On a shooté nos nouveaux vêtements d’été… avec VOUS !

Temps de lecture : 10 minutes

Quatre personnes sur la plage jupe jaune henley bleu chemise verte

Publié par le 6 juillet 2020

☀️ CHAUD DEVANT : nos bermudas, t-shirts, chemisette, polo et casquettes arrivent !

L'été est une période à part.

C'est la saison où tout est permis, où on se baigne dans la mer, où les journées sont si longues, où les copains s'agglutinent autour des tables le soir, où on passe des heures entières à lire ou ne rien faire, où le soleil immense fait tourner les ventilateurs. Nos nouveaux vêtements sont taillés pour ces moments-là.

Et ces moments-là, nous avons voulu les vivre avec vous, notre communauté. En effet, pour ce lancement, vous verrez des mannequins un peu particuliers porter ces nouveaux vêtements : on les a sélectionnés parmi vous. Sur 300 candidatures, 4 ont été retenues ! Ça n'a pas été facile.

Voici les coulisses de ces deux journées de shooting : la première passée avec Kévin, un mannequin professionnel, et l'autre passée avec les 4 élus... !

🎬 Regardez les portraits vidéos de nos mannequins-invités en fin d'article !

Lundi 22 juin

5h30 du matin

La sonnerie “chants d’oiseaux” me réveille. Je regarde l’heure et grogne : il est tellement tôt que j’ai l’impression d’être hier. Je traîne ma carcasse jusque dans la douche.

Je shampouine et me prépare mentalement à ces deux jours :

  • Aujourd'hui : arrivée à 9h à Boulogne-sur-mer. Shooting photo et vidéo avec Kévin, mannequin pro qui vient de Bruxelles. On n'a pas tous les prototypes des nouveaux vêtements avec nous à cause de la crise sanitaire. Ça lui fait 6 tenues à passer. Sur une journée, c'est facile.
  • Demain : shooting et interviews des 4 membres de notre communauté. Hâte de les rencontrer. J'espère qu'ils ne seront pas trop stressés. Avec eux, on shoote tout et surtout le reste des prototypes qu'Hana apporte avec elle.

12 nouvelles pièces. Deux jours pour rapporter un maximum de belles photos et vidéos. Timing très serré le deuxième jour. Mais les journées de fin juin sont les plus longues et la météo dit : “soleil”. On va y arriver.

Je ne le sais pas encore mais avant d'arriver à la photo ci-dessous, il va s'en passer des choses...

homme en polo beige et lunettes de soleil à la plage

6h10

La porte claque derrière moi. Tout le bâtiment ronfle pendant que je fais rouler ma grosse valise pleine de vêtements jusqu’au taxi qui m’attend. On traverse Paris que j'ai presque pour moi tout seul. L'instant d'après, je suis dans le train de 6h52. Je vais pouvoir me reposer avant le top départ.

Soudain la cheffe de bord me tire de ma rêverie :

“En raison d’une panne d’électricité, nous allons accuser un retard de quelques minutes… Nous vous informerons prochainement avec plus de précision. Merci de patienter.”

Ah cet instant, je pense : "ça va s'arranger, c'est rien". Je me trompais. Et lourdement en plus.

Ce qui s'est passé réellement, c'est ça :

  1. Le train ne partira pas. On nous demande de prendre celui d’en face.
  2. Je trouve un siège mais le contrôleur annonce : “bienvenue dans ce train direct à destination de Lille-Flandres”. Mon cœur saute un battement. J'attrape mes affaires et sors. Sur le quai, attroupements et éclats de voix. On me dit : “Boulogne-sur-mer ? Si, si, vous allez à Lille et serez réorienté là-bas.” Je remonte dans le train.
  3. 8h30. Le train part enfin. Mais à vitesse réduite. Il aura deux heures de retard. J'apprends dans le train, grâce au contrôleur, qu'un TER partait pour Boulogne-sur-mer juste après le train de 6h52. J'ai envie tout casser. Je ne casse rien du tout.
  4. 11h : arrivée à Lille.
  5. Le train qui part de Lille vers Boulogne-sur-mer est un TER qui doit mettre 3h au lieu d’1h en TGV. On décide de louer une voiture. Kévin m’a gentiment attendu en gare de Lille. En voiture. Il nous faut 1h45.

SPOILER ALERT : Je pensais admirer de beaux paysages entre Lille et Boulogne. Pas. Du. Tout.

13h : arrivée à Boulogne-sur-Mer (au lieu de 9h)

Francesc, le directeur artistique, est là qui nous attend. Avec tout ça, il a eu le temps d’affiner son plan, de repérer les lieux de shooting. Il est tout sourire. “Shit happens”, il nous dit. Un shooting sans péripétie, ça n'est pas un shooting.

Ça ne sert à rien de paniquer, alors on ne panique pas. On prend les choses à mesure qu’elles arrivent. Kévin est très professionnel, il sait se placer, il enchaîne les poses, la communication est fluide avec Francesc, on se presse mais on fait les choses avec précision.

On shoote autour de la maison qu’on a louée. On shoote à la plage. Dans les petites dunes autour. Au pied des immeubles plantés juste après le sable. Les gens nous regardent comme des aliens. Ils se tordent le cou sur les bancs publics. C’est un shooting ordinaire.

homme sautant en l'air sur la plage

Shooting sur la plage dans les herbes chemisette bleue

Quand Francesc ramène Kévin à la gare le soir, j’en profite pour m’éclipser dans ma chambre. Le corps tombe sur le lit, quand il touche le matelas je suis déjà endormi.

Mardi 23 juin

7h30 du matin

Les chants d’oiseaux. Encore. Mais cette fois j'ai chanté avant eux.

Aujourd’hui est un grand jour : pour la première fois, nous accueillons dans un shooting des membres de la communauté BonneGueule.

Début juin, nous avons lancé un appel à candidatures sur Instagram et dans notre newsletter. Plus de 300 personnes y ont répondu. Le plus difficile a été d’en sélectionner quatre parmi tout ce monde. On a choisi Mélodie, Benjamin, Ousmane et Aymeric. Et nous avons rendez-vous à 9h ce matin avec les deux premiers. Les deux autres arriveront en voiture directement sur place.

9h

Francesc et moi discutons devant la gare de Boulogne-sur-mer. Dans un sac à nos pieds, un petit-déjeuner pour nos voyageurs. Mélodie et Benjamin arrivent. Ils ont pris le fameux train de 6h52 depuis la Gare du Nord à Paris. C'est facile quand ça fonctionne.

Nos deux invités ne sont pas seuls. Hana et Luke, qui font partie de l’équipe BonneGueule, sont venus en renfort. Hana trimballe une grosse valise avec tous les vêtements du jour. Luke est affublé de tout son attirail vidéo. On croit qu'il doit sa carrure à la pratique du sport, pas du tout c'est grâce à cette caméra de 2,5 tonnes.

Cameraman sur un balcon

On passe de deux à six en une fraction de seconde. Ils n’arrêtent pas de sourire et nous non plus. On se rend bien compte qu’on s’apprête à faire quelque chose de spécial. On y pensait depuis longtemps, aujourd’hui on le fait.

On monte dans les voitures direction la maison : Mélodie et Benjamin avec moi, Luke et Hana avec Francesc.

Dans la Toyota Aygo écarlate, on discute, on fait connaissance, le paysage défile et bientôt, on voit la Manche. Je sens que l’un et l’autre ont un peu le trac. J’essaie de les rassurer : “il suffit juste de passer un bon moment. Si on passe un bon moment, les photos seront réussies.”

Ce trac que je sens chez Mélodie et Benjamin, Aymeric nous en a parlé aussi après le shooting :

“J'avais une grande appréhension pour ce shooting. C'était un exercice totalement nouveau pour moi et j'avais peur de ne pas être à la hauteur. BG a été suffisamment ouvert pour proposer ce shooting à ses clients mais derrière c'est tout un travail d'équipe pour mettre en valeur les vêtements. Comment vais-je rendre sur les photos ? Vais-je réussir à porter correctement les vêtements ?” - Aymeric

C’est aussi simple que ça, en réalité. Le reste, c’est une question de cadrage, de lumière, de choix artistiques, d’appuyer sur le déclencheur au bon moment et que les tenues soient bien choisies. Mais ça, ce n'est pas leur problème.

Mélodie et Benjamin découvrent la maison : une sorte de chalet avec une terrasse qui fait tout le tour du premier étage baigné de lumière. Des arbres hauts forment une barrière végétale protectrice autour de la maison. On se sent bien.

Homme et femme balcon

Mélodie et Ousmane

On entend une voiture : Aymeric et Ousmane arrivent de Lille. Timing parfait. On fait les présentations autour d'un café.

Il ne faut pas traîner. Courir après le temps ne donne jamais rien de bon.

Hana m’aide à répartir les tenues par personne. La maison est grande : une personne par chambre. Il faut que chacun se sente à l’aise. Je réfléchis aux premiers looks.

Hana sort dans le jardin. Luke y installe son set-up vidéo pour interviewer l'un de nos quatre invités. C’est Hana qui va mener les interviews. Luke est responsable de la réalisation de la vidéo et du montage ensuite.

set up shooting video tournage

Hana, Luke et Aymeric attendent que le shooting photo fasse un peu moins de bruit pour commencer à tourner.

Pendant que nos mannequins-invités se changent, je m'envoie un dernier café bien fort et bien court pour allumer la machine.

10h : ça commence vraiment

Mélodie rejoint le plateau de tournage de Hana et Luke. Pendant ce temps, Francesc appelle Ousmane, Benjamin et Aymeric pour des photos de groupe. Ils arrivent sans trop savoir quoi faire de leur bras, de leur corps. Francesc leur donne la réponse en même temps qu’une raquette de ping-pong par personne : vous vous faites une partie ?

Jouer les mannequins, c’est stressant. Jouer au ping-pong beaucoup moins.

Sourires surpris. On fanfaronne. Se chambre un peu. On tente des coups impossibles. Des effets. Un esprit de camaraderie à la BonneGueule s’installe rapidement.

“On a tout de suite été mis à l'aise, l'équipe était détendue, bienveillante et finalement le shooting s'est déroulé naturellement sans avoir à trop se poser de questions.” - Aymeric

En voyant cette partie de ping-pong, je me dis que la journée va bien se passer.

Je me rends compte trop tard qu’Aymeric porte un t-shirt grand pour lui. Avec tant de personnes à habiller, ça arrive. “Shit happens”, encore une fois. Légère ombre au tableau mais pas de quoi éclipser ce beau moment que l’on passe.

Homme avec lunettes et casquette et t-shirt beige

Aymeric avec un t-shirt un peu grand.

Francesc virevolte autour de la table, il lance à Benjamin : “tu arrives à faire combien de rebonds à la suite avec la balle ?”. Il demande à Aymeric : “Fais coucou à la caméra !” Moment d’hésitation un peu gêné, il me cherche des yeux : “Je dois vraiment le faire ?” Oui, oui. Ça fait rire tout le monde.

Après cela, c'est au tour de Benjamin de se faire interviewer.

Interview homme à côté d'une piscine en polo beige

On enchaîne les tenues, les poses, autour de la piscine, dans un escalier à l’extérieur de la maison.

shooting autour de piscine

Benjamin dans la piscine, Mélodie et Ousmane en dehors. Francesc donne les directions.

La piscine, Benjamin s’en souvient puisqu’il y est allé tout habillé. Et Mélodie aussi, pour d'autres raisons :

“J’ai particulièrement apprécié quand on a shooté près de la piscine. On était détendu. Il faisait un super temps et on s'est bien marré. On avait presque l'impression de se connaître depuis toujours !” - Mélodie

Je regarde ma montre. On a mis du temps à démarrer, à trouver notre rythme et c’est normal. C’est pile le moment où il ne faut pas faiblir.

Mais on ne peut pas se précipiter non plus : ce sont nos invités avant tout. Nous sommes aussi là pour échanger et leur montrer les coulisses d'un shooting.

C’était vraiment top de découvrir l’envers du décor, particulièrement d’une marque qu’on suit et dont on se sent appartenir à sa communauté. Et aussi voir la collection en exclu ! - Benjamin

14h30 environ : tout le monde en voiture !

Après le déjeuner, on met tout le matériel dans le coffre des voitures : il y a le matériel photo, le matériel vidéo et les tenues qu’il reste à shooter.

On file à la plage. C’est à 5 minutes. Les maisons de Hardelot-Plage sont pointues comme des églises de villages. Faut voir ça.

homme et femme sur plage casquette verte camera

L'envers du décor. Petite pause barrière pour Luke et Hana.

On débarque à la plage comme une colonie de vacances, une tornade de bonne humeur. La Côte d'Opale, elle est pour nous. Nous restons au pied des immeubles pour commencer. Je demande à Francesc : “On va où là ?”. Lui : “J’ai pas rêvé, y’avait un marchand de glaces ?”. “Ouais, je dis, c’est juste un peu plus loin.”

Nous prenons possession de la petite place autour du marchand de glaces.

Homme avec une glace riant chemise verte casquette bleue

Les regards des passants se portent sur eux. Ils n’ont pas l’habitude. J’entends des “Tout le monde nous regarde...”. J’essaie de rassurer. Francesc détourne leur attention. De toute façon, les glaces fondent à une telle vitesse qu'ils en oublient le monde extérieur.

Chemise blanche et jupe jaune plage glaces

Mélodie et Hana

"Un super moment d'euphorie, car il fallait garder ces glaces intactes pour permettre à Francesc de capturer ce moment. Et le pauvre Aymeric a essayé tant bien que mal de conserver sa glace à la mangue. - Ousmane

Résultat de l'opération "Ice Cream à Hardelot-Plage" : deux taches. Une pour la chemise de Mélodie, une pour l’espadrille d’Aymeric. Espadrille appartenant à Benoît d'ailleurs... Ben, je suis désolé de te l'apprendre ainsi, mais il y a une petite tache de glace à la mangue sur le talon d'une de tes espadrilles. Désolé.

Si, après cet article, je me retrouve sur le marché de l'emploi, on saura pourquoi.

16h

Je les vois alignés qui marchent vers la mer, avec Francesc autour, l'oiseau photographe. Il essaie de dominer le vent avec sa voix. Il les pousse vers la mer. Je sais ce qu’il veut faire. J’en ris tout seul.

“On se demandait quand Francesc allait nous demander de nous arrêter alors que les vagues atteignaient déjà le bas du bermuda…” - Aymeric

Je me détends. On aura ce qu’on veut. Tout se passe pour le mieux. Les deux tenues qu’il reste à faire ne prendront pas trop de temps. Ils auront leur train.

Le reste de la journée se passe plus lentement sur la Côte d’Opale. Lentement aussi, on finit par rejoindre les voitures. Lentement, on fait la route jusqu’au parvis de la gare et on se dit au revoir, on se remercie. Je sens qu'on a tous déjà la nostalgie de la journée que l'on vient de passer ensemble. L'instant d'après, ils montent dans le train.

Je laisse le mot de la fin à nos quatre mannequins-invités :

Mélodie :

"Merci à vous pour votre accueil chaleureux. Vous êtes une équipe de choc, on est chanceux d’avoir pu partager un bout de l’aventure BG avec vous."

Ousmane :

"Ce fut une excellente journée, que des fous rires et des good vibes. J'ai été heureux d'avoir participé à ce lancement. Je vous remercie pour ces moments inoubliables."

Aymeric :

"C'était un grand plaisir de pouvoir participer aux coulisses de BonneGueule et de contribuer à petite échelle à la marque. J'ai hâte de voir le résultat !"

Et Benjamin :

"Un grand merci et bravo à tout le monde pour cette belle expérience, dont je garderai un super souvenir. À l’équipe BG qui nous l’a grandement facilitée et m’a confirmé tout le bien que je pensais d’elle et à tout le monde pour la bonne humeur."

Benoît et Geoffrey vous remercient

C'est toujours très émouvant de recevoir plein de messages d'encouragements, remerciements, ou juste de bonne humeur. Et mettre tous ces visages derrière des mots, c'est encore autre chose ! Merci de nous faire vivre ça, à l'équipe et à nous. Ça donne vraiment du sens et une réalité très palpable à notre aventure...

Comment se procurer ces nouvelles pièces ?

Rendez-vous ce samedi 11 juillet dès 11h sur notre e-shop.

Mais aussi dans nos boutiques de Paris 3e, Paris 6e, Lyon et Bordeaux.

Et pour ne rien louper de ce lancement et des prochains, inscrivez-vous ici :

En renseignant votre email, vous allez recevoir nos conseils en style et les actus BonneGueule par email. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via les liens en fin de mail (on sera tristes, mais la vie trouve toujours un chemin !).
Jordan Maurin Jordan Maurin

Adepte des romans d’Ellroy et de Vian, j’essaie de vivre ma vie le plus artistiquement possible (comme le disait Glenn O’Brien). Fervent défenseur du pantalon blanc (Squarzi président !), j’aime le vêtement quand il donne confiance et ne déguise pas. Pour moi, s’habiller différemment, ça veut dire se donner le droit de penser différemment.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.