Vacances : Paris – Istanbul à vélo, vêtements techniques, protection de la peau et panneaux solaires (IV)

/

Ceci est le quatrième article sur le voyage à vélo entre Paris et Istanbul réalisé par Romain et Geoffrey. Pour retrouver les épisodes précédents, suivez le guide :

1 – le départ et le matériel de voyage en vélo,
2 – la 
fatigue et l’alimentation du cycliste,
3 - le train, la tente et le couchage
- les vêtements techniques, la protection de la peau et les panneaux solaires
5 - les sacoches, les pédales semi-auto et la réparation à vélo
6 - la parka, la polaire et les sacoches home-made

7 - les lunettes, la libellule et Istanbul

cartes-europe-4

1.059 km : on est des machines !

Dans cet article, on va traverser l'Autriche à vélo, et vous allez découvrir nos deux concepts novateurs qui ne vont probablement pas révolutionner le cyclisme de fond : à savoir la dette de peau et le capital fesse.

Traversée en vélo de l'Autriche depuis l'Allemagne

A

Traversée de l'Autriche de Passau à Vienne (484km).

Nous quittons la ville allemande de Passau et nous nous lançons sur les rives du Danube, vers la frontière avec l'Autriche.

A cette étape du voyage, nous savons que nous devons suivre le fleuve sur plusieurs centaines de kilomètres. L’avantage est double : rouler sur du plat et ne plus du tout se préoccuper de l’itinéraire.

Les Autrichiens prétendent que c’est sur leur territoire que les rives du Danube sont les plus belles. Je ne sais pas s'ils ont raison mais les paysages deviennent vraiment sublimes.

danube_autriche

A cet endroit du Danube, le fleuve charie des sédiments qui donnent une couleur vert-d'eau (avec un nuage de lait).

Lorsque le Danube arrive en Autriche, il se fraye un chemin entre des collines et des vallons sur lesquels trônent des châteaux tout droit sortis de contes de fées.

La route dans les méandres du Danube est vraiment chouette et on peut manger du poisson un peu partout.

La route dans les méandres du Danube est vraiment chouette et on peut manger du poisson un peu partout.

chateau1

Certains châteaux se dressent juste au-dessus de l'eau...

chateau2

...tandis que d'autres dominent littéralement les environs.

Parfois, le relief est tellement escarpé que la piste cyclable s'interrompt. Pour continuer, il faut monter dans une petite navette fluviale qui dépose les voyageurs un peu plus loin, ou simplement sur l'autre rive :

bateau

Geoffrey se fait des potes.

D'autres bacs font carrément office de ponts.

D'autres bacs font carrément office de ponts.

Ces méandres du fleuve sont un régal pour les yeux, ainsi que pour les jambes. Les pistes cyclables étant très bien entretenues et parfaitement plates, on peut rouler à une vitesse moyenne relativement élevée sur de longues distances.

En ce qui nous concerne, cette étape du voyage intervient à un moment où nous sommes particulièrement en forme (plus de 100 km par jour) et bien familiarisés avec notre équipement.

Les barrages sur le Danube sont toujours très impressionnants et rythment le parcours.

Les barrages sur le Danube sont toujours très impressionnants, et ils rythment le parcours.

Le cadeau de fin de journée, c'est un coucher de soleil estival à chaque fois incroyable.

Le cadeau de fin de journée, c'est un coucher de soleil estival à chaque fois incroyable.

Laver ses vêtements lors d'un voyage en vélo

Pour voyager dans de bonnes conditions, nous avons opté pour des vêtements conçus pour la pratique du vélo.

Avant d'entrer dans les détails de notre vestiaire, il convient de connaître notre critère principal de sélection de vêtement : la rapidité de séchage du linge.

En raison de la double contrainte de voyager léger (peu de vêtement) et de ne pas pouvoir étendre du linge mouillé plusieurs heures, il est capital de laver sa tenue tous les soirs en arrivant au campement. Etant donné qu'on n'est jamais sûr de trouver une machine à laver dans un camping, il faut développer une parade qui marche à tous les coups.

Voici ma technique secrète pour rester plus blanc que blanc à vélo :

secret story

La secret technique du sac poubelle

Vous avez besoin : d'une tenue de cycliste dégueu, de dosettes de lessive, d'une douche de camping, d'un sac poubelle et d'un évier.

  • Au moment d'aller prendre votre douche au camping, disposer un sac poubelle neuf dans un évier, de manière à faire un double fond.
  • Placer une dosette de lessive hydrosoluble au fond du sac, remplir d'eau l'intérieur du sac qui se moule à la forme de l'évier, et mettre son linge à tremper.
  • Frotter vigoureusement le linge quelques secondes et laisser reposer le temps de prendre sa douche.
  • Rincer le linge trois fois à l'eau claire, l'essorer tant bien que mal et l'étendre pour la nuit sur le vélo transformé en tancarville.
  • Le linge étant toujours humide au petit matin, le laisser sécher au soleil pendant que le campement est remballé.
  • Si le linge n'est pas complètement sec, possibilité de le porter encore humide (au contact du corps et du vent apparent sur le vélo, il sèche en quelques minutes).

Les vêtements techniques à vélo

Le short cycliste

Vêtement du cycliste par excellence, le short cycliste, autrement appelé "moule-teub", est un indispensable du voyage à vélo.

La matière synthétique, très respirante, adhère parfaitement à la peau, ce qui permet de ne pas être gêné en pédalant.

Les geeks ajouteront que les frottements de l'air sont d'autant plus réduits que le tissu épouse parfaitement la forme du corps, ce qui occasionne un gain de performance et une hausse de popularité.

Le short cycliste simple était très pratique, mais je lui préfèrais très largement la cuissarde renforcée en fin de journée.

Le short cycliste simple était très pratique, mais je lui préférais très largement le cuissard renforcé pour les grosses journées de 100km.

Le cuissard renforcé

Sans l'ombre d'un doute, l'un des facteurs physiques les plus limitants du voyageur à vélo est son arrière-train.

L'homme ne descendant pas du vélo, son évolution biologique ne lui permet pas de supporter son propre poids sur une aussi petite surface.

Ainsi, le cuissard renforcé est un allié précieux - bien qu'il ne fasse aucun miracle.

cuissard

La forme en gel moulée au fond du cuissard permet de répartir l'effort, ce qui limite le risque d'une lésion de l'épiderme.

La cuissarde renforcée qui sauve des vies.

Le cuissard renforcé qui sauve des vies.

Le principe non-scientifique de la dette de fesse

Ne rigolez pas avec vos fessiers : une plaie à cet endroit transforme toute piste cyclable familiale en véritable autoroute pour l'enfer. C'est la fameuse dette de fesse !

Nous vous recommandons plusieurs choses à suivre impérativement pour prévenir cet écueil fatal :

  1. deux semaines avant le voyage, appliquer quotidiennement de la crème Nok, une crème qui a tendance à renforcer l'épiderme (=acquisition d'un capital peau),
  2. pendant le voyage, ne pas porter le même modèle de caleçon pour éviter les frottements des coutures aux mêmes endroits (=limitation de l'érosion du capital),
  3. quand vous allez aux toilettes, redoublez d'application au moment de vous nettoyer : Geoffrey utilisait même des lingettes pour bébé (=préservation du capital fesse),
  4. appliquer du Cetavlon tous les soirs après le vélo, une crème qui prévient les lésions de la peau et qui soulage beaucoup les irritations (=crédit de peau, disponible en pharmacie sans ordonnance),
  5. compter un jour sans vélo tous les 5 à 6 jours de voyage (=reconstitution du grand capital).

Les t-shirts techniques

Évitez de porter des t-shirts en coton au cours d'un voyage à vélo. Bien qu'agréable au toucher, cette matière hydrophile est trop longue à sécher, même si vous disposez d'une technique secrète.

Le top consiste à choisir des t-shirts en tissu synthétique hydrophobes spécialement conçus pour le vélo.

poche

L'un des détails les plus pratiques qu'on trouve sur les t-shirts de vélo concerne les poches patchées sur le dos, juste derrière les hanches. C'est pratique pour garder des petits objets (lunettes, monnaie, téléphone) à portée de main.

Test des t-shirts Quechua TechWOOL 50 MC

Autre découverte de ce voyage : les t-shirts TechWOOL 50 MC Quechua.

En plus des propriétés intrinsèques de la laine (élastique, vivante, résiliente, résistante aux chocs, respirante, souple, isolante, et très peu salissante), les designers Decathlon ont doté ces modèles en mélange d'acrylique et mérinos extra-fin d'autres qualités vraiment intéressantes :

  • la coupe est travaillée pour être confortable tout en suivant la forme du corps,
  • les teintures de qualité révèlent leurs nuances au soleil et les couleurs proposées sont sobres et masculines,
  • dernier argument de taille : le prix unitaire défie toute concurrence (15 euros).

Certes, il n'ont pas ces back pockets si pratiques en vélo, et sentent un peu le mouton mouillé quand on les immerge dans l'eau, mais on en était très contents.

tee shirt quechua

Le modèle Quechua TechWOOL bleu marine.

Le

Des finitions très standard mais largement satisfaisantes pour le prix.

J'ai porté le mien une vingtaine de fois dans les conditions quotidiennes du voyage (6 heures de sport par jour, exposition aux UV du soleil + lessive quotidienne) et il est comme au premier jour. Aucune marque d'usage, ni aucune bouloche ne sont visibles.

Note sur le lobbying Décathlon : nous citons souvent cette marque durant le voyage car nous nous sommes beaucoup équipés chez eux. Et nous n'avons pas trouvé de meilleur rapport qualité / design / prix - design sur la plupart de l'équipement. Dans le domaine des vêtements de sport grand public, il faut reconnaître que le modèle décentralisé de cette grande marque française porte ses fruits - du moins jusqu'ici.

Randonnée, vélo et sous-vêtements en laine

Comme l’a dit Romain, il est primordial d’embarquer des vêtements qui sèchent vite. Que ce soit après la lessive ou sur vous : il est important d’être au sec pour ne pas avoir froid lorsque la fraîcheur du soir s’installe. Et surtout, une sudation là où votre corps frotte peut vite conduire à des irritations à cause du sel que sécrète votre corps.

C’est pourquoi je me suis équipé de tee-shirts, sous-vêtements et chaussettes… en laine.

Je vais tout de suite répondre à la question que beaucoup se posent : non, ça ne tient pas plus chaud que les sous-vêtements en coton à épaisseur égale. Bien évidemment, on parle de vêtements fins, qui laissent bien passer l’air, et non des skills de tricot de votre grand-mère… appliqués au boxer. Et ça ne gratte pas non plus.

L’autre grand avantage (au-delà du séchage rapide), c’est que la laine ne prend que très peu les odeurs. Dans notre cas, on avait accès presque chaque soir à des éviers et de la lessive, mais dans le cas de treks de montagne où vous voulez voyager en ultra-léger, avec nuit en refuge d’altitude sans eau courante, c’est tout à fait possible de ne pas vous changer pendant 48h (hors grosses transpirations).

J’ai choisi de contacter la marque IceBreaker pour tester certains de ses produits.

Test des chaussettes en laine IceBreaker

Les chaussettes IceBreaker (20 €) étaient vraiment bien : pas d’ampoules, bonne respirabilité, et très durables. Elles se fixaient bien au pied (ce n’est pas toujours le cas avec les chaussettes basses). Bref, c’est un produit que je recommande pour ceux qui font pas mal de sports de nature.

chaussettes laine icebreaker

Les chaussettes en laine IceBreaker sèchent très rapidement.

Test des boxers en laine IceBreaker

Idem pour les boxers en laine IceBreaker (40 €): ils sont encore en parfait état alors que j’ai tourné plus d’1 mois avec uniquement deux d’entre eux (je les lavais chaque soir, arrêtez de faire la grimace). Les coutures sont bien placées, elles ne m’ont pas irrité. C’est un bon rapport qualité/prix pour ceux qui veulent investir.

Le fameux caleçon en laine qui fait tourner les coeurs des ménagères.

Le fameux caleçon en laine qui fait tourner les coeurs des ménagères.

Test des tee-shirts en laine IceBreaker

Concernant les tee-shirts IceBreaker (50 €), mon avis est plus mitigé. Je ne leur trouvais pas de grand avantage par rapport à ceux de Quechua (15 €, bien que beaucoup plus fins). D’autant que deux de mes produits IceBreaker comportaient de petits défauts de façon (une couture de surjeteuse inversée sur une des manches, et une couture simple qui se défaisait). Peut-être que je n’ai juste pas eu de chance.

Cela dit, ils restaient corrects, et la valeur ajoutée d’une marque comme IceBreaker sur Quechua est que vous pouvez choisir différents grammages (= épaisseurs) de tee-shirts : 120, 150 et 200 g/m2.

N’hésitez surtout pas à prendre le grammage le plus faible pour une activité où vous transpirez, et à réserver les autres pour des sous-couches de sports de montagne.

Et le tee-shirt IceBreaker, avec sa coupe d'épaules raglan (couture qui remonte directement au cou).

Et le tee-shirt IceBreaker, avec sa coupe d'épaules raglan (couture qui remonte directement au cou).

La casquette Quechua

Etant donné l'exposition solaire permanente, il est impératif de se doter d'un couvre-chef pour se protéger des insolations et des coups de soleil.

geoff

Comme vous l'avez constaté sur les photos, Geoffrey ne quitte jamais sa casquette Quechua bleu ciel, et son tour de cou Buff.

Nous avons choisi un modèle de chez Quechua particulièrement léger et facile à sécher.

squetteca

Par ailleurs, la casquette à l'envers permet d'affirmer son identité dans une société matérialiste centrée sur l'intérêt de la classe dirigeante - je porte ici le fameux t-shirt en laine ainsi qu'une paire de lunettes Randolph Aviator, et une sacrée couche d'écran total sur les lèvres.

La protection solaire à vélo

Si tu es un jeune lecteur d'ethnie caucasienne, alors ce qui suit te concerne particulièrement. Je vais t'expliquer l'importance de préserver ton capital peau face à un ennemi potentiel du peuple : le soleil.

Cette notion n'est pas seulement une invention de l'industrie pour vendre plus de crème solaire. Il est reconnu que la peau de chaque être humain peut recevoir une certaine quantité de rayons solaires sans risque de développer de cancer. Mais faut quand même faire attention.

La crème soleil

Cette capacité de réparation des dommages causés par les UV variant d'un individu à l'autre - la fameuse "inégalité face au capital peau" - il est fondamental de se protéger convenablement lors d'un voyage à vélo, surtout en cas de peau tatouée.

Pour cela, il faut investir dans une crème de qualité à l'indice de protection maximal et renouveler souvent les applications.

cream

Sur les conseils d'un proche dermatologue, je me suis tourné vers Bioderma, une marque proposant des produits de très bonne qualité.

Pour ma part, j'ai constaté que le pulvérisateur était particulièrement utile en pleine course à vélo. En revanche, faites attention à ne pas attraper les poignées du vélo avec les mains pleines de crème car c'est une substance qui altère le plastique (le miens se mettait à fondre et à craqueler).

La crème hydratante

Même lorsqu’elle est convenablement protégée du soleil avec un écran total, la peau a besoin de récupérer de son exposition (une autre illustration de la fameuse dette de peau). Utiliser une crème de soin accélère la récupération puisque cela permet à l'épiderme de s'hydrater, ce qui renforce sa capacité à supporter l'exposition solaire ultérieure. Sans parler du mélange sueur/crème solaire/bouillie d’insectes qui vous recouvre la figure en fin de journée.

Aussi, pour accélérer le repos de votre épiderme, une bonne crème hydratante est la solution. J’ai simplement pris ma crème hydratante habituelle (crème hydratante réparatrice chez Shiseido) qui fait très bien le taffe.

À compléter avec un coup de Biafine préventive si vous sentez que vous étiez à deux rayons du coup de soleil.

Et puisque nous évoquons le soleil, c'est l'occasion de parler de nos systèmes de panneaux photovoltaïques.

L'énergie solaire

J'ai cherché un système photovoltaïque suffisamment performant pour pouvoir être totalement autonome sur le plan énergétique afin d'alimenter tout mon barda électronique : smartphone avec GPS, enceintes portables, gonfleur de matelas, lampe frontale.

Etant donné que le thème m'intéressait particulièrement, j'ai mené des recherches comparatives sur la toile afin de choisir le meilleur système en fonction de mes besoins et de mon budget.

Comme je voulais autre chose que des avis subjectifs genre "j'aime bcp ce panneau solaire, je recommande il est super", j'ai passé un bon moment à scruter les tests de matériel.

pv

Je suis tombé sur cet excellent article de test des panneaux solaires du site expemag.com qui m'a donné tous les éléments dont j'avais besoin pour faire mon choix.

J'ai finalement jeté mon dévolu sur le système Goal Zero Nomad 7 Guide 10+ en raison de son rapport coût / performance d'une part, et parce que son système de bloc pile rechargeable connecté aux panneaux me permettait de bénéficier du format standard des piles LR06 (AA) d'autre part.

pv_goalzeronomad7

Plié, le Nomad 7 se présente sous la forme d'un livre qui s'ouvre en déployant ses deux panneaux monocristallins (le Guide 10+ est le nom du bloc pile qui est fourni dans le pack).

Comme j'avais la responsabilité de gérer le GPS, le logiciel de navigation énergivore tournait en permanence sur mon téléphone. J'ai donc décidé d'acheter 8 piles supplémentaires (bénéficiant au total de 3 jeux de 4 piles) pour être sûr de ne pas tomber en rade au fin fond de la brousse.

Avec du recul, le calcul s'est avéré judicieux. La journée sur le vélo, et le soir sous la tente, ce système m'a permis d'être autosuffisant en énergie pour toutes les applications les plus attendues d'un smartphone : GPS, musique, podcast, vidéo et internet en Wifi.

De plus, le Nomad 7 étant compatibles avec de multiples formats de prises électroniques, j'ai pu recharger à loisir mes autres appareils.

Une fois n'est pas coutume, quelques conseils sont de circonstances lorsqu'on veut utiliser des panneaux photovoltaïques :

  • bien orienter les panneaux à la verticale du soleil,
  • nettoyer les cellules photovoltaïques,
  • ne jamais laisser les panneaux à la lumière sans qu'ils soient connectés à quelque chose.
pochesupplementaire

Autre avantage du Nomad 7, la poche-filet qui permet de stocker le bloc pile ainsi que tous les accessoires qui vont bien.

En ce qui concerne le prix d'achat, vous pouvez vous procurer le pack Nomad 7 guide 10+ avec 4 piles rechargeables pour environ 130 euros en faisant un minimum de recherche sur les sites de vente en ligne généraliste.

Note de Geoffrey : Nous avions tous les deux des panneaux solaires. Pour ma part je me suis équipé du Powermonkey Extreme (autour de 130 € également). Les panneaux solaires du singe de pouvoir extrême (WTF) se sont avérés parfaits pour charger mon iPhone tout au long du voyage , ce qui m’a permis d’écouter de la musique, de prendre des photos ou de consulter mon GPS à loisir.

Le bien-nommé Singe de Puissance Extrême qui prend le soleil avant le départ.

Le bien-nommé Singe de Puissance Extrême qui prend le soleil avant le départ.

La route du Danube en direction de Vienne

La piste cyclable se poursuit sur plusieurs centaines de kilomètres que nous avalons dans des conditions idéales.

paysage

J'en profite pour prendre des photos de paysage pour envoyer à ma grand-mère...

paypasage

...du moins lorsque Geoffrey et ses potes ne se mettent pas devant l'objectif.

trempette

Les rives autrichiennes du Danube recèlent de petites plages qui donnent envie de faire trempette...

plats

...et de restaurants qui proposent des plats typiques de la région comme ces foies panés. Ce sont typiquement ces tentations qui nous poussent à enfreindre le dogme alimentaire que Geoffrey vous a présentés dans l'article sur l'alimentation du voyage

D'escales à vélo en escalopes de veau, de vallons à ovins en ballons de vin, nous approchons peu à peu de la capitale autrichienne que nous atteignons au terme des 900 premiers kilomètres.

La visite de Vienne

L'arrivée à Vienne le long du Danube est très agréable. On sent à peine que l'on pénètre une capitale de rayonnement mondial tandis que l'on remonte la piste qui borde le grand fleuve.

A notre étonnement, il faut quitter le Danube et suivre un long canal pour parvenir jusqu'au centre de la ville. Plus tard, je découvrirai que la construction de Vienne a démarré à quelques kilomètres du Danube, là où se trouve le centre-ville actuel (Innere Stadt), afin de protéger la population des crues.

A partir du XVIIIème siècle, la construction d'un réseau de canaux sur la rive droite a permis de connecter le Danube au coeur de la ville.

donauvienna

Aujourd'hui, ces canaux constituent un lieu de vie dynamique : lorsqu'il fait beau, les canaux sont un lieu où les Viennois aiment se balader et où les jeunes font la fête à la tombée de la nuit.

Nous décidons de rester deux nuits à Vienne afin de profiter de la capitale. Cela nous permet de nous y balader en vélo et de prendre la température de la vie locale.

Le Palais impérial de la Hofburg.

Le Palais impérial de la Hofburg.

Le parlement de Vienne.

Le parlement de Vienne.

centrale

Je trouve que la transformation de l'architecture extérieure de cette centrale thermique par Friedensreich Hundertwasser, un artiste autrichien renommé, est de très bon goût.

vienna-panorama

Le complexe muséographique du Museumquarter propose l'accès à une floppée de musées différents concentrés au même endroit : art moderne, cinéma, danse, théâtre, architecture, nouveaux médias, peinture et musée des enfants.

velociraptor

En ce qui me concerne, j'ai trouvé ça logique de commencer par la base : le musée d'histoire naturelle.

eglise

Le jour du départ, j'immortalise mon souvenir de Vienne dans cette photo.

Pour retrouver les épisodes précédents, suivez le guide :

1 – le départ et le matériel de voyage en vélo,
2 – la 
fatigue et l’alimentation du cycliste,
3 - le train, la tente et le couchage
- les vêtements techniques, la protection de la peau et les panneaux solaires
5 - les sacoches, les pédales semi-auto et la réparation à vélo
6 - la parka, la polaire et les sacoches home-made

7 - les lunettes, la libellule et Istanbul

A suivre...

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • RafikBG

    Hello Elise et Sebo,

    Merci pour votre retour, on est très contents si nos articles peuvent vous apporter :).

    Nous ne vendons pas de matériel, mais vous pouvez effectivement échanger avec Geoffrey ([email protected]). Il est actuellement très pris par la ligne BG et d’autres projets : il est donc possible qu’il soit un brin long à répondre, mais il vous répondra ;).

    A très vite !

  • merci Lark !

  • Lark

    Une très bonne surprise de voir que BG fait aussi du voyage à vélo !

    Le système usb2byk permet de récupérer l’énergie d’une dynamo (tangentielle ou de moyeu) pour sortir du 5V ou recharger un bloc d’accus. Ça se couple bien avec un panneau solaire pour avoir un peu plus d’énergie.

  • Sylvain

    franchement sa donne envie de partir tout sa !!

  • BenoitBG

    Je crois que Geoffrey et Romain en avaient un.

  • je testerai !

  • TomBG

    Next level tout ça !

  • je dirai 2 ou 3 heures de gros soleil !
    bonne idée le Canada en été

  • Mathieu

    salut

    très intéressant cette série d’article, sa me donne des idée pour un trip du même genre mais a pied et plutôt au canada histoire de profiter du paysage et du calme (ainsi que communier avec les caribou…)

    a propos des panneau solaire, combien de temps d’exposition pour recharger disons un téléphone portable?