Marque BonneGueule : nos gilets sans manches en flanelle et Climashield APEX

Temps de lecture : 8 minutes

73

Des gilets en flanelle très attendus

Je vais vous présenter l'une des pièces qui nous a été la plus demandée cette année.

Un vêtement qui conjugue deux choses :

  • une vrai apport de chaleur
  • un supplément de style dans vos tenues

Je pense que beaucoup attendaient ces gilets, car cette pièce répond à un vrai problème que vous avez forcément connu : vous avez froid, alors vous rajoutez une couche en plus sous votre manteau, et là vous perdez en confort et avez du mal à bouger.

Pire encore : une fois en intérieur, vous avez trop chaud.

Ou bien tout simplement, vous ne savez pas trop s'il fait un peu froid ou très froid, et vous avez du mal à vous habiller de manière suffisamment modulable.

La pièce qui résout ces équations pénibles, c'est le fameux gilet sans manches.

L'anecdote de Geoffrey : Il y a une personne qui n'attendait pas du tout, mais alors pas du tout ces gilets : c'est Geoffrey.

Et c'est vrai qu'on peut avoir du mal à se projeter dans un gilet sans manche quand on n'en a jamais porté. Pourtant, c'est une pièce tellement pratique, qu'on ne peut plus s'en passer une fois qu'on en possède un.

Et c'est exactement ce qui s'est passé avec Geoffrey, qui ne quitte plus le sien (sauf quand sa copine lui le pique).

Une couche intermédiaire chaude et pratique

Ce gilet, c'est la pièce toute trouvée pour le mid-layering , car son absence de manches n'obstrue pas la liberté de mouvement.

Eh oui, il n'y a pas deux emmanchures qui se superposent, ce qui en fait un bonheur d'aisance.

Le problème ? On en trouve beaucoup chez les marques de randonnée, mais le rendu est souvent bien trop "gentleman farmer"...

Une pénurie de gilets chauds et élégants sur le marché

Entre les couleurs criardes et le nylon omniprésent, difficile de trouver une pièce au design contemporain.

Et quand une marque propose une telle pièce, elle omet bien souvent de signaler la marque de l'isolant du gilet. Un point très problématique pour moi, car entre une ouate, un duvet, et un rembourrage haute performance comme ici, l'isolation n'a rien à voir. Le comble pour une pièce censée vous protéger du froid !

C'est avec tout ça en tête qu'on a commencé le développement de ces gilets en flanelle...

La version grise...

Et la version bleue, portée avec la même tenue : la chemise en flanelle et le pantalon en canevas.

Ma pièce réflexe de tous les jours

Bon, je vais vous faire une confidence : ce gilet sans manches est LE vêtement que je porte le plus en ce moment, tellement il est pratique.

Parce que j'adore les vêtements "couteau suisse", et là on est en plein dedans !

Il se porte aussi bien avec une belle chemise, qu'avec un sweat, un tee shirt, en dessous d'un manteau, d'une parka, ou d'un rain coat.

Et l'absence de manches garantit un très bon équilibre thermique. Bien sûr, je ne vous conseille pas de sortir seulement vêtu de votre gilet alors que le mercure annonce 5°C, mais le gain de chaleur se ressent vraiment.

Deux flanelles Vitale Barberis Canonico

Ce gilet conserve tout de même une connotation très outdoor dans l'imaginaire collectif.

Il fallait donc le rendre élégant grâce une matière noble et sobre : notre choix s'est arrêté sur une flanelle de laine.

Eh oui, il sera difficile de vous mettre en valeur en portant l'une de ces classiques doudounes sans manches en nylon, aussi décontractées soient-elles. L'aspect synthétique se marie très mal avec des tissus plus traditionnels comme l'oxford, le chambray ou le drap de laine par exemple .

J'ai donc choisi deux flanelles en laine peignée de chez Vitale Barberis Canonico, la plus vieille filature au monde.

Le premier modèle, c'est le pied-de-poule du pantalon que l'on avait déjà sorti en octobre dernier :

Un pied de poule que vous connaissez bien !

Le deuxième gilet est constitué d'une laine bleue à micro motifs "tête d'épingle" :

Ici, c'est un micro-motif dit tête d'épingle..

Et comme d'hab, un 100% laine apporte de facto une bonne efficacité thermique, grâce aux propriétés isolantes de cette fibre naturelle.

Je vous ai déjà beaucoup parlé de Vitale Barberis Canonico. Mais si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez retrouver nos précédentes explications (la différence entre la laine cardée et la laine peignée, l'histoire de Vitale Barberis Canonico) dans l'article de présentation de nos pantalons.

Enfin, on est sur un poids plutôt épais : ces flanelles font toutes deux du 173g/m².

Quelles utilisations pour ce gilet sans manches ?

Sans chercher à survendre la pièce, les utilisations possibles de cette pièce sont très vastes.

Par exemple, porté dans des looks purement workwear, un gilet n'aura aucun mal à se mélanger avec jean brut ou un pantalon en canevas et des workboots.

Et perso, j'aime bien le porter en-dessous d'une work jacket très texturée.

Pour des tenues "casual chic", c'est une pièce très utile : on peut la mettre entre une chemise décontractée et un bomber, ou sous un blazer...

Je l'ai même porté sous le camel coat, avec une paire de sneakers. Vous serez étonné du nombre de tenues où ce gilet trouve sa place, je vous le garantis !

Sous un blazer, c'est une pièce qui s'insère sans problème pour une tenue en layering.

À la recherche de l'isolant parfait…

Si j'avais bien apprécié le Polartec Alpha de notre précédent blouson vert sapin, le rendu était trop plat sur les prototypes de ces gilets.

Il nous fallait une ouate plus volumineuse, pour un effet légèrement matelassé, sans pour autant utiliser du duvet .

Autre soucis. La plupart des marques "casual chic" ne détaillent pas les ouates utilisées, comme si c'était un secret gênant.

Parce que c'est un élément invisible pour le client. Et les marques ont parfois tout le loisir d'y mettre n'importe quoi.

Je trouve ça dommage ! Car c'est un élément clé pour le confort d'un gilet.

J'ai donc commencé à faire un immense benchmark des isolants, et très rapidement, je me suis rendu compte que la plupart des marques de haute-performance que j'apprécie utilisent le même mystérieux matériau...

Du Climashield APEX 133g dans nos gilets sans manches

Vous l'avez compris, c'est du Climashield qui va vous tenir au chaud cet hiver, choisi dans la gamme APEX (poids de 133g/m²).

Parce que c'est cette gamme qui a le meilleur ratio chaleur/légèreté !

Pour les amateurs de vêtement technique, sachez que son CLO est de 0,024 (c'est une unité qui mesure le ratio chaleur/poids assez complexe à appréhender) .

C'est avec cet isolant qui ressemble à un petit nuage que le miracle se produit...

Climashield nous fait savoir que, selon eux, à poids égal, l'isolant APEX est le plus efficace du marché. D'ailleurs, c'est une gamme assez récente, puisqu'elle a été lancée en 2008, alors que Climashield existe depuis 1974.

Et comme d'habitude, je regarde beaucoup quels sont les clients des producteurs de matières techniques. En effet, c'est souvent un bon indicateur de la fiabilité d'une marque. Alors selon vous, qui utilise du Climashield ?

  • Acronym évidemment, dans son bomber J50 (env. 1.000 €).
  • Tilak, le fabricant tchèque vraisemblable de la marque Acronym, qui a sa propre marque d'outdoor de qualité (autour de 200 €).
  • Arc'téryx, dans sa ligne de base et dans sa ligne haut de gamme Veilance (1.000 - 1.500 €). Je soupçonne la ligne LEAF d'avoir aussi du Climashield.
  • Beyond Clothing, marque technique/outdoor très haut de gamme (autour de 250 €).
  • Kanuk, une marque québécoise de parka haut-de-gamme, qui crée des pièces pour lutter contre les grands froids (autour de 600 €). Nos lecteurs canadiens comprendront.

Très bien mais pourquoi ces marques utilisent du Climashied et pas un autre isolant ?

Quelle est la particularité du Climashield ?

La première chose, c'est que Climashield est le pionnier des "filaments continus".

Ce sont les seuls fabricants de ce type d'isolant au monde. Je me dois d'être transparent, j'ai tout de même pu voir que son concurrent, Primaloft avait également une technologie similaire, mais je n'en sais pas plus.

Dans une vidéo dont les fabricants de matières techniques ont le secret, on voit bien le fonctionnement de l'isolant :

En fait, une ouate "classique", c'est comme du coton de pharmacie, ça se délite.

C'est un problème pour le vêtement car, avec les usages répétés, les mouvements, les lavages ou l'humidité, votre isolant ne ressemble plus à grand chose à la fin .

Mais ce n'est pas le cas du Climashield !

Ce sont de longs filaments continus ce qui en fait, d'une certaine façon, un isolant "indéchirable". C'est comme si vous tentiez de rompre une ficelle en tirant de chaque côté, dans le sens de la longueur. Impossible je vous dis !

Et il en resort deux avantages très intéressants pour nous :

  • Parfaite tenue dans le temps : le Climashield ne se déchire pas quand il est étiré, il ne s'agglomère pas et ne se sépare pas.
  • Hautement compressible : il va retrouver sa forme initiale très rapidement, ce qui le rend bien pratique quand vous allez mettre ce gilet sans manches dans votre valise pour le week-end.

 

Vous ne serez pas gêné par votre lancer de canne à pêche ! Et si un peu d'eau entre dans le gilet, vous n'avez pas à être inquiet !

Une technologie qui lutte contre l'humidité du tissu

Enfin, notre isolant Climashield est doté de la technologie dite "Aquaban" (oui, je sais, ils sont très fort en noms) : il garde la chaleur même quand il est mouillé, tout en permettant à la transpiration de s'évacuer rapidement. Sur une pièce destinée à être portée en sous-couche, c'est une caractéristique très utile.

On peut penser que je suis un vrai perfectionniste mais, ayant déjà fais des tests avec des isolants de moins bonne qualité, je vous garantis que c'est bien moins agréable : la sensation de moiteur peut s'installer et ça ne tient pas si chaud que ça.

Autre chose importante à savoir : pour que le Climashield puisse bien fonctionner, il a besoin d'avoir du gonflant, il ne doit pas être excessivement plaqué contre votre corps, car l'isolant ne doit pas être écrasé.

Il doit juste se poser sur votre buste quand il est fermé, et c'est tout.

Ce n'est donc pas une pièce à choisir trop ajustée. Je vous conseille tout simplement de choisir votre taille habituelle.

Mon protocole de test

Oui, les poches en polaire bien chaudes et douillettes de nos manteaux sont aussi présentes sur nos gilets sans manches !

Je me lance dans la partie test du produit.

J'étais prêt à braver tous les grands froids avec ce gilet sans manches.

Alors cet hiver (avec des températures entre 5°C et 10°C), je l'ai uniquement porté avec une chemise et un manteau ouvert.

Le but était de voir si j'allais avoir froid au buste, sur la partie non couverte par le manteau.

Résultat : je n'ai jamais eu froid, même quand il faisait 5°C et même alors que je portais ma parka grande ouverte. Je peux vous assurer que le Climashield marche vraiment, promis !

Et la coupe ?

Ici, le gilet épouse convenablement le haut du corps de François sans pour autant donner d'effet trop "massif" à la silhouette.

S'il y a un bien une chose que je déteste sur certains gilets sans manches c'est l'effet "épaulettes". Il est très important que la pièce épouse le contour de l'épaule sans pour autant avoir d'excédent de matière.

Vous noterez également que l'épaule remonte assez haut pour avoir un tombé parfait, que ce soit avec un sweat ou sur une chemise.

Niveau ajustement, pas de surprise, nous avons choisi une pièce qui suit la courbe de votre buste sans pour autant vous comprimer. On ne voudrait pas vous faire ressembler à Bibendum le Bonhomme Michelin.

Comment porter le gilet sans manches ?

Très simplement, le gilet sans manches matelassé peut se porter sur un sweat-shirt gris chiné. Véritable tenue du dimanche, il apporte de l'épaisseur au niveau du buste et sert de bouclier supplémentaire contre le froid. On complète cette silhouette très urbaine par un pantalon en velours écru pour jouer sur les contrastes . On accessoirise avec des boots un peu patinées et des gants en cuir marron (gilet sans manches BonneGueule, sweatshirt d'hiver BonneGueule, pantalon BonneGueule, gants Galeries Lafayette, boots trouvées en friperie)

Ici le gilet sans manches gris est utilisé comme astuce pour lutter élégamment contre le froid. La tenue de base est très casual, un sweat-shirt gris chiné porté avec un denim brut et un pardessus camel. Le gilet vient ici, en plus de donner un peu d'épaisseur, se fondre dans l'ensemble et garantir une isolation contre le froid. On ajoute des brogues pour la touche de formalisme et un bonnet orange vif pour ajouter de la couleur (sweatshirt d'hiver BonneGueule, manteau BonneGueulejean BonneGueule, brogues Grenson de chez British Shoes, bonnet Inis Meain).

Ici, le principe est le même que pour le look précédent : une tenue formelle, un costume texturé en laine, une simple chemise blanche et des brogues classiques aux pieds. Là dessus, on intègre entre la veste et la chemise, un gilet sans manches navy qui apporte de la variété. C'est une excellente astuce pour les personnes qui, au quotidien, doivent braver le froid en costume (costume en donegal BonneGueule, chemise BonneGueule, brogues Grenson de chez British Shoes).

Comment commander les nouveautés de décembre ?

Tous les vêtements sont disponibles dès maintenant sur notre e-shop :

Benoît Wojtenka Benoît Wojtenka

J'ai fondé BonneGueule.fr en 2007. Depuis, j'aide les hommes à construire leur style en leur prodiguant des conseils clairs et pratiques, mais aussi des réflexions plus avancées.
Et j'ai quelques lubies : le sport en salle, le techwear… Et j'adore le thé sous toutes ses formes, que je bois à raison de plus de trois litres par jour.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.