Les Pépites (osées) de la rédaction #75 – Jordan

4 min

Les Pépites (osées) de la rédaction #75 – Jordan

4 min
Publié le : 16 août 2020Mis à jour le : 17 juin 2021

Parfois je me sens comme un condamné auquel on aurait attaché chaque membre à quatre chevaux tirant dans des directions opposées. Ouah, je vais faire des cauchemars cette nuit c'est sûr.

C'est que je me sens tiraillé entre mille influences. J'aime les silhouettes dures et intemporelles inspirées du workwear, j'aime le flegme des étudiants de l'Ivy League, je pleure de joie devant un costume structuré à l'anglaise, j'aime l'ampleur des tenues des Japonais etc. etc.

Ces trois pépites en sont l'illustration. Les voici.

Un ensemble veste et pantalon en corduroy - Kestin Hare

Je suis peut-être tiraillé sur la provenance de mes influences mais j'ai au moins cette idée fixe : avoir à ma disposition des ensembles comme celui-ci à utiliser les jours où je ne suis pas inspiré.

Ça permet d'obtenir une silhouette cohérente sans faire l'effort de chercher l'harmonie.

Veste de travail en corduroy noisette

La veste de travail…

Pantalon noisette en corduroy

… et son pantalon assorti.

Cela me permettrait de créer ce genre de silhouette :

Il se dégage un vrai style personnel de cette tenue qui est pourtant très simple et très actuelle. Le costume workwear permet de mettre en valeur la chemise et les sneakers. Je trouve que c'est une bonne manière de s'habiller au quotidien : sans se prendre la tête et avec du flair.

Kestin Hare est une marque écossaise discrète à côté de laquelle on peut facilement passer si on n'est pas attentif. J'avais pu voir les produits de plus près il y a un an quand je suis allé à Édimbourg. Et c'est là que j'avais découvert que, sous l'apparente simplicité voire fadeur se cachait du très bon travail.

J'ai été frappé de voir que la fonction dictait souvent la forme et que Kestin ?Son fondateur, puisque c'est une marque éponyme. n'hésitait pas à inclure quelques touches de techwear dans ses créations.

Les couleurs restent toujours dans un registre esthétique naturel. Et les matières utilisées, si elles ne sont pas spectaculaires sont pourtant intéressantes à voir et intégrer dans des tenues car elles se démarquent notamment par leur texture subtile.

Résultat : les tenues Kestin Hare véhiculent un naturel, une simplicité, une harmonie.

La fiche technique des produits :

  • Coton pima de 4,8oz
  • Tissu provenant de chez Brisbane Moss, située non loin de Manchester
  • Boutons en corne pour la veste
  • Fabrication au Royaume-Uni
  • Prix plein : 243€ pour la veste et 154€ pour le pantalon, soit 397€
  • Prix soldé : 123 + 194 = 318€

Un grand oui pour ce label qui me rappelle un peu S.E.H Kelly dans le côté discret, modeste et de très bonne facture.

Une chemise jaune à motif - Old Joe

Oui je sais, elle vient de loin cette pépite. Du Japon pour être précis. Et oui, je sais que 33,000¥ ça fait 260€ et que c'est très cher pour une chemise. Mais là je vous parle d'un grand frisson personnel inexplicable.

chemise jaune à motif noir animaux

Voilà la bestiole.

Non franchement ça me dépasse.

Est-ce que c'est parce que je ne comprends pas le japonais de la fiche produit et du coup je m'imagine des choses extraordinaires ?

Est-ce que c'est ce col cubain que je trouve d'une grande justesse et finesse ?

Est-ce que c'est ce jaune passé qui m'attire tant depuis que j'ai acheté une chemise en oxford jaune Gitman Vintage ?

Est-ce que c'est ce motif à main levé qui rappelle les peintures rupestres ?

En fait, ces motifs sont inspirés de croquis de sculpteurs de la moitié du XXème siècle.

Le tissu est en 100% rayonne ce qui montre la volonté de se rapprocher de la fabrication des chemises hawaïennes des années 40-50. La rayonne remplace à cette époque le coton et la soie tout en apportant cet aspect lisse et brillant.

Je crois que c'est tout ça. Et c'est aussi cette photo :

Une veste à rayures et col châle - Craftsman Clothing

Très chers lecteurs, je vous informe qu'avec cette pièce-ci, nous sortons de ma zone de confort. La chemise jaune à motif, ça allait encore. Je n'aurais pas trop de mal à l'assumer. Mais pour ce qui est de cette veste, nous venons de franchir la frontière de cette zone dans laquelle je m'épanouis généralement et qui définit les contours de mon style.

veste en coton à col châle et rayures bleu et blanc

 

Ah ça me réjouit une veste pareille ! Pour tout vous dire, elle est sortie depuis plus d'un an maintenant et, de temps en temps quand j'y pense, je vais refaire un petit tour pour voir s'il est toujours possible de la commander. Et, un beau jour où elle n'y sera plus, je me taperai sur le dos de la main en me disant que j'aurais dû.

Ça me pend au nez.

Belle image.

Je trouve qu'il y a de la flamboyance dans cette veste qui pourtant se veut décontractée :

  • Voyez les poches grandes et plaquées
  • Voyez cet énorme col châle démesuré
  • Voyez ce coton texturé

Le voilà le coton. Il est japonais.

toile de coton texturé à rayures bleu et blanc

Franchement, c'est beau. Et oui, il y a un côté pyjama. Ou prisonnier de guerre. Mais c'est pas bien grave.

C'est une veste, c'est un cardigan, je ne sais pas. Ce que je sais, c'est qu'on ne passe pas inaperçu avec un truc comme ça. Cependant, je vous le demande, quand on emprunte le chemin du style, veut-on vraiment passer inaperçu ?

Je sais bien que la vraie élégance repose dans la discrétion. Mais c'était un propos qui avait du sens quand tous les hommes s'habillaient et y prenaient plaisir. Aujourd'hui, les hommes qui prennent soin de leur apparence sont plus rares.

La majorité a peur que le moindre regard se pose sur eux. Et ils utilisent leurs vêtements pour se camoufler. Dans ces conditions sortir du lot n'est pas difficile. Sortir du lot est une nécessité.

Laissez nous un commentaire

Questions de styles, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures