Podcast BonneGueule #13 : Gérer la réaction de son entourage quand on améliore son style

Temps de lecture : 2 minutes

29

J'aimerais bien changer ceci dans mon style, incorporer cela à mes looks, mais je ne sais pas comment mon entourage réagira.

C'est un sujet qu'il nous semblait important d'aborder en podcast, tout simplement parce qu'on s'est rendus compte que beaucoup d'inquiétudes subsistaient encore au sein de la communauté.

Dans ce podcast, on va donc se demander :

  • en quoi peut-on dire que le style revêt un aspect social,
  • doit-on se fixer des limites par rapport à son entourage,
  • quelle est l'importance de la pédagogie,
  • doit-on se fermer à tous les avis autres que le nôtre,
  • quel est l'intérêt d'opérer des changements de manière progressive,
  • pourquoi il faut distinguer surprise et incompréhension,
  • si notre rapport à ce nouveau style a une incidence sur la réaction de son entourage,
  • pourquoi il faut toujours relativiser.

Comment écouter les podcasts BonneGueule ?

Pour le moment, ils sont hébergés sur notre chaîne Soundcloud (à laquelle vous pouvez vous abonner) qui est à mon sens le plus pratique, qu'on soit sur un ordinateur ou un téléphone.

Vous les trouverez également sur iTunes.

Comment écouter le podcast en hors ligne sur mon téléphone ?

Que vous soyez sur un iPhone ou sur un téléphone Android, c'est tout simple :

  • Sur iOs : vous avez une application d'Apple, installée nativement, qui s'appelle "Podcasts". Il suffit de taper "BonneGueule" dans le champ de recherche, de vous abonner et, suivant vos réglages, soit nos podcasts se téléchargeront automatiquement, soit vous pouvez le faire d'un simple tapotement. Apple a fait un guide très bien foutu sur l'utilisation de cette application pleine de ressources.
  • Sur Android : il existe pléthore d'applications équivalentes. Simon, le plus geek de l'équipe, utilise "Podcast & Radio Addict". Le principe est exactement le même : vous trouvez BonneGueule dans le champ de recherche, vous vous abonnez et vous téléchargez dans l'application.
  • PROCHAINEMENT : le podcast BonneGueule sera sur Deezer !

C'est votre podcast : on attend vos suggestions

Le format étant très facile à créer, nous sommes plus que jamais ouverts à vos suggestions de sujets. Pas besoin de 10h d'écriture et 5h d'illustrations ici : on peut être très réactifs.

N'hésitez donc pas à nous suggérer vos idées, même celles qui n'ont pas de rapport avec la mode masculine.

S'il y a un format où on peut faire de petites parenthèses au niveau des thèmes traités, c'est celui-ci. Et puis je me suis aperçu lors du Webinaire que ça m'amusait beaucoup de transmettre des choses sans lien évident avec le vêtement pour homme, même si on y revient forcément (Geoffrey aussi aime bien cet exercice).

On se voit dans deux semaines pour le prochain podcast.

Rafik

Je suis fasciné par l'expression des contre-cultures et les mouvements underground. Tombé amoureux de la mode à 5 ans, je pense qu'elle doit rester un moyen d'expression, et non une course aux tendances. Et que ça reste entre nous, mais je suis un brin bling sur les bords.

Laisser un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Gouhouf !

    « Si l’on est « trop » élégant, ou trop visible, cela peut gêner. Bah tant pis… Comme j’imagine que tous mes collègues gagnent sans doute plus que moi, étant sans doute celui qui a le moins d’expérience pro dans l’équipe, ils peuvent se payer de meilleures fringues si ils le veulent vraiment 🙂 »

    Haha excellent !

  • Gouhouf

    Coucou,

    Chouette podcast sur un sujet très intéressant. J’ai dû commencer à changer de style il y a 3 ans, avec pas mal de petites erreurs, mais bon. Mon tout premier achat « nouveau » était une veste en tweed de chez Barbour (ils n’en font plus). Certes, très jolie veste, mais qui ne correspondait finalement pas à mes goûts. Je ne l’ai presque pas portée.

    Sinon, j’ai bien sûr eu pas mal de remarques, plus ou moins agréables. La première a été pour une paire de souliers Grenson (que j’ai toujours et porte toujours beaucoup pour le coup). Qui changeait quand même beaucoup de mes chaussures de rando (Aigle, Lafuma, etc.). Puis sur les chemises (je n’en portais tout simplement jamais, hors événements particuliers).

    Mais finalement, les retours aujourd’hui sont plutôt positifs. J’explique autour de mois de toute façon que c’est un hobby. Peut-être plus visible d’extérieur que la philatélie. J’y dépense un budget de hobby, auquel j’ajoute (et là c’est malin, parce qu’en philatélie c’est plus compliqué) mon budget fringue normal. Comme je ne me scandaliserait pas si quelqu’un me disait qu’il avait payé un timbre 200 € (je n’y connais rien en timbre, je ne sais pas du tout combien peut coûter un timbre de collection), personne autour de moi ne se scandalise que j’achète une chemise à 200 €.

    Après, au boulot, où la tendance générale est de s’habiller très simplement, certains le voient peut-être mal. Dans la plupart des milieux professionnels, où l’ambiance peut être assez compétitive entre collègues, si l’on est « trop » élégant, ou trop visible, cela peut gêner. Bah tant pis… Comme j’imagine que tous mes collègues gagnent sans doute plus que moi, étant sans doute celui qui a le moins d’expérience pro dans l’équipe, ils peuvent se payer de meilleures fringues si ils le veulent vraiment 🙂

    Gouhouf

  • Valentin Richard

    Salut,

    Non mais ma copine par contre je m’en méfie haha

  • Nicolò – BonneGueule

    Hahaha ! Sacrée amélioration ! 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Sinan !

    Bonne astuce, je transmets 🙂

  • Sinan Cetiner

    Salut l’équipe BG !
    Juste une petite astuce concernant les enregistrements audios. Il faut inspirer et ouvrir la bouche avant de lancer l’enregistrement, ça évite les petits bruits désagréables au début ;).
    Bonne continuation à vous en tout cas.

  • Brutus Maximus

    Effectivement, quand je suis passé des costumes Tom Ford aux sportswear Sergio Tacchini, mon entourage n’a rien compris. Assez dur à gérer. Par contre pour faire les courses à Auchan c’est impec !

  • Alexis Rouxel

    Bonjour à tous !
    Il me semble assez rare de changer radicalement de style du jour au lendemain, de passer du jogging-polaire au costume 3 pièces, ou du preppy au punk ! En général le style d’une personne évolue progressivement, l’entourage a le temps de s’y habituer, on aura juste des remarques de la part de la cousine qu’on n’a pas vu depuis 3 ans.
    En ce qui concerne le prix, on ne se promène pas avec l’étiquette !
    D’accord avec l’idée de passion, inutile de chercher une explication rationnelle. Certains se passionnent pour les vêtements, le jardinage, les timbres, le football, la chasse … Et souvent ces passions coûtent cher. D’aucuns qui s’étonnent qu’on puisse acheter une chemise 100 €, vont peut-être dépenser des fortunes pour aller voir leur chanteur préféré, pour acheter une canne à pêche de compétition ou se faire faire un tatouage, chacun ses priorités !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Fabien !

    Merci pour ton retour 🙂

    « J’aimerais bien savoir si votre rapport à la sape va changer quand vous aurez des enfants. »

    Je crois que ça paraît trèèèès lointain pour à peu près n’importe qui dans l’équipe, et c’est difficile de se projeter.

    Personnellement, je vois les choses comme ça : j’ai 23 ans, et heureusement que je me construis une garde robe en béton maintenant car quand j’aurais des mômes, effectivement, il y aura besoin de se calmer un peu niveau dépenses.

    Par contre je ne pense pas pour autant que je baisserais en gamme dans ce que j’achèterais. J’achèterais juste beaucoup moins souvent je pense.

    C’est aussi une excellente excuse pour se laisser aller le moins possible niveau forme physique (même si c’est inévitable qu’il y ait un peu de changement avec l’âge)

    Et la bonne nouvelle c’est qu’à priori les tailles de manteaux, de mailles et de chaussures ne changeront pas trop. Faudra peut-être laisser quelques chemises et quelques pantalons, mais le plus cher sera toujours utilisable 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Gwen !

    Ca c’est une très bonne remarque, je suis tout à fait d’accord !

    Y’a pas mal de fois où je me suis dit « si j’avais eu le fric pour m’acheter tout ce que je voulais pile quand je l’avais voulu, j’aurais découvert tellement moins de choses ». Ou même toutes ces fois où tu te retrouves avec une pièce pas totalement choisie de ton plein gré ou pas celle que tu voulais au départ (car tu l’as récupérée, achetée pour très peu, chinée en occas…) et qu’au final tu apprends à l’apprécier et qu’elle t’ouvre de nouveaux horizons !

    Pour la méthode d’acceptation des prix par l’entourage… C’est très malin, mais je t’avoue que moi, personnellement, (mais c’est cohérent aussi avec le job que je fais) je ne me serais pas senti honnête d’utiliser cette astuce, même lorsque je débutais. Je préfère essaye de sensibiliser les gens plus frontalement.

  • Fabien

    Yo !

    Pour ma part j’ai remarqué quelque chose d’intéressant.
    Quand je me suis mis à porter de belles chemises, de belles sneakers… et que j’expliquais le pourquoi du comment, les filles (dont ma famille) comprenaient (et appréciaient 😉 la démarche mieux que les hommes. Mon père c’est toujours decat, mais ma mère à quand même regarder pour s’acheter des chaussures Piola 😉
    Peut-être parce que de manière générale elles sont plus attentives et sensibles aux détails comme la coupe et la matière.

    Autrement podcast cool comme d’hab, j’aurais aimé que rafik parle un peu plus de lui.
    Après si on reprend l’exemple du kilte de Luca pour Benoit avec 3 enfants, j’interpréterais ca un peu comme un moyen d’attirer l’attention et a fortiori un manque de respect pour ses enfants et sa femme. Bien entendu le cas est extrême, hein. :p

    D’ailleurs en parlant d’enfant j’aimerais bien savoir si votre rapport à la sape va changer quand vous aurez des enfants. Allez-vous allez chez Hartford leur acheter leur vêtements ou plutôt chez Monop, allez vous repensez la manière dont un homme doit faire ca garde robe en payant une maison la bouffe pour plusieurs, les clubs de sports … Je suis curieux de votre réponse en tout cas 😉

    Au plaisir, a+

  • Han Solo

    Hello guys,

    Je trouve qu’il manque quelque chose dans ce podcast, qui a été effleuré mais pas franchement abordé, c’est le fait que tous ceux qui ont vraiment des réactions de leur entourage sont ceux qui veulent tout et tout de suite.

    Un truc que m’a vraiment appris mon budget étudiant, c’est à étaler les dépenses.
    D’abord en essayant plusieurs styles avec des pièces trouvées en dégrif/fin de soldes des grandes chaînes, en se faisant une main pour reconnaître la qualité d’un vêtement etc.
    Ensuite, en montant progressivement en gamme, sachant qu’avec la facilité d’accès des soldes/ventes privées/ventes presse, il est TRES facile d’acheter des pièces de qualité avec un budget de grande distribution (la première fois que j’ai mis plus de 100 euros dans une chemise, j’avais déjà plusieurs chemises MelindaGloss/Ly Adams etc).
    Le problème à mon avis, et c’est très fréquent vraiment, autant dans vos commentaires que sur le forum, c’est les mecs qui passent de célio trop grand à « je refais tout et je claque 2000 euros en sape » (véridique, vu la semaine dernière).

    Ca ne laisse ni le temps de vraiment comprendre le prix d’un vêtement, ni de connaître sa silhouette, ni d’affiner ses goûts, et au final on se retrouve avec un débutant qui, quand on lui fait une remarque sur le fait que son jean est vraiment trop petit et qu’il peut même pas monter les escalier avec, te dira que « ouai mais il est selvedge etc ».
    Pour beaucoup de gens au regard extérieur, c’est juste ridicule.
    Idem pour les changements de style au final, passer du look Célio 1.0 à du goth ninja techwear, ça a juste pas de sens, autant pour des raisons de compréhension de la silhouette que de budget, ça doit forcément se faire de manière progressive, sous peine de perdre beaucoup d’argent pour avoir l’air déguisé.
    En sartorial, ça s’appelle très sobrement le syndrôme du « Y va à un mariage, ç’ui là?

    Pour le coup, je suis persuadé qu’un podcast sur le syndrôme « tout et tout de suite » du débutant serait vraiment très utile.

    Ensuite un truc que je ne fais jamais, c’est parler en prix brut. Quand je justifiais le prix de mon jean brut selvedge au début, je repérais un mec pas loin qui portait un Levi’s/Diesel etc et je disais juste que ça tournait dans les même prix.
    C’est beaucoup plus facilement accepté par les gens de cette façon, plein de gens portent des jeans à 100 boules, c’est juste rentré dans les moeurs parce que ça s’appelle Levis ou Diesel.
    Idem quand tu justifies le prix d’un costume, genre en demi mesure industrielle à 800 euros, c’est facile de dire que « c’est à peu près le même budget que celui de mon patron qui porte du Hugo Boss, mais là j’ai pu le faire sur-mesure grâce à un petit tailleur dans Paris », de cette façon ça ne choque plus personne au niveau du prix, et en plus t’es un mec cool qui fait vivre un artisan.
    Au final, tu te retrouves à affirmer que le prix que tu dépenses reste tout à fait dans la norme puisque monsieur tout le monde à côté de toi le fait aussi, et c’est beaucoup plus simple que de se justifier à grands coups de vocabulaire technique appris par coeur « nan mais c’est selvedge overdyed à l’indigo naturel […] coton bio du Zimbabwe tressé à Okayama […] machines vintage rachetées aux USA dans les années 50 […] ».

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Jordan !

    Merci d’avoir partagé ton point de vue 🙂

    La seule nuance que j’aurais à apporter c’est que, si on ne commente jamais rien en bien comme en mal, non seulement on ne « progresse pas », mais même en dehors de l’idée de faire dans le « mieux », on ne partage pas.

    Et puis si on range tout d’emblée dans le « c’est personnel », « les goûts et les couleurs », « y’en a qu’aiment, y’en a qu’aiment pas » faut avouer qu’on appauvrit beaucoup le débat.

    Après c’est sûr que les boute-en-trains qui sont certains d’avoir la blague du siècle lorsqu’ils commentent une originalité vestimentaire peuvent être fatigants à la longue…

    Je pense qu’idéalement la démarche à suivre lorsqu’on réagit au style de quelqu’un ce serait simplement de le faire respectueusement et avec l’envie de comprendre.

    En attendant le jour inespéré où tout le monde fera ça, c’est sûr que l’auto-dérision, c’est déjà un bon palliatif ! 🙂

  • Menswear Please

    À titre personnel, j’ai pour principe de ne jamais faire de remarque sur ce que porte une personne à moins que la tenue la flatte particulièrement. Là, occasionnellement, je vais me permettre un compliment – que je dirai sans attendre de réponse, pour ne pas gêner la personne.

    Mais encore, émettre un jugement qu’il soit positif ou négatif, c’est selon moi perdre de vue que le choix d’une tenue est la résultante d’une volonté propre de se présenter au monde. Et c’est pas rien ! En fait, le choix d’un vêtement, d’un assortiment de couleurs, c’est la partie émergée de la sphère intime. Comme une armure qui aurait pris la couleur de l’âme. On ne choisit pas par hasard d’aller vers tel ou tel style. C’est parce qu’il correspond à sa propre culture psychologique (qu’elle soit passagère ou non). Ou, pour être moins solennel, à sa manière de voir les choses, d’envisager le présent et l’avenir. Qu’y-a-t-il de plus personnel que sa propre vision des choses ?

    Et donc, pour le dire clairement, cela m’emmerde profondément quand on commente un de mes choix vestimentaires. Je trouve cela tellement intrusif, tellement beauf en fait comme réflexe de pensée, de pointer immédiatement du doigt ce qui n’est pas habituel, ce qui dépasse.

    Portez un chapeau, vous allez voir que des inconnus vous alpaguent dans la rue, dans les sous-terrains du métro, devant un bar. Comme ça. Juste pour le plaisir, par exemple, de vous demander où vous avez garé votre cheval. Ca m’est arrivé ce matin, c’est un flic du commissariat qui m’a fait la réflexion en me voyant arriver pour faire ma procuration de vote. J’ai résisté à l’envie de lui dire que c’était marrant parce que c’était eux généralement qu’on appelait les cowboys, mais comme il était armé, j’ai fermé ma gueule.

    Cela dit bien évidemment, j’adopte une toute autre attitude envers les personnes de mon entourage, quand il leur arrive de tourner ma passion pour les fringues en dérision, ou de ne pas comprendre certains choix stylistiques plus osés : je pratique l’auto-dérision.

    L’auto-dérision, ça annule tous les effets d’une remarque. C’est la meilleure réponse et c’est signe d’intelligence. À force, maintenant, on ne me dit plus grand chose dans mes proches. Je suis plutôt peinard.

    Merci de m’avoir lu 😉
    Jordan

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Valentin !

    Super retour, merci !

    Tu veux dire que ton père a voulu te piquer ton cardi haha ?

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Driss !

    Merci pour ton soutien ! 🙂

    C’est vrai que les gens écoutent plus facilement quelqu’un de passionné et investi, il faut juste faire attention à ne pas tomber dans l’excès. 😉

    Tu as lu notre dossier sur la mode responsable ? On apporte quand même un certain nombre d’éléments sur le sujet, je trouve. Après, là où ça pose un peu problème je trouve, c’est quand le côté responsabilité écologique est le seul argument avancé, et que tout le reste (stylisme, qualité globale des pièces, finitions) est à la ramasse.
    https://www.bonnegueule.fr/tag/mode-responsable/

    À bientôt,
    Pierre

  • Driss

    Personnellement j’en ai profité de perdre 30kg pour changer de style vestimentaire, notamment avec vos conseils (merci encore). Le retour général, c’est que les gens me trouvent plus en forme et changé (positivement), dans le sens ou je suis plus à l’aise à prendre la parole ou même dans ma façon de faire les choses.
    Le plus fou c’est peut être qu’un certain nombre de personne ne me reconnais pas alors que ça fait 6 mois que je fais ce changement. Le plus drôle c’est peut être ma mère qui prend peur quand je viens lui dire bonjour en la cherchant à la gare ^_^
    J’ai aussi eu des personnes qui ont eu la question du pourquoi. J’ai simplement expliqué que j’avais besoin de me sentir mieux physiquement et quitte à faire ça autant que je sois bien aussi dans ce que je porte avec des pièces qui mettent en valeur tout ce que j’ai entrepris. J’entre après dans la dimension économique et écologique de ce changement de consommation. Les réactions sont plutôt bonnes de manière général et rendent les gens curieux.
    J’ai l’impression d’être un novice dans ces sujets et pourtant les gens écoutent avec attention quand il sentent que tu es investi là dedans.

    Ca fait peut être bobo alter mondialiste mais un sujet sur l’écologie dans le secteur de la mode et la mode responsable serait assez intéressant (on trouve des choses sur le sujet mais jamais très bien construit je trouve)

    En tout cas merci à vous pour ce boulot encore !

  • Valentin Richard

    Hello,

    Bonne podcast sur laquelle beaucoup de lecteurs devraient se retrouver !

    Personnellement, j’ai vécu ça surtout du côté de mon père, qui sans ne dire mot, avait du mal à me voir mettre de l’argent dans les vêtements au début. Là dessus, cela vient pour moi beaucoup de l’éducation, mes grand parents étant artisans et ayant toujours eu peur de manquer d’argent, mon père a reçu une éducation « monétairement conservatrice ». Depuis je tente de l’éduquer avec des marques comme Paris Yorker, pour le rapport qualité/prix, ou Seagale pour lui montrer les bienfaits d’un vêtement dont la conception est maîtrisée !

    Concernant le changement de style, et pour reprendre l’exemple du jardinage, je pense que c’est un accompagnement que nous devons avoir dès le début (changement continu à opposer au changement de rupture) auprès de notre entourage : faire de la pub, expliquer ce que nous avons vu, ce que nous voulons faire, et commencer à importer de jolies pièces dans la garde robe. La transition est plus longue et plus douce et l’entourage est moins surpris de voir notre style s’étoffer et des pièces ayant plus de caractères faire leur apparition. Cela n’empêche pas d’expliquer la démarche plus en détail après coup pour qu’elle soit mieux comprise mais le plus « dur » aura déjà été fait.

    Je dirai pour conclure que, lorsque j’ai eu quelques étonnements devant le prix affiché de mon cardigan Inis/BG, une fois qu’il a eu été essayé les étonnements ont cessé et il a fallu me battre pour repartir avec : faire comprendre en misant sur l’essayage vaut des fois peut-être mieux que de longues explications 🙂

    Valentin

  • Nicolò – BonneGueule

    Pas obligé après tout, chacun fait comme il veut ^^

  • Alexis Rouxel

    Mais si on change de sexe, faudra aussi changer la garde-robe en conséquence !!!

  • Nicolò – BonneGueule

    Pareil pour moi à vrai dire !

    Ma grand-mère, lorsque je l’ai vue durant Noël dernier, n’était pas du choquée par le prix de notre cardi Yak, puisqu’elle m’a elle-même montré une grosse maille avec d’énormes boutons dans une superbe nacre, tricotée dans une très belle laine… Qu’elle a depuis 30 ans !

    Après nous sommes italiens, c’est globalement perçu comme moins choquant chez nous l’idée que des vêtements de plus haute qualité existent et puissent valoir leur prix (ce qui ne signifie pas que les gens les achètent beaucoup plus par contre)

    On va faire au mieux pour la reverb’, merci 🙂

  • Arnaud

    Tiens moi c’est l’inverse de Lucas, ma grand-mère comprend bien mieux la démarche de mettre de l’argent dans des vêtements de qualité que ma mère. Elle apprécie d’ailleurs cette démarche, ce retour au vêtements qui tiennent, qui ont une belle coupe…

    Par contre, comme déjà dit en-dessous, pitié, la réverbération est horrible là. 🙁
    Podcast sympathique, le sujet est intéressant, ça change de parler de ça.

  • Nicolas Sitbon

    yep c’est bon maintenant. Merci Nicolò.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Nicolas !

    En pratique il devrait être en ligne pourtant… Je ne comprends pas.

  • Nicolas Sitbon

    toujours rien sur IOS podcast, dommage c’est toujours super long pour les avoir sur iPhone (plusieurs jours parfois)

  • Benoit – BonneGueule

    Ahah ! Je pense que c’est un sujet qui reste quand même bien éloigné que de changer de chemises 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Oui on va changer de salle la prochaine fois c’est promis !

  • Bobois

    Podcast intéressant mais dommage pour le son qui est beaucoup moins net (pas mal de réverb) depuis que vous avez changé de locaux.

  • Romain

    J’ai l’impression qu’au vu de la reflexion, le podcast aurait très bien pu s’appeler « Comment gérer la réaction de son entourage quand on change de sexe ? » Ca se rejoint non ?