éclectic… ou comment courir un 100 mètres avec une veste de maître tailleur

/

Une de nos dernières découvertes : le jeune label "éclectic".

Ouverte depuis mai au 8 rue Charlot (Paris), la boutique éclectic propose des vestes et des manteaux confectionnés par un maître tailleur à Trévise. Une qualité irréprochable : pièces entoilées, boutons en métal faits dans une petite fonderie française, vraies boutonnières aux manches, première boutonnière frontale faite main, emmanchure assez haute. Du très haut de gamme à environ 600 euros la veste.

Très bien mais jusque-là, rien d'original et ça me ferait un peu flipper de porter des pièces si travaillées et si chères en soirée ou sous la pluie... alors qu'est-ce qui a retenu notre attention ?

C'est l'utilisation de tissus techniques de pointe dans ces pièces qui font qu'une veste sera à la fois déperlante (entièrement imperméabilisée), thermorégulatrice et vous offrira une liberté complète de mouvements. En plus d'être vraiment solide.

En apparence une simple veste (avec une coupe tout de même très soignée)

Dans les faits, un tissu déperlant.

...et une doublure technique, thermorégulatrice : la même que dans les maillots de sport.

En gros, c'est un peu le premier pas vers le costume du futur. On a tous déjà rêvé de porter ça mais en plus habillé :

éclectic, c'est aussi un ensemble de pièces extrêmement neutres avec des vestes qui peuvent se porter sans problèmes au travail et en soirée grâce à des proportions parfaitement ajustées aux deux contextes.

Une bonne compréhension de nos besoins d'aujourd'hui : porter une très belle veste au travail et pouvoir sortir le soir sans avoir besoin de se changer et sans avoir la psychose de la bière renversée dans le premier bar bondé venu.

Franck (le créateur), a pu nous recevoir pour présenter sa marque et sa vision de la mode, ou plutôt du vêtement en général.

Lisez bien, gros bouillon de culture sartoriale en perspective : vous pourrez me lapider en personne le jeudi 2 février (plus d'infos en fin d'article) si vous n'avez rien appris en lisant cette interview.

L'interview de Franck

Quel est ton parcours et comment t'est venue l'idée d'éclectic ?

Depuis la fin de mes études à Paris, j'ai travaillé dans la distribution et le développement de marques françaises à l'étranger, dont plusieurs années passées en Chine lorsqu'on commençait à voir le pays comme un eldorado. C'était le début des délocalisations en masse que je voyais davantage comme un modèle opportuniste et court-termiste.

Je me suis ensuite rendu au Japon, qui était pour moi un juste milieu entre tradition et innovation: même dans plusieurs décennies, chacun connaîtra encore parfaitement des rituels comme la cérémonie du thé. Seulement ils la feront faire par des robots. J'ai aussi été très marqué par l'éclectisme des looks japonais : ils mélangent à la perfection des pièces de créateur très pointues avec des pièces décontractées et casual.

De cette dualité est née chez moi la volonté de fonder un projet autour du savoir-faire européen traditionnel en l'adaptant aux besoins de l'homme d'aujourd'hui, avec l'utilisation de tissus techniques.

Parlons un peu d'éclectic, comment pourrais-tu définir ta marque ?

La marque s’articule autour de valeurs. D’abord l’authenticité qui se retrouve à travers une présentation concrète des caractéristiques des produits. Nous n'utilisons pas tout le jargon flou habituel comme "chic", "stylé" ou "urbain".

Nous avons notre propre conception du « less is more » qui à défaut d’être vraiment minimaliste est essentialiste : rien n’existe sans raison dans ses produits comme dans son univers de marque. Il n’y a jamais de purement décoratif.

Le logo « é » est aussi essentialiste et rappelle le design et l’architecture.

Elle s'adresse à qui précisément ? As-tu des clients-types ?

Il n'y a pas de client-type : nos pièces sont neutres et minimalistes.

Le principe c'est que nos clients les portent et se les approprient en les modulant selon leur propre style : on ne veut pas qu'il y ait d'identification de la marque à un type de mannequin ou à moi-même.

Cette idée ressort à travers éclectic portraits : il s’agit de faire ressortir la personnalité de celui qui porte la pièce et de montrer en photo la manière dont il se l’approprie.

Tu proposes des vestes et manteaux de maître tailleur qui demandent quand même un certain budget, pour un public d'initiés ?

Les détails caractéristiques des maîtres tailleurs ne sont pas facilement discernables : c’est pour ça que la boutique a dans un premier temps attiré ceux qui ont déjà une culture sartoriale.

Je ne veux pourtant pas que la marque soit réservée aux initiés : ma démarche est didactique. J'ai par exemple installé dans ma boutique un pan de veste entoilé, afin de montrer en quoi consiste précisément le processus. J'ai aussi des échantillons des matières extérieures et des doublures, pour bien expliquer la composition et les propriétés.

Le col feutré, un des éléments représentatifs de cette qualité sartoriale.

C'est vrai qu'on a perdu cette culture des vêtements de tailleur, pourquoi ?

Au début du XXe siècle, un français moyen avait deux ou trois costumes faits par un tailleur et qui le suivaient plusieurs années. Maintenant, pour la même somme on en aura trois fois plus mais on aura énormément perdu sur la qualité des matières et sur le savoir-faire.

Depuis que l'offre vestimentaire est si abondante, on s'est habitué à cette dégradation et on ne sait plus reconnaître tous ces détails fondamentaux.

Ce phénomène s'est accru lors des années 60 où le stylisme a pris le pas sur le fonctionnel avec par exemple Paco Rabanne qui va jusqu'à imaginer des vêtements en tôle.

De nos jours, la plupart des grands créateurs s’inspire du passé et le réinterprète : il y a peu de création ex nihilo. Je préfère être créatif avec le savoir-faire et les matières, et non sur les coupes et les formes, qui ont déjà toutes été essayées. Certaines marques pointues sont en dehors de cette problématique du vêtement et se situent plus dans une démarche artistique.

L’innovation dans les techniques, l’ingénierie et la matière est un nouveau créneau reposant sur un processus artisanal qui ne peut être copié et qui peut amener une relocalisation de la production dans les pays occidentaux.

éclectic n'a donc pas vraiment de démarche stylistique ?

Si, mais elle ne se situe pas dans le vêtement en lui-même. La plupart de nos pièces sont très neutres, existent dans toutes les tailles et toutes les couleurs. Cela me permet d'habiller toutes les morphologies et d'être apprécié par toutes les nationalités.

La démarche stylistique pour moi, c'est plutôt de conseiller la bonne pièce et de montrer à mes clients comment la porter et l'adapter au mieux à leur personnalité. Je préfère ce stylisme individuel à un stylisme de marque.

C'est valable aussi dans la représentation de la marque. On vit dans une société très labellisée et les gens ont de moins en moins envie d'être des panneaux publicitaires ambulants, et en plus de payer plus cher pour ça.

Je suis plus favorable à une culture du "no logo" : c'est pour ça que la griffe sur les pièces éclectic est pratiquement vierge et poinçonnée sur une étiquette inversée, qui sert traditionnellement à montrer la matière.

Pourquoi on ne recommence que maintenant à s'intéresser à la culture sartoriale ?

C'est une question de génération : la génération X, née en gros avant 1980, a été très marquée par le sportswear, le streetwear.

La génération Y, élevée en jean et baskets, a voulu garder ce confort mais en cherchant à retrouver les codes de l'élégance traditionnelle et plus fonctionnelle des années 40/50.

Avec la crise, on cherche aussi de plus en plus à acheter moins mais mieux et donc à s'intéresser davantage au produit : les hommes se sont rendu compte que dans leur vestiaire ils avaient au final quelques pièces fétiches qu'ils portaient tout le temps. Certains vont même les racheter quasi à l'identique quelques années plus tard si elles sont trop usées.

La veste de smoking en laine technique, qui résisterait même à une corne de rhinocéros: symbolique de l'alliance entre élégance et confort.

Les hommes remarquent aussi quand ils essaient les vestes que des données dont ils ne tiennent pas vraiment compte, comme l'entoilage, changent radicalement la donne par rapport à la coupe et au tombé qui n'a rien à voir avec ce qu'ils peuvent trouver dans le prêt-à-porter classique. Ils sont par contre de plus en plus tactiles et se rendent rapidement compte de tout le travail effectué au niveau des matières.

--

Merci à Frank pour ses réponses !

Et parce que des images valent plus que milles mots, on vous a concocté une petite vidéo de présentation avec Benoît et Geoffrey, où on vous présente chacun notre pièce préférée de la marque. Et regardez-bien le tombé et le fit des vêtements.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Vincent

    Avec des manches un peu plus longues et des évents dans le dos on s’approche
    d’un concept de veste chez Rapha qui manque cruellement dans le
    paysage de ce que j’appellerai les vêtements « hybride ».

    Une veste travaillée, structurée, mais qui peut aussi bien se
    porter en vélo un jour de pluie fine.
    Sans arriver mouillé (à l’intérieur
    comme à l’extérieur de la veste).

    Ça me fais penser un peu au jean « commuter » de levis…

    J’aime, il faut continuer à proposer ce
    genre de choses.

  • On avait pas forcement prevu le coup 🙂

  • Flight facilities – crave you

  • Anonyme

    Valéry de notre équipe !

  • Anonyme

    Ils ont ce qu’il faut, dont des vestes qui descendent jusqu’au 42 ! Certaines sont coupées très courtes, et avec un seul bouton.

  • Jimmy

    Et au niveau de la longueur pour les petits? 🙂

  • Marc

    Alors si je suis bien, la deuxième personne à parler est Benoit, la troisième est Geoffrey mais qui est la première? 

  • Arturius

    C’est dommage de présenter de belles vestes avec une chemise aussi mal structurée…

  • exact, tu es le bienvenu ! 

  • Sam

    Très bon, comme d’habitude. J’irai sûrement faire un tour ce week end. Une question au passage, quelle est le nom de la musique au début de la vidéo?

  • FloP

    Bonjour,
    Ça m’a l’air très intéressant tout ça, à voir en vrai… Je
    ne sais pas si je pourrai être présent le 2 février (si j’ai bien
    compris, pas d’inscription? Donc je peux me pointer même si je le décide
    au dernier moment?). C’est bien sympa de découvrir de nouveaux acteurs
    sur ce secteur de vêtements!

  • Diidjy

    Magnifique concept ! Technique ET stylé.