Dans la peau de David, nouvel animateur de communauté BonneGueule

Temps de lecture : 8 minutes

Salut c'est David ! Vous devez commencer à connaître mon prénom, car c'est sûrement moi qui vous ait répondu si vous nous avez envoyé un message récemment. Cela ne fait que quelques semaines que je suis dans l'équipe, mais entre BonneGueule et moi, c'est une longue histoire, qui dure depuis plus de six ans maintenant.

Ainsi, c'est avec une pointe de nostalgie que je me souviens de la sortie de la première collaboration avec Renhsen en 2012. Je m'étais alors dit : "c'est quand même cool qu'un blog collabore avec une marque pour sortir un jean". C'était aussi mes premiers pas dans la mode masculine !

D'ailleurs, je dois vous dire que BonneGueule avait déjà un peu changé ma vie, avant même que je n'y travaille.

Je le sais, il y a des questions qui vous taraudent sur la vie chez nous :
- Mange-t-on du denim selvedge et des semelles Margom à déjeuner ?
- Benoît vient-il au bureau habillé en ninja ?
- Est-ce que tout le monde est gentil et bienveillant chez nous ?
(La réponse est oui. Pour les trois questions.)
 

TOUT COMMENCE UN SOIR DE JUIN ...

Nous sommes un soir de juin, en recherche d'emploi après l'obtention de mon master, je navigue un soir sur BonneGueule, comme je le fais trois ou quatre fois par semaine.

Là, je vois que l'entreprise cherche un nouveau responsable de communauté. Et au vu du descriptif du poste, je me dis que c'est pour moi ! J'envoie donc ma candidature. Réponse le lendemain : un entretien est convenu la semaine suivante.

Je me présente dans les bureaux, très enthousiaste à l'idée d'aller à la rencontre des personnes qui incarnent BonneGueule. Après un premier entretien concluant avec Christophe et Nicolò, je reviens quelques jours plus tard et je rencontre Geoffrey et Benoit. Devant lesquels j'ai été un peu intimidé, suivant leur aventure entrepreneuriale depuis toutes ces années, ils étaient devenus un peu comme des modèles pour moi.

18 juin. C'est mon premier jour dans l'entreprise, je découvre vraiment les bureaux, qui sont lumineux, spacieux, bien aménagés, ce qui ne m'étonne pas vraiment à vrai dire. Je prête beaucoup d'attention aux petits éléments de décoration disséminés ici et là qui donnent vie aux locaux, loin des open space froids et impersonnels que l'on voit parfois.

 

On apporte un soin tout particulier à nos vêtements, mais pas que !

Mon pêché mignon : notre showroom, où sont exposés tous les vêtements de la ligne BonneGueule. J'aime m'y rendre juste pour constater de l'épaisseur du drap de laine Jules Tournier de nos manteaux ou regarder les finitions des pantalons (poches zippées, intérieur gansé).

Le showroom, où se trouvent les pièces BonneGueule, où se déroulent de nombreuses réunions (secrètes !), où sont développées nos nouvelles pièces

On se sent bien dans ces locaux : il y a une douche pour les sportifs du midi, une machine à café automatique à base de grains fraîchement moulus, des fruits frais sont livrés toutes les semaines, et on peut même laisser nos yaourts dans le frigo sans que personne n'en pique, si c'est pas beau ça !

MA MISSION CHEZ BONNEGUEULE : VOUS RÉPONDRE À TOUS, AU MIEUX

En tant que nouveau responsable de la communauté, ma mission principale consiste à répondre aux presque 3000 messages que vous nous envoyez chaque mois. Vous nous contactez principalement via les commentaires du site ou par mail. Mais de plus en plus, vous nous interpellez aussi à travers les commentaires Youtube, ou directement en message privé sur Facebook, sur Instagram.

Au début, j’ai eu à me familiariser avec ce nouvel environnement de travail : j’ai vite pu prendre mes marques et commencer à répondre à vos commentaires, sous l’oeil avisé (et acéré) de Nicolò, présent pour répondre à toutes les questions que j’avais à lui poser suite aux questions que vous nous posez #questionception

La première réponse que j'ai publiée, le jour de mon arrivée !

Mes messages étant visibles en public, ma parole est nécessairement associée à BonneGueule. Ainsi, j'ai ressenti un peu de pression au début, une peur de dire des choses fausses.

Par exemple, je ne savais pas au début que la première version de notre chino écru taillait un peu plus grand que les autres coloris, ce que j'ai appris par le biais d'un client qui avait constaté cette différence. Il n'a pas hésité à me le signaler, et à raison !

Le chino écru vient d'être réassorti et sa coupe correspond maintenant aux autres.

Mais pas d'inquiétude : chez BonneGueule, il n'y a pas de management par la peur. Si j'ai écrit quelque chose qui s'avère incorrect, j'ajoute une note au message initial où je réponds en reconnaissant simplement mon erreur.

Suite à cet épisode, j'ai pris une matinée pour aller dans notre boutique parisienne où j'ai essayé autant de vêtements que possible pour connaître au maximum notre collection, car vous nous posez des questions très précises sur les équivalences de coupes, sur les détails, les finitions…

Dans cette même optique, il est aussi important pour moi d’être au courant de l’actualité des marques. Je découvre régulièrement de nouvelles enseignes intéressantes que je ne manque pas de noter dans un coin pour vous les recommander.

Les premières semaines passant, je me suis rendu compte que l'on pouvait regrouper vos messages en deux grandes catégories : les questions de style et d'aide concernant les tailles. Passons en revue quelques-uns de ces messages pour vous montrer l'étendue des interactions que nous avons avec vous au quotidien :

 

Une question sur les tailles, de David (ce n'est pas moi)

On reçoit régulièrement ce genre de message qui nous fait toujours très plaisir

Vos retours nous aident beaucoup ! 

Une question très spécifique sur laquelle l'équipe a bloqué récemment.

Pour ce poste, il faut évidemment une bonne connaissance de la mode masculine et des pièces de la collection BonneGueule, mais pas uniquement. Il faut aussi beaucoup d'empathie et de bienveillance.

Je me reconnais régulièrement dans vos questionnements, car je suis passé par les mêmes étapes que la plupart d'entre vous . Il est important pour moi de me mettre à votre place pour vous aiguiller au mieux : il n'y a pas de questions bêtes !

L’INTÉGRATION, GARANTIE SANS BIZUTAGE

Le processus d’intégration est bien rôdé : en effet, la première semaine est pensée de manière à ce que l’on en ressorte avec une vision à 360° de l’activité chez BonneGueule.

J’ai notamment eu l’occasion d'assister à des réunions pour parler des valeurs de l’entreprise, de sa stratégie, ainsi qu’une présentation détaillée (et passionnante) de la collection actuelle et des axes de réflexion dans le développement des futures sorties. Rien de mieux pour avoir toutes les clés en main. 

Vous commencez à les connaître !

Au programme également, un déjeuner avec Geoffrey et un autre avec Benoit lors des premiers jours. Malgré leurs emplois du temps chargés, ils tiennent à apprendre à connaître, à passer du temps avec les nouveaux collaborateurs. Même si ça peut paraître anodin, c'est le genre de petites choses qui comptent.

Bien sûr, j’ai aussi eu droit à la traditionnelle journée en boutique qui vous a été contée plus en détails par Christophe : en plus d'avoir beaucoup couru entre les stocks du 14 et 15 rue Commines (c’est physique !), j’ai eu l’opportunité de faire connaissance avec une partie de l’équipe de la boutique parisienne (Jade, Antoine et Giovanni), d’assister à un rendez-vous personnalisé.

J'ai aussi pu me rendre compte de la diversité des profils des personnes venant en boutique : bien que la plupart connaissent déjà BonneGueule, certains viennent avec une idée très précise de ce qu'ils veulent acheter, tandis que d'autres souhaitent simplement découvrir l'étendue de notre collection, essayer quelques vêtements, échanger quelques mots avec nous. Tout le monde est le bienvenu !
 

Il n'y a pas que des vêtements dans nos boutiques

Lors de ma deuxième semaine, j’ai pu participer à un Escape Game dont le but était tout bonnement de sauver le monde d’une intelligence artificielle maléfique . Il est intéressant de constater le rôle et l'attitude de chacun : alors que de mon côté j'aime rester un peu en retrait et aller chercher des indices dans des endroits improbables, une personne comme Julien, notre chef de produit sur la collection BonneGueule, est plus leader : il va essayer de rassembler et démêler les indices, donner des instructions, etc.

Fait hautement improbable, les deux équipes qui jouaient en simultané sont sorties avec sept secondes d’écart. Et bien évidemment, c’est mon équipe qui a gagné !

 

Oui, c’est bien moi derrière avec le joystick !

UNE BANDE DE POTES QUI TRAVAILLE POUR VOUS

Chez BonneGueule, on travaille de manière sérieuse et appliquée mais dans une bonne ambiance.

Ce genre de phrase vous exaspère tellement elle a été utilisée par toutes les startups ? Sauf que dans le cas de BonneGueule, c’est vraiment vrai !

En tant que petit nouveau, j’ai au début tenu à me faire plutôt discret, et j’ai été agréablement surpris lorsque l’on m’a très vite donné l’opportunité d’intégrer mon look dans la newsletter ou de proposer ma propre sélection de produits soldés pour le webinaire.

De même, je ne suis pas rédacteur, mais j’ai été encouragé par Christophe à prendre la plume (ou plutôt, mon clavier) pour écrire cet article.

Ici réside une des plus grandes forces de BonneGueule : malgré la croissance de l’entreprise et l’agrandissement de l’équipe, il y a toujours une très forte proximité entre les collaborateurs, une inclusion de chacun dans les processus de décision et la même pédagogie en interne qu'en externe pour expliquer certaines notions un peu techniques.

Par exemple, lors de notre dernière réunion d’équipe mensuelle, Bertrand, notre directeur financier (ou “DAF” pour les intimes), nous a très simplement expliqué les grands enjeux derrière le paiement en 3 fois . En plus du transfert de connaissances, ces informations me permettent de mieux connaître le fonctionnement de BonneGueule et par conséquent de mieux vous connaître, vous qui achetez nos produits.

Et bien évidemment, entre deux sessions de brainstorming intenses sur les moyens de vous proposer les meilleurs contenus et les meilleurs vêtements, on prend parfois quelques verres (de thé glacé) et on aime partager des repas sains et équilibrés le midi !

LE MOT DE LA FIN

Ayant déjà l'habitude auparavant de conseiller mes amis sur leur style et les achats vestimentaires, je prends très à coeur mon rôle au sein de l'équipe. Et maintenant que j'y suis et que je vois BonneGueule de l'intérieur, je me rends compte que ce que je lisais était quelque chose de vrai : on aide vraiment les hommes à se sentir bien dans leurs vêtements.

Sur ce, je vous donne rendez-vous la semaine prochaine  pour un autre article, et d'ici là, je vous laisse sur ces sages paroles :

"La communauté est la clé, alors construisez-là soigneusement, et intentionnellement."

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.