Le défilé Lanvin SS 2013 passé au crible

Temps de lecture : 5 minutes

20

Commencer à s'intéresser à la mode en regardant les défilés n'est pas le plus recommandé.

Pourquoi ? Car un défilé de mode sert avant tout à décrire un univers de marque qui, pris dans son intégralité, n'a pas forcément vocation à être intégré dans la vie quotidienne.

Les pièces sont souvent fortes et les assemblages déstabilisants, c'est peut-être même à cause des défilés que la mode a une image trop féminine et trop perchée.

Quel intérêt donc de faire un article sur le sujet ?

D'abord, on parle de la maison Lanvin, la plus prestigieuse et ancienne maison française : le parti-pris d'une telle maison aura forcément une influence perceptible sur les tendances de la mode masculine à venir.

Certains s'aventurent même à dire que le podium particulièrement élevé de ce défilé représentait la hauteur qu'Alber Elbaz et Lucas Ossendrijver veulent afficher par rapport au reste des créateurs.

Ensuite, car ce défilé est particulièrement structuré : il sera un tutorial parfait pour vous permettre de discerner les tenues qu'on peut associer à un pur fantasme créatif du designer, des tenues portables mais hors de prix (par exemple en python), et enfin des tenues plus proches de la réalité, sans matières inutilement précieuses. Il n'y aura par contre pas vraiment de quoi faire pour de l'inspiration concrète, ces looks portables étant surtout des costumes très classiques.

Commençons par les tenues un peu farfelues.

Certains ont trouvé que la collection était un peu sombre pour du Printemps/Ete : c'était le cas pour les tenues conventionnelles mais sûrement pas pour les tenues sur lesquelles les créateurs se sont exprimés plus librement.

Je serais par contre bien incapable de dire
où il a cherché son inspiration pour ces tenues là.

L'accent est aussi mis sur les coupes un peu oversize, souvent dans des tons sombres très hivernaux : heureusement que les sandales étaient là pour nous rappeler qu'il s'agissait bien d'une collection été.

La catégorie des tenues portables mais chères se distingue particulièrement par la texture qui est soit dans le registre du synthétique archi-assumé (ce n'est pas toujours un mal), soit dans les cuirs ultra précieux et bling bling.

Ces coupes vents ultra-légers, en python et en nylon, sont les représentants d'une nouvelle tendance en mode masculine : les vêtements techniques de luxe, incarnée par exemple par éclectic ou encore Look.

On sent dans ces vestes au rendu métallique très futuriste une vraie fluidité qui montre bien que le synthétique, s'il est parfois assimilé au cheap, peut aussi être un tissu très pointu.

Les contrastes étaient nombreux : par exemple ici entre des leggings noirs minimalistes et un manteau en python à la coupe oversize. Ce travail de coupes et de matières fait toute la tenue.

Si vous ne porterez effectivement pas le manteau en python ou que vous n'aviez en fait pas vraiment besoin d'inspiration pour porter un pyjama à fleurs, vous pouvez aussi apprécier ce défilé pour sa mise en scène et ses qualités de représentation artistique. C'est un peu comme un film ou une pièce de théâtre : un véritable univers s'installe...

L'ambiance était définitivement punk avec en fond sonore Souxsie and the Banshees : chacun des mannequins, aux allures d'elfes avec des traits extrêmement fins et des oreilles pointues aurait pu figurer sans peine dans Blade Runner.

On réalise l'ampleur des contrastes à travers cette seule photo qui montre bien que la collection ratisse large : des tenues très classiques aux prises de lumière mats jusqu'aux matériaux plus techniques brillants et aux contrastes simples de noirs et blanc.

On pourrait justement croire que Lanvin a tenté de recréer une société qui engloberait les marginaux en pyjama, les gros durs aux bras tatoués en tank top et aux airs menaçants (malgré leur gabarit de mannequin skinny), les businessmen en costume et les ouvriers en workwear avec chemisettes militaires à épaulettes.

Le pantalon bouffant taille haute donne l'impression d'une combinaison,
un nouvel effet de mode workwear qui commence tristement à se répandre.

Voici pour conclure une très bonne vidéo pour avoir un meilleur aperçu de la collection que nos photos un peu soumises aux contraintes du second rang 🙂

Crédit des images de côté : Valéry. De face : PureTrend

En deux mots, qu'en as-tu pensé ?

Vous n'alimenterez certainement pas votre prochaine garde-robe estivale avec les pièces de ce défilé, et il est peu probable qu'il bouleverse vos habitudes.

C'est plus en tant que spectacle purement artistique qu'il révèle tout son intérêt, avec un univers futuriste réinterprété avec les moyens de la maison Lanvin qui y a mis tout son savoir-faire et son exigence sur les matières.

Il faut vraiment le regarder plus comme un défilé de Haute Couture que comme un défilé de prêt-à-porter.

Mais des pièces portables se retrouvent toujours en boutique pendant les soldes, comme ce relooking bientôt décrypté sur le blog (sneakers Lanvin et blouson Lanvin en coton japonais).

Laisse-nous commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.