H&M – Comme des (gars)cons

/

hm-cdg-04

 La collection Comme des garçons de H&M a bien buzzé avant sa sortie : multiples articles dédiés sur les blogs, visuels alléchants, file d'attente au Japon,... Bref, le boulot de l'équipe marketing est remarquable et nous attendions de pied ferme les premières pièces. Seulement, si les marketeurs ont fait ce qu'il fallait, il semblerait bien que les stylistes de CDG aient pris leur mission bien trop à la légère.

Première surprise en arrivant au H&M des halles et de Rivoli, il n'y a pas grand monde, on est loin de la ferveur de la collection de Roberto Cavalli l'an passé. Et pour cause, la paire de sneakers griffée CDG que nous voyons directement sur le podium suinte le Made in China avec ses collages baveux (les bleues à bout noir très légèrement pointues). Berk.

On jette un coup d'oeil au caban noir classique. Déception encore, il est composé d'une matière incroyablement cheap, une sorte de laine grossière et hétérogène. Inquiets, on se rattrape donc sur les chemises et là, c'est le drame. A part une ou deux chemises, ce sont les pièces plus ratées de la collection, une vraie honte pour CDG. Coupe aussi banale qu'informe (le gros point faible), col mollasson, prix exorbitant pour une qualité aussi médiocre (40 €), montage parfois incongru(les chemises tricolores), bref, il s'en dégage une fadeur digne de chemises d'un rayon textile de supermarché.

Il faut se rendre à l'évidence : Rei Kawakubo s'est foutue de nous.

Et le trench ? Un bouton nous est resté dans les mains pendant l'essayage, mais je l'avoue, c'est l'une des trois pièces qui vaut le détour pour le prix.

Et les cardigans ? Ennuyeux à mourir, ils n'ont absoluement rien qui les fait sortir du lot (et font terriblement vieillots).

Et la fameuse chemise à pois présentée partout ? Rien de moins qu'une chemise givenchy version XL dans tous les sens du terme et avec tout le mauvais goût qui va avec. Plus sérieusement, c'est surprenant de voir à quelle point cette collection est inadaptée aux personnes élancées, un vrai mystère.

Et le costume avec les coutures des boutonnières blanches ? Faiblesse de coupe flagrante, ça flotte de partout, à moins d'être rugbyman.

Et les petits polos à gros pois ? Une blague, tout simplement grotesques.

Le plus triste dans l'histoire ? Alors que des gens s'affairaient autour des podiums où les pièces étaient piteusement étalées, on pouvait trouver à côté les vêtements H&M étiquette violette (merci à Victor de les avoir déniché) 10 fois mieux que la ligne CDG pour un prix moins élevé.

Je ne retiendrai qu'une chose de cette collection : la capacité de H&M à faire acheter des produits d'une qualité médiocre flagrante à ses clients.

A propos Benoît Wojtenka

J'ai fondé BonneGueule.fr en 2007. Depuis, j'aide les hommes à construire leur style en leur prodiguant des conseils clairs et pratiques, mais aussi des réflexions plus avancées.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Perso j’aurais rajouté une cravate blanche…

  • jonathan

    je n’ai qu’un seul mot pour décrire la collection « berk » moi qui soulais mon monde pour y aller! j’etais meme pret a secher les cours pour ca! j’ai vraiment été décu! reste plus qu’à acheter du VRAI CDG!!!

  • cesar borgia

    merci pour votre article ! ne pouvant prendre une demi-journée de congés pour aller le matin à l’ouverture, et n’étant pas enthousiaste au vu des collections sur le site de H&M, je n’ai vu en magasin que ce qu’il restait : les chemises, en blanc, et en beige. je croyais rêver ! ça, du comme des garcons ???? aucune originalité de la coupe, aucune finition, enfin rien ! une plaisanterie.