Elégance facile (2/4) : notre sweat et notre doudoune avec du yak

Temps de lecture : 7 minutes

Publié par le 3 novembre 2020

Être élégant sans en faire trop ? C'est possible. Tout est une question d'équilibre.

Comme preuve, voici 9 nouveautés pour des tenues élégantes, confortables et décontractées :

  • Une doudoune sans manche dans une belle étoffe beige. Élégance et performance ne riment pas pour rien
  • Un sweatshirt dans un mélange de fibres luxueux. On vous met au défi de trouver le même ailleurs
  • Une surchemise et une casquette en velours. Matière noble remise au goût du jour
  • Un polo en maille. Version (très) confortable de la chemise
  • Un pantalon gurkha en velours. Ou comment avoir un style pointu sans se piquer
  • Trois écharpes en laine et cachemire. Avec un chevron discret mais remarquable

Pour mettre la main dessus, rendez-vous ce samedi 7 novembre à 11h sur notre e-shop.

En attendant, on vous raconte ce qu'on avait derrière la tête. Au programme aujourd'hui : pull et doudoune sans manche.

Vous le savez, chez BonneGueule on aime le yak.

Ou plutôt, la laine de yak.

On aime la douceur qu'il apporte et surtout, cette couleur si particulière.

Bref, c'est la matière parfaite pour l'automne qui s'installe tranquillement.

On a donc voulu continuer sur notre lancée en utilisant des matières mélangées avec du yak, pour un confort très plaisant en extérieur… ou en intérieur !

En effet, au vu du contexte actuel, je ne doute pas que ces deux pièces, réconfortantes — et franchement haut de gamme dans les matières utilisées — seront un bonheur en cette période de confinement.

Et pour une fois, ce n'est pas en Italie que nous avons trouvé ces matières, mais au Japon, car il y a là-bas une grande expertise (et capacité) à mélanger le coton avec de laine et du yak…

Un sweat que vous allez découvrir de très près…

Un tissu en coton et yak tout doux… Bonnet, pull, gilet sans manche et pantalon BonneGueule.

Un sweat en coton, laine mérinos et yak

Atypique & douillet

On aime le côté pratique du sweatshirt mais on voulait le porter à un autre niveau. C’est chose faite avec une matière absolument unique… avec une pincée de yak.

Tenue full BonneGueule !

Un très beau molleton japonais

Un mélange beau et luxueux

Personnellement, c'est l'une des plus belles matières que j'ai pu voir pour un sweat. On va dire que j'en fais trop, mais que voulez-vous, le cœur parle !

Le chiné est très subtil, et l'envers du molleton, la partie qui va être portée contre vous, respire la douceur. La main est très "matérielle" : il s'agit bien d'un vêtement "réconfortant", vous savez, cette catégorie de pièces qui m'est si chère.

Mille et une nuances dont seuls les Japonais ont le secret…

Il est composé de :

  • 74% de coton
  • 21 % de laine mérinos
  • 5 % de yak

Il vient du japonais Morishita, avec qui on a plusieurs fois travaillé dans le passé, qui est spécialisé dans les mélanges de matières. Puis le sweatshit est ensuite monté au Portugal.

Voici l'intérieur du sweat, la partie qui n'est pas visible au port, où on voit bien l'aspect légèrement "laineux" qui rend ce sweat unique !

C'est un poids de 571 g/m2, c'est donc un vrai poids pour de l'automne, de l'hiver, voire un début de printemps.

La proportion de yak suffit à donner ce chiné très particulier faisant ressortir la couleur des fibres de yak.

Vous allez me dire : "mais pourquoi on ne trouve pas plus souvent ce genre de mélange dans le prêt-à-porter ?"

L'explication est toujours la même : c'est une matière japonaise, déjà coûteuse à la base, qui en plus comporte de la laine mérinos et du yak, matières plus coûteuses qu'un 100% coton.

Et voici l'extérieur du sweat, avec les touches de couleurs spécifiques à la fibre de yak.

Forcément, une matière made in Japan avec de la laine et du yak est plus coûteuse qu'un molleton 100% coton portugais. Une telle matière nécessite donc d'être expliquée aux clients, de prendre du temps qu'ils n'ont pas toujours et requiert aussi une formation du personnel de vente. Donc au final, les marques ne sont pas vraiment incitées à aller au-delà du 100% coton.

Instant anecdote : le triangle des Bermudes

Place à un moment "behind the scene".

A l'origine, nous voulions faire le "triangle du col" dans la même matière que le reste du sweatshirt.

Mais le résultat ne nous a pas convaincu.

Je répète, ceci n'est pas le résultat définitif, ce n'est pas ce que nous avons retenu :

Un nouveau bord-côte plus tard, et autre essai, on avait un résultat nettement plus satisfaisant, c'est donc le résultat final :

Voilà, c'est nettement mieux !

Si vous voulez briller en soirée, sachez que cet élément de design s'appelle "la modestie". Tout en humilité.

N'hésitez pas à nous dire dans les commentaires si vous souhaitez voir plus souvent ce genre d'anecdote dans nos articles de présentation.

Avec quoi porter ce sweatshirt ?

De la laine et du décontracté

Avec une parka

Le grège se mélange parfaitement avec des tons olive ou des tons terracotta. Et le sweatshirt est aussi une pièce qui s’accommode très bien des pantalons en laine.

Note : c'est ici un prototype non définitif (regardez le"triangle" du col), mais vous voyez le type d'ambiance avec ce sweatshirt ! Parka, écharpe, sweat et chino BonneGueule.

Avec un pantalon cargo

Le sweatshirt avec le pantalon cargo est une tenue très courante chez les marques aux accents vintage/répliques, comme on en croise souvent au Japon. Ici, nous avons voulu utiliser un cargo en laine pour donner une ambiance un poil plus urbaine.

Attention, ce n'est pas un proto final ici (le triangle du col n'est pas le définitif). Lunettes SALT, cargo BonneGueule et sneakers Converse.

Avec un gilet sans manche

A l'instar du cargo, le gilet sans manche est une pièce d'une certaine décontraction très à propos avec un sweatshirt.

C'est vraiment un assemblage 100% décontracté et 0% difficulté :

Tant mieux si ça vous met de bonne humeur ! Casquette, sweat, gilet sans manche, pantalon et sneakers BonneGueule.

Notre nouveau gilet sans manche en coton yak

La grande classe 

Nous avons posé des bases avec des gilets sans manche aux coloris solides pour l'hiver : des gris et du bleu marine.

C'est une pièce qui est très appréciée chez nous, notamment en raison de l'utilisation du Climashield, cet isolant si agréable. C'est pour cette raison que nos gilets sans manche collectent des témoignages très enthousiastes :

Nous avons donc voulu explorer quelque chose d'un peu plus original. Et comme je suis un grand fan des couleurs claires en hiver, nous avons choisi ce magnifique tissu en coton et yak.

Un tissu japonais en coton bio et yak

Subtil et lumineux

Oui, vous avez bien lu, il y a du yak dans cette doudoune sans manche, c'est cette matière qui donne cette  couleur inimitable.

Voici sa composition :

  • 90% de coton bio
  • 10% de yak

La matière est filée et ensuite tissée au Japon, par un fournisseur confidentiel, spécialisé dans ce genre de mélange haut de gamme.

C'est un tissage dit "twill", qui est légèrement gratté pour obtenir cet agréable effet duveteux.

Pour les plus techniques d'entre vous, le poids de ce tissu est de 186 g/m2.

… Et du Climashield APEX pour la chaleur

Puis, pour vous garder au chaud, nous utilisons comme d'habitude du Climashield, de la gamme APEX, d'épaisseur 133g/m2.

En ce qui concerne Climashield, j'ai longuement expliqué pourquoi j'adore autant cet isolant, je vais donc rappeler les points clés :

  • ce sont des filaments continus : il a donc une bien meilleure résistance dans le temps, et il ne va pas se déliter
  • il résiste très bien à la compression, il retrouve son gonflant très rapidement
  • il évacue l'humidité, contrairement au duvet qui a du mal à la gérer

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore cet isolant merveilleux, voici plus de précisions à son sujet :

On a choisi dans la gamme APEX (poids de 133/m²) parce que c'est cette gamme qui a le meilleur ratio chaleur/légèreté.

isolant Climashield et laine italienne

C'est avec cet isolant qui ressemble à un petit nuage que le miracle se produit...

Climashield nous fait savoir que, selon eux, à poids égal, l'isolant APEX est le plus efficace du marché. D'ailleurs, c'est une gamme assez récente, puisqu'elle a été lancée en 2008, alors que Climashield existe depuis 1974.

Et comme d'habitude, je regarde beaucoup quels sont les clients des producteurs de matières techniques. En effet, c'est souvent un bon indicateur de la fiabilité d'une marque. Alors selon vous, qui utilise du Climashield ?

  • Acronym évidemment, dans son bomber J50
  • Tilak, une marque tchèque très réputée
  • Arc'téryx, dans sa ligne de base et dans sa ligne haut de gamme Veilance. La ligne militaire — la gamme LEAF — comporte aussi du Climashield.
  • Kanuk, une marque québécoise de parka haut-de-gamme, qui crée des pièces pour lutter contre les grands froids. Nos lecteurs canadiens comprendront.

Très bien mais pourquoi ces marques utilisent du Climashied et pas un autre isolant ?

Quelle est la particularité du Climashield ?

La première chose, c'est que Climashield est le pionnier des "filaments continus".

Dans une vidéo dont les fabricants de matières techniques ont le secret, on voit bien le fonctionnement de l'isolant :

En fait, une ouate "classique", c'est comme du coton de pharmacie, ça se délite.

C'est un problème pour le vêtement car, avec les usages répétés, les mouvements, les lavages ou l'humidité, votre isolant ne ressemble plus à grand chose à la fin .

Mais ce n'est pas le cas du Climashield !

Ce sont de longs filaments continus ce qui en fait, d'une certaine façon, un isolant "indéchirable". C'est comme si vous tentiez de rompre une ficelle en tirant de chaque côté, dans le sens de la longueur. Impossible je vous dis !

Et il en ressort deux avantages très intéressants pour nous :

  • Parfaite tenue dans le temps : le Climashield ne se déchire pas quand il est étiré, il ne s'agglomère pas et ne se sépare pas.
  • Hautement compressible : il va retrouver sa forme initiale très rapidement, ce qui le rend bien pratique quand vous allez mettre cette doudoune dans votre valise pour le week-end.

Une technologie qui lutte contre l'humidité du tissu

Enfin, notre isolant Climashield est doté de la technologie dite "Aquaban" (oui, je sais, ils sont très forts en noms : il garde la chaleur même quand il est mouillé, tout en permettant à la transpiration de s'évacuer rapidement. Sur une pièce destinée à être portée en intérieur et en extérieure, c'est une caractéristique très utile.

On peut penser que je suis un vrai perfectionniste mais, ayant déjà fait des tests avec des isolants de moins bonne qualité, je vous garantis que c'est bien moins agréable : la sensation de moiteur peut s'installer vite.

Autre chose importante à savoir : pour que le Climashield puisse bien fonctionner, il a besoin d'avoir du gonflant, il ne doit pas être excessivement plaqué contre votre corps, car l'isolant ne doit pas être écrasé.

Il doit juste se poser sur votre buste quand il est fermé, et c'est tout.

Ce n'est donc pas une pièce à choisir trop ajustée. Je vous conseille tout simplement de choisir votre taille habituelle.

Un nouveau col plus protecteur

Vous l'avez vu sur les photos, nous avons dessiné un nouveau col, un peu plus montant que nos cols habituels de gilets sans manche.

Il a tout simplement pour but de vous protéger encore mieux le cou du froid.

Bonnet, gilet sans manche et pull BonneGueule.

Un double zip

C'est le genre de détail tout simple que vous appréciez beaucoup, et qui permet d'être plus confortable quand on est assis :

Un doublure 100% coton

Toujours dans cette optique de douceur et de confort, c'est une doublure 100% coton d'un fournisseur italien qui est montée sur cette doudoune.

C'est d'autant plus adapté, car vu qu'il n'y a pas de manche, l'humidité corporelle circule très bien et il est peu probable qu'il y ait la moindre odeur après plusieurs ports !

Des poches intérieures zippées

Vous commencez à me connaître : j'ai une obsession d'avoir mes petits effets personnels "en sécurité" dans mes vêtements. Et cette doudoune n'y fait pas exception : vous avez deux poches intérieures zippées pour sécuriser vos papiers importants, vos écouteurs, vos CB, etc.

C'est un détail pratique et je sais que vous y tenez beaucoup !

Comment porter ce gilet sans manche ?

Le plus simplement du monde

Avec un pull col roulé

Simple et efficace : c'est la tenue incontournable en hiver avec un gilet sans manche :

Avec une chemise en chambray

Là aussi, ce sont deux pièces décontractées qui s'assemblent sans difficulté. Pour varier les plaisirs, vous pouvez évidemment remplacer le chambray par une chemise en oxford ou en flanelle.

Avec un pantalon blanc

Alors là, c'est une combinaison très présente dans certains lookbooks d'hiver des maisons de luxe italiennes qui, je le rappelle, aiment utiliser le pantalon blanc en hiver (bon, j'avoue, c'est un peu mon cas aussi).

Entre le blanc du pantalon et la couleur légèrement chinée du gilet sans manche, c'est un assemblage tout simplement sous-estimé.

Pull, gilet sans manche et pantalon BonneGueule.

Comment se procurer nos nouveautés ?

Rendez-vous sur notre e-shop et dans nos boutiques de Paris 3e, Paris 6eLyon et Bordeaux.

Et pour ne rien louper de ce lancement et des prochains, inscrivez-vous ici :

Benoît Wojtenka Benoît Wojtenka

J'ai fondé BonneGueule.fr en 2007. Depuis, j'aide les hommes à construire leur style en leur prodiguant des conseils clairs et pratiques, mais aussi des réflexions plus avancées. J'aime aussi le techwear, les matières japonaises, le sport et le thé.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.