre !

    Nous, on ne sait pas encore trop combien de personnes prennent ce chemin. La chemin principal, ça reste avant tout des gens qui découvrent le média (par YouTube, les recherches Google, le bouche à oreille…) puis en viennent à lire régulièrement le média, et à un moment arriver sur les boutiques ou la marque. Mais on voit aussi que de plus en plus de monde fait directement le saut vers la marque, et ça nous plait assez qu’il y ait plein de chemins possibles. D’un point de vue webmarketing, c’est juste un peu galère à modéliser, et donc mesurer…

    Le budget marketing des marques classiques, c’est assez difficile à dire car ça dépend des marques, et ça dépend de ce que tu qualifies comme un budget marketing. C’est aussi un sujet que les marques préfèrent garder confidentiel. Mais ce n’est certainement pas nos petits 3% de CA ^^

    À très bientôt,
    Geoffrey

  • Salut Guillaume,

    Merci pour ton commentaire.

    Je pense que la réponse à ta question (si c’en est une ^^) tient à de multiples choses.

    Certains confirmeront ou infirmeront, mais selon moi, c’est le fait d’avoir toujours privilégié l’utilisateur, le collaborateur et la mission avant l’entreprise ou nous-mêmes fondateurs, notre attachement à la qualité (on veut aller de l’avant, mais pas à n’importe quel prix), le fait d’avoir développé un média bénévole pendant 5 ans avant de l’avoir transformé en entreprise, la qualité des gens qui nous ont rejoints, de ne pas être grandi trop vite, de se mettre « en risque » en laissant la parole à la communauté pour avoir du feedback continuel, etc. Et puis un modèle économique très particulier, à la frontière du média, de la communauté et de la marque (à vrai dire il fait l’objet de livres, de conférences, de cas d’écoles de commerce ou de mode…).

    Aujourd’hui, c’est aussi une manière de faire alignée avec ce que de plus en plus de consommateurs recherchent : de la qualité, du service et du sens. C’est pour ça qu’on arrive à continuer à grandir sans avoir besoin de budgets marketings dispendieux (moins de 3% du CA), parce que les gens nous font confiance et parlent de nous. Après c’est mon analyse à moi, peut-être que Ben, ou des lecteurs, verront ça autrement.

    Cela dit on reste petit, donc vigilance à chaque instant. Mais beaucoup d’espoir pour cette nouvelle étape.

    À très bientôt,
    Geoffrey

  • Merci beaucoup Marie !
    On a un projet top secret sur la gente féminine, mais c’est encore confidentiel jusque début 2018 🙂 #teasing
    Merci pour ton soutien et à très bientôt,
    Geoffrey

  • David – BonneGueule

    Hello Fred,

    Il s’agit d’une chemise BonneGueule en coton japonais : https://shop.bonnegueule.fr/ligne-bonnegueule/277-chemise-chambray-texture-kuwamura.html

  • Merci Alexandre 🙂

  • alexandre mercie

    Bonjour l’Equipe,
    J’ai mon affiche à ma station de métro « Richelieu-Drouot »
    🙂

  • merci Jonathan !
    À très bientôt,
    Geoffrey

  • Hello Baptiste,

    Merci beaucoup pour ton soutien.

    Voici un parcours shopping parisien concocté par nos soins 🙂
    https://www.bonnegueule.fr/les-meilleures-boutiques-de-mode-homme-a-paris/

    Très bon week-end,
    Geoffrey

  • C’est promis 🙂
    Merci David et à bientôt 🙂

  • David Pizzagalli

    A mon avis, il n’y a pas grand risque pour que votre trajectoire dévie, Benoît et toi êtes on ne peut plus intègres et très passionnés.
    Faites en sorte qu’il y ait encore beaucoup d’intervenant comme Don (merci à lui pour m’avoir conforté dans l’idée d’acquérir une Tudor BB58… je l’adore cette montre).
    Davantage d’articles sur vos voyages (road trip de Benoît en Mongolie, ton voyage à vélo le long du Danube, vos vidéos sur le Japon… et toujours les présentations de vêtements (Islande, Norvège… et peut être bientôt le Canada, les US et pourquoi pas les pays Baltes, l’Ecosse…)
    Good job guys!

  • Merci à TOI Nathan 🙂
    Super pour le blouson 🙂 N’hésite pas à nous laisser une note sur le page de présentation du vêtement !

    À très bientôt,
    Geoffrey

  • Salut David,

    Merci pour ton message !
    Ça fait plaisir de te voir depuis aussi longtemps au rdv !

    Oui on est nous aussi assez dubitatif sur toute cette génération growth hacking / get rich quick, c’est un peu devenu un sketch par moment…
    On essaye en tout cas de continuer à bien faire les choses de notre côté ! Et j’espère que tu seras là pour nous dire aussi quand ça ne va pas 🙂

    À très bientôt,
    Geoffrey

  • Salut Romain,

    Merci beaucoup pour ton message.

    Pour le multimarque, on en fait encore un peu, mais en faisant les choses nous-même on arrive à proposer de meilleurs rapports qualité/prix qu’en proposant du multimarque. Et on se retrouvait aussi avec des stocks compliqués à écouler.

    Au final, on se retrouvait un peu face au choix de faire les choses nous-même à notre façon, ou de proposer des alternatives plus chères pour avoir des qualités équivalentes. On s’est dit que ça n’allait ni dans le sens du client, ni dans celui de l’entreprise.

    Mais on continuer de proposer des petites offres alternatives, sans doute sur de l’accessoire.

    À très vite,
    Geoffrey

  • Romain D.

    Personnellement, je trouve ça plutôt cool que vous essayer de vous faire connaitre plus (tant que ce budget n’a pas d’impact sur le reste, ce qui semble être le cas). C’est même finalement naturel pour une entreprise commerciale que vous être après tout. En revanche dans la direction que vous prenez, il y quelque chose qui me gêne un tout petit peu. Et, sauf erreur, ça n’a jamais été abordé. Je parle du fait que les boutiques Bonnegueule ne vende plus que des vêtements… Bonnegueule. Avant, il y avait des petites sélections de marques que vous trouviez bien cool, et je trouve que crédibilisait à fond votre positionnement média conseil + marque.

  • David Pizzagalli

    Je lis le media Bonne Gueule depuis le lancement de la première collaboration, le fameux BGR-01 que je n’ai pas commandé, trop hésitant sur la taille (quelle erreur!!!). Ma première pièce fut le BGLY-03 (je le porte toujours).

    Ainsi j’ai pu suivre votre évolution, à travers vos articles et les différents projets. StarShip, le début de la ligne BG… je me souviens avoir éprouvé un sentiment de fierté, BG c’est un peu aussi l’aventure des lecteurs surtout ceux qui vous suive depuis longtemps, qui ont pu « vivre » à vos côtés cette aventure, vos choix, vos difficultés… pour devenir un média et une marque à part entière avec une vision, une éthique et un vrai sens du partage.

    Je comprends tout à fait vos choix marketing et je constate aussi que le bouche à oreille à ses limites (j’ai beau parler de vous autour de moi lorsque l’occasion se présente… je n’ai pas encore vu un de vos vêtements dans mon cercle d’amis… mais je ne désespère pas)
    J’espère que vous ferez des émules dans d’autres domaines, je n’ai pas beaucoup d’exemple en tête, à part Horace dans la cosmétique.

    On voit sur internet une multiplication de formations afin de pouvoir devenir financièrement indépendant, ou il n’y a aucun process de création et une absence d’éthique, on encourage les gens à faire uniquement de l’argent en vendant des produits fabriqués à bas coût ou l’on méprise le facteur humain et environnemental….

    Vous êtes à l’opposé de tout cela et j’aimerais que d’autres entreprises fassent cette démarche.
    Bref j’essaie de consommer moins mais mieux et ce dans tous les domaines. La qualité est un facteur primordial, le plaisir aussi et le prix est obligatoirement en rapport.

  • Merci Davik 🙂
    En tout cas c’est pas du tout notre délire comme canal de communication 🙂
    Pour clarifier, on fait juste une campagne métro de test, et un peu d’ads sur Facebook et YouTube.
    Très bon week-end et à bientôt,
    Geoffrey

  • Merci Pierre 🙂

  • Pierre

    C’est pourquoi je parlais simplement de réserves, et non de réelles craintes, je vais continué à vous conseillez à d’autres sans hésiter. Je retrouve certaines de mes valeurs de votre démarche, et vous me servez souvent d’exemple quand je tente de montrer au gens que nous pouvons vivre de façon plus responsable sans se prendre la tête. Bref, je ne suis pas du tout un connaisseur de votre domaine, ou de la façon de gérer une entreprise, donc je ne juge pas. Je pensais tout haut en quelques sortes, rien de plus.
    Je reste fidèle, vielmols merci hein

  • Salut Adrien,

    Ah ah ah tu m’as fait peur les premières secondes de lecture 🙂

    Merci pour ta confiance, j’espère qu’on ne la déshonorera jamais.
    Oui, on se voit toujours comme ces deux geeks de la mode qui continuent à partager et à répondre aux commentaires, parce qu’au fond c’est ça qu’on aime.
    Et Ben et moi ce matin, on a pris le métro et on s’est planté devant une affiche. Et on s’est dit ça : putain, drôle d’aventure, et toujours copains (j’ai un respect et un amour profond pour l’ami Benoît 🙂 ).
    Et tout ça, je veux jamais que ça se perde. Et je sais que lui non plus.

    À très bientôt,
    Geoffrey

    PS. Je ne connaissais pas ce concept, mais merci pour le retour

  • Merci pour ton retour Pierre !
    Oui, on verra dans quelques années 🙂 Et encore une fois ce n’est qu’un test.
    Et j’ai vu des réactions et des craintes similaires lors de la première boutique par exemple.
    Mais c’est important pour nous d’avancer, et on nous jugera à la qualité de nos vêtements, de nos contenus et de notre service.
    Alors je te dis à bientôt ! 😉

  • Hello Davik,
    Peux-tu me dire d’où tu tiens cette info s’il te plaît ?
    Ça fait plusieurs fois que je lis ça !

  • Merci l’ami !

  • Salut Anthony,

    On a en effet traversé plein d’étapes, et on apprend.
    Et je ne connais pas encore les prochaines.

    Mais ce qui est sûr, c’est que oui, ce marché on veut continuer à le faire bouger. On a lancé toute une génération de marques, et contribué à préserver des savoir-faire.

    On n’est plus 3 dans un garage, mais on garde cet esprit des premiers jours, où rien n’est jamais acquis. Et ce qui s’est passé, c’est qu’on a davantage renforcé nos valeurs, notre qualité, nos services, nos contenus. Et c’est ce qui va continuer à se passer tant qu’on sera à la barre de ce projet !

    Et comme à chaque étape, on le prouvera par les faits !

    Alors à très bientôt,
    Geoffrey

  • Merci l’ami !

  • On est deux complémentaires avec Big Ben 🙂

  • Ceux des débuts seront toujours les élus, on compte sur vous ! 🙂

  • Hello,

    Je suis d’accord avec toi sur les objectifs, mais ce lien est quand même assez visible, et lors du tunnel de commande on propose l’inscription à la Minute Selvedge en footer aussi. On veut que les gens découvrent les 2, quoi qu’il arrive !

    Mais au-delà, si quelqu’un arrive sur l’eshop de prime abord (car il a besoin de vêtements, vu qu’il est là), alors c’est contre-productif pour lui et pour nous de le faire sortir du shop en lui faisant cliquer sur le seul bouton or de la page.

    Et à titre personnel, on est aussi très fiers quand des gens découvrent BonneGueule avec les vêtements comme porte d’entrée, on pense que ça leur est également utile pour changer leurs modes de consommation, et ils sont exposés à la même philosophie de fond.

    Merci encore pour ton soutien et à bientôt,
    Geoffrey

  • Merci beaucoup 🙂

  • Merci beaucoup Sam !
    Tu as bien résumé ça ! Et effectivement notre cher Rédac Chef (Christophe aka Cricri) est le gardien des portes ! On a d’ailleurs beaucoup de projets en ce sens, et on a pas mal staffé l’équipe dernièrement…
    À très bientôt, et un grand merci encore pour ton soutien !
    Geoffrey

  • Eh oui, il y a des gens qui ne changeront jamais d’avis. Mais tant pis, ils ont le droit.
    L’important, c’est qu’il y a aussi plein de personnes qui sont ouvertes et remettent en cause leurs modes de consommation.
    Et crois-moi, depuis qu’on a créé BonneGueule, il y a déjà eu un énorme tsunami positif dans les consciences ! En témoigne tous les reportages à la télé comme ceux de Elise Lucet et l’émergence de nombreuses marques plus vertueuses, ce qui démontre un vrai intérêt pour un public de plus en plus large !
    Très bon week-end,
    Geoffrey

  • Merci Sahnoun,
    Super de savoir qu’on est lu aussi au Sénégal et pas des personnes de tous les âges !
    Eh oui, tout le monde est loin de nous connaître, et c’est bien l’objet de ce test dans le métro 🙂
    À très bientôt,
    Geoffrey

  • Hello Nathan,

    Merci pour ton message.

    Je te rassure, on est très loin d’être sur toutes les épaules.
    BonneGueule, c’est quelques M€ de chiffre d’affaires. Dit comme ça, ça a l’air beaucoup, et pourtant ça reste une toute petite marque. On est très loin (multiples de 15 à 100 des grandes marques). Moi-même j’ai beau connaître nos vêtements par coeur (encore heureux lol) et pourtant je les croise bien peu souvent dans le métro ou dans la rue.

    Par rapport aux critiques sur nos prix de certaines personnes qui sont moins ouvertes au discours de la qualité, je dirai que ça ne nous pose pas probléme. C’est même plutôt notre raison d’être : expliquer le vrai prix des choses, faire de la pédagogie sans rabaisser, démontrer que quand on achète un tee-shirt 5€ auprès d’une marque qui compresse les prix, eh bien ce sont des êtres humains qui sont compressés à chaque étape de la chaîne (coton, confection, vendeurs, etc.).

    Je finis par te remercier de ta confiance et de ta fidélité. On apprécie beaucoup d’avoir ce genre de discussions avec ceux qui nous suivent !

    À très bientôt, excellent week-end,
    Geoffrey

  • Salut Jonathan,

    Merci pour tes échanges.
    Pour compléter les réponses de Ben, si on avait juste fait la campagne vers le média :
    – on aurait toujours plein de monde qui ne sauraient pas qu’on est une marque
    – on aurait aucune chance de récupérer nos billes et ce serait de la perte sèche, donc on en aurait pas fait du tout

    On oublie personne côté média, on bosse aussi beaucoup de ce côté là même si c’est bien plus discret (SEO, Facebook Ads).

    Par rapport aux vêtements, je trouve que Benoît est justement très mesuré sur le propos à chaque fois. C’est pas nous qui parlons de vêtements parfaits, ultimes, et que sais-je.
    Après, parfois c’est aussi le coeur qui parle, mais on est loin d’user de ces superlatifs. De plus on s’attache toujours à démontrer, expliquer…
    Et par ailleurs, sur pas mal de pages de présentation, on a une rubrique « les limites de ce produit » afin d’être parfaitement honnête. C’est aussi pour ça qu’il y a la possibilité de laisser des commentaires et des notes ! (qui fait ça ?)

    « la croissance n’est pas une finalité mais une conséquence », ça veut dire qu’on ne recherche pas la croissance pour la croissance. Mais plutôt qu’on cherche à faire à fond notre travail de pédagogie et de marque, et que la croissance dit être la conséquence de ça. Elle doit se mériter.

    L’objectif de cette campagne, c’est de se développer, mais pas comme une finalité. Les lecteurs et clients sont de plus en plus exigeants en termes de contenus, de variété de produits, de services, de profondeur de stock, etc. Et vous êtes de plus en plus nombreux à nous poser des questions sur le média. Pour répondre à vos exigences, on doit donc arriver sur un seuil de croissance situé au-dessus de là où on est aujourd’hui. Et ça veut dire grandir. Pour mieux vous servir.
    D’autant que c’est aussi la croissance qui nous permet progressivement de baisser le prix de certains produits, comme deux années de suite.

    À très vite,
    Geoffrey

  • jonathan

    Salut Benoît,

    Ne t’inquiète pas, aucune animosité dans mon message, juste une pensée franche et honnête 😉

    Pour être précis, ce qui a motivé ma pensée et donc mon message c’est que votre campagne de pub vise à rediriger le public vers l’eshop et non pas le blog héhé. Si cette campagne de pub avait une dimension « éducative » et « informative » elle aurait fait la promo du blog et non pas du eshop non ?

    Je suis un fidèle lecteur depuis des années, bien avant que votre marque voit le jour et vous avez grandement contribué à enrichir mes connaissances et pour ça je vous remercie TRÈS SINCÈREMENT car si j’ai pu apprendre et développer un regard plus précis et critique c’est surtout grâce aux lectures que vous m’avez apporté, rien à redire là -dessus.

    Mais depuis un moment déjà je suis beaucoup moins fidèle car je trouve, mais ce n’est que mon point de vue, que vous prenez une dimension plus « commerciale » notamment à travers la façon de communiquer.

    Je ne remets pas en cause, ni en question votre contenu à visée « informative », comme je le disais je n’ai absolument aucune critique à émettre à ce sujet, vous faites un putain de boulot c’est clair et net !

    Non, ce qui me dérange, mais ça semble être la mouvance actuelle, c’est qu’à chaque sortie d’un nouveau vêtement de votre marque, vous proposez LE meilleur produit, LE meilleur tissu, LA meilleure coupe, bref LE vêtement ultime, parfait etc….et ça par contre ça me dérange fortement, je me trompe peut-être mais à chaque campagne de « pub » pour une de vos nouveautés, j’ai le même ressenti 🙁 Ce ressenti vient de la manière dont vous transmettez l’info, elle n’est pas sous-entendue mais au contraire vous l’affirmez…

    « La croissance pour nous n’est pas une finalité, elle est plutôt une conséquence » oula….j’avoue ne pas comprendre là…ça sous-entendrait que vous n’avez pas le choix que de continuer à croitre et donc à faire une telle campagne de pub ???

     » Certes aujourd’hui, on arrive à en vivre et à créer une trentaine
    d’emplois, mais ça n’a pas du tout été le moteur principal, et ce,
    depuis des années… »
    Et c’est tant mieux ! mais alors…pourquoi une campagne de pub si le moteur principal n’est pas de se développer ?

  • Benoit – BonneGueule

    Oui, tu as bien compris nos rôles, et franchement ça s’est fait très naturellement, avec de la confiance et de la connaissance de l’autre et fur et à mesure des années !

  • Benoit – BonneGueule

    C’est la nôtre, c’est la chambray Kuwaruma !

  • Benoit – BonneGueule

    Merci pour ce retour très fourni, que j’ai transmis à Geoffrey, c’est lui qui s’occupe de l’architecture de l’information sur le shop !

  • Benoit – BonneGueule

    Hello Jonathan, merci pour ce retour franc et honnête ! Je te trouve quand même un peu dur. BonneGueule a été créé en 2007 et on a lancé réellement la marque en… 2014 ! Soit quand même 7 ans d’écart, et si j’avais ça que pour l’argent j’aurai abandonné depuis bien longtemps. Idem pour les contenus gratuits qu’on publie depuis 10 ans, et les dizaines de milliers de réponse aux commentaires. Je pense donc que j’ai largement prouvé que mes convictions pour partager ma passion du vêtements étaient bien présentes ^^ Certes aujourd’hui, on arrive à en vivre et à créer une trentaine d’emplois, mais ça n’a pas du tout été le moteur principal, et ce, depuis des années…
    Bien sûr qu’on espère des retombées en termes de ventes, et ce n’est pas un gros mot ! Mais, on ne veut pas QUE ça. Moi tu sais, je veux encore plus de vidéos, plus d’infographies et plus de guides pour guider encore plus les hommes avec le vêtement ! Créer des vêtements, trouver des matières toujours plus uniques, c’est ça qui me motive, bien plus que de vendre 1000 ou 100 000 vêtements. Et ça, ça n’ira que dans le bon sens en grandissant, et si je veux continuer à éveiller les esprits sur l’intérêt d’une belle matière japonaise, ça ne peut que se faire dans un cercle restreint.
    La croissance pour nous n’est pas une finalité, elle est plutôt une conséquence ! En tout cas, je prends note de tes autres remarques, merci encore d’avoir pris le temps de rédiger ce long message 🙂

  • David – BonneGueule
  • Benoit – BonneGueule

    Ahah ce commentaire est juste épique ! Merci encore, je suis tellement content de voir que notre démarche est comprise à 100% 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Hello Pierre, on est très sensibles aux questions des budgets, et on pense que chacun est responsable. On a fait beaucoup de contenu sur les budgets, et quand tu t’inscris à notre newsletter, l’un de nos premiers conseils porte sur le budget, comment savoir si tu fais une « folie » ou pas 🙂
    Heureusement, les vêtements qu’on recommande durent longtemps, et passée une phase d’achats soutenue, en général nos lecteurs n’achètent plus grand chose pendant plusieurs années, ils profitent de leur garde-robe existante 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Merci encore Nathan pour ce commentaire ! Oui, je me suis un peu livré dans ce passage, mais c’était presque une obligation morale envers vous 🙂 Comme je l’ai répété plusieurs fois, le but de BonneGueule, c’est le partage, la passion, mais pas l’exclusivité ou le club privé 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Merci pour l’exemple 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Hello Stéphane, non ce n’est pas un « modeste » avis que tu donnes, mais un super avis ! Ta réflexion est tout à fait entendable, et je pense qu’on s’appuyera dessus pour la suite 🙂
    Pour le moment, à voir pour les retombées !

  • Benoit – BonneGueule

    Hello, avec ton commentaire, je ne soupçonnais pas qu’autant de personnes tenaient tant à ce côté exclusif alors que BonneGueule, pour moi, c’est la transmission de la passion du vêtement 🙂

    Très belle citation de ton mentor en tout cas !

  • Benoit – BonneGueule

    Hello, merci pour ce message ! Je l’ai dit à de multiples reprises, mais le but de BonneGueule, depuis 10 ans que je suis derrière, ça n’a jamais été d’être exclusif ou « privé », mais au contraire de partager notre passion du vêtement bien travaillé au plus grand nombre ! Sinon je ne me serai pas embêté à faire 6000 mots sur Maharishi ou Norwegian Rain 😉
    Et tu vas voir, on a des pièces un peu moins basiques qui vont arriver pour la fin d’année !

  • Benoit – BonneGueule

    Hello Alex,

    Comme je l’ai dit dans les commentaires, BonneGueule a toujours eu vocation à toucher tous les hommes, et ne pas être exclusif ou privé 🙂 Oui pour les stocks, on s’améliore, et je te ferai dire qu’à part la NR et le Henley, on n’a plus jamais eu de sold out lors de nos derniers lancements 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Hello Anthony, merci d’avoir pris le temps de rédiger ce long commentaire ! Tu as bien cerné nos trois étapes, mais on a eu l’immense chance de les faire à notre rythme, et d’avoir que des avantages. Par exemple, pour la boutique, étant donné qu’on l’a ouverte après avoir bien lancé la marque sur le web, elle s’est rapidement rentabilisé, et je referai la même chose sans hésiter si c’était à refaire. On n’était pas dans le cas d’une marque qui débute, qui ouvre une boutique dans le but de se faire connaître et qui a peu de flux de ventes. Nous, le digital marchait bien, et au vu de l’emplacement, on a pu ouvrir cette boutique sans trop prendre de risques, avec un aspect financier bien maîtrisé.

    Idem pour la levée de fonds, on était déjà en croissance et rentables quand on a fait appel à eux, ce qui fait que Geoffrey et moi sommes encore très (mais alors très) largement majoritaires dans la détention de nos parts, nous n’étions pas dans le cas d’une marque où la levée est une question de vie ou de mort. Bien sûr qu’il y a eu un « après » avec cette levée de fonds, mais c’est très positif : on a pu recruter de beaux profils, financer sainement l’entreprise et avoir de belles expertises parmi eux pour nous aider sur tout un tas de questions ! Là aussi, ça s’est très bien passé pour nous 🙂

    Mais oui, on a bien grandi, et on est plus proche d’une PME que d’un petit projet dans un garage 🙂 (bien qu’on ait connu cette étape aussi hein! )

  • Benoit – BonneGueule

    Pour le printemps 2019 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Certes, mais avant qu’on soit autant répandu qu’une doudoune Uniqlo je pense qu’on a énormément de marge ahah

  • Benoit – BonneGueule

    Hello Davik,

    Bien sûr qu’on communiquera sur les retombées ! Le déclencheur pour cette campagne, ça a été plusieurs choses : le sondage mené, nos amis entrepreneurs qui ont eux aussi communiqué dans le métro (alors que je pensais que ce type de format n’était plus très efficace à notre époque). Mais sinon, que ça soit les lecteurs ou les clients, leur nombre est toujours en croissance 🙂
    Et tu as parfaitement compris la difficulté à bien prévoir nos stocks !

  • Benoit – BonneGueule

    Hello Caspian, un grand merci pour ton travail de pédagogie… et des personnes que tu nous envoies ! Effectivement, initier les autres aux matières naturelles est un travail de longue haleine mais très plaisant, j’en sais quelque chose ahah

    Content d’avoir pu faire évoluer ta garde-robe en tout cas !

  • Benoit – BonneGueule

    Lol non pourquoi ?

  • Benoit – BonneGueule

    Merci pour ce message plein d’amour inconditionnel 🙂 Dans le sud, on a aimé Aix en provence, mais effectivement, c’est pas pour tout de suite :'(
    Au plaisir de te voir sur Paris !

  • Benoit – BonneGueule

    Hello Thibault,

    Le but c’est évidemment de vous raconter les retombées qu’il y a eu ! Ca sera sûrement dans le traditionnel article bilan de fin d’année.

    Comme je l’ai dit dans les commentaires, BonneGueule, depuis 10 ans que je fais ça, le but n’a jamais été d’être select ou très exclusif, mais au contraire d’être le partage de notre passion du vêtement !

  • Benoit – BonneGueule

    Ah François ! Je me souviens très bien de toi ! Quel plaisir de te revoir ici !
    Je crois que je vais imprimer ton commentaire et l’encadrer ! Ca nous motive encore plus à garder le cap, et ça nous aide dans les moments difficiles ! Encore merci pour avoir pris la peine de le rédiger !

  • Benoit – BonneGueule

    Alors ça c’est du commentaire bienveillant ! Eh oui BonneGueule, pour moi ça a toujours été le partage et si personnellement, je voyais une marque que j’aime bien faire une campagne dans le métro, je serai fier d’avoir connu cette marque avant tout le monde 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Hello Xanxi, merci pour ton retour !
    Je te rassure, on reste aussi un média, où on n’a jamais publié autant de contenu qu’aujourd’hui, et je pense qu’on est bien monté en qualité de contenu. Quand à la petite production qualitative, vu les messages de colère qu’on reçoit quand on est sold out sur un produit, c’est bien aussi qu’on augmente nos volumes 🙂 Mais on reste petit par rapport à des marques qui produisent bien plus que nous !
    Et pour le reste de ton message, avec cette campagne de métro, je suis en mode « qui vivra verra ! « , les dés sont jetés, on verra les retombées ! Comme je l’ai écrit dans l’article, je me suis préparé mentalement au pire 🙂

  • Merci Julien !

  • Ahah je ne nous mettrai pas dans le case des projets solidaires.
    Mais on est effectivement une entrepris avec une mission et une finalité qui dépasse l’argent.
    Il va bientôt y avoir un statut spécial pour ça : Societe a objet social étendu.
    À très bientôt !

  • Salut René,
    C’est promis, on fera tout pour toujours rester dans le droit de chemin. Et vous êtes des milliers à y veiller et nous le rappeler.
    On reste aussi une petite entreprise, encore beaucoup de chemin à faire pour ne serait-ce que chatouiller les pieds des très gros !
    À très vite !

  • Hello Serge ! On en est encore très loin ahaha ! On reste une toute petite boîte face à des géants !
    Mais oui, si ça arrive, ça aura été une grande victoire 🙂

  • Merci pour ton retour honnête et construit.

    Je comprends ton raisonnement, et c’est important aussi que quand tu achètes un vêtement BonneGueule, tu n’achètes pas du vent, du papier et de la colle. Comme je l’ai dit c’est 3% de nos ressources 2018, sachant qu’on a baissé des prix de 10% sur la même période. Au final on reverse de la valeur. Et si cette pub est rentable, elle ne pèsera aucunement sur les vêtements car elle est génératrice de revenus additionnels. Et si ce n’est pas le cas, on ne recommencera pas, ça aura été indolore, mais on aura testé.

    Après, le débat sur l’utilite de la pub est quelque chose de personnel, même si je tends beaucoup à te rejoindre : il y en a clairement trop. Mais je vois ça de manière amorale : c’est un outil, s’il permet pour nous et pour plus d’hommes de générer des choses positives, alors let’s go, parce que c’est la mission de BonneGueule qui doit toujours primer.

    Quand au marketing, tu as raison on en ignore souvent le vrai sens. Du marketing bienfait, c’est simplement rapprocher des besoins et des solutions pertinentes, ou que les solutions soient là où les gens les cherchent. Si c’est bien fait ça génère de la valeur. Si c’est bien fait…

    À très bientôt et merci,
    Geoffrey

  • Ahah ça sent l’Alsacien dans les tribunes 😉
    Merci pour ton soutien !
    Bis halt 😉

  • Merci 🙂

  • Merci beaucoup pour ton soutien Abdel ! Ça compte beaucoup 🙂
    En même temps, je suis aussi content quand des avis différents s’expriment, c’est un peu comme une sorte d’organe de gouvernance pour BonneGueule, et puis ça fait souvent émerger des sujets intéressants.
    À très bientôt !

  • Merci Duc 🙂
    Oui tu as raison, désolé pour cette erreur !

  • DVC

    Bonjour,

    Intéressant, hâte de voir les affiches dans le métro. Cependant, il me semble que Lush ne fait (quasi ?) pas de produits cosmétiques bio en plus d’utiliser fréquemment des ingrédients discutables. Leur communication est bien rodée.

    Amicalement,
    Duc

  • Abdelouahed Ben’

    Bonjour,
    je ne comprends pas les réactions négatives vis à vis de votre démarche. De toutes façons, je ne crois pas qu’elles soient majoritaires. Quand on écrit un commentaire, on a plus de facilité à formuler une critique qu’à valider une démarche.
    Soutien total au projet pour ma part.

  • Nico

    Peu importe que Bonne Gueule s’ouvre un peu plus (potentiellement, puisque pour le moment nous n’en savons rien quant au résultat), ça ne changera rien. Je ne vois pas pourquoi voir quelqu’un d’autre porter une pièce identique te dérange, ce n’est pas parce qu’il a la même pièce qu’il a le même style et c’est justement ça qui est interessant. Depuis 200 ans (invention du costume) on a toujours trouvé le moyen de se différencier, d’avoir un style qui nous est propre.
    Si le but est de s’habiller comme dans les « shootings » (parfois très réussi, ce qui peut-être tentant) je comprends ton point de vue.
    Mais BG a toujours souhaiter que l’on trouve son propre style, à partir de là les combinaisons sont infinies. Il est certains que BG peut-être une source de confiance, et que l’on soit défiant envers les autres marques est tout à fait compréhensible; ce n’est pas (du tout) l’intention de BG. C’est malheureusement une conséquence de leur stratégie marketing, mais dès lors qu’on en a conscience cette conséquence disparait.
    La rareté, et l’exclusivité se trouve dans le luxe. BG n’a jamais eu cette prétention, et ne l’a d’ailleurs jamais souhaité, ce serait une erreur que de le penser.
    Quid de certains client qui sont juste tombés sur BG par hasard, sur internet ou alors en passant devant une des boutique, y sont rentrés – tout ça sans « en se contentant » de passer dans une rue ou de faire une recherche internet – et se sont borner à y acheter une voire plusieurs pièces, juste parce qu’elle(s) leur(s) plaisai(en)t.

    Je pense que ce serait un un manque d’ouverture d’esprit que de penser que, pour porter une pièce, il faille s’intéresser aux vêtements, certains ne s’y intéresseront jamais tout comme certains ne s’intéresse pas à l’art (quel qu’il soit), c’est un droit, un des plus fondamental, d’ailleurs c’est même une liberté. Et ce n’est, sans nul doute, une raison d’être frustré de l’ouverture que tente de prendre une marque, bien au contraire.
    La différence sera de savoir d’où vient le vêtement, sa confection, son histoire, la façon de le porter, de le mêler à son style.
    Et qui sait, peut-être que cette personne dans le métro va aller lire chaque article, se renseigner sur chaque pièce, sur leur histoire. Mieux ! Peut-être qu’il est déjà initié à tout ce que l’on peut y apprendre et découvre une nouvelle marque. En quoi aurait-t-il moins de mérite qu’un autre?
    Plus grande ouverture est synonyme – potentiellement – d’économies d’échelles, avec lesquelles ils se font une joie, à chaque fois, de réduire le prix de leurs vêtements.

    Isaac newton disait : « Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts »
    BG n’a cessé de construire des ponts et ils continueront, le fait est que le partage est bénéfique à tous.
    Pour nous, consommateurs : des vêtements de qualité, de plus en plus accessibles, respectueux des droits de l’Homme et de l’environnement.
    Pour eux, producteurs : se challenger chaque jour pour nous satisfaire, permettre à un maximum de personne de se sentir bien dans leurs vêtements, vivre d’une passion et donner un travail décent à de plus en plus de personnes, tous passionnées, des ouvriers aux conseillers.

    Ainsi l’on comprend que la valeur qu’il partage est de « consommer moins mais mieux », et si l’on m’oppose le fait que nous sommes de plus en plus sans pub, le constat fait que nous avons atteint une certaine limite. Limite qu’ils tentent de briser avec cette initiative.
    Par ailleurs il faut se demander si consommer moins mais mieux dans son coin n’est pas vain. Est-ce vecteur de changement ? Mieux ! de révolution ?
    Ils ont lancés un mouvement, mouvement relayé par beaucoup aujourd’hui (L’étiquette magazine en actualité), mouvement qui, d’une part, permet aux Hommes d’avoir une culture du vêtement, de son histoire; D’autre part, qui permettrait, à l’avenir, l’amélioration de vie des travailleurs, de leurs conditions de travail.
    Et peut-être qu’un jour les Géants – qui, eux, regardent les chiffres et non les Hommes – réfléchiront à ce qu’ils ont fait, ce qu’ils ont fait à ces Hommes, comment ils les ont traités; ce qu’ils ont fait à l’environnement, comment ils l’ont détruit.
    En quelques mots : une prise de conscience, voilà leur valeur.

    Je me trompe peut-être, et tant mieux ! Je crois sincèrement qu’il vaut mieux avoir tort qu’être dans la raison; après tout l’acceptation du tort n’est-elle pas les prémices, si tant est qu’elle existe, de la raison ?

  • Hello Greg !
    Tu as raison, toutes mes excuses.
    C’est corrigé !
    Sache que Ben vient de Tours, et moi de Bruebach (dans le Far South alsacien :D) et on est tout sauf parisiano-centrés !

  • Merci l’ami !
    J’espère qu’un jour on aura une boutique près de chez toi 🙂
    En attendant sache qu’on offre les envois, et les retours aussi avec des étiquettes pré-affranchies super simple à utiliser (et le retrait colis par La Poste en boîte aux lettres). Donc si tu veux faire un test, même si tu renvoies tout, ce sera simple pour toi, et nous on sera content que tu aies au moins tenté 😀

  • Benoit – BonneGueule

    Hello Medy,

    Je vois parfaitement dans quelle situation tu es. Remplace les vêtements par autre chose, et c’est pareil au niveau de l’entourage : comment justifier de dépenser 50 € dans une bouteille de vin alors qu’on peut en boire pour 5 € ?
    Dans ce cas là, il faut faire preuve de beaucoup de pédagogie et changer les choses petit à petit : faire prendre conscience des ravages de la fast fashion, et expliquer qu’une chemise faite en Europe, ça peut pas coûter 40 euros. Et être « ferme » sur le fait qu’on doit respecter et ne pas juger tes choix. J’en parle un peu ici : https://www.youtube.com/watch?v=MSIbaeqLo0o&t=2s

  • Benoit – BonneGueule

    Si je peux me permettre, le raccourci est un peu trop abrupt : c’est comme si tu me disais « vous faites des shootings dans beaux endroits et vos clients vont donc payer pour du marketing pur et dur. Attristant. »
    Les mots « pub », « marketing pur et dur », ça veut tout et rien dire, et je pense qu’on a prouvé qu’on a des convictions très fortes autour de la pédagogie d’un produit, de son explication, et son histoire.

  • Benoit – BonneGueule

    Merci Nico !
    Tu vas vois, novembre et décembre, il va y aussi à voir pas mal de nouveautés 🙂

    Je n’en dis pas plus !

  • Benoit – BonneGueule

    Hello Fred,

    Je me joins à Geoffrey, parce que j’en ai commencé BonneGueule, mon rêve, c’était que tout homme soit autonome et serein quand il met les pieds dans une boutique pour acheter un vêtement, qu’il ait toutes les clés pour s’habiller et faire les meilleurs choix en fonction de son style et de son budget.

    Et pour moi, depuis le lycée où je voyais des camarades mal dans leur peau à cause de leur style, et voir que même avec les années qui passent, certains hommes n’arrivent pas à dépasser ça et en souffrent, j’ai encore plus qu’encore plus d’hommes aient accès à BonneGueule. Alors certes, ça demande un investissement en temps, de lire de se documenter, mais BonneGueule n’a jamais eu la vocation d’être élitiste, exclusif, privé et encore moins « méritocratique » (sinon on n’aurait jamais pris la peine de répondre à tous les commentaires, car on aurait pu se dire que certains le méritaient et d’autres pas). Ce n’est pas du tout ma mentalité, on est plutôt dans le partage de la passion au plus grand nombre !

  • Merci beaucoup Loïc, c’est un super témoignage 🙂
    Que tes encouragements nous portent chance !

  • Loïc

    Merci :)! Ca fait vraiment plaisir ce petit article! Je viens de l’apprendre pour ces pub dans le Metro (presque heureux d’etre parisien pour les lire ahah). Je lis certaines réactions… et c’est assez amusant, j’aurai tendance à se dire qu’on se retrouve un peu avec une sensation de parent dont l’amour pour leur bébé est si fort qu’on est tiraillé entre le garder pour nous et on veut qu’il accomplisse de grande chose! Mais on peut dire que Vous nous avez clairement donné confiance sur votre capacité à vous envoler!

    Pour être transparent, ce qui m’a fait un peu plus bizarre, c’est de commencer à vous voir dans des pubs sur les réseaux comme Facebook/Instagram/Tinder. Je ne sais pas si ce sont les bons canaux (quand on compare à ce qu’il y a à côté de vous … ) et si vous avez possibilité d’en sélectionner certains. Ensuite, je vous lis depuis maintenant de nombreuses années, avec de nombreuse marques suivies sur Insta donc peut être que je suis parmi les plus ciblés ahah. Mais avec tes arguments, je comprends mieux ! Sachez tout de même qu’avec tout ce bon travail, vous avez atteint une certaine légitimité dans vos actions, et qu’avec vous on cherchera toujours à comprendre le pourquoi du comment comme vous nous l’avez si bien transmis!

    Bonne chance pour la suite! Et hâte de transmettre ce goût du vêtement! La bise à l’equipe!

  • Merci Nasty 🙂

    Merci pour ton retour.
    Je te rassure, on reste très loin d’être une marque avec une large diffusion.
    Toutes les marques que les gens achètent sont 20 ou 30x plus grosses que nous, minimum !

    À très bientôt,
    Geoffrey

  • Salut Fred,

    Merci beaucoup pour ton retour.

    Je comprend un peu ta logique, mais pour nous, BonneGueule ça a toujours été un projet de partage, avec une certaine ambition de faire bouger les choses.

    On a toujours cherché à créer un mouvement, à apporter des conseils objectifs au plus grand nombre d’hommes possibles, à faire évoluer le marché de l’intérieur, ce qui d’ailleurs fonctionné jusqu’à présent quand on voit BonneGueule copié par certains concepts récents.

    Tout ça, sans jamais niveler par le bas. Apporter de la pédagogie pour élever le débat, c’est ça BonneGueule. Et c’est ce que j’ai le sentiment de faire quand j’écris de grands articles et que je réponds en détail à des dizaines de commentaires, sans copier coller, en essayant de comprendre chaque personne, y compris celles qui ont des avis différents. C’est ça BonneGueule.

    Si tu compares les articles de BonneGueule avec ceux des 5 premières années, ils n’ont d’ailleurs plus rien à voir. On est totalement monté en qualité. On a démultiplié les ressources pour faire de la pédagogie. On a décliné le concept dans des boutiques, les seules à ma connaissance sur le marché où les conseillers en boutique ne touchent pas de commissions quand ils vendent plus plus plus, mais quand les visiteurs laissent de bons commentaires.

    Idem sur les vêtements. La qualité n’a fait qu’augmenter, la sophistication des matières également, sans avoir augmenté les prix (c’est l’inverse qui s’est produit).

    Et j’ai l’impression que la plupart de ceux qui nous font ici un retour sont d’accord avec ça.

    Je te propose de lire ce premier article de BonneGueule. Il date de 2007. C’est le premier que Benoît a écrit. Et dis-moi concrètement ce qu’on fait de différent aujourd’hui (à part ne plus faire de flux RSS ahaha) :
    https://www.bonnegueule.fr/bonnegueulefr-pour-le-meilleur-et-pour-le-got/

    À très vite,
    Geoffrey

  • Merci Antoine !

    Si tu réfléchis de manière logique, toute nos actions pub (facebook et métro) représentent 3% du chiffre d’affaires.
    Soit largement moins que ce qu’on a « redistribué » en baisse de prix permanente sur les manteaux par exemple (-8%).
    Donc au final on continue de générer du rapport qualité/prix en plus, et pas du tout l’inverse 🙂

    Pour les volumes, ça dépend vraiment des ateliers et des matières.
    Pour l’instant, on ne se sent pas encore trop limité, et au contraire au aimerait bien commander de temps en temps des productions spéciales à certaines tisserands, avec des armures développées spécialement pour nous. Là encore c’est l’atteinte d’un palier supplémentaire qui va nous permettre de faire ça !

    Quant aux ateliers, il n’y en a pas où on commence à être leurs plus gros clients, car on bosse avec des ultra-spécialistes, donc on en a beaucoup (plus de 10 différents selon les savoir faire).

    Très bonne soirée, et n’hésite pas si je ne suis pas clair !

  • Merci Lâm 🙂

  • Hello Vince,

    Au contraire, ça permet de mettre encore plus d’actions sur la qualité, le service, les contenus, le développement produit, les stocks, etc. à mesure qu’on passe dans des tailles plus confortables pour développer nos projets. Et puis comme le dit à un autre lecteur, vous êtes tous là pour nous rappeler à l’ordre avec bienveillance si on fléchit, alors après bientôt 12 ans de BonneGueule (plus du tiers de nos vies avec Benoît !), je nous vois pas partir en sucette sur un coup de tête !

    Merci encore pour ton retour et à très vite !
    Geoffrey

  • Hello Xanxi, n’hésite pas à relire et on en parle 🙂

  • Merci Alex !

  • Salut Matthieu,

    Merci beaucoup pour tes gentils mots !

    On pense très fort à vous, et Lille arrive en avril 🙂

    Mais il faut bien qu’on commence quelque part :p Tant pis s’il n’y a pas encore le métro à Bruebach, là où j’ai grandi (je te laisse voir sur Google où c’est ^^).

    A très vite à Lille !

  • Salut François,

    Merci beaucoup pour ton retour, ton soutien et ta bienveillance !

    En fait on avait fait des « réunions tupperware » mais ça prenait beaucoup de temps à tout le monde, càd aux ambassadeurs comme à nous.
    Et bien que ça fonctionnait, que ça plaisait, et que nos ambassadeurs ont fait quelque chose d’extraordinaire (je leur en dois une à vie !), ce n’était pas quelque chose d’énorme en termes d’impact. Alors on a laissé le programme mourrir de sa belle mort, à mesure que certains ambassadeurs se tournaient vers d’autres projets dans leur vie personnelle ou professionnelle qui leur demandait du temps qu’ils ne pouvaient plus nous donner.

    Le bus ? Peut-être un jour, qui sait 🙂

    Officiellement on avait un camion BonneGueule ahah ! On avait emprunté un peu pour acheter un véhicule, et puis finalement on a changé d’avis et on a investi cet argent ailleurs. Mais une ou deux fois, notre banquier nous a demandé « Comment ça fonctionne le camion BonneGueule ? » avant qu’on ose lui dire qu’on a consacré ses ressources à d’autres investissements ahahah (on était assez gênés, et puis on lui a dit ensuite)

    À très bientôt,
    Geoffrey

    PS. N’hésite pas à nous dire publiquement ou en privé ([email protected]) pourquoi tu n’as pas encore testé un de nos vêtements, cela m’intéresse toujours beaucoup 🙂

  • François

    Bonjour, je suis un provincial qui part travailler en voiture, je ne verrai donc pas ces affiches, mais je trouve l’initiative bonne et les photographies très belles. AMHA, c’est une nouvelle initiative de votre part qui rajoute à votre dynamisme et enrichit votre parcours. Il y aura toujours des puristes pour y trouver à redire, mais vous n’avez pas vendu votre âme au diable à mes yeux. Une chose qui caractérise votre « bébé bonne gueule » est votre investissement. Vouloir en faire connaître le fruit, commercial comme média est normal. Cela est gratifiant et motivant pour vous j’imagine. Je suis un lecteur ingrat, je n’ai encore jamais acheté BG, mais je sais que ça viendra. En tout cas je vous visite régulièrement et vous impactez mes achats. Vos affiches seront l’occasion pour moi d’inciter mon frère parisien à y prêter attention, et voir ce que cela lui inspire (puceau de BG et du savoir vestimentaire). Une idée comme ça, dont j’ignore la faisabilité : une sorte de « bus itinérant », ou de « soirée tupperware itinérante », pour les que les provinciaux tels que moi puissent palper la came, c’est envisageable? Ce serait vraiment cool. Bravo et bonne évolution à vous!

  • Matthieu

    Hello!
    J’ai découvert votre site il y a quelques mois et cela a remis complètement en cause mon rapport au choix de mes vêtements (avec aujourd’hui une attention particulière portée à la qualité et l’origine des vêtements, ainsi qu’aux coupes, matières et associations pertinentes de pièces) alors je pense que tout type d’action visant au « mieux consommer » en matière vestimentaire est bénéfique . Mais le côté très « parisianno-parisien » d’un affichage dans le métro n’est il pas trop restrictif pour avoir un large impact? Pensez aussi aux provinciaux 😉 (je sais il faut bien commencer quelques part). P.S : D’ailleurs à quand une boutique bonne gueule sur Lille !
    Bonne continuation à Bonne gueule !
    Matthieu

  • Alex

    Je pense que vous faites du super travail & que vous méritez amplement d’être connu 🙂

  • xanxi

    Il faudra que je relise tout ça à froid car là ma première impression est que je je suis déçu…

  • Vince48

    D’un côté j’aurai eu envie que BG reste la marque de quelques initiés, d’un autre côté il est normal qu’une entreprise veuille se développer.
    Le risque est soit que vous vous mettiez à faire de la grosse diffusion chinoise, soit que vous tombiez dans le luxe avec des chemises à 300 balles pour garder votre amour de la qualité.
    Quoi qu’il en soit les visuels sont vraiment réussis, et vous touchez quand même votre cible privilégiée dans le métro Parisien.

  • Lâm

    Encore une fois, vous prenez le temps d’expliquer votre démarche et lire / répondre a tous les avis. Chapeau les gars !

  • Salut Smirnov,

    Merci pour ton retour !

    Je ne suis pas d’accord avec toi sur le prix. Il y a de très nombreuses marques bien plus chères que BonneGueule qui annoncent dans le métro, les magazines, etc. Et en termes de rapport qualité/prix, on offre selon moi une bien meilleure alternative.

    Tout dépend du type de consommateur dont on parle. Et justement, le métro est emprunté par des gens plutôt actifs, éduqués, avec un emploi, etc.

    En témoignent les nombreuses marques digitales qui y interviennent avec succès : Frichti, Bergamotte, Gemmyo, Tediber, etc.

    Et puis comme je l’ai dit, on cherche autant à clarifier auprès de ceux qui connaissent BonneGueule uniquement comme un média, que de toucher de nouvelles personnes.

    Concernant le message, justement j’aime beaucoup sa double lecture.
    Pour moi, les mots qu’on emploie sont un clin d’oeil à ceux qui portent déjà des jeans japonais et de belles chemises.
    Et pour les autres, ça fait de la pédagogie, avec une pointe d’humour. Et ça matche bien avec BonneGueule..

    Après je sais bien que les interprétations de chacun sont souvent différentes, c’est toujours très subjectif, donc je ne cherche pas à te contredire. Mais voilà en tout cas ma grille de lecture à moi 🙂

    Et merci pour les encouragements et le soutien !

    Bonne soirée!

  • Merci Noé !

  • Merci beaucoup !
    Oui on verra bien 🙂 En tout cas c’est notre vocation d’accueillir des gens qui veulent en savoir plus sur les vêtements et améliorer leur consommation, en termes de qualité et d’éthique ! Réponse très bientôt !

  • Hello Lâm !
    Merci pour ton retour, c’est super sympa.
    Par rapport au salaire média et à l’intérêt du grand public, je me pose exactement les mêmes questions que toi ! On verra bien et je croise les doigts, on aura les réponses avant la fin de l’année 🙂

  • Ah ah Alex 🙂
    Et passé le premier réflexe, tu en penses quoi ?

  • Merci Fabrice ! On croise les doigts maintenant que les dés sont jetés 🙂

  • Merci Dukoss !
    Et on est d’accord, il n’y aura pas de publicité sur BonneGueule !
    À très bientôt !

  • Bonsoir Alcandre,

    Merci pour ton retour (même s’il me paraît un peu expéditif et jugeur 😉 ). Comme Ben et moi on l’écrit, on s’est nous-même énormément posé de questions pendant longtemps.

    « Faut-il changer le système en étant le chevalier blanc élitiste et extrême qui ne parle qu’à une poignée de personnes, ou en utilisant les moyens de communication qui existent à notre manière tout en restant très fermes sur nos valeurs ? »

    Détruire ou détourner le système ?
    Révolution ou évolution ?
    Intransigeance ou influence ?

    C’est la question qu’on s’est posé et qu’on a retourné dans tous les sens pendant plusieurs années.

    Et puis en mettant un pas devant l’autre, on s’est rendu compte qu’on identifiait de mieux en mieux nos valeurs, et qu’on les renforçait en s’en servant pour déterminer ce qui est BonneGueule et ce qui n’est pas BonneGueule.

    Et à présent, après des tests et des questionnements, on a vu qu’il est possible pour BonneGueule de propager son message auprès de plus de monde, sans pour autant le dénaturer. Alors on se dit que ce serait dommage de pas le faire.

    Pour moi, ne pas changer davantage le marché alors qu’on en a la possibilité, c’est ça qui serait « attristant ».

    Vu que tu commentes sur BonneGueule depuis 2 ans, tu commences à nous connaître un peu. Tu nous as vu agir de manière constante, je pense.

    Alors qu’est ce qu’on devrait faire selon toi pour toucher plus de monde et apporter une offre meilleure et plus responsable aux consommateurs qui ne nous connaissent pas ?

    Je suis vraiment ouvert pour qu’on en discute.

    À très vite,
    Geoffrey

  • Dukoss

    Bonjour,

    J’avoue avoir été un peu étonné. Mais les arguments que Geoffrey a donné dans la vidéo justifient bien cette démarche.

    Je dirais que l’important est que vous restiez indépendants des publicités.

    Bon courage dans cette aventure.

  • Fabrice

    Très sain, très direct, très honnête, comme d’habitude. Et c’est ça qui nous plait. Donc bravo de tenter le coup pour voir et je vous souhaite plein de retours positifs.

  • Alex

    NON, mais pourquoi ? pas maintenant, pas après tout ce que tu as fait Bonne Gueule !
    Voila c’était mon coté égoiste qui s’exprimait et qui veut garder secret toutes vos belles pièces.

  • Salut Nico !

    Merci pour ton retour bienveillant 🙂

    Tu vas voir qu’on a des trucs différenciants en fin d’année ! On avait un manque d’offre dans certaines familles sur le bleu, mais Ben est là pour te prouver le contraire très prochainement !

    A très bientôt !

  • Merci beaucoup !
    En tout cas les dés sont jetés maintenant, alors on verra bien !

  • Salut !

    Merci beaucoup pour les encouragements !

    Tu sais, nous aussi ça nous fait bizarre parfois de grandir ^^ Avec Benoît, chaque étape, c’est beaucoup d’émotion. J’ai même parfois mes petites larmes aux yeux que je vois l’aventure de copains, de tous les gens qui nous font confiance : l’équipe, vous, nos proches, les business angels, et tous les gens qui nous donnent de l’aide et des conseils.

    Et puis à la fin, je me dis que la meilleure manière de les honorer, c’est d’en faire un truc positif, parce que ce n’est pas envisageable de décevoir autant de personnes qui nous veulent du bien et nous pardonnent quand on fait des erreurs. Alors on se bouge, et on va essayer de le faire encore longtemps avec le même esprit.

    Par rapport à la mise en image, les textes, etc. oui tu n’imagines même pas. Ça a l’air simple comme ça, mais c’est le fruit d’énormément de travail collectif. Je sais plus qui c’est qui m’a dit l’autre jour « Simple is difficult, complicated is lazy ».

  • Merci Martin !

    Oui, pour Lush, ensuite ma copine me l’a dit, mais je pouvais plus couper la vidéo sans enlever un gros passage que je tenais vraiment à garder… Tu as sans doute raison.
    Par contre pour Patagonia, je suis pas client, mais je suis un grand admirateur de ce que Yvon Chouinard a bâti et des impacts positifs de cette marque !

    À très vite !

  • Salut Steven,

    Merci pour les encouragements et ta bienveillance !
    « nous rappeller à l’ordre affectueusement » : c’est exactement ça que j’attends de vous !

    À très bientôt !

  • Merci beaucoup Serge !
    Oui je comprends que certains aiment bien le côté ultra-confidentiel !
    Mais nous on a toujours vu le style comme un pont entre les gens, un mode de communication, et un moyen de vivre dans l’instant quand on est bien équipé, alors c’est important pour nous de développer cette vision auprès de plus de monde et de refondre petit à petit le marché de l’intérieur.
    Bref, plutôt essayer de créer une grande vague positive plutôt qu’un label parisien de plus.
    Je sais pas si je suis hyper clair mais j’espère que tu me comprends 😀

    À très vite et merci pour ton soutien !

  • Serge Robert

    Bon. Je sais pas trop quoi en penser. Ptetr Qu au fond j aimerai que mes vetements bg soit un peu comme un secret, mais d ou vient ce beau manteau se demande un passant😁😁, après je comprends que la marque bg doit se devellope donc why not!! 😎 .

  • Steven Rouineau

    Je vous encourage vraiment dans cet essai. « Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour BonneGueule » comme disait l’autre 😉

    Votre communication vous honore vraiment et bien que nous, la communauté, nous ne devons pas « critiquer » tous vos choix de directions, nous serons là pour vous rappeler à l’ordre affectueusement si le besoin s’en fait ressentir =)
    Je dis cela, car avec l’un de vos derniers articles ou video, vous avez évoqué le fait qu’une marque pouvait choisir d’augmenter sa marge pour prendre un parti prix plus créateur par exemple. Mais que si elle communiquait pas, le consommateur pouvait légitimement se posait des questions alors qu’elle ne cherchait pas à « duper » le consommateur. Je me suis rendu compte avec cela qu’il fallait modérer son avis encore plus que ce que je ne faisais deja car vous aviez surement raison. Bref !

    Continuez votre chemin, je trouve que vous prenez les bonnes décisions alors j’ai confiance dans vos ajustements !

  • Martin HUGUES

    Hello !
    Je trouve le projet super ! Tout comme les produits que vous proposez. Les gens méritent de vous connaître mieux et c’est un bon moyen a tester.
    Ceci dit, Geoffrey, Lush est un assez mauvais exemple je trouve… Tout d’abord la marque n’est pas bio contrairement a ce qu’elle laisse volontiers penser, et n’a pas une politique si écolo que ça. En tout cas très questionnable.
    Le parallèle avec Patagonia ou BG est un peu moyen a mon sens. C’est pas vous rendre honneur en tout cas !
    A plus 😉

  • Merci Alexandre ! J’espère que tout roule pour toi l’ami !
    Ah ah ton fameux scoot ! Tarde pas trop en tout cas, la campagne ne dure qu’une semaine !

  • Salut Batlev,

    Merci pour ton commentaire.
    J’espère qu’on va te prouver les choses changent, mais que rien ne change ! 😉

    En fait, sur le métro, on a choisi de ne parler que de la marque de vêtement car c’est un canal où on a très peu de temps d’attention, et qu’on voulait vraiment clarifier le message auprès des hommes qui ne savent pas vraiment si notre eshop c’est de l’affiliation d’autres produits, ou un multimarque, ou une vraie marque à part entière (ce que nous sommes évidemment). Je le rajoute dans l’article, grâce à ta remarque.

    Pour les stocks, on les a vachement augmenté quand même ! Et plus les choses fonctionnent, plus on pourra prendre de risques en grandissant ! Donc c’est plutôt quelque chose qui va dans ton sens sur le court et moyen terme !

    À très bientôt, merci pour tes questions, et merci pour ton soutien !
    Geoffrey

    PS. le site continue de ne pas tirer un seul € de revenus publicitaires

  • Merci pour ton soutien Medy, c’est exactemenet ce qu’on a besoin d’entendre 🙂