Dossier : Des sneakers homme pour la rentrée #1 – et on ne parle pas de barres de chocolat

Temps de lecture : 4 minutes

Choper le malfrat comme un sournois

A l'origine, la sneaker a été inventée au début du XIXe siècle par un officier de police londonien qui cherchait à attraper les criminels sans faire de bruit (d'où le terme sneaker, de to sneak : se glisser derrière quelqu'un). Au fil du temps, elle a été adoptée par les vacanciers qui allaient prendre les eaux à Bath ou Reading, et vers les années 1830, elle était développée régulièrement par la Liverpool Rubber Company, devenue plus tard Dunlop, le fabricant de pneus.

Au début du XXe, les collèges de la gentry l'adoptent officiellement comme chaussure pendant les cours de sport, à cause de son élasticité et de son confort qui permettent des efforts de pied plus grands qu'avec les traditionnels brodequins.

Depuis, son succès ne s'est jamais démenti. En Angleterre, ce sont les plimsoll, en Australie les sandshoes (parce qu'on marche facilement avec dans le sable), en Afrique du Sud les trekkies (pour franchir de longues distances), jusqu'en Inde où les Keds sont les chaussures d'uniforme des écoliers.

'Cause ain't no such things as halfway hi-top maniacs


Le basket ball se développe, et avec lui la Chuck Taylor, le modèle increvable de Converse (nommé à partir d'un joueur de l'époque).

Ce type de sneaker, la hi-top (en opposition à la lo-top qui ne couvre pas la cheville) est ensuite récupéré par les rappeurs dans les années 70, Big Bang Hank du Sugarhill Gang (les auteurs de Rapper's Delight, à (ré)écouter) en tête, avec Grandmaster Caz et Curtis Walker.

Le tube culte de DR Deas, Felon Sneakers, en 1985, suivi par My Adidas de Run DMC (les premiers de l'histoire à avoir signé un contrat de sponsoring sportif) contribuent à asseoir cette image de la "hi-top = hip-hop" et se démarquent du style pop/Batman incohérent dû au manque de maîtrise d'image des premiers rappeurs.

Aujourd'hui, la hi-top est une partie-intégrante de la culture hip-hop, au même titre que les featurings, les graphs, les clashes par morceaux interposés et les chaînes en or.

On trouve aujourd'hui des fans de sneaker homme - les sneakerheads - qui en collectionnent plusieurs milliers de paires, les customisent, et se réunissent chaque année à la Sneaker Con. Une paire de sneakers customisée peut valoir plus de 500$ sur eBay - et certains signent des contrats très lucratifs avec des marques comme Nike (Michael Jordan et la Air Jordan) ou Adidas (George Lucas et les Cantina Band Limited).

Des modèles de sneakers cultes chez l'homme

La Chuck Taylor All Stars - Converse


Imprésentable. Inventée en 1917 sous le nom de la All-Stars, puis popularisée par le joueur de basket Chuck Taylor dans les années 20. Tout le monde l'a portée, de notre période ado boutonneux à notre phase Kurt Cobain, elle allie simplicité, confort, design (le dessin légèrement bombé de la coque à l'avant de la chaussure a inspiré des générations de designers), popularité... jusqu'à écœurement.

La Stan Smith - Adidas


Un redesign de la Haillet, un modèle Adidas classique des années 60, elle est lancée en 1972 avec comme égérie le joueur de tennis Stan Smith qui donne son nom à la chaussure. C'est une lo-top, simple, extrêmement épurée, avec un joueur de tennis stylisé à l'arrière de la chaussure. Contrairement à la plupart des autres modèles, elle ne porte pas trois bandes diagonales sur le côté.

La German Army Trainer - Adidas


La German Army Trainer (GAT) a été produite par Adidas pour les entraînements de l'armée allemande dans les années 70. Avec la chute du Mur et la démilitarisation de l'Allemagne de l'Ouest, elle s'est répandue très vite et est régulièrement rééditée, même si le must reste d'en trouver une paire originale en surplus. Elle revient aujourd'hui en force dans les collections de grands couturiers comme Martin Margiela ou Helmut Lang.

La Air Jordan - Nike


Plus qu'un modèle, c'est une véritable marque dérivée, fruit de la collaboration entre le joueur de basket Michael Jordan et Nike en 1985. Elle a connu un tel succès qu'elle est rééditée chaque année dans un modèle différent. Une des plus fameuses est sans doute le modèle 1988, la Air Jordan III (ci-contre), designé par Tinker Hatfield. Premier modèle à mettre en avant le logo Nike Air (les premiers modèles furent un échec marketing et finirent bradés en-dessous de 20$), elles ont été rendues fameuses par Spike Lee dans une série de spots TV le mettant en scène.

Sans oublier bien sûr les fameuses baskets de Retour vers le Futur !

Et en bonus :

Partie #2 à venir : ce qui se fait actuellement de bien en hi-top + la traditionnelle sélection pour savoir quelles sneakers choisir.

Et ce n'est pas tout : décryptage à venir d'une nouvelle marque de sneakers que vous allez bien aimer (par Fabrice).

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.