L’Exception vu par BonneGueule : en avril, ne te découvre pas d’un fil

l'exception e-shop
/

Voici le second cru des articles en partenariat avec l’Exception. Comme pour le premier opus, nous avons pu bénéficier de son équipement photo et de quelques vêtements.

Nous tenons à vous rappeler que l’objectif de ces articles est avant tout d’exploiter ces moyens pour constituer des tenues et de vous expliquer pas à pas leur construction.

Même si j’ai bâti l’article autour de quatre mailles précises, vous pourrez utiliser les mêmes principes chez vous avec les pièces à votre disposition dans votre garde-robe.

Pour cet article, j’ai encore une fois choisi le thème des mailles et du pull homme. Etrange ? Si vous regardez le thermomètre en ce moment, pas tant que ça. Et même en été, il sera toujours pertinent et agréable d’avoir une maille légère et confortable le matin pour se rendre au boulot ou en toute fin de soirée.

J’ai donc sélectionné quatre mailles différentes qui ont chacune innové à leur manière cette saison, en termes de motifs, de couleurs, de construction ou de texture.

La première, c’est le cardigan Monsieur Lacenaire : même si je suis trop jeune pour avoir connu Space Invader à ses heures de gloire, il a tout de suite parlé à l’ancien geek que je suis (et que nous sommes dans le fond un peu tous). J’ai pu construire deux tenues autour de ce cardigan.

Première tenue (Marchand Drapier, Florian Denicourt, Surface 2 Air) : quand Boardwalk Empire rencontre Space Invader

La première s’articule autour d’une chemise Marchand Drapier, d’un jean Surface To Air et de derby Florian Denicourt.

On souhaite jouer sur la combinaison des motifs et sur leur registre. La chemise en toile de Jouy au motif imprimé Bordel, (à proprement parler), de Marchand Drapier s’inscrit dans une collection orientée Côte d’Azur des années 30. Et elle est dans le même registre que les derby Florian Denicourt qu’aurait sûrement pu porter Nucky Thompson dans Boardwalk Empire.

Vu qu’on ne souhaite pas non plus faire une tenue rétro qui se prendrait trop au sérieux, le tout est équilibré par un cardigan motif pied de poule décalé à la Space Invader et par un jean S2A au délavage très naturel. J’ai également refait la tenue avec un jean Hixsept, le même que dans le précédent shooting avec la trame selvedge.

On obtient ainsi une tenue riche en motifs, dont les registres sont bien marqués mais sans être trop connotés.

Si cette tenue est riche en motifs, elle reste cependant simple au niveau des couleurs et des coupes pour rester portable. Tous les détails ne sont visibles qu’après un examen attentif, « tiens donc, il y a des gens qui copulent dans plein de positions différentes sur cette chemise en fait ». Et non pas à 30 km à la ronde.

Seconde tenue (Tigersushi Furs, Hixsept, Surface 2 Air) : Le grand-père hipster

La seconde tenue est beaucoup plus sage, presque grand-père pourront dire certains : le cardigan Tigersushi Furs a en effet des poches contrastantes. C’est un twist facile à porter mais qui s’inspire des cardigans vintage : il faut donc équilibrer un peu avec un reste de tenue plus jeune... c’est pour cela que j’ai choisi un tee-shirt Hixsept Will, très graphique et très décalé.

Un look d’intérieur ou de mi-saison. La combinaison tee-shirt graphique et chino homme est aérée et colorée. Les espadrilles reprennent les mêmes tons de couleur (entre les chaussures et les boutons du cardigan) et leur semelle inscrit vraiment la tenue dans un registre estival.

Les influences sont mixées et les trois couleurs du cardigan laissent une bonne liberté d’assortiment.

Les boutons en bois virilisent le cardigan et apportent un cachet supplémentaire d’authenticité, avec les semelles en paille des espadrilles

On a en gros une tenue détendue, aérée et très conventionnelle mais pas du tout ennuyeuse et qui joue avec plusieurs registres : preppy, vintage et graphique (en définitive l’esprit du cardigan).

La seule autocritique que je ferais sur cette tenue, c’est le chino Khaki Surface To Air qui taille un peu grand pour moi, surtout au niveau des cuisses, ce qui donne l’impression d’une silhouette un peu tassée.

Troisième tenue (Surface 2 Air, American Vintage) : Streetwear de créateur, tendance tortue ninja

Après une tenue faussement vintage, j’ai choisi une tenue très estivale et plus streetwear pour vous présenter le cardigan Surface To Air.

Les sneakers montantes (Florian Denicourt modèle hipster) étaient un peu risquées car elles auraient pu tasser ma silhouette avec un jean pas assez ajusté. Elles passent bien avec un short (Surface 2 Air modèle Portofino) à la longueur idéale (à peine au-dessus du genou).

Le bas est très connoté et très coloré, il était nécessaire de le calmer un peu en haut avec un tee-shirt graphique mais aux couleurs pas trop vives, et avec un cardigan à la couleur neutre.

Un travail plus avancé est effectué sur le haut en terme de construction et de texture.

La boutonnière sans col permet d’avoir un rendu très casual et très négligé en boutonnant seulement les boutons du milieu et en laissant ainsi deviner le motif du tee-shirt.

Ce qui m’a énormément plu sur ce cardigan, c’est le travail sur les matières. Non seulement au liseret avec un contraste très subtil entre le gris clair et l’écru, mais aussi au niveau du dos tressé. J’avais presque l’impression d’avoir une carapace sur le dos, c’était une texture très agréable à porter et c’est le genre de détails qui fait la différence et apporte un travail stylistique bien dosé à une tenue autrement trop rudimentaire et connotée.

Evitez par contre, avec ce type de cardigans et de cols, de porter des chemises, à moins de prendre des chemises très casual avec un col vraiment mou (chemise chambray ou flannelle) qui puisse s’écraser un peu sous le col du cardigan.

Avec un tee-shirt graphique, ou un tee-shirt au col bien évasé type American Vintage, boutonnière fermée au milieu et manches retroussées, c’est pour moi le meilleur rendu qu’il puisse y avoir.

Quatrième tenue (COS, S2A, Monsieur Lacenaire) : Dandy nonchalant

Voici la tenue la plus minimaliste de ce shooting, mais c’est aussi ma préférée. C’est une tenue qu’on aurait pu utiliser pour mettre exclusivement le cardigan Monsieur Lacenaire en valeur tellement elle est épurée sans lui, voire un peu banale.

J’ai ainsi choisi un tee-shirt COS aussi neutre que possible, mais dont le col un peu échancré suivait géométriquement bien le col très rond du cardigan. J’ai quand même voulu garder un contraste de couleur minimum avec un gris chiné un peu éloigné du beige.

De la même manière, le bas est loose, avec un jean S2A coupe droite porté un peu taille basse pour faire apparaître un stacking (=plis aux jambes) faussement négligé et au délavage prononcé... mais qui semble naturel de prime abord. Et on sait bien que ça reste relativement rare.

La ceinture et les sneakers rappellent le cardigan, mais dans une nuance de couleurs un peu différente. La ceinture est très fine et un peu formelle et sa boucle métallisée s’accorde bien avec les boutons pression du cardigan.

C’est vraiment comme ça que j’aime porter mes plus grosses pièces. Car il s’agit effectivement d’une grosse pièce de par sa matière : du coton pima péruvien, étonnamment léger et respirant malgré sa densité. Et sa texture, un tricot point d’abeille : agréable au contact de la peau et qui change des maillages classiques.

La construction est également complètement asymétrique : on a une boutonnière brandebourg et des boutons pression. Un peu comme le caban Monsieur Lacenaire de l’hiver dernier, on peut s’amuser à le porter de beaucoup de manières différentes.

C’est pour moi la grosse maille de la saison Printemps/Eté (eh oui : grosse maille et printemps ne sont pas finalement si contradictoires).

Si une fois arrivé au travail, dans des bureaux surchauffés par un soleil qui tape depuis quelques heures, il peut paraître aberrant de porter ce genre de pièces... on en trouve vraiment toute l’utilité dans les premières heures toujours fraîches de la journée, et surtout en soirée.

La maille que je vous ai présentée est en plus vraiment respirante. Ce n’est qu’avec ce genre de matières de qualité qu’on peut porter des pièces denses, qui font gagner la silhouette en prestance et en consistance, sans subir une chaleur insupportable.

Au final, la tenue est en tout cas vraiment loose et le cardigan est porté oversized en longueur. C’est une tenue anti-prise de tête : parfaite pour le week-end où je peux fermer une ou deux attaches en début de journée et me balader ensuite cardigan ouvert.

Tenue Bonus (Monsieur Lacenaire, S2A, Vincent Schoepfer) : Le geek nonchalant

J’ai profité de la base neutre de la dernière tenue pour remettre en valeur le cardigan Sheep Invader, et je dois avouer que même s’il n’y a pas de cohérence calculée entre les couleurs et les matières, le résultat est plutôt convaincant.

Porté ouvert et manches retroussées, il pourrait avoir l’air d’un cardigan banal, mais le motif space invader fait vraiment la différence et donne un esprit décalé qui ressort du premier coup d’œil.

A propos des créateurs :

Monsieur Lacenaire

Monsieur Lacenaire (Garance Broca) en est actuellement à sa deuxième collection. Lors de la collection automne-hiver, nous avions été surpris par des mailles en bébé alpaga et en laine mérinos, avec des mélanges de genre innovants (le teddy), des constructions polyvalentes (le caban, incroyable tout ce qu’on peut en faire) et des motifs audacieux (la course du cerf). Et ça se passait ici.

C’est exactement la même chose pour le printemps-été : on découvre le coton pima, avec des maillages originaux et pas mal de possibilités de looks.

Mon coup de coeur

Version geek du motif pied de poule : le Sheep Invader. Parfait pour laisser s’exprimer le gamer qui sommeille en chacun de nous.

Disponible ici

Vous pouvez aussi jouer avec l'application facebook Monsieur Lacenaire : "Sheep Invader", un Space Invader dans lequel vous pourrez entrer en compétition avec vos amis et gagner ce fameux cardigan si vous avez le meilleur score à l'issue des deux semaines. Profitez aussi d'une bande-son électro de qualité entièrement faite maison par des DJ 🙂

Tigersushi Furs

Cette marque est associée au label de musique Tigersushi : elle se spécialise dans les basiques en y rajoutant des twists un peu acides et colorés.

Mon coup de coeur

C’est ce qu’on voit en particulier sur leurs cardigans avec une poche contrastante et des coloris originaux.

Disponible ici

Surface To Air


La marque réinterprète des basiques qui cette saison viennent pour la plupart du vestiaire new-yorkais : elle est représentée dans ce shooting avec le jean gris délavé, le short rouge et surtout le cardigan gris.

Mon coup de coeur

J'ai particulièrement apprécié ce cardigan du fait du contraste de matière dans le dos. Je pensais que là était tout l'intérêt de la pièce mais la boutonnière est tout aussi intéressante : on a un subtil contraste de couleur et de matière (elle doit être en jersey de coton) et son col est vraiment parfait pour les tenues casual.

En boutonnant les 2-3 boutons du milieu, on obtient quelque chose de détendu, facile à porter mais pas ordinaire.

Disponible ici

Marchand Drapier


Geoffrey vous a déjà parlé de la marque Marchand Drapier : j'ai utilisé la chemise en toile de Jouy avec l'imprimé Bordel. C'est la pièce symbolique de leur collection : à la fois représentative de l'état d'esprit sexuellement libéré qui rassemble hommes et femmes de toutes générations, et aussi d'un savoir-faire français de pointe. Par exemple, les chemises sont réalisées dans les mêmes ateliers que Hermès.

Mon coup de coeur

La chemise en toile de Jouy imprimé bordel, un tissu d'une qualité que j'ai rarement vue ailleurs et des finitions d'une qualité tailleur. Elle est relativement chère mais au moins on voit ce qu'on paie.

Disponible ici

Florian Denicourt


C'est la deuxième fois qu'on utilise des chaussures de chez Florian Denicourt pour ces shootings, et pour cause. Elle s'intègrent vraiment bien aux tenues au style un peu marqué : les combat boots collent parfaitement avec le style bûcheron du premier shooting.

Les sneakers s'intègrent bien dans un style streetwear : elles s'appuient sur deux couleurs et sont semi-montantes, un ajustement idéal pour qu'elles restent faciles à porter.

Mon coup de coeur

De la même manière les brogues s'intègrent bien dans un style urbain un peu habillé : les bleu marine que j'ai utilisés sont plutôt sobres et se distinguent par le rendu piqué et l'empiècement en cuir à l'arrière.

A venir...

Mais elles ont aussi été faites en jaune poussin :

A venir..

Vincent Schoepfer



Vincent Schoepfer est un créateur qui fait du basique, mais de manière originale et détournée. Je vous recommande chaudement ses chemises, très polyvalentes.

Mon coup de coeur

J'ai particulièrement apprécié le caractère polyvalent de ces sneakers que je pouvais intégrer autant dans un look un peu classique, celui avec le cardigan Tigersushi, que dans un look plus loose et pointu, comme le dernier avec le cardigan épais Monsieur Lacenaire.

En forme de sneakers pour le côté moderne et avec une semelle en corde de jute pour le côté plus traditionnel et détendu des espadrilles. Un bon compromis pour des sneakers basses passe-partout.

Disponible ici

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Prafolios

    Petit retour sur cet achat. C’est le premier manteau ou je met le prix et je ne le regrette pas. L’arrêt juste au dessus des genoux est idéal et le fait qu’il soit constitué de deux pièces distinctes laisse différentes combinaisons possibles. En attendant un atamé pour rejoindre la mode power ranger j’aurai au moins un Zord.
    Ce site offre un large choix de vêtements de qualité et pour tous les goûts.

  • RafikBG

    Salut Prafolios,

    Merci pour ton retour, on est ravi si nos articles parviennent à t’aiguiller !

    Concernant ta parka à présent, elle me semble très bien : elle présente un bon rapport qualité / prix (d’autant plus soldée !), et le design est intéressant.
    Si c’est un modèle qui te plait, tu peux y aller !

    J’en profite pour te féliciter dans ta démarche : c’est très bien de choisir d’investir dans un seul manteau, mais qui en vaut la peine, plutôt que de diviser ton budget pour acheter deux modèles approximatifs. Quant aux capuches, on ne peut pas nier leur utilité !

  • ça doit être pas mal a priori, c’est une marque sérieuse

  • bastien

    Les gars, autre petite question. Que pensez-vous d’un pull Our Legacy 100% lin au niveau de la marque et de la composition ?

  • oui il est chouette, mais le bleu marine ça la fait un peu passer inaperçue

  • Visiteur

    http://monsieur-lacenaire.lexception.com/fr/homme/pret-a-porter/pull-gilet/1121601545-06NY-Gilet-Avril-Bleu-Marine
    Bonjour, question qui peut paraitre bete mais le gilet est il une bonne piece en bleu marine également ?

  •  On a légèrement changé de prise de vue entre les photos, ceci explique cela

  • je ne vois rien de mon côté

  • Caenorst

    il y a un problème de proportion sur la première photo, le modèle (apparemment Valéry d’après un commentaire ultérieur) parait vraiment petit sur cette photo la (à l’inverse sur la deuxième ou sa silhouette s’effile très bien

  • Serge

    Bravo
    Vous avez beaucoup de talent en stylisme
    Un vrai oeil

  • Anonyme

    On ne se refait pas : j’ai encore flashé sur…les chaussures ! Les derby bleues. Avec le selvedge et l’ourlet en bas, j’aime.

    Ah si aussi sur le cardigan asymétrique. Il y a beaucoup de choses à faire avec ça, comme tu le soulignes.

  • Il y a des tenues que j’aurais du mal à porter ^^ Mais le style est là et ça rend très bien. Ma tenue préférée est la même que la tienne je crois !

  • Gatsu

    C’est très fort le détournement des motifs du cardigan !

  • Michael

    Des pièces magnifiques… Et tu les portes très bien Valéry.