L’histoire de BonneGueule, racontée par ses 2 fondateurs

Salut, c'est Benoît et Geoffrey, Nous sommes les fondateurs de BonneGueule. Merci d'être là. Pour nous, l'aventure a démarré en 2007 quand on a lancé un petit blog, avec une mission claire : "aider les hommes à se sentir bien dans leurs vêtements". À l'époque, c'était super compliqué de trouver de l'information objective sur la qualité des vêtements, l'éthique des marques, et des conseils bienveillants pour améliorer son style. Et dans nos familles1 ou nos groupes d'amis2, la mode n'était pas un sujet de discussion. Mais on a toujours été très geeks, et on a commencé à apprendre plein de choses en posant des questions à des vendeurs, des petits créateurs, et à trainer sur plein de forums internationaux. Et c'était important pour nous de partager ces informations, et de continuer à apprendre. Alors on a créé le blog qu'on aurait aimé lire quand on a commencé à s'intéresser au sujet : c'est la naissance de BonneGueule en 2007. Pendant les 5 premières années, c'était juste un hobby. Mais comme on était le seul blog à n'avoir jamais pris un euro d'une marque3, de plus en plus de gens nous ont fait confiance et se sont mis à nous lire. Au fil des années, c'est une vraie communauté de passionnés qui s'est construite autour de nous, sans qu'on s'en rende vraiment compte. Et ces personnes se sont mises à parler de BonneGueule à de plus en plus de monde. À force d'écrire les articles qu'on aurait toujours aimé lire, et de répondre à chaque commentaire, le site est également devenu très bien référencé par Google, sans qu'on fasse vraiment exprès. Beaucoup de passion et de travail, mais pas de recette magique. C'est vraiment comme ça que le petit blog de mode est devenu le premier site de mode masculine en français. Et puis, en 2011, la communauté nous a dit qu'elle serait prête à nous financer si on sortait encore plus de contenu. On a donc créé un ebook sur la mode masculine, qui est plus tard devenu un best seller en librairie quand on a été repéré par une Maison d'Édition4 C'est à ce moment que tout a commencé à s'accélérer pour nous. Et que les deux mecs ordinaires que nous sommes se sont mis à vivre une aventure absolument pas ordinaire.

Parce que le succès du premier livre nous a totalement dépassé, et nous a permis dès 2012 de se mettre à plein temps sur BonneGueule. Geoffrey a démissionné de son début de carrière dans le conseil en stratégie, et Benoît a rejoint BonneGueule directement à la fin de ses études. On s'est alors mis à réinjecter chaque euro des revenus du livre dans de nouveaux projets : la construction d'une formation en ligne, le développement d'un site internet plus pro... mais aussi des collaborations avec les marques de vêtements qu'on aimait. Et nouvelle surprise, à chaque fois qu'on lançait un vêtement, les stocks disparaissaient très vite. Quand bien même on avait vraiment peur avant chaque lancement que ça ne fonctionne pas, et que l'aventure s'arrête subitement. Mais on pense que le fait d'expliquer chaque produit dans les moindres détails, à une époque où on était les seuls à faire ça et où beaucoup de professionnels ne croyaient clairement pas à notre projet, ça créait justement un énorme lien de confiance avec nos lecteurs des débuts. Mais pas de quoi fanfaronner ! À ce moment-là, on empaquetait encore les commandes sur le canapé-lit de Geoffrey en guise de table4 On devait parfois faire des sacrifices, mais on ne regrette rien car on a toujours adoré notre "travail“, et éprouvé une vraie responsabilité envers tous ceux qui nous font confiance. Et puis, on a commencé à trouver notre manière de faire à nous. Basée sur l'honnêteté, la transparence, et la bienveillance. Et la communauté à continué à grandir, en s'habillant avec nos collaborations de vêtements. Par contre on voulait aller encore plus loin dans le rapport qualité/prix et la transparence, alors on a créé notre propre vestiaire en 2014 : la marque BonneGueule.

Et là, ça a encore été un énorme choc positif pour nous. Vous avez tout de suite été des centaines à commander nos 3 premiers vêtements : un jean en toile japonaise, une chemise en chambray, et deux tee-shirts. La suite, c'est d'avoir continué à mettre un pied devant l'autre. Des frayeurs de trésorerie, les premiers bureaux, une première boutique, d'autres frayeurs de trésorerie, et un début de reconnaissance professionnelle. Des rencontres géniales aussi, d'autant que la plupart de nos amis d'aujourd'hui sont des lecteurs ou des clients des débuts. Beaucoup de peurs, de joies, d'erreurs, de victoires. De la résilience et une vraie foi dans notre projet aussi, pour ceux qui croient en nous, et ceux qui sont parti trop tôt. BonneGueule représente plus du tiers de nos vies. On y a mis nos croyances, nos valeurs et nos doutes. Aujourd'hui, BonneGueule fait l'objet de d'études de cas dans les Grandes Écoles et on nous invite au G20 à Buenos Aires ou au Ministère de l'Économie et des Finances. On a créé une quarantaines d'emplois directs, sans doute le double derrière. Au quotidien, c'est surtout un sentiment de responsabilité et une peur de décevoir, si un jour on pédale moins vite. Ce qui compte pour nous, ce sont les gens : le bien être de nos collaborateurs, la confiance de nos partenaires, le plaisir de nos lecteurs et la satisfaction de ceux qui s'habillent chez nous. Le futur ? On a toujours quelques idées pour l'année qui vient, mais au fond on ne sait pas trop. Le reste de l'histoire, c'est ce qu'on construit jour après jour avec vous. Alors très simplement, merci d'être là. On espère qu'on va continuer à vivre de belles choses ensemble... Benoît, Geoffrey, et toute l'équipe