Marque BonneGueule : le blouson épais en laine Jules Tournier et isolant Polartec Alpha®

32

Update : vous pouvez commander le blouson pure laine Jules Tournier dès maintenant sur le shop.

Selon moi, un blouson en laine, c'est un peu le meilleur des deux mondes.

La décontraction de la coupe, et l'authenticité de la laine, qui est également une matière élégante avec des propriétés isolantes et respirantes (on ne le dira jamais assez).

C'est un vêtement à fort potentiel, offrant de nombreuses possibilités. J'ai toujours en tête l'image de Daniel Craig et de son blouson Dior Homme dans Spectre.

Ce modèle m'aura beaucoup marqué. Notez le système de boutonnage caché par le zip !

On peut porter ce type de blouson avec des bottines, des derby, des sneakers, un chino, un jean, un pantalon en laine... pour moi, c'est donc une pièce phare en hiver. 

Pour cette raison, on avait commencé à explorer cette piste avec les blousons bleus et gris en laine de chez Jules Tournier.

Et puisqu'ils ont reçu un très bon accueil, on a voulu aller plus loin : une couleur plus originale et une innovation high-tech d'isolation du froid qui vient de sortir...

Un kaki spécialement développé pour nous

Une couleur toute en nuances

Comme pour notre manteau camel, on souhaitait des nuances fouillées. Une couleur avec du relief.

J'ai dit à Lionel de Jules Tournier que nous voulions faire un kaki dans des tons sapins.

Je m'attendais à ce qu'il nous propose un coloris parfaitement uni , et il nous a (très) agréablement surpris avec ce kaki légèrement chiné, vraiment unique.

Il est assez compliqué à décrire car plutôt atypique, et une photo vaut mieux qu'un long discours. Je vous laisse juger.

On pourrait s'amuser à compter les différentes nuances des fils composant le drap de laine. Le kaki est ponctué de vert pâle, d'olive, de petites touches grisâtres, il y a même des pointes de "vert dollar" ! C'est l'harmonie de ces variations qui donne à la couleur toute sa profondeur.

Un drap français 100% laine

Évidemment, il s'agit d'un 100% laine. Là aussi, on est vraiment contents de pouvoir vous le proposer dans cette gamme de prix , où vous avez certainement l'habitude de voir 20% ou 30% de polyamide chez d'autres marques.

Au niveau du poids, on sur du 330 g/m².

À titre de comparaison :

  • et 410g / m2 pour le manteau camel.

Pourquoi donc ce choix ?

En fait, je voulais absolument un tombé plus fluide, plus souple. Sans compter que l'on avait déjà travaillé des draps plus "workwear" sur les précédents modèles.

En faisant le choix d'une laine plus légère, je voulais jouer sur le tombé. Qu'il soit plus fluide, plus "naturel".

Mais ce blouson n'est pas moins chaud pour autant, nous l'avons doté d'une toute nouvelle technologie d'isolation...

Non, je n'ai pas touché au lapin angora de votre petite soeur...

Une isolation en Polartec Alpha®

L'importance du rembourrage

C'est l'autre grande caractéristique de ce blouson : sa technicité cachée.

Je suis frustré de voir que cet élément, pourtant clé du confort, est trop souvent traité à la légère.

George-Michael, chief-designer :

"Allons demander à Jean-Mich' de la prod où c'est qu'on va trouver la ouate de coton la moins chère !".

Le plus souvent, les marques y voient le composant qui doit être le moins cher possible.

Elles se contentent alors de préciser qu'il y a un "rembourrage", sans jamais indiquer son origine ou ses propriétés.

C'est d'autant plus dommage que les isolants pour vêtements ne cessent de s'améliorer ! Du coup, dès qu'on a commencé à s'intéresser à ce genre de matière, il était clair que cet aspect du blouson serait soigné. Mon côté techwear a parlé !

Et très vite, c'est le Polartec Alpha® qui a retenu mon attention...

Le Polartec, l'isolant des Forces Spéciales US

À la base, le Polartec Alpha® est une commande des Forces Spéciales de l'armée américaine.

Dans les régions froides , les soldats alternent souvent des moments d'activité physique intense où ils transpirent, et des moments beaucoup plus statiques, où la température de leur corps peut descendre rapidement.

"Les batailles de neige entre collègues, c'est sympa, mais je porte quoi comme vêtement ? Et comment faire pour ne pas avoir froid quand c'est fini ?" C'est là que le Polartec Alpha® intervient ! (Crédits : Reuters)

Jusqu'à maintenant, les Forces Spéciales disposaient d'un système de couches de vêtement à enlever ou à porter en fonction de la situation. Du bon vieux layering, en somme.

C'était pénible, surtout quand la transpiration n'avait pas le temps de s'évacuer et que le soldat devait rester immobile : des conditions parfaites pour grelotter...

Leur cahier des charges était donc aussi clair que compliqué à mettre à en oeuvre. Pour les protéger du froid, ils avaient besoin de quelque chose qui :

  • tienne chaud (la base),
  • facilite la mobilité, donc assez compact,
  • résiste bien à la compression, notamment si on roule le vêtement dans un sac ou si l'on porte un sac à dos par-dessus,
  • respire quand il y a du mouvement : l'excès de chaleur doit être évacué,
  • ne craint pas l'humidité et sèche vite.

Et c'est comme ça qu'est né le Polartec Alpha® ! D'ailleurs, le directeur marketing de Polartec dira que sa technologie "rend inutile d'enlever ou d'ajouter des couches pendant les grandes activités."

 Le pétillant Brendan Leonard brosse avec humour un portrait du Polartec Alpha®, en le comparant avec la chouette des neiges. Cet animal maintient son corps à 38-40°, même lorsqu'il en fait -50 dehors.

J'ai également été rassuré de voir la liste des marques utilisant du Polartec Alpha®. Citons notamment :

  • Triple Aught Design, une marque techwear à mi-chemin entre des vêtements d'explorateur et un esprit urbain,
  • Kitsbow, une très jolie marque de vêtements pour vélo,
  • Millet, Black Yak et Rab, où je peux dire sans trop me tromper qu'elles font partie des meilleures marques outdoor au monde. Là aussi, que des marques aussi exigeantes utilisent du Polartec Alpha® est très bon signe pour moi.

Mais pourquoi est-ce que cela régule aussi bien la chaleur et l'humidité ?

Habituellement, l'isolation synthétique ressemble à une ouate, comme du coton utilisé en pharmacie. Ce sont de longs filaments cotonneux, qui forment une matière plus ou moins épaisse. Le problème, c'est que la ouate peut s'affaisser, mal se répartir, être trop encombrante, etc.

Polartec est donc reparti de zéro, cherchant une autre voie

Ici, les filaments sont remplacés par un mesh bien résistant et stable dans le vêtement. Il y a de minuscules "poils" sur chaque face : ce sont eux qui emprisonnent l'air et gardent la chaleur.

Et c'est la structure en maille qui permet à la transpiration de circuler facilement. Il est important que le Polartec Alpha® sèche vite, car un air sec est un bien meilleur isolant qu'un air humide !

Puisque le tout est beaucoup plus compact que de la ouate, cela permet de créer des vêtements isolants relativement proches du corps.

Polartec a fait une vidéo dont ils ont le secret , et qui explique de manière très visuelle le fonctionnement de l'Alpha®.

Mettez le son à fond pour la musique épique, et vous aurez envie de sauver le monde.

Un matelassage qui ne s'affaisse pas

Le Polartec Alpha® a un autre avantage, tout bête pour de l'outdoor mais très important sur un vêtement plus urbain...

Souvenez-vous, les autres isolants sont sous forme de ouate ou de plumes. Si on les dispose tels quels en rembourrage, ces isolants s'affaissent. On a donc besoin de les compartimenter : c'est le "matelassage en chambres", ces petits emplacements que vous voyez sur n'importe quelle doudoune.

Mais on n'a pas du tout ce problème avec le Polartec Alpha® ! Puisqu'il s'agit d'un mesh bien stable, on peut le mettre en couche très simplement - presque comme un entoilage de veste tailleur - sans avoir besoin de le compartimenter.

Au niveau du rendu extérieur, sur une pièce "mode", ça change tout. On a un extérieur qui ressemble à un blouson classique, sans le look doudoune !

Bon alors, ça fait quoi de porter du Polartec Alpha® ?

C'était la grande question quand j'ai reçu le premier prototype ! En effet, si le Polartec est très perméable à l'air, sur ce blouson, il est quand même monté en-dessous d'un bon vieux drap de laine Jules Tournier. Ce qui m'intéressait, c'était donc la compacité.

Eh bien, pour le moment, c'est un blouson qui remplit parfaitement son rôle. Il est agréable de ne pas avoir trop chaud dès qu'on commence à marcher un peu vite ou à l'intérieur d'un magasin, tout en étant protégé du froid quand on est assis dehors par exemple.

Quelles sont les limites de cette pièce ?

Oui, maintenant et de plus en plus, je tiens à expliquer quelles sont les limites d'un vêtement. Car actuellement, dans la jungle des marques qui proclament faire de l'ultra-luxe à prix cassé sans intermédiaires, un peu de sincérité et de franchise font du bien !

Pas l'isolant le plus chaud, mais le plus polyvalent

Déjà, ça ne remplace pas une énorme doudoune en duvet pour les grands froids, type Canada Goose.

Tout simplement car le duvet est ce qu'il y a de plus isolant. Mais au moins, il n'y a pas eu d'oies maltraitées pour la conception de cette pièce !

D'ailleurs, le Polartec Alpha® n'a pas pour vocation d'être l'isolant le plus chaud possible, mais plutôt celui qui a le meilleur ratio encombrement/chaleur/respirabilité.

Ils sont d'ailleurs très transparents à ce sujet :

Est-ce que l'Alpha est "plus chaud" qu'un isolant en duvet ou en synthétique, à poids égal ?

Nate Simmons, directeur marketing de Polartec : "Ce n'est pas plus chaud qu'un isolant synthétique, à poids égal. On n'a pas cherché à inventer un isolant plus chaud. On a cherché à inventer un isolant plus respirant, plus actif, et qui stocke plus d'air.

De la même manière que les isolants synthétiques ne sont pas plus chauds que les duvets naturels, mais remplissent d'autres fonctions.

Cette polyvalence permet à l'Alpha de convenir à un panel plus large d'activités et de conditions météo. C'est ce qui en fait un bon rembourrage sous une matière coupe-vent, là où les autres vestes rembourrées évacuent mal l'humidité." 

Pour un usage citadin, où l'on passe sans arrêt du chaud au froid - tout en souhaitant garder une silhouette ajustée -, c'est précisément ce qui m'intéressait.

En résumé...

Outdoor Magic, un super site sur les vêtements d'outdoor, termine son test du Polartec Alpha® avec une conclusion plutôt rassurante... C'est ce qui m'a conforté dans le choix de cette technologie !

Outdoor Magic : "Hmmm, c'est au final un isolant un peu magique. Pas trop chaud quand vous bougez, pas trop froid ou humide quand vous vous arrêtez. Ce rembourrage est celui que l'on a le plus vu cet hiver, et cela ne va pas changer dans un futur proche.

Est-ce que c'est un isolant ? Est-ce que c'est un thermo-régulant ? Est-ce que c'est un isolant thermo-régulant ? Ou bien un rembourrage mutant ? Ou bien une matière-ornithorynque qui combine toutes ces propriétés ?

Vous savez quoi ? Je n'en sais rien et je m'en fiche un peu. Ce qui compte vraiment, c'est que ça fonctionne. Et cela fonctionne de manière admirable."

Du côté des finitions ?

Le blouson est fabriqué en Roumanie, dans notre atelier qui s'occupe de nos blazers et nos manteaux. Il est rompu au travail des gros draps de laine Jules Tournier et à nos standards :

Poches doublées en polaire

Pour rappel, j'ai toujours déploré les poches doublées en viscose dès qu'il fait froid car elles ne réchauffent pas nos doigts. Du coup, celles du blouson sont doublées avec une petite polaire qui gardera vos mains au chaud.

Deux poches intérieures zippées YKK

Pour ranger vos effets personnels en toute sécurité, peu importe comment vous posez votre blouson sur un dossier de chaise.

Doublure des manches en viscose

Une viscose écologique qui vient d'Italie (beaucoup de viscoses dans la monde sont issues de la déforestation).

Doublure du buste effet chambray

La doublure du buste, avec un effet chambray, est composée de 63% de coton et de 37% de polyester. Le polyester est ici indispensable à la doublure afin d'apporter de la résistance au coton, qui doit encapsuler le Polartec Pro. Elle est fabriquée en Roumanie.

Bord-côte haut de gamme

Le bord-côte vient de Action Maille, et il est fabriqué en France.

Solide et resserré, il ne vous lâchera pas.

Comment porter notre blouson épais en laine kaki ?

Le premier avantage d'un blouson en laine kaki est sa polyvalence. Exception faite des looks sartoriaux, il se glissera dans à peu près toutes vos combinaisons.

Par sa forme, c'est aussi un manteau à la décontraction plus appuyée. N'hésitez pas à jouer là-dessus dans la construction de vos looks.

On regarde quelques exemples ensemble.

Avec une chemise casual grise et un jean, le blouson amène facilement une pointe de couleur qui tranche avec le reste sans trop en faire. Le look restant suffisamment sobre, rien ne vous empêche d'y ajouter un ou deux accessoires selon la "tonalité finale" que vous souhaitez lui donner, comme un sac par exemple. Du reste, il n'y a rien de bien compliqué. C'est le genre de look que vous maîtrisez déjà parfaitement. (Chemise mouchetée grise BonneGueule, jean Kurabo coton / lin BonneGueule, boots achetées en friperie)

Le col du blouson mettra en valeur celui de vos chemises...

... Tout en restant parfaitement plaqué à l'arrière.

Sur la même base que le look précédent, on troque la chemise contre un tee-shirt en mérinos gris. Immédiatement, l'assemblage renvoie une image plus décontractée, simple mais efficace. Si François choisit de conserver ses boots pour leur côté "baroudeur", des sneakers seraient tout autant à propos. (Tee-shirt gris en mérinos BonneGueule, jean Kurabo coton / lin BonneGueule, boots achetées en friperie)

Pantalon en flanelle, pull en mérinos et blouson en drap de laine : la tenue à l'épreuve du froid ! Blague à part, si elle se compose effectivement de trois pièces en laine, aucune n'est travaillée de la même manière : le look est enrichi par ce contraste. Niveau couleurs, le kaki s'accorde sans problème avec le bordeaux du pull. C'est, au même titre que le gris ou le bleu, une nuance qui permet de tempérer celles plus soutenues. Des boots à grosses semelles finissent la tenue par une note workwear, mais des brogues ou de petites sneakers blanches fonctionneraient également. (Pull bordeaux en mérinos BonneGueule, pantalon en flanelle pied-de-poule BonneGueule, boots Grenson)

Comment se procurer le blouson épais en laine Jules Tournier et Polartec Alpha® ?

Vous pouvez commander le blouson pure laine Jules Tournier dès maintenant sur le shop !

 

A propos Benoît Wojtenka

J’ai fondé BonneGueule.fr en 2007. Depuis, j’aide les hommes à construire leur style en leur prodiguant des conseils clairs et pratiques, mais aussi des réflexions plus avancées.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Hahaha non effectivement, ça n’a pas empêché le stock de s’écouler pour autant. Cependant je t’assure qu’il y a pas mal de monde (même des personnes en interne, avant d’avoir vu la pièce) qui a haussé un sourcil interloqué en entendant « bleu canard ».

    Du coup à quel point est-ce que ça a joué ? Avec un autre nom, ça aurait été mieux ? Pire ? Impossible de savoir. Ce sont des choses qu’on ne peut pas chiffrer, évidemment 🙂

    Dis-toi aussi qu’il faut un nom qui fasse envie dans un titre (par exemple dans la newsletter).
    Donc si nous prenions une couleur imaginaire qui s’appellerait, mettons, « marron asticot »… Hé bien même si ça renvoyait à la plus belle nuance de marron du monde, et que ce serait la juste terminologie, je te garantis qu’on n’écrirait pas « le nouveau blouson marron lombric » ^^

    Bref, de ton côté, ça doit te paraître « évident », du nôtre, c’est un équilibre subtil sur lequel on travaille à chaque fois. Puis parfois ça tombe juste… Parfois non. :p

    Mais tes remarques ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Et Benoît et Geoffrey ont lu ton retour aussi.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Moine !

    Merci pour ton retour détaillé 🙂

    Sincèrement je suis d’accord avec toi pour ce qui est du blouson. Je ne sais pas trop comment ça a été décidé, mais une partie de l’équipe s’en étonne aussi. Maintenant, c’est fait, donc difficile de revenir en arrière, mais on fera plus attention pour les prochains.

    Par contre il est bien chiné. Ceci dit, étant donné que c’est un « drap » de laine, il n’a pas été « tissé ». Donc oui il y a bien des fibres de couleurs différentes mais c’est pas dans le « tissage » (ça se complique hein ? haha) non plus.

    Sinon pour les autres, point par point…

    • L’as-tu vu en vrai ? Je sais que c’est trompeur en photo, (et même quand il fait sombre) mais je t’assure qu’à la lumière il est nettement plus vert que gris. Va le voir en vrai et sors dans la rue, tu me diras ce que tu en penses 😉
    La couleur est difficile à décrire, mais parler de nuance de gris ne serait pas du tout juste à vrai dire.

    • Pour la cravate, si tu regardes de très près, il y a effectivement plusieurs nuances dans les chevrons. (Si ma mémoire ne me trahit pas il y a même…du bleu.)
    Après oui, de loin le résultat donne un rendu final plutôt uni.

    • Pour le trench, je trouve qu’on joue sur les mots là. Les couleurs dont tu parles sont bien des nuances de beige, quoique plus claires.

    Prends aussi en compte le fait que, pour quelqu’un qui est extérieur à tout ça, il faut bien des noms de couleurs « compréhensibles » par la plupart des gens. C’est un enjeu à équilibrer avec celui de la précision.

    1. Oui c’est vrai que le mot est trop utilisé, partout sur le marché (et nous n’y faisons pas exception). C’est probablement parce que « vert » fait un peu peur aux gens aussi, et que ça les renvoie à des verts pomme ou fluo complètement importables.

    2. Non. Je ne sais pas si tu bosses dans le textile mais, non je t’assure, ils ne font pas forcément ça ^^
    Il arrive sinon que ce soient des noms un peu étranges.

    On a tendance à trop surestimer les ateliers en général, et à les imaginer comme des machines bien huilées, d’où toutes les infos sortent en appuyant sur un bouton. Je t’assure que dans les faits ça se passe pas comme ça haha. 😉
    Il faut creuser, échanger… C’est énormément de communications en va-et-viens.

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton retour Alexis !

    En fait il faut savoir que ce que tu vois en shooting n’était pas la coupe tout à fait finalisée de la veste… Au moment du shooting, nous attendions encore la réception de la vraie production.

    Ce que tu vois là est un prototype, et si tu essayes la veste en vrai à la bonne taille, tu verras que ça fitte bien plus normalement que ça 😉

  • Meliael

    Ouais je comprends tout a fait que ce n’est plus trop possible.
    Puis maintenant il y a les boutiques aussi , donc peut être moins la nécessiter de rendre compte de ce que ça donne pour toutes les morpho sur les photos 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Ah bah non mais je sais pas pourquoi on a du valider ton commentaire sans répondre, par erreur. :/

    Merci pour ton retour du coup ! Mais je pense que ça va pas être possible pour une myriade de raisons (valorisation du produit en photo, logistique comme tu l’as soulignés, coûts pour chaque shooting, identité de la marque…)

    A l’époque de la chemise Maruwa on était encore une toute petite équipe et c’était possible de sortir dans la rue d’à côté et de mobiliser un peu tout le monde pour des photos.

    Aujourd’hui c’est plus compliqué ^^

    Mais je fais remonter ton message 🙂

  • baboochka

    Alors oui c’est une couleur à connotation militaire mais je ne trouve pas que ce kaki ci s’en approche tant que cela par contre ! En revanche j’aime bien ton commentaire sur le papy gonflé à la testostérone!😀.

    Sinon, je te rejoins sur nos aïeux qui sont plutôt bien vêtus enfin surtout à la ville; il y a souvent une élégance qui en ressort et en plus cela permet aussi de bien se rendre compte que la mode est un éternel recommencement et réinterprétation des temps passés quand on observe ce qu’ils portent et ce qui se fait de nos jours.

  • Nicolò – BonneGueule

    Ben a vu le topic, il te répondra bientôt 😉

  • Salut JM,

    Oui c’est l’idée, des pièces qui durent dans le temps et qui ne se démodent pas par rapport à leur style, mais avec toujours les trucs en plus sur la matière et les détails.
    Merci du compliment !

    Le MTO, c’est hyper compliqué en terme de production (ou sur le fait de proposer des commandes en amont des saisons quand la pièce est saisonnière). Le fait de commander des quantités importantes sur des ateliers de luxe suffisamment dimensionnés, c’est aussi ce qui nous permet d’avoir un rapport qualité/prix agressif.

    Mais concernant l’originalité, on l’a beaucoup pris en compte dans les demandes des lecteurs, et c’est quelque chose qu’on va pousser sur 2018.

    Pour l’idée de ce topic, elle est très bonne, n’hésite pas à le créer et on interviendra dessus avec Ben !

    Très bonne journée,
    Geoffrey

  • Benoit – BonneGueule

    Merci pour ce très beau retour Jean-Michel 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Ahah c’est très joliment dit 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Hello,
    Pas de nouvelles couleurs prévues pour cet hiver. Par contre, pour l’hiver prochain… 😉
    Pour les poches en polaires, c’est tout simplement bien plus agréable en hiver que la viscose ! Une fois que tu as ça sur un manteau, c’est difficile de revenir en arrière 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Merci pour ce joli retour 🙂 Ravi que ces nouvelles pièces te plaisent en tout cas !

    Je prends bien note de tes retours très positifs sur notre ligne éditoriale ! Et pour Phildar, c’est dommage qu’en 2017, on en soit encore à des marques qui ne répondent pas…

  • Benoit – BonneGueule

    Je te déconseillerai ça, c’est une retouche que les retoucheurs ont horreur de faire, et qu’ils ne font pas tous. Je pense que ça serait plus simple de découdre le bord côte et de retoucher par le bas…

  • Benoit – BonneGueule

    Il est un poil plus court je dirai ! Le bord côte fait qu’il se pose plus haut que l’autre blouson en laine 🙂

  • Berdugo

    Bonjour BG,

    A taille égale, est-il plus un peu plus court que les précédents blousons en laine ?

  • JulienB

    Je me pose une petite question sur les autres vêtements portés lors des shootings…
    Avez-vous des restrictions quelconques (genre des marques qui ne veulent pas figurer) ?
    Parce que si il n’y a pas de restriction, pourquoi ne pas utiliser des vêtements portés au quotidien par les modèles ? et pourquoi s’en faire prêter par des marques ?

    Pour montrer une possibilité de look workwear par exemple avec ce blouson, si tu claques un bon vieux denim bien bien poncé avec des boots qui ont bien vécu, le look sera bien plus parlant je pense.

    Si vous ne le faites pas c’est qu’il y a probablement une raison, si c’est pas un secret d’Etat je serais curieux de savoir pourquoi 🙂

    Bonne journée à vous !

  • Benoit – BonneGueule

    Merci pour ton message ! Pour les tests des vêtements, on espère en refaire un jour, mais c’est plus un manque de temps et de ressources qui nous empêche de le faire plutôt qu’un conflit d’intérêt 😉 J’aimerai bien essayer de les faire en vidéo pour aller plus vite, car la rédaction d’un article prend beaucoup de temps, et je préfère que ce temps soit dédié à un article de conseil « intemporel » plutôt qu’à une pièce d’une marque à l’instant T qui ne sera peut-être plus en collection la saison prochaine…
    D’ailleurs à ce propos, on continue à recommander tous les jours plein de marques différentes !

  • Benoit – BonneGueule

    Ah mais peu de connaissances ou pas, ton ressenti il est tout à fait légitime et je le prends en compte 🙂

  • Pour compléter la réponse de Ben, et apporter une dimension plus « marketing et marque de vêtements », c’est vrai qu’il y a eu plusieurs choses qui donnent l’impression qu’on a beaucoup parlé de la marque sur le média dernièrement :

    – on a eu des retards de production (certaines matières ne sont pas toujours évidentes à se faire livrer quand elles viennent du Japon ou nécessitent des techniques de fabrication artisanales), et mécaniquement on a du réorganiser certains lancements. Et parfois cela a donné 2 lancements sur 1 mois, mais ce n’est pas notre souhait de maintenir ce rythme et tout devrait se stabiliser dans les mois qui viennent. En parallèle, on refond totalement notre mode de production pour créer les vêtements plus en amont et accéder ainsi à des matières plus recherchées et originales, en puisant dans les « collections » des tisserands plutôt que dans leurs intemporels. Et aussi de tester encore plus les produits avant lancements (on a toujours été maniaques là-dessus). Ça veut dire qu’on doit prendre 6 mois d’avance en développement produit. Ça ne change rien côté lecteur, mais c’est une phase où on se réorganise en interne, et du coup c’est aussi ce qui peut occasionner ces perturbations.

    – on a refondu l’algorithme de recherche. Avant il était très très mauvais. Maintenant il est simplement… assez mauvais. Et il ressortait en priorité les résultats du shop, il est vraiment chiant à paramétrer, mais encore une fois notre objectif c’est d’assister au maximum les gens dans ce qu’ils cherchent, et pas de pousser les vêtements.

    – et le dernier truc, c’est YouTube, il y a plein de vidéos de présentations de vêtements que j’ai fait passer de « invisible » à « visible », et ça les remonte automatiquement dans le flux, avec un effet spam pour les abonnés YouTube. Là encore c’était pas prévu :/

    Mais en parallèle, comme l’a dit Ben, on a jamais investi autant de temps et de ressources humaines dans la production de contenus.

    Par exemple il y a maintenant les fiches marques, les fiches boutiques, les fiches vêtements, les fiches tests et les fiches looks. Et toujours autant d’articles de fond (même s’ils sont alternés avec plus d’articles de lancement ces derniers temps). Tu peux y accéder via le sommaire. On est aussi sur un chantier de refonte du média, sachant que la homepage en place en ce moment est toute neuve et plus jolie.

    Et on continue de répondre à chaque commentaire et chaque question individuellement, malgré une augmentation de plus de 100% en 1 an… Concrètement, ça s’est soldé par une embauche, dont on est ravis, mais qui a un vrai coût pour notre petite structure. Je le mentionne juste pour te donner les « dessous » de BonneGueule qui montrent qu’on continue d’investir et de développer le média.

    One last thing : notre vision.

    À la base, BonneGueule, c’est du digital.

    Et de plus en plus, BonneGueule, c’est aussi du physique.

    Avec des boutiques qui ne sont pas que des boutiques, car ce sont aussi des lieux de conseil (un lecteur peut par exemple prendre un RDV d’1h pour se faire conseiller gratuitement sur son style, ou poser ses question sur la prod des vêtements, etc. auprès de conseillers qu’on forme et qui n’ont AUCUN incitatif à la vente). Et des lieux de vie (on a plein de gens qui viennent juste boire un café, et c’est cool). Et des lieux utiles (on propose plein de services à prix coûtant, genre réparation de maille, retouches, etc.)

    Et du coup il y a une sorte de fusion entre digital et monde physique : les gens viennent chercher des contenus, des produits et des services sur tous nos canaux. Qu’il s’agisse du média, des commentaires, des mails ou des boutiques.

    De notre côté, on essaye de fluidifier la navigation des gens entre les canaux, les contenus, et la marque pour améliorer leur expérience. Donc on teste des choses, et parfois on corrige au fil de l’eau.

    Mais sois rassuré, notre intention ça n’a jamais été de transformer le média en un support commercial. Mais simplement de trouver un équilibre pour « aider les hommes à se sentir bien dans leurs vêtements », notre mission.

    Je prépare d’ailleurs un gros article pour expliquer tout ça !

    À très vite,
    Geoffrey

  • Benoit – BonneGueule

    Merco pour ton retour ! La couleur étant déjà assez forte, on est resté volontairement sobre sur le reste de la pièce, mais je sais que pour la prochaine fois, si j’hésite à aller un peu loin, je relirai ton commentaire pour me rassurer 🙂
    Au plaisir de te croiser en boutique pour l’essayage !

  • Benoit – BonneGueule

    D’accord, je comprends mieux ton point de vue.
    Alors c’est vrai que sur les looks on met beaucoup nos vêtements pour deux raison : 1) des fois c’est vraiment le plus simple (parce que négocier à droite et à gauche des prêts de vêtements, c’est souvent très laborieux) et 2) on nous réclame sans cesse plus de looks avec nos vêtements « pour voir comment ça fait avec les autres pièces de la marque BG ». Il y a un équilibre compliqué entre les deux, mais on va bien finir par y arriver 🙂
    Je fais remonter ton retour à Rafik sur la diversité des sujets, mais que ça soit le techwear, le dark, ou le workwear, on a quand même déjà traité ces sujets que ça soit avec les articles de Vianney ou Milone. Boras de Borasification est très doué pour le workwear si tu veux d’autres horizons stylistiques 🙂 Et côté luxe, Romain a déjà écrit énormément d’articles chez nous sur le sujet. Par contre, moi j’ai clairement envie de parler un peu plus de techwear, mais je sais pas si c’est ton truc !
    Jason me montre les photos du dernier shoot aujourd’hui normalement 🙂

  • Merci pour ton retour, même si je ne partage pas ton avis, je le prends également en considération.

    Juste un détail supplémentaire par rapport au « bon goût de Luca » : Benoît est toujours assez discret sur son travail de création, mais pour info, Luca n’intervenait pas sur le design produit (même si il a également des goûts que j’apprécie). Mais ça a toujours été Benoît aux commandes de la marque, depuis 2012.

  • Hello Yoann !
    Non, pas de col moutonné sur cette pièce, mais un rembourrage Polartec Alpha et un col bien enveloppant pour te protéger du froid.
    À très vite,
    Geoffrey

  • heeeeey merci Boras 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Oui, S ici aussi !

  • Benoit – BonneGueule

    Merci pour ce retour franc et honnête ! Par contre, je ne suis pas d’accord sur les 3/4 des articles, je dirai qu’il y a environ un peu moins d’un quart qui est consacré à la présentation de nouvelles sorties, des articles qui sont en plus en général plutôt bien appréciés… Pour la rentrée, entre l’ouverture de notre deuxième boutique à Paris + le nombre de sorties qui a augmenté, mécaniquement le nombre d’article a augmenté cette rentrée.
    Mais je te trouve dur dans le sens où on a jamais autant investi dans le contenu : regarde ce qu’on a fait sur Youtube par exemple, les fiches marques, les fiches looks, les fiches guides sur un vêtement précis, etc.
    Pour le blouson, celui pris en photo n’est pas tout à fait la pièce finale, on a encore fait de très légers ajustements mais on l’a reçu après le shooting. Eh bien s’il ne te convient pas, c’est ton goût à toi, c’est une pièce que je porte beaucoup en ce moment, et non, il n’est pas trop long, oui il tombe très bien fermé, non les manches ne sont pas trop longues, et je pense encore savoir quand un vêtement me va 🙂 En tout cas il a été très bien accueilli sur les forums, je suis plutôt confiant sur cette pièce. Mais ensuite, chacun ses goûts ! Des marques qui font des blousons en lain, il y en a pas mal en ce moment.
    Pour le look avec les bottines Grenson, je suis d’accord avec toi, ce n’est pas mon préféré, mais Jason aimait bien le côté baroudeur. Dans tous les cas, les prochains shootings, on a entièrement revu la manière dont on fait les looks, ça devrait te plaire 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Alors entre 0°c et 10°c je pense que oui, mais entre à et -10°c là ça ne sera pas assez chaud, il faudra que tu mettes un pull en-dessous je pense.

  • ced

    Bonjour, pensez vous qu’il puisse etre portable a 0°C- -10°C avec tee shirt en dessous? C’etait le cas de ma doudoune RAB, j’habite en station a 1000m d’alitude.
    Quel sera le prix?
    Merci a vous, il est tres beau.

  • Benoit – BonneGueule

    Un réassort peut-être ? 😉

  • Benoit – BonneGueule

    Merci beaucoup pour ton retour !

  • Francis Le Roy

    LA piece que je cherchais depuis longtemps…. Merci l equipe Bonne Gueule pour ce beau travail !
    Hate de l avoir avec moi a Montreal!
    Continuez comme cela c est toujours un plaisir que de vous suivre 🙂

  • Lucas

    Il n’y a pas aussi une écharpe qui était prévue pour ce weekend ?