Ligne BonneGueule : nos deux chemises Albini en micro-seersucker et en coton twill

Temps de lecture : 6 minutes

51

(activez les sous-titres en cliquant sur "CC" si ce n'est pas déjà fait, même sur mobile !)

Cela faisait longtemps que nous n'avions pas sorti de chemises estivales, et il était temps d'y remédier...

C'est chose faite avec ces deux pièces montées dans un tissu on ne peut plus adapté à la chaleur, et dont les couleurs devraient vous inciter à partir en vacances dans un lieu baigné de lumière.

Et comme d'habitude, Albini a su proposer deux très beaux tissus pour vous faire voyager : un micro-seersucker coton/lin et un twill de coton.

"Comme un chef étoilé doit utiliser les meilleurs ingrédients pour ses recettes, un filateur doit travailler avec les meilleures matières premières. Autrement, on ne peut pas revendiquer l’excellence de nos tissus et de leur performance." Silvio, aîné de la cinquième génération Albini.

Un beau mélange coton / lin pour pour un seersucker très doux...

... et un joli coton twill ultra léger ! Il n'est pas si bleu uni que cette photo peut laisser entendre, vous allez voir...

Notre chemise en micro-seersucker coton / lin Albini

Tout d'abord, un petit rappel historique s'impose : le seersucker est un tissu qui nous vient d'Inde et dont l'appellation locale était « shir-o-shakar », ce qui signifie littéralement "lait et sucre".

Au 18ème siècle, les colons Britanniques postés sur place se sont pris d'amour pour cette matière élégante et subtilement gaufrée. Plus tard, ils l'ont rapporté sur leur île et ont anglicisé son nom jusqu'à obtenir celui que nous connaissons aujourd'hui : "seersucker".

Quasi-infroissable, assez extensible et très léger, ce tissu a séduit par-delà les océans et les frontières, si bien que le Congrès américain célèbre chaque année le "Seersucker Thursday".

Chez BonneGueule aussi, on a voulu rendre hommage à cette matière estivale par essence...

On retrouve ici certains "Congressmen" perpétuant la tradition du "Seersucker Thursday", inaugurée en 1996 par le sénateur Trent Lott.

Bon, il faut que je vous l'annonce d'emblée : je n'étais pas un grand fan de ce tissu à la base ! En fait, je n'ai jamais été sensible aux blazers en seersucker, donc je ne me suis jamais vraiment attardé sur les chemises dans cette matière.

Par dessus tout, c'était la taille du gaufrage qui me dérangeait... ce qui est plutôt paradoxal sachant que j'adore les tissus très texturés. C'est d'autant plus dommage que le seersucker, comme on va le voir, a un vrai intérêt technique.

Malgré cette réticence a priori, je suis complètement tombé sous le charme quand j'ai vu ce micro-seersucker d'Albini. Le génie du tisseur italien a été de faire un seersucker qui n'a pas l'air d'en être un. Comment ? Tout simplement en réduisant au maximum le gaufrage, d'où le mot "micro" dans la désignation de la matière.

Si le gaufrage est palpable et agréable au toucher, il est difficile de le discerner à l'oeil nu.

Contrairement à l'effet gaufré de la chemise, l'immense savoir-faire d'Albini est très visible ici, tant d'un point de vue technique qu'esthétique. Ils ont réussi à faire un seersucker dont le grain est très subtil, ce qui donne une pièce avec une forte personnalité et une identité très marquée.

À gauche, la finesse de notre micro-seersucker contraste clairement avec un seersucker classique (à droite).

De plus, il s'agit d'un mélange coton (62%) / lin (38%). Contrairement à l'immense majorité des seersuckers (100% coton), nous avons choisi un alliage rare qui offre à la matière une main particulière. Plus irrégulière, plus riche, elle donne clairement un supplément d'âme à cette pièce.

Même au milieu des cactus...

Comme je l'ai dit, l'effet seersucker est très discret, ce qui confère à la chemise une texture légère et sèche. Du coup, elle est parfaite pour l'été puisque l'air peut facilement circuler entre votre peau et votre chemise.

 

Canicule ? Même pas peur !

Eh oui, c'est le gaufrage du tissu qui "éloigne" la matière de la peau et qui permet à l'air (et donc à la chaleur) de s'évacuer plus librement.

Finalement, on a sur les épaules une chemise bien plus "aérée" qu'une popeline classique qui nous collerait les flancs au moindre sursaut du thermomètre.

Ne craignez pas les températures élevées : le gaufrage de la chemise éloigne celle-ci de votre peau et permet à l'air de circuler.

Pour les puristes, je décris ci-dessous l'agencement des différents titrages de fils :

  • En chaîne : deux fils différents avec des tensions différentes, respectivement 100/1 et 70/1. Ce sont justement ces deux tensions différentes qui produisent l'effet gauffré
  • En trame : deux fils différents, un coton 100/1 et un lin 30/1

Côté visuel, si vous regardez les rayures bleues, ce n'est pas une simple ligne droite : il y a un minuscule dessin, comme si la rayure ondulait de gauche à droite. Et mine de rien, ça participe beaucoup à ce côté décontracté, presque vintage, du tissu.

De très près, on peut distinguer cette légère ondulation qui apporte décontraction et originalité à la pièce.

Le mélange coton lin et les irrégularités qui en découlent, le micro-gaufrage, le minuscule "zig-zag" des rayures bleues... autant d'éléments qui, combinés, donnent une main unique au vêtement.

Pour moi, c'est une chemise qui n'aurait aucun mal à trouver sa place chez un tisseur japonais.

Notre chemise twill de coton bleu pâle Albini

Toujours chez Albini, on a voulu un tissu évocateur pour notre deuxième chemise.

On souhaitait vraiment qu'il trouve un écho chez son porteur. Qu'il éveille des souvenirs. Celui d'une mer calme sous un soleil d'été. Celui d'un beau ciel lumineux...

Enfilez votre chemise et larguez les amarres...

On a donc choisi ce twill de coton avec un bleu pâle plein de nuances qui enrichissent le tissu.

En fait, un fil blanc s'entrecroise avec un autre fil bleu pâle mélangé, qui n'est coloré que partiellement sur la longueur.

La chemise prend très bien la lumière.

Il y a comme un effet chiné sur la matière. Très délicat, il offre pourtant à la chemise une personnalité forte qui tranche avec le côté structuré du twill.

Vue de près, on distingue d'autant mieux toute la richesse de la matière, tant dans sa texture que dans les nuances de couleurs qu'elle affiche.

Ce bleu pâle est vraiment à part. Il est si clair que vous pourrez l'arborer sans aucun risque avec un pantalon navy.

Aucun problème pour jouer sur les camaïeux car ce seront deux couleurs bien différentes.

En plus, les fils choisis et l'expertise Albini assurent une main très douce, donc très agréable à porter. Je vous assure, vous aurez plaisir à l'enfiler le matin et vous regretterez de devoir la quitter le soir...

Des finitions haut de gamme, pas d'amalgame

Pour ceux qui découvriraient nos chemises pour la première fois, sachez que nous avons à coeur de soigner les détails pour assurer qualité et longévité à nos pièces. Voici donc les points importants à connaître :

Hirondelles de renfort

Boutons en nacre, cousus en croix et montés sur queue

Col button down caché

Et fabrication portugaise !

Comment porter nos chemises estivales ?

Quelques inspirations et idées looks pour porter nos deux chemises...

Chemise en micro-seersucker coton / lin

Les motifs et la texture de cette chemise font qu'elle s'intègre dans un look casual, en y apportant du relief. De loin, les rayures n'apparaissent pas et la chemise semble unie. Elle apparaît claire et se prête donc à toutes sortes de combinaisons, notamment avec un jean brut. Pour éveiller une tenue assez lisse, Luca opte ici pour des boots marron et assortit avec elles le bracelet de sa montre. Simple et efficace. (Jean BonneGueule Kurabo, boots Meermin, montre Jaeger-LeCoultre, bague Harpo)

Si, comme Luca, vous avez un petit faible pour les inspirations riviera, rien ne vous empêche de porter votre micro-seersucker sur un pantalon clair, qu'il soit écru ou blanc. Elle est vraiment très polyvalente ! (Pantalon Levi's de chez Jinji, lunettes The Bespoke Dudes Eyewear)

Notre micro-seersucker fonctionne aussi très bien dans une tenue plus élégante. Contemplant l'Etna à l'horizon, Luca l'arbore ici sur un chino et le résultat est tout à fait convaincant. Il ne prend pas de risque, tant on connaît l'efficacité du combo beige/bleu. En choisissant des derby, il revendique l'aspect casual chic de son look tout en jouant subtilement sur un camaïeu de marron. Toutefois, il casse le formalisme de l'ensemble en roulottant son pantalon au dessus de la cheville. Une ode à l'élégance décontractée. (Chino BonneGueule, souliers Meermin, lunettes The Bespoke Dudes Eyewear)

Pleine de ressources, cette pièce peut tout aussi bien se porter à l'intérieur du pantalon et sous un blazer. C'est l'avantage de ce micro-seersucker qui n'est pas du tout grossier dans une tenue plus formelle. La preuve avec ce look de Luca : il porte sa chemise dans son jean écru sans que celle-ci ne sonne comme une fausse note... au contraire ! Son blazer et ses chaussures navy encadrent une tenue plutôt claire, tandis que son bandana rouge apporte une touche d'originalité bienvenue. (Blazer top secret, jean écru Levi's déniché chez Jinji, derby Septième Largeur, bandana RRL)

Chemise en twill de coton bleu pâle

Grâce à la profondeur de ses nuances, cette chemise peut aussi s'intégrer dans une infinité de tenues. Sur un chino, elle tempère l'ensemble et souffle comme un vent de décontraction. Bien qu'elle soit moins texturée que sa petite soeur en seersucker, elle affiche de beaux reflets qui en font une pièce estivale incontournable. Baignée de soleil sur les épaules de Luca, elle respire la Dolce Vita... et c'est tant mieux ! (Chino BonneGueule, derby Meermin)

Rentrez la chemise dans votre pantalon, passez un joli blazer par dessus, et vous obtenez un look beaucoup plus habillé qui reste parfaitement cohérent. Le button-down caché permet au col d'afficher une belle tenue, même entre les revers d'une veste. Po-ly-va-lence ! (blazer top secret, chino BonneGueule, derby Meermin)

Quand je vous dis qu'elle peut s'intégrer dans un large panel de tenues... c'est vraiment le cas ! En s'inspirant d'influences beaucoup plus marquées streetwear, Luca compose ici un look plutôt osé... mais qui fonctionne. Il porte sa chemise sur un sweatpant navy et enfile des sneakers colorées. Il arbore également une casquette dont la visière, rebelle, tourne le dos au soleil ! Laissez libre cours à votre imagination, vous avez vraiment de quoi composer... (sweatpant Uniqlo, sneakers Piola, casquette Deus Ex Machina)

Comment choisir sa taille ?

Le système de sizing est tout à fait classique, prenez simplement votre taille habituelle.

Si vous avez pris du M sur nos autres chemises, prenez aussi du M ici et ainsi de suite. Vous voyez l'idée...

Comment se procurer ces deux nouvelles chemises ?

Découvrez la chemise en Twill sur notre E-shop

Découvrez la chemise en micro-seersucker sur notre E-shop

Elles sont aussi disponibles en boutique à Paris, Lyon, et Bordeaux dès le samedi 3 juin.

Et pour les autres, inscrivez-vous sans plus tarder :

Benoît Wojtenka Benoît Wojtenka

J'ai fondé BonneGueule.fr en 2007. Depuis, j'aide les hommes à construire leur style en leur prodiguant des conseils clairs et pratiques, mais aussi des réflexions plus avancées.
Et j'ai quelques lubies : le sport en salle, le techwear… Et j'adore le thé sous toutes ses formes, que je bois à raison de plus de trois litres par jour.

Laisse-nous commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.