Vacances : Paris – Istanbul, les lunettes, la libellule et Istanbul (VII et fin)

chilling istanbul
/

Ceci est le septième et dernier article sur le voyage à vélo entre Paris et Istanbul réalisé par Romain et Geoffrey. Après ça, plus d'articles lifestyle, et il faudra attendre l'été prochain pour que BonneGueule reparte en vacances...

Mais pour retrouver les épisodes précédents, suivez le guide :

1 – le départ et le matériel de voyage en vélo,
2 – la 
fatigue et l’alimentation du cycliste,
3 - le train, la tente et le couchage
- les vêtements techniques, la protection de la peau et les panneaux solaires
5 - les sacoches, les pédales semi-auto et la réparation à vélo
6 - la parka, la polaire et les sacoches home-made

Barre des 2.000 km franchie : on aura fait du chemin !

Barre des 2.000 km franchie : on aura fait du chemin !

Dans cet article, je vais vous faire un bel exposé sur la mythique Istanbul, mais je vais également vous présenter les lunettes d'inspiration militaire Randolph Engineering, ainsi que l'insaisissable Libellule WhenIwas17.

Par ailleurs, ce sera pour moi l'occasion de boucler cette série d'article sur ce voyage à vélo, et pour vous la fin de ce long calvaire au cours duquel vous vous serez farcis la lecture indigeste de nos aventures (si tant est que vous n'auriez pas bonnement décidé de les esquiver).

Derniers moments de vélo avant de les replier pour le train...

Derniers moments de vélo avant de les replier pour l'avion...

L'arrivée à Istanbul

Pour cette ultime étape du voyage consistant à relier Sofia à Istanbul, nous constatons que ce dernier tronçon se constitue de longues plaines désertiques débouchant sur une gigantesque agglomération istanbuliote beaucoup trop longue à traverser.

Dans ces conditions, nous optons pour un train de nuit direct, d'autant plus que cette solution nous permet de rester 4 jours dans l'une des plus belles cités du Monde.

Mais ce qui s'annonçait comme un voyage paisible devient rapidement un enfer : des travaux sur les voies bulgares nous contraignent à changer 4 fois de véhicules, cela de manière chaotique tout au long de la nuit.

sofia istanbul train

On traverse tout de même de beaux paysages.

champ de tournesol bulgarie

Jolie campagne bulgare qu'on ne traversera hélas pas en vélo, faute de temps.

bulgarie batiment abandonne

Idem pour ses bâtiments soviétiques abandonnés, à foison le long des voies.

leverdesoleil

Mais le spectacle auquel nous assistons à l'aube nous fait oublier la nuit blanche que nous venons de subir.

Contrairement à Geoffrey (qui a fini ses études là-bas), c'est la première fois que je viens à Istanbul. Un petit coup de DJ Shantel et c'est parti !

En revanche, j'ai plein d'expectatives, tant j'ai entendu parler de la "Ville des villes", l'une des destinations internationales les plus en vogue du moment. Eh bien je ne vais pas être déçu de ce que je vais découvrir...

Istanbul 101

Située à cheval entre l'Europe et l'Asie, de part et d'autre du Bosphore, un fleuve qui relie la Mer noire à la Mer de Marmara, Istanbul incarne le carrefour bouillonnant où se croisent les civilisations depuis des millénaires.

istanbul_continents

Bien que l'agglomération s'étende largement sur chacune des deux rives, la vieille ville s'étend sur la partie occidentale.

Au-delà de son histoire passionnante, cette mégapole de classe mondiale est probablement la ville la plus incroyable que je n'ai jamais visité.

Tout d'abord, les gens sont absolument géniaux. A l'instar des Serbes, je trouve que les Turcs ont le chic pour que tu te sentes vraiment à l'aise. Ces gens sont bienveillants, respectueux, et ils ont aussi le sens de l'humour - j'adore l'humour, ça me fait beaucoup rire.

Ensuite, l'architecture de cette ville est à l'image des nombreuses influences qui ont marqué son histoire de manière indélébile.

oldistanbul

 C'est sur ce quai que j'ai pris la première photo de cet article, à notre arrivée à l'aube.

Située sur la péninsule occidentale, la vieille ville est toujours partiellement entourée par les murs de Constantinople, une série de remparts défensifs qui ont été érigés sous le reigne de Théodose II au Vème siècle. A l'intérieur de cette enceinte conçue pour protéger la ville des invasions, on trouve aujourd'hui toute sorte de bâtiments et de constructions diverses issues des périodes byzantines, liguriennes, ottomanes et turques.

Ce bouquet architectural couvre un large spectre : églises, mosquées, synagogues, palais, châteaux et donjons sont autant de monuments historiques passionnants à visiter et qui reflètent l'histoire incroyable d'Istanbul.

Une ville de près de 3000 ans...

Byzance est fondée au VIIème siècle av. JC par le grec Byzas. Du fait de sa position idéale, la colonie grecque prospère et prend de plus en plus d'importance sur le plan politique, faisant presque jeu égal avec Spartes et Athène qui se disputent son alliance.

Un temps perturbés par les Gaulois belliqueux, les Byzantins vivent sous l'autorité romaine. Un jour, tandis qu'il réfléchit au recentrage géographique de la capitale de son Empire tentaculaire, l'empereur Constantin décide carrément d'y installer sa résidence impériale, pieds dans l'eau. Cash, comme ça, c'est un ouf.

A cette occasion, Constantin fait venir les plus grands artistes et architectes d'Europe pour mettre en oeuvre des chantiers immenses, à la mesure de son ambition.

saintesophieavant

La construction de l'église Sainte-Sophie, l'édifice religieux le plus prestigieux de son époque.

Dans un élan de narcissisme, l'empereur baptise la cité ainsi reconstruite Constantinople.

Puisque Wikipédia n'existe pas encore, il ignore que la ville va traverser les siècles et demeurer capitale romaine malgré le déclin de l'empire et le développement des autres civilisations du monde.

C'est au printemps de l'année 1453 que le sultan Mehmed II attaque Constantinople et déclenche une bataille épique connue sous le nom de Siège de Constantinople.

siege2constantinople

Illustration d'époque du fameux siège de Constantinople.

Les Ottomans, beaucoup plus nombreux et mieux armés que les Romains, doivent faire preuve de détermination et d'ingéniosité pour parvenir à déloger les Romains confortablement installés dans leur forteresse imprenable.

Après l'exploit de la Corne d'Or, qui consista à faire passer des bateaux au-dessus d'une colline grâce à des rondins de bois et beaucoup d'huile de coude, le sultan parvint à faire tomber les dernières défenses romaines et à conquérir la ville.

saintesophieapres

En découvrant la splendeur de l'église Sainte-Sophie, le sultan décide de la conserver intacte et de la transformer en mosquée (modifications intérieures + ajouts de minarets à l'extérieur).

500 ans plus tard, Constantinople perd son statut de capitale lors de la chute de l'Empire ottoman qui survient au lendemain de la première Guerre Mondiale, en 1920.

Bientôt, la capitale de la nouvelle République de Turquie est transférée à Ankara, et Constantinople prend désormais le nom d'"Istanbul".

Istanbul, une ville à visiter d'urgence

Véritable capitale économique et culturelle, Istanbul est la ville la plus peuplée de Turquie avec 14 millions d'habitants - de quoi vous donner le tournis.

panorama1

On peut distinguer Sainte-Sophie au milieu à gauche, ainsi que le quartier d'affaires Levent au fond à droite.

Pour visiter "la ville des pentes à 10 degrés", rien de tel que la force des cuisses pour monter et descendre des cotes toute la journée.

Les fainéants peuvent toujours compter sur le métro de la ville, les funiculaires et autres taxis jaunes (renseignez-vous toujours sur le prix, négocié à l'avance, ils sont un peu filous avec les touristes).

pentes

Si vous avez eu l'idée saugrenue de ramener un vélo à Istanbul, laissez votre bolide à l'hôtel car vous ne pourrez rien en faire.

La rue piétonne Istiklal qui descend de la place Taksim est particulièrement agréable à parcourir. Le soir, c'est un quartier très animé, idéal pour sortir découvrir la vie nocturne.

Chats

Istanbul c'est aussi la capitale des chats. Ils s'y sentent bien car les Istanbuliotes sont bienveillants à leur égard.

La gastronomie locale est vraiment dépaysante. Pour peu qu'on évite d'aller dans les restaus occidentaux qui abondent dans les zones touristiques, la moindre cantine turque vous promet un beau voyage gustatif.

Ni trop épicé, ni trop fade, tout est vraiment savoureux !

kebabcastle

Là-bas, les kebabs se dégustent dans des restaurants chics décorés de fresques au plafond et illuminés de lustres scintillants.

Pour ma part, je profite des longues balades à pied qui vont de pair avec les visites de monuments.

bluemosquee

Au loin, dans ce décor digne d'une carte postale, c'est la Mosquée Bleue.

Le climat tempéré d'Istanbul est idéal à ce moment de l'année. Il ne fait pas trop chaud, bien que le Soleil soit éclatant.

Traversée du Bosphore en bateau-bus

Petite astuce, vous pouvez traverser le Bosphore pour le prix d'un ticket de métro. Voici ce que vous verrez :

traversee bosphore istanbul

Les deux rives, les ponts intercontinentaux, et les énormes porte-containers et supertankers qui croisent dans ces eaux.

mosquee istabul vue de la mer

La très belle skyline des mosquées quand le soleil se couche.

the istanbul bateau

Vous pourrez même y déguster un thé turc (thé noir bouilli) pour 1TL (25 centimes d'euros).

À ce propos, c'est le moment de faire le bilan de mes lunettes.

Test des lunettes Aviator Randolph

Geoffrey m'ayant longuement vanté les mérites de ces lunettes made in USA, j'étais impatient de voir de quoi il s'agissait exactement - quoi de mieux qu'une traversée de l'Europe pour éprouver des lunettes de pilote de l'air ?

Randolph Engineering est une marque américaine qui fournit des lunettes de soleil à l'armée américaine depuis la fin des années 70. Aujourd'hui, l'entreprise propose une petite dizaine de modèles différents au grand public.

Si je ne suis pas certain qu'il s'agisse exactement des mêmes modèles que ceux des GI américains, j'ai constaté que les Aviator gold AGX 55 mm sur lesquelles j'ai jeté mon dévolu étaient sacrément robustes et bien finies.

randolph1

Les lunettes sont fournies avec un petit set de réparation : 2 micro-tournevis en 1 porte-clé, cale-nez et vis de rechange viennent en plus de l'étui et de la petite serviette de nettoyage.

Le format Aviator étant parfaitement adapté à la pratique d'une activité intense comme celle du cyclotourisme (finesse, légèreté, ergonomie des branches), j'ai trouvé particulièrement étonnant que cette monture ressorte indemne de ces 31 jours à vélo, tant j'ai pu les maltraiter.

Après être souvent tombées par terre, parfois de plus de 50 centimètres de haut, les verres s'entrechoquant avec des gros cailloux, elles n'ont aucun signe d'usure qui saute aux yeux (tant mieux, pour des lunettes).

En y regardant bien, on peut certainement déceler quelques micro signes d'oxydation ça et là.

randolph3

L'inscription du modèle s'est un peu effacée, probablement suite à l'épreuve du bain d'eau de mer.

Il n'empêche qu'elles ont parfaitement tenu la route malgré les supplices que je leur ai fait subir.

Au final, je dirais que, si les Aviator de Randolph représentent effectivement un modèle adapté aux conditions difficiles, celui-ci convient très bien à des tenues urbaines.

dondraper

Ce n'est pas Don Draper qui va me contredire.
N'est-ce pas Don ? De toute façon, les photos ne parlent pas.

Cerise sur le taro, cette paire est d'une excellente qualité au regard de son prix (150 dollars sur le site américain).

On peut simplement déplorer le fait qu'elle soit très mal distribuée en France. En dehors de Colette, qui les vend à plus de 200 euros, à Paris, je ne connais pas de magasin avec pignon sur rue qui permette de les essayer et de les acheter.

Test de la libellule When I Was Seven7een

Dans l'optique d'optimiser le poids de mon chargement, et malgré le caractère imprononçable de son nom de famille, j'ai décidé de partir avec une des fameuses Libellules de Régis Dajczman.

Ce spécialiste de la maroquinerie a eu l'idée géniale de créer un item simple et fonctionnel pour protéger ses lunettes.

libe1

Ce modèle est découpé dans un cuir grainé, mais il y a toute une variété de cuirs chez When I Was 17.

Une fois la libellule dépliée, il suffit d'encapsuler ses lunettes à l'intérieur, puis de faire des tours avec le lacet.

Si cet objet ne remplit pas la même fonction qu'une boîte à lunette rigide, ce petit étui élégant protège tout de même les verres et la monture des agressions extérieures.

libe2

Refermée sur la monture, on peut ranger la libellule dans une poche, ou dans un sac.

Ce niveau de protection est suffisant pour les rayures ou les chocs ponctuels. Mais il ne faut pas s'asseoir dessus.

libe3

Astuce pour les blazers : ranger l'ensemble dans la poche de poitrine procure un effet "pochette de costume" stylé et décontracté en même temps.

Une chose est sûre : une fois qu'on l'a adoptée, on ne peut plus s'en passer.

Cette libellule qui fait mouche est disponible sur le site wheniwas17.fr au prix de 59 euros.

Le départ d'Istanbul avec les vélos dans l'avion

Après avoir profité des trésors d'Istanbul, il est temps de plier son vélo et de monter dans l'avion. L'occasion de profiter une dernière fois du panorama d'Istanbul, et de faire le bilan de ce voyage insolite.

googlemaps

Un hublot c'est un peu comme Google Earth, sauf que tu peux pas cliquer.

Bilan du voyage

Rien à dire : traverser l'Europe à vélo c'est vraiment chouette.

On a le temps de voir changer les paysages, d'apprécier l'humeur des gens, de déguster tout ce que les terroirs ont de mieux à offrir. On se sent loin des contraintes de la vie urbaine, on est en mouvement permanent, on se recentre sur des choses essentielles comme le mal de fesses.

Et après ?

Maintenant que les vacances sont finies, maintenant qu'on est tous de retour, place aux sujets importants qui nous rassemblent et qui nous intéressent vraiment...

Pour retrouver les épisodes précédents, suivez le guide :

1 – le départ et le matériel de voyage en vélo,
2 – la 
fatigue et l’alimentation du cycliste,
3 - le train, la tente et le couchage
- les vêtements techniques, la protection de la peau et les panneaux solaires
5 - les sacoches, les pédales semi-auto et la réparation à vélo
6 - la parka, la polaire et les sacoches home-made

Stop le vélo, place aux fringues !

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • RemiBG

    C’est noté ! Je vais voir ça en réunion et je te tiendrais au courant 🙂

  • RemiBG

    On y songe sérieusement à cet article 😉 Peut être que tu voudrais l’écrire ?
    Merci pour ton retour

  • RemiBG

    A venir un article sur l’optique 😉 nous découvrirons Jimmy Fairly par la même occasion 😀

  • Mukudori

    Merci du partage, en bordelais que je suis j’irais y faire un tour 🙂

  • RemiBG

    Merci Jacques, nous sommes ravis que l’article t’ai plu ! 🙂

  • Eric

    Histoire d’y voir est un opticien de Bordeaux qui vaut vraiment le détour (marques difficile à trouver et énorme choix de véritables solaires vintage dénichées on ne sait comment) et qui distribut RE à un tarif sensiblement sous les 200€. Rue du pas saint George.
    Enjoy!

  • Un super plan, cet opticien qui vend des Randolph à Paris ! Pour faire fonctionner le lien hypertexte, penser à retirer la parenthèse dans la barre d’adresse sinon ça marche pas.
    Merci AsiatMan !

  • merci pour Romain (et moi) !

  • merci, RDV l’an prochain pour une nouvelle destination !

  • merci les gars !

  • drkraft

    Excellente série d’articles. C’est très bien écrit, très plaisant à lire, et ça donne envie… un grand bravo !!! 🙂

  • Zbab

    Ce fut agréables à lire et très instructif. Merci pour cette belle série d’article.