Les pépites (presque hivernales) de la rédaction #81 – Jordan

Temps de lecture : 4 minutes

Publié par le 27 septembre 2020

Fin septembre, c'est le temps des réjouissances. Chaque année je me réjouis. 

Ça a à voir avec la météo qui change. La fraîcheur du matin, la tempérance de la journée, la fraîcheur du soir et de la nuit. 

Je me mets à rêver d’un froid sec, un temps à col roulé. Et, bien qu’il n’y ait aucun col roulé dans ces pépites, je vous livre ici des trouvailles qui découlent de mon envie de voir arriver l’hiver. 

Cardigan/Noragi - A Kind Of Guise

cardigan marron foncé avec cordon

Je lorgne toujours du côté d’AKOG, comme on dit dans le milieu. C’est toujours bien senti, autant les coupes, que l’inspiration générale, que les couleurs. 

Une belle garde-robe contemporaine à compléter avec des mocassins, des boots suédées et des derbys bien ronds. Hallelujah ! 

Pour digresser encore, j’ai dans le viseur le pantalon Samouraï de la marque. J’ai comme l’impression que ça pourrait très bien devenir ma nouvelle coupe préférée. Si y’en a dans l’assistance qui ont goûté à ce fruit qui m’ait pour l’instant défendu (défendu par ma priorisation budgétaire), je veux bien entendre votre témoignage. 

Et en parcourant une nouvelle fois l’e-shop de la marque à la recherche de la fracture de la rétine dont j’avais besoin ce jour-là, je suis tombé sur ce cardigan-noragi à poches plaquées. 

Non mais regardez-moi cette beauté sauvage. 

Il existe aussi en bleu et vert, plus compréhensible et c’est d’ailleurs d’abord sur ce coloris que je suis tombé. 

homme en cardigan et jean délavé

J’aime la simplicité de la pièce : deux pans de matière qui tombent sur le devant, noués entre eux pas un cordon au niveau du nombril, des poches plaquées sans fioriture, des poignets chemises. 

C’est selon moi une pièce intéressante à utiliser dans des tenues automnales et hivernales car c’est un moyen de donner de la personnalité en apportant du relief, un motif. 

C’est une couche intermédiaire qui joue le même rôle que la veste de cette tenue : 

Ça vous singularise. 

Et puis, quand vous enlèverez votre manteau, veste d’extérieur, il restera sur vos épaules cette espèce de cardigan-noragi dont la matière est à tomber. 

Voyez de plus près. 

zoom matière laine marron et bleu marine

Il sort à 235€. Fait en Allemagne. Avec une matière italienne dont voici le détail : 27% laine vierge, 24% polyester, 19% polyacrylic, 15% laine d'alpaga, 15% laine. 

Le synthétique vient donner ce côté boulochée, à défaut d’autre mot !, et rendre le tout un peu plus solide. Mais c’est en proportion raisonnable si l’on compare à la laine. 

Bonnet en cachemire - Cableami

bonnet bleu électrique

Je cherche un bonnet bleu électrique depuis un bon moment. 

Par exemple, je m’imagine qu’avec une base de tenue monochrome bleu marine, un polo coat camel, il serait très bien trônant sur mon fier crâne. 

J’ai déjà une écharpe de cette couleur, trouvée en friperie, éclat bleu foudroyant dans un ciel marron sombre et noir, et elle donne chaque fois un coup de fouet à des tenues endormies. 

J’en veux pour preuve cette photo : 

View this post on Instagram

When the drugs kick in #menswear #paris #sunday

A post shared by Jordan Maurin (@menswearplease) on

Donc je compte sur le bonnet bleu électrique pour occasionner le même effet sur mes mises. 

Et puis, il y a autre chose. Je ne sais pas ce que vous en pensez mais j’ai cette vision de ce bleu extrême dans le froid gris de l’hiver. On est dans la rue, tout est noir et sous-exposé et puis il y a cette tache extraordinaire de couleur qu’on voit passer, sur la tête d’un type. Y’a un côté spectaculaire. Total. 

Bon, pour ne rien gâter, il est en 100% cachemire et fait au Japon. De plus, il semble, sur la tête de ce mannequin d’eshop, avoir la bonne contenance. Mais je n’en sais rien après tout. 

Pour finir, je trouve que les proportions du bonnet sont idéales. Le revers qui mange juste ce qu’il faut de tête. Ça me plait. 

Chaussures montantes - Yogi Footwear

boots bi-matière et semelle crêpe 

Je ne possède pas ce genre de chaussures. Non pas qu’il faille absolument posséder tout ce qu’on ne possède pas encore, mais celles-ci m’attirent bien. 

Les cousines de cette paire de Yogi s’appellent Clarks, Padmore & Barnes, YuketenVisvim, entre autres. C’est une grande famille. 

Ce que j’aime dans ces Yogi, c’est ce plateau cousu qui remonte ensuite sur le talon. En fait, c’est un mocassin rendu boot. 

De profil, on voit distinctement la construction en deux parties de la chaussure. Le haut et le bas, avec cette séparation en biais. Ça me donne un sentiment de simplicité, d’une chaussure brute. 

Bien sûr, le côté séduisant de la chaussure, c’est cette bi-matièrité comme on ne dit pas. Tri-matièrité même ! Car la crêpe ajoute quelque chose d’indéniable. Là aussi quelque chose de simple et d’authentique. 

J’aime aussi le fait que la chaussure ait l’air confortable. D’ailleurs elle l’est probablement. Et il y a des jours où on a besoin de confort avant tout. On veut une démarche différente. 

Du côté de la fabrication, ça se passe au Portugal. Et pour connaître la qualité des cuirs utilisés, il va falloir tester. Qui se lance ? 

Jordan Maurin

Adepte des romans d’Ellroy et de Vian, j’essaie de vivre ma vie le plus artistiquement possible (comme le disait Glenn O’Brien). Fervent défenseur du pantalon blanc (Squarzi président !), j’aime le vêtement quand il donne confiance et ne déguise pas. Pour moi, s’habiller différemment, ça veut dire se donner le droit de penser différemment.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.