Japan Line : les deux chemises en chambray Kuwamura

/

En février 2014, nous avons sorti notre première chemise en chambray italien. Un an plus tard, notre chemise en chambray japonais suivait.

Puis en 2016, plus de chambray à l'horizon...

Malgré tout, je vous avoue que cette matière traînait toujours dans un coin de ma tête. Un peu comme une envie perpétuelle de la travailler différemment, encore et encore. Explorer ses possibilités pour vous en offrir plusieurs interprétations.

C'est d'ailleurs le chambray qui m'a fait prendre conscience de mon côté obsessionnel, où quand j'aime quelque chose (vêtement, tissu, marque, etc), j'y vais à fond. C'est véritablement l'un des tissus que je préfère.

Pour cette même raison, ce n'est pas d'ailleurs pas une mais bien deux nouvelles chemises qui rejoignent la Japan Line.

Mais avant que je ne vous parle plus amplement de mon amour pour le chambray, Nicoló s'est penché sur son histoire. Aussi étonnant que cela puisse paraître, c'est un aspect que nous avons assez peu développé dans nos colonnes.

Pour le coup, je reconnais avoir été assez égoïste dans ma demande, puisque je lui ai demandé de faire un travail de recherche avant tout pour moi, en grand amateur de nouvelles connaissances. Ne vous étonnez donc pas si c'est une partie de l'article dense et très exhaustive !

Petite nouveauté ici : nous sommes ravis d'accueillir Boris de BORASIFICATION dans notre shooting ! Son ADN street-workwear-japonais s'est parfaitement prêté à la texture de ces deux nouvelles chemises, c'est un vrai plaisir et un honneur d'avoir pu travailler avec un "streetstyler" aussi confirmé et pointu !

chemise chambray japonais homme bonnegueule

Un premier chambray avec un grain particulier, une texture très riche.

chemise chambray pois homme

Et sur Boris, un chambray rehaussé de petits points blancs cousus, tout en subtilité. On les verra de plus près d'ici quelques paragraphes.

Avant le chambray, son ancêtre français : la batiste

Les origines du chambray sont floues. Rien d'étonnant quand on parle d'objets du quotidien dont l'existence remonte à plusieurs siècles : les évolutions sont progressives et diffuses, et les témoignages historiques peu nombreux.

Il est donc impossible de déterminer le moment précis où le chambray a pris l'apparence que nous lui connaissons aujourd'hui. C'est pourquoi nous allons commencer par nous intéresser aux tissus qui en sont à l'origine, et parler un peu de leurs caractéristiques.

À l'origine, le chambray est une batise de lin, soit un type "d'armure toile" assez fine. Pour rappel, l'armure toile est la plus simple qui soit : un fil de trame vertical et un fil de chaîne horizontal. Deux fils qui s'entrecroisent, c'est tout.

Pour bien comprendre pourquoi c'est aussi élémentaire, je vous invite à regarder cette vidéo, où le youtubeur "Primitive Technology" construit un métier à tisser rudimentaire avec littéralement deux bouts de bois :

C'est la vidéo qui, étonnamment, est la plus claire dans l'explication du principe du tissage ! Pour le chambray, c'est exactement pareil à une échelle industrielle.

Cette simplicité permet d'ailleurs à n'importe quelle fibre d'être tissée en armure toile, qui donnera un tissu sans endroit ni envers.

armure toile schema

Un chambray vu de près. En bas à droite, le schéma d'une armure toile : le fil sombre correspond au fil de chaîne indigo du chambray et le fil clair, au fil de trame blanc. Parvenez-vous à reconnaître cette structure au sein du tissu ?

En ce qui concerne la batiste, on retrace avec certitude ses origines à Cambrai, dans le Nord de la France, au moins aussi loin qu'au XVIème siècle. À cela s'ajoute une hypothèse : son nom viendrait de Batiste Cambray, un tisserand du XIIIème originaire de cette région, qui aurait trouvé un moyen de faire une armure toile beaucoup plus fine.

Quoi qu'il en soit, nous pouvons chanter - juste un peu - "cocorico !". Toutes les sources semblent s'accorder à dire que c'est un tissu qui tient bien ses origines de chez nous, aussi lointaines soient-elles.

Quant au terme "chambray" en lui-même, son utilisation semble remonter au XIXème siècle chez les Anglais et les Américains. Son nom serait une francisation du terme "cambric", mot anglais pour la "batiste" dont nous venons de parler, elle-même un tissu français.

Les Américains, instigateurs du chambray contemporain

Comme un air de denim...

Bon d'accord Nicolò, c'est bien chouette cette histoire d'Anglais qui rendent un nom français encore plus français mais le chambray, c'est quoi en fait ? Qu'est-ce qu'il apporte et pourquoi l'utilise-t-on autant de nos jours ?"

Excellente question, j'y venais !

La différence entre le chambray et la batiste : en utilisant un fil de trame blanc ou écru, et un fil de chaîne bleu indigo, on crée une texture et un grain similaires au denim sans pour autant en avoir l'épaisseur !

Une matière bien pratique, comme en témoigne cet extrait d'un communiqué de la coalition des US Farmers (fermiers américains), datant de 1831 :

Pour des travaux en climat tempéré, choisissez une matière telle que le chambray, qui est robuste, suffisamment dense pour prévenir des coups de soleil, tout en étant suffisamment légère pour être respirante et ne pas vous tenir trop chaud.

En d'autres termes, c'est tout le caractère d'un denim avec la légèreté d'un tissu de chemise.

comparaison chambray denim

La différence peut être ténue pour l'oeil non avisé, d'autant plus qu'aujourd'hui, on sait autant produire un denim léger qu'un chambray plus épais. Mais ce dernier reste malgré tout le plus respirant des deux. Remarquez que le denim possède un envers et un endroit, à l'inverse du chambray qui est tissé en armure toile.

Sa démocratisation par le workwear

Au-delà de son aspect pratique, vous vous demandez sûrement comment il s'est autant répandu.

En l'occurrence, c'est un peu comme pour toutes les pièces "workwear". La chemise en chambray a suivi une trajectoire très similaire à celle du chino, que je vous avais détaillée ici. Comme vous pouvez vous en douter, c'est encore un coup des Américains !

En quelques mots, la U.S. Navy autorise le port de ce tissu en 1901, au même titre que le denim : confort et robustesse sont de mise. À partir de là, les marins en font un usage si répandu qu'après la Seconde Guerre mondiale, il finit par être adopté par l'ensemble de la classe ouvrière américaine.

C'est d'ailleurs de là que provient le fameux terme "cols bleus", par opposition aux cadres en "cols blancs".

tenue ouvriers americains

La tenue de travail américaine d'époque : pantalon ou salopette en denim, chemise en chambray.

La chemise en chambray, anoblie par Hollywood

Une fois la chemise en chambray répandue comme vêtement de travail, devinez qui lui a donné ses lettres de noblesse stylistique ? Qui en a fait une pièce incontournable de la garde-robe masculine ?

Évidemment, il s'agit des stars hollywoodiennes des années 1950 / 1960. Tout comme pour le chino, le jean, le perfecto... Ce sont encore et toujours les fameux Steve McQueen, Paul Newman, Marlon Brando, James Dean...

Steve McQueen style chambray

C'est LA photo légendaire de Steeve Mcqueen avec ses trois grandes pièces iconiques : ses lunettes Persol, sa Rolex Submariner et... sa chemise en chambray.

Lorsqu'on réalise qu'un grand nombre des pièces de notre dressing découle de l'influence de ces mêmes icônes, très similaires, on pourrait d'abord être frustrés par l'impression de manquer de variété.

Mais c'est là que le terme "intemporel" prend tout son sens : quand on vous dit que ces pièces ne sont pas prêtes de se démoder, c'est aussi parce qu'elles sont là depuis des décennies.

Elles sont devenues de véritables piliers du style pour les hommes, sur lesquels vous pourrez toujours compter. 

icones mode homme annees 60

Encore eux ? Eh oui !
À gauche, Steve McQueen en 1970. À droite, Paul Newman en 1969. Tous les deux portent des chemises en chambray.

Fort heureusement, d'autres interprétations du chambray "classique" ont vu le jour au fil des années : variations d'épaisseur, mouchetage de la matière, fil de chaîne rouge ou gris plutôt que bleu... Deux pays en particulier ont su apporter leur propre patte à cette matière devenue commune : le Japon et l'Italie.

Deux grandes visions du chambray dans la mode

Le wabi-sabi japonais face à la sartoria italienne

Ce n'est pas un hasard si l'on s'est tournés vers ces deux pays pour nos choix de chambray.

Les Italiens lui ont en effet apporté une vision beaucoup plus sartoriale, à travers une main et un rendu plus lisses, parfois si réguliers que l'on trouverait même la chemise adaptée à un port formel.

Lorsqu'un chambray italien est combiné à de beaux poignets arrondis et un col cutaway, par exemple, la chemise prend une dimension bien éloignée du workwear. On l'imagine plus facilement accompagnée d'une veste sport en tweed ou d'un costume laine-lin-soie, que portée avec un jean brut et des combat boots.

flanelle de chambray

Une chemise en "flanelle de chambray", légèrement brossée, au tissage extrêmement régulier comparée à sa version américaine ou japonaise.

Les Japonais, eux, font tout l'inverse. Non seulement ils retournent aux inspirations américaines avec un rendu et une main plus bruts, mais ils les poussent encore plus loin à travers leur fameuse philosophie du wabi-sabi : la beauté imparfaite, la patine du temps, la complexité à travers la simplicité...

Vous connaissez la suite. Le perfectionnisme japonais et leur méticulosité les ont conduits à prendre ce sujet très au sérieux, comme en témoigne cette page de magazine :

chambray japonais magazine

Americana, quand tu nous tiens...

L'obsession japonaise pour le chambray authentique

Paradoxalement, ces imperfections sont tout aussi difficiles à obtenir qu'un rendu lisse et régulier, si ce n'est plus. À l'ère où tout est industrialisé et automatisé, comment reproduire les aspérités et l'aspect naturel d'un travail guidé par la main de l'homme ?

Il y a deux solutions. À une échelle artisanale, les marques les plus puristes pourraient tisser sur des métiers manuels, comme on le faisait il y a des siècles. Les prix sont déments même lorsqu'on est habitué au très haut de gamme. Ce genre de production n'est absolument pas envisageable à une échelle industrielle, donc ce n'est finalement pas une solution en soi.

L'autre option, qui est celle choisie par les tisserands japonais de nos jours, est de préserver et d'utiliser les machines vintage du siècle dernier. Leurs mécanismes, moins performants, moins "parfaits", permettent ce grain. Le compromis étant une production beaucoup plus lente, ainsi que des rouleaux de tissus bien moins larges (80cm de largeur au lieu des 150cm sur les machines modernes).

Le genre de grain que seules ces machines vintage savent produire.

Vous n'êtes sûrement pas sans savoir que pour certains tissus, ce sont ces machines-là qui produisent le liseré selvedge, marquant de chaque côté du rouleau le bord "fini sur lui-même". C'est pour cela qu'il a fini par être être élevé comme un signe de distinction et de qualité.

Comme moi, vous ressentez peut-être une certaine émotion lorsque vous tenez une matière tissée sur des machines vieilles de plusieurs décennies, soigneusement conservées... et qu'on ne sait plus produire ! Il est donc très probable que le jour où toutes ces machines ne seront plus en état de fonctionner, ce genre de matière disparaisse. Profitons-en !

Le chambray, matière équilibrée par excellence (Benoît)

Merci Nicoló pour ce beau récapitulatif, je reprends la main !

Comme je vous le disais en début d'article, l'esprit de ce lancement est celui d'une véritable déclaration d'amour au chambray. Oui, on est sur des motivations très romantiques en ce mois de mars !

C'est un tissu que je n'ai jamais cessé d'aimer et de porter, puisqu'il représente à la perfection cet équilibre délicat entre :

  • une étoffe facile à porter,
  • aux multiples usages,
  • et qui apporte de la texture, quelque chose en plus dans une tenue.

Cet équilibre, ça fait des années que j'en parle. Finalement, c'est toute la vision de "ma" mode masculine qui est encapsulée dans ce tissu.

C'est d'ailleurs ce qui est le plus surprenant, car l'armure du chambray est la plus basique qui soit. Toujours dans son essence élémentaire, les deux fils utilisés sont le blanc et le bleu, deux couleurs que j'ai toujours recommandées pour choisir simplement ses chemises.

Une armure simple et efficace, des couleurs élémentaires, certes, mais tant de possibilités existent avec le chambray ! En termes de choix de pièces, ce lancement est sûrement l'un des plus personnels sur lequel j'écris. Mais quand le coeur a besoin de parler...

Je n'y peux rien : quand je vois un chambray, je reste fasciné par le grain du tissu. Je ne m'en laisse jamais, même - ou plutôt, surtout ! - après en avoir vu des dizaines et des dizaines. C'est peut-être pour cette raison que je commence doucement à accumuler les chemises en chambray. Un début de collection, vous pensez ?

Mais ne nous écartons pas, allons voir ces deux fameuses chemises Japan Line.

Deux étoffes Kuwamura, filature nippone quasi-centenaire

De nouveau, nous nous sommes tournés vers Kuwamura, tisserand japonais qu'on ne vous présente plus !

Le chambray selvedge slub

Ça, c'est la petite soeur de notre chemise en chambray Maruwa.

Le slub d'un tissu est un effet bien connu des gros amateurs de denim.

Au moment du filage, le filateur ajoute de l'irrégularité en jouant sur la taille des fibres. Le fil est donc plus ou moins épais, comme ceci :

slub fil

Des fils irréguliers : le pré-requis indispensable au "slub".

On obtient donc un fil irrégulier qui, une fois tissé, donne plus de caractère au chambray. Il y apporte beaucoup de grain, de texture... bref, tout ce que j'aime.

Les anglo-saxons utilisent parfois l'expression bumpy, signifiant "cahoteux", pour décrire le slub. Je trouve que l'image est assez parlante pour désigner l'effet irrégulier d'un tissu !

Le chambray japonais dans toute son essence !

Le rendu est donc plus marqué que sur notre chemise Maruwa. Et pour ma part, c'est toujours aussi hypnotisant de voir que chaque centimètre carré du tissu est unique et ne ressemble pas à celui d'à côté.

Le liseré selvedge, que l'on place sur l'hirondelle de renfort comme sur notre chemise Maruwa.

Le meilleur des deux mondes : la chemise en chambray à pois

Vous avez aimé notre chambray Maruwa et notre chemise à pois Kuwamura. Et je suis dans le même cas que vous. Du coup, on fusionné le meilleur des deux mondes en faisant une chemise chambray... à pois.

De l'extérieur, un chambray avec de petits pois blancs très fins. Si vous retournez le tissu, vous verrez les fils qui les dessinent.

Oui oui, la base est bien un chambray !

Il s'agit bien d'une base chambray, sur laquelle sont tissés (et non imprimés) de petits pois blancs.

Elle se porte exactement comme n'importe quelle chemise en chambray ! La présence des pois blancs lui apporte une touche plus travaillée, plus subtile.

Une coupe tout-terrain

Nous avons gardé notre coupe habituelle. Vous conserverez donc toute votre aisance, tout en ayant une silhouette mise en valeur.

Pour ce qui est de la longueur, on est sur une coupe décontractée. Vous pourrez autant la porter rentrée que sortie.

chemise chambray japonais homme

La coupe est suffisamment ajustée pour flatter la silhouette, tout en gardant assez d'aisance pour rester confortable. Que vous vouliez créer des looks résolument décontractés ou, au contraire, glisser la chemise sous un blazer, rien ne vous arrêtera.

Les finitions qu'on aime retrouver

Un col bien plaqué

Vous savez combien je déteste les cols sans tenue. Comme d'habitude, vous retrouverez donc le système button-down caché qui maintiendra votre col en place.

chemise col button down cache homme

Un col qui ne bougera pas...

chemise col button down kuwamura

... Grâce aux petits boutons sous les pointes.

Des boutons toujours en nacre

Cousus en croix, nous avons misé sur des boutons blancs en nacre.

C'est un choix qui me tenait à coeur. Si nous avons déjà deux chemises avec des boutons en bois, j'avais envie d'une touche plus élégante et discrète, comme sur une chemise plus habillée. 

bouton corne chemise chambray homme

Bouton en nacre + couture en croix = combinaison gagnante.

La dernière boutonnière est horizontale, de sorte de répartir la tension sur le bas de la pièce.

L'hirondelle de renfort

Sans oublier les petites hirondelles, dont l'une est même selvedge sur le chambray slub.

hirondelle de renfort chemise homme

Un détail aussi pratique qu'esthétique... et un gros plan très parlant sur la matière !

Comment choisir sa taille ?

Le système de sizing est tout à fait classique, prenez simplement votre taille habituelle.

Si vous avez pris du M sur nos autres chemises, prenez aussi du M ici et ainsi de suite. Vous voyez l'idée.

Comment porter les chemises de la Japan Line ?

look homme workwear denim

Naturellement, Luca combine sa chemise à son jean Kurabo. Vous le savez très bien, l'association chambray et denim est une valeur sûre. Pour donner un côté plus casual à la tenue, le jean est porté par-dessus les boots. Rentrez-le dedans et vous aurez une dimension plus baroudeur. (Jean BonneGueule - Japan Line, boots Meermin)

look jean droit homme

Bien que sur une base similaire, l'esprit se dégageant de ce look est un peu différent du précédent. C'est notamment dû à la coupe du jean : droite, elle appuie l'ADN workwear de la tenue. C'est d'ailleurs la signature des looks de Boris. Les Clarks, subtilement inspirées des mocassins amérindiens, ajoutent de l'originalité à l'ensemble. (Jean Levi’s Made & Crafted - coupe Shuttle, Clarks Wallabees)

accessoires look workwear homme

J'attire votre attention sur l'utilisation du bonnet. Avec ce genre de tenue, c'est une piste facile pour l'accessoiriser. Idéalement, choisissez-le en laine avec un gros tricot : plus la maille sera travaillée et plus il sera intéressant. (Bonnet Norse Project)

Comment poter pantalon velours homme

Le pantalon en velours côtelé était porté par les ouvriers de la fin du XIXème - on parle souvent de "largeot" - ce qui en fait une bonne alternative au jean ou au chino dans des tenues workwear. Il change de ce qu'on a l'habitude de voir. Portez-le avec un blouson et des boots en cuir pour renforcer les influences brutes du look. (Blouson DeFursac, pantalon Beams, boots Meermin)

details look workwear

Le cordon en cuir n'est pas le type d'accessoire auquel on pense spontanément. Pourtant, il exprime bien la personnalité de celui qui le porte. (Cordon Kytone)

porter un cargo homme

J'aime beaucoup la façon dont les couleurs ont été assemblées ici : entre les nuances de bleu et le vert-de-gris du cargo, on se retrouve avec un joli camaïeu. Du reste, il n'y a rien de compliqué, c'est le genre d'assemblage que vous maîtrisez déjà très bien ! (Cardigan SNS Herning, pantalon cargo BonneGueule, chaussures Paraboots - modèle Michael, bonnet Raf Simons)

street style cargo homme

Et sans maille, cela fonctionne tout autant.

inspiration pantalon cargo homme

Troquez le cardigan contre un blouson en jean et vous changerez les influences de la tenue. Pour le coup, on est sur quelque chose de beaucoup plus urbain. Le blouson permet de structurer davantage la silhouette, tout en restant très facile à glisser dans le look. Le bonnet et les sneakers, de la même couleur, encadrent la tenue et amènent de la clarté. (Blouson en denim SuitSupply, sneakers Converse - Chuck Taylor 1970)

inspiration look homme veste militaire

Sur une base bleue, vous n'avez quasiment aucun risque de vous tromper avec une veste kaki. C'est une association très masculine, d'autant plus s'il s'agit d'une flight jacket. Niveau jean, son délavage apporte du caractère et un aspect unique à l'ensemble : c'est la récompense obtenue après 3 ans de port. Pour ce qui est des chaussures, c'est à vous de voir : si Boris a choisit de garder ses Michael aux pieds, des boots comme des sneakers seraient tout aussi envisageables. (Magnifique veste Visvim - modèle Kilgore Jacket, jean APC, chaussures Paranoots - modèle Michael)

Encore merci à Boris, notre confrère du blog BORASIFICATION, de s'être prêté au jeu du shooting.

Comment se procurer les nouvelles chemises de la Japan Line ?

La chemise bleue à pois blancs et la chemise en chambray texturé Kuwamura sont à présent disponibles sur notre eshop et dans nos boutiques.

A propos Benoît Wojtenka

J'ai fondé BonneGueule.fr en 2007. Depuis, j'aide les hommes à construire leur style en leur prodiguant des conseils clairs et pratiques, mais aussi des réflexions plus avancées.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    A mon avis, chez les marques « streetwear chic » type Drapeau Noir, Olow, Homecore, Cuisse de Grenouille.

    Mais tu es peut-être hors saison pour ça maintenant dans le sens où on est en plein dans les collections Printemps / Été 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Prends un S alors 🙂

    Avec ce genre de budgets le mieux ça reste de checker les e-shops type l’Exception ou Centre Commercial.

    Comme le blouson léger est une pièce très simple, il est rare que ce soit le « coeur » d’une marque et fréquent qu’il soit réinterprété au fil des saisons par un peu tous les petits créateurs 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Aurélien !

    En coupe ajustée ou extra-ajustée ?

    Quel budget pour le blouson de mi-saison ?

  • Thomas

    En fait c’était surtout pour la version avec du lin (Maruwa), le retombé des manches recouvre mon poignet de 5 à 6 cm. Sinon j’ai essayé la nouvelle et la coupe est nickel, donc je pense que ca doit venir du lin.

  • Benoit – BonneGueule

    Ah oui, elles tombent trop en avant sur la main ?

  • Thomas

    Bizarrement, je fais 1m84 et prend du M, et je trouve les manches trop longues

  • Benoit – BonneGueule

    Ah je comprends tu aimes bien les cols plus évasés, moi c’est totalement l’inverse, j’aime bien que c’est plus vertical, avec de la prestance !

  • Seb

    Ben justement non parce qu’à cause des boutons les pointes du col sont collées à la chemise ce qui donne un rendu vraiment bizarre, à la limite ça passe sur des chemises formelles mais là sur une chemise casual ça ne va pas du tout avec le style, soit le col est totalement à la verticale soit il est rabattu et on dirait un bout de carton épais. Par exemple regarde la 2ème photo de l’article où Luca est seul de face le col casse tout je trouve ça fait chemise casual partout sauf au niveau du col où on dirait une chemise à Karl Lagerfeld.

  • Benoit – BonneGueule

    Mais je comprends pas très bien, parce que avec le button down caché, normalement c’est comme si le col n’avait pas de boutons, du coup qu’est-ce que vous reprochez au col s’il imite un col sans bouton ?

  • Seb

    Je suis totalement d’accord avec toi! Ça devient impossible de trouver des belles chemises workwear/casual sans qu’il y ait forcément toujours des boutons au niveau du col! Je déteste ça ça casse tout je trouve, j’aurais adoré acheter celle-ci mais je ne vais pas sauter le pas à cause du col.

  • Benoit – BonneGueule

    Franchement, moi je mets du M dans TOUTES nos chemises, je t’assure que c’est pareil de mon côté !

  • Benoit – BonneGueule

    Prends la en S ici, le sizing est beaucoup plus confortable ici !

  • Benoit – BonneGueule

    Ils font aux alentours d’1m80 les deux pour 75 kilos je crois.

  • Seb

    quelqu’un peut me donner les mensurations (taille mais également poids) de Luca et de Boras svp ! merci

  • nik0

    Hello,

    La chemise en chambray à poids me plait bien mais j’hésite sur le sizing.

    J’ai acheté la chemise Kumawara à poids en S lors de sa sortie (Décembre 2015), je suis parfois un poil serré aux aisselles, à la poitrine et au ventre (notamment quand je viens de la laver), du coup je me demande s’il ne faut pas que je size up, d’un autre côté il semble que la coupe est évolué (mais je ne sais pas trop si c’est plus ample ou pas ..)

    merci 😉

  • Khante

    Ya que la longueur qui change le fit est exactement le même? Pierre avait l’air de dire dans un com qu’elle était plus fitté enfin bref merci pour ces petites précisions Big Boss 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Ben justement, des cols américains en button down il y en a partout 🙂 Nous on voulait un rendu plus sobre grâce au button down caché !

  • Thomas

    Salut ! Les chemises sont superbes, le tissue est top, mais ce qui m’empêche d’acheter à chaque fois sur ce type de chemises que vous faites c’est le col… Pourquoi pas faire un col americain ou juste sans bouton ? Les chemises de marques japonaise le font très bien, ce qui renforce le coté workwear, du coup je trouve ça dommage d’avoir un tissu et une coupe aussi réussi mais pas le col :(. Vous me direz que je peu le déboutonner mais on verrait les boutons qui ne servent à rien en dessous.
    Enfin très belles pièces quand même 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello !

    Si tu l’as achetée il y a longtemps c’est juste, la flanelle marron était moins fittée à ce moment là 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    La coupe Alexandre, c’est la coupe Florian en à peine plus courte. Maintenant toutes nos coupes sont unifiées, donc c’est la coupe Alexandre. Mais encore une fois S sur coupe flo = S sur coupe Alexandre, il n’y a que ça qui change !

  • Khante

    Encore du beau boulot les gars. Elles sont vraiment belles. En tant qu’amateur de Chambray je dois dire que ça fait du bien aux yeux 🙂
    Parcontre niveau coupe on s’y perd vraiment cest abusé! Dans l’article c’est ecrit que c’est la même coupe que vos chemises habituelles (ce qui ne veut rien dire vu qu’il y a eu minimum 5 coupes différentes depuis vos 1ere chemises ^^).
    Du cou je passe aux commentaires. Et la Benoît répond à quelqu’un en lui disant que c’est la même coupe que la flanelle marron (donc coupe Florian si je dis pas de bêtises) alors que dans un autre commentaire Pierre à l’air de dire que c’est la nouvelle coupe Alexandre… C’est pas la 1ere fois où je vois des contradictions dans les commentaires, du cou pourquoi ne pas dire explicitement dans l’article si il s’agit de la coupe Florian, Alexandre, d’une d’un autre modèle (genre chemises en lin ou Oxford) ou d’une toute nouvelle coupe?
    Ça aiderait pas mal à s’y retrouver !
    Du cou coupe Florian ou Alexandre ce cou ci?

  • Benoit – BonneGueule

    Normalement toutes les coupes sont les mêmes sur toutes nos chemises décontractées !

  • Benoit – BonneGueule

    Elle est sera le même que nos autres chemises japonaises. Sauf que nous les frais de ports sont gratuits, et nous avons le button down caché, qui est plus coûteux qu’un button down normal + le prélavage industriel (je sais pas si à l’époque quand elle est sortie c’était le cas chez Drapeau Noir). Voilà comment s’explique la différence de prix 🙂 Cela dit, Drapeau Noir reste une marque que j’apprécie beaucoup !

  • Benoit – BonneGueule

    Oui !

  • Benoit – BonneGueule

    ??! La flanelle marron et la écrue ont strictement la même coupe (à part 1 cm en longueur en plus). Ou alors c’est toi qui va bien dans le XS et le S 🙂 Mais le chambray étant quand même un tissu japonais, je te conseille de prendre comme la écrue.

  • Benoit – BonneGueule

    Franchement entre la slub et la maruwa, c’est vraiment kif kif. Mais je dirai que la maruwa avec la présence de lin est un poil plus estivale.

  • Benoit – BonneGueule

    Il y a deux fils bleus qui croisent un fil blanc dans le cas de l’oxford, dans le cas du chambray c’est un bleu indigo également.

  • Benoit – BonneGueule

    C’est la même coupe que la flanelle, donc prend la S !

  • Benoit – BonneGueule

    Non malheureusement 🙁

  • Benoit – BonneGueule

    C’est exactement la même coupe ! Je prends note de tes remarques, tu n’es pas le premier à nous dire que les manches sont un peu courtes.

  • Jérôme

    Hello,
    J’ai la chemise Maruwa en XL, un peu juste côté longueur de manches (je fais 1m88, plutôt costaud au niveau des épaules et les bras assez longs). Est-ce que ces nouvelles chemises possèdent la même coupe en ce qui concerne la longueur des manches?
    Bonne soirée,

  • PascalM

    Une chance de voir ces nouveautés au showroom de Lille samedi?

  • charly

    Hello
    Je suis un peu perdu avec les coupes!
    Votre première chemise chambray avec boutons en bois et trop juste pour moi maintenant en taille S.
    La chemise en flanelle marron me vas parfaitement en taille S.
    Et donc celle ci comment sera t’elle en taille S ?
    Merci 😉

  • Alexis

    Decembre 2016.

    Etonnant… Autant celle à pois me va, autant la maruwa en boutique avait un peu trop de tension à la poitrine.

    J essaierai, je verrais bien !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Koncassor !

    Pour moi tu fais effectivement un S en terme de carrure, mais un M niveau longueurs.

    Un M de l’époque ne correspondrait à rien aujourd’hui car ce ne sont tout simplement pas les mêmes coupes. :/

    Non le tissu ne rétrécira pas de façon notable (je dis « pas de façon notable », car les tissus qui ne rétrécissent absolument pas n’existent pas, sauf en bespoke où ils subissent 3 lavages à la main avant la confection. Mais en tout cas ici tu ne le remarqueras pas)

  • Koncassor

    Hello,
    Si on est entre deux tailles on prend laquelle sur cette chemise ? Je suis généralement entre M et S. 1m85, épaules 44cm, tour de poitrine est 94. Si la taille existait en costume je ferais du 47 !
    J’ai votre toute première chemise en chambray en M qui me va bien (sauf pour la longueur -trop courte- mais j’ai l’impression que vous avez corrigé le problème depuis).
    A la lecture du guide des tailles j’ai l’impression que ce M de l’époque correspond plutôt à un S d’aujourd’hui (aisselle à aiselle = 51). Suis-je dans le vrai ?
    Est ce que le tissu rétrécie au 1er lavage (j’ai eu une mauvaise expérience avec votre collab BGxHast) ?
    Chears

  • Pierre – BonneGueule

    Hello TopMoi !

    Le programme BonneGueule est un genre de service premium BG, mais malheureusement les inscriptions sont fermées. 😉

  • TopMoi

    Hello les gars quelles chemises(!), les deux font très envie.
    Pour eviter le sold out comment fait on pour faire partie du « programme Bonnegueule »?
    Merci bonn journée

  • Benoit – BonneGueule

    Prends la en S parce que ça sera la même coupe que la écrue et la Vichy !

  • Benoit – BonneGueule

    Ben tu vois, quand je vois Luca sur cette photo https://www.bonnegueule.fr/wp-content/uploads/2017/03/chemise-chambray-japonais-homme-bonnegueule.jpg je me dis que plus de longueur aux manches rendrait les manches trop longues. D’ailleurs en longueur, on cible spécifiquement des chemises assez courtes, pour être portées hors du pantalon, c’est une de nos spécificités, mais je note précieusement ta remarque, et la fait remonter à notre chef produit 🙂

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Jeff !

    J’ai peur que la selvedge slub manque un peu de contraste avec ton blazer (même si le bleu est plus foncé et moins brillant). Tu peux essayer avec celle à pois, mais c’est pareil, je pense qu’elle a une couleur un peu riche pour être portée avec un blazer bleu roi. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Gabriel !

    C’est une des différences entre l’ancienne coupe (la Florian, plus ample et droite) et la nouvelle (l’Alexandre, plus fittée). Il n’y a aucun problème pour la porter sortie, normalement. 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello Tada !

    Tu es le premier à nous faire part de chemises trop courtes pour 1m85, on n’a jamais eu ce problème. Tu peux m’expliquer ? Elles sont trop courtes pour être portées rentrées ?

    Et pour les manches… regarde la première photo de l’article, les manches sont comme il faut, enfin je crois. C’est peut-être parce que tu aimes avoir tes manches très longues, non ? 😉

  • Pierre – BonneGueule

    Hello fcfc !

    Excuse-nous, y’a eu un petit oubli de notre part, la sortie des sweats est décalée à la mi-avril. Je vais t’obliger à attendre encore un peu pour grappiller des infos. 😉

  • Benoit – BonneGueule

    Non c’est la même coupe !

  • Benoit – BonneGueule

    Non, on est très content de cette coupe, je pense qu’elle va rester telle quelle, ou alors elle subira de très légères améliorations.

  • Benoit – BonneGueule

    Non, pas le chambray, mais plutôt le chambray japonais vintage…

  • Benoit – BonneGueule

    Alors là, moi qui porte du chambray tout l’été, ça ne pose strictement aucun problème. L’épaisseur du tissu n’est pas particulier épaisse, ça reste une chemise !

    Dire qu’elles sont un cran au-dessus, ça n’a pas vraiment de sens. Elles ne sont pas intrèsequement meilleure que la Maruwa, c’est juste qu’elles sont différentes, c’est un autre design qui est exploré !

  • Benoit – BonneGueule

    Tout à fait !

  • Benoit – BonneGueule

    Non, tu as moins d’un centimètre de différence en longueur !

  • Benoit – BonneGueule

    Oui, ce sont deux chemises bien différentes…

  • sav92

    La SLUB est vraiment magnifique, voit-on une vraie différence par rapport à la Maruwa mis à part les fils blancs ?

  • Corentin Cario

    Ça roule merci Benoît !
    En terme de prix ce sera comme la Maruwa ?

  • Benoit – BonneGueule

    La S aussi !

  • Benoit – BonneGueule

    Ca dépend quand tu l’as achetée. Si c’est celle que tu as achetée dès sa sortie, la coupe a changé. Elle est comme la chemise Maruwa.

  • William Duclos

    Un incontournable qui a pourtant presque disparu des collections actuelles. J’en cherchais une depuis un moment sans succès.

  • Alexis

    Punaise… Elles sont magnifiques… La slubby va certainement finir dans le dressing !
    Niveau coupe, c est la meme que la chemise à poids originelle ?

  • Corentin Cario

    Salut, j’ai une taille S Vicompte Arthur en slim fit qui me va parfaitement, quelle taille irait le mieux vous pensez ?