Dossier : Des sneakers homme pour la rentrée #1 – et on ne parle pas de barres de chocolat

/

Choper le malfrat comme un sournois

A l'origine, la sneaker a été inventée au début du XIXe siècle par un officier de police londonien qui cherchait à attraper les criminels sans faire de bruit (d'où le terme sneaker, de to sneak : se glisser derrière quelqu'un). Au fil du temps, elle a été adoptée par les vacanciers qui allaient prendre les eaux à Bath ou Reading, et vers les années 1830, elle était développée régulièrement par la Liverpool Rubber Company, devenue plus tard Dunlop, le fabricant de pneus.

Au début du XXe, les collèges de la gentry l'adoptent officiellement comme chaussure pendant les cours de sport, à cause de son élasticité et de son confort qui permettent des efforts de pied plus grands qu'avec les traditionnels brodequins.

Depuis, son succès ne s'est jamais démenti. En Angleterre, ce sont les plimsoll, en Australie les sandshoes (parce qu'on marche facilement avec dans le sable), en Afrique du Sud les trekkies (pour franchir de longues distances), jusqu'en Inde où les Keds sont les chaussures d'uniforme des écoliers.

'Cause ain't no such things as halfway hi-top maniacs


Le basket ball se développe, et avec lui la Chuck Taylor, le modèle increvable de Converse (nommé à partir d'un joueur de l'époque).

Ce type de sneaker, la hi-top (en opposition à la lo-top qui ne couvre pas la cheville) est ensuite récupéré par les rappeurs dans les années 70, Big Bang Hank du Sugarhill Gang (les auteurs de Rapper's Delight, à (ré)écouter) en tête, avec Grandmaster Caz et Curtis Walker.

Le tube culte de DR Deas, Felon Sneakers, en 1985, suivi par My Adidas de Run DMC (les premiers de l'histoire à avoir signé un contrat de sponsoring sportif) contribuent à asseoir cette image de la "hi-top = hip-hop" et se démarquent du style pop/Batman incohérent dû au manque de maîtrise d'image des premiers rappeurs.

Aujourd'hui, la hi-top est une partie-intégrante de la culture hip-hop, au même titre que les featurings, les graphs, les clashes par morceaux interposés et les chaînes en or.

On trouve aujourd'hui des fans de sneaker homme - les sneakerheads - qui en collectionnent plusieurs milliers de paires, les customisent, et se réunissent chaque année à la Sneaker Con. Une paire de sneakers customisée peut valoir plus de 500$ sur eBay - et certains signent des contrats très lucratifs avec des marques comme Nike (Michael Jordan et la Air Jordan) ou Adidas (George Lucas et les Cantina Band Limited).

Des modèles de sneakers cultes chez l'homme

La Chuck Taylor All Stars - Converse


Imprésentable. Inventée en 1917 sous le nom de la All-Stars, puis popularisée par le joueur de basket Chuck Taylor dans les années 20. Tout le monde l'a portée, de notre période ado boutonneux à notre phase Kurt Cobain, elle allie simplicité, confort, design (le dessin légèrement bombé de la coque à l'avant de la chaussure a inspiré des générations de designers), popularité... jusqu'à écœurement.

La Stan Smith - Adidas


Un redesign de la Haillet, un modèle Adidas classique des années 60, elle est lancée en 1972 avec comme égérie le joueur de tennis Stan Smith qui donne son nom à la chaussure. C'est une lo-top, simple, extrêmement épurée, avec un joueur de tennis stylisé à l'arrière de la chaussure. Contrairement à la plupart des autres modèles, elle ne porte pas trois bandes diagonales sur le côté.

La German Army Trainer - Adidas


La German Army Trainer (GAT) a été produite par Adidas pour les entraînements de l'armée allemande dans les années 70. Avec la chute du Mur et la démilitarisation de l'Allemagne de l'Ouest, elle s'est répandue très vite et est régulièrement rééditée, même si le must reste d'en trouver une paire originale en surplus. Elle revient aujourd'hui en force dans les collections de grands couturiers comme Martin Margiela ou Helmut Lang.

La Air Jordan - Nike


Plus qu'un modèle, c'est une véritable marque dérivée, fruit de la collaboration entre le joueur de basket Michael Jordan et Nike en 1985. Elle a connu un tel succès qu'elle est rééditée chaque année dans un modèle différent. Une des plus fameuses est sans doute le modèle 1988, la Air Jordan III (ci-contre), designé par Tinker Hatfield. Premier modèle à mettre en avant le logo Nike Air (les premiers modèles furent un échec marketing et finirent bradés en-dessous de 20$), elles ont été rendues fameuses par Spike Lee dans une série de spots TV le mettant en scène.

Sans oublier bien sûr les fameuses baskets de Retour vers le Futur !

Et en bonus :

Partie #2 à venir : ce qui se fait actuellement de bien en hi-top + la traditionnelle sélection pour savoir quelles sneakers choisir.

Et ce n'est pas tout : décryptage à venir d'une nouvelle marque de sneakers que vous allez bien aimer (par Fabrice).

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Fuzz !

    Oui, mais j’ai entendu dire que ça ne marche que si tu es Michael Jordan :/ (déception.)

    Probablement pas pour tout de suite haha :p

  • Benoit – BonneGueule

    Elles sont géniales 🙂

  • RafikBG

    Hello Kubrick,

    Disons qu’elles sont très marquées streetwear, tu auras du mal à les insérer à tes looks si ce n’est pas dans cette direction que tu souhaites évoluer :).

  • oui, tu peux y aller !

  • Maxence
  • on est bien d’accord 🙂

  • Etienne

    Oui je me doute bien; sans vouloir vous faire offense vous avez pas tellement le profil 😉 (et si vous aviez ce profil je ne pense pas que auriez autant de lecteurs 😉 ).
    C’est juste que en lisant vos articles sur Someone et sur Sawa je trouvais amusant de voir deux démarches qui étaient radicalement opposées mais aussi justifiables (et louables) l’une que l’autre :-). Mais qui ont un point commun: c’est en fabriquant des produits intéressants, en mettant en valeur et exportant ses atouts et ses savoir-faire qu’un pays se développe et rarement par l’assistanat 🙂

  • merci pour ton retour Etienne !
    au fond on a rien contre l’industrie, on est clairement pas les militants soviétiques qui distribuent du tract à la sortie du PMIU, je te rassure 😉 mais il y a une partie des big businesses qui oublie les gens qui travaillent derrière, à tous les niveaux, et ceux qui achètent en fin de chaîne.

    Et ça, on est assez fou pour penser qu’on va aider à le changer, tous ensemble ! 😉

  • Etienne

    Bonjour Geoffrey,
    Juste un mot pour confirmer ce que tu disais sur Addidas. J’ia pu voir comment avaient vieilli les Stan Smith d’un collègue après un an de port. Bien qu’il ne soit pas particulièrement aventurier, elles sont littéralement éclatées. Donc oui je pense que pour avoir réellement pour mon argent, ça sera Sawa 🙂 (même si c’est du « industry » et pas du « handmade »… Ce que le slogan sur votre dernière collaboration rejette quelque peu 😉 )

    Amicalement,

    Etienne

  • Etienne

    Désolé un collègue qui imite Jacquouille dès qu’il dit merci ça marque :^^… En revanche j’espère ne pas t’avoir vexé :^^ :s

  • là je te dis pas merci :p

  • Etienne

    Mais je vous en prie mon cher c’est moi qui vous remercie :p.
    Haha, je vais t’imaginer un peu comme cette fripouille alors quand tu dis merci 😉 :p https://www.youtube.com/watch?v=f-ZoshHC6WA

  • peut-être un petit bug de commentaires, oui 🙂 mais de base, j’aime bien dire merci :p
    merci

  • je t’en prie !

  • Etienne

    Merci Geoffrey, tu confirme ce que je pensais :). Du coup pou Adidas ce sera en soldes, une fois mes désirs de Sawa comblés :).
    Par contre merci pour votre collaboration avec Someone, elle est très sympa, mais pour le coup je passe mon tour :).
    Bonne soirée,
    Etienne

  • Etienne

    Euh Geoffrey c’est très aimable à toi, mais pourquoi me remercies-tu? :). N’as tu pas confondu avec la discussion sur l’article du perfecto? 😉 Auquel cas, c’est moi qui vous remercie et vous félicite, et qui m’excuse d’avoir été particulièrement pénible avec votre service client…

  • merci Etienne !

  • ça fait bien le taffe, mais tu en auras plus pour ton argent chez Sawa. À part ça on sort un modèle qu’on présente cet aprem 😉

  • Etienne

    Bonsoir :),

    Adidas ressort périodiquement la Stan Smith, que l’on trouve généralement à 95 euros cette année. Néanmoins, si ce modèle est une vraie icône le prix est-il justifié au regard de la qualité? La semelle cousue semble un indice mais qu’en est-il du reste? Ou paye-t-on essentiellement « l’icône »? ;).

    Après esthétiquement, je trouve que c’est un modèle passe-partout et très joli; néanmoins si le rapport qualité/prix n’est au rendez-vous, j’ai envie de dire que « Sawa est mon ami » 😉 (hésitation entre ces modèles: http://www.sawashoes.com/product/product?product_id=66 , http://www.sawashoes.com/product/product?product_id=83 et http://www.sawashoes.com/product/product?product_id=80 )

    Amicalement,

    Etienne

  • Thomas

    Bonjour à tous !

    Cet article est vraiment très sympa !
    D’ailleurs je suis tombé amoureux de la German Army Trainer… Peut-on les trouver sur internet ?

    Merci d’avance ! 🙂

    Geoff – > sur ebay 🙂

  • Yvan
  • Thavi

    Non, ce sont les retro qui se sont mal vendus celles de 94.
    Les 1 en 1985 ont fait un véritable carton lors de leur sortie :]
    Les modèles les plus marquant en termes de hype sont les 11(space jam et concord), les 5(grape), et le 1er pack DMP (la 11 et la 6).

    Ps: Promis, j’arrête d’enculer les mouches.

    L’hommage de Nike envers la saga back to the future, pour les fans:
    http://www.doubleselect.com/2008/06/24/nike-hyperdunk-mc-fly/

  • Roman

    Très bon article ! Je voulais d’ailleurs m’acheter une Hi top.
    Hâte de la suite.

    -> La partie 2 contient une sélection qui, j’espère, comblera toutes attentes ! (Vianney)

  • (Sneakerhead on)
    Elles coûtaient effectivement 65$, mais ils se sont tellement plantés dans le market qu’ils ont jamais pu écouler les exemplaires à ce prix-là, et que la majorité a donc fini aux alentours de 20$.
    Au temps pour moi pour la toile, j’ai une paire de Retro qui l’est, j’aurais dû vérifier plus avant 😉
    Quant aux différents modèles, la 1, la 3 et la 6 sont un peu au coude à coude en termes de célébrité pour différentes raisons, mais celle que j’ai vu le plus portée est bien la 3 !
    (Sneakerhead off)

  • Thavi

    [Sneakerhead on]

    La plus fameuse des Air Jordan est la 1, pour la simple et bonne raison qu’elle n’était pas blanche. Résultat, la NBA sanctionna d’une amende Jordan à chacun de ses matches. Evidemment, Nike paya à chaque fois, profitant du buzz.

    http://www.youtube.com/watch?v=zkXkrSLe-nQ

    PS: Elles étaient « déjà » en cuir et elles coutaient 65$ :]

    {Sneakerhead Off]

  • Fabrice

    Oui, on avait pu voir ça en 2010: http://www.youtube.com/watch?v=ROEZs0HpFQc&feature=player_embedded

    Après, ça manque cruellement de sens esthétique pour le moment!

    PS: Merci pour le teasing, Vianney 😉

  • Geoffrey

    ce serait très intelligent de leur part, vu le mythe et la communauté de fans qu’il y a derrière. Sur YouTube il y a même des mecs qui se fabriquent les leurs !

  • Benoît

    Ah les sneakers de McFly… Nike a déposé il y a peu les brevets pour la fermeture automatique, et des rumeurs persistantes indiquent qu’il sortirait ce modèle mythique en 2015…

  • Sympa l’article, on comprend mieux le caractère sportif des sneakers. Je ne suis pas fan des modèles présentés, à la limite des converse (que je n’ai jamais porté). Je préfère le design acheté des Hummel, et en plus on ne m’en a dit que du bien.