Passage en revue (ha ha) de la presse masculine

Temps de lecture : 6 minutes

Monsieur Marcel : C’est un phénomène récent en France, déjà bien enclenché dans d’autres pays. On voit revenir dans les devantures de nos kiosques des magazines de qualité qui proposent une sélection mensuelle complète d’articles lifestyle. A l’opposé de la frénésie des flux d’actualité web, c’est une belle remise au goût du jour de ce que pouvait être un Reader Digest, adapté aux exigences de l’homme moderne. Aujourd’hui, BonneGueule, s’intéresse, avec la complicité et l’œil avisé de Monsieur Marcel, au nouveau né The Good Life.

Petite sélection par Geoffrey : de GQ à Monocle

Geoffrey : Cela fait un petit moment que je déplore le manque de magazines masculins qui me correspondent vraiment dans la presse française : c'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles Benoît et Baptiste ont crée le blog il y a 5 ans...

Men's Health est trop orienté santé pour m'intéresser, FHM ratisse un peu trop le fond de la casserole, et bien que GQ soit plus divertissant : leur chronique mode manque souvent de concret (ou au contraire est parfois trop arbitraire). Il reste bien quelques titres comme Monsieur : mais disons simplement qu'entre les articles sur les yachts et ceux sur les hotels de luxe, je ne suis pas le public cible.

Du coup j'en suis venu à m'intéresser à la blogosphère, qui a grandi au fil des années. Bien que je regrette que certaines pépites auxquelles je m'étais attaché (FSH, Sushi Is Not Maki, A Different Man) aient (temporairement j'espère) raccroché les gants. Et puis il y a eu ma découverte de 3 titres que je vous recommande... si vous parlez anglais (au pire, ça vous fera de l'entrainement. Sinon, passez directement à la seconde partie de l'article).

Le sartorial : The Rake

J'ai découvert The Rake quand j'étais en stage à Singapour. L'existence de ce magazine est pour moi un mystère : comment se fait-il qu'un pays de 5 millions d'habitants, dont l'immense majorité est totalement imperméable au style (33 degrés et 70% d'humidité dans l'air y sont pour quelque chose) puisse constituer un marché pour plusieurs magazines de grande qualité. Là où on peine à n'en avoir ne serait-ce qu'un seul en France (pays parmi les grands de la mode) ?

Toujours est-il que The Rake en est à son 21ème numéro. C'est assez cher de l'importer (plus de 16 € par numéro contre 7 € sur place ou avec l'édition digitale) mais leur site internet offre tout de même beaucoup d'articles gratuits chaque mois.

J'adore leurs shootings. Notamment pour les sélections de lingerie 🙂

Plus généraliste : Monocle

Le second magazine est plus récent : il s'agit de Monocle. Là encore, le positionnement est haut-de-gamme sur les sujets traités, mais on a sous les yeux du vrai gros contenu avec une qualité d'information rare de nos jours. Et je trouve rassurant d'entendre son créateur (Tyler Brûlé) refuser certains gros annonceurs par simple soucis d'image. Autour de 9 € le numéro en s'abonnant.

Les articles sont vraiment creusés, tout est centré autour du contenu, et non des pubs : ouvrez un magazine français, et "oh bizarre... les marques qui achètent de l'espace et celles recommandées dans des sélections pourtant présentées comme objectives sont exactement les mêmes !" Bon promis, j'arrête de râler 😉

Bref, dans Monocle, on retrouve les thématiques classiques (actu, économie, voyages, design), mais la mode n'est pas en reste. Ce mois-ci on a par exemple une sélection de sneakers d'été ici, un article sur Heschung ici, ou encore sur une nouvelle marque de jeans selvedge juste là.

Et les shootings de qualité ne sont pas en reste.

Et pour les geeks de mode : The Inventory

Dans une même veine, il y a Inventory : encore plus axé mode masculine. Avec notamment des reportages sur comment sont fabriqués les vêtements. Attention, c'est comme Monocle un véritable pavé qui pèse lourd dans le sac et qui occupe !

Astuce : ne l'achetez pas sur les points de vente physique, préférez l'abonnement qui revient autour de 15 € la numéro en cherchant un peu sur le net : cela reste bon marché vu la dose de contenu ! (2 énormes numéros par an)

Des articles sur les savoir-faire artisanaux.

Et d'autres pour les vrais geeks des vêtements.

Je passe à présent la main à Guillaume et Gaspard de Monsieur Marcel : blog sur les nouvelles marques françaises que je vous encourage à visiter.

The Good Life, vu par Monsieur Marcel

Monsieur Marcel : Les cernes creusés, les yeux fermés, l’air hagard, Monsieur Marcel le sait, il entame une journée difficile. Mais que diable s’est-il donc passé la veille ? La réponse est au pied de son lit, c’est une bible de 300 pages : The Good Life... sur laquelle Monsieur Marcel a encore passé la nuit. Drogue dure nocturne, à mettre entre toutes les mains.

Monsieur Marcel vous aura prévenu, se lancer dans The Good Life, c’est comme passer une soirée entre amis de toujours : on prend le risque de refaire le monde jusqu’à des heures indues, sans voir les heures défiler. Car refaire le monde, revisiter notre planète, c’est bien l’objectif de ce nouveau magazine à focale grand angle 360°.

Ce sont donc pas moins de 300 pages, réparties en plusieurs rubriques passionnantes, qui vous attendent. Dans le désordre et entre autres. Good brains relate des parcours d’hommes et de femmes qui ont ou qui vont révolutionner le monde. Good Factory vous emmène dans les coulisses des objets cultes de notre époque. Good Trips vous fait voyager, façon Lonely Planet pour globe-trotter avisé. Good Look vous synthétise le meilleur des tendances, quand Good Vibrations vous invite à une sélection éclectique d’expos ou coups de cœur musicaux. The Good Life, ou quand les flashs des journalistes rappellent les encyclopédistes des Lumières. Magazine pour honnêtes hommes modernes qui veulent tout savoir sur tout, surtout sur ce qui se fait de mieux. Tout simplement.

Un dossier intéressant sur la Corée du Sud.

Un autre sur le revival des appareils photos Leica.

Dans cette 3e édition, on trouve, en vrac : un reportage sur le projet fou de villes-îles du trublion Patri Friedman, une brève aguichante sur l’ouverture sur le nouveau store YMC dans l’East End londonien, une immersion complète dans la Corée du Sud politique, économique et culturelle… Monsieur Marcel s’arrêtera là. Y ayant déjà consacré la nuit, il s’est promis de ne pas y passer la journée.

Du pain sur la planche à imprimer, pour les 8 journalistes de The Good Life. Mais ne vous en faites pas pour eux, ces dames et ces messieurs ont de la bouteille, et ont déjà prêté leurs plumes à de grandes rédactions nationales. Des auteurs qui n’ont pas l’angoisse de la page blanche, quand les lecteurs ont bien, eux, le vertige de la nuit blanche.

The Good Life c’est dans les kiosques tous les deux mois pour 5 €, ce qui en fait sans le magazine le plus rentable de sa catégorie. The Good Life, c’est aussi sur Internet sur www.thegoodlife.fr. Mais The Good Life c’est aussi ça ou ça.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.